Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Isabelle Delpla, Le mal en procès. Eichmann et les théodicées modernes

Paris, Hermann (L’avocat du diable), 2011, 230 pages, 23,80 euros
Laurent Dartigues
Référence(s) :

Isabelle Delpla, Le mal en procès. Eichmann et les théodicées modernes. Paris, Hermann (L’avocat du diable), 2011, 230 pages, 23,80 euros

Texte intégral

1Dans ce livre, l’auteur élabore une critique de la notion de « banalité du mal » forgée par Hannah Arendt à partir du procès Eichmann en vue d’expliquer les crimes de masse. En reconnaissant, certes, que la banalité du mal est une formule qui a le mérite d’affirmer la dimension humaine du mal extrême « par opposition à l’idée de l’indicible d’un mal absolu et transcendant » (p. 117), Isabelle Delpla la qualifie néanmoins de « faux concept ». Delpla montre que cette formule a escamoté et même élidé un Eichmann « historique » plein de ressources et d’inventivité. Loin, donc, de l’image de ce bureaucrate terne, tout petit face à l’énormité de l’assassinat des Juifs d’Europe, tout petit rouage dans la machine de destruction nazie. Arendt n’a pas perçu que cette image relève en fait de sa stratégie de défense. Dans un contexte où de nombreuses preuves de la Shoah ont été accumulées – rendant impossible la négation de l’élément matériel du crime –, Eichmann ne pouvait en effet atténuer sa responsabilité qu’en niant l’élément intentionnel du crime. Pas plus ne pouvait-il se réfugier derrière l’obéissance aux ordres – il tombe alors sous la jurisprudence de Nuremberg par laquelle l’obéissance à des ordres manifestement illégaux ne constitue pas une levée de responsabilité. Le seul échappatoire pour la défense d’Eichmann repose dès lors sur un « je ne pense pas ». La banalité du mal apparaît ainsi comme le simple recouvrement, sans distanciation, de la tentative d’Eichmann de définir en sa faveur le cadre judiciaire. Delpla voit dans cet héritage arendtien un cas paradigmatique de la dépendance des conceptions morales du mal extrême vis-à-vis de la forme judiciaire d’accusation/défense.

2Mais l’intérêt du livre est porté bien plus haut que cela. À la réfutation épistémologique et historique de la banalité du mal, Delpla ajoute une proposition philosophique et méthodologique articulée à la notion de « forme-procès » entendue comme ce qui se passe dans le prétoire, mais aussi en dehors, sur la scène politique, médiatique, et en prenant en compte ce que le procès produit en termes de littérature, notamment les chroniques judiciaires. Elle défend la thèse que la banalité du mal est le symptôme d’une impasse pour la réflexion morale à penser le mal extrême, d’un impensable sur lequel achoppe une philosophie morale inapte à produire des différences morales à propos de ces crimes. Elle nous invite alors à opérer un renversement. Alors même que les catégories de pensée de la philosophie morale sur le mal se forgent dans le contexte judiciaire – ce qu’une comparaison avec le Tribunal pénal international en ex-Yougoslavie (TPIY) souligne avec force –, la forme-procès peut aider à penser moralement le crime de masse. À charge pour la philosophie de se faire un peu plus historienne, c’est-à-dire un peu plus attentive aux médiations par lesquelles la forme-procès peut se constituer comme « un lieu de formulation et de résolution de cet impensable moral [qui] permet de thématiser et de dépasser les schèmes théologiques ou ontologiques du mal dont la réflexion contemporaine reste tributaire » (p. 12). En confrontant Eichmann à Jérusalem à d’autres sources – des chroniques judiciaires, une biographie, l’historiographie renouvelée sur le nazisme –, Delpla montre de manière convaincante que cette question du mal extrême traitée par Arendt en termes métaphysiques peut être soumise à la réflexion philosophique.

Une critique de la banalité du mal et de l’image insignifiante d’Eichmann

3Selon Delpla, la banalité du mal chez Arendt fonctionne à la fois comme un paradigme du crime bureaucratique et désigne l’aspect ordinaire d’Eichmann, ni monstre inhumain, ni diable incarné. Le mal en Eichmann serait celui d’un crime sans volonté perverse, celui d’un homme terne, dénué de pensée, sans grande idéologie, mais techniquement compétent au sein d’une machine dont il est non l’agent du mal, mais juste le serviteur zélé.

4Si cette vision d’un Eichmann ordinaire semble largement partagée à l’époque, Delpla note qu’Arendt se distingue par le trait particulièrement caricatural de sa plume et l’éclaire par des hypothèses sur les points suivants :

  • les conditions d’élaboration d’Eichmann à Jérusalem, Arendt étant notamment en grande partie absente lors de la défense d’Eichmann ;

  • son équipement mental, à savoir ses travaux sur le totalitarisme et la vision qu’elle en a dégagée de l’homme dans un État totalitaire, homme entièrement soumis à l’organisation, dépouillé de son individualité ;

  • une réflexivité déficiente, aveugle aux effets de ses propres émotions mais aussi de sa position de surplomb bâtie sur sa certitude qu’elle détient la vérité sur Eichmann ;

  • sa volonté, appuyée sur un ton sarcastique ou violent, de démolir les thèses du procureur désireux de transformer le procès en tribune du récit du drame juif et présentant un Eichmann tout-puissant. Arendt tord dans l’autre sens son portrait d’Eichmann : il sera d’une terne normalité, voire parfaitement insignifiant.

5Non empiriquement formée, la banalité du mal est pour Delpla une pure formule métaphysique qui entre en résonance avec des attentes morales, des affects – l’effroi, la déception ou le désarroi à constater que ce grand criminel nazi n’est que cela –, mais aussi avec un besoin de consolation. À ce titre, Arendt renoue selon Delpla avec les théodicées et leur geste de salut : il s’agit pour Arendt de sauver la pensée qui protège du mal en faisant d’Eichmann, dans une tradition augustinienne, une figure du non-être.

6L’objectif de Delpla ne réside toutefois pas dans l’étude de l’incroyable destinée d’un concept équivoque qui mêle dimension psychologique (sur la normalité d’Eichmann), dimension morale (sur l’absence de culpabilité de sa conscience) et dimension historiographique (sur le crime bureaucratique). Son objectif demeure dans la question de la pertinence descriptive de ce concept pour rendre compte de la normalité des criminels de guerre et de la responsabilité des agents intermédiaires dans les crimes de masse. Delpla présente à ce titre la banalité du mal en fait comme un obstacle épistémologique à l’interprétation de ces crimes. La notion efface les médiations entre les domaines empirique et métaphysique, empêche de saisir comment un homme ordinaire se transforme en un tortionnaire : « Elle minimise ainsi, voire efface, la pluralité des options objectives et subjectives, la liberté de choix des criminels, la conscience qu’ils pouvaient avoir de la gravité morale ou de l’importance “historique” de leurs décisions » (p. 24-25).

7Dans un chapitre fort intéressant, Delpla expose en contrepoint la richesse des chroniques judiciaires de Poliakov, Kessel et surtout du poète Haïm Gouri. Ce qu’elle en souligne, l’écriture subjective, la sensibilité aux rescapés, le refus d’étiqueter Eichmann en une formule qui éloignerait de la singularité de son crime, la clairvoyance dans le jeu d’Eichmann, auraient dû définitivement grever la fortune du livre d’Arendt.

8Il s’agit, pour Isabelle Delpla, d’inférer des thématiques (obéissance, routine, etc.) et de la structure narrative (« je ne pense pas », l’effet déréalisant de la machine bureaucratique, la dissolution du moi, etc.) de la défense d’Eichmann, non un Eichmann « historique », mais un Eichmann « judiciaire » taillé pour le procès. Il s’agit, autrement dit, de comprendre que le vide qu’exprime Eichmann avec ce « je ne pense pas », pour faire entendre : « donc je ne suis pas coupable », est en réalité le pivot de sa défense.

9Le contre-interrogatoire va singulièrement affaiblir sa ligne de défense. Il apparaît en effet bien loin de l’image insignifiante qu’il tente d’imposer et se montre, au contraire, tenace, pugnace.

10C’est cela même que dévoile, par ailleurs, la biographie de Cesarini. À distance des constructions judiciaires aussi bien de la défense qui le présente comme un bureaucrate terne et obéissant, que de l’accusation qui le figure sous les traits d’un être diabolique, habité par le mal, animé par un antisémitisme obsessionnel, Eichmann apparaît comme un homme de terrain, énergique, inventif, mais aussi ambitieux et intransigeant, construisant une carrière tissée par une série de choix personnels et professionnels dans un contexte de radicalisation du nazisme. En outre, si l’historiographie des années 1960 et 1970 était susceptible de nourrir le portrait arendtien d’Eichmann dans la mesure où elle présentait la solution finale comme un processus bureaucratique et l’État nazi comme une sorte d’institution totale, monolithique, centralisée, l’historiographie actuelle impose la vision d’un Eichmann qui, sans être un haut dirigeant, disposait de marges de manœuvre et d’intervention considérables.

11Après avoir montré que les schèmes théologiques de la théodicée (le non-être, le salut et la consolation) avaient infiltré la réflexion d’Arendt, Delpla reprend à nouveaux frais cette question de la dépendance des conceptualisations du mal aux catégories judiciaires à partir d’un travail de terrain réalisé de 2002 à 2007 en Bosnie-Herzégovine où elle effectua notamment des enquêtes auprès d’associations de victimes, de témoins pour l’accusation au TPIY et de cinq condamnés.

12Delpla est frappée par le revirement des stratégies de défense et d’accusation par rapport au procès Eichmann. L’argument du rouage dans la machine ou d’une routine détachable de la finalité destructrice est une thématique non pas invoquée par la défense mais par l’accusation. Il ne devient compréhensible qu’au regard des avancées juridiques productrices de nouvelles catégories. Face à la difficulté d’élucider les responsabilités pénales dans le cadre d’actions collectives et complexes, de démonter les rapports de pouvoir et les chaînes de commandement, le droit pénal international a en effet élaboré de nouveaux outils :

  • la responsabilité de commandement par laquelle le donneur d’ordre est considéré comme auteur ;

  • la coaction et l’entreprise criminelle commune (ECC) qui permettent de verser dans la catégorie « auteur » celui qui jusque-là était qualifié de complice au motif qu’il n’était pas l’exécutant direct de l’acte criminel. Dorénavant, dès lors que l’action est menée à plusieurs dans une entreprise criminelle commune, tous les participants actifs à cette entreprise sont considérés comme auteurs du crime.

13Si les nouvelles catégories juridiques ne déterminent pas mécaniquement les stratégies dans les prétoires (le type de preuves à charge, les visées des procureurs, les normes d’acceptabilité morale les façonnent également), les modalités de défense en sont bien évidemment bouleversées. Il s’agit de mettre en avant désormais le caractère isolé et inorganisé des crimes, sa sphère d’activité propre, physiquement éloignée des lieux d’effectuation des crimes.

14On imaginerait qu’à travers l’exemple arendtien, Delpla congédie la forme-procès en tant que forme adéquate pour penser le mal dans la mesure où les horizons d’attente, les investissements affectifs, la scénarisation inhérente au prétoire, apparaissent peu propices à une prise de distance rationnelle. La réflexion philosophique sur le mal façonnée par la forme-procès produit cette idée insupportable qu’est la banalité du mal qui occulte la construction judiciaire tout en étant l’héritière des schèmes théologiques du mal comme non-être.

15Et c’est précisément là que Delpla opère un retournement tout à fait passionnant par lequel elle réhabilite au contraire la forme-procès pour penser moralement le mal. Elle le conditionne à une prise de liberté afin de se déprendre des attentes souterraines de salut et de mettre à distance les arguments de la défense en tant que stratégies au lieu de les prendre pour des catégories nous menant directement à la saisie de la nature du mal.

16La forme-procès peut alors se constituer en matrice de théorisation du mal « impensable » parce que le prétoire est construit comme un espace conflictuel qui n’a pas pour but de déboucher sur des positions communes, mais fait travailler de manière informée et argumentée cette conflictualité afin de produire un jugement en deçà de la condamnation morale unanime des crimes de masse par les grands systèmes moraux (utilitariste, kantien ou sceptique) qui ne dit au fond que cela : il est impossible d’effectuer des comparaisons morales entre des situations de génocide, le discours moral est dans l’incapacité de se différencier selon qu’il parle du Rwanda ou du Cambodge. Delpla va plus loin : elle pose que la forme-procès est « la forme par excellence de réflexion sur l’impensable moral » (p. 206), en particulier parce que le procès est un lieu de qualification normative qui va chercher à différencier le crime de génocide, le crime de guerre, le crime de purification ethnique. Delpla souligne que « des questions, moralement impensables, redeviennent sensées dans le cadre judiciaire » (p. 205) qui se doit de produire des savoirs, d’établir des faits et de la vérité, de recourir aussi à des sciences empiriques (histoire, anthropologie, psychologie) pour proposer des hypothèses sur l’émergence et la mise en œuvre de politiques d’extermination autorisant non seulement à qualifier la nature juridique des crimes mais aussi à différencier les situations.

17Ainsi, un déplacement de la philosophie morale vers la forme-procès fait resurgir la question morale vis-à-vis du mal extrême en tant que délibération rationnelle sur les justifications morales des criminels et que le procès va mettre en évidence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Dartigues, « Isabelle Delpla, Le mal en procès. Eichmann et les théodicées modernes », Astérion [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://asterion.revues.org/2456

Haut de page

Auteur

Laurent Dartigues

Triangle (CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page