Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Charles T. Wolfe et Ofer Gal éd., The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science

Dordrecht, Springer (Studies in History and Philosophy of Science, vol. XXV), 2010, 349 p., 157,41 euros
Claire Crignon
Référence(s) :

Charles T. Wolfe et Ofer Gal éd., The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science. Dordrecht, Springer (Studies in History and Philosophy of Science, vol. XXV), 2010, 349 p., 157,41 euros

Texte intégral

1L’empirisme, comme mode de connaissance mais aussi comme tradition de pensée, a longtemps été négligé, que ce soit en histoire des sciences ou en histoire de la philosophie. Longtemps opposé au rationalisme, l’empirisme fait figure de mode de connaissance rhapsodique et non systématique. Associé au scepticisme, il est considéré comme une forme de renoncement à la connaissance, se contentant de décrire l’apparence des choses quand la véritable connaissance entend, elle, statuer sur le réel en assignant aux phénomènes des causes. On connaît le rôle joué par Kant et par la Critique de la raison pure dans cette disqualification de l’empirisme comme position épistémologique impropre à la connaissance. On sait aussi que chez les médecins de l’Antiquité (Galien en particulier), l’empirisme est valorisé comme position pragmatique permettant de soigner les malades sans se perdre dans des spéculations sans fondement sur la nature et les causes des maladies.

2L’intérêt de ce volume collectif, édité par deux chercheurs issus du département d’histoire et de philosophie des sciences de l’université de Sidney, Charles T. Wolfe et Ofer Gal, est de nous proposer de « réincarner » la vision abstraite et souvent faussée que nous avons de l’empirisme.

3Centré sur le corps, envisagé à la fois comme objet d’investigation mais aussi comme instrument d’expérience et de connaissance, cet ouvrage répond à un manque souvent remarqué mais rarement comblé dans le domaine de l’histoire et de la philosophie des sciences : tenir compte de l’importance de la réflexion des savants sur le corps et sur le vivant pour comprendre la genèse de la philosophie moderne et les questionnements qui la caractérisent (que ce soit chez Bacon, Boyle, Locke, Hume, ou en France, chez Descartes, Gassendi, Bonnet et Condillac).

4Après une courte introduction faisant le point sur les liens entre sciences de la vie et empirisme et annonçant les intentions des éditeurs du volume, celui-ci se décline selon trois grandes parties.

5La première (Part I - « The Body as Object ») est consacrée au corps comme objet de connaissance et montre l’importance de la tradition anatomique (l’école de Padoue, à laquelle William Harvey a été formé) dans la réflexion sur les « choses de fait » (« matters of facts ») et sur les rapports hiérarchiques entre les différents sens et organes de perception (voir les articles de Cynthia Klestinec, « Practical experience in anatomy », p. 33- 57 et de Alan Salter, « Early modern empiricism and the discourse of the senses », p. 59-74). La seconde partie de l’ouvrage (Part II - « The Body as Instrument ») envisage le corps non plus comme objet de « sciences » ou de « pratiques » spécifiques, mais comme instrument et vecteur de construction d’un savoir empirique. Elle souligne le rôle joué par le recours aux instruments d’optique (avec Galilée et Kepler) dans la dévalorisation des sens et le fossé qui s’est progressivement creusé entre l’esprit comme sujet de connaissance et la nature comme objet de connaissance (voir en particulier sur ce point l’article de Ofer Gal et Raz Chen-Morris, « Empiricism without the senses: how the instrument replaced the eye », p. 121-147).

6La dernière partie (Part III - « Embodied Minds ») est sans doute la plus originale, même si elle regroupe des articles portant sur des corpus assez hétéroclites. Leur trait commun est de faire état de l’importance de la réflexion médicale sur la physiologie et les pathologies de l’esprit dans l’apparition du questionnement philosophique autour d’un possible gouvernement de l’esprit. C’est le cas en particulier de l’article de John Sutton sur la physiologie de l’imagination et l’association des idées dans la philosophie britannique de Locke à Hume : « Carelessness and inattention: mind-wandering and the physiology of fantasy from Locke to Hume », p. 243-263. Cet article, comme celui de Lisa Shapiro (« Instrumental or immersed experience: pleasure, pain and object perception in Locke », p. 265-285) – plus orienté cependant vers l’histoire de la philosophie que celle des sciences – effectue des rapprochements intéressants entre la philosophie de l’esprit qui se constitue à l’époque moderne et la pensée cognitiviste contemporaine (la question du « mindwandering », le « binding problem »).

7Comme le rappellent à juste titre les éditeurs dans l’introduction au volume (« Embodied empiricism », p. 1-5), beaucoup de membres actifs de la Royal Society étaient médecins, disciples ou critiques de William Harvey (Th. Willis, W. Petty par exemple). Même ceux qui ne l’étaient pas s’intéressent souvent de près aux débats relatifs à la médecine et à ses méthodes (la question de la methodus medendi), discutent les découvertes de leur temps et s’interrogent sur les conditions d’un recours à l’expérimentation sur le vivant et l’animal. C’est le cas en particulier de Robert Boyle, dont la pensée est convoquée dans plusieurs articles, ceux de Harold G. Cook, de P. Anstey et surtout celui de R. Yeo consacré aux échanges entre Samuel Harlib, John Beale et Robert Boyle au sujet du rôle de la mémoire dans la collecte des observations empiriques (« Memory and empirical information: Samuel Hartlib, John Beale and Robert Boyle », p. 185-210).

8Il existe par ailleurs un important corpus de textes, articles, comptes rendus, mémoires, peu étudié, consacré aux questions relatives au corps, à la vie, à ses fonctions, à ses formes parfois monstrueuses. L’article de Victor D. Boantza (« Alcahest and fire: debating matter, chemistry, and natural history at the early parisian Academy of Sciences », p. 75-92) nous en donne un aperçu en se penchant sur les mémoires de l’Académie des sciences. Ce type d’enquête gagnerait à s’étendre à l’étude des nombreux textes relatifs à l’anatomie, à la physiologie, à la chimie, que l’on peut trouver dans les Philosophical Transactions ou encore dans le Journal des Sçavans.

9Enfin et surtout, le savoir qui se constitue aux débuts de l’époque moderne sur le corps, la vie et ses fonctions (génération, circulation, respiration, digestion) est loin d’être consensuel. Il est traversé par des polémiques : celle qui oppose par exemple Glanvill et Stubbe sur la légitimité et l’utilité de la méthode expérimentale préconisée par les membres de la Royal Society. Il est aussi caractérisé par des conflits : celui qui oppose en particulier les partisans de la tradition médicale antique et de la scolastique aux défenseurs des découvertes physiologiques et médicales récentes (le principe de circulation sanguine). Ces derniers font du recours à l’expérimentation un moyen de contester l’argument d’autorité.

10Ce sont ces « voix différentes » que ce volume nous donne à entendre : celles qui mettent en garde contre l’imposture des médecins charlatans (les « quacks »), celles qui défendent les expériences des médecins chimistes et se font les apôtres de l’innovation en médecine (par exemple Marchamont Nedham, auteur d’un traité peu étudié sur l’état du savoir médical et les conflits entre sectes au milieu du xviie siècle), celles aussi des médecins voyageurs, comme cet étonnant personnage étudié par Justin E. H. Smith (« “A corporall philosophy”: language and “body-making” in the work of John Bulwer, 1606-1656 », p. 169-183) qui dénonce dans son Anthropometamorphosis (1650) les pratiques de transformations du corps telles que le piercing ou le tatouage, les considérant comme sources de désordres moraux.

  • 1  Voir A. Cunningham et Perry William, « Decentring the “Big Picture”: “the origins of moder (...)

11Le bénéfice de ce détour par l’histoire des sciences de la vie et des pratiques du corps est au moins double. Du point de vue de l’histoire des sciences, il permet de décentrer l’image qui s’est longtemps imposée d’une « révolution scientifique » dans laquelle seules les sciences physiques et mathématiques auraient eu un rôle à jouer1. Comme le souligne Harold G. Cook, la médecine ne constitue pas seulement un terrain d’étude privilégié pour comprendre les causes et les effets de la révolution scientifique ; elle doit aussi et surtout être envisagée comme un domaine ayant directement contribué à provoquer l’émergence de la science moderne (voir « Victories for empiricism, failures for theory: medicine and science in the 17th century », p. 9-32).

12Du point de vue de l’histoire de la philosophie, la connaissance du discours médical sur le corps comme sur l’esprit permet de mieux cerner et d’évaluer un certain nombre de traits caractéristiques de la pensée philosophique moderne, plus particulièrement de la philosophie britannique (Bacon, Boyle, Locke, Hume) à laquelle le volume fait la part belle : le rejet de l’esprit de système et l’appel à l’observation empirique des faits de nature, le souci de produire une connaissance utile à la vie, le développement d’une réflexion autour de la fiabilité des sens et des informations délivrées par la perception sensible (l’œil comme instrument de connaissance), la prolifération de traités sur les passions nourris des observations cliniques des médecins sur les désordres de l’esprit (mélancolie, hystérie, épilepsie, vertiges, insomnies, etc.). On comprend mieux les réflexions de Hobbes ou de Locke sur la folie et sur la difficulté à conduire son esprit si l’on est au fait de la réflexion des médecins sur la physiologie et les pathologies de l’esprit. On perçoit mieux les enjeux de la distinction lockienne entre philosophie expérimentale et philosophie spéculative, la faveur qu’il accorde à la première sur la seconde, si l’on tient compte de la proximité qu’il entretient depuis les années 1650 avec la pensée des médecins chimistes. Comme le montre l’article de Peter Anstey (« John Locke and helmontian medicine », p. 93-117), Locke trouve dans leur pratique de l’observation et de l’expérimentation un modèle pour s’opposer à l’autorité de la médecine galénique et pour réformer la philosophie naturelle.

  • 2  Voir E. Kant, Écrits sur le corps et l’esprit, éd. et trad. G. Chamayou, Paris, GF-Flammar (...)

13On pourrait certes regretter l’absence de certains philosophes modernes dont la réflexion s’est aussi nourrie des observations des anatomistes ou des médecins. La philosophie allemande est en effet quasiment absente de ce volume, à l’exception de Kant, mentionné en raison du rôle négatif joué par la Critique de la raison pure dans la dévalorisation de l’empirisme comme position épistémologique inconséquente (voir l’article de Anik Waldow, « Empiricism and its roots in the ancient medical tradition », p. 287-308). Pourtant, Kant est, tout autant que Boyle ou Locke, au fait des débats scientifiques et médicaux de son temps. La correspondance qu’il a entretenue avec Markus Herz, la postface au traité de Sommering, témoignent de son intérêt pour la médecine. Ce dernier n’est d’ailleurs pas sans rapport avec la constitution de son anthropologie et lui permet de développer un discours sur l’âme et le corps que l’on ne peut qualifier de « désincarné »2. Mais il est vrai que cet intérêt pour la médecine ne remet pas en cause la disqualification kantienne de l’empirisme.

14Précisément, les articles réunis dans ce volume permettent de comprendre la genèse de cette théorie de la connaissance et, du même coup, d’éviter les jugements dogmatiques et rétrospectifs. Prendre en compte l’apport des recherches des médecins, des anatomistes et des chimistes dans l’émergence de ce modèle de connaissance, c’est se donner les moyens de comprendre que l’on ne peut ramener l’empirisme moderne à une position seulement épistémique ou métaphysique, comme le fait Kant. L’article de Annick Waldow (cité supra) nous rappelle que l’empirisme moderne obéit d’abord, comme l’empirisme antique, à une finalité pragmatique : privilégier l’efficacité thérapeutique par rapport à la spéculation, étudier des cas et non construire des systèmes. Il montre aussi à quelles conditions on peut associer empirisme et scepticisme : adopter une position empiriste, ce n’est pas nécessairement renoncer à la connaissance des causes (on peut au moins formuler des probabilités à ce sujet), mais c’est critiquer la prétention dogmatique à énoncer des critères de vérité infaillibles.

15On comprend, à lire l’article de Guido Giglioni (« Mastering the appetites of matter. Francis Bacon’s Sylva Sylvarum », p. 149-179), comment certaines pensées ont servi à constituer une vision caricaturale et souvent erronée de l’empirisme moderne. On ne peut ainsi qualifier Bacon d’« empiriste », si on entend par empirisme une position philosophique consistant à dire que nous ne connaissons des choses que des apparences transmises par les sens. Ce que montre au contraire l’étude de la Sylva Sylvarum c’est bien la capacité de l’esprit humain à accéder à des formes qui structurent le réel.

16On appréciera enfin la manière dont certains textes montrent le rôle joué par le discours littéraire dans l’émergence de l’empirisme médical moderne et la valorisation de l’observation par rapport aux discours rhétoriques. C’est le cas de l’article de Alan Salter, qui compare les occurrences des termes « observation », « expérience » et « sens » dans les textes littéraires contemporains du traité de William Harvey sur la circulation sanguine (« Early modern empiricism and the discourse of the senses », p. 59-74).

17Finalement, c’est la possibilité même de saisir une « essence » de l’empirisme moderne qui se trouve mise en question dans l’article de C. T. Wolf qui clôt le volume. Plutôt que de chercher à définir ce qui caractérise en propre cet empirisme, la démarche consistant à distinguer « différentes espèces opérantes d’empirismes » pendant l’époque moderne est sans doute plus féconde. Premièrement, l’empirisme moderne ne renvoie pas seulement à un « mode de connaissance » mais d’abord à un ensemble de « gestes » et de « pratiques » qui permettent de contester l’argument d’autorité, d’accueillir l’innovation et de justifier une forme de tolérance à l’égard des différentes visions du corps qui peuvent s’exprimer dans une société à un moment donné de son histoire. Secondement, on ne peut sans doute pas ramener l’empirisme philosophique moderne à la méthode expérimentale préconisée par les membres de la Royal Society. L’appel à l’observation contre le recours aux instruments ou à la dissection anatomique chez Locke, par exemple, témoigne aussi de la présence de ce que l’auteur de l’article considère comme une forme d’empirisme incarné (« embodied empiricism »), plutôt critique à l’égard de la méthode expérimentale et d’une approche mécaniste du corps.

Haut de page

Notes

1  Voir A. Cunningham et Perry William, « Decentring the “Big Picture”: “the origins of modern science” and the modern origin of science », British Journal for the History of Science, vol. XXVI, no 4, Cambridge, Cambridge University Press, p. 407-432.

2  Voir E. Kant, Écrits sur le corps et l’esprit, éd. et trad. G. Chamayou, Paris, GF-Flammarion, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Crignon, « Charles T. Wolfe et Ofer Gal éd., The Body as Object and Instrument of Knowledge. Embodied Empiricism in Early Modern Science », Astérion [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 22 février 2017. URL : http://asterion.revues.org/2459

Haut de page

Auteur

Claire Crignon

Université Paris-Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page