Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Onze mille pages. Les Œuvres complètes de Montesquieu à Oxford : projet, réalisations, perspectives (février 2005)

Catherine Volpilhac-Auger

Résumé

La nouvelle édition des œuvres complètes de Montesquieu en vingt et un volumes (huit sont parus depuis 1998), rattachée à l’École normale supérieure Lettre et Sciences humaines (Lyon) depuis 2000 et publiée par la Voltaire Foundation (Oxford), se fonde sur une approche nouvelle du corpus manuscrit comme de la conception même de l’œuvre, saisie dans son devenir ; l’établissement du texte comme l’annotation cherchent à en restituer la force initiale, telle qu’elle a pu apparaître aux contemporains de Montesquieu. Cette entreprise se double d’une réflexion constante sur sa propre pratique, par rapport à l’histoire de l’édition et à la réception (et donc l’interprétation) des œuvres de Montesquieu.

Haut de page

Texte intégral

1L’idée aura bientôt vingt ans : en 1987 naissait autour de Jean Ehrard la Société Montesquieu, destinée à soutenir l’édition des Œuvres complètes d’un philosophe qui jusque-là, grâce à Gallimard, était présent dans toutes les bibliothèques, sous la forme de deux volumes d’œuvres dites « complètes », dans la collection « La bibliothèque de la Pléiade » : deux volumes d’où la correspondance était absente, où les Pensées suivaient l’ordre thématique conçu par Barckhausen à la fin du xixe siècle (et non l’ordre du manuscrit), où les œuvres étaient regroupées selon qu’elles pouvaient être rattachées ou non à L’Esprit des lois…, deux volumes ouverts par l’introduction de Roger Caillois, qui donnait à l’ensemble forme et cohérence, qui surtout ouvrait la perspective de la « révolution sociologique », mais qui laissait le lecteur de la fin du xxe siècle sur sa faim.

2D’autres éditions d’Œuvres complètes existaient1, notamment celle qu’avait dirigée André Masson chez Nagel (en trois volumes, 1950-1955) : beaucoup plus savante que celle de la Pléiade (elle fournissait notamment des textes d’essais scientifiques, et les Pensées dans l’ordre originel), mais parfois faussement savante2, elle ne donnait que le fac-similé des ouvrages publiés en 1758 (Lettres persanes, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, L’Esprit des lois, etc.), et ne présentait guère d’annotation, laissant le lecteur aux prises avec les difficultés d’une œuvre multiple, complexe, dont une grande partie provenait de manuscrits, tandis que pour le reste il fallait parfois se contenter de reprises d’éditions du xixe siècle – dans les deux cas le caractère approximatif du travail éditorial sautait aux yeux… Il ne saurait être question de minimiser l’importance d’une édition qui reste un instrument de travail fondamental (y compris pour les éditeurs d’aujourd’hui), ni de rien retirer à la nouveauté d’une édition où Robert Shackleton avait joué un rôle considérable : c’est à lui que l’on doit la première introduction du manuscrit de L’Esprit des lois, au tome II de cette édition, et surtout d’avoir fondé la possibilité d’une lecture « stratigraphique » des manuscrits grâce à l’identification des secrétaires de Montesquieu3. Néanmoins, force était de constater que les exigences avaient évolué : fournir des textes sûrs et les présenter, les annoter, procurer tous les documents nécessaires à leur lecture, tout cela restait à faire.

1. Comment faire ?

3C’est à cela que répondait le projet soumis par Jean Ehrard à la Voltaire Foundation d’Oxford, bientôt accepté par son directeur, Andrew Brown. Était alors conçu le projet de publier vingt et un volumes4. Huit aujourd’hui sont parus, un sous presse, quatre en préparation et très avancés5… Pour arriver à un tel ensemble, il ne s’agissait pas de grossir d’interminables introductions des volumes où l’œuvre de Montesquieu aurait disparu sous le poids de l’érudition ou de l’interprétation, voire de la critique et de son histoire, mais de présenter l’œuvre au sens large, en incluant tout ce qui portait l’empreinte du travail intellectuel de Montesquieu, notamment tous les écrits où s’était formée une méthode de travail, et qui témoignaient de la constitution progressive d’un savoir6. C’est ainsi qu’on peut espérer découvrir l’apparition des « principes » auxquels devaient se plier les « cas particuliers » (Préface de L’Esprit des lois), ainsi que les horizons nouveaux des dernières années (1748-1755), quand Montesquieu multiplie les lectures, les répliques à ses adversaires, les recherches pour perfectionner ce qu’il a écrit depuis vingt ans.

4Mais surtout ce qui caractérise l’entreprise et la différencie d’une simple « nouvelle édition », plus complète ou plus soigneuse que les précédentes (ce qui représente déjà une ambition non négligeable), c’est qu’elle s’est constamment doublée d’une réflexion sur sa propre démarche : au projet éditorial s’est adjoint un projet scientifique ; la pratique de l’édition critique ne pouvait se concevoir sans une réflexion théorique, et sans la claire conscience que la nouvelle édition s’inscrivait dans une tradition, ou participait d’une histoire qu’il fallait reconstituer.

5Cette histoire, c’est d’abord celle des Œuvres complètes de Montesquieu, telle que Jean Ehrard la brosse en tête du tome I, dans son introduction déjà citée ; c’est celle de la distribution des œuvres, de leur classement, qui recoupe et explique leur interprétation, comme le montre Pierre Rétat dans son introduction au premier volume des Œuvres et écrits divers (tome VIII), où l’on regroupe traditionnellement l’inclassable et l’indécis ; c’est aussi celle de la catégorisation chronologique faussement commode, qui incite à distinguer les « œuvres de jeunesse » de celle de la maturité, qui inscrit les premières dans une vision finaliste pour gommer toute capacité « d’égarement et d’erreur »7. De fait, le plan de l’édition n’est pas chronologique, même s’il s’ouvre avec les Lettres persanes – premier ouvrage publié de Montesquieu, souvent traité, y compris par lui-même, de juvenilia, mais qui dans le déroulement de sa carrière est loin d’être premier. Il privilégie en apparence les œuvres publiées, canoniques, les trois chefs-d’œuvre, Lettres persanes, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, L’Esprit des lois, qui occupent les sept premiers tomes et constituent donc le premier tiers. La suite n’en serait-elle que la séquelle, un parcours rendu obligé par le titre même d’Œuvres complètes, et par là même dévalorisé ? C’est contre cette idée que s’est fait le travail d’édition, et que progressivement se construit l’édifice, comme on va le voir.

6Car il faut aussi tenir compte de l’idée que l’éditeur se fait de son propre rôle, comme je l’ai esquissé moi-même en tentant de reconstituer dans son devenir une « œuvre complète », fantomatique et mouvante, dont une grande partie a été abandonnée pour réapparaître sous d’autres formes8. Mais il fallait également se référer à l’histoire même de la notion d’« œuvres complètes », dont Jean Sgard avait dessiné les grandes lignes en 19949, quand les éditions de Crébillon et de Montesquieu s’élaboraient en parallèle à Grenoble10 : il n’est pas indifférent à des éditeurs de textes du xviiie siècle que cette notion apparaisse précisément dans le dernier tiers du xviiie siècle, et que cette « ambition éditoriale se charge progressivement de sens à partir de 1775 »11. Parmi les questions qui se posent inéluctablement, celles qui amènent à distinguer, ou ne pas distinguer, « œuvres majeures » et « œuvres mineures »12. Mais ne faut-il pas avant tout procéder à la remise en cause d’une notion placée sous le signe de l’auteur, que l’on ne peut plus considérer avec « ingénuité » depuis Michel Foucault ? C’est à cela que répondait Catherine Larrère, en plaçant le projet des Œuvres complètes de Montesquieu sous le signe d’une « disparition de l’œuvre comme expression et déploiement d’une intériorité »13, ce qu’il faudrait sans doute se donner comme mot d’ordre ou comme principe. De fait, il faut constater que des choix scientifiques ont été opérés, qui reflètent « la conception de l’œuvre comme intervention, acte de langage autant que développement discursif »14 : dans le cas des principales œuvres publiées15 a été privilégiée la première édition, celle qui a fait scandale, ou plutôt celle qui permettait de mieux faire apparaître une pensée novatrice, incisive, au détriment de l’édition tardive, ou posthume, qui jusque-là faisait autorité dans tous les cas : l’édition de 1721 des Lettres persanes contre celle qui a été abusivement dite de 175416, celle de 1734 pour les Considérations sur les […] Romains au lieu de celle de 1748, certes corrigée et augmentée, mais aussi en partie affaiblie, et surtout celle de 1748 de L’Esprit des lois, alors que celle qui se trouvait invariablement imprimée est celle de 1757, posthume et donc forcément suspecte : comme celle des Lettres persanes, elle s’appuie sur les corrections de l’auteur, mais sans qu’on puisse être absolument sûr que toutes les corrections, notamment celles qui lui permettent de gommer les oppositions avec les pouvoirs en place, sont bien de sa main17.

2. Introduire, annoter

7Reste encore à expliquer comment on peut passer des quelque quatre mille huit cents pages de l’édition dirigée par André Masson aux onze mille pages potentielles de l’édition en cours. Si la place de l’érudition et de l’accompagnement critique est théoriquement réduite, elle n’en reste pas moins importante : cet appareil critique ne devrait pas dépasser 50 % du texte, mais le respect de cette norme s’est révélé impossible d’abord pour le Spicilège, qui nécessite qu’on fournisse au lecteur une information considérable : comment rendre compte autrement des lectures, voire de la culture de Montesquieu ? Quel serait l’intérêt d’une annotation qui n’éclaircirait pas une allusion, une référence savante ? Or le Spicilège en est rempli… Et la quête était d’autant plus riche que la première partie du volume (correspondant aux 202 premiers articles) ne sont pas de lui (ce qu’on oublie trop souvent) et que l’éditeur, Salvatore Rotta, est arrivé à retrouver les sources, jamais citées, mais souvent indispensables à la compréhension de toute cette partie que Montesquieu a soigneusement fait recopier – et que le même travail a été scrupuleusement fait sur tout ce qu’il avait compilé lui-même. L’annotation des Considérations sur les […] Romains et des Réflexions sur la monarchie universelle a pu s’en tenir à un volume plus modeste, étant entendu que l’édition s’adresse à un public de chercheurs et que, si les citations en langue étrangère sont systématiquement traduites, on laisse au lecteur le soin de s’informer lui-même de tout ce que contiennent les dictionnaires actuels d’usage courant. Si Auguste et Tibère n’appellent pas de commentaires d’identification, on a tout de même tendu quelques fils utiles en situant chronologiquement chaque chapitre – mais on n’est pas allé jusqu’à fournir au lecteur les ouvrages modernes sur lesquels il pourrait s’appuyer pour la période correspondante : science bientôt périmée, qui de plus inciterait à comparer le savoir d’aujourd’hui à celui d’avant-hier, ce qui n’était pas l’objet de l’édition, et qui aurait désigné comme un pur ouvrage d’histoire ce qui relève de l’analyse politique de l’histoire.

8Mais une des grandes nouveautés de cette entreprise est de révéler un grand nombre de manuscrits. Pourtant aucune « œuvre » à proprement parler n’est ajoutée au corpus, qui paraît clos depuis le milieu du xxe siècle18. Faut-il en conclure que le principal intérêt des éditeurs est de publier des brouillons, ou des rogatons ? N’ayant pas découvert l’Australie, ils se seront contentés de Tahiti, ce qui n’est pas si mal. Car en son temps, de Cook à Diderot, Tahiti a changé le regard des voyageurs, voire des Européens. Et c’est le regard sur l’œuvre de Montesquieu qui, de fait, a changé.

3. Exploiter les manuscrits

9Mais il faut d’abord signaler l’événement qui a grandement modifié la perspective : la mise au jour d’une masse considérable de manuscrits, grâce à la dation de Madame de Chabannes, descendante de Montesquieu qui, en 1994, a confié en dépôt à la bibliothèque municipale de Bordeaux la totalité des manuscrits et des livres du château de La Brède19. Les fonds bordelais se sont ainsi considérablement accrus20 ; certes tout n’intéresse pas le chercheur, car dans cette masse se trouvent des documents de toute nature du xie au xixe siècle. Mais ce qui touche directement à Montesquieu est considérable. Pour s’en tenir à quelques chiffres, très approximatifs, on signalera seulement que les manuscrits connus et accessibles au public (correspondance exclue), jusqu’en 1994, consistaient en un peu plus de quatre mille feuillets, dont l’essentiel était constitué du manuscrit de L’Esprit des lois (1 500 feuillets) conservé à la Bibliothèque nationale de France, ainsi que de recueils conservés à Bordeaux (Spicilège, Pensées, Voyages, pour les principaux). Il faut aujourd’hui compter avec le double, dont l’intérêt est parfois purement historique, mais qui offrent au lecteur, et au chercheur, une mine d’enseignements, alors même que ceux des manuscrits de Montesquieu qui étaient jusque-là accessibles n’avaient suscité que peu d’études21. Une première publication a permis d’en faire la démonstration – même si celle-ci est quelque peu faussée, du fait qu’ont été publiés le plus rapidement possible les documents les plus substantiels22. Les manuscrits cotés 2506 à Bordeaux, partiellement connus dès le xixe siècle par Barckhausen et réédités en 1950, de manière souvent approximative et fautive, dans l’édition Masson, sont des « rejets » de L’Esprit des lois, ou plutôt un ensemble de chapitres rejetés de L’Esprit des lois, que Montesquieu comptait utiliser sous forme de « dissertations », sans doute destinées à l’académie de Bordeaux. « Dissertations », le mot sonne mal, tant il paraît renvoyer à une pratique académique et vieillie ; sans doute aujourd’hui emploierait-on plutôt le terme d’« articles » : après avoir écrit sa grande thèse, Montesquieu en utilise les « chutes », qu’en fait il n’a pas eu le temps de retravailler, et qui constituent autant de développements embryonnaires ou d’ensembles de fiches de travail, qui ont permis de comprendre sa méthode, en saisissant sur le vif son activité de documentation et de rédaction, mais aussi de correction : en témoigne particulièrement un « cahier de travail », absolument inédit23, où Montesquieu a consigné les vérifications qu’il jugeait indispensables et les corrections qu’il se proposait d’introduire.

10L’édition inclura en fait presque un tiers d’inédits, parmi lesquels, au premier chef, la Collectio juris (tomes XI et XII)24, notes prises sur le Corpus juris civilis (servant de droit écrit dans une grande partie de la France, l’autre étant régie par les coutumes), le Digeste compilé au vie siècle sous l’empereur Justinien (avec les gloses qui s’y sont ajoutées aux xiie et xiiie siècles), le Code théodosien et les Novelles dues à Justinien, deux recueils dont il fait une analyse beaucoup plus détaillée. Montesquieu est alors un jeune étudiant en droit qui ne pense nullement à se faire homme de lettres, encore moins à écrire L’Esprit des lois, mais qui se forme à la pratique comme à l’histoire du droit. De la Collectio juris rien sans doute ne se retrouve directement dans L’Esprit des lois ; mais c’est là que naît Montesquieu juriste et auteur de L’Esprit des lois. Ses commentaires sur les justifications et l’application de ces lois, ainsi que son étude de certains cas épineux tout à fait contemporains (neuf procès jugés au parlement de Paris, et quelques-uns jugés à Bordeaux) et des remarques sur les coutumes révèlent un esprit d’ores et déjà attentif à l’esprit des lois : ne s’intéresse-t-il pas à la coutume de Bretagne, qui n’est en usage ni à Paris, ni à Bordeaux (où il doit bientôt siéger comme président à mortier, succédant ainsi à son oncle) ? On y trouvera donc moins des sources matérielles du grand œuvre que les traces d’un véritable travail intellectuel.

11Plus étroitement liés au travail d’invention et de composition, les extraits ou notes de lecture occuperont deux volumes (tomes XVI et XVII25) : c’est là que sont étudiés les « cas particuliers » et les prétendues « fantaisies » des hommes, où Montesquieu cherche la raison des choses. Mais on n’y trouvera pas, comme on l’a cru longtemps, le matériau brut d’une transcription où s’intercaleraient de loin en loin des commentaires personnels26 : à travers les récits de voyages (dans les Geographica) se fait l’apprentissage de l’écriture, et la prise de notes est déjà mise en perspective et réflexion27 ; L’Esprit des lois s’écrit dans les marges, ou plutôt entre les lignes des livres de cette « bibliothèque manuscrite ». L’atelier de l’écrivain se découvre dans ces pages parsemées d’astérisques, qui désignent et introduisent les remarques personnelles du philosophe, et permettront sans doute un jour de retracer un itinéraire intellectuel. Parmi les titres d’ouvrages lus et utilisés par Montesquieu, on signalera avant tout la Description de la Chine du père Du Halde, dont les notes occupent plus de cent cinquante feuillets, suivie de plusieurs recueils des Lettres édifiantes et curieuses : le travail de transcription et d’interprétation est seulement en cours, mais il est d’ores et déjà permis de penser que si Montesquieu lit de si près les rapports des pères jésuites, c’est pour les mettre en doute et ne les utiliser qu’après un soigneux filtrage, sans doute même pour lutter contre le « mirage chinois » que les missionnaires avaient créé en faisant de la Chine le royaume idyllique, dominé par un empereur bienfaisant, où se développait une religion spiritualiste. Mais on signalera également, parmi les lectures antérieures à L’Esprit des lois, les Coutumes du Berry de La Thaumassière (1679), le Conseil à un ami de Pierre de Fontaines (qui remonte au xiie siècle), quelques pages survivant au Dictionnaire de commerce de Savary des Brulons (1723), l’Essay sur la marine et le commerce de Boureau-Deslandes (1743), l’Histoire du commerce des anciens de Huet (1718), Les Intérêts de l’Angleterre mal entendus de Dubos, etc. Et parmi les lectures de la dernière période (1748-1755), particulièrement nombreuses, le Voyage autour du monde de l’amiral Anson (1749), l’Histoire de la Jamaïque de Hans Sloane (1751), une Dissertation sur le commerce de Girolamo Belloni (1751), et de longues remarques sur Homère et sur Virgile28

12Autre chantier en cours : les Pensées, dont les trois volumes se présenteront en deux tomes (XIV et XV29), prolongeant le travail opéré sur le Spicilège. La nécessité d’une publication rapide des Pensées s’est imposée progressivement, comme pour les extraits : comment publier L’Esprit des lois sans connaître le laboratoire du philosophe, les carnets où se déploient des idées qui seront développées ultérieurement ou qui au contraire resteront inexploitées, où s’accumule la documentation, comme on le constate déjà en parcourant le Spicilège ? Et comment se fier à la transcription existante30 qui est généralement satisfaisante, quand, par la grâce d’un seul mot mal identifié, c’est tout le sens d’une phrase qui est changé ? Mais surtout, comment se résoudre à laisser en friche la chronologie des 2 253 articles des Pensées, quand on dispose d’un outil de premier ordre, la classification des écritures des secrétaires établie par Shackleton31 ? Celle-ci permet en effet de dater, au moins de manière relative, ou approximativement, ceux des 2 253 articles qui ne sont pas de la main de Montesquieu – soit environ les quatre cinquièmes. Enfin, il importait de dominer cette masse que l’abandon du classement thématique de Barckhausen rendait informe : conséquence paradoxale d’un traitement scientifique de la matière. C’est là que Montesquieu expérimente des idées, dont il se garde bien de répondre, mais qui inspireront un chapitre ou une page de L’Esprit des lois ; cette dimension expérimentale est première, et c’est certainement ce qu’il faudra privilégier dans une annotation qui ne pourra se contenter de mettre mécaniquement en correspondance les Pensées et le reste de l’œuvre : loin d’être la face cachée, intime, de la pensée de Montesquieu, et de se voir conférer par là même une vertu particulière, un cachet d’authenticité irréfutable, les Pensées relèvent d’une autre manière d’écrire, dont il faudra explorer la spécificité et la diversité32.

13Le dernier manuscrit à prendre en compte est celui de L’Esprit des lois. Une des nouveautés principales de l’édition consiste à le publier à part (tomes III-IV), pour des raisons différentes de celles qui ont poussé les éditeurs de « La bibliothèque de la Pléiade » à publier le « manuscrit Favre » de l’Émile : présenter un texte qui diffère considérablement de la version imprimée quatre ans plus tard et qui permet de saisir « [l]a véritable intention » de Rousseau, tant il est « plus facile à suivre »33. Rien de tel dans L’Esprit des lois manuscrit, qui sera certainement infiniment plus difficile à lire que l’imprimé, et qui constitue la dernière version du texte avant son recopiage définitif, au premier semestre de 1747. Il s’agit en fait d’une version de travail, qui présente fidèlement l’évolution de la pensée et de la rédaction entre 1739 et 1747, et qui a même conservé la trace de passages rédigés antérieurement (au plus tôt entre 1734 et 1739). Son intérêt ne réside donc pas seulement dans les comparaisons qui pourront être faites entre ce manuscrit et l’imprimé34 (elles révèlent par exemple la disparition in extremis d’un chapitre relatif aux lettres de cachet, que cherchera désespérément Malesherbes, quelques décennies plus tard, ou la suppression d’une vive critique de Machiavel, ou encore la première rédaction du livre XI, chapitres 12-19, où l’étude des lois romaines tenait en un seul et même chapitre), mais aussi dans la transformation interne du texte, dont seront présentés les ratures, repentirs, et autres transformations. On ne reviendra pas ici sur ce qui est évident, en particulier le soin apporté au moindre détail (Montesquieu est étonnamment soucieux d’éviter les répétitions) et l’extraordinaire plasticité d’une œuvre où chaque chapitre commence sur un nouveau feuillet et devient par là même susceptible d’une nouvelle distribution – plasticité qu’il importe néanmoins de tempérer, du fait que les feuillets s’organisent eux-mêmes en cahiers dont l’organisation est alors fixée à une date qui peut être assez précisément déterminée. On préférera signaler l’intérêt d’une lecture qui fasse apparaître les strates de l’écriture, à la suite des travaux de Shackleton déjà cités, et qui présente l’ouvrage dans son développement, aussi bien au niveau des plus infimes détails de rédaction que dans la composition de livres entiers, voire des six parties.

4. Les monuments

14La masse des manuscrits pèse donc de tout son poids et a fini par infléchir le projet lui-même, dont le centre de gravité semble s’être déplacé, ne serait-ce que parce que les chefs-d’œuvre publiés se sont révélés plus difficiles à éditer que prévu. Pour les Lettres persanes, les problèmes de texte s’ajoutaient à l’épineuse question de l’annotation : il fallait d’abord résoudre l’énigme d’une double publication en 1721, chez le même éditeur (les deux éditions ne comportant évidemment pas les mêmes lettres…), et surtout celle d’une publication dite « de 1754 » qui curieusement n’est pas connue avant 1758… Tout cela en intégrant les enseignements de cahiers de corrections conservés à la Bibliothèque nationale de France, dont Paul Vernière avait pressenti l’importance mais dont il n’avait rendu compte que de manière très imparfaite35. Mais au-delà, comment annoter un roman ? Tout commentaire stylistique, ainsi que tout ce qui relève proprement de l’exercice familier de « l’explication de texte », étant par définition exclu, le littéraire se trouve frustré… jusqu’à ce que s’impose l’idée que la complexité même des Lettres persanes (allusions à l’actualité de la fin du règne de Louis XIV et de la Régence, expressions elliptiques, sources documentaires des relations de voyages, topique romanesque) rend indispensable l’annotation.

15Mais tout cela n’était rien par rapport à L’Esprit des lois. Le problème du texte était simple, de prime abord : il fallait exclure, comme texte de base, l’édition posthume de 1757 (qui bien sûr apparaîtra dans les variantes). Mais fallait-il suivre l’auteur, selon lequel seule l’édition parisienne de 1750 méritait créance ? Malheureusement il y avait plusieurs éditions parisiennes en 1750… Les recherches d’Alberto Postigliola et de Cecil Courtney ont permis de distinguer ces éditions, tout en faisant apparaître, selon les dernières conclusions de Cecil Courtney, que les éditions parisiennes n’avaient pas été les seules à bénéficier des corrections et errata envoyés, parfois in extremis, par Montesquieu. La conclusion étant que l’édition originale de 1748 (Barrillot, Genève), tout imparfaite qu’elle ait été au dire de Montesquieu, restait la plus digne d’attention. Quant à l’annotation, elle doit bénéficier de l’apport de plusieurs autres éditions, parmi lesquelles on retiendra surtout celle de Robert Derathé36 ; mais elle doit aussi se situer par rapport à une tradition éditoriale lourde, tout en réfutant d’avance l’accusation de positivisme : comment tirer parti d’annotations anciennes, dont le savoir ne s’accumule pas mais se détruit ? La véritable difficulté réside de toute manière ailleurs : il importe dans l’annotation de situer Montesquieu par rapport à un « horizon » de pensée, à la culture qui est sienne ou celle de son temps, et non de reconstituer des « filiations » ou « sources » hypothétiques, dont on retracerait le parcours idéal de livre en livre jusqu’à L’Esprit des lois ; autrement dit, qu’il soit question d’impôt, de climat ou de la typologie des gouvernements, il ne sert à rien de dire que ceci ou cela apparaît déjà chez Aristote ou chez Bodin, mais qu’à l’époque de Montesquieu, formuler ainsi une question, c’est reprendre ou au contraire renouveler la problématique énoncée par Aristote ou Bodin, mais surtout telle qu’elle est (ré)interprétée par les prédécesseurs immédiats ou les contemporains de Montesquieu ; autrement dit, il s’agit moins de se lancer dans la quête des sources que de dresser chaque fois un « état de la question ». Ambition immense, mais non démesurée, dont il fallait se donner les moyens, qui ne consistent pas seulement à explorer la bibliothèque de La Brède ou toutes celles auxquelles Montesquieu pouvait avoir accès ; il faut aussi prendre la mesure de ce que fut la culture de Montesquieu, dans tous les domaines abordés au long des trente et un livres de L’Esprit des lois37.

16Quand nous y serons arrivés et quand nous aurons atteint tous les objectifs définis ici, alors sans doute restera-t-il du travail38. Car il faudra penser aux œuvres que Montesquieu n’a pas écrites, qu’il aurait pu écrire, et qu’en cet avenir lointain on aura peut-être les moyens de reconstituer. Nous pourrons alors présenter « Montesquieu et les Ostrogoths », pour réaliser le désir qu’il exprimait de tirer de Cassiodore l’histoire de Théodoric et d’un peuple barbare particulièrement remarquable : « Je ferai voir quelque jour, dans un ouvrage particulier, que le plan de la monarchie des Ostrogoths était entièrement différent du plan de toutes celles qui furent fondées dans ces temps-là par les autres peuples barbares. »39 De l’est devait venir la lumière, et des barbares le renouveau. L’avenir est donc toujours ouvert.

Haut de page

Notes

1 Sur le détail des diverses éditions d’Œuvres complètes depuis 1758, voir l’introduction de J. Ehrard au tome I des Œuvres complètes (Oxford, Voltaire Foundation, 2004).
2 Notamment en raison d’une typographie archaïsante, mais totalement artificielle.
3 « Les secrétaires de Montesquieu », édition Masson, t. II, 1950, p. xxxv-xliii.
4 Voir le plan de l’édition sur le site http://montesquieu.ens-lsh.fr/, rubrique : Édition des Œuvres complètes. La direction en est assurée par P. Rétat (succédant à J. Ehrard) et C. Volpilhac-Auger.
5 Tome XVIII, Correspondance I, 1700-1731, L. Desgraves et E. Mass (éd.), avec la collaboration de C. P. Courtney, J. Ehrard et A. Postigliola, 1998, 475 pages ; t. II, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence et Réflexions sur la monarchie universelle, F. Weil et C. P. Courtney (éd.), présentation et annotation de P. Andrivet, C. Volpilhac-Auger, C. Larrère, 2000, 382 pages ; t. XIII, Spicilège, édité par R. Minuti, annoté par S. Rotta, 2002, 700 pages ; t. VIII, Œuvres et écrits divers I, P. Rétat (dir.), textes présentés et édités par L. Bianchi, C. P. Courtney, C. Dornier, J. Ehrard, C. Larrère, S. Mason, E. Mass, S. Menant, A. Postigliola, P. Rétat, C. Volpilhac-Auger, 2003, 644 pages ; t. I, introductions générales et Lettres persanes (2004) ; t. XI et XII, Collectio juris (2005) ; t. IX, Œuvres et écrits divers II (2006) ; à paraître t. XVI, Geographica (2007) ; en préparation : Pensées (t. XIV-XV), L’Esprit des lois (manuscrit de travail, t. III-IV).
6 Mais non tous les documents relatifs à Montesquieu : c’est ainsi que le Catalogue de la bibliothèque de La Brède a été publié dans les Cahiers Montesquieu (collection à périodicité variable créée par la Société Montesquieu), n° 4, 1999, non dans les Œuvres complètes ; de même n’y figurent pas des pièces juridiques, de la main même de Montesquieu, mais qui doivent plus à ses avocats qu’au philosophe-propriétaire terrien.
7 Voir P. Rétat, « La jeunesse de Montesquieu entre la finalité de l’œuvre et la liberté », Montesquieu : les années de formation (1689-1720), actes de colloque (Grenoble, septembre 1996), C. Volpilhac-Auger (dir.), Cahiers Montesquieu, n° 5, 1999, p. 9-16.
8 C. Volpilhac-Auger (ci-après CVA), « Montesquieu, l’œuvre à venir », Revue Montesquieu, n° 4, 2000, p. 5-26 (texte intégral disponible sur le site référencé note 4, rubrique : Revue Montesquieu).
9 La Notion d’œuvres complètes, actes de colloque (Grenoble, 1994), J. Sgard et C. Volpilhac-Auger (dir.), Oxford, Voltaire Foundation, 1999, 156 pages ; voir en particulier J. Sgard, « Des collections aux œuvres complètes, 1756-1798 », p. 1-12.
10 Université de Grenoble 3, UMR CNRS LIRE n° 5611, P. Régnier (dir.) ; depuis 2003, l’équipe d’édition des Œuvres complètes de Montesquieu est rattachée à l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines (Lyon), CERPHI, au sein de l’UMR CNRS 5037, A. McKenna (dir.).
11 J. Sgard, art. cité, p. 9.
12 CVA, Œuvres majeures, œuvres mineures, séminaire organisé dans le cadre du LIDISA (2000-2001), École normale supérieure Lettres et Sciences humaines, treize contributions, dont deux sur Montesquieu (C. Martin sur Le Temple de Gnide, C. Larrère sur l’ensemble de l’œuvre), sur un corpus qui va du xviie au xixe siècle, 2005, ENS Éditions (Signes). Un séminaire d’initiation à la recherche, « Histoire et théorie de l’édition critique », s’est tenu à l’ENS-LSH en 2001-2003.
13 C. Larrère, « Œuvres complètes, œuvres incomplètes. À propos de Michel Foucault », La Notion d’œuvres complètes, op. cit., p. 125-150.
14 Ibid., p. 144.
15 Lysimaque, dernière œuvre publiée du vivant de Montesquieu, et la seule qu’il ait signée, échappe à cette règle (voir le tome IX, 2006) ; mais il n’est pas sûr que son importance justifie qu’on remette en cause le principe.
16 Et dont on voit dans notre édition des Lettres persanes qu’elle est en fait posthume (1758) et imprimée d’après les notes de l’auteur, mais sans son aval ni sa surveillance.
17 Autre incomparable avantage de ce principe : les lecteurs ne citeront plus comme un texte de 1734 des lignes des Considérations ajoutées en 1748, ou comme de 1748 des pages de L’Esprit des lois datant probablement des années 1751-1754, juste avant la mort de Montesquieu. Il importait de restituer la vérité des millésimes.
18 C’est alors que sont pleinement révélés les « carnets » de Montesquieu, Spicilège et Pensées : publication partielle des Pensées sous le titre de Cahiers par B. Grasset en 1941 (textes revus par A. Masson), du Spicilège par A. Masson chez Flammarion, 1944 ; mais il a fallu attendre l’édition du Spicilège de L. Desgraves, Robert Laffont (Bouquins), 1991, pour que l’intégralité en soit publiée.
19 Pour les manuscrits, voir L. Desgraves, Inventaire des documents manuscrits des fonds Montesquieu de la bibliothèque municipale de Bordeaux, Genève, Droz, 1998, 361 pages. Pour les imprimés, voir L. Desgraves et C. Volpilhac-Auger, avec la collaboration de Françoise Weil, Catalogue de la bibliothèque de La Brède, Cahiers Montesquieu, n° 4, 1999.
20 Le « fonds de La Brède » occupe 270 pages dans l’Inventaire de L. Desgraves ; les manuscrits « d’autres provenances », 30 pages.
21 Voir CVA, « Montesquieu, le chantier génétique », Genesis, n° 21, 2003, p. 149-154.
22 CVA, L’Atelier de Montesquieu : manuscrits inédits de La Brède, avec la collaboration de C. Bustarret, Cahiers Montesquieu, n° 7, 2001, 320 pages. Cette publication sera reprise au tome VII de l’édition des Œuvres complètes (Dossier de L’Esprit des lois).
23 Manuscrit 2506/4, dit « Pièces sur l’usure », L’Atelier de Montesquieu, p. 163-202.
24 Présentée et éditée par I. Cox et A. Lewis. Pour une présentation de ces deux tomes, voir I. Cox et A. Lewis, « Montesquieu observateur et étudiant en droit, Paris et Bordeaux, 1709-1721 », Montesquieu : les années de formation (1689-1720), op. cit., p. 55-63.
25 Le tome XVI, transcription intégrale du Geographica, seul volume thématique qui ait subsisté, présenté par CVA, textes introduits et annotés par S. Albertan-Coppola, M. Benitez, U. Haskins, R. Minuti, C. Volpilhac-Auger, est à paraître en 2007. Le tome XVII (2009 ?) accueillera tous les autres extraits, ainsi que les quelques marginalia connus : voir CVA, « L’ombre d’une bibliothèque. La bibliothèque manuscrite de Montesquieu », actes de colloque (mars 2002), Lire, copier, écrire. La compilation et ses usages au xviiie siècle, É. Décultot (dir.), Paris, CNRS Éditions, 2003, p. 79-90 ; C. P. Courtney, « Liste chronologique provisoire des œuvres de Montesquieu », Revue Montesquieu, n° 2, 1998, p. 211-245 (texte intégral disponible sur le site référencé note 4, rubrique : Revue Montesquieu).
26 Cela justifiait la reproduction de ces seuls commentaires personnels au tome II de l’édition Masson.
27 CVA, « Du bon usage des Geographica », Revue Montesquieu, n° 3, 1999, p. 169-178 (texte intégral disponible sur le site référencé note 4, rubrique : Revue Montesquieu).
28 Plusieurs de ces recueils de notes sont étudiés dans les actes du colloque de Bordeaux, Montesquieu, œuvre ouverte (1748-1755) ?, C. Larrère (dir.), Cahiers Montesquieu, n° 9, 2005.
29 Équipe d’édition dirigée par C. Dornier, composée de M. Bokhobza-Kahan, D. de Casabianca, C. Larrère, C. Martin, J.-N. Pascal, M. Porret, C. Spector, C. Volpilhac-Auger. Publication prévue en 2009.
30 Cette transcription, au tome II de l’édition Masson, est due à L. Desgraves et reprise dans l’édition parue chez Laffont.
31 Voir ci-dessus note 3 ; voir aussi, plus récemment, l’introduction au Spicilège par R. Minuti, dans les Œuvres complètes, t. XIII, p. 37-77, et l’ouvrage de G. Benrekassa, Les manuscrits de Montesquieu. Secrétaires, écritures, datations, Cahiers Montesquieu, n° 8, 2004, qui fournissent des documents photographiques. La chronologie de ces secrétaires est corrigée ou précisée, leur inventaire complété dans CVA, « Une nouvelle chaîne secrète de L’Esprit des lois, l’histoire du texte », SVEC, Oxford, The Voltaire Foundation, 2005 : 05, p. 83-216.
32 Sur la future édition des Pensées, voir le dernier numéro à paraître de la Revue Montesquieu (n° 7, 2004), sous la direction de C. Dornier.
33 Rousseau, Œuvres complètes, t. IV, Paris, Gallimard, 1969, p. lxxviii-lxxix (introd. de J. S. Spink).
34 L’édition de R. Derathé, évoquée ci-après, présentait déjà de larges extraits du manuscrit, parmi les plus intéressants.
35 Dans son édition des Lettres persanes, Paris, Classiques Garnier, 1960, rééd. 1990 (éd. revue par CVA, Livre de poche, 2005). Une analyse remarquable, mais trop peu connue, de ces cahiers avait été présentée par M. Laurain-Portemer, « Le dossier des Lettres persanes : notes sur les cahiers de correction », Revue historique de Bordeaux, 1963, p. 41-81 ; elle a été rééditée dans la Revue Montesquieu, n° 6, 2002 ; ce même numéro de la Revue Montesquieu publie l’intégralité des cahiers de corrections des Lettres persanes, avec la mention des différentes « mains », indispensable pour reconstituer la chronologie des corrections (p. 109-229).
36 Paris, Classiques Garnier, 1973, 2 volumes.
37 Voir le spécimen qui a été donné des livres I et XIII, texte édité par A. Postigliola et G. Benrekassa, présenté et annoté par A. Postigliola et C. Larrère, avec la collaboration de D. Felice, Oxford, Voltaire Foundation, 1998.
38 Un état présent des recherches sur Montesquieu, dû à C. Larrère et CVA, a été publié dans les SVC (2005 : 10, p. 24-35), sous le titre « Montesquieu en mouvement ».
39 L’Esprit des lois, XXX, 12. Voir aussi XXX, 11, et XXVIII, 7.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Volpilhac-Auger, « Onze mille pages. Les Œuvres complètes de Montesquieu à Oxford : projet, réalisations, perspectives (février 2005) », Astérion [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 09 mai 2006, consulté le 26 août 2016. URL : http://asterion.revues.org/587

Haut de page

Auteur

Catherine Volpilhac-Auger

l’auteur est professeur de littérature française à l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines.

Articles du même auteur

Haut de page