Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001.

Cyrille Ferraton

Texte intégral

1C’est à une histoire en grande partie négligée et méconnue qu’est consacré l’ouvrage de Mike Davis1 Génocides tropicaux publié en 2001 sous le titre Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World. L’Inde, la Chine, le Brésil, l’Afrique du Nord, l’Afrique australe, les Philippines, en fait, un grand nombre de pays qu’Alfred Sauvy désignera en 1952 par pays du « tiers-monde »2, connurent à la fin du XIXe siècle et au tout début du XXe siècle trois périodes climatiques exceptionnelles de sécheresses3 au cours desquelles se développèrent famines et maladies responsables au niveau mondial de millions de morts (les estimations réunies par M. Davis établissent qu’il y eut entre 31,7 à 61,3 millions de morts [p. 13]).

2Si ces phénomènes naturels dont Mike Davis explique les occurrences à partir du phénomène El Niño Southern Oscillation (ENSO) sont bien entendu une cause majeure de la survenue de ces crises de subsistance, les raisons politiques de ces catastrophes humanitaires ne doivent pas être occultées. M. Davis donne ainsi certains de ces éléments clés qui lui permettent : 1) de bien mettre en exergue les décisions et choix politiques qui ont conduit à ces famines, famines qui se sont manifestées dans des pays, l’Inde, la Chine et le Brésil principalement, au moment même où leur « force de travail et [leurs] ressources [étaient] absorbées par la dynamique d’une économie-monde centrée sur Londres » (p. 15). M. Davis crédite Karl Polanyi d’avoir révélé une partie de cette histoire dans le cas de l’Inde dans La Grande Transformation (1944), mais il lui reproche d’avoir mis exagérément l’accent sur la dimension culturelle au détriment des caractéristiques proprement politiques (« l’usage de la force » (p. 16)) de l’intégration de l’économie indienne à l’économie libérale ; 2) de dépasser l’interprétation classique de l’origine du sous-développement résultant de l’héritage de traditions contraignantes et d’un poids démographique excessif ; les économistes dans cette perspective en avançant des raisons économique et démographique ignorent la dimension politique qu’implique tout processus de développement, point que n’ont pas manqué de souligner les analystes du développement comme Albert Hirschman, Gunnar Myrdal ou encore Amartya Sen.

3Dans le cas présent, l’imposition aux économies tropicales d’une organisation de la production et de la distribution des ressources agricoles servant directement les intérêts des pays occidentaux, la Grande-Bretagne en tête, a dangereusement exposé ces économies aux aléas climatiques et notamment au phénomène El Niño Southern Oscillation (ENSO). Ce dernier phénomène, aujourd’hui mieux connu et expliqué, constituant, après le « cycle des saisons […] le plus important facteur de variabilité climatique planétaire » (p. 261), causant soit des moussons faibles et des sécheresses dans « une bonne partie de l’Asie, de l’Afrique, ainsi que dans la zone nord-orientale de l’Amérique du Sud » lorsque la moitié orientale du Pacifique se réchauffe (El Niño), soit des inondations et de fortes précipitations lorsque le Pacifique Est se refroidit (p. 20). Les trois grandes périodes de sécheresses de la fin du XIXsiècle (1876-1879, 1889-1891, 1896-1902) qui ont affecté les principaux pays tropicaux sont ainsi rattachées à ce phénomène climatique.

4Par conséquent, l’origine des famines que connurent alors ces pays a bien été climatique mais les choix politiques d’inspiration libérale adoptés par les gouvernements occidentaux accentuèrent leur ampleur et doivent être mis sur le même plan voire sur un plan supérieur que le facteur climatique dans l’enchaînement causal qui a conduit à ces catastrophes humanitaires.

5Peut-on néanmoins affirmer qu’une partie des populations concernées « furent les victimes mortelles de l’application littéralement théorique des principes sacrés de Smith, de Bentham et de Mill » (p. 15) comme le soutient M. Davis alors que le modèle politique qui inspira les pays dominateurs, la Grande-Bretagne au premier chef, s’éloigne pour partie des idées développées par ces mêmes économistes classiques ? Par exemple, certaines caractéristiques de la politique britannique en Asie, les « déficits commerciaux imposés », la « taxation abusive et [le] capital marchand prédateur », les « guerres civiles et agressions impérialistes chroniques » (p. 334), etc., peuvent-elles être considérées comme l’expression des principes de l’économie politique classique ?

6L’identification opérée par M. Davis entre les stratégies politiques développées par les pays occidentaux dans les régions tropicales à cette période et les principes théoriques des économistes classiques est contestable. Il ne semble pas en effet que le recours au protectionnisme, aux conflits, à une importante fiscalité constituent un programme politique auquel auraient souscrit les économistes classiques. Il n’en reste pas moins vrai que l’« usage de la force » (p. 16) afin d’imposer un modèle d’organisation aux économies tropicales, fût-il libéral, a bien été une pratique politique des pays occidentaux en cette fin du XIXsiècle.

7L’histoire de ces catastrophes humanitaires de la fin du XIXsiècle est donc traitée à partir d’une double perspective, celle de l’histoire environnementale d’un côté, et de l’« économie politique marxiste » de l’autre, perspectives constitutives d’une « écologie politique de la famine » (p. 22).

8Une partie introductive présente quelques éléments de définition relatifs aux notions utilisées dans l’ouvrage (El Niño, sécheresse, famine et holocauste). Notons qu’El Niño désigne la « phase chaude extrême du phénomène ENSO » (p. 25) se manifestant par des sécheresses sévères dans les régions tropicales notamment en Asie (Inde, Chine du Nord) et en Amérique du Sud (Brésil) et que son activité a été importante durant les derniers tiers du XIXsiècle (1876-1879, 1889-1891, 1896-1902) et du XXsiècle. Retenons enfin que M. Davis partage avec Amartya Sen son explication des famines ; celles-ci ne résultent pas de pénuries de produits alimentaires mais pour les populations concernées d’un déficit de « droits d’accès » (causé par exemple par un chômage élevé et des salaires trop faibles) nécessaires à la satisfaction de leurs besoins les plus élémentaires. Dès lors, le développement, combiné ou non, d’une crise économique, d’un conflit ou d’un phénomène climatique exceptionnel comme la sécheresse, déclenchera la famine.

9Quatre grandes parties sont ensuite développées.

10Les deux premières sont consacrées à l’histoire de ces crises humanitaires, la première revenant sur l’épisode des années 1876-1878 et la seconde sur la période 1888-1902 avec des études précises sur l’Inde, la Chine, le Brésil, d’autres régions asiatiques (Indonésie, Philippines) et les pays d’Afrique (Maroc, Algérie, Égypte, Éthiopie, Soudan). Facteur climatique, le phénomène El Niño, et facteurs politiques, l’imposition du modèle de l’économie de marché aux économies tropicales d’une part, et le développement colonial d’autre part, se sont combinés et ont été les moteurs des famines. M. Davis montre avec force combien les gouvernements en place n’ont quasiment rien fait pour arrêter ces crises de subsistance alors qu’ils disposaient des moyens sinon d’y mettre un terme mais au moins d’en atténuer l’ampleur. Ainsi, en 1877-1878, en Inde, les « négociants en céréales préférèrent exporter trois cent mille tonnes de blé vers l’Europe (un record pour l’époque) que contribuer à la lutte contre la famine en Inde » (p. 41). Quelques années plus tard, en 1896-1897, la principale peur du secrétariat aux Affaires indiennes était que la crise humanitaire que vivait l’Inde « puisse déstabiliser le complexe système de contrôle multilatéral de la balance des paiements [de la Grande-Bretagne], au sein duquel l’Inde jouait un rôle vital »4.

11Cette succession de famines qui affecta les sociétés tropicales à la fin du XIXsiècle vit au même moment les pays occidentaux renforcer leur domination coloniale notamment parce que les économies colonisées devinrent progressivement dépendantes du marché mondial ayant orienté leur économie sur des produits d’exportation dont les métropoles étaient généralement consommatrices. Outre le fait que les bénéfices des exportations ne retombaient pas dans la plupart des cas dans les mains des producteurs locaux mais dans celles d’intermédiaires (prêteurs de capitaux et propriétaires fonciers), les perspectives de développement de ces secteurs d’activité restaient étroitement liées aux variations des prix sur le marché mondial et à la demande dans les pays métropolitains. Enfin des réactions vives et des rébellions marquèrent la dernière décennie du XIXsiècle ; les populations non européennes vécurent en effet cette période selon M. Davis comme « une époque obscure de guerre coloniale, de travail forcé, de camps de concentration, de génocide, de migrations involontaires, de famine et de maladie » faisant qu’elle prit une tournure « quasi apocalyptique, entraînant toute une série de mouvements messianiques et de prophéties millénaristes » (p. 154).

12La troisième partie est consacrée à l’explication du phénomène El Niño Southern Oscillation (ENSO) dont on doit la découverte à Jacob Bjerknes dans les années 1960. Si les recherches sur ce phénomène et ses interactions avec les autres variables du système climatique mondial (ce que M. Davis définit par « téléconnexions »5) sont encore en pleine évolution et que la modélisation et les prévisions des effets d’un épisode ENSO restent difficiles à établir, un panorama détaillé des climatologies régionales et une chronologie du phénomène ENSO sont néanmoins proposés ; sont ainsi étudiées les situations de l’Inde, de la Chine, du Sud-Est asiatique, de l’Australie et de l’Océanie, de l’Amérique du Sud, de l’Amérique du Nord, de l’Afrique australe, du Sahel, du Maghreb et enfin de l’Europe.

13La quatrième partie intitulée « Écologie politique de la famine » met à jour les facteurs structurels expliquant le développement à la fin du XIXe siècle de ces crises humanitaires. M. Davis critique les thèses classiques de l’origine du sous-développement.

14Peut-on ainsi faire du seul phénomène ENSO la cause des famines de cette fin du XIXsiècle ? La réponse avancée par M. Davis est clairement négative. L’exemple de la Chine est à cet égard probant. L’État chinois au XVIIIe siècle sut en effet durant les années 1743-1744 marquées par un important épisode El Niño (bien que comme le reconnaît M. Davis moins virulent que celui des années 1876-1879) très bien réagir et organiser une politique de secours à destination des paysans chinois confrontés à la sécheresse, empêchant ainsi le développement d’une crise de subsistance.

15L’intégration des économies tropicales à dominante rurale au marché mondial à partir des années 1850 est le facteur structurel qui a déterminé leur vulnérabilité aux phénomènes climatiques ENSO dans le dernier tiers du XIXsiècle. Cette intégration diminua la résistance des économies tropicales à trois niveaux :

161) Les producteurs locaux, contraints d’intégrer leurs productions à l’organisation commerciale et financière de leurs métropoles respectives, virent leurs situations économiques et sociales se détériorer en particulier parce qu’ils subissaient le poids d’une fiscalité importante, qu’ils ne bénéficiaient plus des ressources communales et que par conséquent ils se retrouvaient souvent endettés. Dans le même temps, les bénéfices qu’ils pouvaient retirer de leurs ventes à l’exportation étaient accaparés par leurs créanciers, bénéfices qui n’étaient pas investis dans la production, ce qui empêcha le développement d’un capitalisme agricole.

172) Les producteurs locaux connurent parallèlement une baisse de la valeur marchande des produits qu’ils exportaient vers leurs métropoles, ce qui renforça généralement leurs endettements initiaux.

183) Au niveau macroéconomique, l’imposition du mécanisme de changes de l’étalon or et l’« impérialisme formel et informel » des métropoles contribuèrent à affaiblir l’« autonomie fiscale des pays dominés et bloqu[èrent] l’émergence de politiques de développement » (p. 317).

19L’exemple de la politique britannique en Inde est sur ce point éloquent. Le maintien d’un excédent commercial6 avec l’Inde constituait en effet un moyen pour la Grande-Bretagne (qui connaissait dans ce dernier tiers du XIXe siècle un déclin relatif de sa productivité mais un niveau élevé de consommation) de financer les déficits qu’elle avait contractés notamment avec les États-Unis, l’Allemagne, le Canada et l’Australie. L’imposition aux producteurs indiens de productions d’exportation à destination de la métropole se fit alors que se développèrent dans le même temps d’importantes famines : de 1875 à 1900, « les exportations de céréales passèrent de trois millions à dix millions de tonnes par an » (p. 327).

20Par conséquent, les facteurs structurels qui expliquent le développement de ces crises de subsistance de la fin du XIXsiècle ne sont pas principalement démographiques mais liés à l’imposition par les pays occidentaux d’un modèle d’organisation économique se résumant à des « déficits commerciaux imposés, [des exportations] mettant en danger la sécurité alimentaire, [une] taxation abusive et [un] capital marchand prédateur, [un] contrôle étranger des revenus clés et des ressources susceptibles de contribuer au développement, [des] guerres civiles et agressions impérialistes chroniques, [une] paupérisation des paysans sous le régime de l’étalon-or » (p. 334).

21Les trois derniers chapitres illustrent les thèses avancées précédemment dans les cas de l’Inde, de la Chine et du Brésil mettant au jour pour chacun de ces trois pays les facteurs structurels qui ont été les éléments déclencheurs du sous-développement.

22L’ouvrage de M. Davis présente le grand intérêt de nous rappeler que si cette période de la fin du XIXe siècle et du début du XXsiècle a vu le développement d’une première mondialisation, dont l’étude comparée avec la mondialisation contemporaine peut s’avérer fructueuse7, elle s’est accompagnée de catastrophes humanitaires lui donnant une dimension beaucoup moins vertueuse. Il convient ainsi de tempérer l’idée selon laquelle cette première mondialisation reposait sur une intégration économique internationale non conflictuelle dénuée de rapports de force, ou du moins si elle l’était elle ne concernait que les pays occidentaux. N’oublions pas qu’au même moment, l’expansion coloniale de la Grande-Bretagne et de la France était à leur apogée. On estime qu’en 1800, les pays occidentaux détenaient 35 % du territoire mondial, en 1878, 67 % et en 1914, 85 %8. Les économies occidentales alors recherchaient des « marchés d’outre-mer, de matières premières, de main-d’œuvre bon marché, de terres immensément rentables »9. L’internationalisation économique loin d’être pluraliste était associée à la domination politique coloniale des métropoles.

23Enfin, l’ouvrage de M. Davis fournit de nouveaux éléments à la compréhension du sous-développement. Ces crises de subsistance qui ont touché les pays tropicaux dans ce dernier tiers du XIXsiècle expliquent le développement des inégalités de revenus et de ressources entre d’un côté ces pays qui n’étaient pas avant ces crises des « terres de famine » et que l’on désignera plus tard comme pays du tiers-monde, et de l’autre, les pays occidentaux.

Haut de page

Note de fin

1 Mike Davis enseigne aujourd’hui la sociologie urbaine. Parmi ces autres thèmes de recherche figurent l’histoire urbaine et environnementale et l’histoire du socialisme. Ses principales publications sont City of Quartz : Excavating the Future in Los Angeles (1992), Ecology of Fear : Los Angeles and the Imagination of Disaster (1999) et Magical Urbanism : Latinos Reinvent the US Big City 2000 (2000).
2 A. Sauvy, « Trois mondes, une planète », L’Observateur, 14 août 1952, n° 118, p. 14.
3 1876-1879, 1889-1891, 1896-1902.
4 R. Chandavarkar, « Plague Panic and Epidemic Politics in India, 896-1914 », in Terence Ranger et Paul Slack (éds), Epidemics and Ideas, Cambridge, 1992, p. 210, cité dans M. Davis, Génocides tropicaux, p. 168.
5 Les téléconnexions décrivent le « couplage entre le phénomène ENSO dans le Pacifique tropical et le reste du système climatique mondial » (p. 262).
6 La Grande-Bretagne exportait ses produits manufacturés et importait des produits agricoles.
7 Voir sur ce point S. Berger, Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié, Paris, Éditions du Seuil coll. La République des Idées, 2003, 96 p.
8 Ces estimations incluent colonies, protectorats, pays dépendants, dominions et commonwealth, voir sur ce point E. W. Said, Culture et impérialisme, Paris, Fayard, 2000, p. 42.
9 E. W. Said, ibid.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Ferraton, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://asterion.revues.org/97

Haut de page