Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Francesco Guicciardini, Consolatoria, Accusatoria et Defensoria

Édition critique et traduction de l’italien par Florence Courriol, Paris : Classiques Garnier (Textes de la Renaissance, 188), 2013, 338 pages, 39 €
Hélène Miesse
Référence(s) :

Francesco Guicciardini, Consolatoria, Accusatoria et Defensoria, Édition critique et traduction de l’italien par Florence Courriol, Paris : Classiques Garnier (Textes de la Renaissance, 188), 2013, 338 pages, 39 €

Texte intégral

1Publiés pour la première fois en 1867 par Giuseppe Canestrini et aujourd’hui offerts en traduction au public français par Florence Courriol, les textes sont ceux de la Consolatoria, de l’Accusatoria et de la Defensoria, rédigés en 1527 par l’homme d’État et historiographe florentin Francesco Guicciardini, peu de temps après la terrible mise à sac de Rome par les lansquenets de l’armée impériale. Principal instigateur de la ligue conclue à Cognac en mai 1526 pour refréner la politique expansionniste de Charles Quint en Italie, Guicciardini profite de l’isolement causé par l’épidémie de peste qui fait suite à la prise de la Ville éternelle pour « faire le point » – l’expression est sienne – sur la politique d’alliances qu’il a menée en tant que bras droit du pape Clément VII et qui s’est soldée par un terrible échec, le sac de Rome signant en effet la fin de l’indépendance italienne vis-à-vis de tout pouvoir « étranger ».

2L’Accusatoria et la Defensoria sont deux oraisons fictives indissociables, fondées sur l’art oratoire classique, imaginées de toutes pièces par Guicciardini pour objectiver – à un tournant de son existence – son expérience personnelle, sans que soit envisagée une quelconque forme de diffusion des textes, la Defensoria reste d’ailleurs inachevée. Dans celles-ci, l’auteur met en scène, de façon prémonitoire – il sera, quelques années plus tard, condamné par la république florentine –, un procès où il est jugé par ses concitoyens pour « concussion, cupidité et ambition » (p. 29), des délits majeurs pour la Florence de l’époque. Pour ce faire, l’auteur endosse successivement les rôles de l’accusation et de la défense. Dans l’Accusatoria, Guicciardini se met ainsi dans la peau d’un adversaire issu du gouvernement populaire qui s’adresse à lui, ancien bras droit des Médicis, devant le tribunal florentin dédié aux affaires politiques ; tandis qu’il répond à la première personne, dans la Defensoria, des crimes qui lui sont imputés par son accusateur, particulièrement vindicatif.

3La Consolatoria, par contre, se distingue des deux autres textes en s’inscrivant, comme l’indique son titre, dans le sillon des consolations philosophiques et religieuses de Sénèque ou de Boèce (Guglielminetti, Memoria e scrittura, cité p. 28) : Guicciardini imagine qu’un ami s’adresse à lui pour le réconforter dans la crise personnelle et politique qu’il traverse.

4Le choix d’assembler en un seul volume ces trois écrits et de les étudier ensemble peut sembler évident, puisque c’est ce que fit la critique depuis leur découverte ; la traductrice s’en justifie néanmoins : de la même manière que la plupart des écrits guichardiniens, la Consolatoria, l’Accusatoria et la Defensoria refusent toute codification en genre, et si ce sont des textes autonomes qui se différencient par leur longueur et leur ton, ils doivent être lus et considérés conjointement car tous trois, par le truchement du dédoublement du sujet parlant, interrogent la responsabilité de l’auteur dans les faits de 1527. Ils manifestent en outre sa volonté de jouer un nouveau rôle politique, son refus de l’oisiveté et, surtout, sa conviction que, malgré l’échec de la coalition, les décisions prises étaient les bonnes.

5Il est enfin à noter que les trois textes, comme l’ensemble des écrits de Guicciardini, sont le fruit de la conjecture qui les a vus naître – la « condition des temps » selon l’expression de l’auteur – à savoir le moment historique qui suit la descente en Italie, en 1494, du roi de France Charles VIII (voyage de Naples) pour prendre fin en 1559 avec la signature du traité de Cateau-Cambrésis, une période de conflits incessants (identifiée par l’historiographie comme celle des « guerres d’Italie ») qui conditionne tant la pensée que l’écriture de l’auteur. Comme le précise Courriol « les écrits de Guicciardini, qu’ils soient politiques, historiques ou même plus strictement autobiographiques, sont indissociablement liés à cet état de guerre et à l’urgence qu’il provoque » (p. 20).

6Suivant une méthodologie instiguée en 1988 par les traductions pionnières de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini et qui a maintenant fait école, Florence Courriol se propose donc de traduire ensemble les trois œuvres dans la langue de Molière en respectant la lettre du texte de Guicciardini, c’est-à-dire en en donnant une traduction cohérente et rigoureuse, qui reflète le style, la syntaxe et le vocabulaire de l’auteur dans toute leur complexité, dans leurs hésitations comme dans leurs répétitions. Le texte français bénéficie, à cet égard, des acquis des traductions de Guicciardini précédentes (Histoire d’Italie, Avertissements, Considérations, Écrits politiques) mais aussi d’autres œuvres politiques de la Renaissance, dans lesquelles les termes choisis pour rendre le lexique spécifique, repris dans l’index-glossaire final – condizione, qualità, esperienza, pour ne citer que quelques-uns des vocables clés du langage guichardinien – ont déjà prouvé leur efficacité.

7Le texte original italien, établi par Roberto Palmarocchi en 1936, est fourni en regard de la traduction et permet au lecteur de prendre la mesure de la fidélité à la source et du respect avec lequel sont traitées les spécificités linguistiques, temporelles et formelles de ces œuvres déroutantes : Florence Courriol parvient à traduire, sans jamais défigurer. Elle choisit, à titre d’exemple, de presque toujours rendre le terme italien accidente (littéralement, ce qui accade, ce qui arrive) – récurrent chez Guicciardini –, par « événement » plutôt que par « accident », trop négativement connoté en français ; elle rend compte de la forme sdegno, polysémique en italien, tantôt par « courroux », tantôt par « indignation » ; tandis qu’elle propose pour la phrase Era presidente di Romagna, con tanto piede l’équivalent « Il était président de la Romagne, et il y avait pris pied » où l’image du pied comme « pouvoir », présente dans l’expression italienne, est conservée. Contado, qui désigne les alentours d’une cité, n’est, quant à lui, pas traduit par « comté » (territoire sous le contrôle d’un comte) mais par « plat-pays » qui, dans son sens technique du xvie siècle, est l’équivalent du mot italien.

8La traductrice arme en outre le lecteur francophone de toutes les clés pour la bonne compréhension d’écrits dont les difficultés ne sont pas gommées, que du contraire. L’intention avouée est, en effet, – et c’est ce qui fait pour partie la richesse du texte ici proposé – de rendre compte de la « distance » et du « dépaysement » provoqués par un texte italien du xvie siècle pour le lecteur moderne, non italophone par surcroît.

9Mais l’ouvrage offre plus qu’une traduction, puisque celle-ci s’accompagne d’un riche appareil critique.

10Une introduction, tout d’abord, qui, sans fioritures ni détails excessifs, instille le minimum nécessaire à la bonne compréhension du texte, du contexte et de l’auteur. La traductrice y rappelle que l’écriture est, chez l’auteur « qui est avant tout un homme politique », « une composante fondamentale de sa vie active » (p. 7), un outil d’analyse du réel : si Guicciardini, qui n’entretient « aucun lien avec l’imprimerie naissante » (p. 7), écrit, c’est d’abord pour lui-même, ce dont témoignent particulièrement les œuvres ici présentées. Elles permettent en effet à l’ancien lieutenant-général de l’armée pontificale de revenir sur son action diplomatique et militaire : « ne pouvant justifier dans la vie réelle son action » (p. 22), Guicciardini prend la plume à la recherche d’une nouvelle forme de rationalité ; à travers les mots, il tente de comprendre et de rendre compte de ses choix politiques. Bien que de façon différente, les trois œuvres permettent à l’auteur de prendre de la distance et apportent une forme de réponse à l’échec historique et personnel ; en ce sens, elles portent en elles les germes de l’Histoire d’Italie dont l’auteur rédige, au même moment, le noyau initial sous la forme de « commentaires » sur la lieutenance : de l’analyse immédiate de la défaite, Guicciardini passera, dans le grand récit historiographique, à celle de ses causes (voir Fournel, La conception des commentaires…, cité p. 46).

11Florence Courriol déconstruit par ailleurs, dans son commentaire introductif, un certain nombre d’idées reçues, en développant le rapport entre Consolatoria, Accusatoria, Defensoria et la tradition du récit de soi, mais aussi en redéfinissant la place de ces textes autobiographiques – qui ne sont pas les seuls – dans l’ensemble de la production guichardinienne. La traductrice fait enfin le point nécessaire sur la langue du Florentin, dont elle rappelle la forte empreinte juridique : à la logique judiciaire à l’œuvre dans la forme même des oraisons, s’ajoute en effet le recours à un vocabulaire véritablement technique – lié aux témoignages et aux preuves (congetture « conjectures », suggelli « attestations ») – mais aussi à des termes politiques médiévaux (a’cenni, du latin ad nutum, « au moindre signe ») qui lient de façon sous-jacente la réflexion guichardinienne à la question de la tyrannie, ce qu’ont mis en lumière les travaux de Paolo Carta (Francesco Guicciardini tra diritto e politica, Padoue, Cedam, 2008).

12Un appareil de notes dense et éclairant, ensuite, guide la lecture. À celles qui viennent compléter l’explication préliminaire des détails qui font sens et justifier les choix de traduction, s’ajoutent d’utiles informations philologiques et historiques. Les bas de page font également la part belle aux notations mettant en avant l’intertextualité propre aux écrits de Francesco Guicciardini et, en particulier, le lien entre les oraisons et les Avertissements politiques (ou Ricordi). Cette lecture croisée, qui lie entre eux des textes sensiblement différents, se justifie d’un point de vue génétique puisque l’écriture de la Consolatoria, de l’Accusatoria et de la Defensoria prend justement place entre deux rédactions de ces Ricordi. Elle aide ainsi à la compréhension globale de l’œuvre du penseur florentin en montrant comment la réflexion née dans un texte se prolonge et alimente les écrits successifs, indépendamment de toute considération d’ordre générique.

13Enfin, outre sa fonction première de recueil de sources et de pistes de lecture pour approfondir le sujet, la bibliographie essentielle, organisée thématiquement, fait saillir l’à propos de cette traduction qui contribue à la réhabilitation de l’entière production d’un auteur considéré comme « le plus inédit des classiques de la littérature italienne » (Pontiggia, Francesco Guicciardini, cité p. 8), trop connu pour sa seule Histoire d’Italie.

14En somme, si le commentaire constitue une synthèse de la critique précédente, la traduction proposée fait, à elle seule, œuvre originale. Celle-ci, que nous pourrions appeler une véritable « translittération critique » de trois œuvres longtemps négligées ou sous-estimées participe à leur réhabilitation au sein de la production de Francesco Guicciardini. Elles y occupent, en effet, une place tout autre qu’accessoire puisqu’elles sont non seulement, comme le rappelle justement Florence Courriol, le fruit de son action politique et de sa réflexion sur celle-ci, mais aussi une étape nécessaire dans la maturation du jugement qui aboutira au monumental récit qu’est l’Histoire d’Italie. Elle atteste également du renouveau des études guichardiniennes impulsé ces dernières années grâce aux efforts conjoints et à l’intérêt de chercheurs français, belges et italiens qui tendent à rendre à Guicciardini la place qui lui revient dans l’histoire littéraire – et, plus largement, intellectuelle – européenne. C’est, en effet, une nouvelle facette de l’auteur italien qui se présente au terme de la lecture : au théoricien de la politique qui dans le Discours de Logroño et le Dialogue sur la meilleure façon de régir Florence décrit le gouvernement idéal pour la ville du Lys, au penseur qui, dans les Avertissements politiques, rédige des condensés d’expérience aux allures de maximes philosophiques, à l’historien qui dans l’Histoire d’Italie relate de façon panoramique les événements qui ont marqué l’Europe de 1492 à 1534, s’ajoute l’homme d’État pétri de droit qui, dans la Consolatoria, l’Accusatoria et la Défensoria, au plus près des événements, s’interroge sur sa ligne de conduite.

15De ce fait, alimentant le portrait « par-delà les Alpes » d’un homme controversé dont les écrits aussi riches et complexes que variés ont influencé la réflexion politique et la façon d’écrire l’histoire postérieures, en Italie et ailleurs, la traduction de Florence Courriol comble une lacune dans l’offre éditoriale francophone de ces textes renaissants majeurs, qui tout en nous aidant à comprendre le passé ne peuvent qu’aviver et affûter notre réflexion sur le monde actuel.

16Si cet ouvrage s’adresse aux spécialistes de l’auteur, de l’époque, de la langue, de la littérature – étant donné la qualité du matériau qui est fourni –, il n’en reste pas moins accessible à un public lettré attentif tant aux « mots » qu’aux « choses », à toute personne qui voudrait entrer dans l’œuvre guichardinienne sans forcément le faire par la « grande porte » qu’est l’Histoire d’Italie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Miesse, « Francesco Guicciardini, Consolatoria, Accusatoria et Defensoria », Astérion [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://asterion.revues.org/2763

Haut de page

Auteur

Hélène Miesse

Université de Liège

Haut de page