Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Cesare Beccaria, Des délits et des peines (Dei delitti e delle pene)

Florence Courriol
Référence(s) :

Cesare Beccaria, Des délits et des peines (Dei delitti e delle pene), présentation, traduction et notes de Philippe Audegean, édition bilingue, texte italien établi par Gianni Francioni, Lyon, ENS Éditions, 2009, 448 pages, 34 €

Texte intégral

1Le texte de Cesare Beccaria (1738-1794), publié pour la première fois en 1764, a joué un rôle primordial dans l’Europe des Lumières : véritable best-seller de l’époque, devenu aussitôt un classique non seulement en Italie mais dans une bonne partie de l’Europe et tout particulièrement en France, il est l’une des sources principales de notre doctrine pénale moderne. Si cet ouvrage reste d’actualité pour bonne partie du monde contemporain, c’est d’abord parce qu’il contient la toute première argumentation contre la peine de mort. Certes, la tradition de présence de ce texte est ancienne en France, puisque la première traduction dans notre langue date de 1765 et qu’elle a été suivie par pas moins de cinq autres (1773, 1821, 1822, 1965, 1966) jusqu’à celle, contemporaine, que nous offre Philippe Audegean. Mais cette dernière se démarque des autres par son souci d’inverser la tendance constante des traductions françaises de Beccaria à la varietas et à l’explication. Le traducteur souligne en effet dans son introduction que la renommée des Délits et des peines s’est répandue en Europe sur fond de trahison et de défiguration du texte (la traduction de 1765 due à l’abbé Morellet, sur laquelle se sont appuyées toutes les traductions successives, y compris le texte italien, remodelé pour être conforme à « l’ordre Morellet », avait profondément modifié l’ordre même du texte de Beccaria) ; c’est à cela qu’a voulu remédier Philippe Audegean, en mettant en outre pour la première fois à la disposition du public francophone les énormes découvertes philologiques effectuées en Italie qui ont donné lieu au texte critique établi par Gianni Francioni, qui sert de base à la présente édition. Soulignons ici que Gianni Francioni, dont l’édition critique en Italie datait de 1984, a entièrement revu et corrigé son travail pour l’édition Audegean, effectuant pour l’occasion un nouveau collationnement des manuscrits et des trois éditions supervisées par Beccaria. En lisant l’édition bilingue de Philippe Audegean, on lit donc, du même coup, l’édition italienne la plus aggiornata ! Elle présente par ailleurs, par sa précision, sa rigueur et son érudition, fruits à l’évidence d’une maîtrise remarquable du sujet et d’une démarche de véritable traducteur connaissant son métier, tous les caractères qu’on est en droit d’attendre d’un ouvrage universitaire.

2Ainsi, tout l’apparat critique est pour le moins fourni. L’introduction de Philippe Audegean, riche et captivante, nous livre toutes les clés de lecture nécessaires à la compréhension de ce classique de la littérature italienne. Soucieuse d’historiciser le texte, elle donne d’abord tous les éléments de contextualisation qui nous permettent de comprendre comment naquit à Milan ce texte, qui fut accueilli avec enthousiasme par l’Europe des Lumières ; elle met en évidence les raisons et les modalités de la naissance, autour des deux frères Verri, du groupe des jeunes patriciens milanais désireux de réformer leur pays, l’Académie des coups de poing [Accademia dei pugni], dont la revue le Caffè – périodique qui a pour objet, entre autres, la vulgarisation scientifique et économique – et l’ouvrage de Beccaria sont les productions les plus notables. Audegean met également à disposition des lecteurs l’essentiel des connaissances érudites nécessaires à la compréhension des processus de transformation du texte, en se fondant, entre autres, sur les travaux de Gianni Francioni. Il nous expose ainsi le destin mouvementé et controversé du livre qui, dès le début, est soumis à une entreprise d’altération et de déformation stylistique due à Pietro Verri. Il nous livre l’histoire passionnante d’un texte et de sa diffusion en Europe, en expliquant minutieusement les transformations introduites dans le texte par l’abbé Morellet, qui façonna ainsi « la plus arrogante des belles infidèles », selon les mots d’Audegean.

3La suite, consacrée à ce qu’Audegean nomme « l’autre Beccaria », nous fait découvrir une personnalité originale et nous décrit son parcours éclectique : si Beccaria est passé à la postérité comme l’homme d’un seul livre, il a pourtant touché à des domaines variés, passant du droit à la stylistique, et de cette dernière à l’économie politique. Philippe Audegean nous démontre combien le « plus philosophe des mathématiciens de ce siècle » (d’après une expression de Gianmarco Gaspari) se voulut profondément réformateur ; il est à bien des égards beaucoup plus révolutionnaire, avec ses idées sur l’abolition de la peine de mort, que bon nombre des philosophes des Lumières.

4Audegean termine son introduction en traçant un tableau éclairant des principales lectures faites des Délits et des peines au fil du temps : ce sont les lectures juridiques, parmi lesquelles celle de Voltaire, premier commentateur du texte ; ce sont les lectures philosophiques, celle de Jeremy Bentham, d’Élie Halévy et de Rodolfo Mondolfo ; enfin, ce sont les interprétations historiques, notamment celles de Franco Venturi et de Michel Foucault. Il offre un tableau rapide mais précis et argumenté des six traductions françaises antérieures à la sienne et en vient logiquement à expliciter ses propres critères de traducteur et d’éditeur. Prenant le parti « d’une traduction plus littérale », il adopte la méthode de la cohérence, de la rigueur, du respect de la grammaire, des figures de style du texte italien, de l’imitation de la syntaxe, et choisit à juste titre non pas d’interpréter et de clarifier le texte, mais de le traduire en préservant le suc de la langue d’origine. L’analyse des raisons pour lesquelles il décide de toujours – c’est-à-dire quatre-vingt-huit fois – traduire reo par « coupable » est exemplaire d’une volonté de cohérence et de respect du texte initial. Ainsi Audegean donne-t-il à voir la tension à l’œuvre dans Dei delitti e delle pene : Beccaria invente le droit moderne avec les instruments linguistiques de l’ancien droit. La traduction est précise et toujours lisible, les choix lexicaux cohérents, la syntaxe impeccable, le rythme du texte fort bien rendu.

5Les notes, érudites sans jamais être pédantes, ne sont pas pour rien dans l’intérêt de l’ouvrage : Audegean est le seul vrai spécialiste français actuel de Beccaria. On trouve à la fois dans ses notes les savoirs acquis par la philologie italienne la plus récente, une connaissance intime des textes et de la correspondance de Beccaria, des Verri et, plus largement de la philosophie des Lumières. Le lecteur est éclairé, mais surtout incité à se documenter, et notamment à lire la monumentale histoire de l’Italie des Lumières qu’est le Settecento riformatore de Franco Venturi (Turin, Einaudi, 1969-1990, 5 vol.). La bibliographie est très fournie et l’on peut se risquer à dire qu’elle est exhaustive ! Une table de concordances entre le manuscrit autographe de Beccaria, l’édition de 1766 et l’édition de l’abbé Morellet est également fournie au lecteur ainsi qu’un index des noms propres.

6Cette édition française, présentée de surcroît avec le texte italien en regard, va faire autorité, tant pour la qualité de la traduction et de l’apparat critique que pour le texte critique établi par Gianni Francioni : il s’agit d’un modèle de précision philologique, d’érudition et de finesse interprétative, bref, d’une édition de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Courriol, « Cesare Beccaria, Des délits et des peines (Dei delitti e delle pene) », Astérion [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://asterion.revues.org/2184

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page