Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Après les Ciompi : regards florentins sur le tumulte et construction politique de l’après-crise

After the Ciompi: Florentine perception of the revolt and political construction of the after-crisis
Laurent Baggioni et Élise Leclerc

Résumés

L’article analyse la perception de la révolte de 1378 dans la mémoire florentine entre la fin du xive siècle et la moitié du xve siècle. Deux types de sources sont étudiées et croisées, les livres de famille, d’une part, et la littérature humaniste, de l’autre. Leur lecture conjointe permet de parvenir à deux conclusions : d’abord, les clés de lecture de l’événement suivent une évolution qui tend à éluder progressivement toute analyse socio-économique du conflit ; ensuite, ces clés de lecture correspondent à deux enjeux politiques distincts et successifs : la resémantisation du guelfisme en premier lieu, puis, à partir des années 1430, l’analyse sociale de la république à partir d’une structure hiérarchique rigide.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  N. Rodolico, I Ciompi. Una pagina di storia del proletariato operaio, Florence, Sansoni, 1945 ; G. (...)

1Le « tumulte des Ciompi » – terme péjoratif qui désignait les ouvriers non qualifiés de l’industrie lainière florentine – constitue certainement l’un des événements les plus célèbres de l’histoire de la république florentine, et les trois soulèvements qui agitèrent la cité entre juin et août 1378 sont toujours présentés par les spécialistes comme un tournant dans l’histoire de la cité, une ligne de partage des eaux structurant irrévocablement la chronologie florentine1. S’il en va ainsi, c’est parce que l’événement relève d’une confrontation politique perçue souvent comme plus radicale et plus violente, voire inédite, si on la compare aux précédentes luttes de faction qui ont agité l’histoire de la république. À cet égard, il n’est pas impossible de considérer que les Ciompi relèvent pour partie d’une sorte de « guerre » interne non explicitée dont le compte rendu, le traitement mémoriel et donc le dépassement ne vont pas de soi.

  • 2  G. A. Brucker, « The Revolt of the Ciompi », 1968, art. cité, p. 356.

2Premier paradoxe suscitant l’étonnement : la répression du tumulte est considérée comme annonçant l’essor du régime oligarchique, alors qu’elle ouvre une période de gouvernement relativement élargi qui ne prendra fin qu’après le retour du parti guelfe en 1382 ; second paradoxe : il ne constituerait pas, en soi, un événement extraordinaire, mais un « imbroglio florentin typique »2 : son caractère fondateur et définitif serait le fruit d’une construction a posteriori, vouée à souder un régime autour d’un ensemble de valeurs que le récit du tumulte aurait le mérite d’illustrer.

  • 3  En particulier celles de J. Najemy, Corporatism and Consensus in Florentine Electoral Politics, 12 (...)

3Dans le sillage d’études historiques portant sur la recomposition idéologique de la culture florentine advenue sous la république oligarchique3, nous avons choisi d’analyser la fonction répulsive, anti-exemplaire du tumulte, sur une période qui s’étend de 1378 jusqu’aux années immédiatement postérieures au retour des Médicis (c’est-à-dire jusqu’à la fin des années 1430). Nous nous concentrerons spécifiquement sur certaines clés d’interprétation de l’événement sollicitées dans deux types de textes : les livres de famille, d’une part, et la production humaniste en langue latine, d’autre part. L’enjeu est de tenter d’éclairer, en confrontant les structures d’analyse rétrospective mises en jeu dans ces deux types de sources, les lignes de force réelles de l’après-Ciompi florentin.

Le « tumulte des Ciompi », une histoire florentine

  • 4  M. Mollat, P. Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe au xive(...)
  • 5  L’expression remonte à L. A. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, Milan, Società Palatina, 1731, (...)
  • 6  Pour une description détaillée des faits, voir A. Stella, La révolte des Ciompi, op. cit., p. 43-5 (...)

4Malgré la fréquence des révoltes populaires au cours du dernier quart du xive siècle4, et la récurrence de tels soulèvements, y compris à Florence, la période d’incertitude de l’été 1378 est devenue dans l’historiographie florentine celle du « tumulte des Ciompi », expression tardive figeant en un événement unique un enchaînement de faits extrêmement complexe5, mettant en jeu la politique poursuivie par la Parte guelfa – organisation politique regroupant les tenants de la faction guelfe, inscrite dans les structures communales florentines depuis le xiiie siècle –, l’opposition d’une partie des citoyens à cette politique, l’application des Ordonnances de justice, l’incendie des demeures de certains grands lainiers, les revendications des ouvriers de la laine, la mise en œuvre d’un programme de réformes par Michele di Lando, puis le revirement de la Seigneurie et l’écrasement final, dans le sang, des ouvriers de la laine6.

  • 7  Voir N. Rodolico, Il popolo minuto. Note di storia fiorentina (1343-1378), Bologne, Zanichelli, 18 (...)
  • 8  A. Stella, La révolte des Ciompi, op. cit. L’auteur se livre à une analyse très fine des partition (...)
  • 9  Voir A. Stella, « “Ciompi, gens de la plus basse condition, crasseux et dépenaillés” : désigner, i (...)
  • 10  Gino Scaramella a publié une série de chroniques et de récits portant sur les événements : Cronach (...)

5Les mouvements du « popolo minuto » font partie intégrante des récits politiques contenus dans les chroniques anciennes7. En revanche, pour ce qui est de l’été 1378, les chroniques utilisent spécifiquement le vocable « Ciompi » (ce qui tend à confirmer les conclusions d’Alessandro Stella selon lesquelles il existe dans la révolte une dimension socio-économique certaine, non pas autour d’une « classe ouvrière » constituée, mais autour des revendications spécifiques aux ouvriers de la laine)8. Or les chroniqueurs contemporains effectuent une double opération : d’un côté, ils soulignent la nouveauté du phénomène, en glosant le vocable « Ciompi »9 et en laissant un certain espace aux revendications des ouvriers (Marchionne di Coppo Stefani mentionne, avec indignation, la volonté des « discepoli » de ne plus être soumis aux « maestri » ; Alamanno Acciaiuoli donne la parole à un certain Simoncino, dit Bugigatto, qui énumère les motivations des Ciompi : ne plus être « mal traités » ni « mal payés », ne plus recevoir huit pour un travail qui en vaut douze, avoir une corporation de métier, « avoir part au gouvernement de la cité ») ; de l’autre, ils associent systématiquement les Ciompi à la catégorie traditionnelle de minuto. Aussi Marchionne fait-il fonctionner de façon parfaitement traditionnelle les oppositions entre gente minuta, popolo minuto et popolo, grandi, avec toutefois une certaine sympathie pour la cause des « mezzani »10.

6Les chroniques furent utilisées par l’historiographie humaniste, et le récit de la révolte se cristallisa dans l’histoire officielle des chanceliers-humanistes. Pour Leonardo Bruni, la mémoire de l’événement s’organise autour de quatre thèses : 1) l’émeute du 22 juin a été déclenchée par Salvestro de’ Medici et les opposants au parti guelfe ; 2) les opposants des guelfes ont poussé la multitude à la violence ; 3) la multitude, éveillée par ces violences, a prétendu s’emparer du gouvernement ; 4) Michele di Lando a sauvé la république. Le processus d’écriture a donc abouti à ramener la situation de 1378 à celle d’un romore, c’est-à-dire de l’exercice de cette force des minuti qu’il a fallu « apaiser ». Bruni ne fait plus état des revendications sociales et économiques des ouvriers de la laine et fait du soulèvement un simple épisode de la lutte entre les grandes familles.

  • 11  J.-C. Zancarini, « La révolte des Ciompi. Machiavel, ses sources et ses lecteurs », Cahiers philos (...)

7La tradition historiographique florentine oscille entre description des revendications des Ciompi et occultation pure et simple de la dimension sociale de l’événement11. Dans les deux cas, il ne s’agit pas de comprendre en profondeur l’articulation entre les rapports de dépendance économique à l’intérieur de la société florentine et le fonctionnement politique de la cité. Même lorsque les chroniqueurs ou les historiens donnent une « voix » aux Ciompi, ils s’efforcent, par des stratégies rhétoriques plus ou moins complexes, de décrédibiliser la valeur politique de leur parole : la voix des minuti chez Marchionne est une voix déraisonnable, inaudible par les contradictions qu’elle implique et l’inversion des valeurs qu’elle semble supposer ; la voix de Simoncino chez Acciaiuoli est une voix contrainte, mue par la peur ; plus tard, et au-delà de la période qui nous intéresse ici, la voix du ciompo de Machiavel est implicitement désavouée par le narrateur. Ainsi la revendication politique de justice et d’équité était-elle réduite à de simples actes de violence ou, au mieux, à une erreur de jugement.

  • 12  J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, « “Ôtez-moi Brutus de la tête” : tyrannicide et droit de résistanc (...)

8La mémoire florentine du tumulte, de Marchionne à Machiavel, accorde une place variable aux faits qui ont eu lieu au cours de l’été 1378 mais leur consacre un traitement destiné à réaffirmer ce qui a été mis à mal à ce moment-là. Chroniqueurs et historiens tracent soigneusement les limites de la tradition républicaine florentine, limites qui sont précisément celles d’un droit de résistance prudemment encadré12. Faire une place à ce récit équivaut ainsi à redire ce contre quoi la république doit se construire : la résistance déraisonnable, l’atteinte aux biens des marchands, la remise en cause de la suprématie de certaines corporations, l’idée que la participation au gouvernement doit s’étendre aux travailleurs les plus humbles. La révolte des ouvriers de la laine s’impose donc comme une construction abstraite, un exercice historiographique et politique, le lieu d’une définition mouvante de l’identité républicaine florentine.

Le regard rétrospectif des contemporains

9Concentrons-nous à présent sur le récit des contemporains afin de rechercher les premières clés de lecture mises en place dans les années qui ont suivi la révolte.

  • 13  Sur les livres de famille, voir les synthèses de C. Cazalé-Bérard et C. Klapisch-Zuber, « Mémoire (...)
  • 14  Voir R. Signorini, Alle origini di una famiglia patrizia. Il libro di ricordanze di Leonardo di Ba (...)

10Si l’on analyse les récits privés consacrés par les Florentins aux événements13, on constate que les auteurs qui n’y ont pas directement participé ont tendance à inscrire les faits dans les cadres traditionnels de l’historiographie florentine (le grondement des romori qui expriment l’agitation du popolo, ainsi que les tensions entre grandi et popolani qui structuraient la vie politique florentine depuis le xiiie siècle), et que certains usent même d’artifices formels pour éviter d’identifier des responsables14.

  • 15  A. Sapori éd., I Libri di commercio dei Peruzzi, Milan, Trèves, 1934, p. 513-524. Peruzzi, membre (...)
  • 16  Ricordanza di Messer Luigi Guicciardini gonfaloniere di giustizia (luglio 1378), dans G. Scaramell (...)

11Au contraire, les récits élaborés par les acteurs des événements montrent une volonté forte d’en construire l’interprétation. Pour Simone Peruzzi15 et Luigi Guicciardini16, il s’agit au premier chef de défendre leur action personnelle, ce qui se traduit notamment par l’introduction de la question des antécédents et de la genèse des soulèvements :

  • 17  L. Guicciardini, Ibid. : « E trovando tutta la ttera aseragliata e ad arme però che Salvestro di m (...)

« Alors que toute la ville était barricadée et en armes car Salvestro, fils de messire Alamanno de’ Medici, qui avait été Gonfalonier les deux mois précédents, sur l’instigation des gibelins admonestés et au moyen de l’office des Huit citoyens de la Balìa, avait pris de nombreuses mesures contre la Parte guelfa, et appliqué les Ordonnances de justice aux Grands et aux gentilshommes de la cité de Florence, et fait incendier nombre de demeures et de palais appartenant à certains citoyens guelfes et partisans de la Parte guelfa, et privé d’offices lesdits partisans, qui d’une façon et qui d’une autre, et soumis toute la cité de Florence au feu et au pillage, comme nous entrions, nous, dans ledit office du Priorat aux calendes de juillet 1378, et alors que certains hommes néfastes, gibelins et admonestés ainsi que certains guelfes félons qui s’étaient ralliés à eux, et lesdits Huit de la Balìa voulaient non seulement qu’au moyen de notre office du Priorat et de nos Collèges on procédât avec rigueur contre lesdits citoyens et partisans guelfes, en les exilant et en les bannissant hors de la cité de Florence, mais encore que par notre office fussent prises certaines mesures contre la Parte guelfa, afin de l’anéantir complètement, et comme moi, Luigi, je m’opposais à cela et voulais faire en sorte que cela n’advienne pas, lesdits gibelins et gens admonestés et lesdits cinq citoyens membres des Huit de la Guerre [...] firent et prirent des mesures afin que les peigneurs, et les tisseurs, et les cardeurs, et tous les autres batteurs de laine de la cité de Florence se préparassent à faire s’élever une rumeur le mardi 20 juillet et à incendier certaines familles guelfes de Florence.17 »

12Pour Guicciardini, le second soulèvement serait la conséquence de sa résistance face aux actions « anti-guelfes » que le parti de Salvestro de’ Medici entendait poursuivre. L’antagonisme guelfes-gibelins structure l’ensemble du récit et constitue l’unique clef de lecture des événements que Guicciardini propose à ses descendants, tandis que le rôle des « peigneurs et tisserands et cardeurs et autres batteurs de laine » est fortement minimisé, puisqu’ils sont présentés comme des pions manipulés par le parti des ghibellini ammuniti.

13Le récit de Bese Magalotti, capitaine de la Parte guelfa à partir de juin 1378, témoigne lui aussi de l’émergence progressive d’une clef de lecture « guelfe » des événements, qui devient structurante au moment où il raconte la chute du Gouvernement des Arti, en 1382 :

  • 18  Archivio di Stato di Firenze [désormais ASF], Carte Strozziane, II, 116, fo 132v-133r : « Ricordan (...)

« Rappelons que je fus l’objet d’une enquête du Podestat de Florence, qui avait pour nom messire Fantino Giugni de Venise ; et je fus convoqué le 23 avril ; je ne comparus pas [...] ; je sortis de Florence le 27, et [je] fus à Panciano le premier janvier ; je fus condamné par contumace à la peine capitale pour trahison ; je demeurai banni jusqu’au 17 janvier 1381 environ. Je revins à Florence le premier février 1381, et c’est ainsi qu’à la clameur du popolo, dans le cadre d’un parlement, on proclama que tous les guelfes soient rappelés, et que vive la Parte guelfa, et que meurent les traîtres gibelins ; et des hommes parcoururent la ville avec les enseignes de la Parte guelfa, dans toute la cité, et ils furent plusieurs centaines, et l’on coupa la tête à messire Giorgio degli Scali, à messire Donato del Ricco et à Feo le cuirassier, qui étaient tous des gibelins admonestés, et nombre d’entre eux furent bannis, exilés, et leurs biens furent restitués aux guelfes de retour.18 »

  • 19  Voir également le récit de Nofri delle Riformagioni (Scaramella éd., 1917-1934, op. cit., p. 60-63 (...)

14Magalotti insiste sur la faveur populaire (qui « crie » son approbation à deux reprises) et sur l’opposition entre les guelfes et les gibelins : ces groupes sont antinomiques au point de ne pouvoir cohabiter dans la cité. Le récit se clôt d’ailleurs sur une expression qui concentre l’interprétation que construit peu à peu Bese Magalotti : il n’est pas un participant d’un coup d’État mais un guelfe qui revient, dans le cadre d’un processus présenté comme un retour à « l’état des guelfes », synonyme pour lui d’ordre des choses19.

  • 20  Voir les récits de Guccio Benvenuti de’ Nobili, ASF, Carte Strozziane, II, 59, fo 201r, et Nofri d (...)
  • 21  Voir A. Molho et F. Sznura éd., « Brighe, affanni, volgimenti di stato ». Le ricordanze quattrocen (...)
  • 22  La chute des Ciompi est relatée par Naddo da Montecatini, Guido Monaldi, Paolo di ser Guido cimato (...)

15Cette expression (stato de’ guelfi), rapidement lexicalisée20, a contribué à forger une image des événements qui occulte l’action des Ciompi et devint un pilier des histoires familiales présentes dans les livres des générations qui suivirent21. Alors que la chute effective des Ciompi n’a été relatée que par trois auteurs, tous contemporains, le « retour des guelfes » a été raconté à dix reprises, deux fois de façon contemporaine des faits, et huit fois de façon postérieure22. De façon générale, c’est ainsi moins l’issue de la révolte de 1378 qu’un autre événement politique qui définit l’interprétation du moment. C’est le rôle de la Parte guelfa qui se trouve au centre des préoccupations des auteurs de livres de famille, rôle qui induit une lecture de la révolte des Ciompi comme simple épiphénomène de la lutte autrement plus structurante entre la Parte guelfa et ses adversaires. On voit ainsi à quel point la mémoire privée de l’histoire, essentielle pour asseoir le positionnement social de la famille de l’auteur, se trouve totalement déterminée par l’analyse stratégique des rapports de pouvoir contemporains ; en d’autres termes, ce sont les valeurs défendues par le groupe dirigeant après 1382 qui conditionnent, dans la mémoire privée, le sens donné au soulèvement populaire de 1378.

Langue du récit et représentations de l’après-Ciompi

16Il n’est pas surprenant qu’au fil des années, avec les changements politiques survenus, le récit des révoltes de 1378 se modifie lui aussi. Nous nous intéresserons à présent à la façon dont certains témoins puis certains auteurs de la génération suivante ont transmis le sentiment de vivre dans un « après la crise » perçu comme un « après la guerre » et justifient une vision hiérarchique de la communauté politique fondée sur le monopole de la vertu et des armes.

  • 23  L’attitude de Salutati a été analysée par E. Garin, « Echi del tumulto dei Ciompi nella cultura de (...)
  • 24  Lettre à Antonio di ser Chello, 21 août 1383, dans Coluccio Salutati, Epistolario, F. Novati éd., (...)

17La rhétorique humaniste et la littérature en langue vernaculaire nous offrent un premier témoignage sur la façon dont la mémoire des Ciompi travaille implicitement et comme en sous-main l’œuvre et la pensée de certains témoins de l’événement. C’est le cas de Coluccio Salutati (1331-1406), chancelier de la commune au moment des faits23. Dans les années qui suivent la déflagration, Coluccio appuie certaines de ses épîtres morales adressées à certains Florentins de haut rang qui ont fui la ville en temps de peste sur le danger toujours présent d’une insurrection populaire24 :

Si vous aviez vu avec quelle confiance démesurée et avec quelle vigueur, le 21 juillet dernier, cette race vile et sordide, les étendards dressés, a pris possession d’une si grande ville dans le silence du soir, et parcourant la cité tout entière, a poussé les pauvres au pillage, vous comprendriez que la vertu des bons citoyens qui sont dans la cité, ou la force militaire ne suffiraient pas à leur faire obstacle, mais il aurait fallu alors, et il faudra toujours, si une semblable fureur vient à nous accabler, combattre avec toutes les forces des optimates et tout le corps de la république.

  • 25  Les travaux du séminaire « Les sociétés européennes au Moyen Âge : modèles d’interprétation, prati (...)

18Pour l’humaniste, la représentation rhétorique de bandes de criminels dont les « pauvres » (pauperes) seraient les victimes repose sur une mise en scène de l’animalité par opposition au discernement, apanage des « optimates ». Cette thèse de la manipulation des « pauvres » a pour effet d’éluder complètement les revendications sociales et politiques des Ciompi25.

  • 26  J. Najemy, A History of Florence, 1200-1575, op. cit., p. 171, joignant à sa propre lecture des pr (...)

19Chez Salutati, ce déni de la problématique sociale associée à une forte moralisation du comportement irresponsable et irrationnel des « pauvres », trahit, dans les représentations politiques, la constitution d’un espace chaotique et périlleux d’où peuvent surgir les troubles, et la conscience que le groupe indéterminé qui constitue la sphère politique authentique doit faire corps, y compris militairement, contre ce risque omniprésent de subversion. C’est dans ce sens qu’on peut parler d’une période post-Ciompi dans les représentations politiques, qui correspond à l’ère post-Ciompi décrite par les historiens dans les processus électoraux, institutionnels et sociaux26. D’un point de vue théorique, l’extrême conséquence des Ciompi réside dans la limitation drastique du droit de résistance appliquée par Salutati à la question du tyrannicide. Le chancelier défend ainsi la condamnation des assassins de César par Dante, en reconnaissant d’une part, à la lumière d’arguments historiques et juridiques, la légitimité du tyrannicide, mais en considérant son application comme limitée :

  • 27  Coluccio Salutati, De tyranno (1400) : « Licet enim tyrannus maior pestis sit quam aliqua, que pos (...)

Quoique le tyran soit un des pires fléaux qui puissent surgir dans le corps d’un peuple ou d’une chose publique, ni un individu ni plusieurs hommes n’ont toutefois le droit, sans l’autorité d’un prince ou d’un peuple, de perturber de leur autorité propre un état qu’une décision légitime ou que la volonté du peuple a mis en place, ou que l’obéissance, le consentement tacite ou exprès d’une cité a accepté. Il est en effet présomptueux, et même orgueilleux, tandis que les autres endurent, de s’élever contre celui qui tient le pouvoir.27

20Pour Coluccio, le recours au tyrannicide doit être exceptionnel, précisément au nom de la parcimonie extrême qu’il préconise pour l’exercice du droit de résistance en général. Dans la conception qui est la sienne, tout soulèvement, toute rébellion sans autorisation préalable équivaut à une violation du droit pure et simple.

  • 28  G. di P. Morelli, Ricordi, V. Branca éd., dans Mercanti scrittori, Milan, Rusconi, 1986, p. 223-22 (...)
  • 29  Les Ciompi sont de véritables « sujets » de l’action, y compris au sens grammatical : « In questo (...)

21Dans les récits privés, on constate que la lecture guelfe cède progressivement la place à une vision des faits moins binaire, organisée autour de nouvelles images de la société florentine, où l’on trouve également une mise en scène de la violence des Ciompi. Dans les lignes que Giovanni di Pagolo Morelli (1371-1444) consacre aux événements, rédigées à la charnière des xive et xve siècles, l’adjectif « guelfe » apparaît toujours synonyme d’orthodoxie et de bon agir politique, mais l’auteur affiche une prise de distance nouvelle avec l’esprit partisan qui animait les récits des acteurs des décennies précédentes28. Une fois n’est pas coutume, les Ciompi sont présentés dans son récit comme des acteurs des événements, mais les actions que Morelli leur attribue se caractérisent par leur violence, et la violence de l’écrasement des Ciompi est ainsi présentée comme une réaction d’exaspération face aux exactions de ces derniers29.

22Le pouvoir des Ciompi devient dans la mémoire florentine un traumatisme dont on doit constamment craindre la répétition, comme le confirme le conseil que Morelli adresse à ses descendants en 1390 :

  • 30  Ibid., p. 192 : « Se vedrà il poveruomo che tu abbi grano a vendere e che tu il serbi perché vagli (...)

Si un pauvre voit que tu as du grain à vendre et que tu le gardes pour que sa valeur augmente, alors il t’insultera et te maudira et te volera, ou encore il brûlera ta maison, s’il en a la possibilité, et il fera en sorte que tout le menu peuple te veuille du mal, ce qui est une chose très dangereuse : que Dieu garde notre cité de leur seigneurie.30

  • 31  « Pitti, Bonaccorso », Mercanti scrittori, V. Branca éd., op. cit., 1986, p. 382-383.
  • 32  Ibid., p. 383-384 : « Roppono colle scuri la porta della torre dov’erano le dette mazze, le quali (...)
  • 33  G. Capponi, Ricordi, G. F. Folena éd., dans Miscellanea di studi offerta a A. Balduino e B. Bianch (...)
  • 34  Piero Guicciardini, Ricordo 1484, dans N. Rubinstein, Il Governo di Firenze sotto i Medici, Floren (...)

23On retrouve cette évocation des Ciompi dans la description que fait Bonaccorso Pitti de la révolte populaire advenue à Paris en 1381. Il y utilise en effet les images que ses contemporains avaient employées pour décrire le soulèvement de juillet 1378 (parmi lesquelles le peuple parcourant la ville et pillant les demeures)31, avant d’expliciter la comparaison, précisant que ces Maillotins « étaient des personnes pareilles aux Ciompi qui attaquèrent Florence »32. Le récit ou la mention du tumulte devient ainsi un étalon de comparaison, un drame moral où se joue la suprématie du popolo grasso, à présent débarrassé de toute référence au guelfisme. Le dernier exemple marquant de récit du tumulte proprement dit dans un livre privé le confirme : il s’agit de l’un des avertissements que Gino Capponi rédige vers 1420 à l’adresse de ses descendants33. Dans son récit, aucune référence n’est faite au guelfisme, tandis qu’est introduite l’image de la roue de la Fortune, qui semble commander les renversements successifs de l’état des Florentins et des familles. Surtout, Capponi substitue à la cartographie idéologique et bipartite de la société proposée auparavant par les guelfes une hiérarchie sociale et morale (grâce au double sens des adjectifs choisis) organisée en cinq groupes : « grandes familles », « gentilhommes », « marchands », « artisans », « hommes de vile condition », qui semble anticiper les catégories évoquées par Piero Guicciardini en 148434. Le récit de l’été 1378 apparaît ainsi, dans les livres privés de certaines grandes familles surtout, comme la justification d’un certain type de fonctionnement de la république.

  • 35  Par exemple chez Salutati, De laboribus Herculis, B. L. Ullman éd., Zurich, Thesaurus Mundi, 1951, (...)
  • 36  Dans la Rome républicaine, le terme désigne normalement les citoyens les plus riches, en particuli (...)
  • 37  Les membres de certaines grandes familles pouvaient tomber sous le coup des Ordonnances de justice (...)
  • 38  Bruni évite la question, et dans le De militia (1420-1421), donne à la noblesse un sens exclusivem (...)
  • 39  Dans la Laudatio Florentine Urbis (1403), Bruni pose une équivalence entre les capitaines de la Pa (...)
  • 40  Cette conception est développée dans l’Oratio in funere Iohanis Strozzae (1428). Tous les textes c (...)

24Une sorte d’état post-traumatique se perçoit dans la façon dont la pensée politique humaniste de langue latine fait un usage renouvelé du terme « optimate », emprunté à la langue classique35. Partie intégrante du lexique politique romain, étroitement associé à une phase tardive de la pensée cicéronienne36, le mot « optimate » (sous sa forme substantive chez Salutati, ou sous une forme adjectivale chez Bruni, qui désigne le parti guelfe par l’expression optime partes, le « meilleur parti ») devient subitement essentiel dans la parénèse républicaine des chanceliers-humanistes. Dans une cité où la place de la noblesse est éminemment problématique37, les humanistes préfèrent désigner les citoyens les plus puissants sous la catégorie du « meilleur » ou du « plus vertueux », qui présente l’intérêt de ne préjuger en rien de la noblesse de sang ou de la richesse des individus, et permettant du même coup de rester à l’écart des difficiles débats concernant la question nobiliaire38. Ce qui importe, c’est que les meilleurs (les plus vertueux, les plus experts) soient en mesure de décider le meilleur pour la cité. Or la catégorie d’optimates ne se pense pas, chez Salutati comme chez Bruni, sans opposition aux couches les plus basses de la population, caractérisées par leur pauvreté, leur faiblesse et leur inconstance : le terme « plèbe », utilisé par les deux, recouvre en effet des significations bien différentes, désignant tantôt la majorité de la population, le « peuple », tantôt les plus pauvres. La polysémie de « plèbe » renvoie à l’ambiguïté d’« optimate », catégorie morale qui dissimule en fait une véritable caste de gouvernement. La référence au guelfisme, bien présente pour des raisons institutionnelles sous le gouvernement des Albizzi, traduit la même évolution idéologique. En effet, Bruni resémantise l’héritage historico-politique du guelfisme : l’alliance avec la papauté passe au second plan, alors que le guelfisme s’identifie désormais à la défense de la liberté confiée aux citoyens les plus vertueux39. Cette resémantisation permet de mieux comprendre la conception développée par Bruni d’une hiérarchie républicaine issue d’une liberté de compétition favorisant l’émergence de citoyens vertueux40 : d’une part, Bruni théorise une république aristocratique pour mieux appuyer l’oligarchie, d’autre part, il rappelle que le seul fondement du pouvoir de l’oligarchie repose sur la valeur morale, l’éthique républicaine et l’expertise militaire. Dans tous les cas, la vision hiérarchique de Bruni tend à confondre dans une même « plèbe » toute la population sujette à l’autorité des meilleurs, sans distinguer mezzani et minuti, ce qui a pour effet d’éluder la question de la composition socio-économique du peuple.

  • 41  Salvestro de’ Medici était en effet un membre de la famille de Côme, quoiqu’il appartînt à une bra (...)
  • 42  « Id perpetuum documentum potest praestantibus in civitate viris, ne motum et arma in arbitrio mul (...)

25Le récit de l’été 1378 est relativement peu développé dans l’œuvre historiographique de Bruni, sans doute pour ne pas heurter la sensibilité des Médicis fraîchement arrivés au pouvoir41, mais aussi parce que les catégories de la pensée brunienne sont incapables de prendre en compte la dimension sociale du conflit. Le récit revêt la forme d’un apologue mettant en garde les grandes familles afin qu’elles ne laissent pas dégénérer leurs conflits au point de donner des armes à la plèbe pour triompher de leurs adversaires42. Par cet avertissement, l’historien cherche à transformer le type d’« après » qui constitue le présent de la cité : Florence vit moins dans un « après »-révolte que dans un « après »-guerre civile ; l’appel à la résistance contre les forces périlleuses de la plèbe se transforme en une volonté de pacification des tensions inter-partisanes et inter-familiales, à une époque de triomphe des Médicis.

26La confrontation des récits privés et des écrits humanistes dévoile des processus similaires : la présence de cadres normatifs, linguistiques et politiques, qui structure le récit des faits, l’évolution de ce cadre normatif d’une clé d’interprétation guelfe à une clé nettement plus liée à la question de la hiérarchie au sein de la cité, la « privatisation » du récit enfin dans certains textes, où l’identité des familles concernées devient un aspect important du récit. Cette forme de continuité permet de dépasser l’opposition parfois trop franche que l’on pourrait tracer entre l’écriture en langue vernaculaire, censée être plus rétive aux changements, et littérature en langue latine, porteuse de l’idéologie dominante. En réalité, les deux formes de textes et de discours, les livres de famille plus encore peut-être, montrent le poids de la mémoire des Ciompi dans la représentation du fonctionnement politique de la cité. Aux processus mentionnés ci-dessus, on pourrait également ajouter une structure de pensée qui est à la fois temporelle et normative : la cité vit dans l’après d’une forme de guerre civile qui définit son présent, or les mutations du présent lui-même agissent en retour sur la mémoire de la crise et sur le type de guerre civile dont il est question. Nous sommes face à un cas où le processus mémoriel tend paradoxalement à occulter les enjeux réels du conflit, et tandis que les individus s’efforcent de construire le présent, ils relèguent la révolution de l’été 1378 au rang d’impensé.

Haut de page

Notes

1  N. Rodolico, I Ciompi. Una pagina di storia del proletariato operaio, Florence, Sansoni, 1945 ; G. A. Brucker, « The Revolt of the Ciompi », dans N. Rubinstein éd., Florentine Studies : Politics and Society in Renaissance Florence, Evanston, Northwestern University Press, 1968, p. 314-356 ; A. Stella, La révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail, Paris, Éd. de l’EHESS, 1993. La date de 1378 a d’ailleurs été retenue par Gene Brucker comme borne chronologique distinguant deux de ses ouvrages sur Florence : Florentine Politics and Society, 1343-1378, Princeton, Princeton University Press, 1962, et The Civic World of Early Renaissance Florence, Princeton, Princeton University Press, 1977.

2  G. A. Brucker, « The Revolt of the Ciompi », 1968, art. cité, p. 356.

3  En particulier celles de J. Najemy, Corporatism and Consensus in Florentine Electoral Politics, 1280-1400, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1982, et A History of Florence, 1200-1575, Oxford, Blackwell, 2006.

4  M. Mollat, P. Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe au xive et au xve siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1970 (2e éd., Paris, Flammarion, 1990) ; F. Franceschi, « I Ciompi a Firenze, Siena e Perugia », dans M. Bourin, G. Cherubini, G. Pinto éd., Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento : un confronto, Florence, Firenze University Press, 2008 ; S. K. Cohn Jr., Lust for Liberty. The Politics of Social Revolt in Medieval Europe, 1200-1425, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2008.

5  L’expression remonte à L. A. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, Milan, Società Palatina, 1731, vol. XVIII et P. de’ Rossi di Santa Rosa, Storia del Tumulto dei Ciompi, Turin, Pomba, 1843. À propos de la fortune critique des événements, voir E. Sestan, « Echi e giudizi sul Tumulto dei Ciompi nella cronistica e nella storiografia » dans Il Tumulto dei Ciompi. Un momento di storia fiorentina ed europea, Florence, L. Olschki, 1981, p. 125-160 ; A. Stella, La révolte des Ciompi, op. cit., p. 18-29 ; E. Screpanti, L’angelo della liberazione nel tumulto dei Ciompi, Sienne, Protagon, 2008 et P. Lantschner, « The “Ciompi Revolution” constructed. Modern historians and the nineteenth-century paradigm of revolution », Annali di Storia di Firenze, 2009, vol. IV, p. 277-297 ; disponible en ligne ; <http://www.fupress.net/index.php/asf/article/view/9864> (consulté le 9 juin 2016).

6  Pour une description détaillée des faits, voir A. Stella, La révolte des Ciompi, op. cit., p. 43-59, J. Najemy, A History of Florence, op. cit., p. 161-171 et E. Screpanti, L’angelo della liberazione nel tumulto dei Ciompi, op. cit., p. 353-355.

7  Voir N. Rodolico, Il popolo minuto. Note di storia fiorentina (1343-1378), Bologne, Zanichelli, 1898.

8  A. Stella, La révolte des Ciompi, op. cit. L’auteur se livre à une analyse très fine des partitions sociales florentines, avec une attention particulière aux rapports de voisinage et à la topographie, dans la lignée des travaux de R. Trexler, « Neighbours and Comrades : the Revolutionaries of Florence, 1378 », Social Analysis : Journal of cultural and social practice, 1983, no 14, p. 53-106 ; « Follow the Flag : the Ciompi revolt seen from the streets », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, 1984, t. XLVI, no 2, p. 357-392.

9  Voir A. Stella, « “Ciompi, gens de la plus basse condition, crasseux et dépenaillés” : désigner, inférioriser, exclure », dans Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités (Actes du Congrès de Montréal, 1999), P. Boglioni, R. Delort et C. Gauvard éd., Paris, Publications de la Sorbonne, p. 145-152, et R. Paris, « Les Ciompi : cardeurs, foulons, bâtards ? », Médiévales, 1996, no 30, p. 109-115.

10  Gino Scaramella a publié une série de chroniques et de récits portant sur les événements : Cronache e memorie sul Tumulto dei Ciompi, Bologne, Zanichelli, 1917-1934, dont le récit d’Alamanno Acciaiuoli (parfois attribué à Gino Capponi), p. 11-34. L’autre source de référence est la chronique de Marchionne di Coppo Stefani, précédemment éditée par N. Rodolico (Cf. L. A. Muratori, Rerum italicarum scriptores : raccolta degli Storici italiani, dal cinquecento al millecinquecento, Città di Castello : Lapi ; Bologna : Zanichelli, 1903-1913). Notons que la seule chronique favorable aux Ciompi, la chronique dite dello Squittinatore, désigne les émeutiers sous le vocable de popolo. Richard Trexler a identifié l’auteur de cette chronique anonyme à un certain ser Bernardo di ser Taddeo Carchelli, un notaire appartenant à une aile modérée de la parte guelfa (« Herald of the Ciompi. The authorship of an anonymous Florentine chronicle », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 1985, vol. 65, p. 159-161).

11  J.-C. Zancarini, « La révolte des Ciompi. Machiavel, ses sources et ses lecteurs », Cahiers philosophiques, 2004, no 97, p. 9-22 ; « Les humeurs du corps politique. Le peuple et la plèbe chez Machiavel », Laboratoire italien, 2001, no 1, p. 25-33.

12  J.-L. Fournel, J.-C. Zancarini, « “Ôtez-moi Brutus de la tête” : tyrannicide et droit de résistance à Florence de Salutati à Giannotti », dans Le Droit de résistance, J.-C. Zancarini éd., Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, 1999, p. 47-70.

13  Sur les livres de famille, voir les synthèses de C. Cazalé-Bérard et C. Klapisch-Zuber, « Mémoire de soi et des autres dans les livres de famille italiens », Annales : histoire, sciences sociales, 2004, vol. 59, no 4, p. 805-826 et R. Mordenti, I libri di famiglia in Italia, II, Geografia e Storia, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2001. Sur l’écriture mémorielle du menu peuple florentin, voir A. Stella, « Les Ciompi et leurs familles », Médiévales, 1990, no 19, p. 65-70 et F. Franceschi, « La mémoire des laboratores à Florence au début du xve siècle », Annales : économies, sociétés, civilisations, 1990, t. 45, no 5, p. 1143-1167. Pour un traitement plus approfondi du corpus des livres de famille, nous renvoyons à la thèse de doctorat d’É. Leclerc, Affaires de familles et affaires de la cité. La transmission d’une pensée politique dans les livres de famille florentins (xive-xve), sous la direction de J.-C. Zancarini, soutenue à l’ENS de Lyon en 2013 et à paraître aux éditions Droz à Genève.

14  Voir R. Signorini, Alle origini di una famiglia patrizia. Il libro di ricordanze di Leonardo di Bartolino di Salimbene [laurea], Florence, Università di Firenze, 1996, p. 343 ; Guido Monaldi, Diario, dans Istorie Pistolesi, ovvero delle cose avvenute in Toscana dallanno MCCC al MCCCXLVIII, col Diario di G. Monaldi, R. A. Martini éd., Florence, Tartini e Franchi, 1733, p. 319-355 ; Naddo da Montecatini, Memorie storiche da un libro di ricordi scritto da Naddo di ser Nepo di ser Galo da Montecatini di Valdiniveole cittadino Fiorentino, I. di San Luigi éd., Delizie degli eruditi toscani, Florence, Cambiagi, 1784, vol. XVIII, p. 10. Naddo da Montecatini, en particulier, se garde d’introduire des liens de conséquence entre les faits et use de nombreuses tournures impersonnelles et passives pour éviter de nommer des responsables.

15  A. Sapori éd., I Libri di commercio dei Peruzzi, Milan, Trèves, 1934, p. 513-524. Peruzzi, membre réticent des Huit Saints, commission honnie par la Parte guelfa, tente de minimiser l’ampleur des événements de juin (auxquels il était officiellement associé) en insistant sur leur inscription dans le cadre des usages « normaux » de la cité et sur le retour au calme qui suivit son action. Il établit un lien entre le soulèvement et les ammonizioni en le mettant au sens propre dans la bouche des futurs révoltés, au moyen du discours indirect libre (p. 521-522).

16  Ricordanza di Messer Luigi Guicciardini gonfaloniere di giustizia (luglio 1378), dans G. Scaramella éd., op. cit., p. 47-49, et F. Sensoli, Ricordanze di tutti i fatti di Luigi di messer Piero Guicciardini (1370-1402). Trascrizione e commento [laurea], Florence, Università di Firenze, 1998, p. 108-109. L. Guicciardini était Gonfalonier de Justice en juillet.

17  L. Guicciardini, Ibid. : « E trovando tutta la ttera aseragliata e ad arme però che Salvestro di messere Alamano de’ Medici, il quale era istatto Gonfaloniere i due mesi pasati, per fatura de’ ghibellini amuniti e per l’uficcio degli Otto cittadini de la Balìa avìa fatti molti ordini contro a la Parte Guelfa e posto gli ordini della giustizia a’ grandi e a’ gientili uomini de la cità di Firenze e fatto ardere più e più chasse e palagi a cierti citadini guelfi e partefici de la Parte Guelfa, e i detti partefici privati d’ufici e chi in uno modo e chi in uno altro, e mandato tutta la cità di Firenze a fuocho e a ruberìa, e entrando noi nel detto uficio del priorato nel detto calen di luglio 1378, e volendo cierti malifici ghibellini e amuniti e loro seguaci guelfi traditori e i detti Otto della Balìa che per lo detto nostro uficio del priorato e per gli nostri colegi si prociedese contra i detti citadini e partefici guelfi rigidamente in confinargli e in isbandegliagli fuori de la cità di Firenze, e volendo che per lo nostro uficio si faciesono cierti ordini contro a la Parte Guelfa in disfalla afatto e io Luigi ponendomi al contrario e volendo sostenere che ciò non si faciese, i detti ghibelini e amuniti e i detti cinque citadini degli Otto della Guerra […], feciono e ordinarono che i petinatori e tesitori e scardassieri e ogni altro batilana de la cità di Firenze dovesono martedì dì XX di luglio detto levare uno romore e ardere cierte famiglie guelfe di Firenze. »

18  Archivio di Stato di Firenze [désormais ASF], Carte Strozziane, II, 116, fo 132v-133r : « Ricordanza ch’io fui inquisito dal podestà di Firenze ch’haveva nome messer Fantino Giug[n]i da Vinegia ; e fu’ richiesto dì 23 dicembre; non compari’ […] ; usci’ di Firenze a dì xxvii, fu’ à Panciano di primo gennaio. Hebi bando della testa per trattato; stetti in bando insino a dì circa 17 gennaio 1781 [sic]. Tornai in Firenze dì primo di febraio 1381, e così à grido di popolo [fo 133 r.] per parlamento fu gridato che tutti i guelfi fossero ribanditi, e che vivesse Parte guelfa, e morisse i traditori ghibellini ; e corsesi la terra coll’insegne di Parte guelfa per tutta la Città e fur[o]no molti centi, e tagliata la testa a messer Giorgio degli Scali, a messer Donato del Ricco e a Feo corazzaio, tutti ghibellini ammoniti, e molti ne furo sbanditi, e confinati, e di loro beni furo restituiti i Guelfi ritornati. » La teneur des notes de Magalotti, ainsi que les habitudes des Florentins en matière d’écriture mémorielle, tendent à indiquer qu’il les rédigea peu après les événements, sinon de façon tout à fait contemporaine.

19  Voir également le récit de Nofri delle Riformagioni (Scaramella éd., 1917-1934, op. cit., p. 60-63, 64-65) et de Niccolò Busini, ASF, Carte Strozziane, IV, 564, fo 8v.

20  Voir les récits de Guccio Benvenuti de’ Nobili, ASF, Carte Strozziane, II, 59, fo 201r, et Nofri delle Riformagioni (G. Scaramella éd., op. cit., p. 57-58, 60-63, 64).

21  Voir A. Molho et F. Sznura éd., « Brighe, affanni, volgimenti di stato ». Le ricordanze quattrocentesche di Luca di Matteo di messer Luca dei Firidolfi da Panzano, Florence, SISMEL-Galluzzo, 2010, p. 467 ; C. Bec éd., Il libro degli affari proprii di casa. Il libro degli affari proprii di casa de Lapo di Giovanni Niccolini de’ Sirigatti, Paris, SEVPEN, 1969, p. 56-57 ; Carlo Buondelmonti, ASF, Carte Strozziane, II, 127, fo 63r.

22  La chute des Ciompi est relatée par Naddo da Montecatini, Guido Monaldi, Paolo di ser Guido cimatore. Le retour des guelfes est évoqué par Naddo da Montecatini, Bese Magalotti, Bernardo et Lapo da Castiglionchio (fils de l’un des plus grands leaders de la Parte, ils attendent même ce moment pour écrire, et font des vexations qu’ils endurèrent en 1378 – selon eux en raison de leur identité « guelfe », la motivation même de la tenue du livre de famille : voir ASF, Manoscritti, 80, fo 43v, et L. De Angelis, « “Et chosì ci conviene esser contenti”. La ricostruzione di un patrimonio familiare dopo il bando e l’esilio », dans Antica possessione con belli costumi. Due giornate di studio su Lapo da Castiglionchio il Vecchio, Florence, Aska, 2005, p. 299-315, et plus précisément « Appendice. Dalle Ricordanze dei figli di messer Lapo da Castiglionchio (ASF, Manoscritto, 79, cc. 31 r-32 r, 33 r-34 v) », p. 312-315), Doffo Spini, Luca di Matteo da Panzano, Guccio Benvenuti de’ Nobili, Carlo Buondelmonti, Niccolò Busini, Lapo Niccolini de’ Sirigatti, Giovanni di P. Morelli, Bonaccorso Pitti.

23  L’attitude de Salutati a été analysée par E. Garin, « Echi del tumulto dei Ciompi nella cultura del Rinascimento », Il tumulto dei Ciompi. Un momento di storia fiorentina ed europea, op. cit., p. v-xxii, p. xvi : « Precarietà, insicurezza, esecrazione dei dissidi interni, furono l’eco lunga di un’esperienza che lasciò in molti con l’orrore per la violenza cieca, il senso di intrighi e di viltà, e quindi sfiducia per la vita politica. »

24  Lettre à Antonio di ser Chello, 21 août 1383, dans Coluccio Salutati, Epistolario, F. Novati éd., Rome, Fonti per la storia d’Italia, 1891-1905, 4 vol., vol. II, V, xvii, p. 83-98, surtout p. 86 : « Si quanta animi magnitudine quantoque vigore XXI die mensis iulii proxime elapsi gens illa vilis et sordida, vexillis erectis, prime noctis silentio tantam urbem invaserit et totam peragrando civitatem pauperes ad predam invitaverit, vidissetis, non iam solum virtute bonorum civium, qui in patria sunt, aut militari potentia diceretis obsistendum satis esse, sed et tunc fuisse et semper fore, si similis furor ingruerit, omnium optimatum viribus et totius reipublice corpore dimicandum. »

25  Les travaux du séminaire « Les sociétés européennes au Moyen Âge : modèles d’interprétation, pratiques, langages » de François Menant et Diane Chamboduc de Saint-Pulgent (Paris, École normale supérieure), consacré, en 2011-2012, à la question « Comment étudier les milieux populaires urbains de la fin du Moyen Âge ? » ont mis en évidence la nécessité de ne pas s’en tenir aux caractérisations génériques pour aborder l’étude des milieux populaires, et celle de recourir à des critères fins d’analyse socio-économique. La question du travail et de l’identité sociale apparaît ainsi comme un élément déterminant de la stratification sociale. À Florence, les tâches de tri, de nettoyage, de peignage et de cardage de la laine définissent un groupe social à l’écart de toute représentation civique, ce qui conditionne leur exclusion culturelle. Voir l’introduction au séminaire : <http://www.histoire.ens.fr/IMG/file/Menant/Introduction séminaire 2011-2012, Approches du peuple au Moyen Âge.pdf> (consulté le 19 mai 2015). En effet, les Ciompi ne font pas partie positivement de l’identité politique et culturelle florentine définie par le chancelier, mais constituent au contraire une forme d’identité négative.

26  J. Najemy, A History of Florence, 1200-1575, op. cit., p. 171, joignant à sa propre lecture des processus institutionnels une vision synthétique de la recherche anglophone menée au cours des dernières décennies, interprète la consolidation du régime oligarchique à la fin du xive siècle comme une véritable « contre-révolution » visant à rendre impossible toute évolution de la république vers un fonctionnement accordant une place plus grande aux couches les plus larges. Paradoxalement, cette « contre-révolution » s’est accompagnée d’une certaine ouverture du recrutement aux charges publiques les moins importantes, ce que Najemy nomme la « politique du consensus ».

27  Coluccio Salutati, De tyranno (1400) : « Licet enim tyrannus maior pestis sit quam aliqua, que possit in populi vel rei publice corpus insurgere, non debet tamen unus, non debent et plures, citra principis auctoritatem aut populi, statum, quem obedientia vel tacitus aut expressus consensus civitatis induxerit, autoritate propria perturbare. Presumptuosum enim, imo superbum est, ceteris patientibus, contra dominantem insurgere », A. von Martin éd., Berlin-Leipzig, Rothschild, 1913, p. xxxii.

28  G. di P. Morelli, Ricordi, V. Branca éd., dans Mercanti scrittori, Milan, Rusconi, 1986, p. 223-227. Morelli condamne les admonestations abusives de la Parte guelfa, mais la fin de son récit est marquée par l’expression d’un retour à la « norme » en 1381 – 1381 selon le comput florentin –, caractérisé (encore une fois) par la présence de l’adjectif « guelfe » : « Voltossi lo stato negli anni Domini 1381 […] E perché molti isquittini fatti di prima none otteneano punto di tempo, messere Benedetto degli Alberti, disiderando la fermezza e ‘l buono istato del Comune e de’ Guelfi, come uomo intendente e pratico fé prencipiare lo squittino in punto perpetuo da non venire mai meno ; e così gli venne fatto, ch’egli è bastato sempre e sempre basterà. È segno ch’e’ ne vide e che lo fé con amore de’ buoni uomini e guelfi. » (p. 227)

29  Les Ciompi sont de véritables « sujets » de l’action, y compris au sens grammatical : « In questo si levarono i ciompi : feciono più ragunate di loro e ’nfine si ridussono al palagio di messere Istefano ; e fatto quivi buona ischiera, ne vennono sulla piazza de’ Signori e chiesono il palagio. E pe’ Signori si fé un poco di retta : furono minacciati di gittagli a terra delle finestre e di menare le loro famiglie in piazza e squartarli in loro presenza ; e con questi e altri iscure minacce, la fine fu che se ne uscirono pello isportello minore e andaronsene a casa. Allora salse su un ciompo chiamato Michele di Landolfi, e stette tre dì come Signore di Firenze e mandava i bandi per sua parte. E fra questo tempo si feciono i Signori a mano pe’ sindachi dell’arti, e furono per terzo ciompi e artefici e arti maggiore ; e ’l ciompo era gonfaloniere. Fra questo tempo i ciompi non ristavano di fare male, di rubare certi e d’ardere : pelle vie e a ogni uscio era messo tavola, e così la notte erano le lucerne a tutte le finestre perché e’ vedessono lume. E non istando contenti a questo, avendo fatto molti cavalieri e fatto lo squittino, i ciompi mandarono due ambasciadori a’ Signori e chiesono tre dì utili a potere rubare e fare ciò che volevano e ardere e rubare la Camera del Comune come aveano arso all’Arte della Lana ciò che v’era di scritture. Allora il gonfaloniere non poté più sofferire, e con uno istocco fedì costoro e fegli pigliare e mozzare il capo ; e di poi uscì fuori a cavallo col gonfalone e perseguitò i ciompi e cacciogli col braccio dell’arti minute e cogli ammuniti. » (Ibid., p. 224-225)

30  Ibid., p. 192 : « Se vedrà il poveruomo che tu abbi grano a vendere e che tu il serbi perché vaglia più, e’ t’infamerà e ti bestegnierà e ti ruberà o arderatti la casa, se n’arà mai la possa, e ti farà volere male a tutto il populo minuto, ch’è cosa molto pericolosa : Idio ne guardi la nostra città dalla loro signoria. » Voir sur ce point J. Najemy, A History of Florence, 1200-1575, op.cit., p. 177.

31  « Pitti, Bonaccorso », Mercanti scrittori, V. Branca éd., op. cit., 1986, p. 382-383.

32  Ibid., p. 383-384 : « Roppono colle scuri la porta della torre dov’erano le dette mazze, le quali si chiamavano di là maglietti ; e presi ch’ebbono i detti maglietti, andarono per tutta la terra rubando le case degl’ufficiali del Re, e uccisonne molti. Il popolo grasso, ciò è i buoni cittadini che si chiamano borgesi, dubitando che ’l detto minuto popolo che si chiamarono i Maglietti, ch’erano gente tali quali furono i Ciompi che corsono Firenze, non rubassono anche loro, s’armarono e furono tanto forti che i detti Maglietti s’accordarono d’ubbidirgli. Il perché presono ordine per reggersi a popolo, e seguitarono la ribellione contra i Reali signori. »

33  G. Capponi, Ricordi, G. F. Folena éd., dans Miscellanea di studi offerta a A. Balduino e B. Bianchi, Padoue, Università di Padova, 1962 : « XXVI. Ed a vostro essemplo, io ho veduto de’ mia dì la nostra città essere retta da uomini maturi ; e quando uscivo dall’abaco, circa MCCCLXIII, gridarsi pe’ fanciugli dello abbaco quando uscivano : “Vivano le berrette !” che tanto voleva dire “Viva portatura di uomini degni e da bene”, e “Muoiono le foggette !” che tanto voleva dire “Muoino li artefici ed uomini di vile condizione”. E nel MCCCLXXVIII si rivolse tale detto, e dicevasi “Vivano le foggette !” e “Muoino le berrette !” : che tanto volea dire che al principio di detto tempo Piero di Filippo degli Albizi essere il maggiore Cittadino di Firenze e grande con la Chiesa, e nella città. Uno suo amico il presentò una scatola di treggea, drentovi uno aguto grande e bene fatto. Fu giudicato da molti che seco avea a mangiare, che quello voleva dire che conficassi la ruota : e finalmente, avendo lo stato mutazione, gli fu insieme con altri cittadini tagliata la testa. Venne su messere Tommaso di Marco Strozzi e messer Giorgio Scali : ed in capo a mesi quaranta a messer Giorgio fu tagliata la testa, messer Tommaso fu sbandito egli e’ sua discendenti, messer Benedetto degli Alberti mandato a’ confini. Venne su poi uno stato di mercatanti [e] artefici, e non vinceva partito se non tale di tal lanaiuolo o tale di tale speziale ; e poi rivoltò modo, quando niuno artefice o mercatante andava a partito, per chi aveva a rendere le fave si diceva, se egli andava per lanaiuolo : “Vadia a fare e’ panni”, e se egli andava per speziale : “Vadia a pestare el pepe”. Ed in pochi dì fu fatti de’ grandi la famiglia degli Alberti, che erano mercatanti, e di popolo la famiglia da Ricasoli e più altri, che erano gentili uomini. »

34  Piero Guicciardini, Ricordo 1484, dans N. Rubinstein, Il Governo di Firenze sotto i Medici, Florence, La Nuova Italia, 1971, p. 377-384. À la p. 381 : « Nel numero degli squittinanti, et così in Firenze, sono cinque sorte d’huomini, dua extreme et opposite l’una a l’altra, et tre medie; delle quali sono dua più simile agl’estremi et una nel mezzo. La prima sono gli uomini di famiglie come Bardi et Rossi etc.; l’ultima, che è l’opposita, sono gl’ignobili che nell’arte minori hanno vinto el consolato, et ancora quella parte degli artefici più infima che è veduta del priorato. Sopra costoro sono gli artefici più nobili, et quegli della Maggiore che hanno vinto el priorato per la Magiore, come Particini, Romoli, Salvetti et simili, e quali, benché sieno nel mezzo, nondimeno sono propinqui a quello infimo extremo, perché di poco ne sono usciti et sono loro simili. L’altro mezzo appresso all’estremo nobile sono e popolani antichi nobili come Albizi, Peruzzi, Corsini, Ricci, Alberti et simili. Nel mezzo di questi dua mezzi sono certe case, le quali, benché non sieno ancora nobile, nondimeno non sono al tutto ignobile, et le quali, benché di fresco, nondimeno hanno havute tutte le dignità, come Serristori, Lioni, Taddei, Berardi et simile. » Voir sur ce passage C. Klapisch-Zuber, Retour à la cité : les magnats de Florence, 1340-1440, Paris, Éd. de l’EHESS, 2006, p. 433.

35  Par exemple chez Salutati, De laboribus Herculis, B. L. Ullman éd., Zurich, Thesaurus Mundi, 1951, vol. I, III, xii, p. 222-223.

36  Dans la Rome républicaine, le terme désigne normalement les citoyens les plus riches, en particulier les aristocrates. À l’époque des Gracques, la notion évolue d’un plan social vers un plan plus politique, en opposition aux aristocrates dits populares, s’appuyant sur la faveur du peuple. Cicéron utilise parfois le terme d’optimates pour stigmatiser les aristocrates qui souhaitent la consolidation et la conservation de leurs privilèges de caste. Sur tout cela, voir J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, Les Belles Lettres, 1963.

37  Les membres de certaines grandes familles pouvaient tomber sous le coup des Ordonnances de justice et être ainsi éloignés des charges publiques en étant considérés comme « magnats ». Pour échapper à ces restrictions, certaines familles nobles adoptaient de complexes stratégies de « popularisation », étudiées par C. Klapisch-Zuber, Retour à la cité, op. cit.

38  Bruni évite la question, et dans le De militia (1420-1421), donne à la noblesse un sens exclusivement militaire. Au sein d’une analyse historique du rôle de l’armée dans la Rome ancienne et d’une analyse philosophique de la fonction militaire dans la cité, Bruni démontre que : a) à Rome, l’apparition d’une classe nobiliaire a été consécutive à l’établissement d’une militia ; b) d’un point de vue rationnel, l’armée seule est nécessaire à la survie de la cité. Il en résulte que la noblesse n’est pas une caractéristique intrinsèque de la cité, mais une conséquence de la fonction militaire. Réciproquement, le rôle de la noblesse est avant tout militaire : la défense de la cité est à la fois son devoir et sa prérogative. Cet aspect est développé dans un article en cours de parution : L. Baggioni, « Depicting the forma civitatis : civic harmony, military organization and social hierarchy in Leonardo Bruni’s vision of the Florentine republic », Périodique ou Ouvrage.

39  Dans la Laudatio Florentine Urbis (1403), Bruni pose une équivalence entre les capitaines de la Parte guelfa et les censeurs romains, les aréopagites athéniens et les éphores spartiates, chargés de veiller au respect des usages antiques de la république. La définition religieuse et diplomatique du guelfisme passe au second plan, mais demeure dans le prologue aux nouveaux Statuts de la Parte guelfa (approuvés le 27 mars 1420). Dans la Laudatio et le livre I des Historiae, Bruni renvoie la suprématie du parti guelfe à l’héroïsme et à la force morale des survivants de la bataille de Montaperti. L’autorité des guelfes vient de leur courage et de leur vertu.

40  Cette conception est développée dans l’Oratio in funere Iohanis Strozzae (1428). Tous les textes cités ici peuvent être consultés dans l’édition suivante : L. Bruni, Opere letterarie e politiche, P. Viti éd., Turin, UTET, 2006.

41  Salvestro de’ Medici était en effet un membre de la famille de Côme, quoiqu’il appartînt à une branche mineure. La thèse de l’allégeance de Bruni aux Médicis est défendue par Gary Ianziti, « Leonardo Bruni, the Medici, and the Florentine Histories », Journal of the History of Ideas, 2008, t. 69, no 1, p. 1-22, et reprise dans Writing History in Renaissance Italy. Leonardo Bruni and the uses of the past, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2012.

42  « Id perpetuum documentum potest praestantibus in civitate viris, ne motum et arma in arbitrio multitudinis devenire patiantur ; neque enim retineri possunt, cum semel inceperint frenum arripere et plus se posse intellegunt quia plures sunt. Cavenda vero maxime videntur principia seditionum inter primarios cives : ex illis enim ad ista devenitur. » L. Bruni, History of the Florentine People : Vol. 3, Books IX-XII : Memoirs, J. Hankins éd., Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2007, p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Baggioni et Élise Leclerc, « Après les Ciompi : regards florentins sur le tumulte et construction politique de l’après-crise », Astérion [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://asterion.revues.org/2793

Haut de page

Auteurs

Laurent Baggioni

Ancien élève de l’ENS (Paris), agrégé et docteur en études italiennes, Laurent Baggioni est actuellement maître de conférences à l’Université Jean-Moulin – Lyon 3. Ses travaux portent sur l’humanisme et le républicanisme florentins de la fin du XIVe siècle et du début du XVe siècle. Il a récemment publié La Forteresse de la raison. Lectures de l’humanisme politique florentin d’après l’œuvre de Coluccio Salutati, Genève, Droz, 2015 et « La République ou la guerre clivée. Considérations sur les Histoires du peuple florentin de Leonardo Bruni », Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini, R. Descendre et J.-L. Fournel éd., Lyon, ENS Éditions, 2015, p. 11-20.

Élise Leclerc

Agrégée et docteure en études italiennes, Élise Leclerc enseigne actuellement à l’Université Grenoble-Alpes. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de la pensée politique italienne à la fin du Moyen Âge, en particulier sur les livres de famille florentins. Elle a récemment publié : « La tradition florentine des “Livres de famille” et le De Familia de L. B. Alberti », dans Les Livres de la famille d’Alberti. Sources, sens et influence, M. Paoli éd., Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 283-324 ; « Protagonistes puis spectateurs du pouvoir : les Benvenuti de’ Nobili, figures d’une cité en mutation (1380-1440) », dans Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini, R. Descendre et J.-L. Fournel éd., Lyon, ENS Éditions, 2015, p. 31-45 ; « Le spectre de l’Orient dans les livres de famille florentins (1300-1480) », Cahiers d’études italiennes (Filigrana), 2015, no 21, p. 87-103.

Haut de page