Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Paolo Carta, Il Poeta e la Polis – Colpa e responsabilità in Wystan H. Auden, Padoue, CEDAM, 2003, 170 p., Index des noms, 15 €.

Marie GAILLE-NIKODIMOV

Texte intégral

1Il Poeta e la « Polis » – Colpa e responsabilità in Wystan H. Auden est un livre absolument singulier. Il ne faut pas se fier aux apparences d’un titre qui, pour tout lecteur de Platon, résonne de manière plaisamment familière. Il ne s’agit en rien d’un commentaire de l’exclusion des poètes hors de la cité, évoquée dans l’analyse de la tyrannie au livre VIII de La République. Phénomène inhabituel dans le champ de la réflexion politique, Paolo Carta s’intéresse, en tant qu’historien de la pensée politique, aux écrits d’un poète. Certes, pas des moindres : Wystan H. Auden, célèbre poète antifasciste anglais dans les années 1930. Qui plus est, celui-ci a pour ainsi dire ses entrées dans la pensée politique, comme ami et interlocuteur de Hannah Arendt à partir de 1958, et membre de son petit cercle d’amis new-yorkais. Il y a une certaine habileté à commencer l’ouvrage en relatant leur amitié et leurs échanges, notamment autour de l’ouvrage de Arendt, The Human condition : l’historien de la pensée politique a le sentiment qu’il est en terrain connu. Pour qui s’intéresse de manière spécifique à la pensée de Arendt, il y a là des éléments à glaner, notamment sur la question du pardon et du jugement abordée dans The Human Condition et Eichmann in Jerusalem. La démarche de Paolo Carta paraît d’autant plus légitime que Arendt elle-même a, de manière récurrente, mis en scène sa pensée à travers des études de trajectoires individuelles (en témoigne le magnifique recueil d’articles La Tradition cachée) et que sa correspondance – avec Jasper ou Heidegger – constitue un lieu de réflexion essentielle pour qui veut comprendre sa pensée politique.

2Pourtant, le cœur de l’ouvrage, sa véritable singularité sont ailleurs. Paolo Carta n’examine pas tant la relation entre Arendt et Auden que le rapport complexe et évolutif qu’entretient Auden, comme poète, à l’histoire et à l’engagement politique. L’intérêt que l’on éprouve à le suivre dans son enquête tient sans doute à l’époque même où Auden écrit – les « temps sombres » de l’avènement du fascisme en Italie, de la montée du nazisme en Allemagne, de la politique stalinienne en URSS, de la guerre d’Espagne et enfin, du second conflit mondial. Il découle également des différentes postures adoptées par Auden à l’égard de l’engagement politique qui, comme des variations sur un même thème, permettent d’envisager le spectre des attitudes possibles en la matière, de l’engagement public au retrait. Il relève surtout d’une interrogation fondamentale sur le statut politique de la langue et du travail poétique sur et dans une langue. À partir de 1939, il devient clair pour Auden qu’un poète n’agit pas sur le cours de l’histoire à travers une poésie politiquement engagée. Il agit en devenant philologue, car seule la philologie permet de rendre compte et d’exprimer. C’est à cette condition qu’il est possible, à ses yeux, d’utiliser la langue comme un instrument d’expression de notre libre arbitre. À la même époque, Otto Klemperer, demeuré en Allemagne, développe une perspective philologique similaire et met en garde contre les effets « toxiques » des formes syntaxiques, des vocables et des tournures créés par les nazis – qu’il a baptisés la langue du Troisième Reich, la LTI, la lingua Tertii Imperii, (LTI, la langue du IIIReich, trad. de E. Guillot, Paris, Albin Michel, 1996, p. 40). Artisan de la langue, Auden revendique, à travers sa soumission à « Dame philologie » une posture subtile, celle d’investissement politique qui se serait débarrassé des oripeaux de l’idéologie. En cela, il a toute sa place dans la réflexion d’un historien de la pensée politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie GAILLE-NIKODIMOV, « Paolo Carta, Il Poeta e la Polis – Colpa e responsabilità in Wystan H. Auden, Padoue, CEDAM, 2003, 170 p., Index des noms, 15 €. », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005, consulté le 27 avril 2017. URL : http://asterion.revues.org/95

Haut de page