Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Résumés

Malebranche précise et développe, dans La Recherche de la vérité, les suggestions cartésiennes concernant la liaison des idées et joue, ce faisant, un rôle majeur dans la transmission de ce thème aux auteurs du xviiie siècle. L’analyse précise des variantes du texte montre cependant que Malebranche ne se contente pas de reprendre le modèle psycho-physiologique proposé par Descartes mais introduit un nouveau type de liaison des idées, s’opérant directement dans l’esprit et non plus par l’intermédiaire du cerveau.

Haut de page

Texte intégral

1Si Malebranche ne consacre qu’un chapitre de la Recherche de la vérité à l’explication de la « liaison des idées » et n’y reviendra plus expressément dans la suite de son œuvre, il n’en souligne pas moins fortement l’importance théorique pour la science de l’homme :

  • 1  Malebranche, De la Recherche de la vérité (ci-dessous RV), II-1, 5, dans Œuvres complètes, Paris, (...)

[L]a liaison mutuelle des traces & par conséquent des idées les unes avec les autres n’est pas seulement le fondement de toutes les figures de la Rhétorique : mais encore d’une infinité d’autres choses de plus grande conséquence dans la Morale, dans la Politique, et généralement dans toutes les sciences, qui ont quelque rapport à l’homme.1

  • 2  Voir RV, ouvr. cité, texte de la 1re édition, variante a p. 212 : « La propriété de l’imagination, (...)
  • 3  Voir « Conclusion des trois premiers livres », RV, ouvr. cité, p. 488 : l’esprit imagine « lorsqu’ (...)
  • 4  RV, ouvr. cité, II-1, 5, p. 214.
  • 5  Ibid., p. 222.

2Cette citation montre déjà que la liaison des idées est inséparable chez l’oratorien de la thématique des traces cervicales. L’analyse de cette liaison a lieu en effet dans le second livre de la Recherche, au titre, donc, de l’examen de l’imagination, dont elle est une « propriété »2. L’imagination est en général la faculté qu’a l’âme d’apercevoir ou de se représenter des images des choses en leur absence, lorsque des « traces » se forment dans les « fibres » du cerveau à cause d’une excitation interne par le mouvement des « esprits animaux » et non par l’action d’un objet extérieur sur les organes des sens3. Si donc « les traces réveillées dans le cerveau réveillent des idées dans l’esprit » et si d’autre part « les traces du cerveau sont liées les unes avec les autres »4, les idées correspondant à ces traces se trouvent alors liées elles aussi. La « liaison des idées » s’opère ainsi par l’intermédiaire d’une connexion intra-cérébrale : il s’agit plutôt, pour parler précisément, « de la liaison des traces les unes avec les autres, et par conséquent de celle qui est entre les idées qui répondent à ces traces »5.

3Que des pensées puissent se trouver associées à cause d’un certain pli du cerveau, c’est ce que Descartes avait déjà remarqué, en particulier dans la célèbre lettre à Chanut sur l’amour :

  • 6  Lettre à Chanut du 6 juin 1647, AT V p. 57.

Lors que j’estois enfant, j’aimois une jeune fille de mon âge, qui estoit un peu louche ; au moyen de quoy, l’impression qui se faisoit par la veuë en mon cerveau, quand je regardois ses yeux égarez, se joignoit tellement à celle qui s’y faisoit aussi pour émouvoir en moy la passion de l’amour, que long-temps apres, en voyant des personnes louches, je me sentois plus enclin à les aimer qu’à en aimer d’autres, pour cela seul qu’elles avoient ce défaut.6

4Il pourra dès lors sembler que Malebranche se contente de reprendre à son compte ce modèle psycho-physiologique et, comme on le verra, de le préciser en analysant systématiquement les différentes causes de la liaison des traces et donc des idées.

5On voudrait montrer ici que le chapitre de la Recherche consacré à la liaison des idées est plus ambigu et comporte plus de difficultés que ne le laisserait penser cette simple présentation. Il importe pour cela de souligner d’abord un fait, susceptible à lui seul d’éveiller la curiosité et la vigilance de l’interprète : si Malebranche, on le sait, avait pour coutume de corriger ses textes à l’occasion de leur réédition, le chapitre en question est sans doute le passage de la Recherche qui s’est vu au fil des ans le plus modifié. Or, l’examen attentif de ces variantes fait apparaître que la version finale du chapitre, loin d’éclaircir ou de préciser la doctrine, est en fait nettement plus problématique que le texte de la première édition. On soutiendra l’hypothèse que les difficultés inhérentes à la version modifiée du texte proviennent de l’introduction subreptice d’un nouveau type de liaison des idées, irréductible au modèle « cartésien » de la liaison des idées par l’intermédiaire des traces cervicales qui leur correspondent. Restera alors à comprendre pourquoi Malebranche s’est arrêté au milieu du gué, en faisant intervenir cette liaison directe des idées dans l’esprit qui cependant reste sous-jacente et n’est jamais explicitée.

  • 7  Passage conservé dans la dernière édition, RV, ouvr. cité, p. 222.
  • 8  Le texte initial du chapitre est reproduit en RV, ouvr. cité, p. 212-214 (variante a) et la phrase (...)

6Dans la première édition de La Recherche de la Vérité (1675), l’examen de la liaison des idées a lieu au chapitre 3 de la deuxième partie du second livre. Malebranche énonce d’emblée le principe de cette liaison : « Cette liaison consiste en ce que les traces du cerveau se lient si bien les unes avec les autres, qu’elles ne peuvent plus se réveiller sans toutes celles qui ont été imprimées dans le même temps. »7 Il s’agit donc d’abord d’une liaison des traces du cerveau, laquelle entraîne une liaison indirecte des idées correspondant à ces traces. « Il y a plusieurs causes de la liaison des idées »8, précise Malebranche, qui sont en fait des causes de la liaison des traces du cerveau. Il convient de considérer d’abord la troisième et dernière de ces causes, qui non seulement est la plus importante mais surtout qui conduit Malebranche à préciser le modèle physique ou physiologique de la liaison des traces :

  • 9  RV, ouvr. cité, p. 214. Il s’agit par ce mécanisme d’expliquer notamment le phénomène psychologiqu (...)

La troisième cause de la liaison des idées les unes avec les autres, qui est la principale, & celle qui a le plus d’étendue, c’est l’identité du tems auquel les traces de ces idées ont esté imprimées. Car il suffit, que plusieurs traces, & plusieurs émotions d’esprits animaux ayent esté produites dans le mesme temps, afin qu’elles ne se réveillent plus toutes seules, à cause que les esprits animaux trouvant le chemin de toutes les traces, qui se sont faites en mesme temps, entrouvert, ils y continuent leur chemin, parce qu’ils y passent plus facilement, que par les autres endroits du cerveau.9

7La liaison des idées se fonde ainsi sur le fait qu’après que les esprits animaux ont imprimé une trace dans les fibres du cerveau, celles-ci conservent un certain pli, c’est-à-dire une facilité à recevoir la même trace. Il s’agit du principe de la mémoire, qui est expliqué dans la première partie du second livre de La Recherche :

  • 10  RV II-1, 5, ouvr. cité, Œuvres complètes, p. 224-225.

[D]e même que les branches d’un arbre, qui ont demeuré quelque temps ployées d’une certaine façon, conservent quelque facilité pour être ploïées de nouveau de la même manière : ainsi les fibres du cerveau aïant une fois receu certaines impressions par le cours des esprits animaux, & par l’action des objets, gardent assez long-temps quelque facilité pour recevoir ces mêmes dispositions. Or la mémoire ne consiste que dans cette facilité ; puisque l’on pense aux mêmes choses, lorsque le cerveau reçoit les mêmes impressions.10

  • 11  Voir Passions de l’âme, art. 42, AT XI, p. 360 : les traces que laisse un objet dans le cerveau «  (...)
  • 12  Voir Essai sur l’origine des connaissances humaines, I, 2, 2, § 24, Paris, Vrin, 2002, p. 29 : « Q (...)
  • 13  Descartes opérait déjà dans le Traité de l’homme une extension identique de la « mémoire » d’une t (...)

8Malebranche reprend ici l’explication physique de la mémoire comme facilité acquise de mouvement ou de passage des esprits animaux que donnait déjà Descartes dans les Passions de l’âme11 et dont on entend encore l’écho chez Condillac12. De cette disposition à reproduire les mêmes traces, Malebranche dérive une disposition à reproduire ensemble « toutes les traces, qui se sont faites en mesme temps », sans expliquer clairement, à dire vrai, de quelle façon les traces imprimées simultanément se trouvent liées ou connectées dans le cerveau13.

9Si donc deux traces se trouvent liées mécaniquement ou involontairement lorsqu’elles se produisent en même temps, il est possible aussi de régler cette liaison ou de la produire volontairement. La seconde cause de la liaison des idées – la première dans le texte – est ainsi « la volonté des hommes » :

  • 14  RV, ouvr. cité, p. 212. L’auteur souligne.

Il depend de leur volonté d’attacher les idées des choses aux sons, aux caracteres, ou à d’autres choses selon qu’il leur plaist. Si un homme, par exemple, me voulant parler de quelque chose de Geométrie me dit : par le sommet de l’angle, j’entens le point, où concourent les deux lignes qui le forment : j’attacheray si bien avec le temps l’impression, que fait dans mon cerveau le son de ces mots, sommet de l’angle, avec les traces qui me representent le sommet d’un angle, que dés que cette personne me prononcera le mot, je me représenteray la chose.14

  • 15  Ibid., p. 213. Cette remarque donne lieu à une critique, qui sera développée dans les éditions ult (...)

10Cette liaison volontaire permet ainsi de rendre compte de l’institution des signes du langage. Si l’association d’un son ou d’un caractère avec une idée est arbitraire ou conventionnelle, sa force dépend néanmoins de la répétition et de l’usage : « Il faut du temps, & de l’aplication, pour lier les traces de differentes impressions à nos idées. »15

11Qu’elles soient volontaires ou pas, les liaisons produites par ces deux premières causes sont acquises. Mais il existe aussi selon Malebranche des liaisons naturelles entre les traces, c’est-à-dire des associations innées et donc communes à tous les hommes :

  • 16  Ibid., p. 213-214.

La seconde cause de la liaison des idées & des traces du cerveau les unes avec les autres, & des mouvemens des esprits animaux avec les traces, c’est la nature, je veux dire la disposition des fibres de nostre cerveau, que nous avons dés nostre naissance […]. La liaison par exemple, qui se trouve entre les traces & les mouvements des cris, & de la douleur, ne vient point de la volonté, & le son de ceux qui crient ayant frappé les oreilles des autres hommes réveille des traces naturellement, & indépendamment de leur volonté.16

  • 17  Ibid., p. 214.

12Malebranche, là encore, n’explique pas davantage comment ces liaisons sont préformées dans le cerveau mais souligne seulement leur finalité : ces associations constantes, qui ne peuvent être rompues, sont nécessaires pour la conservation de la vie et manifestent ainsi « la sagesse profonde & infinie de l’Auteur de la nature »17.

  • 18  RV II-1, 5, ouvr. cité, p. 223 : « Par exemple, la trace d’une grande hauteur que l’on voit au des (...)
  • 19  Ouvr. cité, I, 2, 9, § 78, p. 49.
  • 20  Ibid., § 76, p. 48.
  • 21  Il est significatif à cet égard qu’en citant le passage de Malebranche consacré à la liaison natur (...)
  • 22  RV II-3, ouvr. cité, « Conclusion des deux premiers livres », p. 376.

13Cette rapide présentation suffit pour voir que, dans la première édition de La Recherche, Malebranche reste strictement fidèle au modèle cartésien, psycho-physiologique, de la liaison des idées, qu’il se contente de préciser et de systématiser en analysant les différentes causes de ces liaisons. Cette distinction des trois causes possibles de la liaison des idées, qui constitue dès lors la contribution propre de l’oratorien à la théorie de l’association des idées, sera du reste reprise et discutée plus tard par Condillac. Citant un passage des éditions postérieures de La Recherche18, celui-ci conteste en effet le caractère naturel de certaines liaisons ; selon lui, elles dépendent toutes de l’expérience et sont donc acquises : « Mallebranche se trompe pour avoir confondu ce qui est naturel, ou en nous dès la naissance, avec ce qui est commun à tous les hommes. »19 Condillac ne retient donc que deux des trois causes distinguées par Malebranche : « Les liaisons d’idées se font dans l’imagination de deux manières : quelques fois volontairement, et d’autres fois elles ne sont que l’effet d’une impression étrangère. »20 Mais, au-delà de cette discussion, la différence principale entre les deux auteurs est que Condillac, fidèle en cela à Locke, met méthodiquement entre parenthèses le soubassement physiologique de la liaison des idées21 et analyse seulement les opérations de l’âme telles qu’elles se donnent dans la conscience, alors que tout le propos de Malebranche consiste au contraire à souligner que la liaison des idées ne se fait pas dans l’esprit mais dans le corps ou, en d’autres termes, que les lois qui gouvernent la liaison des idées ne sont autres que les lois du mouvement des corps. Lorsque l’esprit lie deux idées et en général lorsqu’il imagine, il pense « par le corps ou par dépendance du corps »22.

  • 23  RV, ouvr. cité, p. 212 variante a.
  • 24  Ibid., p. 212.
  • 25  Œuvres complètes, ouvr. cité, p. 212 variante a.

14Ce chapitre consacré à la liaison des idées est entièrement réécrit et considérablement augmenté dès la seconde édition de La Recherche (1676) ; il s’intitule alors : « De la liaison mutuelle des idées de l’esprit & des traces du cerveau, & de la liaison mutuelle des traces avec les traces & des idées avec les idées »23. À partir de la cinquième édition (1700), le texte est déplacé dans la première partie du livre II et joint au chapitre 5, qui traitait déjà de la mémoire et de l’habitude et qui se présente dès lors de la façon suivante : « I. De la liaison des idées de l’esprit avec les traces du cerveau. II. De la liaison reciproque qui est entre ces traces. III. De la mémoire. IV. Des habitudes. »24. Il suffit apparemment de lire ces titres successifs pour voir le sens des modifications apportées par Malebranche : il n’est plus question « [D]e la liaison des idées » – c’était le titre du chapitre dans la première édition25 – et l’oratorien distingue désormais clairement la liaison des idées et des traces et la liaison des traces entre elles qui, ensemble, produisent la liaison apparente des idées. Il s’agit donc de développer l’explication de ces deux liaisons combinées et de dissiper la confusion inhérente à l’expression « liaison des idées ». Plus précisément, le commencement du chapitre initial est reporté au début de la seconde section du texte définitif (« De la liaison mutuelle des traces ») et est donc dorénavant précédé par l’explication de la liaison des idées et des traces du cerveau. Cette liaison constitue l’un des deux principes généraux de l’union de l’âme et du corps :

  • 26  RV, ouvr. cité, II-1, 5, p. 215-216. Le second principe est la « correspondance naturelle et mutue (...)

Toute l’alliance de l’esprit et du corps […] consiste dans une correspondance naturelle & mutuelle des pensées de l’ame avec les traces du cerveau […]. Dés que l’âme reçoit quelques nouvelles idées, il s’imprime dans le cerveau de nouvelles traces, & dés que les objets produisent de nouvelles traces, l’ame reçoit de nouvelles idées.26

  • 27  Voir RV, ouvr. cité, II-1, 1, p. 191-192.

15Il n’y a rien, jusqu’ici, qui fasse difficulté puisque Malebranche ne fait ainsi, d’une part, qu’expliciter la liaison des idées et des traces qui était effectivement présupposée sans être examinée dans le texte de la première édition et, d’autre part, que répéter le principe de correspondance psycho-physique qu’il avait déjà énoncé au début du livre II pour expliquer en général ce qu’est l’imagination27.

  • 28  Ibid., II-1, 5, p. 216.

16Mais le texte se complique et s’obscurcit lorsque l’oratorien, après avoir énoncé en général cette loi de correspondance, entreprend de distinguer « trois causes de la liaison des idées et des traces »28. Il reprend alors – dans un ordre différent – les trois causes mentionnées dans la première édition, c’est-à-dire les causes de la liaison des traces entre elles, qui deviennent donc des causes de la liaison des idées et des traces. Cet étrange transfert des trois causes d’un type de liaison à un autre pose un problème doctrinal considérable, qui n’a guère été relevé par les commentateurs de Malebranche : en tant que la liaison des idées et des traces n’est rien d’autre que l’union de l’âme et du corps, elle ne peut avoir qu’une seule cause, qui est la volonté divine. Comme l’indique Malebranche lui-même, cette liaison des idées et des traces se fait « en conséquence des loix générales de l’union de l’âme & du corps » (ibid.), lois qui ne sauraient être modifiées par le hasard ou par la volonté des hommes. L’oratorien n’aurait ainsi dû retenir que la première des trois causes, c’est-à-dire « la nature, ou la volonté constante, & immuable du Créateur » (ibid.). Loin de clarifier le chapitre initial, en distinguant la liaison psycho-physique des idées et des traces selon les lois de l’union de l’âme et du corps, et la liaison physique des traces entre elles selon les lois du mouvement des corps, la version définitive du texte introduit en fait une grave confusion en attribuant à la première liaison les causes de la seconde, ce qui est incompatible avec les principes du système malebranchiste.

17Notre hypothèse est qu’il ne s’agit là que d’un problème apparent, qui naît d’une confusion, qui elle est réelle, entre deux types de liaison différents. Autrement dit, lorsque Malebranche engage l’analyse des « trois causes de la liaison des idées et des traces », il en vient en fait subrepticement à parler d’une nouvelle espèce de liaison. Ce glissement est repérable dans l’analyse de la première cause :

Il y a trois causes fort considérables de la liaison des idées avec les traces. La première & que les autres supposent est la nature, ou la volonté constante, & immuable du Créateur. Il y a par exemple une liaison naturelle, et qui ne dépend point de nôtre volonté, entre les traces que produisent un arbre ou une montagne que nous voyons, & les idées d’arbre ou de montagne ; entre les traces que produisent dans notre cerveau le cri d’un homme, ou d’un animal qui souffre & que nous entendons se plaindre, l’air du visage d’un homme qui nous menace ou qui nous craint, & les idées de douleur, de force, de foiblesse, & même entre les sentimens de compassion, de crainte & de courage qui se produisent en nous. (Ibid., p. 216-217)

18Les premiers exemples (l’arbre et la montagne) illustrent la liaison entre la trace produite par un objet lorsqu’il est perçu et l’idée de ce même objet : il s’agit bien ici de la correspondance psycho-physique constitutive de l’union de l’âme et du corps. Mais les exemples suivants sont d’un tout autre type, puisqu’ils affirment une liaison entre la trace produite par un phénomène (le cri) et l’idée d’un autre phénomène (la douleur). Bien que Malebranche ne le dise pas, une même trace cervicale se trouve alors liée à deux idées : lorsqu’un cri produit certaines traces dans le cerveau, l’âme reçoit bien sûr l’idée du cri (elle entend le son) mais aussi l’idée de la douleur.

19On retrouve le même type de liaison dans l’explication des deux autres causes :

La seconde cause de la liaison des idées avec les traces, c’est l’identité du temps. Car il suffit souvent que nous ayons eû certaines pensées dans le temps qu’il y avoit dans nôtre cerveau quelques nouvelles traces, afin que ces traces ne puissent plus se produire sans que nous ayons de nouveau ces mêmes pensées. Si l’idée de Dieu s’est présentée à mon esprit dans le même temps que mon cerveau a été frappé de la vuë de ces trois caractères iah, ou du son de ce même mot ; il suffira que les traces que ces caractères, ou leur son, auront produites se réveillent afin que je pense à Dieu. (Ibid., p. 217)

20La trace cervicale correspondant aux sensations visuelles ou auditives se trouve ainsi liée à une autre idée, en l’occurrence celle de Dieu. Il en va de même pour la « troisième cause », à savoir « la volonté des hommes », qui n’est que l’usage réglé de la précédente : si des hommes ont « l’idée d’un quarré lorsqu’ils entendent prononcer ce mot quarré », c’est qu’il y a une « liaison […] volontaire » entre la trace correspondant au son et l’idée de la figure géométrique (ibid., p. 218-219).

21Ces trois causes ne sont donc pas les causes de la liaison simple entre une idée et une trace mais de la liaison entre une trace et une seconde idée, différente de celle qui lui est naturellement associée. Alors que Malebranche semble vouloir traiter de la correspondance mutuelle des idées et des traces selon les lois de l’union de l’âme et du corps, il parle en fait de la liaison entre des traces qui non seulement correspondent à des « idées sensibles » mais qui se trouvent par surcroît associées à d’autres idées.

22Si ce fait est exact, il conduit à poser au moins trois questions, concernant respectivement la nature de cette nouvelle forme de liaison, les motifs pour lesquels Malebranche ne l’a pas explicitée et enfin les raisons qui ont pu le pousser à modifier sa théorie de la liaison des idées.

  • 29  Cette hypothèse pourrait certes être soutenue dans le cas des liaisons naturelles. Mais pour ne pa (...)

23En premier lieu, comment comprendre cette liaison entre une trace et deux idées ? S’agit-il d’une liaison directe entre la trace et la seconde idée ou d’une liaison par l’intermédiaire de la première idée ? La première hypothèse a déjà été exclue : elle impliquerait en effet que le hasard ou la volonté des hommes puisse changer les lois de l’union de l’âme et du corps29. La liaison entre, par exemple, la trace qui se forme dans le cerveau quand on entend prononcer le mot Dieu et l’idée de Dieu doit donc être décomposée ainsi : la trace est liée (selon les lois constantes de l’union de l’âme et du corps) au son entendu et cette « idée sensible » à son tour est liée (volontairement) à l’idée de Dieu. La condition de ce nouveau type de liaison est par conséquent que deux idées peuvent se lier directement dans l’esprit et pas seulement par l’intermédiaire de leurs traces dans le cerveau. Il faut alors reconnaître qu’il existe dans l’âme des dispositions à lier certaines idées, des plis de la substance même de l’esprit et ces liaisons, de même que les liaisons des traces dans le cerveau, pourront être soit naturelles ou innées (par exemple entre le son du cri et l’idée de la douleur), soit causées par l’expérience et l’usage, et il faudra alors parler de mémoire ou d’habitudes spirituelles.

24Ce qui vient d’être dit donne une indication pour répondre à la seconde question, qui est de savoir pourquoi Malebranche n’a pas explicitement distingué cette espèce de liaison, qui apparaît pourtant dès la seconde édition de la Recherche, de la liaison naturelle des idées et des traces, d’une part, et de la liaison des traces entre elles, d’autre part. Si l’oratorien ne propose qu’une explication psycho-physiologique de la mémoire et des habitudes et ne dit rien par conséquent d’éventuelles dispositions inhérentes à l’esprit lui-même, c’est, comme il l’expliquera ensuite dans le Septième éclaircissement à la Recherche, qu’il nous est impossible de comprendre la nature de l’âme et de ses modifications :

  • 30  Septième Éclaircissement, Œuvres complètes, t. III p. 67. Sur l’absence d’idée claire de l’âme, vo (...)

Je n’avois garde de parler dans ce Chapitre de la mémoire ni des habitudes spirituelles pour plusieurs raisons, dont la principale est que nous n’avons point d’idée claire de nôtre ame. Car quel moyen d’expliquer clairement quelles sont les dispositions que les operations de l’âme laissent en elle, lesquelles dispositions sont ses habitudes, puisqu’on ne connoît pas même clairement la nature de l’âme ?30

  • 31  Septième éclaircissement, Œuvres complètes, t. III p. 68.
  • 32  Onzième éclaircissement, ibid., p. 169.

25Malebranche, certes, admet l’existence de telles dispositions, notamment pour des raisons théologiques : « je croi, & je pense devoir croire, qu’aprés l’action de l’âme il reste dans sa substance certains changements qui la disposent réellement à cette même action »31. Mais il s’abstient scrupuleusement d’en parler, faute de pouvoir en proposer la moindre explication : « On voit sans peine en quoi consiste la facilité que les esprits animaux ont à se répandre dans les nerfs, dans lesquels ils ont déjà coulé plusieurs fois […]. Mais que peut-on concevoir qui soit capable d’augmenter la facilité de l’ame pour agir ou pour penser ? Pour moi j’avoüe que je n’y comprends rien. »32 Cette réticence envers les dispositions spirituelles en général, fondée sur le principe de l’obscurité de l’âme à elle-même, pourrait ainsi expliquer que ces dispositions particulières que sont les liaisons d’idées dans l’esprit demeurent implicites dans le texte de Malebranche.

26Reste enfin la question la plus embarrassante : pourquoi l’oratorien, au risque de la confusion, a-t-il compliqué le modèle psycho-physiologique qu’il exposait dans son texte initial ? Pourquoi, autrement dit, ne s’est-il pas contenté d’affirmer que les idées peuvent se lier par l’intermédiaire de leur trace ? Un passage du chapitre 5 fournit à cet égard un indice important :

  • 33  RV II-1, 5, Œuvres complètes, t. I, p. 219.

Il faut bien remarquer ici que la liaison des idées qui nous représentent des choses spirituelles distinguées de nous avec les traces de notre cerveau, n’est point naturelle et ne le peut être […]. Au contraire la liaison des idées de toutes les choses matérielles avec certaines traces particuliéres est naturelle, & par conséquent il y a certaines traces qui réveillent la même idée dans tous les hommes. On ne peut douter par éxemple que tous les hommes n’ayent l’idée d’un quarré à la vûë d’un quarré, parce que cette liaison est naturelle.33

  • 34  RV, ouvr. cité, I, 4, 1, ibid., t. I, p. 67.
  • 35  Ibid., III-1, 1, p. 381. Voir RV I, 4, p. 66 : l’âme « apperçoit par l’entendement pur les choses (...)

27L’exemple du carré montre que la « liaison naturelle » dont parle ici Malebranche est la correspondance mutuelle, selon les lois de l’union de l’âme et du corps, entre l’idée d’un objet et les traces produites par la perception ou l’imagination de cet objet. Or, les idées des choses spirituelles ne sauraient être prises dans aucune liaison de ce genre puisque ce qu’elles représentent ne peut être ni perçu ni imaginé mais doit faire l’objet d’une pure intellection : « Si [les choses que nous apercevons] sont spirituelles, il n’y a que l’entendement pur qui les puisse connoître. »34 L’entendement pur se définit précisément comme une faculté de connaître indépendamment de toute trace cervicale : « Par ce mot entendement pur, nous ne prétendons désigner que la faculté qu’a l’esprit de connoître les objets de dehors, sans qu’il s’en forme des images corporelles dans le cerveau pour les représenter. »35

  • 36  RV, ouvr. cité, II-1, 5, p. 217.

28Si donc aucune trace ne correspond naturellement aux idées des choses spirituelles, le modèle psycho-physiologique de la liaison des idées par l’intermédiaire de leur trace est incapable d’expliquer comment l’idée de Dieu, par exemple, s’associe au son du mot Dieu. Il était par conséquent nécessaire, pour penser notamment « la liaison des idées avec les sons & certains caractères »36, c’est-à-dire les signes d’institution, d’introduire un nouveau mode de liaison permettant d’associer une idée intellectuelle et une idée des sens ou de l’imagination. L’enjeu sous-jacent de la réécriture du chapitre serait ainsi l’extension de la liaison des idées aux idées de l’entendement pur.

29Un passage du cinquième livre de la Recherche vient confirmer cette hypothèse :

  • 37  Ibid., V, 2, Œuvres complètes, t. II, p. 139-140.

La connoissance des choses spirituelles est toujours accompagnée de quelques traces du cerveau qui rendent cette connoissance plus vive, mais d’ordinaire plus confuse. Il est vrai que bien souvent on ne reconnoît pas que l’on imagine quelque peu, dans le même tems que l’on conçoit une vérité abstraite. La raison en est, que ces véritez n’ont point d’images ou de traces instituées de la nature pour les représenter, & que toutes les traces qui les réveillent, n’ont point d’autre rapport avec elles, que celui que la volonté des hommes ou le hazard y a mis. Car les Arithméticiens, & les Analystes mêmes, qui ne considerent que des choses abstraites, se servent tres-fort de leur imagination pour arrêter la vûë de leur esprit sur leurs idées. Les chiffres, les lettres de l’alphabet, & les autres figures qui se voyent ou qui s’imaginent, sont toûjours jointes aux idées qu’ils ont des choses ; quoique les traces qui se forment de ces caractéres n’y ayent point de rapport […]. Les idées des choses, qui ne peuvent être apperçûës que par l’esprit pur, [peuvent] donc être liées avec les traces du cerveau.37

  • 38  Ibid., 4, Œuvres complètes, t. I, p. 66-67 : « parce qu’on ne peut pas se former des images des ch (...)
  • 39  Lettre à Reneri pour Pollot [mars 1638], AT II, p. 38.
  • 40  RV III-1, 2, p. 391.
  • 41  Huitième éclaircissement, Œuvres complètes, t. III p. 106.

30Si les « choses spirituelles » ne peuvent être imaginées38, les idées qui les représentent et qui sont en elles-mêmes de pures intellections peuvent cependant être liées à des images et le sont en fait toujours. La liaison des idées, qui est d’abord conçue seulement comme une liaison entre deux images – c’est-à-dire entre deux idées liées à des traces cervicales – devient ainsi liaison entre une idée intellectuelle et une image, c’est-à-dire liaison entre l’entendement pur et l’imagination et finalement liaison constante entre l’âme et le corps. Descartes affirmait que « l’ame peut penser sans le corps »39. Si Malebranche maintient qu’en droit les « pensées de pure intellection […] ne laissent point de trace dans le cerveau »40, il souligne cependant qu’en fait « Nous ne sommes pas de pures intelligences »41 et que toute pensée dès lors s’accompagne d’une modification corporelle. L’âme ne pense jamais sans le corps, autrement dit ne pense jamais sans image : telle est l’inattendue conclusion à laquelle conduit chez Malebranche l’examen de la liaison des idées.

Haut de page

Notes

1  Malebranche, De la Recherche de la vérité (ci-dessous RV), II-1, 5, dans Œuvres complètes, Paris, Vrin, 1962-1990, 23 tomes, ici t. I, p. 222-223.

2  Voir RV, ouvr. cité, texte de la 1re édition, variante a p. 212 : « La propriété de l’imagination, sur laquelle il est absolument nécessaire de beaucoup méditer, et de la connaissance de laquelle dépendent toutes les sciences, qui ont quelque rapport à l’esprit de l’homme est la liaison des idées. »

3  Voir « Conclusion des trois premiers livres », RV, ouvr. cité, p. 488 : l’esprit imagine « lorsqu’il reçoit de Dieu des idées confonduës avec des images, lesquelles font une espèce de sensations faibles et languissantes, que l’esprit ne reçoit, qu’à cause de quelques traces qui se produisent, ou qui se réveillent dans le cerveau par le cours des esprits ».

4  RV, ouvr. cité, II-1, 5, p. 214.

5  Ibid., p. 222.

6  Lettre à Chanut du 6 juin 1647, AT V p. 57.

7  Passage conservé dans la dernière édition, RV, ouvr. cité, p. 222.

8  Le texte initial du chapitre est reproduit en RV, ouvr. cité, p. 212-214 (variante a) et la phrase citée se situe p. 212.

9  RV, ouvr. cité, p. 214. Il s’agit par ce mécanisme d’expliquer notamment le phénomène psychologique de l’évocation d’un souvenir total par un souvenir partiel.

10  RV II-1, 5, ouvr. cité, Œuvres complètes, p. 224-225.

11  Voir Passions de l’âme, art. 42, AT XI, p. 360 : les traces que laisse un objet dans le cerveau « ne sont autre chose, sinon que les pores du cerveau, par où les esprits ont auparavant pris leur cours à cause de la presence de cet objet, ont acquis par cela une plus grande facilité que les autres, à estre ouverts derechef en mesme façon par les esprits qui vienent vers eux. En sorte que ces esprits, rencontrant ces pores, entrent dedans plus facilement que dans les autres : au moyen de quoy ils excitent un mouvement particulier en la glande, lequel représente à l’âme le mesme objet […] ».

12  Voir Essai sur l’origine des connaissances humaines, I, 2, 2, § 24, Paris, Vrin, 2002, p. 29 : « Quand une perception est familière, les fibres du cerveau, accoutumées à fléchir sous l’action des objets, obéissent plus facilement à nos efforts. »

13  Descartes opérait déjà dans le Traité de l’homme une extension identique de la « mémoire » d’une trace à l’association des traces concomitantes, sans parvenir à en donner un modèle physique convaincant (voir AT XI, p. 177-179).

14  RV, ouvr. cité, p. 212. L’auteur souligne.

15  Ibid., p. 213. Cette remarque donne lieu à une critique, qui sera développée dans les éditions ultérieures de la Recherche, des « écrivains qui fabriquent un grand nombre de mots, & de caractéres nouveaux pour expliquer leurs sentimens » (RV II-1, 5, Œuvres complètes, p. 221).

16  Ibid., p. 213-214.

17  Ibid., p. 214.

18  RV II-1, 5, ouvr. cité, p. 223 : « Par exemple, la trace d’une grande hauteur que l’on voit au dessous de soi, & de laquelle on est en danger de tomber, ou la trace de quelque grand corps qui est prêt à tomber sur nous & à nous écraser, est naturellement liée avec celle qui nous réprésente la mort ; & avec une émotion des esprits qui nous dispose à la fuite, et au desir de fuir. Cette liaison ne change jamais, parce qu’il est nécessaire qu’elle soit toûjours la même ; & elle consiste dans une disposition des fibres du cerveau, que nous avons dés notre naissance. »

19  Ouvr. cité, I, 2, 9, § 78, p. 49.

20  Ibid., § 76, p. 48.

21  Il est significatif à cet égard qu’en citant le passage de Malebranche consacré à la liaison naturelle des traces, Condillac remplace systématiquement « trace » par « idée ». Si Condillac maintient en apparence l’hypothèse d’une corrélation psycho-physique, il la déclare tout à fait indifférente à son propos ; voir ibid., I, 2, 2, § 24, p. 29, en note : « Je suppose ici et ailleurs que les perceptions de l’ame ont pour cause physique l’ébranlement des fibres du cerveau, non que je regarde cette hypothèse comme démontrée, mais parce qu’elle me paroît plus commode pour expliquer ma pensée. Si la chose ne se fait pas de cette manière, elle se fait de quelque autre qui n’en est pas bien différente […] tout cela est égal pour le dessein que j’ai en vue. »

22  RV II-3, ouvr. cité, « Conclusion des deux premiers livres », p. 376.

23  RV, ouvr. cité, p. 212 variante a.

24  Ibid., p. 212.

25  Œuvres complètes, ouvr. cité, p. 212 variante a.

26  RV, ouvr. cité, II-1, 5, p. 215-216. Le second principe est la « correspondance naturelle et mutuelle […] des émotions de l’âme avec les mouvements des esprits animaux » (p. 215) et concerne donc les volontés ou inclinations de l’âme.

27  Voir RV, ouvr. cité, II-1, 1, p. 191-192.

28  Ibid., II-1, 5, p. 216.

29  Cette hypothèse pourrait certes être soutenue dans le cas des liaisons naturelles. Mais pour ne pas multiplier sans raison les types de liaison, on supposera qu’il en va de même que les liaisons soient naturelles ou acquises.

30  Septième Éclaircissement, Œuvres complètes, t. III p. 67. Sur l’absence d’idée claire de l’âme, voir RV III-2, 7, ibid., t. I, p. 451 ainsi que le Onzième éclaircissement à la Recherche, ibid.t. III, p. 163-171.

31  Septième éclaircissement, Œuvres complètes, t. III p. 68.

32  Onzième éclaircissement, ibid., p. 169.

33  RV II-1, 5, Œuvres complètes, t. I, p. 219.

34  RV, ouvr. cité, I, 4, 1, ibid., t. I, p. 67.

35  Ibid., III-1, 1, p. 381. Voir RV I, 4, p. 66 : l’âme « apperçoit par l’entendement pur les choses spirituelles, les universelles, les notions communes, l’idée de la perfection, celle d’un être infiniment parfait, & généralement toutes ses pensées, lors qu’elle les connoît par la réflexion qu’elle fait sur soi. […] Ces sortes de perception s’appellent pures intellections, ou pures perceptions, parce qu’il n’est point nécessaire que l’esprit forme des images corporelles dans le cerveau pour se représenter toutes ces choses ». (L’auteur souligne.)

36  RV, ouvr. cité, II-1, 5, p. 217.

37  Ibid., V, 2, Œuvres complètes, t. II, p. 139-140.

38  Ibid., 4, Œuvres complètes, t. I, p. 66-67 : « parce qu’on ne peut pas se former des images des choses spirituelles, il s’ensuit que l’âme ne les peut pas imaginer ».

39  Lettre à Reneri pour Pollot [mars 1638], AT II, p. 38.

40  RV III-1, 2, p. 391.

41  Huitième éclaircissement, Œuvres complètes, t. III p. 106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Desoche, « La liaison des idées chez Malebranche », Astérion [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 23 juin 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://asterion.revues.org/2483

Haut de page

Auteur

Philippe Desoche

Philippe Desoche, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de philosophie, est professeur en classes préparatoires au lycée Masséna (Nice) et spécialiste de philosophie classique (Malebranche). Il a publié : La volonté, Paris, GF-Flammarion, 1999 ; Le vocabulaire de Malebranche, Paris, Ellipses, 2001 ; « De la Recherche de la vérité de Malebranche », dans Puissances de l’imagination, Paris, GF-Flammarion, 2006.

Haut de page