Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Guy Petitdemange, Philosophes et philosophies du XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2003, 510 p.

Henri Laux

Texte intégral

1Guy Petitdemange, actuel et talentueux rédacteur en chef de la revue Archives de Philosophie, publie dans ce gros volume quelque vingt-trois articles parus entre 1972 et 1999, concernant Rosenzweig, Benjamin, l’École de Francfort, Levinas, Ricœur, Derrida, de Certeau, ainsi qu’un inédit consacré à Merleau-Ponty. C’est donc à une traversée significative de la philosophie du XXe siècle qu’il nous ouvre, ou plutôt à une rencontre des philosophes, dans la singularité de leurs positions respectives au long d’une histoire qui se fait, qui ne cesse de réfléchir sur ses crises et ses défis. Les figures en sont à la fois individuelles et collectives, dans la mesure où des courants sont largement représentés, ainsi la phénoménologie et l’École de Francfort, ou encore, et traversant les précédents, un rapport très constant au judaïsme dans la diversité de ses influences.

2Chez Rosenzweig, c’est d’abord un itinéraire personnel qui ouvre la présentation, avec l’affirmation constante de la rupture (et d’abord comme œuvre de la Révélation), puis la prise de conscience à la synagogue de Berlin d’une appartenance indépassable au peuple juif ; ensuite s’éclaire le rapport à Hegel, comme une autre manière d’entendre le rapport à une religion, chrétienne cette fois. Avec l’œuvre de Benjamin, aux multiples facettes, se montre l’homme des passages, complexe, attiré par le judaïsme et sa mystique, mais aussi par le marxisme, pour sa dimension pratique plus que théorique, où la critique relève moins d’une opération intellectuelle que d’une forme d’attention à l’histoire qui advient : histoire à l’image d’une vie marquée et comme constamment déportée par une tension irréductible.

3L’École de Francfort, de 1925 à 1970, occupe une place de choix dans cet ensemble ; la richesse des analyses consacrées principalement à Adorno et Horkheimer, mais aussi à Bloch et Habermas, tisse la réflexion autour d’un rapport majeur à la raison, au langage, à la politique. Définitions et redéfinitions de la rationalité cherchent à comprendre ce qu’il en est de l’Aufklärung, de sa force et de ses mythes, lorsque la raison devenue pouvoir engendre de nouvelles servitudes, menacée qu’elle est par l’irraison ; certes il faut bien en voir le contexte, celui d’une Allemagne nazie, d’un durcissement soviétique, d’une société industrielle et mécaniste apparemment triomphante, car il n’y a rien là d’un antirationalisme de sentiment ; il en va bien plutôt de cette exigence interrogeante, adressée à une raison retournée contre elle-même, qui ne montre plus sa vocation originellement émancipatrice, à retrouver en quelque sorte.

4Levinas est l’autre grand présent de ce volume, et avec lui la phénoménologie, c’est-à-dire évidemment une certaine manière de la pratiquer, tant ce courant connaît de chemins divers, avec une insistance toute particulière sur le rapport au judaïsme (particulièrement éclairant), au christianisme, à Heidegger, à la politique ; on retrouve aussi cette attention si personnelle à la violence, qui n’est pas celle d’un Éric Weil, violence omniprésente dans le rapport à autrui. Dans cette intelligence de Levinas, les notions clés de l’œuvre sont présentes, mais l’originalité tient en ce qu’est dit et montré ce qui l’« imprègne » de la manière la plus originaire, la voix juive en particulier, écoutée toujours avec beaucoup d’attention et qui donne son relief à une œuvre qui sait parler d’un lieu et s’« enquérir d’universel » (p. 374).

5Merleau-Ponty, si important pour Guy Petitdemange et paradoxalement si peu présent ici (désir du lecteur de connaître d’autres textes, certainement disponibles ou en préparation !), reconduit à l’épaisseur de l’existence en faisant voir autrement les choses, même si manquent peut-être à ses descriptions « l’éclat et le pathétique de Levinas » (p. 107), référence décidément incontournable. Les dernières études rencontrent enfin Ricœur sous des aspects clés de son œuvre plus récente (La mémoire du tragique, et Détresse et récit), et Derrida qui suscite une réflexion sur l’équivocité, réelle ou non (et c’est bien la question) de son œuvre, sur son style et la pratique de la lecture qui s’y joue.

6De manière significative, c’est avec Certeau que s’achève l’itinéraire, homme des frontières et des passages, des problématiques transversales aux savoirs, où l’histoire se pense au quotidien, dans un voisinage constant avec l’œuvre de Freud. Deux études particulièrement suggestives éclairent la question de la mystique, dans les termes où Certeau l’a définie à partir de la rupture du XVIIe siècle, et s’il est toujours question de l’absence, de la perte, de l’exil, tel celui discerné chez Jean-Joseph Surin, ce n’est jamais sans « respecter l’énigme » (p. 480), celle qui à travers ses formes les plus paradoxales donne à penser et à s’extasier.

7On l’aura compris, ce livre ne propose pas une somme de la philosophie du XXe siècle (quelle serait-elle d’ailleurs ?), mais un parcours plein de souffle, suffisamment signifiant par ses choix pour inciter à des avancées, pour mettre au cœur de ce qui fait la vie d’une époque. Par son style, tout en sympathie avec ses auteurs de prédilection, par une qualité d’écriture intimement suggestive, sobre et volcanique tout à la fois, qui rend au mieux la recherche et les convictions d’une pensée exigeante, G. Petitdemange nous ouvre de la manière la plus heureuse à ces témoins qui ne cessent d’être nos contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Laux, « Guy Petitdemange, Philosophes et philosophies du XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2003, 510 p. », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://asterion.revues.org/98

Haut de page