Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Métamorphoses de l’idée d’empire à la Renaissance

Metamorphosis of the idea of empire in the Renaissance
Thierry Ménissier

Résumés

Époque de transition, la Renaissance connaît une série d’évolutions de l’idée politique d’empire (héritée du Moyen Âge) vers la réalité moderne d’un vaste marché coordonnant progressivement les économies nationales particulières et leurs réseaux d’influence. Ces évolutions permettent-elles d’évoquer la mise en place d’une « version économique de l’empire » ? Peut-on regarder ce qui se joue à la Renaissance, saisie à travers ses relations géopolitiques, comme la préfiguration de la globalisation ? L’article examine ces questions à partir de plusieurs hypothèses et défend la thèse que l’idée d’empire subit à cette époque des « métamorphoses », c’est-à-dire des évolutions qui en modifient le concept, notamment en ce qui concerne le rapport entre domination et territorialité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  P. Sloterdijk, Sphères II : Globes, trad. O. Mannoni, Paris, Fayard (Pluriel), 2010, p (...)

Ce fut le mérite des grandes cultures que d’avoir élevé l’inclusion de l’extérieur stressant à un niveau tenable à plus long terme du point de vue historique. Les puissances mondiales qui devinrent plus que des improvisations militaires, furent celles qui parvinrent à dompter le monstre de l’extériorité – la mort, le mal, l’étranger, le démesuré – et à transmettre les résultats de leur domptage, sous forme d’habitus culturel, aux générations suivantes. […] Les hautes cultures s’entendent à faire de l’extériorité écrasante des négativités utiles.1

  • 2  Voir J.-M. Besse, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance(...)
  • 3  Voir D. Innerarity, La démocratie sans l’État. Essai sur le gouvernement des sociétés (...)
  • 4  Sur la globalisation, voir Ph. Moreau-Desfarges, La mondialisation. Vers la fin des fr (...)

1Il est intéressant d’envisager l’étude du rapport entre l’empire et la domination territoriale à partir des mutations qui, à la Renaissance, donnèrent naissance au monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. Une telle démarche est également séduisante : intuitivement, lorsque nous sommes emportés par une vision rétrospective de l’histoire, nous imaginons que comme elle fut l’époque des grandes découvertes et du début d’une représentation élargie du monde2, la Renaissance a connu les prémisses de la « globalisation ». Par ce terme, nous entendons à la fois un phénomène de dé-limitation du monde3, qui contrevient au principe de territorialisation caractéristique de la souveraineté traditionnelle, et le développement d’un marché mondial, lui-même appuyé sur la financiarisation de l’économie et sur l’émergence d’une société mondiale de l’information4. Une telle mise en relation entre les réalités matérielles et mentales de la Renaissance et celles de notre temps, si elle est évocatrice d’une manière générale, risque tout de même de sacrifier la connaissance précise de ce que fut, entre le XVe et le XVIe siècle, la question de l’empire telle que l’entendaient les acteurs et les auteurs de cette époque. Il importe aussi de préciser si la séduction dégagée par la mise en relation des deux époques est trompeuse, et à quel point elle l’est.

  • 5  Voir J. Frémeaux, Les empires coloniaux dans le processus de mondialisation, Paris, Maisonne (...)

2Dans cette contribution, nous voulons pourtant nous pencher sur les « métamorphoses de l’idée d’empire à la Renaissance », à partir d’une mise en perspective des données économiques et financières qui sont venues, à cette période, modifier considérablement – mais peut-être secrètement, de manière invisible pour la plupart des acteurs contemporains de ces modifications – la représentation standard de l’empire. L’hypothèse selon laquelle la question de la domination territoriale se voit, à la Renaissance, renouvelée par les nouvelles réalités économiques et par l’ethos humain spécifique qui les anime ou dans lequel elles trouvent leur moteur apparaît en effet stimulante. Travailler dans le cadre de cette hypothèse jette un aperçu original sur une transformation subie par la domination impériale du point de vue de la territorialité. Il est vrai qu’adopter une telle option repose sur un pari risqué : en effet, d’une part la notion d’empire – dans son équivoque fondamentale avec l’idée d’impérialisme – sert encore à la Renaissance à concevoir la domination territoriale ; et de l’autre, si des phénomènes économiques et même financiers très modernes la parcourent, la Renaissance n’est pas encore à proprement parler l’âge moderne, dans lequel la domination a justement pris un tour plus directement économique – on peut à cet égard, bien entendu, se donner comme modèle l’impérialisme colonial ou même les « empires coloniaux », malgré la spécificité de ces derniers et la difficulté à en constituer la notion5. Il apparaît indéniable qu’à la Renaissance, le registre politique de la domination l’emporte encore largement sur le registre économique, l’économie demeurant encore pour quelque temps la servante de la politique – et ce malgré des signes de plus en plus nets de l’inversion du rapport entre ces deux dimensions, comme par exemple la faillite du roi d’Espagne en 1557, qui eut de si nombreuses conséquences internationales.

3Cette façon de faire s’inscrit, de manière confuse (en tout cas non immédiatement évidente, et là réside la difficulté), sur l’axe historique et conceptuel qui détermine la déformation de l’idée canonique d’empire comme Empire romain ancien, vers le standard moderne d’un empire animé par des motifs économiques. Dans le passage lent et complexe des Anciens aux Modernes, ce passage fondamental pour la connaissance que l’homme d’aujourd’hui peut avoir de lui-même, les Renaissants occupent une place étrange, à la fois néoromains par bien des aspects et déjà capitalistes par d’autres. Plutôt que d’une transformation franche de l’idée d’empire, il semble bel et bien fondé d’évoquer un ensemble de « métamorphoses ».

Renouvellement de l’idée d’empire par l’économie ?

  • 6  Voir par exemple l’étude de F. Mauro, Le XVIe siècle européen. Aspects économiques(...)

4Une fois cette généralité énoncée, les difficultés se précisent, et elles sont au moins de deux ordres. Première difficulté : s’il paraît difficile de poser le problème du rapport entre l’empire et la domination territoriale à la Renaissance sous l’angle de l’analyse économique et financière, ce n’est pas tant du fait qu’il n’existe pas, à cette période, un pouvoir de type économique et financier – un tel pouvoir existe bel et bien, le point est bien documenté6. C’est plutôt que, relativement aux caractères constitutifs de l’idée d’empire que sont la cohérence voire la systématicité d’un ensemble politique, et la grande extension territoriale, la question est posée de l’existence d’une telle réalité sur le plan économique et financier. La difficulté que nous rencontrons pourrait se formuler ainsi : peut-on trouver sur le plan des faits ou des constructions économiques et financières de la Renaissance quelque chose qui s’apparente au standard politique, religieux et philosophique de l’idée d’empire ?

5Seconde difficulté : quoi qu’il en soit de son extension, de sa cohérence ou de sa systématicité (bref, de ses possibles caractères « impériaux »), en quoi le pouvoir économique et financier à la Renaissance concerne-t-il la domination territoriale ? Par essence, le pouvoir économique et financier n’est-il pas déterritorialisé, voire déterritorialisant ? Cette dernière question se fonde, pour dire les choses de manière plus précise, sur les ambiguïtés du pouvoir économique de type capitaliste : du point de vue de la domination, ce pouvoir subordonne pour autant qu’il fait participer ceux qu’il soumet à son propre développement ; du point de vue territorial, il a fondamentalement tendance à transcender les frontières, qu’elles soient politiques, religieuses ou culturelles, et ne se réduit à nulle territorialité prédéfinie.

6Nous espérons du moins suggérer que formuler quelques observations dans le cadre d’une telle hypothèse est stimulant – et cela précisément du fait des difficultés qu’on vient de relever. S’il semble notamment intéressant de se pencher sur le problème de l’empire et de la domination territoriale à la Renaissance à partir de l’angle de vue économique et financier, c’est que le XVIe siècle a connu un essor économique sans égal, qui fut le produit des évolutions du siècle précédent, comme démultipliées par la « découverte » du nouveau monde et par l’ouverture de nombreux comptoirs commerciaux en Orient. L’émergence du capitalisme mondial semble commencer à la Renaissance, et avec lui, sur le plus long terme, la domination économique et financière des nations et des entreprises européennes, bien avant la révolution industrielle et l’essor de l’impérialisme colonial. Il se produit en tout cas, et pour la première fois dans l’histoire, un véritable effet d’internationalisation du capital.

  • 7  Voir Ph. Desan, L’imaginaire économique de la Renaissance, Mont-de-Marsan, Éditions InterU (...)

7Des familles puissantes comme les Fugger et les Médicis, enrichies dans le commerce, exercent une influence croissante sur le système bancaire international sur les grandes places marchandes européennes. Si le Moyen Âge a connu des capitalistes (on mentionne souvent Jacques Cœur), à la Renaissance, on constate à la fois une nouvelle valorisation du travail et la définitive émancipation de l’économie vis-à-vis des freins que lui imposait depuis longtemps l’Église : les marchands qui commercent à l’international apparaissent alors comme de véritables ambassadeurs, mais pour lesquels les frontières politiques et culturelles n’ont pas la même réalité et n’offrent pas la même résistance que pour les ambassadeurs officiels7.

8Le réseau économique, commercial et financier qui s’étend sur le monde à partir du XVe siècle, et qui se trouve dynamisé par le grand négoce mondial du XVIe siècle, renouvelle-t-il l’idée d’empire ?

  • 8  K. Marx, Le Capital, l. I, section 8, chap. XXVI, trad. J. Roy, avertissement L. Althusser (...)
  • 9  Ibid., section 2, chap. IV, p. 115.

9Pour répondre à cette question, il convient d’abord d’assumer jusqu’au bout l’hypothèse selon laquelle la Renaissance voit la constitution de l’économie moderne ; et l’examen de cette émergence nous fournit des moyens de discuter l’interprétation de Marx relative aux origines du capitalisme. Dans le livre I du Capital, à la huitième section, Marx énonce la thèse fameuse selon laquelle la mise en place du système capitaliste repose sur le principe de la contractualisation généralisée des relations de travail : le salarié accepte par contrat de se mettre au service et sous la dépendance du capitaliste. Si bien qu’« au fond du système capitaliste, il y a la séparation radicale du producteur d’avec les moyens de production »8. Ce qui implique que les moyens de production ont été « arrachés aux producteurs ». Un mouvement historique de fond a « fait divorcer le travail d’avec ses conditions extérieures ». « L’ordre économique capitaliste – poursuit Marx – est sorti des entrailles de l’ordre économique féodal. » La dissolution de l’un a dégagé les éléments constitutifs de l’autre. Époque de transition, la Renaissance l’est donc au plan politique comme au plan économique : si elle fait basculer l’organisation géopolitique mondiale de sa phase médiévale à sa phase moderne, elle opère également la transformation de l’économie féodale vers l’économie capitaliste. Pour employer une nouvelle fois les mots de Marx, « l’histoire moderne du capital date de la création du commerce et du marché des deux mondes au XVIe siècle »9.

  • 10  Pour une tentative plus approfondie de caractérisation de la notion d’empire, voir (...)

10En d’autres termes, nous qualifions la Renaissance comme un passage qui se comprend sur le double plan du politique et de l’économique. Deux remarques peuvent être faites pour mieux entendre ce qui se joue ici. D’une part, sur le plan économique, le diagnostic marxien repose sur la détermination de l’accumulation. Ce qu’il convient d’abord de préciser, ce sont les lieux de l’accumulation – pour ensuite savoir si ces lieux constituent les centres de l’essor « impérial » du capitalisme, s’ils peuvent être lus comme de nouveaux centres pour le pouvoir, au même sens où l’on entend le pouvoir politique. D’autre part, toutefois, ce passage du Moyen Âge à l’époque moderne ne saurait purement et simplement aligner le politique et l’économique. En effet, dans l’ordre politique, le passage est conditionné par une transformation qui part de l’empire (doublement entendu comme communauté spirituelle des chrétiens et comme communauté civique des sujets de l’empereur) et qui conduit aux États-nations ; en revanche, dans l’ordre économique, il est déterminé par l’évolution qui mène du rapport socio-économique féodal au rapport capitaliste. Or, si le premier est caractérisé par sa particularité (la structure de l’économie féodale, hiérarchique, reproduit la pyramide de l’autorité sociale), ce dernier se conçoit selon une extension plus grande : ce qui se produit à la Renaissance, c’est une défragmentation de l’espace économique, une progressive ouverture dont l’effet bien connu est la modification en profondeur de la structure sociale des nations qui constituent l’espace européen. De sorte que, en disant les choses de manière très générale, si l’idée d’empire s’efface progressivement comme réalité politique à la Renaissance, émerge progressivement l’idée d’empire comme marché ouvert. C’est pourquoi il est intuitivement tentant de traiter de l’économie et de la finance pour caractériser le rapport entre empire et domination territoriale – mais alors il convient, comme nous le suggérons, de parler de « métamorphoses de l’idée d’empire ». Si l’on maintient la définition selon laquelle un empire est un vaste ensemble territorial qui coordonne des différences irréductibles sous une loi ou sous des usages communs10, il semble plausible de parler d’empire économique et financier avec l’extension du marché qui se produit à la Renaissance.

Représentation économique vs conception politique de l’empire : l’hypothèse de la concurrence des « économies-mondes »

11Pourtant notre première analyse paraît souffrir d’une trop grande généralité : il convient de la reprendre à la lumière d’hypothèses plus fines. Ces hypothèses nous sont fournies par les travaux de Fernand Braudel et d’Immanuel Wallerstein, à partir des concepts d’économie-monde (Braudel) et de World-Economy (Wallerstein).

  • 11  Voir F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIe siècle, t. III : Le t (...)

12Dans le troisième volume de Civilisation matérielle, économie et capitalisme11, Braudel entreprend de comprendre le rôle des dynamiques de l’économie marchande dans le processus qui a conduit à la situation très inégale que connaît, à partir du XVIIIe siècle, le rapport des civilisations entre elles : au terme de la période de trois siècles qu’il étudie, l’écart entre l’Europe, d’une part, et l’Extrême-Orient (Inde, Chine et Islam) de l’autre, est devenu considérable en termes de développement, de rayonnement et de puissance. Les empires, avance Braudel, se sont toujours constitués selon la logique des « économies-mondes », et la civilisation européenne a pendant longtemps repris le schéma classique de constitution de la domination impériale : sous l’influence d’un centre urbain qui concentre l’accumulation de la richesse et détient le monopole du pouvoir politique émerge un espace propre, aux limites aisément repérables et lentes à se modifier ; si ce centre peut connaître sur son territoire certains pôles rivaux, l’espace se voit hiérarchisé, une somme d’économies emboîtées s’installe dans la durée. L’essor du trafic européen, entre 1500 et 1775, repose sur la multiplication des centres et sur la succession de leur essor : Gênes, Venise, Anvers, Amsterdam et Londres apparaissent successivement comme les foyers dominants de la décision économique et financière. De ce fait, l’Europe reproduit à sa façon – c’est-à-dire de manière incomparablement plus dynamique que les empires anciens – le phénomène d’emboîtement des espaces, typique des économies-mondes. Un centre déterminé est caractérisé par l’initiative de la décision sur des régions secondaires assez développées, lesquelles sont entourées de marges extérieures de très grande ampleur territoriale.

13La réalité économique de l’influence européenne sur le monde à partir de la Renaissance prend donc à contre-pied la représentation d’une domination territoriale axée sur le pouvoir politique. Selon les hypothèses braudéliennes, l’activité marchande installe un système d’exploitation des ressources naturelles et humaines qui excède toute possibilité de contrôle politique. Et dans cette particularité réside le facteur de distinction entre les différentes économies-mondes contemporaines : tandis que des empires de type politique demeurent en Inde, en Chine, en Iran, avec l’Empire ottoman et dans la Moscovie des Tsars, les monarchies universelles de Charles Quint et de Philippe II, de 1519 à 1598, ne jugulent ni ne contrôlent le système de l’économie-monde qui se met en place tout au long du XVIe siècle. À ce titre, l’économie-monde européenne engendre un renouvellement de l’idée d’empire au moment où la domination impériale de type politique marque le pas dans l’aire territoriale qu’elle subordonne ; de leur côté, alors qu’ils ne rencontrent pas ce genre de difficultés, les empires orientaux prennent du retard du point de vue économique et social.

  • 12  Voir I. Wallerstein, Le système du monde du XVe siècle à nos jours, vol. I : Capitalisme e (...)

14Dans son enquête sur la genèse du capitalisme entendu comme « système-monde » (World-System), Immanuel Wallerstein confirme les vues de Braudel, tout en précisant la difficulté devant laquelle se sont trouvés les empires traditionnels à l’époque qui nous intéresse. Lorsqu’il examine les raisons pour lesquelles la Chine, au moins aussi développée que l’était l’Europe au milieu du XVe siècle, s’est fait distancer par cette dernière, Wallerstein avance l’hypothèse que l’empire au sens politique du terme court le risque de se laisser enfermer en lui-même. Parce qu’il est autocentré, l’empire se trouve dans l’impossibilité d’entreprendre la conquête économique et financière du monde avec la même énergie que celle des États animés par des métropoles marchandes12.

  • 13  Voir M.-Th. Boyer-Xambeu, Gh. Deleplace, L. Gillard, Monnaie privée et pouvoir des princes (...)

15Il y a encore un ordre de réalités qu’il est nécessaire de prendre en compte et qui enrichit le résultat auquel nous sommes parvenus : il concerne la dimension des relations monétaires. À propos de la « géographie monétaire » de la Renaissance, on peut, en suivant Roger-Xambeu, Deleplace et Gillard13, faire l’hypothèse que l’espace configuré par la monnaie à la Renaissance s’entend comme « une somme d’espaces hiérarchisés possédant chacun une unité organique propre », ce qui ne produit pas pour autant une « économie mondiale ». De cet ensemble n’émerge pas une unité comme celle que nous connaissons aujourd’hui en termes de marché mondial : s’il produit des effets financiers de valorisation spéculative, il ne repose pas encore sur un marché au sens boursier du terme.

16Selon ces auteurs, qui raisonnent dans le cadre du concept braudélien d’économie-monde, la hiérarchie des espaces monétaires à la Renaissance s’entend à trois niveaux différents. Ils distinguent en effet :
– un espace mondial du négoce qui est en expansion : il dépend de la circulation des marchandises et des moyens métalliques de leur règlement dans tout l’espace des territoires explorés ;
– un deuxième espace qui dépend de l’internationalisation des banques faisant circuler les lettres de change selon un réseau de foires et de places limitées à l’Europe de la chrétienté latine ;
– un troisième espace, enfin, qui concerne la formation des espaces nationaux, et qui réussit à impliquer un nombre toujours plus grand de relations officielles. C’est dans le cadre de cet espace précis que se déploie la logique de la souveraineté et de la raison des États.

17S’il concerne au premier chef une zone d’influence territoriale, chacun de ces espaces n’obéit pas au seul critère géographique ; il est également caractérisé par une dimension sociale, en ceci que le processus d’enrichissement propre à chacun d’eux est spécifique. En effet, le premier espace d’enrichissement opère par la marchandise ; le deuxième, par l’art de la conversion des unités de compte ; enfin, le troisième par les prélèvements obligatoires opérés sur la base de valeurs déclarées de manière autoritaire dans le but de permettre à chaque espace national de se constituer face à l’étranger.

  • 14  Voir l’ouvrage mentionné plus haut de J.-M. Besse et également la thèse de R. Ceceña-Alvar (...)
  • 15  Voir M. Aglietta et A.  Orléan éd., La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998.

18Selon cette hypothèse, une telle géographie monétaire n’est pas configurée par un schéma d’emboîtement des espaces, mais par l’articulation entre trois sphères distinguées. Par exemple, le réseau organisé autour du change par lettres n’est pas seulement l’intermédiaire entre les deux espaces extrêmes du négoce mondial et de l’identification nationale ; il en est le pivot, du fait qu’il établit une relation entre marchandise et monnayage. Or cette différenciation est très intéressante car elle suggère que la Renaissance n’a pas produit l’effet d’identification ou d’homogénéité que l’on pourrait attendre de la monnaie – et cela malgré le fait que, sur un plan général, elle a consisté en un moment de « resymbolisation » dont le savoir géographique a plus que tout autre eu la charge14. En reprenant les analyses contenues dans le volume dirigé par Michel Aglietta et André Orléan15, on peut affirmer que la monnaie n’est pleinement « souveraine » que lorsque (ou si et seulement si) son usage normal et généralisé provoque des effets relativement continus de conversion de valeurs, d’augmentation de la confiance et de socialisation sous l’effet de la dette. En d’autres termes, appréhendée de cette manière, la Renaissance demeure une époque de transition entre deux phases où l’on peut parler d’empire (d’abord au sens politique puis au sens économique du terme), car elle n’obéit pas encore à « l’ordre monétaire des économies de marché », qui produit de tels effets.

Conclusion : l’essor du paradigme de la conduite intéressée, condition du renouvellement de l’idée d’empire

19En conclusion de cette contribution, nous voulons relever un ordre de faits qui, sur le temps long, a contribué à l’unification de l’ensemble toujours plus étendu de l’économie-monde européenne. Ni la domination purement politique, ni le système monétaire international n’ont à eux seuls été les facteurs de cette unification, et sans doute n’auraient-ils pas pu être eux-mêmes efficaces s’ils ne s’étaient appuyés sur cet autre ordre de faits. Ce dernier relève de l’anthropologie et renvoie à l’essor du paradigme de la conduite intéressée. La citation de Peter Sloterdjik placée en exergue, provocante et d’inspiration nietzschéenne, est vraie de l’Europe à la Renaissance : mieux que la Chine ou que l’Inde, les Européens ont réussi « à dompter le monstre de l’extériorité », c’est-à-dire qu’ils sont parvenus à convertir l’altérité en une source de stimulation, et cela parce qu’elle leur est apparue, à la fois dès l’abord et de manière durable, comme un gisement de profits possibles. La métamorphose de l’idée d’empire qui s’opère à la Renaissance, transformant confusément un vaste ensemble organisé par la loi politique en un système cohérent d’échanges économiques et de spéculation financière, dépend d’une telle capacité.

  • 16  M. Weber, Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la (...)
  • 17  Voir Machiavel, Le Prince, chap. III : « È cosa veramente molto naturale et ordinaria desi (...)

20Dans ses recherches sur l’histoire économique mondiale16, Max Weber a entrepris de mettre en application sur le plan historique les hypothèses développées dans son essai sur les rapports entre l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Son propos est d’entendre de quelle manière un paradigme de conduite s’est progressivement imposé à la modernité, celui de l’homo œconomicus, capable de proportionner « rationnellement » les moyens dont il dispose aux fins qu’il s’est « librement » données, c’est-à-dire à celles que son intérêt lui dicte. Ce type de comportement s’exprime prioritairement sur le plan économique, mais il est possible de considérer que ce qui se joue à la Renaissance, c’est également son extension aux autres sphères de l’existence humaine. Particulièrement, le registre politique s’est progressivement transformé au point d’intégrer la logique de l’intérêt comme le ressort du comportement politique ; l’essor du libéralisme, sous ses diverses formes, est conditionné par cette transformation. L’œuvre de Machiavel, en apparence régie par le paradigme « ancien » de la vertu civique, constitue un indice d’une telle évolution, en ceci qu’elle admet le « désir d’acquérir » comme le moteur naturel des conduites conquérantes17.

  • 18  Les réflexions de M. Hardt et d’A. Negri s’avèrent ici très stimulantes. Voir leur ouvrage (...)

21Quel rapport entre la généalogie philosophique de l’intérêt en tant que catégorie politique, et l’empire comme domination territoriale ? Ce thème offre à la question qui nous occupe certaines ressources en termes de transformation du registre classique de l’empire : loin de garantir une émancipation vis-à-vis de tout pouvoir pour des sujets enfin devenus autonomes, le paradigme de la conduite intéressée tel qu’il émerge à la Renaissance a favorisé la normalisation des conduites et, de ce fait, il a garanti une intégration des individus dans de très vastes espaces18. La domination subtile qui en découle, désormais dépolitisée et déterritorialisée, permet de lier ces deux formes en apparence inconciliables : l’empire et le marché.

Haut de page

Notes

1  P. Sloterdijk, Sphères II : Globes, trad. O. Mannoni, Paris, Fayard (Pluriel), 2010, p. 147.

2  Voir J.-M. Besse, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon, ENS Éditions, 2003.

3  Voir D. Innerarity, La démocratie sans l’État. Essai sur le gouvernement des sociétés complexes, trad. S. Champeau, Paris, Climats/Flammarion, 2006, p. 169-170.

4  Sur la globalisation, voir Ph. Moreau-Desfarges, La mondialisation. Vers la fin des frontières ?, Paris, Ifrid/Dunod, 1996 ; A. Tosel, Un monde en abîme. Essai sur la mondialisation capitaliste, Paris, Kimé, 2008 ; S. Sassen, La globalisation : une sociologie, trad. P. Guglielmina, Paris, Gallimard, 2009.

5  Voir J. Frémeaux, Les empires coloniaux dans le processus de mondialisation, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.

6  Voir par exemple l’étude de F. Mauro, Le XVIe siècle européen. Aspects économiques, Paris, PUF, 1966.

7  Voir Ph. Desan, L’imaginaire économique de la Renaissance, Mont-de-Marsan, Éditions InterUniversitaires, 1993, et particulièrement le chap. I : « La scène économique », p. 19-50.

8  K. Marx, Le Capital, l. I, section 8, chap. XXVI, trad. J. Roy, avertissement L. Althusser, Paris, Flammarion, 1969, p. 528.

9  Ibid., section 2, chap. IV, p. 115.

10  Pour une tentative plus approfondie de caractérisation de la notion d’empire, voir Th. Ménissier, « Introduction », dans L’idée d’empire dans la pensée politique, historique, juridique et philosophique, Th. Ménissier éd., Paris, L’Harmattan, 2006, p. 11-20.

11  Voir F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIe siècle, t. III : Le temps du monde, Paris, Armand Colin, 1979 (rééditions suivantes LGF, Le Livre de Poche / Références), notamment p. 42-56.

12  Voir I. Wallerstein, Le système du monde du XVe siècle à nos jours, vol. I : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, Paris, Flammarion, 1980 [1974], en particulier p. 58-59 : « Il y a un autre facteur à considérer lorsqu’on compare un empire et une économie-monde du point de vue des relations, dans chaque système, entre le centre (ou le pôle de développement) et les zones périphériques. L’empire a la charge d’administrer et de défendre un vaste territoire et une importante population – ce qui absorbe son attention, son énergie et des revenus qui pourraient être investis dans le développement des biens d’équipement. […] À la différence d’un État au sein d’une économie-monde, un empire ne peut pas s’imaginer dans le rôle de l’entrepreneur ; en effet, un empire prétend être un tout universel : il ne peut enrichir son économie en drainant d’autres économies parce qu’il se considère comme la seule et unique économie. »

13  Voir M.-Th. Boyer-Xambeu, Gh. Deleplace, L. Gillard, Monnaie privée et pouvoir des princes. L’économie des relations monétaires à la Renaissance, préface de P. Jeannin, Paris, CNRS / Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

14  Voir l’ouvrage mentionné plus haut de J.-M. Besse et également la thèse de R. Ceceña-Alvarez, « Espace, lieu et monde. Une étude topologique des origines de la mondialisation », thèse de troisième cycle en histoire et civilisation dirigée par M. Aymard, soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2003.

15  Voir M. Aglietta et A.  Orléan éd., La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998.

16  M. Weber, Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société [1919-1920], trad. Ch. Bouchindhomme, préface Ph. Raynaud, Paris, Gallimard, 1991.

17  Voir Machiavel, Le Prince, chap. III : « È cosa veramente molto naturale et ordinaria desiderare di acquistare » (dans Œuvres, Ch. Bec éd., Paris, Robert Laffont, 1996, p. 116).

18  Les réflexions de M. Hardt et d’A. Negri s’avèrent ici très stimulantes. Voir leur ouvrage Empire, trad. D.-A. Canal, Paris, Exils/UGE, 2000, par exemple p. 416 : « L’autorité impériale ne s’exerce plus par l’intermédiaire des modalités disciplinaires de l’État moderne, mais plutôt par les modalités du contrôle biopolitique [...] ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Ménissier, « Métamorphoses de l’idée d’empire à la Renaissance », Astérion [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://asterion.revues.org/2235

Haut de page

Auteur

Thierry Ménissier

L’auteur est agrégé de philosophie, docteur de l’École des hautes études en sciences sociales, habilité à diriger les recherches en science politique ; il est actuellement maître de conférences de philosophie politique au département de philosophie de l’Université Pierre Mendès-France - Grenoble 2 et chercheur dans l’équipe Philosophie, Langages & Cognition (EA 3699). Ses axes de travail concernent l’histoire de la philosophie politique (Machiavel et le machiavélisme ; les identités collectives formalisées par les concepts de cité, d’empire et d’État-nation), la théorie politique normative (républicanisme et démocratie ; confrontation entre le républicanisme « continental » et le néorépublicanisme), enfin les relations entre l’innovation technologique, les cultures contemporaines et la société démocratique. Il a récemment publié Machiavel ou la politique du Centaure (Paris, Hermann, 2010) et La liberté des contemporains. Pourquoi il faut rénover la république (Presses universitaires de Grenoble, 2011).

Haut de page