Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Les révolutions arabes : avènement de nouveaux acteurs

Arab revolutions: advent of new players
Farhad Khosrokhavar

Résumés

Cet article est consacré à l’étude des acteurs des révolutions arabes, principalement en Tunisie et en Égypte. Soulignant les convergences et les divergences entre les deux cas, il distingue les types d’acteurs (séculier/religieux) qui ont apparu à partir de 2011, mais s’attache aussi à analyser leur rapport à la violence réelle ou symbolique. Il en restitue parallèlement les spécificités en étudiant le positionnement des acteurs institutionnels (police, justice) vis-à-vis des acteurs civils ainsi que leur attitude à l’égard des changements majeurs survenus dans les deux pays.

Haut de page

Texte intégral

1Les révolutions arabes ont vu apparaître un type nouveau d’acteur révolutionnaire qui tranchait avec ceux que le monde avait connus depuis l’aube des révolutions, les révolutions dites « de velours » faisant exception. Ces nouveaux révolutionnaires ont pu avoir gain de cause dans deux pays arabes, la Tunisie et l’Égypte, et, par la non-violence (silmiyya), l’appel à la dignité du citoyen (karâma) et le refus de prendre le pouvoir par la force, ils se sont démarqués d’un type dominant d’acteur révolutionnaire, que par commodité nous appellerons « l’acteur léniniste ». Ce type d’acteur a en partie vu le jour sous la Révolution française, qui a légitimé la violence populaire (le mot léniniste étant évidemment ici un anachronisme), mais il s’est pleinement développé lors de la Révolution d’Octobre 1917 en Russie. L’acteur léniniste s’engageait dans le champ de la contestation afin de prendre le pouvoir, d’exercer la violence légitime, de classe, contre les élites en place, et d’établir un système politique et un État marqués par l’hégémonie totale au nom de la justesse de la cause révolutionnaire et du caractère messianique de son idéologie. L’utopie révolutionnaire légitimait, aux yeux des acteurs léninistes, l’élimination pure et simple de l’adversaire et la substitution d’une nouvelle classe dominante à l’ancienne, au nom des idéaux de la révolution. Le paradis à venir justifiait la violence sans limite, la suppression de l’adversaire et le déni de dignité à l’adversaire de classe, seul le citoyen révolutionnaire étant susceptible de se réclamer de sa dignité dans et par la lutte sans merci pour la cause révolutionnaire. Dans cette perspective, ceux qui n’étaient pas avec les révolutionnaires devenaient suspects d’embrasser la cause des contre-révolutionnaires, qui se voyaient dénier tout droit du fait de leur rejet de la révolution.

2Les révolutions arabes et, en particulier, celles qui ont acquis valeur de paradigme, à savoir la tunisienne et l’égyptienne, ont promu l’avènement successif de deux types d’acteur :

– d’abord, celui qui a mis fin au règne des autocrates en se réclamant du modèle non léniniste : absence d’ambition politique, vision purement morale de la société, sentiment qu’avec la fin du régime autocratique, on pourrait fêter un nouveau régime sans s’engager dans un nouveau combat politique, bref, ce que nous appellerons la « belle âme » ;

–  à côté de cet acteur révolutionnaire « naïf », qui n’a pas d’expérience politique à proprement parler et qui ne ressent pas l’urgence de se constituer en acteur politique, est apparu, après le renversement des régimes tunisien et égyptien, un nouveau type d’acteur qui a su, pendant quelques années, marginaliser politiquement le premier et prendre les rênes de l’État, au sein d’organisations qui avaient survécu à la répression des régimes autoritaires du passé, les Frères musulmans en Égypte et Ennahda en Tunisie. Ce nouveau type d’acteur a pris le pouvoir après des élections libres, là où le premier type d’acteur n’avait pas su s’unifier politiquement et militer pour une nouvelle conception de la société. Les élections parlementaires de 2011-2012 ont donné 213 sièges sur 508 au Parti de la liberté et de la justice des Frères musulmans, faisant de lui le plus grand parti en Égypte. Les élections présidentielles de 2012 ont donné le pouvoir aux Frères musulmans (Mohamed Morsi, candidat dudit parti, a obtenu 24,7 % des voix contre Ahmed Shafik, avec 23,66 % des voix). En Tunisie, l’élection de l’Assemblée constituante d’octobre 2011 a donné au parti Ennahda 89 sièges sur 217, le second parti, Groupe démocratique, obtenant 35 sièges. Les élections présidentielles du 12 décembre 2011 ont fait élire Moncef Marzouki par les constituants avec 153 voix sur 217, soit 75,5 % des voix. Ennahda s’impose comme parti dominant au sein du nouveau pouvoir. En Égypte tout comme en Tunisie, le premier type d’acteur se sent détrôné au profit du second, qui entend diriger le pays dans un contexte marqué par l’effervescence et les revendications de justice sociale et de liberté, ce qui va conduire le pays droit vers la crise.

3Le premier type d’acteur était sécularisé : le religieux ne jouait pas de rôle important dans son engagement ; le second acteur, en revanche, s’inscrivait dans une perspective religieuse au sein d’appareils politiques se réclamant de l’islam. La lutte entre ces deux types d’acteurs a déterminé le sort des révolutions tunisienne et égyptienne pendant leurs trois premières années. Dans le cas égyptien, l’acteur sécularisé, sous l’égide du mouvement populaire Tamarrud (« rébellion »), a renoncé à la non-violence afin d’évincer l’acteur islamiste, assistant le pouvoir militaire dans le coup d’État qui allait renverser Mohamed Morsi, le président élu, et remettant en cause la démocratisation amorcée par une révolution chaotique. Dans le cas tunisien, l’absence d’une armée de même importance que celle de l’Égypte, ainsi que la flexibilité de l’acteur islamiste qui a compris la leçon égyptienne, sans compter le caractère plus structuré des couches laïques qui ont cherché un compromis institutionnel plutôt que de viser à renverser le pouvoir en place, ont conduit à l’adoption d’une constitution laïque le 26 janvier sous le pouvoir d’Ennahda, promulguée le 10 février 2014, ouvrant la voie à un système politique démocratique.

Acteurs sécularisés : la jeunesse « tahrîri », les diplômés chômeurs, les syndicalistes UGTT

4Les activistes qui ont su mettre fin aux autocraties en Tunisie et en Égypte présentent les caractéristiques suivantes :

– pour eux, la religion ne joue au mieux qu’un rôle moral et spirituel justifiant la quête de justice sociale, les revendications se déclinant selon une vision sécularisée du religieux qui ne le fait intervenir que marginalement ;

– ils ne se définissent pas comme des « acteurs léninistes » qui viseraient l’appropriation exclusive du pouvoir après le renversement de l’ancien régime. Ils ne cherchent pas primordialement à se promouvoir en tant qu’acteurs politiques. Leur vision du champ social se décline en termes de moralité, de justice sociale et de liberté d’expression ;

– ils ne se veulent pas « leaders » d’un mouvement. Ils partagent une conception que l’on pourrait qualifier de « déni de leadership » plutôt que d’absence de leader. Dans cette vision, c’est l’horizontalité des relations sociales et interindividuelles qui définissent le mode d’exercice du pouvoir, et non la création de structures pyramidales où les décisions seraient prises hiérarchiquement ;

  • 1 Voir F. Khosrokhavar, The New Arab Revolutions that Shook the World, Boulder (Colorado), Paradigm P (...)

– ils sont profondément imbus de la notion de dignité du citoyen : celui-ci se définit pour eux dans un rapport au gouvernement fondamentalement différent des deux périodes précédentes de la modernisation arabe : la période nationaliste, où le citoyen devait se sacrifier sur l’autel de la nation arabe naissante (le nassérisme en était l’apogée), et la période de l’islamisme radical, qui n’avait pu s’approprier le pouvoir politique dans aucun pays arabe (le Soudan faisant exception), mais qui, en tant qu’idéologie au sein de groupes extrémistes, s’était répandu un peu partout, en opposition frontale avec les pouvoirs en place. Selon la vision islamiste radicale, l’individu n’existe que s’il accepte de plein gré d’assumer le rôle du Combattant de la foi (mujahid) afin de promouvoir le jihad et d’accéder au martyre au sein de la Communauté musulmane (Umma). Pour la première fois, avec les révolutions arabes, on assiste à l’émergence de l’individu conscient de ses droits et qui revendique sa dignité, à ses yeux irréductible à la communauté (nationale ou religieuse)1 ;

– ils sont pour l’affirmation du pacifisme (silmiyya, non-violence, paisibilité), contrairement aux idéologies du nationalisme autoritaire et de l’islamisme radical qui magnifient la violence et donnent une légitimité à la « bonne violence » (violence révolutionnaire au nom du panarabisme ou de l’islamisme) contre la « mauvaise violence » (celle des classes dirigeantes illégitimes). Même si, dans les révolutions tunisienne et égyptienne, on a sporadiquement assisté à la violence, sa glorification a été absente chez la jeunesse révolutionnaire. À sa place, une vision de la société et des relations sociales où la violence serait le produit de l’application de la Loi et le truchement de son esprit a prévalu chez l’écrasante majorité des acteurs de la première période de la révolution ;

– ils sont pour une citoyenneté transcendant les clivages religieux (en Égypte, coptes vs musulmans), ethniques ou géographiques (volonté de redistribuer le développement dans la société entière en Tunisie, et pas seulement dans les zones touristiques côtières). De même, l’affirmation de la dignité de la citoyenne, même si cela ne s’est pas fait de manière explicite, a été mise en place sous une forme concrète (en Égypte, sur la place Tahrîr, les Égyptiennes n’ont subi ni harcèlement ni outrage, contrairement à la rue où les forces de l’ordre ont tenté de les intimider en les agressant physiquement).

5Ce type d’acteur social se situe en dehors des organisations et des institutions ; il est isolé dans le sens où les institutions majeures comme les partis politiques en place ne le soutiennent pas, tandis que lui-même les rejette comme étant des émanations du pouvoir autocratique. En Égypte, de jeunes membres des Frères musulmans ont appuyé le mouvement sans l’assentiment de leur hiérarchie, pratiquement jusqu’à la dernière semaine d’une protestation qui n’a duré que 18 jours. En Tunisie, le syndicat UGTT a appuyé le mouvement protestataire dans sa hiérarchie locale et intermédiaire, mais le sommet du syndicat était dominé par les partisans du président Ben Ali. Il s’est donc agi d’un mouvement par le bas, sans idéologie bien définie sauf pour ce qui est de la dignité du citoyen, et qui visait à mettre fin à l’autocratie et à l’injustice sociale sans avoir un projet construit de société et sans avoir en vue un mode d’action explicite sur le plan politique.

6Ce type d’acteur, que l’on retrouve aussi, avec des différences significatives, dans les mouvements occidentaux influencés par les révolutions arabes (les Indignados en Espagne, Occupy Wall Street aux États-Unis, etc.), ne trouve pas de traduction politique immédiate à ses aspirations. Il incarne ce qu’on pourrait appeler, sans ironie, la « belle âme » : il cherche à construire une société de dignité citoyenne sans parvenir à donner un sens politique à ses revendications morales et économiques. Ceci constitue la fragilité de ce type d’acteur, son talon d’Achille. Après le court moment d’euphorie qui a suivi le renversement des gouvernements de Ben Ali en Tunisie et de Moubarak en Égypte, ce sont les partis politiques opposés aux despotes déchus et assumant la légitimité de la lutte contre les pouvoirs anciens qui ont repris le dessus. Les acteurs de la première période souffrent d’une double déficience : d’un côté, ils n’ont pas le sens du politique et pensent souvent que leur tâche, une fois opéré le renversement des régimes en place, est en quelque sorte achevée, qu’ils n’ont plus qu’à attendre la transition tant désirée vers une société de justice et de liberté. Par ailleurs, ces acteurs, dans leur écrasante majorité sécularisés (mais pas « laïcs » au sens français du terme, qui sépare radicalement les deux sphères politique et religieuse), ont du mal à constituer des groupements solidaires. La vie sous les régimes autoritaires et l’enfermement dans le cercle des proches ou, sinon, les relations à distance par la Toile les ont habitués à ne pas se soucier d’autres types de construction que celles qui passent par Internet et ses formes de sociabilité. En d’autres termes, mis à part certains cercles de jeunes appartenant au même milieu et partageant occasionnellement les mêmes problèmes (comme les « diplômés chômeurs » qui se rencontraient, en Tunisie, à l’occasion de protestations sociales et se dispersaient ensuite, une fois le mouvement réprimé ou récupéré par le pouvoir moyennant quelques concessions), les liens se formaient puis disparaissaient sans constituer une véritable armature organisationnelle. Sous les régimes de Ben Ali et de Moubarak, les groupes sécularisés étaient plus ou moins discrédités aux yeux des islamistes du fait qu’ils prétendaient incarner la modernité séculière face aux « fanatiques ». Le parti Ennahda en Tunisie, et les Frères musulmans en Égypte (sous le nom du Parti de la liberté et de la justice) ont gagné les élections législatives (Tunisie et Égypte) et présidentielles (Égypte) en grande partie en raison de la structure logistique de leurs appareils de parti, mais aussi à cause de l’inaptitude des acteurs révolutionnaires, que ce soit l’aile gauche ou les « Libéraux », à s’unir autour d’une plate-forme commune et à se présenter comme des adversaires crédibles face aux partis islamistes dont la formation remontait à plusieurs décennies avant la révolution. L’incapacité des « acteurs de la révolution » à s’ériger en acteurs politiques a été l’une des causes majeures de leur défaite électorale, notamment l’élection de Morsi, membre des Frères musulmans, à la présidence de la République en juin 2012. Celle-ci a été largement facilitée par la désunion des partis séculiers et de gauche ainsi que de tous ceux qui avaient lutté contre l’ancien régime, mais n’ont pas su prendre acte du changement après son renversement.

7Cette impuissance à se repositionner au sein d’un nouveau champ politique a eu des conséquences redoutables eu égard à la violence. Face à des partis religieux qui ont su s’approprier le pouvoir à partir d’un vote populaire, mettant à profit l’absence de partis laïques légitimes et leur propre passé de lutte contre les régimes en place, une partie de la jeunesse révolutionnaire s’est retournée contre ses anciens principes. Ainsi, alors qu’elles prônaient la non-violence, des fractions radicalisées comme le Black Bloc se réclament désormais du gauchisme anarchiste et recourent à la violence dans la rue. Il en est de même, à une échelle beaucoup plus large, du mouvement Tamarrud qui s’est formé en avril 2013 et qui a contribué activement au renversement de Morsi le 3 juillet de la même année en collectant plusieurs millions de signatures. Ce mouvement est passé, par la suite, à la violence directe dans la répression des Frères musulmans en épaulant le pouvoir militaire après le coup d’État. Se fondant sur le désenchantement dû à la détérioration de la situation économique, les membres de Tamarrud ont déclaré illégitime le pouvoir des Frères musulmans et ont cherché à le déstabiliser par tous les moyens. Certains n’ont pas hésité à faire appel à l’armée pour déloger le gouvernement en place ; d’autres prônaient la désobéissance civile ; enfin, certains groupes qui cherchaient à préserver le caractère non-violent du mouvement de contestation, comme le Mouvement du 6 avril, ont demandé la démission du président Morsi. Après le renversement de ce dernier, et passé une courte période d’euphorie, ce mouvement sera réprimé par les militaires.

8Ce qui caractérise l’acteur révolutionnaire de la première période face au pouvoir islamiste est une conscience malheureuse qui le poursuit incessamment : il croyait réaliser une nouvelle ère, il se retrouve avec un pouvoir qui lui paraît de plus en plus décalé par rapport aux aspirations qu’il nourrissait au sujet de la révolution : pouvoir « arbitraire », sans respect pour l’opposition, incompétent dans l’exercice de ses fonctions, peu enclin à venir à la rescousse des classes populaires (les Frères musulmans sont pour une économie islamique centrée sur les classes moyennes) ; la jeunesse révolutionnaire croyait mettre fin à la violence policière ; elle est toujours aussi dure que par le passé, accrue par la désorganisation des services de l’État et par le refus de la police d’intervenir pour protéger les citoyens ; elle souhaitait la fin de la corruption : celle-ci demeure, sous une forme à peine changée, dans les rouages de l’État ; elle croyait instaurer une société plus juste économiquement et moins répressive : à présent, l’économie bat de l’aile (les touristes ont en partie déserté ces pays, les privant de sa ressource essentielle) et les inégalités de classe sont toujours aussi grandes que par le passé. Les aspirations échevelées éveillées par la révolution sont contredites par un morne quotidien où le chômage des jeunes va de pair avec l’instabilité sociale et la fragilité économique croissante. Le constat général, pour une grande partie des acteurs révolutionnaires du début (incarnés en Égypte par ce qu’on a appelé « la jeunesse tahrîri » en se référant à la place Tahrîr, au Caire, où les manifestations ont été les plus déterminantes), est l’impossible changement politique et économique. La tentation du recours à la violence est inscrite dans le devenir de cette conscience révolutionnaire, du moins pour une partie des acteurs qui ne perçoivent aucun horizon d’espérance et se jettent à corps perdu dans la violence de rue afin de prendre leur revanche sur un pouvoir qu’ils accusent de tous les maux pour avoir échoué à réaliser le noble idéal révolutionnaire qu’il était censé incarner dorénavant. Cette violence se traduit dans l’action des acteurs face au pouvoir islamiste : du côté égyptien, la violence de la rue dégénérera en manifestations que l’armée mettra à profit pour démettre le président et reprendre en main la situation, cette fois en réprimant les libertés (liberté de manifestation, liberté de presse, justice impartiale…).

Nouveaux acteurs : les acteurs religieux

9Après le renversement des régimes de Ben Ali et de Moubarak, on assiste à l’avènement d’un nouveau type d’acteur appartenant à des organisations d’obédience essentiellement religieuse : en Tunisie, les personnes affiliées au parti Ennahda et en Égypte, aux Frères musulmans. Une partie d’entre ces acteurs avait participé au mouvement révolutionnaire proprement dit, que ce soit sans l’accord de leur hiérarchie politique (les jeunes affiliés aux Frères musulmans ont pris part au mouvement révolutionnaire malgré l’absence de soutien de la hiérarchie officielle de l’organisation), ou avec son accord (Ennahda). Mais dans les deux cas, ce ne sont pas ces organisations religieuses qui ont été à l’origine du soulèvement populaire aboutissant au renversement de l’ancien régime. Il y a une transition « douloureuse » entre le premier type d’acteur et le second. Le second se scinde à son tour, tiraillé entre deux groupes distincts, les uns prônant un islam semblable à celui du temps du Prophète, l’islam salafiste, idéologiquement influencé par le wahhabisme en Arabie Saoudite, l’autre se réclamant des Frères musulmans (en Tunisie, Ennahda est, sur le plan de la pensée et du style d’action, proche des Frères musulmans). Le second type d’acteur est marqué par son affiliation à ces deux formes d’islam : le salafiste, version ultra-orthodoxe réclamant le retour à l’âge d’or du Prophète, le « frériste » concevant l’hégémonie de son organisation comme allant de pair avec l’accomplissement de la révolution.

10Ces deux types d’acteurs n’ont participé à la révolution proprement dite que de manière épisodique : les salafistes qui ont prospéré sous le régime de Moubarak en Égypte et sous Ben Ali en Tunisie étaient absents du champ politique. Avant la révolution égyptienne, le régime les tolérait, voire les encourageait car ils prônaient l’obéissance au pouvoir et considéraient toute opposition politique comme une discorde illégitime (fitna). Avec la révolution, ils ont occupé la scène politique et, forts de leur enracinement local et de leur capacité à mobiliser les « déshérités », ils ont pu gagner le quart des voix lors des élections parlementaires.

  • 2 Voir « Tunisie : violences et défi salafiste », Rapport Moyen-Orient / Afrique du Nord no 137, 13 f (...)

11En Tunisie, avec l’arrivée au pouvoir d’Ennahda grâce au soutien de la classe moyenne musulmane, on assiste à l’abandon de la cause des « diplômés chômeurs » et des laissés-pour-compte, alors que la révolution avait débuté avec l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi en protestation contre sa condition précaire et l’injustice sociale générale. Par dépit, une partie des déshérités issus des classes populaires et des diplômés chômeurs se tourne vers les salafistes qui s’investissent dans les quartiers pauvres des villes et créent des fondations charitables ou des groupes d’aide aux pauvres et aux déclassés (approvisionnement en fournitures scolaires, médicaments ou produits de première nécessité)2. Ils en viennent à soutenir non seulement les salafistes dits « scientifiques » ou cheikhi, qui sont non-violents, mais aussi ceux qui se disent jihadistes mais croient que la Tunisie est terre de prédication (da‘wa) et non de jihad et prônent l’islamisation de la société en jouant un jeu ambivalent avec Ennahda : lorsqu’ils le peuvent, ils utilisent les ressorts de ce parti pour faire avancer leur point de vue, et quand ils entrent en conflit avec lui, ils utilisent les ressources locales du quartier et de leurs réseaux pour agir par le bas : briser les débits de boissons alcooliques, organiser des sit-in, empêcher la projection de films ou la célébration de manifestations artistiques qu’ils perçoivent comme contraires à l’islam… En d’autres termes, les salafistes tentent d’embrigader sous leur emblème une partie de cette jeunesse désespérée qui a participé à la révolution et se retrouve plus démunie encore que par le passé au sein d’une société gérée au jour le jour par Ennahda, qui semble avoir perdu de vue la justice sociale.

12Pour le premier type d’acteur, celui de la révolution proprement dite, se voir déloger par d’autres acteurs qui ne sont pas primordialement motivés par les mêmes idéaux, surtout quand on croit sincèrement que ceux-ci (membres d’Ennahda en Tunisie, membres des Frères musulmans en Égypte) n’ont pas joué le rôle principal dans la révolution, est une expérience éprouvante. Le modèle « idéal-typique » de ce type d’acteur est à chercher principalement sur la place Tahrîr (jeunesse tahrîri). Cependant, les diplômés chômeurs et les membres du syndicat UGTT, qui ont joué un rôle fondamental au sein de la société tunisienne et qui réclamaient avant tout la justice sociale, n’entraient pas entièrement dans le profil de la jeunesse tahrîri, faite de jeunes blogueurs, de « netizens », de gens des classes moyennes, la composante tahrîri existant aussi en Tunisie chez les jeunes hommes et femmes se réclamant des droits de l’homme et de la démocratie, notamment dans les grandes villes. Cependant, la jeunesse tahrîri et les diplômés chômeurs partageaient un trait essentiel : leur sécularisation et la nature politique et sociale de leurs revendications, où l’islam ne jouait pas un rôle moteur. L’exemple type en est Mohamed Bouazizi, dont le suicide par le feu contrevenait à l’islam et qui partageait avec les jeunes « netizens » des revendications séculières et sociales qui ne s’expriment pas dans un idiome religieux.

13Après le renversement des régimes autoritaires, les nouveaux acteurs qui envahissent le devant de la scène sont les Frères musulmans et les salafistes. Dans le premier cas, c’est leur appartenance à une organisation qui fonde leur identité, donne sens à leur engagement social et engendre leur lien avec la révolution. Les premiers acteurs révolutionnaires n’avaient pas d’autre appartenance que le mouvement avec lequel ils faisaient corps, déniant toute légitimité au pouvoir et aspirant à un nouveau système politique et social. Les acteurs fréristes ou salafistes, eux, se réclament d’une appartenance religieuse collective qui préexiste à leur sentiment d’individualité et qui conditionne leur action politique. Ils s’engagent dans un sens déterminé par les organisations dont ils font partie (les salafistes entendent créer le nouvel ordre islamique par le bas, le passage par le politique visant à légitimer cette mission ; les Frères musulmans visent à instaurer l’islam par des moyens démocratiques sous une forme ambivalente). Là où les premiers acteurs révolutionnaires s’affirmaient comme individus autonomes, les nouveaux acteurs accordent le primat à l’ascendant d’une organisation religieuse qui les encadre et les transcende. Les premiers acteurs donnaient sens à une citoyenneté qui se voulait au-delà des appartenances religieuses et ouvrait l’horizon aux coptes et autres minorités religieuses en faisant abstraction de leur adhésion à une religion (le christianisme) ou à une sous-catégorie islamique (les soufis en Égypte). Être laïc n’était pas, dès lors, contradictoire avec le projet de citoyenneté qui se voulait englobant. De même, celui-ci intégrait les femmes dans le même élan qui ouvrait l’horizon du social à tous et à toutes. Or, les nouveaux acteurs religieux ne peuvent se passer de distinctions d’appartenance et réintroduisent les différences de genre et de religion dans leur projet politique.

Le retour à la violence

14Ces hôtes impromptus qu’ont été primordialement les salafistes et, dans une moindre mesure, les Frères et les partisans d’Ennahda paraissent aux premiers révolutionnaires comme des intrus qui brisent l’élan historique et la dynamique du changement, et renouent avec l’autoritarisme dont eux voulaient rompre les sortilèges. Mettant à profit l’inexpérience de la jeunesse révolutionnaire et l’inaptitude des partis laïcs, de gauche comme de droite nationaliste, à s’unir et à proposer une plate-forme électorale crédible, les Frères musulmans en Égypte et Ennahda en Tunisie parviennent à remporter les élections et à occuper le devant de la scène politique. La situation économique se détériorant et la vie quotidienne étant marquée par le retour de la répression sous une forme éclatée, les partis hégémoniques au pouvoir refusant de s’ouvrir aux revendications des laïcs et de la jeunesse « à la tahrîri », c’est un sentiment de colère qui se développe chez les fractions les plus activistes. Des groupes prêts à en découdre avec les forces de l’ordre se développent, comme les Black Bloc ou certains fans de foot sous la tutelle des Ultras, qui avaient joué un rôle significatif dans le renversement du régime égyptien. Ces derniers en viennent à prôner la violence dans la rue et la lutte à mort contre le « fascisme au pouvoir ».

  • 3 A. Y. Zelin, « The salafi challenge to Tunisia’s nascent democracy », The Washington Institute, 8 d (...)
  • 4 L. Noueihed, « Radical Islamists urge bigger role for Islam in Tunisia », Reuters, 21 mai 2011, en (...)

15En Tunisie, c’est la fraction intransigeante des salafistes qui lance des actions d’éclat à l’université, mais aussi dans les régions pauvres. À l’université, ils tentent de brandir le drapeau noir salafiste au sommet de l’immeuble central de l’université à Tunis, agressent un recteur, revendiquent le port du voile intégral (niqâb). Une fraction radicale prône le jihad dans les pays voisins et entre en lice avec les groupes extrémistes qui luttent contre l’Algérie et le Mali, surtout après l’arrivée de l’armée française dans ce dernier. Après la révolution, certains jihadistes sont libérés, dont Abou Iyadh, vétéran de la guerre en Afghanistan, qui fonde, avec quelques autres islamistes radicaux, le groupe Ansar al-Chari‘a. Cette organisation tente de mettre à profit la faiblesse de l’État tunisien afin de répandre sa vision radicale de l’islam et de la société. Elle se dote rapidement d’un organe de communication, al-Qayrawân Media Foundation, comportant un blog, une page Facebook et un magazine3. Elle organise une conférence nationale à Kairouan, en mai 2012, où le leader du groupe prône l’islamisation de l’éducation, du commerce et du tourisme et lance la création d’un syndicat islamique afin de limiter l’impact de l’UGTT, qui est laïque dans ses cadres et ses revendications4.

  • 5 Dans l’iconographie selon la tradition islamique dominante, le visage du Prophète n’est pas visible (...)
  • 6 « Tunisia: conservative islamists riot over art exhibit », Reuters, 12 juin 2012, en ligne : http:/ (...)
  • 7 T. Amara, « Two dead as protesters attack U.S. embassy in Tunisia », Reuters, 14 septembre 2012, en (...)

16Avec d’autres groupes fondamentalistes, Ansar al-Chari‘a prend part à des manifestations contre des actes qui transgressent selon eux leur version de l’islam, s’en prenant notamment, lors d’incidents violents, à la chaîne télévisée Nessma, qui avait diffusé en octobre 2011 le film Persepolis où le Prophète apparaissait sous un visage humain5, ou intervenant, en juin 2012, contre une exposition d’art où, dans une œuvre controversée, le nom de Dieu était inscrit avec des insectes6. Ainsi des milliers de salafistes furent-ils impliqués dans des manifestations violentes. Des postes de police et le palais de justice furent attaqués en plusieurs endroits de la capitale, à coups de pierres et de cocktails Molotov, faisant 65 blessés parmi les policiers. 162 personnes furent arrêtées. Un couvre-feu fut imposé par le gouvernement dans la capitale et, en particulier, en sept endroits sensibles dans d’autres villes. Enfin, les manifestations contre l’ambassade américaine à Tunis le 14 septembre 2012 se soldèrent par deux morts et 29 blessés7. La cause en était un film diffusé sur YouTube, où le Prophète Mohammed était tourné en dérision. Depuis, le dirigeant du groupe, Abou Iyadh, est activement recherché par la police.

  • 8 « Tunisie : colère après les déclarations du prêcheur égyptien Wajdi Ghanim »,
  • 9 « Tunisie : des salafistes appellent au jihad contre la police, vidéo choc », http://www.atlasinfo. (...)

17Le 12 mai 2013, une nouvelle vidéo sur Facebook fit sensation. Des jeunes d’Ansar al-Chari‘a étaient mis en scène lors d’une prédication organisée apparemment le 11 mai à Menzel Bourguiba. On voyait l’estrade ornée de drapeaux noirs d’Ansar al-Chari‘a portant l’inscription « Il n’est de dieu qu’Allah » (le premier commandement islamique) et des menaces proférées contre les forces de police. Le slogan « Mûtû bi ghayzikum » (« Mourez de votre rancœur ! »), lancé par le prêcheur égyptien islamiste Wajdi Ghanim, en visiste en Tunisie en février 2012, contre les laïcs8, avait été repris en chœur lors de cette réunion illégale. On promit de faire flotter le drapeau du tawhîd – le drapeau noir salafiste sur lequel est inscrit « La ilaha ilallah » (« Il n’est de dieu qu’Allah ») sur le ministère de l’Intérieur tunisien. Le slogan final était : « Mourir ou être emprisonné pour la cause d’Allah ne nous fait pas peur »9.

  • 10 « Tunisie : 200 salafistes arrêtés après des heurts meurtriers avec la police », Le Monde, 20 mai 2 (...)

18Le groupe Ansar al-Chari‘a entra en opposition frontale avec l’État en tentant d’organiser un rassemblement à Kairouan le 19 mai 2013, lequel fut interdit deux jours avant par le gouvernement. Les heurts avec la police dans un quartier populaire près de Tunis, la cité Ettadhamen, firent un mort et plusieurs blessés dont trois manifestants et quinze policiers, parmi lesquels trois grièvement, 200 salafistes étant arrêtés, nombre d’entre eux armés de bombes incendiaires et d’armes blanches10.

  • 11 « Tunisie : un imam salafiste appelle au jihad contre le gouvernement », 2 novembre 2012, Jeune Afr (...)
  • 12 Voir les propos du ministre des Affaires religieuses de l’époque, Noureddine El Khadmi. Voir « Tuni (...)

19L’année d’avant, un imam salafiste, Nasredine Aloui, de la mosquée Ennour dans la banlieue de la Manouba, à Tunis, avait déjà appelé les jeunes au jihad contre le gouvernement, sur la chaîne Ettounsiya. Mais à l’époque, Abou Iyadh, dirigeant d’Ansar al-Chari‘a , avait déclaré que la Tunisie était une terre de prédication et non de jihad11. Le mouvement s’est radicalisé au cours de l’année 2013, où l’on a perçu la rupture croissante entre une partie des salafistes et le pouvoir en place. Implantés dans des quartiers déshérités, où ils dominent une centaine de mosquées12, et faisant œuvre de charité dans la vie quotidienne des habitants, ces groupes salafistes, jihadistes ou fondamentalistes bénéficient d’un préjugé favorable par rapport à Ennahda qui, aux yeux des habitants, ne fait pas grand-chose pour améliorer leur sort.

20Deux figures politiques importantes sont assassinées et les autorités imputent leur mort aux salafistes jihadistes : le meurtre de Chokri Belaïd, le 6 février 2013, donne lieu aux plus grandes manifestations qui se soient déroulées depuis la Révolution tunisienne. Mohamed Brahimi est exécuté le 25 juillet de la même année. Sa mort est également attribuée aux jihadistes tunisiens. Ces deux meurtres sont l’occasion d’une unification de l’opposition laïque et ravivent la nécessité de contester la politique d’Ennahda au sujet des islamistes radicaux.

21Les salafistes tunisiens présentent un caractère ambivalent, différent de celui de leurs homologues égyptiens qui ont opté pour le combat politique et non pour l’action violente (sauf les jihadistes en rupture avec eux). En Tunisie, le salafisme oscille entre une tendance « fondamentaliste » (appelée salafisme « scientifique » ou « cheikhi ») et une tendance « jihadiste », qui prône la guerre sainte contre les infidèles. Dans le cas précis d’Ansar al-Chari‘a, le membre fondateur présente des traits de jihadiste ; toutefois, les visées explicites du groupe ne semblaient pas, dans un premier temps, aller vers la violence jihadiste mais plutôt vers une forme de prosélytisme religieux, la da‘wa, visant un retour à l’islam authentique au niveau de la société civile. Cependant, l’attitude du même groupe face aux groupuscules jihadistes en Algérie et au Mali, leurs liens clandestins et sa volonté de plus en plus affirmée d’en découdre avec le gouvernement tunisien ont montré comment ce type d’organisation peut se radicaliser progressivement à partir de la résistance, puis face à l’action des forces de sécurité contre ses menées.

22L’avènement d’Ennahda en Tunisie, et tout particulièrement des salafistes de plus en plus radicalisés, a révélé une rupture profonde entre les « laïcs » et les « religieux », mais il a montré, par-delà ce phénomène, la scission de plus en plus explicite entre les « islamistes » eux-mêmes : entre salafistes radicalisés et partisans d’Ennahda, voire salafistes non violents. L’irruption des salafistes sur la scène publique en Tunisie a surpris, voire choqué les laïcs qui avaient du mal à comprendre les raisons de leur apparition aussi brutale dans l’espace public tunisien et leur expansion fulgurante, l’Arabie Saoudite et les Émirats étant soupçonnés d’en assurer le financement. Sous Ben Ali, la présence des salafistes était occultée et leur répression les rendait quasiment invisibles. Après le renversement du régime Ben Ali et la libération des prisonniers politiques, dont les salafistes eux-mêmes, les classes moyennes sécularisées ont découvert avec stupeur leur existence. Ils ont formé un groupe de plusieurs dizaines de milliers d’adeptes et leur version « close » de la religion donne le vertige aux groupes sécularisés qui ont du mal à appréhender la logique de leur action dans une Tunisie dont la sécularisation leur semblait être l’une des plus avancées de l’Afrique du Nord, voire du monde musulman. Un traumatisme profond s’est emparé d’eux, et en particulier des femmes, qui se sont senties victimes d’une forme particulièrement machiste et régressive de patriarcat au nom de la religion.

23Le même type de rupture entre laïcs et islamistes a pu être perçu en Iran postrévolutionnaire du début des années quatre-vingt. Mais tout comme en Tunisie et en Égypte, une autre dimension s’y ajoute, celle des classes sociales : il s’agit autant d’une tension entre sécularisés et islamistes qu’entre classes moyennes et « déshérités », même si, par ailleurs, les membres d’Ennahda en Tunisie et des Frères musulmans en Égypte sont en majorité issus des classes moyennes. En prodiguant leur aide financière aux classes populaires de plus en plus appauvries, les salafistes tentent de gagner les cœurs des citoyens des couches démunies contre les « occidentalisés » nantis, sans cœur et égoïstes. Mais contrairement à l’Iran des années quatre-vingt, en Tunisie et en Égypte, l’État n’est pas aux mains des factions radicales et dans l’un comme dans l’autre pays (malgré la présence de Ghannouchi comme instance morale d’Ennahda), ils ont manqué de leadership charismatique du type de Khomeini. Les classes moyennes laïques sont aussi plus structurées qu’en Iran, brisées sous le chah par la politique de décapitation systématique des forces politiques organisées. Par ailleurs, en Iran, l’opposition entre extrême gauche laïque et libéraux avait rendu impossible une action collective contre les islamistes, la gauche d’obédience communiste se déclarant pour le pouvoir khomeiniste et contre le pouvoir des libéraux, notamment parce que ces derniers étaient les partisans de l’impérialisme à leurs yeux. En d’autres termes, la situation actuelle en Tunisie et en Égypte est éloignée de celle qui aurait pu promouvoir une théocratie islamique à l’iranienne, mais la persistance de la violence due à l’affrontement entre laïcs radicalisés et salafistes a eu un effet néfaste sur la démocratisation en Égypte.

24Plus globalement, l’avènement des Frères musulmans comme acteurs hégémoniques sur la scène politique égyptienne et des Nahdaouis en Tunisie a remis en cause le « pacte laïque » implicite qui soudait les révolutionnaires dans les deux pays. Cette « laïcité » ne doit pas être conçue sur le modèle français, mais comme un consensus sur le fait que, dans l’espace public, la citoyenneté doit prévaloir sur toutes les autres considérations, les manifestations n’étant pas antinomiques avec l’islam perçu comme inspirant la constitution, mais n’intervenant pas directement dans la législation. Or, les salafistes ont une conception qui s’écarte de cette vision. L’exemple du coup d’État en Égypte, l’absence d’une armée tunisienne puissante et la capacité de la direction d’Ennahda à négocier ont fait sortir la Tunisie de l’impasse politique, le vote d’une constitution laïque, en janvier 2014, déblayant le terrain pour un compromis entre laïcs et islamistes dans la société.

25Les salafistes jihadistes qui, jusqu’en 2012, avaient refusé de promouvoir le jihad en Tunisie et l’avaient considérée comme une « terre de prédication », ont exporté le jihad vers des pays comme la Syrie, le Mali, l’Algérie ou le Niger. Un millier de jeunes Tunisiens embrigadés par les jihadistes tunisiens se trouveraient en Syrie, livrant bataille aux troupes du gouvernement alaouite. Depuis le meurtre des deux figures politiques tunisiennes Belaïd et Brahimi en 2013, la tension a dégénéré en violence entre les forces de sécurité tunisienne et les salafistes.

  • 13 « Égypte : 3 ans après, la répression continue », Amnesty International, Actualités, 23 janvier 201 (...)

26La violence s’est déclinée de deux manières différentes en Égypte et en Tunisie. En Égypte, l’alliance des classes moyennes sécularisées et de l’armée, notamment sous la forme du mouvement Tamarrud, a réussi à unifier l’opposition à Morsi et aux Frères musulmans dans une protestation qui a réuni quelques millions de personnes dans les manifestations de juin 2013. Cette alliance a abouti au coup d’État du juillet 2013, qui a inauguré un nouveau cycle de violences : dans les manifestations contre le coup d’État, au début, presque chaque jour des partisans des Frères musulmans ont été blessés ou ont trouvé la mort, la violence culminant le 14 août 2013, où plusieurs centaines de membres ou sympathisants des Frères musulmans ont péri dans les attaques des forces de sécurité sur la place Rabi‘a Adawiya au Caire. Depuis, les manifestations des Frères musulmans, avec l’arrestation massive de leurs membres et la mort de nombre d’entre eux, se sont poursuivies de manière plus ou moins sporadique. Entre le coup d’État militaire de juillet et le 25 janvier 2014, plus de 1 400 personnes auraient été tuées par les forces de l’ordre et des milliers de membres des Frères musulmans et leurs partisans ont été emprisonnés, selon Amnesty International13. Un autre type de violence, celle des jihadistes, s’est fait jour, qui a abouti à des embûches et des affrontements au Sinaï mais aussi dans les zones urbaines, dont les rues du Caire, la dernière attaque en date étant celle du 15 mars 2014, où six soldats ont été tués par les islamistes extrémistes.

27À la violence diffuse entre différents groupes et les Frères musulmans sous Mohamed Morsi, marquée par le refus des forces de sécurité d’intervenir et par l’opposition à Morsi de l’appareil judiciaire, s’est substituée une autre forme de violence dans laquelle l’armée, d’un côté, les Frères musulmans de l’autre (manifestations réprimées) et enfin les jihadistes (violence armée et attaques) s’affrontent, les forces de sécurité et le système judiciaire s’alignant sur l’armée et réprimant les Frères musulmans : le processus de démocratisation se trouve ainsi frontalement remis en cause.

28En Tunisie, le scénario est différent. L’absence d’une armée toute-puissante et la prise de conscience, à la tête d’Ennahda, de la nécessité de compromis avec l’opposition, ainsi que la peur, chez celle-ci, d’un scénario à l’égyptienne se terminant par l’exclusion des islamistes, ont abouti à une entente sur la Constitution : en janvier 2014, celle-ci a été adoptée par l’Assemblée constituante avec 200 voix pour, 14 contre et 4 abstentions. Dans le texte constitutionnel, la laïcité a été préservée, mettant fin ainsi à trois années de tension entre les islamistes et les laïcs. La voix pour la démocratie est ainsi ouverte, à la différence de l’Égypte où un nouveau type d’autoritarisme sous l’égide de l’armée semble se profiler à l’horizon.

Violence symbolique et violence réelle

29La Tunisie et l’Égypte se trouvent dans une période de transition vers des formes politiques nouvelles : démocratiques en cas de succès, oligarchiques ou populistes en cas d’échec. Compte tenu de l’évolution politique divergente des deux pays, il est à présumer que dans le cas de la Tunisie, eu égard au vote de la Constitution laïque adoptée le 26 janvier 2014 et promulguée le 10 février de la même année, la voie vers la démocratie soit désormais plus ou moins planifiée. En revanche, pour ce qui est de l’Égypte, le coup d’État du 3 juillet 2013 et la mise sous tutelle des libertés fondamentales (droit de manifester, presse), la mise à mort d’un millier de Frères musulmans le 1er août 2013 ainsi que l’arrestation de plusieurs centaines de membres et de partisans de ce mouvement ouvrent la voie vers un nouveau type d’autoritarisme sous l’égide de l’armée et d’une partie des groupes se réclamant de l’héritage de Nasser (notamment une partie du groupe Tamarrud, qui a organisé des manifestations pour la déposition du président Morsi depuis avril 2013).

30Or, dans cette période, il existe une effervescence et une « susceptibilité » entre différents groupes sociaux qui font que les modes opératoires dans les sociétés politiquement stables se trouvent remis en cause. En l’occurrence, la violence symbolique joue un rôle beaucoup plus crucial que dans les sociétés qui ne passent pas par ce stade agité. Le moindre signe d’agressivité est amplifié et engendre des fantasmes opposés ou des affabulations beaucoup plus étendus qui font que le passage de la violence symbolique à la violence réelle – actions violentes engendrant destruction des biens et mise en danger de la vie des citoyens – se fait beaucoup plus aisément, sans que les anciennes barrières mentales et institutionnelles puissent faire office de garde-fous. En d’autres termes, deux phénomènes se jouxtent : la barrière entre violence symbolique et violence réelle devient beaucoup plus fragile et, de plus en plus, la violence symbolique a tendance à se transcrire sans transition en violence réelle. L’impatience et la perte des repères du passé, jointes à l’effervescence due aux aspirations débridées et à la volonté de se venger font que les uns et les autres s’emportent beaucoup plus aisément que par le passé.

31Un autre trait qui est assez accentué dans les sociétés effervescentes (dont la Tunisie et l’Égypte post-révolutionnaires) est l’indistinction de plus en plus poussée entre « victimes » et « bourreaux » : chacun prétend être victime de l’ancien régime et le passage à la violence est légitimé par cette victimisation de soi et l’identification de l’autre au rôle de « bourreau » ou de coupable. Dans les sociétés politiquement stables, ce phénomène existe également, mais la différence majeure est que la capacité de l’État, dans les sociétés en ébullition, est faible et le face à face des groupes antagoniques (les uns et les autres s’affirmant « victimes » et les uns et les autres étant, aux yeux de l’autre groupe, « bourreaux ») se fait beaucoup plus directement, les forces de l’ordre étant affaiblies ou péchant par excès ou défaut de violence, les instances légales étant marginalisées de fait ou de droit et la capacité de « nuisance » des groupes radicalisés étant beaucoup plus importante que dans les sociétés politiquement stables. En Tunisie et en Égypte, la violence symbolique se structure selon plusieurs axes : révolutionnaire/contre-révolutionnaire, laïque/islamique, laïciste/islamiste, compétent/incompétent, licite/illicite, couverte/dénudée (femme), RCD-iste (équivalent de fulûl en Égypte, les tenants du régime déchu)/révolutionnaire, déshérités/classes aisées (moyennes), Nahdaoui (ou Frère musulman) / laïc, Nahdaoui (ou Frère musulman) / salafiste, etc. La liste peut s’étendre au gré des circonstances.

32La violence symbolique est vécue de deux manières différentes contre le pouvoir dominé par les Frères musulmans : si l’on fait partie des classes moyennes sécularisées, mis à part le désordre économique, on craint une islamisation rampante de la société (on l’appelle en Égypte la « frérisation », ikhwana) ; si l’on fait parti des couches populaires, on opte souvent pour et on se met du côté des salafistes qui soutiennent les laissés-pour-compte au niveau du quartier par des associations d’entraide et de charité.

33L’un des axes les plus importants de la violence symbolique a été, dans la Tunisie et l’Égypte post-révolutionnaires, la remise en cause de la nation au nom d’une version fondamentaliste de l’islam. En Tunisie, ceci s’est manifesté par le retrait du drapeau national et sa substitution par le drapeau salafiste, noir avec l’enseigne « Il n’est de dieu qu’Allah » (le 7 mars 2012, un salafiste plante le drapeau noir sur le toit de la faculté de la Manouba à Tunis ; une étudiante s’y oppose, une violente dispute éclatant entre les laïcs et les salafistes). Dans le même ordre de faits, le 25 mars 2012, les salafistes manifestent pour l’insertion de la chari‘a dans la Constitution : quelques-uns escaladent l’horloge de l’avenue Bourguiba, l’artère principale de la ville, où se sont déroulées les manifestations contre l’ancien régime, et y dressent le drapeau noir. La violence symbolique peut être accompagnée de violences physiques et réelles. Il en est ainsi des dernières manifestations du 25 mars où des groupes d’artistes ont été violemment attaqués par les salafistes sur l’avenue Bourguiba14.

34En Tunisie, la violence symbolique pouvant aboutir à des violences corporelles (contre les autres) et physiques (contre les bâtiments et les biens meubles et immeubles) s’est exercée de la part des salafistes non seulement envers les laïcs, mais aussi contre les minorités musulmanes, comme les soufis et les chiites (ces derniers sont fort réduits en nombre mais sont perçus comme d’autant plus dangereux qu’ils sont censés faire du prosélytisme en cachette et être les agents de l’Iran). Les salafistes sont intervenus dans une manifestation culturelle le 16 août 2012 et ont blessé, en brandissant des sabres, plusieurs personnes ; en effet, le militant palestinien Samir Antar était présent et les salafistes le qualifiaient de chiite (il est druze, groupe considéré comme déviant, voire hérétique, par les chiites orthodoxes)15. Ils ont incendié des zaouïas (mausolées ou édifices religieux consacrés à la dévotion d’un « saint » soufi), dont celle de Saïda Manoubia à Tunis le 16 octobre 2012, celle de Sidi Abdelaziz al-Mahdaoui le 10 janvier 2013 ou encore, le 12 janvier, celle de Sidi Bou Saïd, au nord de Tunis16.

35Un autre axe de violence symbolique se transcrivant aisément en violence réelle est la contestation, par les salafistes, des signes, ostentatoires selon eux, d’une modernité laïque ou renvoyant à l’hégémonie occidentale. Ainsi les centres culturels sont-ils pris pour cible (à Tunis), les maisons closes attaquées (à Tunis, Kairouan et Sfax), les vendeurs d’alcool pourchassés. Le 14 septembre 2012, après la diffusion des extraits du film islamophobe Innocence of Muslims sur YouTube, des groupes de protestataires pénétrèrent par effraction dans l’ambassade des États-Unis à Tunis, encouragés par des salafistes qui brandissaient le drapeau noir. Ils causèrent des dégâts importants et saccagèrent l’école américaine proche de l’ambassade.

  • 17 « Tunisie : violences et défi salafiste », Crisis, art. cité.

36Dans l’ensemble, les violences sont demeurées de faible intensité en Tunisie17, mais leur prolongation usait la société civile et mettait à l’épreuve la patience de larges couches de la population menacées dans leur mode de vie laïque, surtout dans les grandes villes, au sein d’une économie où par ailleurs, le branle-bas salafiste menaçait également l’économie touristique dont le pays est largement tributaire.

  • 18 M. Iskander, « Demonstrating artists break into Ministry of Culture », 5 juin 2013, http://www.dail (...)

37En Égypte, la violence symbolique s’est manifestée de multiples façons, engageant, dans un affrontement pouvant dégénérer en violence physique, les laïcs et les islamistes, partisans des Frères musulmans. Un cas symptomatique s’est produit après la nomination du nouveau ministre de la Culture, Alaa Abdel Aziz, à qui l’opposition a reproché son implication dans le régime du Moubarak et son incapacité à comprendre les enjeux culturels en raison de son adhésion à la vision islamiste des Frères musulmans. Ainsi, un groupe d’artistes membres de l’Union des artistes révolutionnaires et du « Front de Créativité » a-t-il occupé le ministère de la Culture début juin 2013. Le mouvement a débuté le 29 mai contre le nouveau ministre après son limogeage d’Inas Abdel Dayem, directeur de l’Opéra du Caire, et de Salah el-Meligy, directeur du Département des arts appliqués du ministère de la Culture. Le sit-in, occupation plus ou moins paisible d’un endroit symboliquement important – un peu sur le modèle de la place Tahrîr –, est devenu le mode de protestation par excellence. Les artistes qui ont occupé le ministère ont vu leurs rangs enfler grâce à l’afflux d’artistes de renom comme Khaled Youssef, Sekina Fouad, Baha’ Taher, Galal al-Sharkawy, signataires d’une pétition exigeant la démission du ministre de la Culture, tandis qu’un groupe adverse, sympathisant des Frères musulmans, était venu soutenir ce dernier. La police devait constituer un cordon de sécurité et séparer les deux groupes afin de prévenir la violence18. Le sentiment dominant était que les Frères musulmans tentaient de « frériser » les ministères comme celui de la Culture afin d’infléchir durablement ses orientations culturelles.

  • 19 « Intellectuals protest “brotherhoodization” of Culture Ministry », 5 juin 2013, http://www.egyptin (...)

38Plus globalement, les couches intellectuelles laïques, à l’instar de la Tunisie, se sont dressées en Égypte contre la « frérisation » de la culture et de la vie quotidienne19, notamment le bannissement de l’alcool ou des expressions non religieuses de la vie sociale (comme le ballet, la musique surtout d’origine occidentale, les bars et les boîtes de nuit). Après le limogeage du directeur de l’opéra du Caire par le nouveau ministre, l’ensemble du personnel de l’opéra s’est mis en grève, y compris le corps du ballet.

39Les mouvements de protestation en Égypte ont continué après la révolution de janvier 2011 et durant les cinq premiers mois de 2013, du 1er janvier au 31 mai, avec 5 544 manifestations, l’Égypte occupant la première place mondiale quant au nombre de mouvements de protestation. Les grandes villes comme Le Caire (18 % des manifestations en mai 2013), puis Alexandrie ont été le théâtre de la plupart d’entre elles20. De petits groupes de protestataires se sont réunis sur la place Tahrîr le 24 mai 2013, qualifiant le rassemblement de « vendredi de rétribution pour les martyrs ». Le mouvement a été formé par l’Association des victimes du règne des Frères musulmans, elle-même ralliée aux « Azharis partisans du gouvernement civil » (Azhariyyûn ma‘a al-dawla al-madaniya) afin de boycotter les produits des Frères musulmans et des salafistes pour sauver la révolution21.

  • 22   S. Carr, « À first-hand account : marching from Shubra to deaths at Maspiro », Al-Masry al-Yaum, (...)
  • 23 « Coptic Christians under siege as mob attacks Cairo cathedral », 8 avril 2013, http://www.independ (...)

40La violence symbolique s’est exercée aussi contre les minorités religieuses, notamment les coptes d’Égypte, la transition s’effectuant aisément de l’imaginaire au réel. Le substrat imaginaire était que les coptes auraient tenté de forcer une musulmane à se convertir au christianisme et à épouser un chrétien, ou qu’à l’inverse, ils auraient tenté d’empêcher la conversion volontaire d’une chrétienne à l’islam. Ce type de rumeur où les musulmans se sentent « agressés » par des chrétiens a été exploité par les salafistes qui y ont trouvé prétexte pour organiser des manifestations contre les coptes, ceci pouvant dégénérer en violence meurtrière. L’armée s’est parfois trouvée directement impliquée, comme les 9 et 10 octobre 2011 lorsqu’elle a attaqué les manifestants coptes près du bâtiment Maspero de la télévision publique : 28 personnes, dont une grande majorité de coptes, y ont trouvé la mort22. De même, le 5 avril 2013, un petit incident entre musulmans et coptes a dégénéré en attaque contre la cathédrale Saint-Marc, au Caire, dans le quartier d’Abbassiya23.

41La violence symbolique s’est exercée dans les deux sens : par des institutions contre ceux de leurs membres ayant manifesté leurs nouvelles convictions de façon ostentatoire après la révolution, comme ces officiers de police qui ont laissé pousser leur barbe pour exprimer leur credo islamique et que la police a mis à l’index, les règlements internes prohibant le port de la barbe24, ou ces laïcs qui dénonçaient la mainmise des Frères musulmans sur la culture, et notamment la condamnation de personnes accusées de blasphème. Cela concernait notamment certains coptes régulièrement accusés par les salafistes de profaner l’islam, comme Dimyana Obeid ‘Abd al-Nour, emprisonnée dès le 8 mai 2013 car accusée par ses élèves d’avoir insulté l’islam. Un autre copte, Alber Saber Ayad, a été condamné par la justice à trois ans d’emprisonnement pour profanation de la religion, ceci pour avoir mis sur YouTube des vidéos perçues comme attentatoires à l’islam par le tribunal. Un autre copte a dû se présenter au tribunal du gouvernorat d’Assiout pour les mêmes chefs d’accusation, soi-disant après sa conversation avec un groupe de musulmans25.

Acteurs institutionnels en crise : police vs justice

42Après les révolutions tunisienne et égyptienne, les deux pays ont dû faire face à des crises liées au manque de préparation des institutions et à la persistence des attitudes répressives au sein des services de sécurité légués par l’ancien régime. En Tunisie, au sein même de la justice, a prévalu une grave tension entre les juges et les avocats, les seconds accusant les premiers d’avoir été complices du régime déchu et ceux-ci montrant du doigt « l’âpreté au gain » des avocats qui s’enrichiraient sans vergogne sur le dos de leurs clients. L’incertitude liée à la période post-révolutionnaire et les agressions réciproques ont abouti aux grèves organisées par le Syndicat des magistrats tunisiens le 21 mai 2013 dans le gouvernorat de Béja pour protester contre les agressions commises par certains avocats sur des magistrats, suivies de grèves lancées par l’Ordre des avocats de Tunisie dans tous les tribunaux le 23 mai 2013 pour protester contre les accusations, à leurs yeux infondées, du Syndicat des magistrats à leur égard. Certains magistrats ont été révoqués après la révolution pour collaboration avec le régime déchu ou, accusés par d’anciens condamnés et désignés à la vindicte populaire par certains avocats, ont dû se retirer, ce qui a amplifié la crise dont l’origine remonte à l’ère Ben Ali : son régime avait maintenu les deux ordres dans un antagonisme constant pour prévenir leur contestation unifiée de son règne26.

43En Égypte, des magistrats avaient su maintenir une tradition d’autonomie et de fronde vis-à-vis du régime Moubarak et le pouvoir n’avait pas su les mater autant que Ben Ali en Tunisie. La tradition dominante était néanmoins une attitude laïque et le refus de l’islamisme, ce qui a induit leur opposition, dès le début, aux Frères musulmans et à la présidence de Morsi. De nombreux juges de la haute hiérarchie judiciaire faisaient partie des fulûl, l’élite politique de l’ancien régime. Pendant les élections présidentielles de juin 2012, la Haute cour constitutionnelle égyptienne avait lancé une grève illimitée contre les Frères musulmans et le président Morsi. En mai 2013, le Conseil judiciaire suprême a rejeté les amendements à la loi sur l’autorité judiciaire de 1972 proposés le 25 mai 2013 par le Conseil de la chûra, dominé par les Frères musulmans. Les juges ont dénié au Conseil toute compétence pour débattre de la constitutionnalité des lois ou proposer une législation régissant les activités judiciaires. Le Conseil judiciaire suprême a dû déclarer inconstitutionnelles les propositions du Conseil de la chûra27.

  • 28 M. Chaabane, « Le rappeur Weld El 15 condamné à 2 ans de prison ferme », 13 juin 2013 http://www.we (...)
  • 29 B. Abdelmoumen, « Ghazi Beji réfugié politique en France, nouveau coup dur pour la Tunisie post-rév (...)

44En Tunisie, après la révolution, la justice a été exposée à une pluralité d’influences où ses propres tendances, la pression de la rue et l’influence des politiques ont joué un rôle important. Face à des affaires graves, les juges ont parfois fait preuve d’une clémence disproportionnée (comme la condamnation des assaillants de l’ambassade des États-Unis à Tunis à deux ans de prison avec sursis), alors même que pour des affaires beaucoup plus anodines, leur sentence était d’une dureté difficilement compréhensible, comme la condamnation à quatre mois de prison ferme des trois Femen qui avaient exhibé leurs seins nus devant le palais de justice de Tunis, ou la condamnation à deux ans de prison ferme du rappeur Weld El 15 pour insulte aux forces de l’ordre dans sa chanson Boulicia Kleb (« Les policiers sont des chiens »). Les incohérences et les excès de la justice ont occasionné des critiques souvent adressées au pouvoir, certains le soupçonnant d’être derrière les sentences injustifiées des magistrats, d’autres lui reprochant son refus d’intervention face à ces jugements. La situation post-révolutionnaire aidant, on accusait ainsi le régime tantôt de passivité, tantôt de manigances. Pourtant, la division des sphères du pouvoir aurait dû interdire toute intrusion du pouvoir exécutif dans le judiciaire. L’influence de la diaspora, des médias occidentaux et des gouvernements européens a aggravé à son tour la crise. Au sujet des Femen, le gouvernement allemand a exprimé sa critique pour la sévérité des sentences, les médias français ont fustigé la justice tunisienne pour sa sévérité envers le rappeur Weld El 1528, le gouvernement américain a marqué sa désapprobation au sujet de la mansuétude des juges vis-à-vis des assaillants de son ambassade à Tunis. La France a accordé l’asile politique au Ghazi Beji29, condamné à sept ans de prison par la justice tunisienne pour avoir publié les caricatures du Prophète Mohammed, ou à Jabeur Mejri, condamné à sept ans et demi de prison pour « atteinte à la morale, diffamation et perturbation de l’ordre public » à la suite de sa publication, avec Ghazi Béji, de caricatures du Prophète sur Facebook. Il a été gracié par le président de la République et libéré le 4 mars 2013, en l’attente d’autres jugements pour des affaires de droit commun. Les critiques ont mis en relief le caractère désordonné et partial des sentences émises par les magistrats, mais ce faisant, elles ont poussé à des interventions du pouvoir politique qui remettaient en cause la séparation des pouvoirs au sein d’une démocratie. Entre répression indue et laxisme injustifié oscille la nouvelle justice, mise à mal dans cette période de transition entre l’autocratie et un système politique instable et tiraillé entre des tendances antagoniques, entre laïcs soupçonneux et islamistes intolérants.

45Tension et dissension existent aussi au sein de la police où les forces de sécurité, sans préparation à une ère post-autoritaire, sont prises en étau entre leur mode d’intervention musclé hérité de l’ancien régime et leur crainte de se voir épinglées pour leurs abus antérieurs par les nouvelles autorités et l’opinion publique. Hésitant entre répression disproportionnée, attentisme ou absence d’intervention, elles ont mécontenté les partisans d’une action plus énergique autant que ceux d’une approche plus mesurée des situations de tension, digne d’un régime démocratique. Les reproches ont fusé de tous bords, les accusant d’être peu respectueuses des citoyens et incapables de se transformer en une police démocratique, d’un côté, et de l’autre, d’être absentes des scènes de tumulte et de violence aux moments les plus critiques. On a reproché tour à tour aux forces de l’ordre soit de réprimer aveuglément, soit de refuser leur assistance aux citoyens qui auraient dû être légitimement assistés par elles. En Égypte, l’appareil de sécurité et le ministère de l’Intérieur se sont positionnés dès le début de la présidence de Morsi contre les Frères musulmans, refusant de protéger leurs bâtiments et les poussant à se défendre, quitte à critiquer par la suite leur vision partisane de la sécurité du citoyen. De même, les sphères les plus élevées de la magistrature, de la police et de l’appareil de sécurité ont tout fait pour que Morsi perde sa légitimité, et ceci dès le début de son mandat présidentiel.

46Quelques exemples éclairent cet état de fait. Mécontente de sa situation, la police a fait grève en Égypte dans 27 provinces30, refusant de protéger les bureaux des Frères musulmans, attaqués par une jeunesse radicalisée. Les cas de mauvais traitement, voire de torture, ont également été nombreux. Lors de la manifestation anti-Morsi du 1er février 2012, Hamada Saber31 a été frappé par des policiers en uniforme et la scène a été filmée et diffusée le même jour par la télévision publique. Sur son lit d’hôpital, il a tout d’abord incriminé les manifestants anti-Morsi et par la suite, a avoué avoir subi des pressions policières : il craignait en effet d’être accusé d’avoir apporté un cocktail Molotov dans la manifestation. Au cours de celle-ci, la police a eu recours aux grenades lacrymogène et aux jets d’eau sous pression contre les opposants qui leur jetaient des pierres. La semaine de violence s’est soldée par plusieurs dizaines de morts.

  • 32 P. Kingsley, « Egyptian protester dies after suspected police torture », 4 février 2013, http://www (...)

47Mohamed el-Gindy, qui avait participé pendant trois jours à des manifestations violentes aux alentours de la place Tahrîr, avait critiqué le président Morsi dans plusieurs tweets. Arrêté par la police le 27 janvier 2013, il a été retrouvé dans la rue quelques heures plus tard, la tête en sang. Il est mort une semaine après, défiguré. Sa mort a été comparée à celle de Khaled Saeed, un jeune homme torturé et mis à mort par la police de Moubarak à Alexandrie32, un des éléments déclencheurs de la révolution du 25 janvier 2011.

  • 33 Y. Saleh, S. Elorab, « One dead, dozens hurt as police clash with Egypt protesters », Reuters, 1er  (...)

48Au cours des manifestations violentes de Port Saïd, fin janvier 2013, Mohamed Hussein Qurany, âgé de 23 ans, a été tué par cinq balles. Depuis les manifestations pour l’anniversaire de la révolution du 25 janvier qui renversa Moubarak, jusqu’en début février 2013, une soixantaine de personnes ont trouvé la mort dans des affrontement avec les forces de sécurité33, et environ trois cents personnes ont trouvé la mort après la révolution lors d’affrontements divers avec les forces de l’ordre, ou en raison de conflits sectaires ou liés à des événements sportifs.

Conclusion

49Dans l’ensemble, les nouveaux acteurs sont extrêmement fragiles : certains abondent dans le sens de l’ouverture démocratique, d’autres vont dans celui de la fermeture à cause de l’anarchie et de la violence dans la rue et du sentiment que les islamistes, en Tunisie ou en Égypte, voudraient dominer la société en s’infiltrant graduellement dans l’appareil d’État (le deep state, al-dawla l-‘amîqa). Le coup d’État militaire égyptien du juillet 2013, en conjonction avec une partie importante de la jeunesse sécularisée sous l’égide du mouvement Tamarrud, a mis fin à l’expérience de démocratisation. Les militaires ont repris le pouvoir avec la complicité d’une partie de la société civile, braquée contre les Frères musulmans. La haine de ces derniers a agi comme moteur d’une alliance où l’armée est perçue comme le pilier symbolique de la société égyptienne. Pourtant, pendant les quelques mois où l’armée eut les rênes du pouvoir avant l’élection de Morsi en 2012, sa gestion de la société avait été profondément contestée. Toujours est-il que depuis la prise du pouvoir par les militaires, la répression des Frères musulmans est allée de pair avec la réémergence du jihadisme dans le Sinaï, dans l’attente des élections présidentielles qui allaient voir la victoire du général Sissi, l’auteur du coup d’État.

50Il en allait différemment en Tunisie : pas d’armée forte sur le modèle égyptien, une situation géopolitique qui n’éveillait pas le même intérêt que l’Égypte (frontalière d’Israël), la peur que les mêmes faits qu’en Égypte ne se reproduisent et enfin, le caractère plus ouvert de l’élite culturelle et politique d’Ennahda (Rached Ghannouchi, son chef, est plus ouvert à la démocratie que ne l’était Khairat al-Shater, le numéro deux mais, selon certains, le vrai leader des Frères musulmans d’Égypte, avant que les chefs de l’organisation ne soient mis en prison par les militaires). Le compromis historique entre différents partis politiques a abouti à une constitution laïque qui a mis fin à trois années de tension entre laïcs et religieux en janvier 2014. La voie vers la démocratisation est ouverte, contrairement à l’Égypte où un nouvel autoritarisme se profile à l’horizon.

Haut de page

Notes

1 Voir F. Khosrokhavar, The New Arab Revolutions that Shook the World, Boulder (Colorado), Paradigm Publishers, 2012.

2 Voir « Tunisie : violences et défi salafiste », Rapport Moyen-Orient / Afrique du Nord no 137, 13 février 2013, Crisis Group, en ligne : http://www.crisisgroup.org/fr/regions/moyen-orient-afrique-du-nord/afrique-du-nord/Tunisia/137-tunisia-violence-and-the-salafi-challenge.aspx (consulté le 9 mars 2016, de même que tous les sites mentionnés dans cet article).

3 A. Y. Zelin, « The salafi challenge to Tunisia’s nascent democracy », The Washington Institute, 8 décembre 2011, en ligne : http://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/view/the-salafi-challenge-to-tunisias-nascent-democracy.

4 L. Noueihed, « Radical Islamists urge bigger role for Islam in Tunisia », Reuters, 21 mai 2011, en ligne : http://in.reuters.com/assets/print?aid=INDEE84K03420120521.

5 Dans l’iconographie selon la tradition islamique dominante, le visage du Prophète n’est pas visible (il est couvert d’un voile ou autrement dissimulé).

6 « Tunisia: conservative islamists riot over art exhibit », Reuters, 12 juin 2012, en ligne : http://www.nytimes.com/2012/06/13/world/africa/tunisia-conservative-islamists-riot-over-art-exhibit.html?_r=1.

7 T. Amara, « Two dead as protesters attack U.S. embassy in Tunisia », Reuters, 14 septembre 2012, en ligne : http://www.reuters.com/assets/print?aid=USBRE88D18020120914.

8 « Tunisie : colère après les déclarations du prêcheur égyptien Wajdi Ghanim »,

16 février 2012, Jeune Afrique, en ligne : http://www.jeuneafrique.com/177322/politique/tunisie-col-re-apr-s-les-d-clarations-du-pr-cheur-gyptien-wajdi-ghanim/.

9 « Tunisie : des salafistes appellent au jihad contre la police, vidéo choc », http://www.atlasinfo.fr, 12 mai 2013.

10 « Tunisie : 200 salafistes arrêtés après des heurts meurtriers avec la police », Le Monde, 20 mai 2013, en ligne : http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2013/05/19/la-tunisie-se-prepare-a-un-face-a-face-entre-policiers-et-salafistes_3342445_1466522.html.

11 « Tunisie : un imam salafiste appelle au jihad contre le gouvernement », 2 novembre 2012, Jeune Afrique, en ligne : http://www.jeuneafrique.com/Articleimp_ARTJAWEB20121102162513_tunisie-un-imam-salafiste-appelle-au-jihad-contre-le-gouvernement.html.

12 Voir les propos du ministre des Affaires religieuses de l’époque, Noureddine El Khadmi. Voir « Tunisie : un imam salafiste appelle au jihad… », art. cité.

13 « Égypte : 3 ans après, la répression continue », Amnesty International, Actualités, 23 janvier 2014.

14 Voir : « Violence salafiste : la LTDH tire la sonnette d’alarme », http://www.kapitalis.com/politique/national/10122-violence-salafiste-la-ltdh-tire-la-sonnette-dalarme-.html, le 23 avril 2012.

15 « Tunisie : bataille rangée entre chiites et salafistes à Gabès », http://www.mag14.com/actuel/35-societe/854-tunisie--bataille-rangee-entre-chiites-et-salafistes-a-gabes.html, 14 août 2012.

16 « Tunisie : le saccage des mausolées continue dans l’impunité », http://www.tunisienumerique.com/tunisie-le-saccage-des-mausolees-continue-dans-limpunite/151528, 1er novembre 2012 ; « Tunisie : le mausolée de Sidi Abdelaziz attaqué », http://www.investir-en-tunisie.net/index.php?option=com_content&view=article&id=17886, 11 janvier 2013.

17 « Tunisie : violences et défi salafiste », Crisis, art. cité.

18 M. Iskander, « Demonstrating artists break into Ministry of Culture », 5 juin 2013, http://www.dailynewsegypt.com/2013/06/05/demonstrating-artists-break-into-ministry-of-culture/.

19 « Intellectuals protest “brotherhoodization” of Culture Ministry », 5 juin 2013, http://www.egyptindependent.com/news/intellectuals-protest-%E2%80%9Cbrotherhoodization%E2%80%9D-culture-ministry.

20 « Report: Egypt averaged two protests an hour in May », 3 juin 2013, http://www.egyptindependent.com/print/1805891.

21 H. Kortam, « Dozens protest in Tahrir Square », 24 mai 2013, http://www.dailynewsegypt.com/2013/05/24/dozens-protest-in-tahrir-square/.

22   S. Carr, « À first-hand account : marching from Shubra to deaths at Maspiro », Al-Masry al-Yaum, 10 octobre 2011.

23 « Coptic Christians under siege as mob attacks Cairo cathedral », 8 avril 2013, http://www.independent.co.uk/news/world/africa/coptic-christians-under-siege-as-mob-attacks-cairo-cathedral-8563600.html.

24 F. Salah, « Court supports MOI decision to investigate bearded police officers », 25 mai 2013, http://www.dailynewsegypt.com/2013/05/25/court-supports-moi-decision-to-investigate-bearded-police-officers/.

25 « Egypt : release teacher accused of blasphemy », 10 mai 2013, https://www.amnesty.org/en/latest/news/2013/05/egypt-release-teacher-accused-blasphemy/.

26 N. Hajbi, « Les hommes de robe en guerre larvée ? », 2 juin 2013, http://www.turess.com/fr/lapresse/68086.

27 « Judges reject Shura intervention », 29 mai 2013, http://weekly.ahram.org.eg/News/2789/17/Judges-reject-Shura-intervention-.aspx.

28 M. Chaabane, « Le rappeur Weld El 15 condamné à 2 ans de prison ferme », 13 juin 2013 http://www.webdo.tn/2013/06/13/le-rappeur-weld-el-15-condamne-a-2-ans-de-prison-ferme/.

29 B. Abdelmoumen, « Ghazi Beji réfugié politique en France, nouveau coup dur pour la Tunisie post-révolutionnaire », 12 juin 2013, http://www.webdo.tn/2013/06/12/ghazi-beji-refugie-politique-en-france-nouveau-coup-dur-pour-la-tunisie-post-revolutionnaire/.

30 « Egypt’s police, What happened to reform? », 23 mars 2013, http://www.economist.com/news/middle-east-and-africa/21574017-police-are-rotten-ever-what-happened-reform/print.

31 « Cairo police beating: victim hamada saber blames police », 3 février 2013,

http://www.bbc.com/news/world-middle-east-21314782.

32 P. Kingsley, « Egyptian protester dies after suspected police torture », 4 février 2013, http://www.theguardian.com/world/2013/feb/04/egyptian-protester-dies-suspected-torture.

33 Y. Saleh, S. Elorab, « One dead, dozens hurt as police clash with Egypt protesters », Reuters, 1er février 2013, http://www.reuters.com/article/us-egypt-protests-idUSBRE90U1CN20130201.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, « Les révolutions arabes : avènement de nouveaux acteurs », Astérion [En ligne], 14 | 2016, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/2698

Haut de page

Auteur

Farhad Khosrokhavar

Farhad Khosrokhavar est directeur d'études à l’EHESS et, depuis mai 2015, directeur du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS). Ses recherches portent sur la sociologie de l’Iran contemporain, sur les problèmes sociaux et anthropologiques de l’islam en France et sur la philosophie des sciences sociales. Publications récentes : Jihadist Ideology: The Anthropological Perspective, Aarhus C, The Centre for Studies in Islamism and Radicalization (CIR), Scandinavian Book A/S, 2011 ; The New Arab Revolutions that Shook the World, Boulder, Londres, Paradigm Publishers, 2012 ; avec Houchang E. Chehabi et Clément Therme éd.,Iran and the Challenges of the Twenty-First Century, Costa Meza, Mazda Publishers, 2013 ; Radicalisation, Paris, MSH, 2014 ; avec David Bénichou et Philippe Migaux, Le jihadisme. Le comprendre pour mieux le combattre, Paris, Plon, 2015.

Haut de page