Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Crusius et la certitude métaphysique en 1762

Crusius and metaphysical certainty in 1762
Tinca Prunea-Bretonnet

Résumés

L’article se propose d’analyser le rôle joué par la pensée de Christian August Crusius dans la genèse et l’articulation de la Preisschrift kantienne de 1762. Décidément anti-wolffien, Kant opte pour la méthode analytique comme seule capable d’assurer la scientificité de la philosophie. Dans un double mouvement de rapprochement et de prise de distance par rapport à certaines thèses crusiennes centrales, il entend démontrer que la certitude atteignable en métaphysique est suffisante pour la conviction, qu’elle est toute aussi « sûre » et « complète » que la certitude mathématique. Ne pouvant fonder cette certitude sur une simple conviction subjective, selon le principe de Crusius, Kant s’éloignera définitivement de ce dernier, non sans avoir intégré dans sa propre doctrine des éléments crusiens fondamentaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « On demande, si les vérités métaphysiques en général et en particulier les premiers principes de (...)

1Le texte kantien sur la Deutlichkeit (Recherche sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale), rédigé selon toute vraisemblance pendant les dernières semaines de l’année 1762, exprime les convictions clairement anti-wolffiennes de son auteur. Malgré une rédaction hâtive, il résume une perspective méthodologique mûrie de longue date et livre le point de vue spécifique des années 1762-1764. Il appartient à un groupe d’écrits intimement liés dont la mise en ordre chronologique reste controversée, parmi lesquels on peut citer le Beweisgrund et les Grandeurs négatives. La réponse de Kant au sujet proposé en 1761 sera distinguée par le jury de l’Académie1 et sera publiée en 1764 en même temps que le texte ayant obtenu le prix, celui de Mendelssohn. Kant y prend une nouvelle fois parti pour des doctrines opposées à la philosophie de l’école wolffienne, et notamment à l’emploi de la méthode mathématique en philosophie. Il montre une vive préoccupation pour la question de la méthode, dans laquelle il voit depuis plus d’une décennie la seule possibilité de « sauver » la métaphysique de la grave « crise du savoir » qu’elle traverse.

2En 1765, il écrira sur ce sujet à J. H. Lambert :

  • 2  Lettre à J. H. Lambert du 31 décembre 1765, dans E. Kant, Correspondance, Paris, Gallimard, p. 45.

J’ai pendant plusieurs années dirigé mes considérations philosophiques de tous les côtés imaginables, et, après tant de renversements par lesquels je cherchais à chaque fois, les sources de l’erreur ou l’intelligence de la façon de procéder, je suis à la fin parvenu à tenir pour assurée la méthode que l’on doit observer si l’on veut échapper à cette illusion du savoir qui fait que l’on croit à chaque instant être parvenu au point décisif, alors que l’on doit autant de fois revenir sur son chemin. […] Depuis cette époque […], je vois à chaque fois ce que je devrais savoir pour produire la solution d’une question particulière, et quel degré de connaissance est déterminé à partir de ce qui a été donné ; ainsi, le jugement en est souvent certes plus limité, mais aussi plus déterminé et plus sûr qu’il n’arrive ordinairement. Tous ces efforts débouchent principalement sur la méthode propre à la métaphysique, et aussi, par son intermédiaire, sur celle de la philosophie dans son ensemble.2

  • 3  Le mémoire de Lambert sera publié par K. Bopp sous le titre Ueber die Methode die Metaphysik, Theo (...)
  • 4  Lettre de J. H. Lambert à Kant, 3 février 1766, Correspondance, p. 47.

3Lambert, auteur lui-même d’un texte sur la question posée par l’Académie3, lui répondra avec conviction : « La méthode que vous-même, Monsieur, préconisez dans vos écrits est sans conteste la seule que l’on puisse appliquer avec certitude et avec de bonnes chances de progresser. »4

4Cette méthode est en 1762 résolument analytique et l’écrit sur l’évidence lui est entièrement consacré. Kant n’est en cela ni original ni particulièrement téméraire, car l’atmosphère philosophique est à l’époque explicitement anti-wolffienne, surtout au sujet de l’emploi exclusif de la méthode mathématique ou démonstrative en philosophie. Cela, même si avec la disparition de Maupertuis et, par-là, de l’opposant le plus farouche et le plus influent au wolffianisme, l’attitude envers cette doctrine devient au début des années 1760 plus clémente. L’École connaît depuis la mort de son maître, donc depuis environ une décennie, une période très difficile, de décadence, voire de dissolution, marquée par l’éloignement croissant des anciens disciples de la ligne wolffienne et le succès incontestable des doctrines qui la critiquent et contredisent ouvertement. En témoignent, entre autres, les prix décernés par l’Académie de Berlin – armes de choix du combat contre Wolff – qui privilégient des réponses anti-wolffiennes, voire, en 1755, une prise de position crusienne.

  • 5  Voir G. Tonelli, « Der Streit über die mathematische Methode in der Philosophie in der ersten Hälf (...)

5Au moment du concours annoncé pour l’année 1763, nous pouvons parler en revanche d’un certain équilibre, car l’anti-wolffianisme est lui aussi considérablement affaibli, au moins dans ses accents les plus agressifs. Toutefois, aucune personnalité philosophique de premier rang ne soutient plus la pertinence exclusive de la synthèse sans au moins la faire précéder par un moment analytique. La plupart des réponses à la question posée en 1761 proposent au contraire l’analyse comme méthode adaptée à la philosophie et à la théologie5.

  • 6  M. Campo, La genesi del criticismo kantiano, Varèse, Magenta, 1953, surtout p. 312 et suiv. ; G. T (...)

6Très au courant de l’activité des membres de l’Académie de Berlin, admiratif et certainement fort sensible aux évolutions philosophiques qu’elle souhaite et encourage, Kant a sans doute une bonne connaissance des positions méthodologiques défendues par les anti-wolffiens. On a même avancé l’hypothèse de l’influence déterminante de l’Académie sur l’ensemble de la formation philosophique de Kant et surtout sur ses options de jeunesse clairement anti-wolffiennes et éclectiques6. Sans doute pertinente, ce n’est pas cette hypothèse qui retiendra notre attention ici. Un autre élément, décisif pour la genèse de la Recherche sur l’évidence, sera discuté dans cet article ; il s’agit du rôle peut-être encore plus important joué à l’époque par la pensée de Christian August Crusius.

  • 7  Ak. II, p. 294 ; OP I, p. 240. Les citations du texte kantien renvoient d’abord à Kant’s gesammelt (...)
  • 8  Ibid.

7Kant fréquente et apprécie cet auteur depuis au moins une décennie, sans toutefois renoncer à toute distance critique. Même si cette admiration ne saura résister au mûrissement philosophique de Kant, elle constitue un élément essentiel de la réflexion méthodologique kantienne et certaines intuitions et convictions de Crusius décideront des thèses critiques centrales. En tous les cas, il est incontestable que la philosophie crusienne est encore déterminante pour Kant en 1762 et ce dernier s’en revendique d’ailleurs explicitement. Le noyau même de l’argumentation kantienne à propos de la méthode philosophique et de la certitude atteignable en métaphysique est rapproché de la démarche crusienne, et Kant établit une parenté réelle avec son prédécesseur : « Je montrerai en peu de mots la véritable nature des premières vérités fondamentales de la métaphysique, en même temps que le véritable contenu de la méthode de M. Crusius, qui n’est pas si éloignée qu’on le pense probablement de la manière de penser de la philosophie de ce mémoire. »7 De fait, il convoque ce penseur dans le dernier paragraphe de la considération (la troisième) consacrée à la certitude métaphysique et choisit de présenter ses propres conclusions dans un double mouvement, de rapprochement et de prise de distance, par rapport à la doctrine crusienne. C’est à l’occasion d’une lecture succincte mais explicite de Crusius que Kant entend décider « du degré de la certitude possible de la métaphysique »8. Tout l’écrit sur l’évidence est d’ailleurs parsemé de références – plus ou moins revendiquées, plus ou moins formulées – à la pensée de cet auteur, dont les positions philosophiques sont déterminantes pour l’horizon kantien du moment.

8Crusius peut être considéré à l’époque comme le principal adversaire du système wolffien, le seul peut-être qui, par sa stature philosophique et le contenu de ses écrits, s’élève à la hauteur de son prédécesseur. Représentant de l’école thomasienne, il est l’héritier du courant plus intellectualiste d’Andreas Rüdiger (1673-1731) et surtout disciple d’August Friedrich Müller (1684-1761) et d’Adolf Friedrich Hoffmann (1703-1741), dont il se revendique explicitement dans les préfaces de ses œuvres principales sur la logique et la métaphysique.

  • 9  Voir S. Carboncini-Gavanelli, « Christian August Crusius und die Leibniz-Wolffsche Philosophie », (...)
  • 10  Voir, par exemple, l’introduction de G. Tonelli dans C. A. Crusius, Die philosophische Hauptwerke, (...)
  • 11  Voir M. Oberhausen et R. Pozzo éd., Vorlesungsverzeichnisse der Universität Königsberg (1720-1804)(...)

9Très proche et admiratif de son professeur Hoffmann, il donne une nouvelle expression non dépourvue d’originalité à ses idées philosophiques, foncièrement anti-wolffiennes – qu’Hoffmann, décédé très jeune, n’a pas eu le temps de développer et exploiter complètement – et devient le plus redoutable critique du wolffianisme. Comme son maître, Crusius connaît en profondeur les œuvres de Wolff et la polémique contre ce dernier décide de l’articulation même de ses propres écrits – il élabore un véritable système dirigé point par point, thème par thème contre Wolff. Il faudrait préciser qu’au début des années 1740, quand Crusius commence à publier des textes philosophiques significatifs, la seule manière de s’opposer véritablement au wolffianisme restait le combat d’idées, purement philosophique, et Crusius s’acquittera avec force et efficacité de cette tâche. Tout son système est de fait fondé sur son opposition à Wolff et structuré par la critique, souvent implicite mais toujours présente et précise, de ses thèses. Ce qui lui permet, certes, d’en saisir les faiblesses et les contradictions véritables, de trouver de nouveaux angles d’attaque et d’être pertinent, mais qui, en même temps, influence profondément sa propre manière de penser : post-wolffien tout autant qu’anti-wolffien, Crusius apprend de Wolff, au moins autant que de son maître Hoffmann, la rigueur et l’exhaustivité dignes d’une doctrine philosophique solide et déterminante. L’on peut sans doute parler aussi d’une indiscutable « contamination » au niveau doctrinal, et l’étude passionnante de cet aspect de leur relation reste encore à faire9. Les exégètes s’accordent à considérer le rôle de la critique crusienne de Wolff comme décisive pour le déclin du wolffianisme10. Elle représentera une alternative à ce dernier pendant de longues années et jouira d’une longévité indiscutable dans l’enseignement universitaire (à Königsberg, par exemple, jusqu’à la fin des années 1770)11.

  • 12  Ce texte sera traduit en allemand en 1744 par Ch. F. Krause et sera republié en 1766 avec des ajou (...)
  • 13  Trois autres mémoires proposés pour l’année 1764 (no 2, 13 et 25) font référence implicitement ou (...)

10Kant lui-même vient en contact assez tôt avec les écrits de Crusius et sa réflexion philosophique en reçoit l’influence déjà en 1755. À l’époque, il fréquente et connaît précisément un texte crusien paru à Leipzig en 1743, Dissertatio philosophica de usu et limitibus principii rationis determinantis, vulgo sufficientis12. La Nova Dilucidatio discute en détail les thèses développées par Crusius dans cet écrit et reprend la critique de la suprématie du principe de contradiction dans la philosophie wolffienne. Au début des années 1760, Kant prend connaissance également des grandes œuvres de Crusius qui constituent la philosophische Enzyclopädie, à savoir l’Éthique (Anweisung vernünftig zu leben, Leipzig, 1744), la Métaphysique (Entwurf der nothwendigen Vernunft-Wahrheiten, wiefern sie den zufälligen entgegen gesetzet werden, Leipzig, 1745) et la Logique (Weg zur Gewissheit und Zuverlässigkeit der menschlichen Erkenntniss, Leipzig, 1747). À partir de 1752, Crusius, devenu deux ans plus tôt professeur ordinarius de théologie à Leipzig, se consacrera exclusivement à la théologie et, à l’exception de quelques allusions ou brèves reprises de ses thèses philosophiques dans des écrits exégétiques – et surtout de sa critique plus dure cette fois du wolffianisme, décrit comme « eine verkehrte Philosophie » –, il ne s’intéressera plus à la philosophie en tant que telle. C’est pourquoi l’activité de l’Académie, même dans les périodes de polémique décisive avec la philosophie wolffienne, ne retient pas son attention. Il y sera en revanche présent indirectement au moins à deux reprises, d’abord en 1755, quand son disciple fidèle Adolf Friedrich Reinhard reçut le prix pour un mémoire sur l’optimisme, et en 1764, quand fut distingué le texte kantien sur la question de l’évidence13.

  • 14  Lettre de Kant à Ludwig Ernst Borowski du 6 juin 1760, Correspondance, p. 34.
  • 15  Ak. I, p. 396 ; OP I, p. 128.

11Dans une lettre à Borowski de 176014, Kant écrit vouloir garder la Métaphysique de Crusius encore quelque temps, pour en approfondir la lecture avant de se procurer un exemplaire lui-même. Il est légitime de situer la fréquentation plus assidue et plus complète des œuvres de Crusius au début des années 1760 et de lier étroitement le développement de la réflexion kantienne de l’époque à certains postulats centraux qu’il y rencontre. La pensée de Crusius et ses prémisses lui étaient familières grâce à la lecture antérieure de la dissertation De usu, mais l’image d’ensemble et les articulations plus fines et plus diversifiées de cette philosophie alternative au wolffianisme lui deviennent accessibles et cohérentes uniquement à partir de 1760. À l’impulsion et à l’inspiration crusiennes, s’ajoute désormais une distance critique plus marquée et un regard plus autonome philosophiquement. Toutefois, son admiration pour Crusius reste presque intacte en 1762, et Kant, qui avait l’habitude de le nommer depuis la Nova Dilucidatio (1755) « l’illustre Crusius », « ce grand homme », « le très célèbre Crusius », un des « philosophes les plus perspicaces de notre temps »15 – et tout cela en l’espace de quelques lignes –, lui rend un hommage appuyé dans une note de la Recherche :

  • 16  Ak. II, p. 293 (note) ; OP I, p. 239.

J’ai trouvé nécessaire de faire mention ici de la méthode de cette nouvelle philosophie. Elle est en peu de temps devenue si célèbre, elle a aussi, par rapport à une meilleure explication de bien des connaissances, rendu un service si incontestable, que cela aurait été une grave lacune de la passer sous silence, là où il est question de la métaphysique en général.16

  • 17  Ak. II, p. 275 ; OP I, p. 215 (nous soulignons).

12Regardons de plus près quelle est cette méthode et en quoi consistent sa nouveauté et la proximité que revendique Kant dans ce texte. Dans l’introduction à la Recherche, Kant fixe comme but de son mémoire celui « de faire voir le véritable degré de la certitude métaphysique et le chemin qui y conduit »17. La méthode recherchée, nous dit-il d’emblée, est censée atteindre la plus grande certitude possible et une condition indispensable est de bien saisir « la nature de cette conviction ». Comme on peut le constater, on se heurte dès les premières lignes à une ambiguïté qui restera constante tout au long du texte : la certitude métaphysique (ou philosophique, Kant unifiera les deux) est-elle différente par nature d’autres types de certitude, ou seulement par degré ?

13Pour articuler cette nouvelle méthode qu’il considère comme virtuellement capable « d’unir les têtes pensantes dans des efforts identiques », Kant fait appel, sans le préciser, aux deux thèses fondamentales de la pensée de Crusius, à savoir l’exigence de s’appuyer sur le concret, sur l’expérience, et la question de la limitation foncière de l’entendement de l’homme, incapable de saisir le réel dans ses dernières déterminations. Science éminemment du réel et de l’effectif – et non plus du possible, comme la définit Wolff –, la philosophie est déterminée par l’entendement borné de l’homme et ne saurait prétendre accéder aux raisons dernières des choses ni même à la totalité des pouvoirs fondamentaux de la raison humaine. Comprise, d’une manière assez rationaliste du reste, comme « considération » des fondements des choses (Betrachtung der Gründe der Dinge, Weg § 1-4) et des vérités inchangées de raison (unveränderlichen Vernunftwahrheiten), la philosophie doit être « vraie, solide, utile, perspicace et s’élever au-dessus du sens commun » (§ 3). Mais elle est essentiellement marquée par la limitation de l’homme et doit, de ce fait, partir impérativement des existences ou individua donnés (§ 3-4) et se contenter de la probabilité. C’est aussi pourquoi, selon Crusius, la pensée ne peut rendre compte de l’unité de la totalité du réel en utilisant un seul principe, mais il lui en faut impérativement plusieurs (au principe de contradiction, il en ajoute deux autres : le principe des inséparables et celui des incompatibles). Et c’est aussi pourquoi, obligée de partir de l’existence et de vérifier ses conclusions dans l’expérience, la philosophie a affaire à de nombreux concepts inanalysables et irréductibles. Il ne pourrait s’agir de tout démontrer, de tout comprendre. Ces thèses, qui ont profondément influencé Kant, se retrouvent et sont facilement reconnaissables dans la plupart de ses textes de l’époque – surtout dans la Recherche et le Beweisgrund.

  • 18  Ak. II, p. 283 ; OP I, p. 226.

14Kant se propose de baser sa réflexion méthodologique, dans la Recherche, uniquement sur des principes « sûrs, fondés sur l’expérience, et les conséquences qui en découlent immédiatement ». Le premier pas pour indiquer le chemin menant à la certitude recherchée est de distinguer soigneusement entre la méthode propre aux mathématiques et la méthode adaptée à la philosophie, car, soutient Kant, « rien n’est plus préjudiciable à la philosophie que les mathématiques, c’est-à-dire l’imitation qu’elle en fait dans la méthode de penser, là où il est impossible qu’elles puissent être utilisées »18. Pour illustrer cette hétérogénéité radicale, Kant procède à une comparaison détaillée entre les deux disciplines et leur procédés spécifiques, comparaison qui présente une évidente parenté avec les paragraphes dédiés à cette question dans la Métaphysique (§ 115) et dans la Logique (§ 10) de Crusius.

15Rappelons d’abord les neuf propositions de Crusius à ce sujet, telles qu’on les trouve dans la Logique (Weg zur Gewissheit...). Il considère les concepts mathématiques comme arbitraires et construits (willkürlich und erdichtet). Les mathématiques s’occupent des grandeurs (quantités), la philosophie des qualités (1). Dans la première discipline, il serait possible d’abstraire la définition à partir d’un seul exemple (2), ce qui est irréalisable en philosophie ; les mathématiques font abstraction de la considération morale des fins (moralische Betrachtung der Endzwecke) et des causes efficientes (wirkende Ursachen), ce qui n’est pas pensable en philosophie où la nature (Wesen) des choses en dépend le plus souvent (4). Les mathématiques ont rarement besoin de la division en espèces, car leurs objets sont d’habitude trop simples pour cela (5) ; cette discipline procède toujours par démonstration, tandis qu’en philosophie « on se tromperait gravement » si l’on pensait qu’il est nécessaire de faire de même ou qu’il est profitable pour la perfection de la philosophie de procéder toujours (allezeit) de cette manière (6). Les mathématiques se fondent sur un seul principe, celui de contradiction, tandis que la philosophie en exige plusieurs (7) ; les mathématiques peuvent convertir leurs conclusions (8) et emploient uniquement des syllogismes, ce qui n’est pas valable en philosophie (9). Après cette comparaison, Crusius conclut :

  • 19  C. A. Crusius, Die philosophische Hauptwerke, ouvr. cité, t. III, p. 21 (« D’ailleurs, celui qui r (...)

Wer übrigens diese Unterschiede wohl überleget, der wird begreiffen, warum die Philosophie ausser dem Nutzen, den sie in einigen Stücken gezogen hat, in andern auch wiederum Schaden dadurch gelitten habe, nachdem einige berühmte Männer dem hin und wieder eingerissenen Gewäsche in der Philosophie dadurch abzuhelfen gedacht haben, dass sie sich in derselben der mathematischen Lehrart haben bedienen wollen, dabey sie aber auf die unterschiedene Natur beyder Wissenschaften nicht allezeit aufmerksam genug gewesen sind.19

16Nous pouvons ainsi constater que malgré les distinctions qu’il souligne et qui séparent les deux disciplines, Crusius, contrairement à Kant plus tard, ne tranche pas radicalement entre les deux méthodes et permet, sous certaines conditions et d’une manière limitée, il est vrai, l’emploi de la méthode mathématique en philosophie. De même, certaines distinctions sont relativisées par des termes comme « souvent », « d’habitude », « rarement », et ne sont pas exprimées d’une manière absolue. La même indécision, due peut-être à son éclectisme, élaboré certes, mais parfois insuffisamment cohérent, se retrouve dans son analyse des méthodes analytique et synthétique (§ 570-584). Sans entrer dans le détail des classifications qu’il élabore, il convient tout de même de rappeler l’affirmation d’une complémentarité entre les deux méthodes, et cela malgré leur différence intrinsèque et la distinction des objets auxquelles elles s’appliquent : « Das analytische Nachdencken wird fruchtbarer, wenn das synthetische hinzu kommt. Das synthetische aber kan ohne irgend ein vorher gegangenes analytisches gar nicht seyn » (§ 583).

17Crusius n’est dans ces thèses nullement original. La mise en lumière de l’hétérogénéité de la philosophie et des mathématiques et de la nécessité de distinguer entre leurs méthodes respectives est commune à de nombreux penseurs du moment. En revanche, même s’il aurait pu s’inspirer d’autres auteurs, tel Maupertuis par exemple, Kant a fort probablement été profondément influencé par la réflexion crusienne à ce sujet. Il possède ses œuvres et les cite précisément. Il assume aussi ouvertement la proximité méthodologique avec la « nouvelle philosophie » de Crusius.

  • 20  Ak. II, p. 283 ; OP I, p. 226 et Ak. II, p. 280 ; OP I, p. 222.
  • 21  Ak. II, p. 280 ; OP I, p. 221.
  • 22  Ak. II, p. 282 ; OP I, p. 225.
  • 23  Ak. II, p. 285 ; OP I, p. 229.

18Quelle est la nouvelle méthode philosophique que propose Kant dans la Recherche sur l’évidence ? Précisons que cette réflexion méthodologique, développée selon « une méthode d’enseignement », n’est pas intégrée à la métaphysique, mais est considérée comme une propédeutique, comme un préalable à celle-ci, ce qui annonce la fonction de la critique. L’intention de Kant est explicitée d’emblée, car il fonde le procédé « simple et prudent » qu’il entend proposer sur la distinction radicale entre philosophie et mathématiques. Cette différence « considérable et essentielle […] qui saute aux yeux »20 concerne le mode de connaître, l’objet et la certitude des deux sciences. Les mathématiques partent d’une représentation arbitraire et acquièrent leurs concepts par liaison arbitraire. Elles commencent par la définition, qui donne le concept par une démarche synthétique. La philosophie, par contre, procède par abstraction « à partir d’une connaissance que l’analyse a rendue distincte ». Le concept y est donné d’emblée, d’une manière confuse. La tâche propre à la philosophie consiste à rendre ce concept distinct et déterminé dans toutes ses parties en l’analysant, en comparant et en combinant ses caractères. Les mathématiques emploient des signes à la place des choses, et le rôle de l’intuition y est essentiel. La philosophie utilise des mots et se représente le général in abstracto ; elle a les « choses mêmes devant les yeux » lors de chaque réflexion. En mathématiques, il y a très peu, voire aucun concept inanalysable, parce que celles-ci « définissent par liaison arbitraire un objet dont la pensée devient, précisément, possible d’abord par là »21. La démarche de la philosophie est entièrement différente et présuppose nécessairement l’analyse. Dans la décomposition d’un concept donné confusément, cette discipline arrive inévitablement à un nombre considérable de concepts inanalysables, et les propositions indémontrables qui constituent son fondement en tant que science sont également infinies. Il s’agit des data, des données que l’entendement perçoit d’une manière immédiate et qui servent à la formation d’un jugement primitif indémontrable. L’objet étudié est de même distinct : en mathématiques, c’est la grandeur, en philosophie, la qualité. « Il y a une infinité de qualités de nature différente qui constitue l’objet propre de la philosophie, et dont le discernement exige infiniment d’attention. »22 En conséquence, la méthode philosophique se fonde sur deux règles : 1) Il ne faut jamais commencer par la définition, à laquelle on peut même renoncer. On doit d’abord chercher dans le concept donné ce dont on est immédiatement certain, en tirer les conclusions et en acquérir des jugements vrais et certains ; et 2) il faut « marquer » les jugements immédiats sur l’objet « en tenant compte de ce qu’on rencontre d’abord en lui de façon certaine »23 et en faire le fondement de toutes les déductions ultérieures.

  • 24  Ak. II, p. 286 ; OP I, p. 229.

19Kant propose ici un procédé analytique inspiré explicitement non seulement de Crusius, mais également de la méthode newtonienne, paradigme méthodologique exemplaire au xviiie siècle : « La vraie méthode de la métaphysique est au fond identique à celle que Newton a introduite en physique. »24 La métaphysique, définie comme « une philosophie qui porte sur les premiers fondements de notre connaissance », doit fonder sa démarche, selon Kant, sur les données de l’expérience. Elle doit chercher par une « conscience immédiate et évidente » les caractères du concept confus donné. La méthode analytique se trouve ainsi redéfinie et sa tâche est d’atteindre la représentativité totale à partir d’un concept confus donné. Le procédé mathématique en sort lui aussi diminué de son moment analytique et l’acquisition des concepts reste possible uniquement par liaison arbitraire.

  • 25  Voir E. Cassirer, La philosophie des Lumières, Paris, Fayard, 1966, p. 50.

20L’on a désormais affaire à deux sciences distinctes, chacune avec son objet spécifique et son mode de connaître propre. Kant nie ainsi le caractère universel de la méthode démonstrative et soutient la possibilité d’une scientificité indépendante de cette méthode. Néanmoins, le rapport de la philosophie aux mathématiques reste ambivalent25 : même si l’on postule l’hétérogénéité de ces deux sciences et si la philosophie est associée à la physique, par le rôle conféré à l’expérience et à la donation de l’objet, les mathématiques restent l’idéal et le modèle de scientificité. C’est ainsi par comparaison et en rapport à la certitude mathématique que Kant tente d’articuler ses réflexions sur la certitude métaphysique.

21Dans la troisième considération portant sur « la nature » de la certitude métaphysique – considération construite dans une référence explicite et constante à Crusius – et qui répond à la question de l’Académie concernant la métaphysique en général, Kant argumente trois thèses : la certitude métaphysique serait d’une autre nature que la certitude mathématique (1), mais de la même nature que la certitude des vérités fondamentales de la connaissance rationnelle en général (3) ; enfin, la certitude métaphysique est suffisante pour produire la conviction (2). Sans faire sienne la classification assez élaborée des types de certitude dans la Logique de Crusius, Kant en adopte les affirmations centrales. Il retrouve la thèse postulée par Crusius dans le § 234 de l’Entwurf, selon laquelle, malgré une nette différence de nature, la certitude philosophique est tout aussi « sûre » et « complète » que la certitude géométrique.

  • 26  Ak. I, p. 290 ; OP I, p. 235.
  • 27  Voir par exemple Ak. II, p. 290-291 ; OP I, p. 235-236.

22Même la définition kantienne de la certitude, sous une forme négative, s’inspire de la forme négative proposée par Crusius : « On est certain dans la mesure où l’on reconnaît qu’il est impossible qu’une connaissance soit fausse. »26 La certitude peut être envisagée de deux points de vue, selon une distinction retrouvable elle aussi dans la logique crusienne, comme objective – quand elle dépend de la « suffisance dans les caractères de la nécessité d’une vérité », ou bien comme subjective – quand elle dépend du degré d’intuition impliquée. De tout point de vue et aussi quant à la manière d’y parvenir – comme on l’a vu auparavant –, la certitude mathématique est différente par nature, soutient Kant à plusieurs reprises27, de la certitude métaphysique. Moins intuitive, dépourvue de moyens sensibles de connaissance, utilisant des concepts généraux et abstraits, et devant toujours partir des concepts confus donnés, la certitude métaphysique est plus difficile à atteindre et plus exposée à l’erreur. Néanmoins, selon Kant, elle suffit à la conviction. Kant tente vraisemblablement ici, même si encore d’une manière hésitante, de soustraire la certitude à une conviction comprise uniquement d’une manière subjective, psychologique, à la manière de Crusius. C’est grâce à des principes « rationnels », « généraux », que la métaphysique peut être certaine, et l’expérience nous en fournirait de nombreux exemples. Seulement, à cause de la limitation de notre raison, la prudence est de mise : nous ne devons jamais nous hasarder à juger et à donner des définitions facilement et hâtivement, mais nous devons rechercher des connaissances certaines et distinctes.

  • 28  Ak. II, p. 295 ; OP I, p. 241.

23La question des principes généraux ou rationnels sur lesquels se fonde la certitude métaphysique est traitée par Kant en lien étroit avec la pensée de Crusius. Selon Kant, qui conteste la suprématie du principe de contradiction, il y aurait effectivement une pluralité des principes suprêmes formels : le principe d’identité pour les propositions affirmatives, et le principe de contradiction pour les propositions négatives. À cela s’ajoutent – et c’est ici qu’est mis en lumière le mérite principal et la contribution très précieuse de Crusius – des principes matériels. Il s’agit des propositions indémontrables, très nombreuses, conçues comme soumises immédiatement aux premiers principes rationnels. Contenant les fondements d’autres connaissances, elles constituent « le fondement et la solidité de la raison humaine » et sont définies comme « la matière des définitions, et les données à partir desquelles on peut conclure sûrement, même si l’on ne possède pas de définition »28.

  • 29  Voir l’introduction de M. Fichant à sa traduction de la Recherche sur l’évidence des principes de (...)

24Par conséquent, c’est sur ces deux types de principes, formels et matériels, que se fonde la certitude métaphysique. Soucieux probablement d’assurer la pertinence des principes matériels dans toutes les disciplines rationnelles, Kant étend ce schéma à la géométrie. Les principes formels et matériels y seraient les mêmes. En revanche, tandis qu’en mathématiques les concepts premiers et indémontrables sont les définitions des choses expliquées, en philosophie ce sont les propositions indémontrables qui indiquent les données premières. Aussi sûres et capables de certitude, ces dernières sont suffisantes pour la conviction. Il me semble que par ce dernier rapprochement entre la métaphysique et la géométrie, Kant efface la différence de nature entre la certitude métaphysique et la certitude mathématique qu’il avait soutenue jusqu’alors29. Réduite à une simple différence de degré, cette distinction qui semblait essentielle et structurait le propos de l’écrit sur la Deutlichkeit, est fortement relativisée :

  • 30  Ak. II, p. 296 ; OP I, p. 242.

La métaphysique n’a donc pas de fondements formels ou matériels de la certitude qui seraient d’une autre nature que ceux de la géométrie […]. Il y a même une certitude nécessaire à la conviction dont la métaphysique est capable, autant que sont les mathématiques, mais ces dernières sont plus faciles et participent davantage à l’intuition.30

25Une hypothèse pourrait être avancée afin de tenter d’expliciter cette ambiguïté. L’indécision kantienne en question provient peut-être d’une autre oscillation étroitement apparentée, celle liée au rapport entre la méthode analytique et la méthode synthétique. Prisonnier encore de son admiration pour Newton et de la limpidité du modèle mathématique – qu’il employa d’ailleurs dans la même période en d’autres écrits (Grandeurs négatives) –, Kant reste persuadé que la certitude mathématique demeure l’idéal scientifique pour toute science. Au moment où il pense et pose la distinction irréductible entre le logique et le réel, entre l’effectif et le possible, et voit dans la spécificité de la méthode propre à la philosophie l’unique solution possible pour sauver la métaphysique, Kant hésite encore. C’est pourquoi l’affirmation énigmatique qui clôt la deuxième considération est aussi difficile à interpréter et pourquoi les exégètes ne parviennent pas à se mettre d’accord à son sujet. Kant écrit :

  • 31  Ak. II, p. 290 ; OP I, p. 235.

Il n’est pas encore temps, loin de là, de procéder synthétiquement en métaphysique ; c’est seulement lorsque l’analyse nous aura procuré des concepts compris d’une manière distincte dans toutes leurs parties que la synthèse pourra subordonner les connaissances composées aux connaissances les plus simples, comme c’est le cas en mathématiques.31

26Or, nous savons pertinemment que Kant est persuadé, au moment même où il rédige ces lignes, que l’entendement est incapable de pénétrer intégralement les concepts, qu’il y a et qu’il y aura toujours des concepts inanalysables. Il est convaincu de la nécessité d’admettre la finitude et l’état déficient de la connaissance humaine, incapable d’atteindre l’analyse complète : le préalable indispensable de notre connaissance est un donné perçu immédiatement, non décomposable en totalité et irréductible à la pensée.

  • 32  Ak. II, p. 283 ; OP I, p. 225.
  • 33  Ak. II, p. 295 ; OP I, p. 242.

27Soulignons, pour conclure, un dernier aspect de la relation entre Kant et Crusius, telle qu’elle apparaît dans la Recherche. Malgré une admiration affichée, malgré de nombreux éloges et emprunts, Kant ne considère pas la Métaphysique de ce dernier comme une théorie valable et digne d’intérêt. Il affirme : « La métaphysique est sans doute la plus difficile de toutes les connaissances humaines, mais on n’en a jamais encore écrit une. »32 Ce qu’il conteste en premier lieu, c’est la pertinence de la règle suprême qui régit la certitude et toute la théorie de la vérité chez Crusius : « Ce que je ne puis penser autrement que comme vrai est vrai. »33 Postuler un tel principe revient à faire de la conviction subjective le critère de la vérité, donc à lui nier tout fondement objectif. Kant fait cette précision, mais n’insiste pas ici sur cette faiblesse de la doctrine de Crusius – bien qu’elle soit si centrale qu’elle mette en cause tout l’édifice –, ni ne propose de critère alternatif de la certitude.

28Mais cela devait s’avérer la principale pierre d’achoppement qui lui fera prendre de plus en plus de distance par rapport à son prédécesseur et adopter une attitude de plus en plus critique. Il qualifiera cette règle, presque à chaque fois qu’il fera mention de son auteur, de qualitas occulta invalidant toute la logique crusienne et demandant le rejet de l’ensemble de ses théories. Et Kant a vu juste. Il lui était impossible de se revendiquer, surtout dans la période critique, d’une pensée logique aussi fortement fondée sur le psychologique. Les remarques critiques contre Crusius deviendront de plus en plus acerbes et suivront une tendance inverse à celles concernant Wolff. Kant ne choisira jamais non plus un manuel crusien dans son enseignement, malgré le fait que de nombreux professeurs de l’Albertine basaient leur cours sur les œuvres de Crusius. Son admiration pour ce dernier ne devra pas survivre au-delà de l’année 1770.

Haut de page

Notes

1  « On demande, si les vérités métaphysiques en général et en particulier les premiers principes de la Théologie naturelle et de la Morale sont susceptibles de la même évidence que les vérités mathématiques, et au cas qu’elles n’en soient pas susceptibles, quelle est la nature de leur certitude, à quel degré elle peut parvenir, et si ce degré suffit pour la conviction. » La version allemande de la question sera publiée dans la revue Berlinische Nachrichten von Staats- und Gelehrten Sachen en juin 1761.

2  Lettre à J. H. Lambert du 31 décembre 1765, dans E. Kant, Correspondance, Paris, Gallimard, p. 45.

3  Le mémoire de Lambert sera publié par K. Bopp sous le titre Ueber die Methode die Metaphysik, Theologie und Moral richtiger zu beweisen, Berlin, 1918. Lambert n’a pas participé au concours lancé en 1761.

4  Lettre de J. H. Lambert à Kant, 3 février 1766, Correspondance, p. 47.

5  Voir G. Tonelli, « Der Streit über die mathematische Methode in der Philosophie in der ersten Hälfte des 18. Jahrhunderts und die Entstehung von Kants Schrift über die “Deutlichkeit” », Archiv für Philosophie, no 9, 1959, p. 37-66.

6  M. Campo, La genesi del criticismo kantiano, Varèse, Magenta, 1953, surtout p. 312 et suiv. ; G. Tonelli, « Conditions in Königsberg and the making of Kant’s philosophy », Bewusst sein, A. J. Bucher, H. Drüe, Th. M. Seebohm éd., Gerhard Funke zu eigen, Bonn, Bouvier, 1975, p. 126-144 ; à ce sujet, voir aussi F. Holz, Kant et l’Académie de Berlin, Francfort, Berne, Cirencester, Peter Lang, 1980.

7  Ak. II, p. 294 ; OP I, p. 240. Les citations du texte kantien renvoient d’abord à Kant’s gesammelte Schriften, Königlich Preußischen Akademie der Wissenschaften éd., Berlin, Georg Reimer, 1912 (Ak.), et ensuite à la traduction française : Recherche sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980 (OP). Le chiffre romain renvoie au tome correspondant.

8  Ibid.

9  Voir S. Carboncini-Gavanelli, « Christian August Crusius und die Leibniz-Wolffsche Philosophie », Autour de la philosophie wolffienne, J. École éd., Hildesheim, Olms (Christian Wolff, Gesammelte Werke, J. École, H. W. Arndt et al. éd., partie III, t. LXV), 2001, p. 263-278.

10  Voir, par exemple, l’introduction de G. Tonelli dans C. A. Crusius, Die philosophische Hauptwerke, t. I, Hildesheim, Olms, 1999, p. xx.

11  Voir M. Oberhausen et R. Pozzo éd., Vorlesungsverzeichnisse der Universität Königsberg (1720-1804), Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1999.

12  Ce texte sera traduit en allemand en 1744 par Ch. F. Krause et sera republié en 1766 avec des ajouts de Crusius et une préface de Ch. F. Pezold. Il a été réédité par S. Carboncini-Gavanelli et R. Finster dans C. A. Crusius, Die philosophische Hauptwerke, t. IV : Kleinere philosophische Schriften, Hildesheim, Olms, 1987.

13  Trois autres mémoires proposés pour l’année 1764 (no 2, 13 et 25) font référence implicitement ou explicitement aux doctrines crusiennes, pour les soutenir ou s’en démarquer. Je remercie Paola Basso d’avoir attiré mon attention sur ces écrits.

14  Lettre de Kant à Ludwig Ernst Borowski du 6 juin 1760, Correspondance, p. 34.

15  Ak. I, p. 396 ; OP I, p. 128.

16  Ak. II, p. 293 (note) ; OP I, p. 239.

17  Ak. II, p. 275 ; OP I, p. 215 (nous soulignons).

18  Ak. II, p. 283 ; OP I, p. 226.

19  C. A. Crusius, Die philosophische Hauptwerke, ouvr. cité, t. III, p. 21 (« D’ailleurs, celui qui réfléchit bien à ces différences, comprendra pourquoi la philosophie, au-delà du bénéfice qu’elle a tiré dans certaines [de ses] parties, a aussi souffert préjudice dans d’autres, du fait que certains hommes fameux crurent remédier au verbiage répandu de temps à autre en philosophie, en se servant du procédé mathématique [dans cette discipline], mais n’ont pas toujours prêté suffisamment attention à la nature distincte des deux sciences. »)

20  Ak. II, p. 283 ; OP I, p. 226 et Ak. II, p. 280 ; OP I, p. 222.

21  Ak. II, p. 280 ; OP I, p. 221.

22  Ak. II, p. 282 ; OP I, p. 225.

23  Ak. II, p. 285 ; OP I, p. 229.

24  Ak. II, p. 286 ; OP I, p. 229.

25  Voir E. Cassirer, La philosophie des Lumières, Paris, Fayard, 1966, p. 50.

26  Ak. I, p. 290 ; OP I, p. 235.

27  Voir par exemple Ak. II, p. 290-291 ; OP I, p. 235-236.

28  Ak. II, p. 295 ; OP I, p. 241.

29  Voir l’introduction de M. Fichant à sa traduction de la Recherche sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale, Paris, Vrin, 1966, p. 9.

30  Ak. II, p. 296 ; OP I, p. 242.

31  Ak. II, p. 290 ; OP I, p. 235.

32  Ak. II, p. 283 ; OP I, p. 225.

33  Ak. II, p. 295 ; OP I, p. 242.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tinca Prunea-Bretonnet, « Crusius et la certitude métaphysique en 1762 », Astérion [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://asterion.revues.org/2137

Haut de page

Auteur

Tinca Prunea-Bretonnet

L’auteur est doctorante à l’Université Paris 4 Sorbonne. Elle a notamment publié : « La question de l’analyse et l’héritage wolffien dans la Preisschrift de 1762 (1764) », Kant avant la Critique de la raison pure, L. Langlois éd., Paris, Vrin, 2009 ; avec Sophie Grapotte éd., Kant et Wolff : héritages et ruptures, Paris, Vrin (à paraître en 2011).

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page