Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Niels Stensen (Nicolas Sténon), Discours sur l’anatomie du cerveau

Claire Crignon-De Oliveira
Référence(s) :

Niels Stensen (Nicolas Sténon), Discours sur l’anatomie du cerveau, présenté et annoté par Raphaële Andrault, Paris, Classiques Garnier, 2009, 154 pages, 38 €

Texte intégral

1Peut-on faire du cerveau, cet « organe de l’âme », un objet scientifique et philosophique ? À l’heure où les certitudes ont peut-être remplacé les doutes et le questionnement sur la légitimité et les conditions rendant possible la poursuite d’un tel objectif, la lecture du Discours de Sténon sur l’anatomie du cerveau semble s’imposer. L’aveu d’ignorance de l’auteur qui ouvre le texte est à la fois déconcertant et extrêmement rassurant. Loin de promettre aux lecteurs d’être en mesure de « contenter (leur) curiosité, touchant l’anatomie du cerveau », Nicolas Sténon (1638-1686), l’un des plus habiles anatomistes de son temps, né à Copenhague d’une famille d’orfèvres de confession luthérienne, élève de l’un des plus célèbres auteurs de traités d’anatomie du xviie siècle (Thomas Bartholin), commence par confesser qu’il ne connaît rien concernant cette partie du corps humain « la plus délicate de toutes, […] sujette à des maladies très fréquentes, et très dangereuses » (p. 77). Il a pourtant déjà publié à cette époque un ouvrage d’anatomie sur les glandes et le système lymphatique (Leyde, 1662) et « un ouvrage sur les muscles, au rang desquels doit être placé le cœur (De Musculis & Glandulis observationum spécimen, Amsterdam, P. Le Grand, 1664) » (Introduction, p. 8).

2C’est une véritable leçon d’humilité que dispense en réalité Nicolas Sténon dans ce Discours écrit en français et adressé en 1665 à l’assemblée de savants, adeptes des sciences expérimentales, qui se tient chez Thévenot à Paris. Une leçon d’humilité à destination des anatomistes qui prétendent percer l’opacité de cet « organe délicat ». Refusant d’admettre que non seulement « la substance du cerveau nous est peu connue […] mais que la vraie manière de le disséquer ne l’est pas davantage » (p. 86), ils se contentent, « pour cacher leur ignorance […] de faire les démonstrations de ce que les Anciens ont écrit » (Discours, p. 111). Leçon de modestie à l’égard des praticiens, médecins et chirurgiens, qui prétendent guérir « un corps dont ils ne connaissent pas la structure » (p. 112). À destination des philosophes aussi qui, au lieu d’admettre que l’âme « quand elle est rentrée dans sa propre maison, […] ne saurait la décrire, et ne s’y connaît plus elle-même » (p. 79), n’hésitent pas à faire du cerveau le « siège de l’âme », prétendant « identifier des lieux où peuvent être accomplies les fonctions imputables à l’âme » (Introduction, p. 49), perception, mémoire, imagination ou sens commun. On notera que Sténon s’adresse enfin aux princes, qui ont « fait dresser de magnifiques théâtres destinés aux dissections, qu’ils ont même quelque fois honoré de leur présence ». Sténon leur enjoint de se soucier de créer des institutions susceptibles d’accueillir des savants se consacrant exclusivement à la recherche anatomique, ce que ni les médecins, ni les chirurgiens, ni même les anatomistes n’ont le loisir de faire : « Le soin de faire des recherches qui nous apprennent la vérité veut un homme tout entier qui n’ait que cela à faire » (Discours, p. 112). Il rappelle tout aussi utilement que la recherche impose par essence le tâtonnement, l’essai de plusieurs méthodes possibles, et qu’elle s’oppose à toute forme de contrainte extérieure (Discours, p. 114). On est frappé de voir comment ces propos ont pu traverser plusieurs siècles sans être entendus ni même pris en considération par le pouvoir politique.

3L’édition critique très soignée et précise que nous propose Raphaële Andrault de ce texte comprend une introduction présentant le texte et l’auteur, le plan de l’ouvrage, les conditions de publication et de réception. Le texte édité reprend l’édition originale, parue en 1669 (Paris, Robert de Ninville), en en modernisant l’orthographe et la grammaire et en corrigeant les références parfois approximatives au traité de Descartes, De l’homme (L’Homme de René Descartes […] avec les remarques de Louis de la Forge, Paris, Charles Angot, 1664). On notera la richesse de l’appareil critique : les notes tout d’abord qui permettent de se référer très précisément aux textes des philosophes et médecins avec lesquels Sténon dialogue (William Harvey, Jean Riolan, Thomas Willis, Thomas Bartholin, Descartes, La Forge). Les notes proposent des traductions d’ouvrages en latin souvent méconnus et pourtant essentiels pour saisir la teneur des controverses philosophiques qui traversent le xviie siècle. Les annexes reproduisent des planches anatomiques et en particulier des figures du De Cerebri Anatome (1664) du médecin et anatomiste anglais Thomas Willis commentées par Sténon, ainsi qu’une figure du Discours sur l’anatomie du cerveau légendée selon la nomenclature actuelle, une bibliographie de six pages présentant à la fois les œuvres de Sténon, les éditions et traductions du Discours, mais aussi ses sources et les auteurs avec lesquels il dialogue, ainsi qu’une sélection d’études et de commentaires sur Sténon, les débuts de la neurophysiologie.

4L’introduction (p. 7-73) ne se contente pas de situer le texte, mais en dévoile très finement les enjeux du point de vue de l’histoire de la philosophie (la question du dualisme et du mécanisme cartésiens) et de celui d’une histoire des sciences qui a plutôt tendance à « enregistre[r] les découvertes factuelles que les débats méthodologiques qui rendent ces découvertes possibles » (Introduction, p. 20).

  • 1  R. Descartes, Œuvres, Ch. Adam et P. Tannery éd., Paris, Léopold Cerf, 1909, vol. XI, p. 351-355.

5La remise en cause par Sténon de la localisation de la glande pinéale proposée par Descartes dans son traité De l’homme a servi d’argument « a posteriori contre le cartésianisme » (p. 45 et le renvoi à Spinoza, préface à la cinquième partie de L’Éthique). Si cette glande ne peut être considérée comme le « siège de l’âme » (Passions de l’âme, articles XXXII et XXXIV1), alors c’est toute la conception cartésienne de la volonté comme « force qu’a l’âme de mouvoir le corps » qui se trouve remise en cause. C’est ce qui conduira Leibniz à déclarer que « Mr. Sténon nous a désabusé du cartésianisme ». Or, comme le montre Raphaëlle Andrault, la cible de Sténon est moins Descartes lui-même que ceux qui ont pris sa « description » de la « machine du corps » pour une « relation fidèle de ce qu’il y a de plus caché dans les ressorts du corps humain » (Discours, p. 94). Les anatomistes et médecins, Bartholin, Regius, de la Forge, ont commis l’erreur de prendre ce qui n’était qu’un artifice heuristique permettant d’élucider mécaniquement le fonctionnement physiologique du corps humain pour une explication rendant compte de l’homme lui-même. En nous proposant de relire le débat sur l’union de l’âme et du corps à l’aune des controverses qui parcourent le champ des recherches menées au xviie siècle dans les domaines de la physiologie et de l’anatomie, Raphaëlle Andrault nous aide à mieux comprendre en quoi la médecine, considérée ici comme une branche de la « philosophie naturelle », contribue de manière substantielle à l’élaboration de problématiques et de débats philosophiques centraux.

  • 2  G. Canguilhem, « Qu’est-ce qu’une idéologie scientifique ? », Idéologie et rationalité dans l’hist (...)

6Sa lecture de l’œuvre de Sténon permet par ailleurs d’éclairer et de comprendre le processus de genèse et de disparition de ce que Georges Canguilhem nommait des « idéologies scientifiques »2. La remise en cause de l’hypothèse anatomique de la glande pinéale ou de celle des « esprits animaux » permet à Sténon de s’étonner de l’assurance avec laquelle certains philosophes et anatomistes déclarent savoir ce qui se passe dans le cerveau de l’homme. La critique vise ici en particulier Thomas Willis, l’auteur du De Cerebri Anatome, paru en 1664, qui proposait une localisation cérébrale des facultés de l’esprit (imagination, mémoire, sens commun). La constitution d’une science du cerveau présuppose donc préalablement de s’attaquer aux préjugés qui s’attachent à cet objet : l’idée, par exemple, qu’il suffirait de comprendre la nature physiologique du cerveau pour rendre l’âme transparente à elle-même. Elle suppose aussi de constituer une histoire des erreurs commises par la communauté des savants à une époque donnée. La lecture du Discours de Sténon permet de réaffirmer le rôle essentiel de la critique dans l’élaboration d’une quelconque connaissance scientifique. L’histoire des sciences ne peut se réduire à l’enregistrement factuel de « grandes découvertes ». L’un des grands mérites de cette précieuse édition consiste à rappeler que l’histoire des erreurs et des tâtonnements de l’esprit humain, celle des débats et controverses, la découverte du caractère illusoire de nos certitudes les plus ancrées lui est sans aucune doute beaucoup plus essentielle.

Haut de page

Notes

1  R. Descartes, Œuvres, Ch. Adam et P. Tannery éd., Paris, Léopold Cerf, 1909, vol. XI, p. 351-355.

2  G. Canguilhem, « Qu’est-ce qu’une idéologie scientifique ? », Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Paris, Vrin, 2009 [1979], p. 39-55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Crignon-De Oliveira, « Niels Stensen (Nicolas Sténon), Discours sur l’anatomie du cerveau », Astérion [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://asterion.revues.org/2187

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page