Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Témoignages

La lettre de Nusreta Sivac

Nusreta Sivac
Traduction de Aida Muratovic

Résumé

Nusreta Sivac, ancienne juge à Prijedor, détenue au camp d’Omarska en 1992, retrace quant à elle le processus qui conduit de l’occupation de la ville par l’armée nationaliste serbe au licenciement des non Serbes, à l’expulsion des logements, à l’arrestation et enfin à l’emprisonnement dans le camp d’Omarska, proche de la ville, processus auquel ont participé aussi bien ses anciennes collègues – femmes – dans une forme de barbarie ordinaire qui va au-delà des combats. Elle décrit les conditions de vie dans ce camp, où les diverses lois et conventions juridiques ne lui sont plus apparues que comme du papier, et les circonstances de sa libération fin 1992. Réfugiée puis personne déplacée de 1993 à 1996, elle a récupéré son appartement, toujours occupé par une ancienne collègue, en 2001, mais ne peut y résider (tout y a été détruit et l’hostilité de ses voisins est manifeste). N. Sivac caractérise la situation actuelle par l’absence d’affrontement et l’absence de remords. Face à sa totale impuissance dans le camp devant les exactions commises, le témoignage pour la justice internationale lui est dès lors apparu comme une évidence, même si les effets de cette justice restent à Prijedor, en dépit d’un nombre important de procès, bien minces.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction revue par Isabelle Delpla.

Texte intégral

1Je suis Nusreta Sivac. Je viens de Bosnie-Herzégovine – de la ville de Prijedor. Je suis née à Prijedor, j’y ai terminé l’école secondaire et après des études de droit, j’y ai travaillé comme juge au tribunal municipal jusqu’en 1992.

2Cette année-là, le 30 avril, le Parti démocratique serbe (SDS a renversé les organes légitimes du pouvoir et a totalement pris le contrôle de la ville, avec l’aide des forces de l’armée et de la police.

3Quand je suis arrivée ce jour-là à mon travail, devant le bâtiment du tribunal, j’ai trouvé un groupe d’hommes armés. Ces hommes ont sorti une sorte de liste et ils m’ont dit que je ne travaillais plus là. Je suis rentrée à la maison sans pressentir que cela était seulement un prélude à ce qui m’arriverait plus tard. Très vite après cela, la radio locale a émis un avis public de la cellule de crise. D’après cet avis, les habitants non serbes devaient porter au bras des rubans blancs lors de leurs déplacements et ils devaient accrocher des drapeaux blancs aux fenêtres de leurs maisons et de leurs appartements. Des camps de concentration ont été formés à Prijedor et dans ses environs. Moi, j’étais parmi ceux qui ont été amenés au camp de concentration d’« Omarska », avec mes collègues de l’administration judiciaire. Je ne sais pas si vous avez appris l’existence de ce camp par vos médias d’information. C’étaient les premières prises de vues live depuis la Seconde Guerre mondiale qui ont fait le tour du monde. Ces enregistrements étaient ceux de l’équipe de télévision britannique ITN. Sur ces images on voyait des squelettes vivants debout, dressés derrière des fils de fer barbelés.

4J’ai passé là deux mois avec des milliers d’hommes et trente-cinq femmes. Je dirai quelques mots sur ce qui s’est passé là-bas.

5Les intellectuels étaient exposés aux coups de ces nouveaux pouvoirs et la plupart d’entre eux ont terminé dans les camps de concentration. À part eux, les membres des partis politiques – HDZ et SDA –, ont été emmenés dans les camps ainsi que des notables et des gens riches qui ont acquis un capital par leur travail. Il y avait évidemment ceux qui avaient été emmenés dans les camps lors de la purification ethnique des alentours et des villages autour de Prijedor. Ont aussi été amenés dans les camps des personnes âgées et des personnes épuisées, ainsi que des mineurs. De cette manière, le nombre des personnes dans le camp augmentait constamment. Les tortures sur les prisonniers étaient horribles. Ma journée dans le camp commençait par le comptage des morts. On mangeait une fois par jour. Pour le repas, on recevait un morceau de pain, un peu de haricots rouges cuits ou une feuille de salade. Cette nourriture était le plus souvent pourrie. On nous laissait deux minutes pour manger. Si vous n’aviez pas réussi à manger ces restes de repas, les gardiens vous battaient parfois même jusqu’à la mort. Les femmes avaient l’obligation de travailler à distribuer les repas aux prisonniers. Elles exécutaient toutes les tâches ordonnées par les soldats. Elles dormaient dans les deux pièces qui servaient de lieu d’interrogatoire des prisonniers pendant la journée. Le soir, en arrivant dans ces pièces, elles trouvaient les appareils pour les supplices et sur les murs et sur le sol, plein de sang. Souvent elles étaient exposées à des brutalités sexuelles.

6J’ai passé deux mois à « Omarska » et ensuite j’ai été transférée avec un groupe de femmes dans un deuxième camp nommé « Trnopolje » où j’ai passé cinq jours. Après cela, j’ai été relâchée mais je n’ai pas pu revenir dans mon appartement parce que ma collègue de travail Ankica Javoric s’y était installée après ma déportation au camp. À ce moment-là, je n’avais qu’une seule envie, c’était de quitter la ville où j’étais née, où mes parents étaient nés. J’ai réussi à le faire avec un grand effort. Je ne trouvais plus le sens de ma vie à Prijedor. Là-bas les gens continuaient à être tués dans leurs maisons, dans la rue, seulement parce qu’ils n’étaient pas serbes. Lorsque j’ai vu la lumière de la liberté, j’ai essayé de parler de ce qui se passait dans ma ville avec d’autres personnes qui avaient survécu à l’enfer d’« Omarska », afin de mettre en marche un mécanisme international qui arrêterait la guerre en Bosnie. Malheureusement la guerre a duré longtemps encore, jusqu’en 1995, jusqu’à la signature des accords de Dayton.

7Au début, je ne pouvais pas parler de ce que j’avais vécu. J’ai essayé de le refouler au plus profond de moi. Mais je sentais que je sombrais dans ma propre souffrance. À ce moment-là, je me suis dit : « Non tu dois essayer, tu as une obligation morale envers tous ceux qui ne sont plus là, envers mes collègues, mais, avant tout, envers cinq femmes qui n’ont pas survécu à l’enfer d’“ Omarska ” ».

8Mes premiers contacts avec le Tribunal de La Haye ont commencé très vite après sa création. Il n’y avait aucun dilemme pour savoir si je témoignerais ou pas. Il fallait accuser et arrêter ceux qui avaient commis ce crime envers moi et mes concitoyens…

9Le travail du Tribunal de La Haye a commencé avec l’ouverture des dossiers sur les crimes commis dans le camp d’« Omarska ». Prijedor est une ville qui est en tête de liste, non seulement pour le nombre des accusés, mais aussi pour le nombre des dossiers qui sont en cours de procédure au Tribunal à La Haye.

10Des treize dossiers devant le Tribunal, certains sont achevés. Seulement trois personnes se sont présentées au Tribunal volontairement alors que les autres ont été arrêtées par les forces internationales de la Force de stabilisation de la paix (SFOR). J’ai eu l’occasion de me présenter trois fois comme témoin-victime devant le Tribunal. La première fois dans l’affaire de l’accusé Milan Kovacevic ; mais quand j’ai eu effectué tous les préparatifs et au moment où je devais me présenter à la salle d’audience pour témoigner, l’accusé était mort. En 2000, j’étais pour la deuxième fois au jugement de cinq accusés pour des crimes commis dans le camp d’« Omarska », dans l’affaire Kvocka et alii. La troisième fois, j’ai été témoin dans le cas Talic-Brdjanin, en janvier de cette année (2003). Le grand problème pour la victime-témoin est le retour à l’endroit où le crime a été commis. À l’été 2002, je suis rentrée à Prijedor, dans mon appartement, et j’ai compris tout de suite que je n’étais pas la bienvenue dans cet environnement. Quelques jours après mon retour, une grande pancarte avec l’inscription « Omarska » a été placardée à côté de ma porte.

11Il est vraiment difficile de rentrer dans une ville où on continue à célébrerles résultats des crimes, et dans laquelle depuis 1992, le 30 avril est célébré comme le jour officiel de la municipalité (ce jour est la date de la prise du contrôle de la ville par le SDS par la force ; ce jour est aussi le commencement de la perdition de la population non serbe). Le symbole de cette ville est la croix avec quatre « S ». Non seulement le crime est célébré dans ma ville, mais encore il triomphe. Le paroxysme de cela est le camp de concentration « Trnopolje » où une croix a été érigée il n’y a pas très longtemps. Sur cette croix est écrit : « Ici ont péri ceux qui ont tissé leurs vies dans les fondements de la République serbe. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nusreta Sivac, « La lettre de Nusreta Sivac », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 29 juin 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://asterion.revues.org/89

Haut de page