Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Conclusion. Le projet scientifique de la psychologie associationniste

Stéphane Madelrieux

Résumés

Cette conclusion cherche à restituer la psychologie associationniste du xixe siècle dans son projet épistémologique au-delà de la diversité des positions de l’époque. On y défend l’idée que l’importance de l’association des idées fut de permettre de prétendre fonder la psychologie comme science empirique de l’esprit. C’est la nouvelle fonction de l’association, dégagée en réalité dès l’œuvre de Hume, qui a permis un tel projet : non plus simple transition habituelle d’une idée à une autre, mais principe génétique de l’ensemble de la vie mentale.

Haut de page

Texte intégral

1Comment un gentleman anglais du milieu du xixe siècle conçoit-il le fonctionnement de son esprit ?

  • 1  J. Mill, Analysis of the Phenomena of the Human Mind, 2e édition, Londres, Longmans, Green, Reader (...)

Je vois un cheval : c’est une sensation. Je pense immédiatement à son maître : c’est une idée. L’idée de son maître me fait penser à sa fonction ; il est ministre d’État : c’est une autre idée. L’idée de ministre d’État me fait penser aux affaires publiques, et je suis amené à une série d’idées politiques – lorsqu’on m’appelle pour le dîner. C’est une nouvelle sensation, suivie par l’idée du dîner, et des convives avec lesquels je vais le partager. La vue des convives et la vue de la nourriture sont d’autres sensations : elles suggèrent des idées sans fin. D’autres sensations interviennent perpétuellement, suggérant d’autres idées : et c’est ainsi que le processus suit son cours.1

  • 2  J. S. Mill, Auguste Comte et le positivisme (1864), trad. G. Clémenceau, Paris, L’Harmattan, 1999, (...)

2Pour James Mill, la pensée se présente comme une succession d’idées, suggérées par certaines sensations, qui s’enchaînent entre elles non pas au hasard, mais en suivant certaines lois. Selon le terme consacré par Hume, l’un des principaux inspirateurs des psychologues de cette époque, ces lois sont dites d’association et leur étude est l’objet de la psychologie comme discipline scientifique. Elles fournissent en effet à l’esprit les régularités observables sans lesquelles la psychologie ne pourrait pas être une science comme une autre : si l’esprit passait d’une idée à une autre sans ordre ni cohérence, mais toujours au hasard et de manière imprévisible, la psychologie n’aurait pas d’objet. La découverte d’une telle constance dans la nature humaine est à l’origine du succès de l’associationnisme en psychologie, comme celle de la gravitation dans la nature fit celui du newtonisme – et les philosophes de l’époque, suivant en cela toujours Hume, ne manquaient pas de le rappeler : « Ce que la loi de gravitation est à l’astronomie, déclare le fils de James Mill, ce que les propriétés élémentaires des tissus sont à la physiologie, les lois d’association des idées le sont à la psychologie. »2

3S’il n’est pas étonnant que la plupart des psychologues anglais, à l’image de J. Mill et de J. S. Mill et dans le prolongement des empiristes classiques, aient été associationnistes, il convient de ne pas oublier que l’associationnisme et la conception de la psychologie qu’il engage ont constitué un véritable paradigme dans l’histoire de la psychologie, sur lequel un grand nombre de savants de différentes nationalités ont fait consensus. Ribot le rappelle dans son étude de la psychologie anglaise du xixe siècle :

  • 3  T. Ribot, La psychologie anglaise contemporaine (école expérimentale), Paris, Ladrange, 1870, p. 2 (...)

Quand on voit MM. Stuart Mill, Herbert Spencer et Bain en Angleterre ; des physiologistes, M. Luys et M. Vulpian en France, en Allemagne, avant eux, Herbart et Müller, ramener tous nos actes psychologiques à des modes divers d’association entre nos idées, sentiments, sensations, désirs, on ne peut s’empêcher de croire que cette loi d’association est destinée à devenir prépondérante dans la psychologie expérimentale, à rester, pour quelque temps au moins, le dernier mode d’explication des phénomènes psychiques.3

  • 4  H. Taine, De l’intelligence, Paris, Hachette, 1878, 2 vol., t. I, préface, p. 4.

4Mentionnons encore en France Hippolyte Taine dont le livre De l’intelligence (1870) est un véritable manifeste associationniste, où l’on peut lire que « notre grande affaire est de savoir quels sont ces éléments [de l’esprit], comment ils naissent, en quelles façons et à quelles conditions ils se combinent et quels sont les effets constants des combinaisons ainsi formées. »4

5Malgré certaines différences, tous ces auteurs partagent la même conception de la psychologie, dont le projet est bien résumé par Taine dans la citation précédente ; il s’agit de ramener tous les états mentaux à certains états élémentaires et simples, et de montrer qu’ils se combinent entre eux selon des lois d’association. Ce projet comporte donc deux aspects, le premier analytique et le second génétique, et chacun vise à dégager un invariant dans l’esprit. D’une part, la méthode d’analyse qui décompose le complexe en simple parvient à un invariant d’élément : comme une maison à partir de briques, tout esprit est construit à partir d’atomes psychiques, qu’on les appelle idées, impressions, sensations ou vibrations nerveuses selon les auteurs, et qui constituent le plus petit donné et le point de départ de la psychologie puisque le complexe présuppose le simple. L’atomisme est ainsi le présupposé de l’associationnisme. D’autre part, la méthode génétique qui montre comment les états de conscience complexes dérivent des états simples parvient à un invariant de règle, dont on a déjà parlé : les éléments simples engendrent les états complexes en s’assemblant suivant certaines lois, ressemblance, contiguïté, causalité ou encore contraste selon les auteurs. On voit ainsi que chez les associationnistes, l’association est investie d’un double rôle : le premier, classique, concerne la transition automatique, machinale, d’une idée à une autre qui lui ressemble, qui lui est contiguë, qui est en est la cause ou dont elle est l’effet ou encore avec laquelle elle contraste. Lorsque je vois le portrait de Paul, je ne peux pas m’empêcher de penser à Paul qui lui ressemble, etc. L’esprit est donc une première fois déterminé par les règles de passage dans le cours ordinaire de sa pensée comme on le voit dans l’exemple de James Mill cité plus haut. Mais il est réglé d’une seconde manière, qui fait l’originalité des associationnistes. Dans la production de nouvelles idées, les idées complexes comme les appelait Locke, à partir des idées simples, l’esprit suit encore ces lois d’association : pour former l’idée d’une pomme, d’une armée, de l’infini ou même de Dieu, l’esprit combine ses atomes d’idée par ressemblance, contiguïté ou causalité selon les cas. Les associationnistes sont allés jusqu’à parler de « chimie mentale » pour illustrer cette composition ou combinaison par association des éléments psychiques. Il ne suffit donc pas de reconnaître l’existence d’une transition réglée entre les états de conscience pour être associationniste ; on l’est seulement si l’on reconnaît aux lois d’association une fonction productrice ou génétique.

  • 5  Voir dans ce recueil É. Marquer, « Locke : liaison probable et liaison nécessaire », et P.‑L. Auti (...)
  • 6  Bien que réalisé de manière différente puisque c’est la sensation et non l’association qui tient l (...)

6On ne comprendrait pas en effet l’intérêt de ce projet si l’on pensait que les associationnistes n’ont fait que réhabiliter l’association des idées parmi les grandes opérations de l’esprit, à côté de la perception, de l’imagination, de la mémoire, de la conception ou du raisonnement. On se souvient que Locke en avait fait une opération parasite, cause d’erreurs et de folies, et qu’il privilégiait l’étude de la composition, de la comparaison et de l’abstraction comme opérations fondamentales de l’esprit – précisément parce que chez lui, l’association n’est encore pensée que comme transition accidentelle d’une idée à l’autre5. Les associationnistes ont fait tout autre chose : ils ont fait de l’association non pas une opération ou une faculté parmi d’autres, mais le principe même de toutes les opérations. Tous les états mentaux qui étaient auparavant expliqués en invoquant autant de facultés différentes sont ramenés à un seul et même principe. La comparaison avec Newton ne vaut pas simplement pour l’analogie entre l’attraction des corps dans la nature et l’association des idées dans l’esprit ; elle vaut surtout parce que Newton a su ramener à une seule et même loi des mouvements apparemment aussi différents que les orbites des planètes, la chute des corps ou les marées ; ou encore qu’il a su engendrer et expliquer à partir de la seule lumière blanche l’ensemble des couleurs que l’œil perçoit pourtant si différentes. Ramener la diversité psychique à l’unité, et non pas à l’unité métaphysique d’un principe transcendant (l’âme, le Moi) mais à l’unité empirique d’une opération observable, faisait rentrer la psychologie parmi les sciences empiriques. Dans les ouvrages associationnistes, l’association ne se présente pas comme un chapitre parmi d’autres, mais comme le fil conducteur qui se développe de chapitres en chapitres6.

7Ainsi, toutes les opérations ne sont que des réfractions d’une opération unique : percevoir, c’est associer des impressions visuelles à des idées tactiles, selon la théorie de la vision développée par Berkeley ; se souvenir, c’est associer un état de conscience présent à un état de conscience passée ; nommer, c’est associer un son à la perception d’un objet ; croire, c’est passer d’une idée présente à une autre idée avec laquelle elle a été régulièrement associée dans le passé ; classer et abstraire, c’est associer plusieurs idées simples par leurs ressemblances ; raisonner, c’est utiliser une idée comme lien entre deux autres idées avec lesquelles elle est par ailleurs associée – ainsi, les liens logiques sont ramenés à des associations psychologiques puisque l’association explique même les opérations intellectuelles supérieures. Par conséquent, toutes les idées ou notions que l’esprit possède se ramènent également à des associations d’idées simples, jusques et y compris les grandes catégories qui structurent la pensée selon les rationalistes : les idées d’Espace, de Temps, d’Infini, de Substance, de Dieu, etc., peuvent être expliquées en montrant de quels éléments simples et de quels types d’association elles dérivent.

8Développant leur projet de manière systématique au-delà de la seule psychologie intellectuelle, les associationnistes ont encore cherché à expliquer les émotions et les désirs selon les mêmes principes. Les éléments de base de la construction sont cette fois les sensations en tant qu’elles sont agréables ou désagréables, c’est-à-dire les plaisirs et les peines : à partir du plaisir, de la peine et des lois d’association, l’ensemble de la vie affective et active de l’homme peut être déroulé. L’association d’une sensation agréable ou désagréable avec l’idée d’un événement futur suscite l’espoir ou la crainte ; si cette association est indissoluble, la certitude de la liaison transforme l’espoir en joie et la crainte en chagrin ; l’association d’une sensation agréable, ou son idée, à l’idée d’un objet selon le principe de causalité engendre de l’amour envers cet objet ; de la haine si la sensation est désagréable ; lorsqu’une de nos actions aboutit à un plaisir, les deux se trouvent associés de sorte que l’idée du plaisir devient le motif de nos actions futures : c’est la volonté. Enfin, le moi lui-même est expliqué comme résultant du système composé par les associations propres d’un individu. Les psychologues en trouvent la confirmation par la négative dans le fait que si certaines associations viennent à être perturbées ou désintégrées dans le système mental d’un individu, il peut se produire une dissociation de sa personnalité, les deux systèmes d’association coexistant désormais sous le même crâne sans être reliés l’un à l’autre. L’unité de la personnalité n’a donc pas à être posée en principe, comme le pensaient les psychologues spiritualistes, elle n’est qu’un résultat.

9Ribot a parfaitement résumé la conscience qu’ont eue les associationnistes de cette époque de faire franchir à la psychologie un seuil épistémologique, en passant de la simple classification des états mentaux en diverses facultés nominales à leur explication par génération à partir d’une même origine (selon une analogie qui, cette fois, s’inspire plus de Darwin que de Newton) :

  • 7  The Senses and the Intellect (1855) de A. Bain est considéré comme l’exposé le plus achevé de l’as (...)
  • 8  T. Ribot, La psychologie anglaise contemporaine (école expérimentale), ouvr. cité, p. 243-244.

L’usage le plus répandu […] consiste à répartir les phénomènes intellectuels en classes, à séparer ceux qui diffèrent, à grouper ensemble ceux de même nature, à leur imposer un nom commun et à les attribuer à une même cause ; c’est ainsi qu’on en est arrivé à distinguer ces divers aspects de l’intelligence qu’on appelle jugement, raisonnement, abstraction, perception, etc. […] En quoi donc la manière de procéder de M. Bain7 est-elle supérieure à la méthode des facultés ? C’est que celle-ci n’est qu’une classification, tandis que la sienne est une explication. Entre la psychologie qui ramène les faits intellectuels à quelques facultés et celle qui les réduit à la loi unique de l’association, il y a la même différence, selon nous, qu’entre la physique qui attribue les phénomènes à cinq ou six causes, et celle qui ramène la pesanteur, la chaleur, la lumière, etc., au mouvement. Le système des facultés n’explique rien, puisque chacune d’elles n’est qu’un flatus vocis qui ne vaut que par les phénomènes qu’il renferme et ne signifie rien de plus que ces phénomènes. La théorie nouvelle, au contraire, montre que les divers procédés de l’intelligence ne sont que les formes diverses d’une loi unique ; qu’imaginer, déduire, induire, percevoir, etc., c’est combiner les idées d’une manière déterminée ; et que les différences de facultés ne sont que des différences d’association.8

  • 9  Voir dans ce recueil P. Desoche « La liaison des idées chez Malebranche ».
  • 10  Voir J. S. Mill, Système de logique déductive et inductive (1843), trad. L. Peisse, Paris, Ladrang (...)

10Au-delà de cet accord sur le projet scientifique, les associationnistes diffèrent entre eux sur de nombreux points. Le désaccord le plus important concerne sans doute le lieu des associations : prolongeant une oscillation qu’on observait déjà chez Malebranche, ils se partagent pour savoir si les associations ont lieu dans le cerveau ou dans l’esprit9. Le problème est cependant radicalisé au xixe siècle. Puisque l’association explique l’ensemble du fonctionnement psychique, le désaccord porte sur le statut même de la psychologie : doit-elle se réduire entièrement à la physiologie ou bien peut-elle encore revendiquer une certaine autonomie ? Certains, comme J. S. Mill, suivent Hume en reconnaissant dans les associations de véritables lois primitives de l’esprit, qu’on peut observer sans forger d’hypothèses sur leurs causes physiologiques. D’ailleurs, selon lui, la connaissance du système nerveux est encore trop incertaine pour qu’on prétende en déduire une explication de l’esprit. L’étude directe des associations entre les idées elles-mêmes reste donc la voie la plus fiable, si bien qu’on peut affirmer l’existence d’une science de l’esprit distincte et séparée10.

  • 11  Voir S. Nicolas, Histoire de la psychologie, Paris, Dunod, 2001, p. 13.

11D’autres suivent plutôt le médecin matérialiste David Hartley (1705-1757), qui, à la même époque que Hume, donnait un fondement physiologique aux associations psychologiques grâce à la théorie des vibrations empruntée à Newton, dans un schéma explicatif qui reste finalement le même que celui des traces cérébrales. Les objets extérieurs, par leurs impressions sur les sens, causent dans les nerfs puis dans le cerveau de très petites vibrations consistant en ondulations mécaniques de particules. Ces vibrations produisent d’abord des sensations puis des images. Lorsque les vibrations des fibres A, B, C, etc., ont été associées un nombre de fois suffisant, les idées qui en découlent se lient entre elles, de telle façon que la vibration ultérieure de la fibre A suscitera non seulement l’idée A, mais également toutes les autres idées de la série. Tous les principes d’associations (ressemblance, causalité, contraste) sont donc ramenés au principe de contiguïté11. Cette interprétation matérialiste de l’associationnisme est à l’origine de la théorie de la « conscience épiphénomène » au xixe siècle, dont Thomas Huxley et Henry Maudsley sont les principales figures. Selon cette interprétation, si un état de conscience a est le corrélat d’un mouvement nerveux A, et si b est l’état de conscience correspondant au mouvement nerveux B, il n’y a pas, lors du processus d’association, de transition directe, au niveau psychique, de a à b ; c’est A qui est cause de B, et par conséquent, si b est éveillé, ce n’est pas parce qu’il est associé dans l’esprit à a, mais parce qu’il est produit par le mouvement nerveux B. L’association des états de conscience (a - b) ne s’explique ici que par une causalité purement nerveuse (A - B). Dès lors, la conscience ne fait qu’accompagner la série des phénomènes nerveux comme la fumée s’échappe de la cheminée d’un train : elle n’a aucune efficacité causale et n’est qu’un spectateur inerte, jamais un agent. Les processus nerveux obéissent aux lois de la nature qui font qu’ils s’enchaînent selon un ordre déterminé, et la conscience, simple ombre portée incapable de réagir, n’interfère pas dans ce rigoureux déterminisme : les hommes sont des « automates conscients ». La conscience pourrait bien disparaître sans que rien ne soit changé dans leur histoire (on peut expliquer la vie de Shakespeare sans supposer qu’il eut jamais de sentiment), si bien que la psychologie est également vouée à disparaître comme discipline séparée.

12Émergeant à la fin du xviie siècle, se développant au xviiie et trouvant sa forme achevée au milieu du xixe, la psychologie associationniste s’est quasiment confondue avec l’idée d’une psychologie comme science empirique. Elle fit l’objet de critiques systématiques à la fin du xixe siècle de la part d’auteurs comme William James ou Henri Bergson. Celles-ci se sont ordonnées en trois grandes directions : contre la conception atomiste des données immédiates de la conscience qui sous-tend l’associationnisme ; contre la conception structurale de l’esprit qu’il implique et qui méconnaît la fonction des associations dans un contexte de lutte pour la survie (l’esprit n’associe pas pour rien, pour le plaisir, mais dans le but de réagir de la manière la plus adaptée, si bien que la liaison entre les idées est seconde par rapport aux relations de l’organisme à l’environnement et qu’il existe une loi d’intérêt plus profonde que les lois d’association) ; enfin contre la conception métaphysique du déterminisme psychologique à laquelle il aboutit et qui est contredite au niveau même de la psychologie par l’étude renouvelée de l’attention (l’esprit n’est pas passif, mais il filtre parmi toutes les impressions qu’il reçoit celles qui sont pertinentes à un moment donné) et plus généralement du pouvoir sélectif de l’esprit (l’esprit dissocie autant sinon plus qu’il associe, et certains psychologues voient dans cette activité de sélection ou de choix la première manifestation de la liberté humaine). À ces trois grandes critiques, l’association devait survivre, mais non pas l’associationnisme : l’association redevint un simple chapitre de la psychologie, retournant à son sens original de transition automatique réglée d’un état de conscience à un autre. Mais au-delà de ces critiques directes de l’associationnisme, le projet qu’il incarnait est tombé en désuétude avec l’ambition développée tout au long du siècle de faire de la psychologie non plus seulement une science empirique mais une science expérimentale. Dans le siècle de la Méthodologie, l’étude des régularités de l’esprit ne pouvait suffire à faire de la psychologie une science. La possibilité de réussir des expérimentations en psychologie, ne serait-ce que sur quelques points isolés, allait devenir un défi plus important que de tenter de ramener l’ensemble de l’activité mentale à un seul et même principe. Ce fut désormais aux Allemands plutôt qu’aux Anglais de définir le modèle du psychologue.

Haut de page

Notes

1  J. Mill, Analysis of the Phenomena of the Human Mind, 2e édition, Londres, Longmans, Green, Reader and Dyer, London, 1869, p. 70-71 (notre traduction).

2  J. S. Mill, Auguste Comte et le positivisme (1864), trad. G. Clémenceau, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 69 (citation légèrement modifiée par rapport à l’original).

3  T. Ribot, La psychologie anglaise contemporaine (école expérimentale), Paris, Ladrange, 1870, p. 242.

4  H. Taine, De l’intelligence, Paris, Hachette, 1878, 2 vol., t. I, préface, p. 4.

5  Voir dans ce recueil É. Marquer, « Locke : liaison probable et liaison nécessaire », et P.‑L. Autin : « Penser, divaguer : l’association des idées chez Locke ».

6  Bien que réalisé de manière différente puisque c’est la sensation et non l’association qui tient lieu de principe génétique, ce projet de dérivation de toutes les opérations de l’esprit fut également celui de Condillac, comme le montre le sous-titre newtonien de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746) : Ouvrage où l’on réduit à un seul principe tout ce qui concerne l’entendement humain. Toutefois l’article de M. Chottin, « La liaison des idées chez Condillac : le langage au principe de l’empirisme », offre une perspective différente sur cette question.

7  The Senses and the Intellect (1855) de A. Bain est considéré comme l’exposé le plus achevé de l’associationnisme anglais ; on y lit dans la préface de la première édition : « Concernant l’intellect, la division en facultés est abandonnée. L’exposition repose entièrement sur les Lois d’Association, qui sont présentées en détail et suivies dans leurs diverses applications. » (Londres, Longmans et Green, 1864, 2e édition, p. viii)

8  T. Ribot, La psychologie anglaise contemporaine (école expérimentale), ouvr. cité, p. 243-244.

9  Voir dans ce recueil P. Desoche « La liaison des idées chez Malebranche ».

10  Voir J. S. Mill, Système de logique déductive et inductive (1843), trad. L. Peisse, Paris, Ladrange, 1866, 2 vol., t. II, p. 434-437.

11  Voir S. Nicolas, Histoire de la psychologie, Paris, Dunod, 2001, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Madelrieux, « Conclusion. Le projet scientifique de la psychologie associationniste », Astérion [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://asterion.revues.org/2529

Haut de page

Auteur

Stéphane Madelrieux

Stéphane Madelrieux, maître de conférences en philosophie à l’Université Jean Moulin - Lyon 3 (IRPHIL) et membre de l’Institut universitaire de France, est spécialiste du pragmatisme et de William James. Il a publié : William James. L’attitude empiriste, Paris, PUF, 2008 ; Bergson et James cent ans après, Paris, PUF, 2011.

Haut de page