Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Carlo Borghero, Les Cartésiens face à Newton. Philosophie, science et religion dans la première moitié du XVIIIe siècle

Turnhout, Brepols, 2011, 156 pages, 56 €.
Delphine Bellis
Référence(s) :

Carlo Borghero, Les Cartésiens face à Newton. Philosophie, science et religion dans la première moitié du XVIIIe siècle. Turnhout, Brepols, 2011, 156 pages, 56 €.

Notes de l’auteur

Une version similaire de cette recension a été publiée en anglais dans HOPOS, The Journal of the International Society for the History of Philosophy of Science, vol. III, no 2, 2013, p. 364-367.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Carlo Borghero se place délibérément dans le camp de ceux que l’on aurait tendance à considérer comme les perdants de la bataille qui oppose cartésiens et newtoniens en France dans la première moitié du xviiie siècle. Il s’agit donc d’étudier les réactions des cartésiens à la diffusion des thèses de Newton, mais aussi de Locke. Il importe particulièrement à C. Borghero de montrer que ceux qui s’opposent à la philosophie anglaise newtoniano-lockienne le font en tant que cartésiens. Il s’agit également de mettre en évidence que la victoire proclamée du newtonianisme sur le continent dès les années 1730 relève en fait d’une reconstruction historiographique largement due à Voltaire. Les oppositions persistent jusqu’au milieu du xviiie siècle et s’appuient sur des raisons philosophiques et religieuses qui ne sont pas inconsistantes ou insignifiantes d’un point de vue historique et qui revendiquent une modernité qui concurrence la modernité philosophique de laquelle sont nées des Lumières qui ne triompheront véritablement qu’à partir des années 1750. C. Borghero met principalement en œuvre son projet à travers la récurrence d’un penseur peu connu et étudié, Hyacinthe Sigismond Gerdil, « figure de premier plan dans la philosophie et l’apologétique catholique du xviiie siècle » (p. 23).

2Dans le premier chapitre, C. Borghero s’emploie d’abord à montrer comment Voltaire opère une reconstruction de la réception des théories newtoniennes en France. En contrepoint de cette historiographie voltairienne, Gerdil, dans la préface de sa Défense de Malebranche (1748), dessine une « contre-histoire de la modernité » (p. 31) et fait jouer Descartes et Malebranche contre l’empirisme anglais qui ne fait que s’appuyer sur et renforcer les préjugés communs et réactive l’ancienne philosophie scolastique. Gerdil apparaît comme une figure de l’apologétique chrétienne d’avant-garde, dans la mesure où il entend se servir de la philosophie récente et des débats scientifiques de son temps pour défendre la religion catholique. Il se veut le promoteur d’une autre modernité philosophique, distincte de celle des Lumières, qui tente de concilier rationalité philosophique, science moderne et foi catholique.

3Dans le chapitre 2, C. Borghero mène une analyse serrée des arguments de Locke sur l’hypothèse de la matière pensante et de leur critique par Gerdil. Ce dernier revendique l’occasionnalisme comme seule explication philosophiquement et apologétiquement valable des rapports entre l’esprit et le corps. Gerdil établit que, en matérialisant la pensée, la philosophie lockienne bouleverse l’équilibre obtenu de haute lutte par le cartésianisme pour assurer à la physique son indépendance à l’égard de la philosophie des entités spirituelles et constitue un retour aux qualités occultes de la scolastique. Or, cette critique de l’hypothèse de la matière pensante produit un renversement de l’attribution voltairienne de modernité qui va toucher également la science newtonienne à travers la notion d’attraction, même si Gerdil vise explicitement Locke et les newtoniens plutôt que Newton lui-même.

4Le chapitre 3 repart du refus explicite de Newton, dans l’Optique, d’assimiler l’attraction à une qualité occulte. Dès lors, si l’attraction n’est pas une propriété intrinsèque de la matière, n’est-il pas possible de rendre cette notion compatible avec le mécanisme ? C’est ce que semble proposer Gerdil en suggérant que l’attraction dépend de l’action du fluide dans lequel nagent les planètes.

5C’est dans le chapitre 4 que le rôle conceptuel de la figure majeure constituant la trame du débat entre cartésiens et newtoniens, à savoir Malebranche, apparaît le plus clairement, à travers sa théorie des petits tourbillons reprise par Privat de Molières. Celui-ci intéresse particulièrement l’auteur pour son positionnement par rapport au cartésianisme et au newtonianisme. Chez Privat de Molières, « les dogmes opposés de Descartes et de Newton sont présentés comme deux voies différentes pour atteindre la même vérité » (p. 107). Mais les théories de Newton deviennent acceptables, pour Privat de Molières, en tant qu’elles sont réduites à un niveau mathématique purement descriptif et c’est la perspective causale mécaniste qui doit l’emporter.

6En choisissant de suivre la figure, peu connue, de Gerdil comme fil conducteur, C. Borghero insiste sur l’opposition assez massive que rencontre la réception du newtonianisme, jusque vers 1750, pour des raisons qui ne tiennent pas seulement à la physique, mais aussi à la religion.

  • 1  F. Alquié, Le cartésianisme de Malebranche, Paris, Vrin, 1974.

7Par ailleurs, à travers Gerdil, un des enjeux de l’ouvrage de C. Borghero consiste dans l’évaluation de la teneur cartésienne du malebranchisme de ces auteurs de la première moitié du xviiie siècle. Ferdinand Alquié distinguait, dans la pensée de Malebranche, entre un cartésianisme accepté, qu’il soit explicite ou implicite (et Alquié y incluait le mécanisme physique), un cartésianisme modifié (comprenant notamment les causes occasionnelles) et un cartésianisme ruiné1. Sans doute la théorie des petits tourbillons censée rendre compte de ce que les newtoniens expliquent par l’attraction relève-t-elle d’un cartésianisme accepté et développé. En outre, dans son rapport au newtonianisme, ce malebranchisme se présente bien comme cartésianisme et ne constitue pas une « troisième voie » entre cartésianisme et newtonianisme. La démarche de C. Borghero consiste précisément à aller au-delà de cette rhétorique conciliatrice de la troisième voie. Il faut cependant faire remarquer les limites de cette attribution de cartésianisme, dans la mesure où la théorie des causes occasionnelles défendue par Gerdil ne saurait être considérée comme une forme de cartésianisme stricto sensu.

  • 2  Voir J. B. Shank, « “There was no such thing as the ‘Newtonian Revolution’, and the French initiat (...)

8Or, par ces deux aspects – la chronologie de la réception du newtonianisme en France et le rôle du malebranchisme –, l’ouvrage de C. Borghero s’inscrit dans une ligne interprétative comparable à et complémentaire de celle de J. B. Shank2. Comme Shank, C. Borghero considère que :

91) Il y a une illusion rétrospective à considérer que la réception de la philosophie naturelle newtonienne sur le continent et, en particulier, en France se résume à son acceptation et à son développement, à partir des années 1730, avec d’importants mathématiciens et physiciens tels que Maupertuis ou d’Alembert qui auraient porté le système newtonien à son plus haut point de perfection, et ceci après une période pendant laquelle la pensée de Newton aurait été simplement méconnue. En fait, dès la publication des Principia, un accueil assez positif a été réservé à la mécanique de Newton (livres I et II) par des mathématiciens tels que Varignon. Mais cela n’a pas été le cas de la physique de Newton (c’est-à-dire sa théorie de la gravitation universelle au livre III). De son côté, C. Borghero nous présente un autre type de réaction à l’égard de la philosophie naturelle de Newton qui s’étend jusqu’en 1750, une réaction qui tient à des raisons religieuses et philosophiques.

102) Il convient d’expliquer le rejet de la physique newtonienne par le facteur malebranchiste. Shank considère que la philosophie de Malebranche apporte un soutien à la mécanique analytique à la française qui assimile la mécanique newtonienne, parce qu’elle considère qu’on ne peut connaître infailliblement que des rapports entre idées et que les mathématiques peuvent précisément accomplir ce travail relationnel. L’ouvrage de C. Borghero, quant à lui, se concentre précisément sur l’autre versant de la réception de Newton, c’est-à-dire sa physique, pour montrer que le contexte malebranchiste a suscité une réaction d’opposition, parfois assez virulente, à cette partie de l’œuvre de Newton. Les deux approches –  de Shank et de Borghero – illustrent donc de manière complémentaire de quelle façon deux versants différents du malebranchisme (son refus des causes physiques favorisant l’approche mathématique, d’une part ; son rejet des qualités occultes et sa métaphysique de l’âme, d’autre part) aboutissent à deux réceptions différentes du newtonianisme, l’une favorable à son analyse mathématique des phénomènes, l’autre hostile à sa physique et à la tendance matérialiste qui lui serait inhérente, ces deux tendances se rejoignant du moins en ce qu’elles finissent par scinder le newtonianisme en deux.

  • 3  Voir A. Charrak, Contingence et nécessité des lois de la nature au xviiie siècle. La philosophie s (...)

11Un des apports importants de cet ouvrage consiste à montrer que l’opposition que rencontre le newtonianisme est liée à des raisons philosophiques et apologétiques propres au contexte intellectuel français de la première moitié du xviiie siècle. A. Charrak avait attiré notre attention sur cette physico-théologie présente au xviiie siècle en Angleterre3. C. Borghero offre une présentation du versant continental de cette physico-théologie qui s’inscrit précisément en réponse à la physico-théologie de la Royal Society marquée par la philosophie naturelle de Newton. L’ouvrage de C. Borghero permet d’expliquer que le projet apologétique malebranchiste, qui vise à montrer que la sagesse de Dieu aussi bien que sa puissance sont à l’œuvre dans la nature, se poursuit dans la première moitié du xviiie siècle et qu’il se distingue assez nettement de la physico-théologie à l’anglaise. Plutôt que de maintenir un écart entre lois et phénomènes par où Dieu pourrait manifester sa sagesse à l’œuvre dans la nature même, il fait appel à la théorie des causes occasionnelles par laquelle Dieu devient la véritable cause de tout ce qui se produit dans la nature. En outre, même si ce courant insiste sur l’aspect esthétique du mécanisme cartésien (Privat de Molières, Le Corgne), la sagesse divine ne se manifeste pas tant dans la dimension visible de la nature, comme chez les Anglais, que dans la capacité de lois stables et universelles à rendre compte de tous les phénomènes.

12Ces questions théologiques telles qu’abordées par C. Borghero présentent un intérêt additionnel en ce que l’opposition entre newtoniens et cartésiano-malebranchistes permet de mettre en évidence des lignes de front différentes de celles qui émergent dans le débat entre newtoniens et leibniziens. Alors que ces derniers opposent l’importance de l’intelligence divine à l’œuvre dans l’harmonie préétablie et manifestée dans la concordance des phénomènes au volontarisme divin des newtoniens, la critique que les malebranchistes cartésiens adressent aux newtoniens quant au caractère intrinsèque à la matière de l’attraction revient au contraire à leur reprocher le retrait divin du monde.

13En choisissant d’adopter la perspective de ceux qu’aurait éclipsés la Révolution newtonienne, l’approche adoptée par l’ouvrage de C. Borghero nous permet donc de prendre conscience de la nécessité d’une relecture non-voltairienne de la réception du newtonianisme en aval des années 1730. Elle manifeste également l’intrication entre définition d’une modernité philosophique et souci apologétique dans un cadre spécifiquement malebranchiste et continental dont l’identification constitue un apport important de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1  F. Alquié, Le cartésianisme de Malebranche, Paris, Vrin, 1974.

2  Voir J. B. Shank, « “There was no such thing as the ‘Newtonian Revolution’, and the French initiated it.” Eighteenth-century mechanics in France before Maupertuis », Early Science and Medicine, no 9 (3), 2004, p. 257-292 ; J. B. Shank, The Newton Wars and the Beginning of the French Enlightenment, Chicago, Londres, The University of Chicago Press, 2008.

3  Voir A. Charrak, Contingence et nécessité des lois de la nature au xviiie siècle. La philosophie seconde des Lumières, Paris, Vrin, 2006, chap. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Bellis, « Carlo Borghero, Les Cartésiens face à Newton. Philosophie, science et religion dans la première moitié du XVIIIe siècle », Astérion [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://asterion.revues.org/2577

Haut de page