Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Le principe de la folie et de la raison. Association des idées et liaison des idées aux XVIIe et XVIIIe siècles1

Gabrielle Radica

Résumés

Les auteurs qui, depuis Descartes et Gassendi, ont étudié l’association des idées et lui ont ménagé une place dans leur théorie de la connaissance, ont d’abord vu dans ce phénomène une cause d’erreur et de folie. Peu à peu cependant, qu’il s’agisse d’« association » ou de « liaison » des idées, ce type de phénomènes a été tenu pour un principe explicatif de la connaissance, jusqu’à devenir le principe, comme c’est le cas chez Condillac ou Hume, de toutes nos connaissances, et ce, avant d’être compris comme la loi fondamentale de la psychologie du xixe siècle. Avant cette captation par la psychologie, les philosophes classiques ont montré leurs hésitations et leurs interrogations sur la meilleure façon de décrire ce processus et de l’insérer dans leurs systèmes philosophiques, et ce sont ces difficultés et particularités que les articles du recueil présentés ici cherchent à étudier. La liaison des idées semble en effet défier les oppositions du sujet et de l’objet, de la nature et de l’habitude, du mécanique et du spirituel.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement Delphine Kolesnik-Antoine et Jean-Pascal Anfray pour leur relecture et leurs remarques.

  • 1 La formulation du titre de cet article vient de Condillac ; voir Traité de l’art de penser (1796), (...)
  • 2  Lettre à Chanut du 6 juin 1647, Œuvres de Descartes, C. Adam et A. Tannery éd., Paris, 1897-1909, (...)

Lorsque j’étais enfant, j’aimais une jeune fille de mon âge, qui était un peu louche ; au moyen de quoi, l’impression qui se faisait par la vue en mon cerveau, quand je regardais ses yeux égarés, se joignait tellement à celle qui s’y faisait aussi pour émouvoir en moi la passion de l’amour, que longtemps après, en voyant des personnes louches, je me sentais plus enclin à les aimer qu’à en aimer d’autres, pour cela seul qu’elles avaient ce défaut.
René Descartes2

  • 3  J. S. Mill, Auguste Comte et le positivisme (1864), trad. G. Clémenceau, Paris, L’Harmattan, 1999, (...)

Ce que la loi de gravitation est à l’astronomie, ce que les propriétés élémentaires des tissus sont à la physiologie, les lois d’association des idées le sont à la psychologie.
John Stuart Mill3

  • 4  Voir la conclusion de S. Madelrieux.

1Ces deux textes, rédigés à deux cents ans d’intervalle, incitent à chercher comment, de phénomène accessoire et accidentel, perturbateur de l’ordre de la connaissance et de la raison, et nécessitant d’être expliqué par ses causes, l’association des idées est devenue au xixe siècle le principe universel d’explication de la psychologie4. Chez Hume déjà, qui a inspiré ces psychologues, elle constitue non seulement le principe d’explication des phénomènes mentaux, mais aussi celui de la connaissance humaine. La propension qu’ont deux idées qui ont été une fois liées dans l’esprit à se présenter à nouveau ensemble aurait ainsi été considérée de plus en plus comme un fait avéré, général et explicatif, tant des lois de l’esprit que de celles de la connaissance.

  • 5  R. Descartes, Passions de l’âme, art. 136, AT XI, p. 428-429 : D’où viennent les effets des passio (...)
  • 6  A. Dilly, Traité de l’âme et de la connoissance des bêtes où après avoir démontré la spiritualité (...)
  • 7  Descartes parle de traces, Newton de vibrations, Buffon de cordes. Un auteur ne se contente pas to (...)
  • 8  P. Desoche décèle en effet chez Malebranche la mention d’habitudes de l’esprit indépendantes de ce (...)

2Le cadre dualiste cartésien dans lequel ce phénomène a d’abord été pensé suscite une série d’interrogations sur les modalités de l’association qui sont en jeu : s’agit-il de décrire l’association d’un événement situé dans le corps et répercuté dans le cerveau avec un événement de l’esprit5 ? S’agit-il de l’association de deux traces cérébrales6 ? Et si tel est le cas, quel modèle physique convaincant en donner7 ? L’association des traces provoque-t-elle toujours l’association de deux idées, ou bien l’ordre des pensées peut-il s’émanciper de celui du corps et du cerveau8 ?

Association des traces cérébrales et association des idées

  • 9  Voici quelques textes canoniques sur le sujet : Descartes, Passions de l’âme (1649), II, 136, AT X (...)
  • 10  Voir l’article de P. Desoche.
  • 11  Voir les articles de P.-L. Autin et d’E. Marquer.
  • 12  Voir les articles de M. Chottin et d’A. Charrak.
  • 13  Voir l’article de T. Hoquet.
  • 14  Sur ces questions on consultera A. Charrak, Empirisme et théorie de la connaissance, Paris, Vrin, (...)

3L’étude des penseurs des xviie et xviiie siècles qui ont réfléchi sur ce phénomène9 et en ont généralisé la portée – Descartes, Malebranche10, Locke11, Hume et Condillac12 principalement, mais aussi Buffon13 –, ne se présente pas comme le récit linéaire de la passation de main en main d’une thèse qui prendrait à chaque reprise une ampleur supplémentaire14. Certes, la reconnaissance du processus d’association incite à trouver entre les pensées de Descartes et Malebranche, d’une part, et de Locke et Condillac de l’autre, plus de ressemblance que l’opposition de l’intellectualisme des premiers à l’empirisme des seconds ne semble y autoriser d’ordinaire. Certes, cette reconnaissance a pour conséquence générale de menacer une pensée substantielle des facultés de l’esprit au profit d’une simple considération de ses opérations. Mais il reste qu’une telle prise en compte produit dans chaque système philosophique qui l’accueille des déséquilibres et y apporte des contraintes de réaménagement théorique propres. Il ne suffit donc pas de se demander quel auteur l’avoue, quel auteur l’ignore, mais aussi d’examiner comment chacun l’introduit dans sa pensée et l’y adapte.

  • 15  Traité de l’âme, ouvr. cité, chap. 10, p. 100 : « La cause de la mémoire est tout à fait mécanique (...)
  • 16  Traité de la nature humaine, ouvr. cité, I, I, IV.

4L’acceptation de ce phénomène dans une philosophie donnée pose toujours la question de ses concessions matérialistes, dans la mesure où le cours des idées dans l’esprit se voit soumis à des lois contraignantes, notamment dans le cas où ces lois sont identiques, analogues, ou encore en relation d’expression vis-à-vis des lois auxquelles sont soumis les esprits animaux se frayant un chemin dans différentes « traces » cérébrales. Que l’auteur qui avoue ce modèle de description cérébrale énonce la distinction des substances, comme le fait Descartes, ou se cantonne à une explication matérialiste comme le fait La Mettrie15, il introduit bien une nécessité dans l’esprit. Celle-ci n’étant pas compatible avec la liberté qu’il prête à l’âme, Descartes prend soin de rendre ce phénomène secondaire, périphérique. Mais est-ce suffisant pour repousser le « risque » du matérialisme et préserver l’indépendance de l’âme ? Par ailleurs, suffit-il de refuser de se prononcer sur le soubassement cérébral du phénomène, de s’abstraire des unions de traces et de se focaliser sur les unions d’idées pour se dégager du reproche de matérialisme ? Hume, qui pourtant laisse une place réduite à l’hypothèse des esprits animaux, semble se prêter à une telle interprétation lorsqu’il compare les lois de l’association des idées aux lois de l’attraction dans le monde naturel16. En cela, il emprunte une voie ouverte par Malebranche, qui semble faire primer l’importance de la légalité des phénomènes sur la question de la différence de nature entre l’esprit et le corps, et rend délicat le traitement de la notion de liberté.

  • 17  Voir par exemple Traité des sensations, ouvr. cité, p. 20, où l’activité est définie comme le fait (...)

5Cependant, une fois reconnue cette modalité de fonctionnement de type mécanique de l’esprit, y compris chez des auteurs qui ne se préoccupent pas d’explications physiologiques ou cérébrales, il faut reconnaître qu’elle n’empêche pas un auteur comme Condillac de réintroduire l’activité du sujet, en la redéfinissant à partir de la liaison des idées, comme un lien entre idées opposé à celui de l’association, et grâce auquel l’esprit récupère la maîtrise et la disposition de ses idées, ce qui est proprement pour l’esprit être actif17.

  • 18  Voir le texte de L’homme-machine, Paris, Folio essais, 1981, p. 167, qui porte sur l’apprentissage (...)
  • 19  Ce refus est seulement partiel chez Hobbes : voir R. de Calan, Généalogie de la sensation, ouvr. c (...)
  • 20  Le scepticisme de Hume se manifeste surtout dans le fait qu’il ramène ultimement toutes les opérat (...)

6De même, il faut repérer la ligne de fracture qui oppose au sein même de l’empirisme un auteur comme La Mettrie18, renvoyant l’association des idées à une association des événements cérébraux qui y correspondent, à des auteurs comme Hobbes, ou comme Hume ou Condillac, qui refusent tout présupposé psychophysique dans leur genèse des connaissances humaines19, et empruntent la voie plus longue ou sceptique20 qui consiste à retrouver le corps et le cerveau à partir des seules idées qui nous sont d’abord données, sans supposer d’emblée le corps et le cerveau pour expliquer nos idées.

Liaison des idées et association des idées

  • 21  Hume (Traité de la nature humaine, t. I, I, II, V, ouvr. cité, p. 115) comme Condillac (voir par e (...)

7L’association des idées n’est pas toujours un phénomène explicable21, mais elle est toujours un principe explicatif. C’est particulièrement quand elle est renvoyée à des associations de traces cérébrales qu’elle permet à son tour d’expliquer l’erreur et l’errance de l’esprit qui lie deux objets n’ayant pas à être liés, et ce, pour le meilleur (aimer les jeunes filles louches) ou pour le pire (haïr les étrangers qui nous auront une fois déplu). Du moins faut-il, pour que l’association des idées explique les désordres de l’esprit, que continuent de lui être opposés des principes d’ordre de la connaissance.

8Or, les positions de Descartes ou Malebranche qui distinguent ces phénomènes ponctuels et pathologiques d’association des idées du traitement légitime des connaissances par un entendement et un jugement sains ne sont pas la seule façon de dévaloriser les effets de l’association des idées. De ce point de vue, le caractère saillant de la période sur laquelle les articles de ce recueil se concentrent, à savoir les xviie et xviiie siècles, est qu’on y voit examinée et réfléchie la distinction entre liaison des idées et association des idées.

  • 22  Tandis que Hume le fait pour l’association.

9C’est le cas de Condillac. L’auteur pousse très loin le processus d’élimination des facultés et d’uniformisation des opérations de l’esprit, puisqu’il ne se contente pas de ramener les facultés aux opérations singulières qu’elles désignent, mais ramène aussi toutes les opérations mentales à la liaison d’idées22.

  • 23  Essai sur l’origine des connaissances humaines, II, 2, chap. 4, « De l’ordre qu’on doit suivre dan (...)

Enfin, voici, je pense, à quoi l’on peut réduire tout ce qui contribue au développement de l’esprit humain. Les sens sont la source de nos connaissances : les différentes sensations, la perception, la conscience, la réminiscence, l’attention et l’imagination, ces deux dernières, considérées comme n’étant point encore à notre disposition, en sont les matériaux : la mémoire, l’imagination dont nous disposons à notre gré, la réflexion et les autres opérations mettent ces matériaux en œuvre ; les signes auxquels nous devons l’exercice de ces mêmes opérations sont les instruments dont elles se servent, et la liaison des idées est le premier ressort qui donne le mouvement à toutes les autres.23

10Il n’y a plus à dénoncer des associations illégitimes d’idées qui échappent au contrôle des facultés, mais seulement à opposer les bons liens, les liens pertinents entre idées issus de la liaison, aux mauvais liens, ou liens non justifiés, et issus de l’association.

  • 24  Dictionnaire des synonymes de Condillac, art. « Associer », Œuvres philosophiques de Condillac, ou (...)

On associe aussi des idées, et alors ce mot est syn. de lier. On lie les idées lorsqu’on les met dans un ordre qui fait sentir les rapports qui sont entre elles. On les associe, lorsqu’on se fait une habitude de voir ensemble des idées qui n’ont point de rapport. On associe, par exemple, l’idée de ténèbres avec celles des esprits, des revenans ; et on lie les idées qui forment un bon sistême. La liaison des idées est le vrai moyen d’acquérir des connoissances, l’association des idées est la source des préjugés.24

  • 25  Voir les articles complémentaires d’E. Marquer et de P.-L. Autin.
  • 26  Voir l’article de M. Chottin.

11Si l’on accepte la distinction de Condillac, on peut dire que Locke maintient encore les deux phénomènes d’association et de liaison dans sa théorie de la connaissance, et c’est pourquoi il associe l’erreur à l’association (superstitions, phobies, rêveries, divagations), et la connaissance à la liaison des idées, à la recherche de contenus qui conviennent entre eux25. Mais Hume et Condillac se partagent, pour ainsi dire, des choses que Locke continuait d’unir : Hume est un penseur de la seule association, chez qui toute composition ou construction mentale et idéelle se résout en des associations, et qui refuse ultimement de considérer certaines associations comme plus fondées que d’autres. Condillac doit être considéré comme un penseur qui, sans refuser le fait de l’association, a voulu préserver et défendre la spécificité de la liaison des idées comme seule à même de rendre compte de la connaissance26. Chez Hume, la contingence dont le phénomène de l’association des idées est originellement marqué, finit, à mesure qu’une association se reproduit régulièrement et tendanciellement, par se muer en nécessité, et le hasard des rencontres en vient à constituer les éléments d’une nature humaine dès que l’expérience le confirme suffisamment. Au contraire, chez Condillac, la liaison d’une idée à l’autre se distingue de l’association d’une idée à l’autre dans la mesure où seule la première est nécessaire et naturelle. Les idées et sensations considérées par l’esprit présentent des caractères naturels, des nervures et une constitution propres, qui expliquent que certaines idées se lient plus à certaines idées qu’à d’autres. Ces deux auteurs refusent l’un et l’autre la métaphysique des facultés, et se penchent sur les seules opérations de l’esprit, mais leur point de départ est très différent : Hume examine comment des idées dispersées sont peu à peu reliées entre elles par des liens qu’on peut constater mais non justifier, sur la facticité desquels l’explication ne se prononce pas. L’apparition d’une nature est postérieure à l’association d’idées, qui en constitue le fondement. Chez Condillac au contraire, la liaison travaille et sillonne progressivement les idées pour en détailler et comprendre la nature, et elle n’y parvient que si elle s’adapte à la structure des sensations.

La liaison précède l’idée

12Marion Chottin montre dans son article que l’on doit reconnaître un atomisme des idées chez Condillac même si ces atomes ne nous sont pas accessibles intuitivement, et doivent être seulement supposés par la démarche de l’analyste. Mais elle montre aussi que seul le différentiel d’attention donnée à telle ou telle idée peut enclencher véritablement le processus de la connaissance et le mouvement transmis à l’esprit : toutes les idées ne se lient pas également et des raisons subjectives (nos besoins) autant qu’objectives (la configuration des sensations et des idées) expliquent ces différences.

  • 27  Cette importance que Condillac confère aux signes est spécifique : certes, des auteurs comme A. Di (...)
  • 28  En cela l’auteur est proche de Hobbes.

13Encore cette présentation de Condillac est-elle incomplète, car l’importance de la liaison est indissociable de l’importance qu’il accorde aux signes27, ceux-ci formant au sein des liaisons une espèce remarquable et indispensable à la connaissance humaine. Les signes sont une forme de liaison des idées particulièrement féconde, puisqu’ils relancent le processus de la connaissance humaine et permettent de s’émanciper de simples consécutions d’idées animales28. Dans la « liaison des idées » selon Condillac, le terme de liaison serait donc plus important que celui d’idée.

  • 29  Condillac, Cours d’étude, Œuvres philosophiques, ouvr. cité, t. I, p. 436 : « En effet, comme l’un (...)
  • 30  Condillac, Logique, Œuvres philosophiques, ouvr. cité, t. II, p. 375 : « Connaître, c’est-à-dire d (...)
  • 31  Voir par exemple Art de penser, chap. 4-6.

14Par là, Condillac fait plus que radicaliser son nominalisme dans la description de l’esprit, dans la mesure où la connaissance ne repose plus sur l’idée et sur sa donation statique, mais réside dans la constitution d’un parcours d’une idée à l’autre, parcours qui est favorisé par ces liaisons d’idées particulières que sont les signes. La connaissance est désormais conçue sur le modèle discursif29 du parcours d’idées30, qui suppose de s’inscrire dans le temps et de recourir à ces médiations que sont les signes, espèce de liaison d’idées qui, au lieu d’obséder notre esprit comme le font certaines associations erratiques, met les idées à notre disposition. De passif qu’il était dans l’association d’idées, l’esprit devient actif grâce aux bonnes liaisons et aux signes bien formés31.

  • 32  Traité des systèmes, chap. 18, « Une science bien traitée n’est qu’une langue bien faite », Paris, (...)

15Chez Locke, l’esprit sujet aux associations d’idées léguées par l’expérience s’égarait dans des superstitions, et des affections ou répulsions irrationnelles. Selon Condillac, l’esprit qui a emprunté les bonnes liaisons et trouvé des signes maniables et féconds pour les exploiter est précisément celui qui peut engendrer et développer ses connaissances. Condillac place les systèmes de signes, les langues32, au principe de la connaissance et quitte ainsi non seulement le modèle des facultés, mais aussi la prééminence de l’idée qui marquait le cartésianisme : une idée non analysée n’est pas proprement connue. Loin que l’intuition pure d’une idée soit menacée par des associations qui la perturbent, l’idée n’est désormais plus accessible chez Condillac sans les diverses liaisons, notamment signifiantes, qui nous la mettent à disposition en la travaillant et la décrivant dans différents sens.

16La question se pose de comparer la pure passivité (associations subies), l’activité selon Condillac et l’activité volontaire de mise en rapport et de comparaison dont parle Thierry Hoquet dans son article. Mettre les comparaisons et les rapports entre idées au centre de la connaissance, c’est aussi redéfinir les objets connaissables, comme le montre l’article qui synthétise les effets de cette conception relationnelle de la connaissance chez les auteurs français du xviiie siècle, comme Buffon et d’Alembert.

Des lois pour l’esthétique et la morale

  • 33  Voir la conclusion de S. Madelrieux.

17Les penseurs des xviie et xviiie siècles offrent donc au lecteur une richesse et une complexité de points de vue dans le compte rendu des phénomènes de l’association et de la liaison des idées. Durant cette période, ce sont encore des auteurs qu’on qualifie de philosophes qui s’y intéressent, alors qu’au xixe siècle33, le problème deviendra surtout celui des psychologues. Ces philosophes classiques n’interrogent jamais l’association des idées, source de la connaissance et obstacle à la connaissance tout à la fois, sans se demander en même temps de façon critique ce qu’est la connaissance.

  • 34  Voir l’article d’A. Charrak.
  • 35  Voir les textes de P.-L. Autin, A. Charrak, E. Marquer qui abordent tous cette question.
  • 36  Condillac, Cours d’études, Œuvres de philosophie, ouvr. cité, t. I, p. 400 : « Il est aussi curieu (...)
  • 37  Spinoza, Éthique, trad. B. Pautrat, Paris, Seuil, 1988, II, 18, p. 137.

18Néanmoins, invoqués pour montrer comment se structurent l’expérience, les phénomènes d’association et de liaison présentent une fécondité supplémentaire dans des domaines autres que la théorie de la connaissance. Tout d’abord, ils contribuent à la compréhension du fait de la « variété des esprits »34, car si la liaison et l’association des idées expliquent comment le monde se constitue peu à peu pour l’esprit, elles expliquent aussi comment le sujet humain devient ce qu’il est, acquiert habitudes et seconde nature, si bien que l’opposition du sujet et de l’objet peut se voir dépassée par la régularité des lois de succession des idées35. Liaison ou association des idées peuvent être citées comme étant à la source d’une nature acquise, d’une seconde nature, puisque certains esprits ont plus ou moins développé telle ou telle sorte de liaison et sont disposés à la réactiver à l’occasion ou au besoin : un chien habitué à fuir en entendant le fusil et à courir après le gibier peut, à force de dressage, parvenir au comportement symétrique, nous dit Descartes dans le Traité des passions ; or le dressage n’est autre que l’acquisition de nouvelles associations d’idées qui viennent corriger ou combattre une nature préexistante. À partir d’une histoire répétée, reconduite, reproduite, émerge finalement une nature. Cette vérité peut s’exprimer à une autre échelle. Les natures collectives, les tempéraments nationaux, les caractères propres aux métiers ou aux classes sociales s’expliqueraient eux aussi par la façon commune à leurs membres, similaire et répétée de lier des idées36. Certes, « si le corps humain a une fois été affecté par deux ou plusieurs corps à la fois, quand ensuite l’Esprit en imaginera un, aussitôt il se souviendra aussi des autres »37. Mais « tandis qu’un soldat par ex., voyant dans le sol des traces de cheval, tombera aussitôt de la pensée du cheval dans la pensée du cavalier, et de là, dans la pensée de la guerre, etc. », un homme d’une autre condition, « un Paysan tombera, de la pensée du cheval, dans la pensée de la charrue, du champ, etc. ». Chaque façon de vivre, chaque milieu, chaque environnement naturel ou professionnel peut favoriser et donc expliquer telle ou telle liaison d’idées et façonner ainsi les esprits de façon collective.

  • 38  Diderot, article « Beau », Œuvres complètes, L. Versini éd., Paris, Robert Laffont, 2000, 5 vol., (...)
  • 39  Œuvres philosophiques de Condillac, G. Leroy éd., t. I, Art d’écrire, liv. II : « La liaison des i (...)
  • 40  B. Lamy a ouvert cette voie dans la Rhétorique, ouvr. cité ; voir par exemple II, II, p. 197 : la (...)

19L’amour de Descartes pour une « jeune fille louche » indiquait déjà qu’une passion de l’âme peut se lier à l’idée d’un objet quelconque. Aussi l’association peut-elle expliquer également des phénomènes esthétiques, moraux et politiques. Diderot l’a fait pour le beau38, Condillac fonde la grammaire sur le principe de la liaison des idées et examine sous cette lumière la question de l’art d’écrire39 : le style dépend de ce que l’auteur a suivi ou contrarié les liaisons d’idées40.

  • 41  Des délits et des peines, trad. M. Chevallier, Paris, GF-Flammarion, 1991, p. 109.

20Beccaria41, qui sera suivi en cela par Bentham, souhaite exploiter politiquement ce phénomène, et associer l’idée de la faute à l’impression que font certains châtiments sur le spectateur d’une façon qui soit suffisamment efficace pour dissuader les citoyens de transgresser les lois. Or la vue d’une exécution capitale s’associe selon lui moins à la peur du châtiment que la vue et l’imagination d’une longue réclusion, et c’est pourquoi la peine de mort est à son sens inefficace. L’utilitarisme entendra tirer un parti moral et politique de l’association des idées.

21Les articles de ce recueil se concentrent sur la théorie de l’erreur, la théorie de la connaissance et le problème de la variété des esprits. Toutefois, la possibilité d’associer non seulement des idées représentatives mais aussi des passions, ainsi que le fait que liaison et association constituent leurs objets en même temps qu’elles constituent les sujets qui les éprouvent, laissent déjà présager comment de tels développements esthétiques et moraux du thème de l’association et de la liaison des idées ont pu être menés.

Haut de page

Notes

1 La formulation du titre de cet article vient de Condillac ; voir Traité de l’art de penser (1796), Paris, Vrin Reprise, 1981, p. 279. Conclusion de la première partie : « C’est par la liaison des idées, que tout ce système d’opérations se développe : c’est par elle qu’il a des avantages, et des inconvénients : elle est tout à la fois le principe de la folie, et celui de la raison. » Je dois à André Charrak la mise en lumière de ce point.

2  Lettre à Chanut du 6 juin 1647, Œuvres de Descartes, C. Adam et A. Tannery éd., Paris, 1897-1909, 11 vol., rééd. CNRS et Vrin, 1964-1974, t. V, p. 57 (noté désormais dans le reste du dossier de la façon suivante : AT V, p. 57).

3  J. S. Mill, Auguste Comte et le positivisme (1864), trad. G. Clémenceau, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 69, texte cité par Stéphane Madelrieux dans la conclusion du dossier.

4  Voir la conclusion de S. Madelrieux.

5  R. Descartes, Passions de l’âme, art. 136, AT XI, p. 428-429 : D’où viennent les effets des passions qui sont particulières à certains hommes : « Au reste, afin de suppléer ici en peu de mots à tout ce qui pourrait y être ajouté touchant les divers effets, ou les diverses causes des passions, je me contenterai de répéter le principe sur lequel tout ce que j’en ai écrit est appuyé, à savoir, qu’il y a telle liaison entre notre âme et notre corps que lorsque nous avons une fois joint quelque action corporelle avec quelque pensée, l’une des deux ne se présente point à nous par après, que l’autre ne s’y présente aussi ; et que ce ne sont pas toujours les mêmes actions qu’on joint aux mêmes pensées. […] Et pour exemple, il est aisé de penser que les étranges aversions de quelques-uns, qui les empêchent de souffrir l’odeur des roses ou la présence d’un chat, ou choses semblables, ne viennent que de ce qu’au commencement de leur vie, ils ont été fort offensés par quelques pareils objets, ou bien qu’ils ont compati au sentiment de leur mère qui en a été offensée étant grosse. »

6  A. Dilly, Traité de l’âme et de la connoissance des bêtes où après avoir démontré la spiritualité de l’âme de l’homme l’on explique par la seule machine, les actions les plus surprenantes des animaux, suivant les principes de Descartes (1680), Amsterdam, G. Galley, 1691, chap. 21, p. 203-204 : « Où l’on donne l’explication de quelques actions surprenantes des animaux. Personne n’aura plus de sujet de s’étonner de ce que le chien dont on a parlé caresse son maître et se couche doucement à ses pieds en le flattant avec sa queuë, d’abord qu’on aura consideré que le pain est un objet qui luy donne du desir, quand il ne fait que le voir, qui luy donne de l’amour quand il l’a mangé et converti en chyle, & qui lui cause enfin de la joye quand il est changé en sang : car si après cela l’on fait réflexion que son maître lui en a donné fort souvent, & qu’ainsi leurs deux espèces se sont unies, qu’il l’a outre cela flatté bien de fois : c’est à dire excité dans luy certains mouvements conformes et proportionnez à tenir son corps dans une bonne disposition, l’on verra que la veuë de son maistre doit faire naistre dans cet animal tous les mouvements qu’il fait en l’approchant, qui ne sont que des suites de desir, d’amour et de joye. » La restriction du questionnement par l’auteur à la seule « union et liaison des traces » est-elle liée au fait qu’il se pose la question du point de vue des animaux et donc de la « pure mechanique » ?

7  Descartes parle de traces, Newton de vibrations, Buffon de cordes. Un auteur ne se contente pas toujours d’un modèle unique au demeurant, et Descartes déploie son imagination technique dans le Traité de l’homme ; voir AT XI, p. 177-179 (passage commenté par Philippe Desoche : voir son article infra).

8  P. Desoche décèle en effet chez Malebranche la mention d’habitudes de l’esprit indépendantes de ce qui se passe dans le cerveau, et liées aux seules lois de l’esprit, mettant ainsi au défi la pensée de l’union de l’âme et du corps.

9  Voici quelques textes canoniques sur le sujet : Descartes, Passions de l’âme (1649), II, 136, AT XI, p. 428-429 ; Id., De l’homme (1662), AT XI, p. 177-179 ; Hobbes, Éléments de la loi naturelle et politique, I, IV, particulièrement § 1-2, trad. D. Weber, Paris, Le Livre de poche, 2003, p. 97 et suiv. ; Id., Léviathan, trad. F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971, chap. 3, p. 21-26 ; Arnauld et Nicole, La logique ou l’Art de penser, I, 14, P. Clair et F. Girbal éd., Paris, Vrin, 1993, p. 93-99 ; Malebranche, Recherche de la vérité, liv. II, « L’imagination », en partic. partie I, chap. 5 et suiv., présenté par J.-C. Bardout, Paris, Vrin, 2006, t. I, p. 245 et p. 262, notamment sur la liaison ; Spinoza, Éthique, trad. B. Pautrat, Paris, Seuil, 1988, II, 18 et suiv., p. 137 et suiv. ; Locke, Essai philosophique concernant l’entendement humain, II, 33, « De l’association des idées », trad. P. Coste (1690, 5e édition, 1755), É. Naert rééd., Paris, Vrin, 1994, p. 315-321 ; Leibniz, Nouveaux Essais, II, 33, « De l’association des idées », Paris, GF-Flammarion, 1990, p. 208-210 ; Hume, Traité de la nature humaine, 3 vol., trad. P. Baranger et P. Saltel (liv. I et appendice), J.-P. Cléro (liv. II), P. Saltel, (liv. III), Paris, GF-Flammarion, respectivement 1995, 1991, 1993 ; voir notamment t. I, I, IV, p. 52-56 ; Enquête sur l’entendement humain, section 3 : « L’association des idées », trad. M. Beyssade, Paris, GF-Flammarion, 1983, p. 69-81 ; E. Bonnot de Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746), notamment 1, 2, 3-4, Paris, Vrin, 2002, p. 30-37 ; Traité des sensations (1754), Paris, Fayard, 1984 ; Art de penser, ouvr. cité, 1.5, p. 211-222 ; Art d’écrire (Œuvres philosophiques de Condillac, présenté par G. Le Roy, Paris, PUF, 1951, 3 vol.), t. I, I, I, p. 518-520 et IV, 1, p. 591-594 ; La Mettrie, Traité de l’âme, chap. 10, « De la mémoire », chap. 11, « De l’imagination », Œuvres philosophiques, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 1988, 11 vol., t. I, p. 100 et suiv. ; D. Hartley, Conjecturae quaedam de sensu, motu, et idearum generatione ou :Explication physique des sens, des idées, et des mouvements, tant volontaires qu’involontaires (1747), trad. de l’abbé Jurain, Reims, Delaistre-Godet, 1755 ; F. M. Zanotti, Della forza attrativa delle Idee, Opere, Bologne, Stamp. S. Tomaso d’Aquino, 1779 ; C. Bonnet, Essai analytique sur les facultés de l’âme, Copenhague, Frères Philibert éd., 1760 ; J. N. Tetens, Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwicklung, Leipzig, Weidmanns Erben und Reich, 1777 ; F. Bernier, Abrégé de la philosophie de Gassendi (1684), Paris, Fayard, 1992, 7 vol., t. VI, p. 145 et suiv.

10  Voir l’article de P. Desoche.

11  Voir les articles de P.-L. Autin et d’E. Marquer.

12  Voir les articles de M. Chottin et d’A. Charrak.

13  Voir l’article de T. Hoquet.

14  Sur ces questions on consultera A. Charrak, Empirisme et théorie de la connaissance, Paris, Vrin, 2009 ; Id., Empirisme et métaphysique, Paris, Vrin, 2003 ; R. De Calan, Généalogie de la sensation. Physique, physiologie et psychologie en Europe, de Fernel à Locke, Paris, Champion, 2012 ; L’aveugle et le philosophe, ou Comment la cécité donne à penser, M. Chottin éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, et dans ce recueil, M. Chottin, « L’aveugle aux bâtons face à l’aveugle de Molyneux : le rationalisme à l’épreuve de l’empirisme », p. 83-106 ; D. Markus, Die Associationstheorieen im xviii. Jahrhundert (thèse soutenue en 1901), Hildesheim, Zürich, New York, Georg Olms Verlag, 1985 ; F. Yates, L’art de la mémoire, trad. D. Arasse, Paris, Gallimard, 1966.

15  Traité de l’âme, ouvr. cité, chap. 10, p. 100 : « La cause de la mémoire est tout à fait mécanique comme elle-même. Elle paraît dépendre de ce que les impressions corporelles du cerveau, qui sont les traces d’idées qui se suivent, sont voisines, et que l’âme ne fait la découverte d’une trace, ou d’une idée, sans rappeler les autres qui avaient coutume d’aller ensemble. »

16  Traité de la nature humaine, ouvr. cité, I, I, IV.

17  Voir par exemple Traité des sensations, ouvr. cité, p. 20, où l’activité est définie comme le fait qu’une chaîne d’idées peut être entamée à partir d’une idée présente à l’esprit. On ne confondra pas toutefois la distinction très générale (et hobbésienne : voir les Éléments de la loi naturelle et politique, ouvr. cité, chap. 4, § 1-2, p. 97-98) entre cours des pensées ordonné et cours des pensées désordonné, c’est-à-dire livré au hasard, d’une part, avec l’opposition, qui joue cette fois à l’intérieur du cours des pensées, entre un ordre des pensées qui procède de raisons objectives de rapprocher les idées (pôle de la liaison des idées) et un ordre, ou un cours des pensées, qui procède de raisons plus subjectives de les enchaîner l’une à l’autre (pôle de l’association des idées) ; sur cela, voir infra.

18  Voir le texte de L’homme-machine, Paris, Folio essais, 1981, p. 167, qui porte sur l’apprentissage des signes.

19  Ce refus est seulement partiel chez Hobbes : voir R. de Calan, Généalogie de la sensation, ouvr. cité, chap. 6, car à la différence de Hume et de Condillac, après avoir posé son point de départ dans la phénoménalité, Hobbes retrouve une explication matérialiste et mécaniste de l’esprit et de ses opérations.

20  Le scepticisme de Hume se manifeste surtout dans le fait qu’il ramène ultimement toutes les opérations de l’esprit à celles de l’imagination, cette force vive qui permet de courir d’une idée à l’autre, parfois force calme qui ramène toujours les mêmes associations d’idées. La préférence de Condillac pour la liaison et son effort pour minorer l’association seraient la marque, inversement, d’une tentative d’éviter le scepticisme en fondant les opérations mentales sur des propriétés objectives et internes des idées et non pas seulement sur des relations entre idées répétées dans l’esprit.

21  Hume (Traité de la nature humaine, t. I, I, II, V, ouvr. cité, p. 115) comme Condillac (voir par exemple Logique, chap. 9, Œuvres philosophiques, t. II) renoncent à se prononcer sur ces questions.

22  Tandis que Hume le fait pour l’association.

23  Essai sur l’origine des connaissances humaines, II, 2, chap. 4, « De l’ordre qu’on doit suivre dans l’exposition de la vérité », p. 190.

24  Dictionnaire des synonymes de Condillac, art. « Associer », Œuvres philosophiques de Condillac, ouvr. cité, t. III (l’auteur souligne). L’article « Liaison », p. 358, distingue le lien qui reste extérieur à la chose qu’il lie, de la liaison qui « fait partie des choses liées », « en forme un seul corps, un seul tout ».

25  Voir les articles complémentaires d’E. Marquer et de P.-L. Autin.

26  Voir l’article de M. Chottin.

27  Cette importance que Condillac confère aux signes est spécifique : certes, des auteurs comme A. Dilly (voir supra), G. de Cordemoy (Discours physique de la parole), B. Lamy (Rhétorique, introduit et présenté par C. Noille-Clauzade, Paris, Champion, 1998, chap. 2 : « Les qualités du style de chaque auteur dépendent de celles de son imagination, de sa mémoire et de son esprit », p. 334) expliquent l’acquisition du langage comme une association acquise entre l’idée d’un son (le signifiant) et l’idée d’une chose (le signifié). Mais Condillac insiste pour définir le signe lui-même comme une des multiples liaisons que connaît l’esprit.

28  En cela l’auteur est proche de Hobbes.

29  Condillac, Cours d’étude, Œuvres philosophiques, ouvr. cité, t. I, p. 436 : « En effet, comme l’unique manière de décomposer les sensations de la vue est de les faire succéder l’une à l’autre, de même l’unique manière de décomposer une pensée est de faire succéder, l’une à l’autre, les idées et les opérations dont elle est formée. » Si les idées sont simultanées dans l’esprit, les langues nous permettent d’analyser nos idées.

30  Condillac, Logique, Œuvres philosophiques, ouvr. cité, t. II, p. 375 : « Connaître, c’est-à-dire démêler ».

31  Voir par exemple Art de penser, chap. 4-6.

32  Traité des systèmes, chap. 18, « Une science bien traitée n’est qu’une langue bien faite », Paris, Fayard, « Corpus », 1991, p. 265.

33  Voir la conclusion de S. Madelrieux.

34  Voir l’article d’A. Charrak.

35  Voir les textes de P.-L. Autin, A. Charrak, E. Marquer qui abordent tous cette question.

36  Condillac, Cours d’études, Œuvres de philosophie, ouvr. cité, t. I, p. 400 : « Il est aussi curieux qu’utile d’observer les associations d’idées qui, donnant aux peuples différentes manières de penser, différents usages et différentes mœurs, avancent ou retardent le progrès des connaissances humaines. » Condillac a pu trouver cette idée chez Spinoza (Éthique, II, 18) ; voir infra.

37  Spinoza, Éthique, trad. B. Pautrat, Paris, Seuil, 1988, II, 18, p. 137.

38  Diderot, article « Beau », Œuvres complètes, L. Versini éd., Paris, Robert Laffont, 2000, 5 vol., t. IV, p. 110 : « Ce théâtre n’a pas cessé d’être beau, depuis qu’on m’y a sifflé : mais je ne peux plus le voir, sans que mes oreilles ne soient encore frappées du bruit des sifflets. » Bien que le goût ait une base naturelle, Burke rappelle dans les Observations sur le sentiment du beau et du sublime que des associations d’idées fortuites peuvent le modifier.

39  Œuvres philosophiques de Condillac, G. Leroy éd., t. I, Art d’écrire, liv. II : « La liaison des idées est le principe qui doit expliquer tout l’art d’écrire », p. 547 ; « Rien ne nuit plus au discours que la violence qu’on fait aux idées », p. 580.

40  B. Lamy a ouvert cette voie dans la Rhétorique, ouvr. cité ; voir par exemple II, II, p. 197 : la liaison des idées explique l’expression de certaines choses par des tropes. « Les objets qui ont entre eux quelque rapport et quelque liaison ont leurs idées en quelque manière liées les unes avec les autres ; en voyant un soldat, on se souvient facilement de la guerre. En voyant un homme on se souvient facilement de ceux dans le visage desquels on a remarqué les mêmes traits. Ainsi l’idée d’une chose peut être excitée par le nom de toutes les autres choses, avec lesquelles elle a quelque liaison » ; « les tropes ne signifient les choses à quoi on les applique, qu’à cause de la liaison et du rapport que ces choses ont avec celles dont ils sont le propre nom. »

41  Des délits et des peines, trad. M. Chevallier, Paris, GF-Flammarion, 1991, p. 109.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Radica, « Le principe de la folie et de la raison. Association des idées et liaison des idées aux XVIIe et XVIIIe siècles », Astérion [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 22 mai 2017. URL : http://asterion.revues.org/2473

Haut de page

Auteur

Gabrielle Radica

Gabrielle Radica est maître de conférences à l’Université de Picardie-Jules Verne (Amiens), membre du CURAPP-ESS (UMR 7319). Publications : Textes-clés de Philosophie de la famille, Paris, Vrin, 2013 ; Penser la peine au siècle des Lumières, Lumières, no 20, 2012/2, introd. et éd. L. Delia et G. Radica, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2013 (articles de F. Berti, L. Delia, D. Ippolito, K. Ladd, E. Salvi, C. Spector, C. Vintila-Ghitulescu) ; L’histoire de la raison. Anthropologie, morale et politique chez Jean-Jacques Rousseau, Paris, Champion, 2008.

Haut de page