Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

La tentation de l’édition : Montesquieu annotateur de Cicéron

The temptation to publish : Montesquieu's annotations on Cicero
Catherine Volpilhac-Auger

Résumés

Cet article retrace la manière dont j’ai découvert et surtout identifié et authentifié un manuscrit inédit de Montesquieu, les Notes sur Cicéron (conservé dans le fonds de La Brède de la bibliothèque de Bordeaux). Ce document jette un jour nouveau sur la formation philosophique de Montesquieu et révèle une attitude très critique envers la religion, inspirée en grande partie par la lecture de Bayle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lyon, ENS Éditions, et Paris, Classiques Garnier ; ce volume est dirigé par Rolando Minuti (...)
  • 2  « La tentation du secret ? La part de l’inédit dans l’œuvre de Montesquieu », La Lettre cl (...)

1Au début des années 2000, j’ai eu la bonne fortune de découvrir un manuscrit inédit de Montesquieu du plus haut intérêt. Alors qu’une année au moins nous sépare encore de l’édition critique complète de ce texte, par les soins de Pierre Rétat, dans le tome XVII des Œuvres complètes de Montesquieu1, je souhaite reprendre ici en détail les circonstances et surtout un processus d’identification que j’ai évoqués sommairement dès 2003 dans La Lettre clandestine2 : il s’agit ici de fonder en légitimité, à plusieurs titres, cette découverte.

  • 3  Pierre Rétat et moi-même en assurons ensemble la direction depuis 2005. Sur l’ensemble du (...)

2Car si la publication de 2003 attirait l’attention sur un manuscrit que je savais ne pouvoir être édité rapidement (il faut tenir compte de la difficulté intrinsèque du manuscrit, mais aussi du rythme propre d’une édition qui comporte plus de vingt volumes), c’est bien au sein de ces Œuvres complètes3 que celui-ci doit trouver sa place. Car rien ne permettait à première vue, et même après examen, d’identifier comme étant de Montesquieu un manuscrit datant de la fin du xixe siècle ou du début du xxe ; seuls les travaux devenus nécessaires au fil d’une aussi longue entreprise que les Œuvres complètes, et dont la première conséquence est d’en allonger encore eux-mêmes les délais, permettaient de lui donner sa juste valeur : en effet seules une connaissance approfondie des habitudes de rédaction et de la pensée de Montesquieu et une longue pratique d’un fonds manuscrit hétérogène et peu connu pouvaient inciter à prêter quelque attention à ce texte écrit d’une main appliquée, sur un papier à carreaux, et que rien ne désignait à l’intérêt du lecteur.

Identifier

  • 4  Louis Desgraves, Inventaire des documents manuscrits des fonds Montesquieu de (...)

3Cette soixantaine de feuillets semblait en effet relever d’une masse d’écrits tout aussi intéressants que les comptes ou créances, courriers reçus et notes personnelles que des générations de châtelains descendants de Montesquieu avaient conservés dans leurs armoires en sus des archives propres au château de La Brède. En 1994 la dation Jacqueline de Chabannes a enrichi les fonds de la bibliothèque municipale de Bordeaux d’une quantité considérable d’imprimés (plus de quinze cents ouvrages ayant appartenu à Montesquieu, et combien d’autres acquis par ses descendants !) et de manuscrits d’époques diverses : parmi les 664 manuscrits correspondant à plusieurs milliers de documents que compte le fonds dit « La Brède », inventoriés par Louis Desgraves en 19984, ceux qui sont issus de la main de Montesquieu ne sont pas les plus nombreux : tout juste quelques dizaines.

  • 5  Ms 2532.
  • 6  Ms 2526. Sur l’identification de l’écriture des secrétaires, voir C. Volpilhac-Auger, «  (...)

4D’un intérêt évidemment moindre, tous ceux qui proviennent de sources diverses, en particulier de son fils, Jean-Baptiste de Secondat : ce polygraphe publia fort peu mais s’intéressa à tout, laissant force notes, mémoires académiques, extraits de lecture, résumés ou analyses de toutes sortes. Certains lots restent mystérieux, car ils ne portent aucune marque d’origine, comme ces « Observations sur la vue » qui reproduisent le compte rendu de 1728, dans l’édition française des Philosophical Transactions, d’une opération sur un aveugle-né menée par le chirurgien Cheselden5 : qu’en faire ? Malgré tout l’intérêt que présente cet écrit, dont le texte-source remonte à une époque où « le problème de Molyneux » n’avait pas encore trouvé beaucoup d’écho, mieux vaut, en l’absence de tout indice permettant d’attribuer à Montesquieu la décision de le faire copier, s’abstenir d’en charger les Œuvres complètes. Il en est de même pour d’autres manuscrits, qui paraissaient pourtant présenter toutes les garanties permettant de les attribuer à Montesquieu. Ainsi seule l’identification récente (mars 2013) d’une forme cursive de l’écriture de Jean-Baptiste de Secondat a permis d’exclure du corpus Montesquieu des extraits en latin de Pline l’Ancien qui pourtant figuraient au cœur d’un lot jusque-là considéré comme parfaitement homogène, constitué de près de trente extraits incontestablement dus à Montesquieu et de la main de ses secrétaires6.

  • 7  Ms 2538.
  • 8  Le Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu à La Brède, C. Volpilhac-Auger éd., en (...)
  • 9  Première vente de 1926, no 84 (mai 1926, Catalogue Lefrançois et Bosse ; la se (...)

5Pourquoi donc s’intéresser à un manuscrit aussi récent, ainsi désigné dans l’Inventaire de Louis Desgraves : « Copie, d’une écriture du xixe siècle, de notes extraites de l’ouvrage suivant : Ciceronis (M. Tullii) Opera, à Dion. Lambino emendata et aucta cum annotationibus. Parisiis, 1565. In-2o »7. La même source indique que cet ouvrage en latin, qui apparaît bien dans le catalogue de la bibliothèque de Montesquieu sous le numéro 18418, a été vendu en 1926. Il est alors ainsi décrit dans le catalogue de vente : « Nombreuses et importantes notes manuscrites à l’encre, du début du xviie siècle, principalement dans le 2e volume. »9 Des notes du début du xviie siècle recopiées au xixe… Qui voudrait y perdre son temps ? Néanmoins le doute s’insinue : parmi les noms que l’on découvre en feuilletant ce qui apparaît donc comme une copie, ceux de Bayle, Malebranche et Fontenelle ; en fait d’auteurs du xviie siècle, ceux-ci sont bien tardifs, Fontenelle ayant même survécu à Montesquieu… Il est évident dès lors que ces notes de lecture ont de fortes chances d’être contemporaines de Montesquieu.

  • 10  Voir feuillet 1 : « […] ce qui est selon l’ordre de la nature n’a point de raport avec q (...)

6Mais sont-elles de Montesquieu ? Toute la question est là, et c’est ce qu’il faut prouver pour donner quelque autorité à ce manuscrit ; je reprendrai ici ce que j’invoquais déjà en 2003, le travail accumulé depuis n’ayant pas modifié ces remarques, que je confirme aujourd’hui. Le copiste, dont l’écriture est très soigneuse, scolaire et appliquée mais aisée, semble avoir eu le scrupule de reproduire toutes les altérations ou particularités du texte, laissant d’innombrables blancs, alors même que le texte se laissait reconstituer facilement10, et suivant une orthographe archaïque, qui a souvent (mais pas toujours) les caractéristiques mêmes de celle de Montesquieu : les finales de 3e personne du pluriel à l’imparfait ou au conditionnel en -oint au lieu de -oient (constante absolument invariable chez Montesquieu), « home » pour « homme », « touts » pour « tous », « relligion » pour « religion », etc. – sans oublier « Malbranche » ou « Baile ».

  • 11  Feuillet 3. Nous indiquons entre crochets les lettres que nous suppléons ; nous laissons (...)
  • 12  Nous donnons le numéro de la lettre selon l’édition de 1721 (que reprend l’édition (...)
  • 13  Œuvres complètes, t. VIII (Œuvres et écrits divers, Oxford, Voltaire Foundation, 2003), (...)

7Mais surtout, argument décisif, on y relève des formules qui se retrouvent dans l’œuvre de Montesquieu – et pas forcément dans les passages les plus connus, qu’un lecteur aurait pu trouver facilement : « Pitagorici juraba[nt] in verba magistri ipse dixit est toujo[urs] une sotise »11 – ce qui correspond au texte des Pensées, no 66 : « Les pitagoriciens se cachoient toujours derriere leurs maitres, ipse dixit, disoient-ils, mais ipse dixit est toujours une sotise ». De même, mais cette fois plus visible, au feuillet 13 : « Spinosa dit fort [ ] que si les cercles vouloient faire un dieu ils le feroient rond et que les quarrez le feroient [ ]. On dit que les maures peignent le diable blanc », ce qui nous renvoie évidemment aux Lettres persanes 57 (59)12 : « Je ne suis pas surpris que les Nègres peignent le diable d’une blancheur éblouissante et leurs dieux noirs comme du charbon. […] On a dit fort bien que, si les triangles faisoient un dieu, ils lui donneroient trois côtés. » Que Spinoza, auteur sulfureux s’il en fut, n’apparaisse pas dans l’œuvre publiée, et soit explicitement mentionné dans les Notes sur Cicéron n’a rien qui doive surprendre, bien au contraire. Et on pourrait multiplier les exemples, moins spectaculaires car ils portent sur des idées autour desquelles Montesquieu tisse des variations au fil des Pensées, comme le refus de « qualités » absolues. Mais surtout on citera l’analyse qu’en fait Pierre Rétat dans son édition du Discours sur Cicéron, œuvre qui reproduit, avec de légères différences, le texte qui ouvre les Notes13 : le Discours, ancien (il est daté approximativement de 1717), reproduit manifestement ce passage liminaire des Notes, qui resteront présentes à l’esprit de l’auteur des Lettres persanes.

Comprendre

  • 14  Encore les experts en autographes de l’époque, dépourvus des instruments et des (...)
  • 15  Voir C. Volpilhac-Auger, avec la collab. de G. Sabbagh et F. Weil, Un auteur en quête d’ (...)
  • 16  Voir note précédente. Il n’en est jamais question dans la correspondance de Cé (...)

8Il est donc clair que les notes portées par l’exemplaire de Cicéron ne peuvent être que de la main de Montesquieu, et de lui seul. Qu’on ne s’étonne pas de la méconnaissance dont ont fait preuve les experts de 1926, Charles Bosse et Francisque Lefrançois, chargés de rédiger les catalogues de vente : experts en librairie ancienne, non en autographes14, ils avaient certes tout intérêt à attribuer à Montesquieu de telles surcharges marginales, qui auraient donné une valeur considérable à l’ouvrage ; mais leur ignorance de l’écriture de Montesquieu est totale, et leurs erreurs sont fréquentes. À l’époque, seuls Charles de Montesquieu, qui ouvrit les archives de La Brède aux chercheurs, Raymond Céleste, le bibliothécaire de Bordeaux qui travailla tant dans la bibliothèque du château, et Henri Barckhausen, le grand éditeur des Pensées et de beaucoup d’autres écrits de Montesquieu, étaient capables de l’identifier – or le premier est mort en 1900, le second en 1911 et le troisième en 1914. Quant au successeur de Céleste, François Gébelin, éditeur de la correspondance en 1914, il commet constamment les pires bévues sur l’interprétation des « mains »15. Les notes en marge du Cicéron demandaient quelque effort pour être déchiffrées ; il ne faut pas chercher plus loin la raison pour laquelle elles ont été jugées négligeables en 1926, alors qu’avant 1900, elles avaient suscité le plus grand intérêt, puisqu’on en avait dressé copie, sans aucun doute afin de les exploiter dans le cadre de l’édition alors en cours des inédits de La Brède publiés par les Bibliophiles de Guyenne16.

  • 17  Pour une présentation ludique du phénomène, voir dans la rubrique « À vous de jouer » du (...)

9Une des difficultés de lecture provient des blancs laissés si scrupuleusement par le copiste. Quelle en est la raison ? Le manuscrit la livre, qui renvoie chaque fois à la page d’où est tirée la remarque : lorsque la page indiquée est un verso (page paire), c’est le premier mot qui manque ou qui est incomplet, puis le quatrième ou le cinquième (selon la longueur des précédents) ; quand c’est un recto, c’est le troisième ou le quatrième17. Cette observation ne souffrant aucune exception, on en déduit qu’on a affaire soit à un rongeur particulièrement systématique et persévérant (ce que n’indique pas le catalogue de vente de 1926, alors que c’est la première chose qu’est censé signaler un tel catalogue), soit, et c’est beaucoup plus vraisemblable, aux méfaits du rognage dû à un relieur, phénomène fréquent s’il en fut. Point de mystère donc, mais une raison toute matérielle.

  • 18  Ms 2538, f. 18, 19 et 41.

10Mais la copie ne présente-elle pas en plusieurs occasions des hésitations, voire des erreurs étranges ? Ainsi « [Les] cartésiens vivoient [d’un] pareil raisonnemt » ne peut se comprendre que si on suppose une mauvaise lecture de riroient ; ailleurs, on trouve aviarisme pour arianisme, et dans un mot tronqué « spir », alors que le contexte indique qu’il est question de Spinoza18. Comment pareilles bévues ont-elles pu arriver ? Ne pourrait-on douter que le copiste ait eu les notes mêmes sous les yeux ? Il faudrait alors supposer une étape intermédiaire, les présentes notes ne constituant donc que la copie d’une copie ; pour retrouver le sens originel par-delà toute une chaîne d’erreurs et de malentendus, l’éditeur devrait donc imaginer ce que ledit copiste aurait eu sous les yeux, et l’imaginer parfois contre ce qui est transcrit… Tentation dangereuse, car elle ouvre la porte à toutes les interprétations, et se heurte d’emblée à une objection de bon sens : si Montesquieu a copié, ou fait copier ces notes par un secrétaire, pourquoi n’a-t-il pas complété, ou fait compléter, les mots manquants, parfois si évidents ?

11Il apparaît en fait que le copiste, qui reprend chaque fois plusieurs mots de Cicéron commentés par Montesquieu, ne connaît pas le latin, et sans doute guère davantage la philosophie et l’histoire. Il estropie régulièrement les noms propres, et confond parfois le s et le f, ce qui traduit une méconnaissance des ductus et graphies datant de l’Ancien Régime ; et s’il écrit « spir » alors que le nom de Spinoza se trouve à la ligne suivante, il révèle à la fois son respect du texte et son incompréhension ; de plus, quiconque a pratiqué l’exercice de transcription sait qu’il existe une marge d’erreur, quels que soient le document envisagé et les qualités du transcripteur : c’est assez pour expliquer l’intégralité des incohérences et absurdités des Notes sur Cicéron.

  • 19  Voir Un auteur en quête d’éditeurs ?, ouvr. cité, p. 287-292.

12Ce copiste, dont on retrouve la main sur plusieurs documents commandités par Raymond Céleste, n’avait aucune raison de ne pas disposer de l’original de Cicéron : entre 1889, date des premiers projets de publication, et 1914, date à laquelle les archives de La Brède se referment après avoir donné lieu à la publication de la correspondance, les Opera de Cicéron étaient présents à La Brède ; jusqu’en 1911 au plus tard, elles étaient à la disposition du seul Céleste, qui a manipulé, voire transporté jusqu’à Bordeaux les manuscrits les plus précieux19 ; c’est durant ce laps de temps qu’ont été transcrites ces notes, qui n’ont alors pas trouvé d’usage. De surcroît, ainsi que l’a découvert Pierre Rétat en travaillant à l’édition de ce texte, les appels de notes placés par Montesquieu sur l’original obéissent à un système propre, observable sur d’autres manuscrits (notamment celui de L’Esprit des lois) mais étranger au système moderne, ce que le copiste n’a manifestement pas compris, mais qui permet de retrouver la logique de plusieurs des phénomènes apparemment incohérents. Mais la conclusion ne s’en impose pas moins : les passages incompréhensibles (et il en restera, car par respect du texte on se gardera bien de céder à une autre tentation, qui est de prétendre tout expliquer) le demeureront tant qu’on n’aura pas retrouvé les Opera de Cicéron vendus en 1926.

  • 20  Sous la cote B 403 (1-2).

13Cependant une autre découverte à la bibliothèque de Bordeaux jette un jour inattendu sur ce manuscrit. L’idée vient assez naturellement : ne pourrait-on retrouver dans les fonds bordelais, et donc désormais tout proche des Notes sur Cicéron, le précieux exemplaire qui livrerait toutes ces clés ? En effet la bibliothèque de Bordeaux a acheté en 1926, et plus tard, des ouvrages issus de cette vente. Mais la piste semble s’arrêter là, car ce n’est malheureusement pas le cas pour l’in-folio de Cicéron ; l’ouvrage est bien présent à Bordeaux20, mais il s’agit d’un exemplaire provenant du couvent des Capucins de Cadillac, et saisi à la Révolution – il n’a donc rien à voir avec un exemplaire enfermé à La Brède pendant plusieurs siècles.

  • 21  Il est cependant plus vraisemblable de penser que c’est l’ouvrage de Bordeaux (...)

14Il valait pourtant la peine d’en demander communication : sur l’ouvrage ont été reportés par le copiste de Céleste les appels indiqués par les notes, ainsi que l’indication de soulignements et autres marquages… Évidemment, seul Céleste pouvait permettre d’opérer ainsi, transportant à La Brède l’exemplaire de la bibliothèque municipale, ou inversement, pour garder trace des annotations et rendre compte facilement de leur disposition sur la page21. La chasse au trésor, qui menaçait d’être décevante en cette ultime étape, réservait donc finalement une surprise, qui ne contribuera pas peu à l’interprétation du texte.

Interpréter : la « liberté de la philosophie »

15Une fois toutes ces données reconnues et éclaircies, l’essentiel reste à faire : l’édition et l’annotation d’un texte qu’il faut mettre en relation avec l’ensemble d’une œuvre, publiée ou non, dont les dimensions se sont considérablement accrues en quelques années, et qu’il faut parfaitement connaître si l’on veut en saisir toutes les nuances. Car la particularité de ces Notes est de conserver la « liberté de la philosophie » :

  • 22  Ms 2538, f. 1.

Je n’ay pu m’empecher en lisant ces merveilleux ouvrages de charger mes [marges ? pages ?] de quelques réflexions et je les ai faittes dans la liberté de la philosophie j’ay souvant fait abstraction d’une relligion que je revere, et come il est impossible d’estre philosophe et theologien tout ensemble, parce que ce qui es[t] selon l’ordre de la nature n’a point de raport à ce qui est selon l’or[dre] de la grace je me suis souvent mis à la place du paien dont je lis[ais] les ouvrages bien résolu de rentrer aussi tost dans le devoir et de quitt[er] en sortant ces sentimens à la porte de mon cabinet.22

  • 23  C. Volpilhac-Auger, L’Atelier de Montesquieu : manuscrits inédits de La Brède, Cahiers M (...)
  • 24  Voir C. Volpilhac-Auger, avec la collab. d’Hélène de Bellaigue, Les plus belles pages de (...)

16Entrer dans le cabinet de Montesquieu après avoir ouvert la porte de son atelier pour éditer ses manuscrits de travail23, telle est la véritable tentation de l’éditeur : tentation légitime, qui met en perspective sans les opposer de manière simplificatrice deux aspects de son activité intellectuelle, l’une ouverte et connue, l’autre soigneusement tenue au secret24.

17Il n’est pas étonnant que la plupart de ces notes portent sur le De natura deorum et le De divinatione de Cicéron, ouvrages qui depuis la Renaissance ont attiré particulièrement l’attention parce qu’ils contenaient une critique des fondements philosophiques de la religion. La « liberté de la philosophie », pour Montesquieu, c’est l’usage de la raison, et un usage hautement revendiqué. Ces notes apportent donc un témoignage nouveau et précieux sur la pensée religieuse de Montesquieu autour de 1715 (on se gardera de s’avancer plus avant dans la chronologie). On connaissait l’acidité de sa critique, ne serait-ce que par les Lettres persanes ; les notes sur Cicéron nous révèlent une virulence insoupçonnée à l’égard de la religion chrétienne, de ses fondements théologiques, de ses dogmes, de ses pratiques. Il a beau affirmer dans la note-résumé initiale et dans d’autres endroits sa « vénération » pour la religion : il ne cesse de la soumettre à des attaques qui prennent volontiers un tour sarcastique.

18Pour exercer cette liberté, il a des maîtres. Outre Cicéron lui-même et le Cotta du De natura deorum, ce sont Descartes, Malebranche, et surtout Bayle. La philosophie cartésienne et post-cartésienne, qu’on appelait alors couramment la « nouvelle philosophie », inspire à Montesquieu un grand nombre de réflexions critiques sur la philosophie antique : en particulier il y dénonce fréquemment, comme il le fera par la suite, la croyance ruineuse aux qualités objectives. Mais c’est de loin l’influence de Bayle qui apparaît de façon prépondérante dans ces notes. On en avait repéré des traces éparses dans ses œuvres de jeunesse connues jusqu’alors. Ces Notes sur Cicéron révèlent une véritable imprégnation, en particulier de la Continuation des Pensées diverses dont elles renvoient une multitude d’échos. On voit Montesquieu suivre Bayle, qui lui-même prenait pour point de départ et pour référence constante Cicéron, dans sa critique religieuse : invalidation de l’argument du consentement universel, réduction de toute la philosophie antique à l’athéisme, rétrécissement drastique du champ du religieux et extension concomitante du champ de l’athéisme, séparation absolue de la religion et de la moralité.

  • 25  Sur ce sujet dans les Pensées, voir D. de Casabianca, « Des objections sans réponses ? À (...)

19Ces notes nous amènent donc à réévaluer profondément cet aspect de la formation et de la culture philosophiques du jeune Montesquieu. On peut en dire autant du rapport à Malebranche, qui se révèle intime et complexe, et même d’une « tentation matérialiste » qui s’exprime en une occasion avec hardiesse25.

20Voilà les principales réflexions suggérées par un texte dont l’extrême richesse intrinsèque – car à travers les notes, c’est toute une attitude critique qui s’exprime, et l’on est loin d’une écriture seconde inféodée au texte-source – est d’ores et déjà perceptible : grâce à ces Notes, on découvre un autre Montesquieu, mais aussi des phénomènes latents dans les premières années d’une période qui voit s’affirmer un nouvel esprit philosophique. Étape décisive, ou plutôt prélude à un mouvement qui ne se manifeste ouvertement que plus tard, à travers quelques ouvrages de Voltaire (on pense à Œdipe, riche de potentialités), et ne s’affirme véritablement qu’avec les Lettres persanes en 1721. Cette progression souterraine des idées, cette prise de conscience qui accompagne les conséquences implacables d’un raisonnement critique, telles sont les conditions indispensables de l’émergence des Lumières, qui transforme en auteurs actifs de simples lecteurs. Montesquieu lecteur de Cicéron devient annotateur, et bientôt le témoin se fait critique, accusateur, et acquiert l’autonomie de la philosophie. Avec ces Notes, c’est le mouvement même des Lumières qui révèle ses fondements.

21La publication prochaine de ce texte décisif dans les Œuvres complètes permettra de mesurer la nécessité d’une édition dont toute la difficulté est de faire apparaître de la manière la plus claire et la plus utile au lecteur le rapport au texte-source, en déjouant les difficultés d’une transcription à la fois scrupuleuse et maladroite, afin de déceler, au-delà du renvoi à Cicéron, le réseau d’une culture où Bayle joue un si grand rôle, et les conséquences d’une critique radicale alimentée par des sources multiples. Sans doute aurait-il été plus facile, et fort tentant, de mettre en ligne une version provisoire, afin de satisfaire la curiosité et de prendre date ; mais c’était prendre le risque de faire circuler une version qui n’aurait pas bénéficié de toute l’attention requise, alors que ce texte ne peut être publié sans une importante préparation éditoriale. Cette édition ne pouvait se faire sans la convergence d’énergies mobilisées pour les Œuvres complètes : elles en constitueront, par un juste retour des choses, l’un des fleurons.

Haut de page

Notes

1  Lyon, ENS Éditions, et Paris, Classiques Garnier ; ce volume est dirigé par Rolando Minuti et devrait voir le jour en 2014.

2  « La tentation du secret ? La part de l’inédit dans l’œuvre de Montesquieu », La Lettre clandestine no 11, 2003, p. 47-58.

3  Pierre Rétat et moi-même en assurons ensemble la direction depuis 2005. Sur l’ensemble du projet, voir « Onze mille pages. L’édition des Œuvres complètes de Montesquieu », Astérion no 4 (2006), http://asterion.revues.org/document587.html. Pour un état actualisé de la publication, voir http://montesquieu.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique5, et en particulier l’état présent de l’édition : http://montesquieu.ens-lyon.fr/spip.php?article902 (dernière consultation de ces trois sites : 3 avril 2013).

4  Louis Desgraves, Inventaire des documents manuscrits des fonds Montesquieu de la bibliothèque municipale de Bordeaux, Genève, Droz, 1998.

5  Ms 2532.

6  Ms 2526. Sur l’identification de l’écriture des secrétaires, voir C. Volpilhac-Auger, « Une nouvelle “chaîne secrète” de L’Esprit des lois : l’histoire du texte », dans Montesquieu en 2005, C. Volpilhac-Auger éd., SVEC, Oxford, Voltaire Foundation, 2005, p. 83-216.

7  Ms 2538.

8  Le Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu à La Brède, C. Volpilhac-Auger éd., en collaboration avec F. Weil et L. Desgraves, Cahiers Montesquieu no 4, Naples, Liguori, 1999. Je prépare une nouvelle édition, électronique et enrichie, de ce catalogue au sein du LabEx Comod (fin 2013).

9  Première vente de 1926, no 84 (mai 1926, Catalogue Lefrançois et Bosse ; la seconde vente, beaucoup plus importante, eut lieu en novembre).

10  Voir feuillet 1 : « […] ce qui est selon l’ordre de la nature n’a point de raport avec qui est selon l’or (sic) de la grace » ; rien n’était plus simple que d’ajouter les lettres dre après or ; ce que le copiste s’est bien gardé de faire.

11  Feuillet 3. Nous indiquons entre crochets les lettres que nous suppléons ; nous laissons en blanc les passages pour lesquels le sens ne fait pas difficulté, ou pour lesquels plusieurs restitutions sont possibles.

12  Nous donnons le numéro de la lettre selon l’édition de 1721 (que reprend l’édition publiée au tome I des Œuvres complètes, Oxford, Voltaire Foundation, t. I), puis selon l’édition de 1758 (reprises depuis par toutes les éditions modernes). Pour les Pensées, nous citons le texte de l’édition en préparation pour les Œuvres complètes (t. XIV-XV), qui reprendra la numérotation utilisée par celle de Louis Desgraves (Paris, Robert Laffont [Bouquins], 1991).

13  Œuvres complètes, t. VIII (Œuvres et écrits divers, Oxford, Voltaire Foundation, 2003), p. 119-120.

14  Encore les experts en autographes de l’époque, dépourvus des instruments et des reproductions dont nous disposons depuis un demi-siècle, ont-ils commis bien des erreurs : on se gardera de reproduire sans examen critique les affirmations d’un Charavay, qui a fait autorité pendant des décennies.

15  Voir C. Volpilhac-Auger, avec la collab. de G. Sabbagh et F. Weil, Un auteur en quête d’éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montesquieu (1748-1964), Lyon, ENS Éditions (Métamorphoses du livre), 2011, chap. 11 et 12, p. 277-316.

16  Voir note précédente. Il n’en est jamais question dans la correspondance de Céleste et du baron Charles de Montesquieu conservée à la bibliothèque municipale de Bordeaux, mais elles pouvaient constituer un apport documentaire non négligeable ; et pour que les Bibliophiles de Guyenne puissent juger de leur intérêt, ne fallait-il pas d’abord les transcrire ?

17  Pour une présentation ludique du phénomène, voir dans la rubrique « À vous de jouer » du site « Lire Montesquieu » (C. Volpilhac-Auger, webdoc multimédia, ENS de Lyon et UOH, 2010), le « Jeu des mots absents » : http://lire-montesquieu.ens-lyon.fr/a-vous-de-jouer-99506.kjsp?STNAV=&RUBNAV=#A%20vous%20de%20jouer-%20Jeux%20des%20mots%20absents (dernière consultation le 3 avril 2013).

18  Ms 2538, f. 18, 19 et 41.

19  Voir Un auteur en quête d’éditeurs ?, ouvr. cité, p. 287-292.

20  Sous la cote B 403 (1-2).

21  Il est cependant plus vraisemblable de penser que c’est l’ouvrage de Bordeaux qui a voyagé jusqu’à La Brède : sinon, comment expliquer que le manuscrit des Notes soit resté à La Brède, alors qu’il aurait pu figurer dans le fonds Céleste de la bibliothèque de Bordeaux (Ms 1990) ?

22  Ms 2538, f. 1.

23  C. Volpilhac-Auger, L’Atelier de Montesquieu : manuscrits inédits de La Brède, Cahiers Montesquieu, no 7, Naples, Liguori, 320 pages, 2001 (avec la collab. de C. Bustarret).

24  Voir C. Volpilhac-Auger, avec la collab. d’Hélène de Bellaigue, Les plus belles pages des manuscrits de Montesquieu confiés à la bibliothèque municipale de Bordeaux par Jacqueline de Chabannes, Bordeaux, William Blake and Co, 2005, section II : « L’œuvre au secret ». Les trois paragraphes suivants sont dus à Pierre Rétat, que je remercie.

25  Sur ce sujet dans les Pensées, voir D. de Casabianca, « Des objections sans réponses ? À propos de la “tentation” matérialiste de Montesquieu dans les Pensées », dans Revue Montesquieu, no 7 (2004), p. 135-156, http://montesquieu.ens-lyon.fr/spip.php?article329 (dernière consultation : 3 avril 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Volpilhac-Auger, « La tentation de l’édition : Montesquieu annotateur de Cicéron », Astérion [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 21 février 2017. URL : http://asterion.revues.org/2444

Haut de page

Auteur

Catherine Volpilhac-Auger

Professeur de littérature française à l’École normale supérieure de Lyon et membre de l’Institut universitaire de France, Catherine Volpilhac-Auger est codirecteur de l’édition des Œuvres complètes de Montesquieu. Ses recherches principales portent sur l’Antiquité au xviiie siècle, la pensée et l’œuvre de Montesquieu, l’histoire à l’Âge classique et la théorie et la pratique de l’édition critique. Parmi ses ouvrages récents, l’édition critique du manuscrit de travail de L’Esprit des lois (2 vol., Oxford, Voltaire Foundation, 2008) et Un auteur en quête d’éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montesquieu (1748-1964), Lyon, ENS Éditions, 2011.

Articles du même auteur

Haut de page