Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Témoignages

Les charniers en Bosnie-Herzégovine. Les crimes contre les survivants

Amor Masovic

Résumé

Amor Masovic, responsable de la commission de recherche des disparus en Bosnie-Herzégovine et ancien responsable de la commission pour l’échange des prisonniers pendant la guerre de 1992-1995, nous présente ensuite un tableau accablant des disparitions dans les guerres récentes en ex-Yougoslavie, et des pratiques pour faire en sorte que ceux-ci ne soient ni retrouvés ni, encore moins, identifiés (d’où des fosses communes de deux types : « primaires » –  où les corps furent enterrés initialement – et « secondaires » – où ces mêmes corps furent ré-enterrés, souvent démembrés, après avoir été déterrés pour être dispersés et moins aisés à repérer). 28 000 des 40 000 disparus ex-Yougoslaves relèvent du conflit en Bosnie et sont à 95 % des civils protégés par les conventions de Genève. Sur les 280 charniers identifiés la plupart se trouvaient à l’arrière et non sur le front et les disparitions sont datables à des périodes de non-combat. Le but de la commission est donc d’abord de retrouver et identifier les morts pour « faire savoir » et permettre le deuil (puisque la barbarisation qui a été exercée est double : contre les victimes et contre leurs familles qui ne peuvent « vivre » tant qu’elles n’ont pas de certitude). En outre, faute de disposition légale et d’une absence de droit spécifique des disparus personne ne peut être incriminé pour une disparition devant le TPIY où les « disparus » ne sont donc pas représentés. Amor Masovic tire quatre conclusions de son exposé : 1) la barbarie exprimée aujourd’hui est pour partie un résultat des manques de la justice à l’égard des crimes de guerre de la seconde guerre mondiale ; 2) la guerre contre les civils augmente en même temps qu’augmentent les dispositions internationales contre ces exactions qui restent donc purement formelles ; 3) en Bosnie, la barbarisation s’est exercée sur les corps des victimes de façon redoublée puisque l’anéantissement des preuves du crime fait que la mort n’est pas une vraie fin. D’où une forme particulière de barbarisation d’après-guerre ; 4) seul élément plus « positif » : en Bosnie des échanges de prisonniers eurent lieu pendant la guerre sans attendre la fin du conflit ce qui est rarissime et va au-delà des exigences posées par les conventions de Genève en matière de libération des prisonniers.

Haut de page

Texte intégral

1Quatre années d’agression contre la Bosnie-Herzégovine ont emporté des centaines de milliers de vies, essentiellement de civils innocents, qui d’aucune manière ne prenaient part au conflit, et ont laissé des villages et des villes désertés et pillés ; les maisons en cendres. Plus d’un tiers de la population totale encore aujourd’hui a un statut de réfugié et de personne déplacée, reçu lors de la campagne de « nettoyage ethnique », ce qui est seulement un euphémisme pour un génocide.

2Mais, pourtant, l’une des plus graves conséquences de l’agression contre la Bosnie-Herzégovine, assurément, est « la disparition » de 27 719 personnes. La plus grande partie de cette population consiste en Bosniaques (91%), ensuite en Serbes de Bosnie (6%), en Croates de Bosnie (2%) et en 1% pour les autres1. Plus de 10% sont des personnes de sexe féminin et plus de 3% sont des mineurs de moins de dix-huit ans. Plus de 95% des « disparus » relèvent des catégories de personnes protégées par les conventions internationales du droit de la guerre et du droit humanitaire, donc des civils, des personnels sanitaires, des personnels religieux, des prisonniers de guerre, des femmes, des enfants, des blessés et même des parlementaires (négociateurs).

3La plus grande partie des « disparitions » ne se passe pas, comme il aurait été logique de le supposer, au cours de batailles. Au contraire : « les disparitions » ont lieu là où il n’y a pas le moindre conflit ni la moindre résistance de la population locale minoritaire ce qui, dans tous les cas, nous amène à la conclusion que « les disparitions » de masse sont le fruit d’actions de « nettoyage ethnique » soigneusement et systématiquement organisées et non le résultat des agissements éventuels d’un individu ou d’un groupe incontrôlé.

4Beaucoup de survivants, parmi les membres de la famille, ont cru, tout le temps que l’agression a duré, et, quelques uns d’entre eux, longtemps après l’arrivée de la paix à la fin de 1995, que la disparition de leurs proches n’était pas définitive, que leur père, leur fils, leur frère, leur mère, leur fille, leur sœur et leurs cousins sont vivants et se trouvent prisonniers dans des camps de détention. Ces réflexions des survivants sont propres à chaque être humain : la plupart des gens ne peuvent pas et ne veulent pas croire à la perte de leurs proches jusqu’à ce qu’ils en aient une preuve directe, jusqu’à ce qu’ils voient le corps des victimes. Ces réflexions des survivants sont renforcées par leur incrédulité envers l’idée que quiconque ait pu faire du mal à leurs proches parce qu’eux, leurs proches, étaient totalement innocents et qu’ils n’ont causé aucun dommage ni n’ont fait de mal à personne. Les survivants n’ont pas voulu croire que le mal pourrait justement venir de ceux dont on pensait qu’ils représenteraient un refuge pour leurs proches. Malheureusement, c’est justement ce qui s’est passé : le mal est venu des voisins avec lesquels on avait vécu des dizaines d’années et des siècles dans un bon voisinage.

5La propagande anticivilisée de l’ennemi a répandu de la désinformation et des demi-vérités et a contribué à renforcer la croyance des survivants que leurs proches sont toujours vivants, qu’ils sont prisonniers et qu’ils seront échangés, ce qui, le temps passant, a creusé davantage les souffrances psychiques des survivants. La propagande ennemie a manifestement utilisé la devise : « À la guerre, tout est permis ».

6Aujourd’hui que la guerre est passée pour beaucoup de monde depuis longtemps et que nombre d’entre nous en Bosnie-Herzégovine vivent les fruits de la paix, nous ne devons en aucun cas oublier le fait que presque deux cent cinquante mille personnes en Bosnie-Herzégovine, jour après jour, souffrent d’une terrible incertitude concernant le destin de leurs proches. Pour la plupart des mères qui recherchent la vérité sur le destin de leur fils, de leur mari, de leur frère, la vie s’est tout simplement arrêtée le jour de leur disparition. Leur vie continuera au moment où elles sauront la vérité, quand elles connaîtront le destin de leurs proches et quand ceux qui en sont responsables seront punis pour leurs crimes.

7Le destin de 27 000 disparus en Bosnie-Herzégovine est maintenant certain.

8Leur destin est la mort.

9La dernière demeure de nombre d’entre eux, ce sont des charniers dans lesquels sont « enterrés » les corps de dizaines ou de centaines d’êtres humains sans le moindre égard et sans ordre. Parfois, ce sont des fosses naturelles situées dans les régions rocheuses à l’est et au nord-ouest de la Bosnie, allant jusqu’à jusqu’à quatre-vingts mètres de profondeur, devant lesquelles ont été pratiquées les exécutions arbitraires des victimes. Parfois, ce sont des décharges avec des milliers de tonnes d’ordures et de déchets. Dans certains cas, les victimes ont été brûlées d’une manière organisée, jetées dans des rivières ou des lacs pollués avec des déchets chimiques.

10Après avoir jeté les victimes parmi lesquelles se trouvaient des bébés, des enfants, des personnes âgées et des invalides de la Deuxième Guerre mondiale, les fosses sont masquées en les recouvrant d’énormes quantités de terre, de cailloux, d’ordures et d’autres déchets. Dans un nombre de cas non négligeable, on a jeté dans les fosses différents produits et appareils explosifs : des charges explosives, des grenades à main, des bombes, des tromblons qui sont ensuite activés. Le but était d’effacer les traces de ces crimes affreux et ensuite, de rendre impossible l’identification des victimes dans le cas où la fosse serait découverte.

11Dans les décharges, les victimes sont recouvertes d’amoncellements, non seulement de déchets mais d’une grande quantité de restes de squelettes d’animaux, tout cela dans le même but : ne pas pouvoir retrouver et identifier les victimes.

12Les exécuteurs ont fait preuve d’une monstruosité particulière en 1992 lors de l’exécution des victimes dans les camps de la région de Prijedor comme Manjaca, Omarska, Trnopolje, Keraterm et les autres camps.

13Après avoir été liquidées, les victimes ont été apportées dans des mines locales, allant jusqu’à vingt-cinq mètres de profondeur, où elles étaient recouvertes de déchets de la mine (le reste des minerais non utilisés).

14Les exécuteurs et leurs complices ont confirmé leur inhumanité, leur barbarisme et l’absence des moindres sentiments humains en 1995, dans la prétendue « zone protégée » par l’ONU de Srebrenica. En sept jours au total, à cet endroit, les formations militaires de Milosevic et de Karadzic ont commis un crime terrible et inconcevable pour l’esprit humain contre la population locale bosniaque et contre les réfugiés qui se trouvaient dans l’enclave.

15À la mi-juillet de l’année de guerre 1995, suite aux violentes attaques de l’artillerie et de l’infanterie de l’armée de Milosevic et de Karadzic, dirigées avant tout contre la population civile de Srebrenica, a commencé l’un des plus grands exodes de l’un des peuples d’Europe les moins nombreux – les Bosniaques. Plusieurs dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants épuisés par un siège de trois ans, par le manque de nourriture et de sel, affamés et blessés ont pris la route abandonnant leurs maisons et leurs camps de réfugiés.

16Les hommes et les garçons les plus mûrs en âge connaissaient par leur propre expérience, et par des nouvelles apportées à Srebrenica par ceux qui avaient survécu à l’enfer de la Bosnie de l’est, les crimes atroces commis à Bratunac, Zvornik, Vlasenica, Foca, Visegrad et Rogatica par les mêmes personnes qui tuaient les civils par des tirs d’artillerie indiscriminés et tenaient le siège autour de Srebrenica. Confrontés à la trahison des troupes de l’ONU stationnées dans l’enclave de Srebrenica, sans armes pour se défendre, ils décident de suivre « le chemin du salut » en direction des positions des forces gouvernementales.

17Sur ce « chemin du salut » plus de 10 700 Bosniaques allaient « disparaître » pour toujours. Le destin de ceux qui se sont rendus à l’ennemi, aussi bien que de ceux qui ont refusé de se rendre, a été le même : ils ont été liquidés d’une manière systématique et la plus monstrueuse dans des camps improvisés ou dans des forêts aux alentours de Srebrenica. Un petit nombre seulement a survécu à ce terrible génocide après la Deuxième Guerre mondiale.

18Dans la ville de Tuzla (au nord de la Bosnie), aujourd’hui, à la morgue, des squelettes, des vêtements, des chaussures, des affaires personnelles et des papiers de plus de 4 000 victimes de Srebrenica sont rangés proprement. Toutes ces victimes ont été exhumées dans les quatre dernières années, à partir de plus de trente charniers, par les experts locaux et par les experts du Tribunal pénal international pour les crimes commis en ex-Yougoslavie.

19Malheureusement, tous ces charniers sont de nature secondaire, ce qui veut dire que les exécuteurs et leurs complices, juste avant et après la conclusion de la paix en novembre 1995, à l’aide de lourds appareillages mécaniques (de bulldozers) ont déplacé les corps des victimes qui étaient dans les charniers primaires.

20L’objectif était, à partir de quelques grands charniers primaires qui contenaient quelques centaines ou milliers de dépouilles mortelles, de créer le plus grand nombre de petits charniers secondaires avec quelques dizaines de victimes et, tout cela, afin que, dans le cas où les charniers seraient découverts, le nombre de victimes soit minimisé et que l’ampleur et la monstruosité du crime soient diminuées.

21Malheureusement, même si on réussit à localiser tous les charniers secondaires, les criminels sont déjà parvenus à réaliser leur objectif. Les corps étant déchiquetés, défigurés, avec les parties du corps d’une même victime se trouvant dans trois charniers différents, éloignés entre eux de plusieurs dizaines de kilomètres, il faudra beaucoup d’efforts de la part des experts, du temps, de l’argent et de la patience, pour établir l’identité de ces victimes.

22En réenterrant et en dérangeant les charniers, c’est une continuation du crime non seulement envers les morts mais aussi envers leurs parents qui ont survécu.

23Il se commet aussi un crime envers les parents vivants, car après la perte de leurs proches qu’ils croyaient être la plus grave de toutes, ils en sont venus à comprendre que cette perte et leurs souffrances psychiques pouvaient s’aggraver encore. Savoir que peut-être, on n’aura jamais l’occasion d’enterrer ses proches rend les souffrances plus intenses.

24Dans la période comprise entre 1996 et 2002 ont été exhumées les dépouilles mortelles de plus de 16 500 victimes, à partir de plus de 290 charniers et de plus de 3 500 fosses individuelles.

25Le problème de la « disparition » de 27 719 personnes et la résolution de leur destin ne concernent pas seulement les membres de leurs familles qui ont survécu.

26C’est en même temps le problème de la société entière de Bosnie-Herzégovine.

27Savoir s’il peut y avoir une résolution rapide de l’énigme appelée le destin des « disparus » dépend tout particulièrement de la possibilité et de la rapidité de l’ouverture du chemin de réconciliation en Bosnie-Herzégovine. Les familles insistaient tout le temps sur le fait que la connaissance du destin de leurs proches est la condition préalable la plus importante, c’est-à-dire la condition sine qua non pour l’ouverture du processus de la réconciliation. Elles insistaient aussi sur le fait que la punition des responsables pour les exécutions arbitraires est un indicateur sûr vers une réconciliation et vers une paix stable dans toute la région.

28Sans vérité et justice pour la victime et le criminel, l’établissement de la paix allait se révéler être seulement un armistice plus ou moins long, avant de nouveaux conflits encore plus sanglants.

29Beaucoup de familles s’interrogent aujourd’hui à bon droit : n’est-il pas grand temps de considérer l’« enterrement » dans les charniers et le dérangement des charniers, comme une sérieuse infraction au droit humanitaire international et qu’il soit comme tel sanctionné dans les conventions internationales appropriées ?

30Un barbarisme jamais vu a caractérisé les guerres sur le territoire de l’ex-Yougoslavie envers des catégories de la population civile qui auraient dû être particulièrement protégées selon les prescriptions des conventions internationales.

31Les criminels n’ont pas craint de maltraiter, torturer, terroriser, y compris de violer les enfants, les vieux, et les malades. Et quant aux soldats, on a enregistré un grand nombre de cas de liquidation de prisonniers de guerre, de blessés et même de parlementaires (négociateurs), aussi bien que des crimes contre les personnels religieux et sanitaires.

32Les Serbes de Bosnie ont manifesté un barbarisme particulier juste avant, pendant et après les exécutions arbitraires sur les civils emprisonnés et les prisonniers de guerre. En Bosnie, l’identité des victimes leur a même été prise trois fois.

33La première fois, les criminels ont enlevé leur identité aux victimes quand, avant les exécutions, ils leur ont enlevé toutes les affaires et papiers personnels, y compris assez souvent les vêtements et les chaussures qui pouvaient servir à l’identification.

34La deuxième fois, on a enlevé l’identité aux victimes quand les criminels les ont enterré d’une façon non civilisée, c’est-à-dire barbare, dans des charniers, en remplissant des dizaines, des centaines et dans le cas de Srebrenica jusqu’à mille victimes dans des charniers spécialement préparés.

35Parfois, c’était des fosses naturelles et des mines allant jusqu’à quatre-vingts mètres de profondeurs sous la surface de la terre, à propos desquelles les criminels étaient tout à fait conscients que cette façon d’enterrer les victimes, même dans le cas où les tombes seraient découvertes, rendrait impossible leur identification.

36Et l’identité des victimes leur a été prise pour la troisième fois lors du dérangement des charniers et déplacement des dépouilles mortelles dans des localisations dites secondaires. Les criminels savaient qu’en broyant les os, en déchirant les corps avec des têtes de pelles mécaniques, en écrasant et en broyant les victimes sous les chenilles des roues de lourdes pelleteuses, des excavatrices et des camions, ils savaient qu’en faisant tout cela ils allaient rendre impossible ou plus difficile le travail des experts en médecine légale pour établir l’identité des victimes et qu’ils allaient encore approfondir et prolonger l’agonie de leurs familles même au cas où les charniers seraient découverts.

37Malheureusement, les barbares ont en cela réussi pour une grande partie. Des milliers de restes de squelettes de Bosniaques sont aujourd’hui dispersés à travers la Bosnie-Herzégovine dans des morgues et des cimetières comme nomen nescio, sans espoir qu’un jour leurs prénoms et leurs noms leur soient rendus.

38Dans de nombreux cas, même l’application des méthodes les plus sophistiquées comme c’est le cas des analyses ADN, n’a pas donné de résultats positifs et les victimes ont dû être enterrées sous le signe N.N.

Haut de page

Note de fin

1 Le texte original comporte les expressions « Bosniaques » (Bosnjaci), « Serbes Bosniaques », « Croates Bosniaques ». Étant donné l’ambiguïté du terme « Bosniaque » qui, de l’ensemble des habitants de Bosnie, en est venu à désigner spécifiquement les musulmans, il semble préférable, pour éviter toute ambiguïté, de traduire « Serbes Bosniaques » par « Serbes de Bosnie » (Isabelle Delpla).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amor Masovic, « Les charniers en Bosnie-Herzégovine. Les crimes contre les survivants », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005, consulté le 27 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/90

Haut de page

Auteur

Amor Masovic

Président de la commission fédérale pour la recherche des personnes disparues de Bosnie-Herzégovine, récipiendaire du prix Sakharov pour les droits de l’homme 2002

Haut de page