Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Une interprétation oblique du Prince : le procès de Machiavel dans les Ragguagli di Parnaso de Traiano Boccalini

Claire Henry

Résumé

Traiano Boccalini (1556-1613) auteur des Ragguagli di Parnaso (1612 et 1613) prend position dans le débat sur l’interprétation républicaine de Machiavel : l’auteur du Prince a-t-il écrit pour aider la monarchie ou bien contre elle ? Boccalini semble prendre une position nuancée, affirmant que si l’on condamne Machiavel c’est justement parce qu’il pourrait trop bien servir aux républicains. Lui-même utilise la métaphore du berger, traditionnellement liée à l’idée religieuse, pour montrer que le monarque n’est pas le berger désintéressé du troupeau humain comme il voudrait le faire croire, mais un berger tout attaché au profit qu’il peut tirer de ses brebis. L’ironie dénonce une image pastorale (idyllique) de la monarchie mais Boccalini n’en n'appelle pas pour autant au soulèvement, source des plus grandes souffrances.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Severamente doveva essere punito per esser di notte stato trovato in una mandra di pecore, alle quali s’ingegnava di accomodare in bocca i denti posticci di cane.

(« Il devait être sévèrement puni pour avoir été trouvé nuitamment dans un troupeau de brebis, auxquelles il s’ingéniait à mettre dans la bouche des dents de chiens postiches. »)

Ragguaglio I, 89.

1Le procès de Machiavel, accusé d’être l’inventeur de la raison d’État, est l’un des passages les plus fréquemment cités des Ragguagli di Parnaso de Traiano Boccalini. Cette œuvre qui eut une grande notoriété en Europe au xviie siècle a été publiée, pour le premier tome, en 1612, et pour le second en 1613. L’auteur n’eut guère le temps de profiter de ce succès éditorial puisqu’il mourut le 29 novembre 1613. La rumeur accusa des sbires envoyés par l’Espagne (fréquemment critiquée dans son œuvre) de l’avoir assassiné à coups de sacs de sable, ou bien, selon d’autres, empoisonné. Nous savons à présent qu’il n’en était rien : mais le venin était dans l’œuvre, caustique, ironique, acérée.

1. Machiavel républicain

2Ce procès de Machiavel est au cœur de la problématique de la raison d’État dans l’œuvre de Boccalini, et il fait l’objet d’interprétations fort divergentes. Il s’agit de savoir si dans ce passage Boccalini condamne ou célèbre Machiavel ; savoir s’il voit en lui l’inventeur de l’impie raison d’État qu’il dénonce1, ou bien plutôt celui qui, en rendant publiques les méthodes de la raison d’État, en supprime l’un des éléments indispensables, à savoir le secret. Et si l’on admet qu’il s’agit bien là d’une vision « républicaine » de Machiavel et que l’auteur du Prince entendait révéler à tous les arcanes du pouvoir princier pour que les peuples puissent les combattre, reste à savoir si Boccalini condamne ou non la révélation des secrets de la raison d’État, ce qui pourrait amener à une révolution sanglante.

3De grands auteurs ont vu en Machiavel un républicain, qui se serait efforcé de démonter les mécanismes de la raison d’État non pour en rendre l’utilisation plus efficace, mais pour la rendre plus difficile. À qui sert l’outil du Prince ? Aux princes qui appliquent la magistrale leçon des tyrans ou aux républicains qui décryptent les actions du prince ? C’est ce que pense par exemple Rousseau, qui écrit dans le Contrat social :

[…] il est naturel que les Princes donnent toujours la préférence à la maxime qui leur est le plus immédiatement utile. C’est ce que Samuel représentait fortement aux Hébreux, c’est ce que Machiavel a fait voir avec évidence. En feignant de donner des leçons aux Rois, il en a donné de grandes aux peuples. Le Prince de Machiavel est le livre des Républicains.

4La note de l’auteur dans l’édition de 1782 est également très éclairante :

Machiavel était un honnête homme et un bon citoyen : mais attaché à la maison de Médicis il était forcé dans l’oppression de sa patrie de déguiser son amour pour la liberté. Le choix seul de son exécrable Héros manifeste assez son intention secrète ; et l’opposition des maximes de son Livre du Prince à celles de ses discours sur Tite-Live et de son histoire de Florence démontre que ce profond politique n’a eu jusqu’ici que des lecteurs superficiels ou corrompus. La cour de Rome a sévèrement défendu son livre, je le crois bien ; c’est elle qu’il dépeint le plus clairement.2

5C’est ce que l’on appelle l’interprétation « oblique » (indirecte) de Machiavel, ou interprétation républicaine. On peut si l’on veut remonter plus loin, et chercher des exemples antérieurs de cette interprétation : elle est signalée par Pierre Bayle dans son Dictionnaire historique et critique3 dès 1697 ou même défendue par Alberico Gentili dans son De legationibus publié à Londres en 15854. Mais ces interprétations fleurissent pour la plupart au xviiie siècle.

6Il pourrait sembler audacieux de voir en Boccalini un tel précurseur, qui serait indirectement, à travers Bayle, qui le cite comme un défenseur de Machiavel à propos justement de ce procès du Ragguaglio I, 89, à l’origine des interprétations de Rousseau et de l’Encyclopédie5. Pour Luigi Firpo il s’agit ni plus ni moins d’anachronisme : nous voudrions voir chez Boccalini les prémisses de notre propre interprétation de Machiavel, mettant ainsi dans ce texte ambigu ce que nous voulons y voir, à rebours s’il le faut des convictions de l’auteur6.

2. Les ambiguïtés du Menante

7La difficulté d’interpréter les Ragguagli tient en particulier à son caractère d’œuvre fictionnelle, « non assertive » pour reprendre la terminologie de Tzvetan Todorov : est assertive un œuvre où le « je » du texte est assimilable avec une exactitude suffisante (jamais parfaite) à l’auteur, ce qui est le cas en général des œuvres philosophiques, politiques ou scientifiques. Est non assertif un texte où le « je » (le narrateur, si l’on veut) n’est pas assimilable directement à l’auteur7. Et si le Menante du Parnasse est bel et bien un double de Boccalini, par certains côtés (Boccalini lui-même a rédigé de vraies gazettes), il n’y a pas identité entre les deux. Le Parnasse est un lieu de fiction (et non le lieu abstrait d’un traité politique) avec des personnages, dont chacun porte un discours qui n’est pas forcément celui de l’auteur, et qui peut être celui de ses adversaires ; du reste le Menante ne parle que très peu dans les nouvelles en son propre nom. Luigi Firpo a voulu retrouver l’identité de Boccalini à la fois chez le Menante, qui en serait l’équivalent quotidien, et chez Apollon, qui représenterait la partie la plus haute de l’intellect boccalinien8. Il nous semble cependant que les choses ne sont pas aussi simples dans la mesure où Apollon dans certains textes est capable lui aussi de se comporter en monarque calculateur, et d’appliquer à son propre royaume les recettes de la raison d’État. Il y a donc dans le texte des Ragguagli une ambiguïté fondamentale, et voulue, de la part d’un auteur qui a choisi, justement grâce à cette forme nouvelle, d’avancer masqué9.

3. Divergences des critiques de Boccalini

8Les critiques ont beaucoup débattu de ce problème d’interprétation et en ont tiré des conclusions parfaitement contradictoires. Citons-en quelques exemples. Dans son ouvrage L’idée de la raison d’État dans l’histoire des temps modernes, Friedrich Meinecke écrit à propos de Boccalini : « Il avait le sentiment trop net qu’il n’y avait pas que perversité dans les moyens de gouvernement qu’il reprochait aux princes, mais qu’une inflexible contrainte y faisait aussi sentir ses effets, et que la vie des États et des peuples ne pouvait se passer entièrement de ces moyens » ; et plus loin : « [Il] déclarait qu’il était de l’intérêt général que Tacite réservât ses lunettes [qui permettent d’y voir clair au sujet des princes] aux secrétaires et conseillers des Princes, ce qui allait de soi, et que ceux-ci cachent soigneusement les écrits politiques qui pouvaient leur nuire. »10 Paolo Treves, un peu plus tard, écrit :

Il Boccalini stesso non si fa illusioni, non spera. Tutto ciò non è serio dirlo davvero, né converrebbe tentar di mutar qualcosa, che non si sa dove si andrebbe a finire, […] ne è persuaso : interesse e ragion di stato sono le due molle dell’azione politica, interesse, che supera ogni considerazione […] che non rende, quindi, possibile nessuna speranza di azione mossa da idee, da ideali, da aspirazioni etiche.11

9Pour Alberto Asor Rosa, toutes ces interprétations relèvent du contresens – ou de la naïveté :

Su talune delle questioni più importanti, come quelle che riguardano Machiavelli e Tacito, l’opinione effettiva del Boccalini è da ricercarsi, al di là del travestimento più appariscente attraverso cui i suoi pensieri si presentano.12

10Or si l’on y regarde de près, on constate que les divergences entre les différents auteurs se fondent particulièrement sur l’interprétation de quelques phrases, voire de quelques mots précis, qui figurent justement dans ce texte du procès de Machiavel. Citons par exemple Toffanin dans le chapitre « Tacitismo rosso » de son ouvrage Machiavelli e il tacitismo13 ; il reprend d’abord un passage du Ragguaglio I, 89, dont il souligne une phrase :

Pecore alle quali [Machiavel] s’ingegnava di accomodare in bocca i denti posticci di cane, con evidente pericolo che si disertasse la razza de’ pecorai, persone tanto necessarie in questo mondo.14

11Or bien entendu si les princes sont nécessaires, cela veut dire que Boccalini condamne toute idée de révolte contre la monarchie et c’est ce que déduit Toffanin :

Egli [Boccalini] conchiude per il tacitismo contro il machiavellismo perché il primo […] non mette alle pecore i denti di lupo come il secondo aveva fatto.15

12C’est donc que l’expression persone tanto necessarie ne lui semble pas ironique.

4. La métaphore du berger

13Pour y voir plus clair, rappelons en deux mots le déroulement du procès. Machiavel est arrêté dans la bibliothèque d’un de ses amis, où il se cachait (signe qu’il s’agit bien de livres dont on parle), et on l’accuse d’être l’inventeur de la raison d’État. Il se défend, brillamment du reste, en affirmant qu’il n’a rien inventé mais n’a fait que mettre au jour des pratiques que les princes n’ont pas attendu pour connaître et pratiquer. Au moment où les juges s’apprêtent à le relâcher, reconnaissant le bien-fondé de ces arguments, arrive une nouvelle : l’accusé a été trouvé pendant la nuit en train de mettre aux bouches des brebis des dents factices, ce qui risque fort de mettre en péril la race des bergers, persone tanto necessarie. Dès lors son sort est scellé, et il est condamné à être brûlé.

14Ce dernier argument doit être compris de manière métaphorique : les brebis représentent le peuple, et les bergers les princes qui doivent veiller sur elles. Cette métaphore, principalement d’origine biblique16, est reprise de nombreuses fois dans les Ragguagli, où se développe tout un réseau métaphorique autour des brebis : les chiens qui gardent le troupeau sont les soldats qui protègent le pays ; le lait et la laine que le berger tire des brebis sont les impôts que payent les sujets… Si l’on veut montrer que le Ragguaglio I, 89 est bel et bien une défense de Machiavel, il faut argumenter en faveur de l’ironie dans ce passage final du Ragguaglio.

15Divers éléments nous y incitent. Tout d’abord une accumulation de superlatifs et autres termes très forts, qui peut être considérée comme un indice d’exagération et donc d’ironie : abbominevoli ed esecrandi precetti (« abominables et exécrables préceptes »), meritamente (« justement »), severamente (« sévèrement »), tanto necessarie (« si nécessaires »), indecente e fastidiosa cosa (« chose indécente et pénible »), quello scelerato (« ce scélérat »), pour ne citer que ceux présents sur trois ou quatre lignes. Mais c’est le recoupement avec d’autres textes des Ragguagli qui nous semble le plus éclairant : en effet cette métaphore est utilisée très régulièrement dans le champ politique, et toujours dans le cadre de la menace de révolte contre les princes.

16L’un des textes en particulier est intéressant, où ce sont les princes eux-mêmes qui dénoncent la fausseté de la métaphore lorsqu’elle ne leur sert plus mais au contraire les dessert. Dans le Ragguaglio 76 de la première centurie, devant la définition aristotélicienne du tyran comme le prince qui se préoccupe de son propre intérêt plutôt que de celui de ses sujets17, les princes du Parnasse se récrient, et menacent le philosophe :

Non sapeano vedere qual fosse quel potentato, per antico, per ereditario e per ottimo ch’egli si fosse, che non venisse bagnato dall’acqua di quella diffinizione tanto universale.

17Et ils dénoncent eux-mêmes la métaphore qui servait si bien à montrer leur légitimité et à les montrer comme le berger bienveillant, dévoué et prêt au sacrifice de l’image biblique :

[...] quasi che il fine di ogni pastore, non il guadagno di mungere e tosar le sue pecore, ma solo fosse il tanto innamorarsi di esse, che altri non dovesse curar di morirsi di fame che ingrossarle.18

18La nature n’est plus celle qui interdit aux brebis de se défendre, comme dans le Ragguaglio I, 86 :

I sudditi naturali, che devono essere pecore mansuete, trasforma [il s’agit ici de Tacite] in viziosissime volpi, e d’animali che la madre natura con somma prudenza ha creati senza denti e privi di corna, converte in lupi rapaci e in tori indomabili.19

19Elle est celle qui prescrit de ne suivre que son propre intérêt : la stessa legge naturale, tanto commendava la carità ben ordinata (« la loi naturelle, tant prescrivait la charité bien ordonnée », ibid.), qui bien entendu, comme dans le proverbe, commence par soi-même.

20Il faut nous rappeler que même si en fin de compte c’est Boccalini qui écrit, ce sont les juges qui condamnent Machiavel, et que ce n’est pas parce que l’auteur « laisse faire » dans son texte qu’il approuve cette condamnation. Il nous semble bien plutôt que Boccalini la dénonce, en montrant pourquoi l’on condamne Machiavel : non pas pour ses préceptes tyranniques, mais parce que l’on craint que les peuples n’en fassent trop bon usage pour mettre en danger leurs princes20.

5. Tacite et Machiavel

21Certains critiques ont tiré argument en sens inverse d’un autre procès, celui de Tacite, que l’on peut considérer comme un miroir du procès de Machiavel, à ceci près qu’à la fin de la nouvelle Tacite est libéré par Apollon. La comparaison entre ce qui est dit des deux auteurs dans les Ragguagli est très intéressante ; Boccalini fait, le plus souvent implicitement, un parallèle entre eux, ce que l’on peut voir à travers le rapprochement des formulations qu’il emploie à leur propos. Par exemple dans le Ragguaglio I, 86, Juste Lipse accuse l’historien latin : per la dottrina politica tanto crudele ch’egli insegna, sommamente esoso, con la quale più tosto forma crudeli tiranni che prencipi giusti (« pour la doctrine politique si cruelle qu’il enseigne, odieuse au plus haut point, avec laquelle il forme plutôt des tyrans cruels que des princes justes », p. 309), et un peu plus loin : crudele e disperata politica (« politique cruelle et brutale », p. 313). Or dans le Ragguaglio II, 14, on retrouve, à propos cette fois de Machiavel – ici c’est Tomaso Bozio, auteur du De ruinis gentium adversus Macchiavellum qui est cité : disperata politica di quell’empio scrittore (« politique brutale de cet écrivain impie », p. 65). Les deux auteurs partagent un instrument qui permet d’y voir clair dans le jeu des princes : l’occhiale politico (« la lunette politique »), que vend Tacite en II, 71, ce pour quoi il est emprisonné, et que cite Machiavel en I, 89 : La lezione delle istorie […] notoriamente ha virtù di convertire in tanti Macchiavelli quelli che vi attendono con l’occhiale politico (« La lecture des histoires […] a notoirement pour vertu de convertir en autant de Machiavels ceux qui s’y attachent avec la lunette politique », p. 327).

22Cependant, si Boccalini était libre d’absoudre Tacite, que la distance des siècles pouvait faire croire inoffensif, il ne l’était pas d’approuver Machiavel. Sans vouloir ici faire un panorama du contexte historique et politique, qu’il nous suffise de rappeler les rumeurs d’assassinat qui ont couru après sa mort, les deux procès entamés contre lui par l’Inquisition, ou son départ pour Venise, seul havre de liberté en Italie, pour faire publier les Ragguagli, trop sulfureux pour circuler à Rome autrement que sous la forme de manuscrits.

23Il nous semble donc raisonnable, sans prétendre que Boccalini confondait les doctrines de Machiavel et de Tacite, d’accepter qu’il les interprétait du même point de vue. Or justement l’interprétation républicaine de Tacite figure en toutes lettres dans les Ragguagli, dans le texte II, 17 :

La pratica anco familiare di così politico e salato scrittore alle repubbliche molto più era necessaria che alle monarchie, mercé che […] non altra intenzione ebbe mai che di far conoscere a’ senatori […] in quali deplorande calamità incorrono.21

24Machiavel est donc pour Boccalini un écrivain utile aux républicains, et censuré justement pour cette raison.

6. De la critique à l’insurrection ?

25Ce qui fait douter certains critiques de l’interprétation oblique de Machiavel, et de l’appréciation positive que Boccalini porte sur cette mise au jour de procédés habituellement secrets, c’est que Boccalini par ailleurs ne semble appeler ni à la révolte ni à la révolution. C’est ce que qu’écrit par exemple Treves, dans l’extrait que nous avons déjà cité : converrebbe tentar di mutar qualcosa. On peut y trouver deux explications, qui ne s’excluent du reste pas forcément.

26On pourrait voir certains de ces textes qui appellent à la soumission comme ironiques. C’est le cas selon nous justement dans le Ragguaglio I, 88 (p. 325). Au cours de l’audience où il reçoit les brebis venues se plaindre d’être maltraitées, Apollon veut leur démontrer qu’elles n’ont pas à se plaindre puisque leur peuple est le peuple élu et qu’elles sont nourries par le berger et n’ont pas à chercher elles-mêmes leur nourriture. Elles sont même protégées de leurs ennemis : La notte con carità e diligenza esquisita erano guardate e difese […] da’ nemici loro (« La nuit avec une charité et une diligence exquise elles étaient gardées et défendues […] contre leurs ennemis »). Ce terme de carità renvoie bien à l’image du berger dévoué de la Bible : per la sola carità che eglino gli uomini avevano verso le pecore (« par la seule charité qu’ils avaient envers les brebis »). En bref, si les bergers s’occupent tant des brebis, c’est par pur dévouement, ce que les bergers récusent eux-mêmes comme nous l’avons vu.

27Mais en dehors même de toute ironie, le changement de régime n’apparaît pas souhaitable chez Boccalini. On pourrait ici s’appuyer, bien qu’avec précaution, sur un autre texte de Boccalini, ses commentaires sur Tacite. Il ne s’agit pas, comme c’est le cas pour les Ragguagli, d’un texte de fiction, mais d’une série de commentaires qui, à travers des extraits des Histoires et des Annales, cherchent à élucider la politique européenne contemporaine22. Malgré le peu de fiabilité du texte, il reste un point d’appui extérieur qui peut être intéressant. Or dans cet ouvrage, Boccalini condamne le tyrannicide, non par principe, mais pour des raisons de calcul d’intérêt ; qui veut tuer le tyran ne cherche qu’à prendre sa place : Coloro che si fanno Capi popoli per liberare la Patria dal tiranno, non aspirano che alla tirannide (« Ceux qui se mettent à la tête du peuple pour libérer la patrie du tyran n’aspirent qu’à la tyrannie »)23. Il est souvent plus avantageux pour un peuple de se soumettre, non parce qu’une loi morale l’y contraindrait, mais parce que le soulèvement serait trop risqué pour lui. Il s’agit de ne se battre que lorsque l’on a d’excellentes chances de gagner :

È molto meglio sopportar qualsivoglia dominio ancorché insolente, e tirannico, che concitarsi contro il Prencipe con sollevazioni senza fondamenti grandissimi, sicuri.24

28Si Boccalini n’aspire pas à une révolution contre la monarchie, c’est aussi parce qu’il sait ce que coûte une telle révolte, comme le montre un autre passage important, que nous citons ici un peu longuement :

Ho notato che dove è popolo idiota, dove non sono lettere né virtù, durano più i Prencipati, e ubbidiscono i sudditi con sommissione maggiore, come si vede nel regno del Turco, e nel dominio del Moscovita, dove le lettere sono proibite. […] Ma con lettere noi impariamo di quelle cose, che non è bene che noi le sappiamo, perché sappiamo discorrere fin dove s’estende l’auttorità regia, fin dove egli ha da commandare, quali siano le cose, nelle quali non siamo ubbligati ubbidirlo, s’egli possa tutte le cose, e quel ch’è peggio, siamo dotti in trovar modo da legar loro le mani, e cacciarli di Stato. […] così i prencipati non si possono mutare, né la libertà instituire, senz’effusione di sangue infinita, come si vede, ch’a’ giorni nostri è accaduto agli Olandesi.25

29On voit que cette citation commence par une condamnation de la monarchie, mais elle ne se termine pas comme on pourrait s’y attendre, sur un appel à un changement de régime. On retrouve ici un ton ironique, mais amer, avec le peggio : « ce qui est bien pire. Nous sommes assez savants pour leur lier les mains et les chasser de l’État ». Or, c’est justement à cette tâche qu’il s’attelle à longueur de pages. Et c’est le pire puisqu’il n’est pas de récolte sans massacre.

30Boccalini n’est donc pas le révolutionnaire, même masqué, que certains ont voulu voir en lui. On pourrait le lui reprocher comme une incohérence : puisque ce régime (la monarchie) est si mauvais, alors pourquoi ne pas souhaiter en changer ? Mais on peut voir aussi dans cette résignation amère le témoignage de son humanité et sa connaissance de la réalité concrète de la guerre : il ne s’agit pas d’une théorie, de dessins sur une carte, mais d’hommes qui meurent. Son dégoût de la guerre transparaît fréquemment dans les Ragguagli, par exemple dans le Ragguaglio I, 46 (p. 166-168), où l’on discute de l’invention de la bombarde : L’arte della guerra, stata sempre crudele, ora per la nuova invenzione della bombarda [è] arrivata ad una immanità tale (« L’art de la guerre, qui a toujours été cruel, maintenant, par l’invention de la bombarde, [est] arrivé à une cruauté telle ») ; et plus loin : infernal macello della carne umana (« infernale boucherie de la chair humaine ») ; et encore :

Il genere umano, in superlativo grado pazzo, fiero contro il suo sangue, immane contro le sue carni, è arrivato al termine di così crudele sciocchezza, che, per ambizione di parer bravo, fino per delizie va contro le cannonate.26

31Il nous semble donc licite de voir dans ce Ragguaglio I, 89 l’une des premières interprétations obliques de Machiavel : le Prince qui révèle les secrets du pouvoir ne peut guère servir aux princes, qui les connaissent déjà, y compris hors d’Europe (Boccalini montre souvent l’exemple de l’Empire ottoman). Il peut servir en revanche aux républicains, tout comme les écrits de Tacite, et c’est bien de cela que la censure a peur : la disparition des « bergers ». Mais Boccalini ne va pas jusqu’à appeler de ses vœux cette disparition. Non par principe moral, mais par un réalisme inspiré par le traumatisme des guerres d’Italie et de la guerre civile des Flandres. Il nous semble que l’anachronisme dont parlait Hendrix n’est pas dans le fait de voir cette interprétation oblique chez Boccalini, mais de croire qu’y sont liés automatiquement un appel à la révolte et l’attente impatiente du grand soir.

Haut de page

Notes

1 Pour citer un seul exemple : Detestavano tutti [les virtuosi du Parnasse] l’esecranda Ragion di Stato, la quale, solo quello seguendo che altrui apporta evidente utilità, così empiamente sa voltar le spalle al giusto e all’onesto, che, mancando il suo bisogno, appo lei cessa ancora la memoria di qualsivolgia obbligo grande (« Ils détestaient tous l’exécrable raison d’État, laquelle, ne suivant que ce qui apporte un profit évident, sait d’une manière si impie tourner le dos au juste et à l’honnête, de sorte que, manquant le besoin, auprès d’elle cesse aussi la mémoire des obligations, si grandes soient-elles »), II, 61, p. 218. Nous citons d’après l’édition établie par Luigi Firpo de 1948, où les chiffres romains désignent à la fois le numéro de la centurie et le tome, et les chiffres arabes le numéro du Ragguaglio. Nous traduisons (il n’existe pas de traduction moderne, depuis celle faite par Thomas de Fougasse en 1615, et qui ne concerne que la première centurie) sans autre prétention que de rendre le texte compréhensible pour le lecteur francophone.
2 J.-J. Rousseau, Du contrat social, Paris, GF, 2001, III, 6, « De la monarchie », p. 111.
3 P. Bayle, Dictionnaire historique et critique, 1697, II, entrée « Machiavel », p. 459 : « Quelques-uns l’excusent, et se portent pour ses défenseurs ; il y en a même qui le regardent comme un écrivain fort zélé pour le bien public et qui n’a représenté les artifices de la politique, qu’afin d’inspirer de l’horreur contre les tyrans. » Bayle lui-même ne partage pas cette opinion qu’il juge pour trop paradoxale (en note, « cela sent un peu le paradoxe »).
4 Itaque Tyranno non favet (« C’est pourquoi il ne sert pas au tyran »), De legationibus, III, 9, cité par P. Bayle, ibid.
5 Con ciò l’autore si sarebbe conquistato un posto di notevole rilievo nella storia del pensiero politico, un posto che fino ad ora è stato trascurato o quasi del tutto ignorato (« Ce par quoi l’auteur aurait conquis une place d’importance notable dans l’histoire de la pensée politique, une place qui jusqu’à présent a été négligée ou pratiquement ignorée »), H. Hendrix, Traiano Boccalini, fra erudizione e polemica, Florence, Olschki, 1995, chap. 8 : « L’interpretazione obliqua : Machiavelli e Boccalini », p. 228.
6 L’interpretazione obliqua di Boccalini è determinata quindi innanzitutto da certi mutamenti verificatisi nella ricezione di Machiavelli […]. Tutto ciò non toglie, tuttavia, che l’opera stessa di Boccalini non ostacoli tale interpretazione obliqua, anche se essa in fin dei conti non ci pare convincente. […] ci pare che una maggiore attenzione critica per la ricezione possa evitare i rischi di un’interpretazione anacronistica. (« L’interprétation oblique de Boccalini est donc déterminée avant tout par certaines mutations dans la réception de Machiavel […]. Tout cela n’empêche pas, cependant, que l’œuvre de Boccalini elle-même ne s’oppose pas à une telle interprétation oblique, même si en fin de compte elle ne nous semble pas convaincante. […] il nous semble qu’une plus grande attention de la critique à la réception [de l’œuvre] peut écarter les risques d’une interprétation anachronique »), ibid., p. 253.
7 T. Todorov, Les morales de l’histoire, Paris, Hachette, 1997, p. 212.
8 L’Umile Menante è lo specchio del Boccalini d’ogni giorno, dimesso e cauto, esposto ai capricci dei potenti alle loro collere vendicative, epperò tutto discrezione e prudenza ; Apollo impersona invece il suo libero spirito di giudice del secolo, dà aspetto regale alla conscia supremazia di chi ha fitto a fondo lo sguardo nei mali dell’età sua e nei vizi eterni degli uomini ed è in grado di dettare la legge di una società migliore (« L’humble gazetier est le reflet du Boccalini quotidien, modeste et prudent, exposé aux caprices des puissants, à leurs colères vengeresses, et donc toute discrétion et prudence ; Apollon incarne au contraire son libre esprit de juge du siècle, il donne un aspect royal à la consciente supériorité de celui qui a plongé son regard au fond des maux de son temps et dans les vices éternels des hommes, et est en mesure de dicter la loi d’une société meilleure »), L. Firpo, « Ragguagli inediti del Boccalini », Giornale storico della letteratura italiana, 1954, vol. 131, p. 147-148. Firpo fait allusion (entre autres choses) au fait que le Menante doit soumettre ses textes – lui aussi – à la censure d’Apollon, voir le Ragguaglio I, 87, p. 321 : Il Menante, che prima d’inviar la gazzetta dei suoi ragguagli agli amorevoli suoi avventori, è obbligato portarla alla magnificenza del pretore urbano. (« Le Menante, qui avant d’envoyer le texte de ses gazettes à ses bien-aimés clients, est obligé de le porter à la magnificence du préteur urbain. »)
9 On rappellera simplement que malgré ce masque Boccalini a été deux fois accusé devant le tribunal de l’Inquisition, en 1604 et 1611.
10 F. Meinecke, L’idée de la raison d’État dans l’histoire des temps modernes (1924, en allemand), Genève, Droz, 1973, p. 74 et 77.
11 « Boccalini lui-même ne se fait pas d’illusions, n’espère pas. Tout cela, il n’est pas sérieux de le dire vraiment, et il ne faudrait pas essayer de changer quelque chose, parce qu’on ne sait pas où cela mènerait, […] il en est persuadé : intérêt et raison d’État sont les deux ressorts de l’action politique, intérêt qui dépasse toute autre considération […], qui rend impossible, donc, toute action mue par des idées, des idéaux, des aspirations éthiques », P. Treves, « Sul pensiero politico di TB », Nuova rivista storica, XV, 5-6, 1931, p. 436-437.
12 « Sur quelques-unes des questions les plus importantes, comme celles qui concernent Machiavel et Tacite, l’opinion réelle de Boccalini est à rechercher au-delà du travestissement le plus ostensible, à travers lequel ses pensées se présentent », A. A. Rosa, « Ambiguità e opposizione nell’opera di TB », Il Seicento, Bari, Laterza, 1974. p. 86.
13 G. Toffanin, Machiavelli e il « tacitismo ». La politica storica al tempo della controriforma (1921), Naples, Guida, 1972, p. 191-209.
14 Ici les bergers désignent clairement les princes.
15 « Il conclut pour le tacistisme contre le machiavélisme, parce que le premier ne met pas aux brebis les dents de loups comme le second l’avait fait », p. 198.
16 Pour davantage de précisions sur le sujet, on pourra se référer utilement à M. Foucault, Sécurité, territoire, population, cours au Collège de France 1977-1978, M. Senellart (éd.), Paris, Gallimard/Seuil, 2004, leçon du 15 février 1978 et passim.
17 Il s’agit d’une allusion au passage de la Politique où Aristote définit le tyran comme celui qui « commande sans rendre de comptes à l’ensemble de ses semblables, et à de meilleurs que lui, à son avantage et non à celui des gouvernés » (Politique, IV, 10, 1295 a 18-23, cité par M. Turchetti dans Tyrannie et tyrannicide. De l’Antiquité à nos jours, Paris, PUF, 2001).
18 « Ils ne savaient voir quel serait ce prince, pour ancien, héréditaire et excellent qu’il fût, qui ne soit pas baigné de l’eau de cette définition si universelle » ; « […] comme si le but de tout berger n’était pas le profit de traire et tondre les brebis, mais était seulement de s’éprendre d’elles au point de ne pas se soucier de mourir de faim, pourvu qu’elles engraissent », p. 256.
19 « Les sujets naturels, qui doivent être de douces brebis, il les transforme en renards très vicieux, et d’animaux que la mère nature avec très grande prudence a créés sans dents et privés de cornes, en fait des loups rapaces et des taureaux indomptables », p. 312-313.
20 Cette dénonciation entrerait alors également dans le cadre plus large de la dénonciation de l’hypocrisie qui est l’un des motifs récurrents de l’œuvre.
21 « La pratique aussi familière d’un écrivain si politique et si plein de sel était bien plus nécessaire aux républiques qu’aux monarchies, car il […] n’eut jamais d’autre intention que de faire connaître aux sénateurs […] quelles déplorables calamités ils encourraient », p. 90.
22 Cette œuvre a été publiée sous deux titres différents, d’abord en 1677 (I commentarii di Traiano Boccalini romano sopra Tacito), puis en 1678 (La Bilancia politica di tutte le opere di Traiano Boccalini). Mais ce texte n’a pas été republié depuis, et encore moins établi de façon satisfaisante. On peut se reporter à ce sujet à l’article d’A. Tirri, « Materiali per un’ edizione critica delle osservazioni a Cornelio Tacito di Traiano Boccalini », Pensiero Politico, XXXI, 3, 1998, p. 455-485.
23 Boccalini, Commentaires sur les Annales de Tacite, 1678, livre I, p. 40.
24 « Il vaut bien mieux supporter quelque domination que ce soit, même insolente et tyrannique, que de se soulever contre le prince sans des fondements très grands et sûrs », ibid., III, p. 182.
25 « J’ai remarqué que là où il y a un peuple idiot, où il n’y a pas de lettres ni de vertu, les principats durent plus longtemps, et que les sujets obéissent avec une plus grande soumission, comme on le voit dans le règne du Turc ou sous la domination du Moscovite, où les lettres sont interdites. […] Mais par les lettres nous apprenons de ces choses qu’il n’est pas bien que nous sachions, car nous savons discourir jusqu’où s’étend l’autorité royale, jusqu’où il a à commander, quelles sont les choses pour lesquelles nous sommes obligés de lui obéir, s’il peut tout, et ce qui est bien pire, nous sommes assez savants pour leur lier les mains, et les chasser de l’État. […] ainsi les principats ne se peuvent changer, ni la liberté être instituée, sans une effusion infinie de sang, comme l’on voit que de nos jours est advenu aux Hollandais », ibid., III, p. 181.
26 « Le genre humain, superlativement fou, cruel contre son propre sang, féroce contre sa propre chair, est arrivé à un tel point de si cruelle bêtise, que, par ambition de vouloir paraître brave, il va même par plaisir à la rencontre des coups de canon. »
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Henry, « Une interprétation oblique du Prince : le procès de Machiavel dans les Ragguagli di Parnaso de Traiano Boccalini », Astérion [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 19 avril 2006, consulté le 19 août 2017. URL : http://asterion.revues.org/606

Haut de page

Auteur

Claire Henry

l’auteur est agrégée d’italien et doctorante à l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines.

Haut de page