Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Texte intégral

1En faisant seulement référence au projet de mathesis universalis tel qu’on le trouve dans les Regulae de Descartes, en soulignant la promotion cartésienne de la certitude, on en arrive à masquer la complexité de l’histoire en jeu en voilant des choix philosophiques originaux. On voile aussi la polysémie qui se cache parfois dans les termes « certitude », « évidence », voire dans la simple référence à la « mathématique ». C’est pourquoi l’étude du concours de 1763 de l’Académie de Berlin présente un réel intérêt philosophique. Il est un jalon dans l’histoire du projet de mathesis universalis et de la question de la méthode en philosophie. Il marque une transformation du paradigme de la certitude, ainsi que le rappelle Paola Basso dans ce numéro d’Astérion.

  • 1  G. Tonelli, « La disputa sul metodo matematico nella filosofia della prima metà del Settecento e l (...)

2Nous allons voir que les formulations du concours elles-mêmes font problème ; contentons-nous de dire pour le moment qu’il s’agissait de comparer les vérités mathématiques et les vérités métaphysiques. Giorgio Tonelli, dans l’article qu’il consacre à la genèse de l’écrit que Kant a élaboré à ce propos1, montre que la question s’insère dans le débat sur « l’applicabilité et la suffisance de la méthode mathématique en philosophie » tel qu’il naît au xviie siècle et se développe ensuite. Partant de ce contexte, il indique notamment le rôle qu’ont joué Christian Wolff et l’anti-wolffianisme au début et à la moitié du xviiie siècle dans ce débat.

  • 2  De la différence entre les concepts métaphysiques et les concepts mathématiques, preuve de l’insuf (...)
  • 3  Art. cité, p. 86. Ce texte se trouve dans Des weyland Reichs-Freiherrn von Wolff übrige theils noc (...)

3Wolff se réclamait d’une « méthode scientifique » en philosophie, construite selon le modèle des Éléments d’Euclide. Dans ses premiers écrits, il se réclame explicitement d’une méthode mathématique. C’est le cas de sa première « philosophie pratique universelle » de 1703 intitulée Philosophia practica universalis, Mathematica methodo conscripta. Une méthode mathématique peut donc bien être employée dans les questions morales. La seconde version de 1738-1739 revendique seulement quant à elle la méthode « scientifique » que nous venons d’évoquer : Philosophia practica universalis, methodo scientifica pertractata. Les titres des tomes de la métaphysique latine, parue à partir de 1730, se terminent d’ailleurs tous par les mots « methodo scientifica pertractata ». La méthode démonstrative en jeu a toujours une forme « euclidienne », elle engage une forme logique qui, pour Wolff, est aussi à l’œuvre en mathématique. Cependant Tonelli souligne, par exemple, que dans un texte intitulé Von dem Unterschiede metaphysicher und mathematischer Begriffe, die Unzulänglichkeit mathematischer Begriffe in der Philosophie darzuthun2, Wolff indique explicitement qu’il faut distinguer les concepts mathématiques et les concepts philosophiques3. S’il convient en métaphysique de reprendre le modèle de la géométrie euclidienne, il ne s’agit pas de confondre celle-ci avec la mathématique.

  • 4  Le texte a été réédité dans les Mélanges philosophiques de Formey, vol. I, Leyde, 1754.

4Dans la période qui nous intéresse, le groupe anti-wolffien au sein de l’Académie de Berlin était très influent. Samuel Formey, un des rares wolffiens de l’Académie, avait essayé de défendre l’usage de la méthode géométrique en philosophie, tout en critiquant les confusions conceptuelles entre géométrie et métaphysique (1747, Recherches sur les éléments de la matière)4. Par contre, Pierre Louis Moreau de Maupertuis, dans l’avant-propos de ses Essais de Cosmologie de 1751, réédités en 1756, parlait de ces œuvres qui « n’ont de Mathématique que l’air et la forme, et qui au fond ne font que de la métaphysique la plus incertaine et la plus ténébreuse ». En visant implicitement le wolffianisme, il était alors conduit à redéfinir la nature même de la certitude mathématique :

  • 5  P. L. Moreau de Maupertuis, Essai de Cosmologie, Leyde, 1751, p. 57-60. Voir à ce propos Tonelli, (...)

L’exemple de quelques philosophes doit avoir appris que les mots de Lemme, de Théorème, et de Corollaires ne portent pas par-tout la certitude mathématique ; que cette certitude ne dépend, ni de ces grands mots, ni même de la méthode que suivent les Géomètres, mais de la simplicité des objets qu’ils considèrent.5

5En dehors des tentatives malheureuses qu’il mentionne, les mathématiques n’ont « gueres eu pour but que des besoins grossiers du corps ou des spéculations inutiles de l’esprit » ; or, ajoute-t-il :

Voyons si nous pourrons faire un usage plus heureux de cette science : les preuves de l’Existence de Dieu qu’elle fournira, auront sur toutes les autres l’avantage de l’évidence qui caractérise les vérités mathématiques. (Ibid.)

  • 6  Berlin, Haude et Spener, 1758.
  • 7  A. Charrak, Empirisme et théorie de la connaissance, Paris, Vrin, 2009, p. 142-143.

6Il s’agit bien de chercher à obtenir en théologie naturelle la même évidence que celle des vérités mathématiques, en adoptant une définition de la certitude mathématique qui ne la fasse pas dépendre de la « démonstration géométrique ». L’Examen philosophique de la preuve de l’existence de Dieu donnée dans l’Essai de Cosmologie, texte communiqué par Maupertuis à l’Académie des sciences de Berlin en 17566, marque un jalon de plus dans le parcours qui conduit aux questions de la Preisfrage de 1763. Tonelli l’avait évoqué dans l’article auquel nous faisons référence (p. 89 et 116). André Charrak en a de nouveau montré l’intérêt, en rappelant qu’il avait, semble-t-il, joué un rôle important dans les formulations proposées au candidat7. Il souligne le titre de sa première partie, « Sur l’évidence et la certitude mathématique », qui a manifestement inspiré l’intitulé de la question dans sa version française ; il fait référence à un texte de Christian Bartholmèss qui souligne l’influence de cet examen dans le premier tome de son Histoire philosophique de l’Académie de Prusse. On peut en effet y lire :

Ce mémoire qui se divise en deux parties, l’une consacrée à l’évidence et à la certitude mathématique, l’autre à l’examen des lois de la nature a une véritable importance dans l’histoire des opinions philosophiques. Il fut, pour l’Académie de Berlin, quelques années après, l’occasion de mettre au concours la question suivante : « Les vérités métaphysiques sont-elles susceptibles de la même évidence que les vérités mathématiques et quelle est la nature de leur certitude ? » Le résultat de ce brillant concours est connu. Moïse Mendelssohn fut jugé digne du prix, et Kant de l’accessit. L’influence du travail de Maupertuis sur les deux ouvrages couronnés est parfaitement visible ; et lorsqu’on compare ces ouvrages aux écrits que Mendelssohn et Kant composèrent plus tard, et où ils ne le démentirent pas, on est forcé d’avouer que Maupertuis a été un des maîtres des deux philosophes allemands.8

  • 9  Parue, à cette date, dans les Actes de l’Académie.

7Le 28 mai 1761 (Maupertuis est mort en 1759), la « classe de philosophie » de l’Académie de Berlin met en effet au concours, pour l’année 1763, la question suivante9, que Sulzer avait formulée. La formulation française est la suivante :

On demande si les vérités de la Métaphysique en général, et en particulier les premiers principes de la Théologie naturelle et de la Morale, sont susceptibles de la même évidence que les vérités mathématiques, et au cas qu’elles n’en seraient pas susceptibles, quelle est la nature de leur certitude, à quel degré elles peuvent parvenir, et si ce degré suffit à la conviction.

  • 10  Formulation publiée dans les Berlinische Nachrichten von Staats- und Gelehrten Sachen, juin 1761.

8La formulation allemande est différente10 :

Man will wissen : Ob die Metaphysischen Wahrheiten überhaupt, und besonders die ersten Grundsätze der Theologiae naturalis, und der Moral, eben der deutlichen Beweise fähig sind, als die geometrischen Wahrheiten, und welches, wenn sie besagter Beweise nicht fähig sind, die eigentliche Natur ihrer Gewissheit ist, zu was vor einem Grade man gemeldete Gewissheit bringen kann, und ob dieser Grad zur volligen Überzeugung zureichend ist.

9Le 2 juin 1763, Moses Mendelssohn obtient le prix et Kant l’accessit.

  • 11  P. Basso, Über die Deutlichkeit. Die Preisfrage der Preußischen Akademie für 1763, en préparation, (...)

10Le groupe de travail sur la philosophie allemande au xviiie siècle (CERPHI / CIERA) a consacré deux journées d’études à ce concours : le 26 juin 2007 à la Maison Heine à Paris, le 12 juin 2009 à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines de Lyon. Le but était de ne pas se focaliser simplement sur la réponse kantienne ou sur celle de Mendelssohn, mais de comprendre plus profondément les caractéristiques du moment en jeu et les possibilités qu’il recelait. Le prétexte en était donné par la publication imminente, par Paola Basso, de l’ensemble des réponses anonymes11. La première journée avait pour thème « Évidence et Deutlichkeit dans la question mise au concours par l’académie de Berlin en 1761 ». La seconde journée s’interrogeait sur la manière dont les diverses réponses ont thématisé les notions de certitude mathématique, philosophique et morale.

  • 12  Abhandlung über die Evidenz in metaphysischen Wissenschaften, welche den von der Königlichen Acade (...)

11Là où il est question d’« évidence » dans la formulation française du concours, il est question de « deutliche Beweisen » dans la formulation allemande, c’est-à-dire, ainsi que le souligne Paola Basso dans son premier article, de « démonstrations distinctes ». Cette deuxième formule rappelle la définition wolffienne de la science. Le titre de l’opuscule de Kant fera référence à une Deutlichkeit générale : Untersuchung über die Deutlichkeit der Grundsätze der naturlichen Theologie und der Moral. Celui de Mendelssohn mentionnera, quant à lui, une « Evidenz » : Über die Evidenz in metaphysischen Wissenschaften12. Lors de notre première journée à la Maison Heine, nous nous étions interrogés sur cet écart. Le bilinguisme, cet écart entre évidence et deutliche Beweisen, n’était-il qu’une confusion, ne manifestait-il pas plutôt les caractéristiques du champ en jeu ? C’est ce qu’étudie Paola Basso dans son premier article : « Deutlichkeit, évidence et certitude dans les réponses anonymes ». Elle montre comment les termes « d’évidence », de « Deutlichkeit », de « certitude » sont apparus de manière très diverses dans les réponses ; la multiplication terminologique et conceptuelle correspondant à une profonde ambiguïté épistémologique.

  • 13  C’est la traduction française à retenir, si du moins on s’en tient à la manière dont Wolff, dans l (...)

12Plus précisément, Paola Basso fait remarquer que, malgré l’énoncé faisant référence aux « deutliche Beweisen », dans les réponses rédigées en allemand la notion de Deutlichleit n’est pas centrale, alors que l’est au contraire celle de Gewissheit. C’est sur elle que se focalise la recherche. C’est même le cas dans le texte de Kant, malgré son titre. Les réponses rédigées en français font, quant à elles, toutes références à l’évidence, mais ce terme apparaît finalement « peu défini et trop ample ». Il faut pourtant remarquer, nous dit Paola Basso, que les champs conceptuels engagés par l’évidence, la certitude et la Deutlichkeit (distinction)13 sont différents : le distinct est opposé au confus, la certitude est opposée au doute, l’évidence est opposée à un procédé aveugle et inintelligible. Cela indique que c’est l’esprit plutôt que la lettre de la question qui a été en jeu. La plupart des réponses se rejoignent cependant sur une analyse de la « nécessité de croire » telle qu’elle se livre dans l’évidence, la certitude et la Deutlichkeit et sur la force coercitive de la démonstration. On voit apparaître enfin dans le concours une mise en cause de l’évidence mathématique.

13Dans son deuxième article : « Le mythe de la démonstrabilité résiste-t-il encore ? Remarques sur l’orientation des réponses anonymes », Paola Basso souligne comment, vers 1761, tout un ensemble de facteurs menacent la supériorité incontestée de la méthode démonstrative. On assiste à une victoire du newtonianisme. Voltaire, Buffon contribuent à cette mise en cause. Par ailleurs, Descartes n’est plus publié depuis quarante ans. C’est pourquoi l’auteur écrit qu’on a « changé de paradigme » concernant la certitude. La démonstrabilité est toujours le premier réquisit de la rationalité, mais on prépare le terrain à la fin du primat des démonstrations. La forme extérieure démonstrative, telle qu’on la trouvait chez Wolff, ainsi que l’articulation en théorèmes et démonstrations sont abandonnés. Seules deux réponses procèdent more geometrico. Maupertuis, que nous avons déjà évoqué, avait en effet écrit que « les démonstrations géométriques tout évidentes qu’elles soient ne sont point les plus propres à convaincre tous les esprits », Béguelin avait invité à « renoncer à cette métaphysique géométrique pour laquelle nous ne sommes pas nés ». Comme nous le savons, Samuel Formey, disciple de Wolff, résistait à cette tendance. Il faut cependant noter que, même dans les réponses favorables à la méthode démonstrative, des méfiances s’élèvent pour des raisons diverses. On souligne la superficialité des savants, les limites de notre esprit, on insiste sur la vivacité des démonstrations sensibles ou l’on reconduit l’évidence des démonstrations à la probabilité.

14La question de la place encore accordée à la méthode démonstrative se rejoue aussi dans l’article de Stefanie Buchenau : « Notions directrices et architectonique de la métaphysique. La critique kantienne de Wolff en 1763 ».

15L’auteur essaie de montrer en quoi la contribution de Kant au concours répond encore à des réquisits wolffiens. Elle analyse dans ce but un important texte de Wolff, que Formey avait choisi de placer en tête de sa traduction partielle de la Deutsche Metaphysik dans La Belle Wolffienne : le De Notionibus directricibus & genuino usu philosophiae prima. Elle relève dans ce texte des précisions significatives par rapport au Discursus praeliminaris de philosophia in genere. Celles-ci lui permettent de souligner que Wolff ne cherche pas à « mathématiser à outrance », en particulier parce que selon lui, c’est la métaphysique, et plus précisément l’ontologie, qui se trouvent au fondement de la certitude mathématique. Il ne s’agit pas d’importer partout la méthode mathématique. Par ailleurs, Stefanie Buchenau relève que pour Wolff, les mathématiques aussi bien que la philosophie sont susceptibles d’une connaissance empirique. Selon elle, dans ces conditions, « les critiques que la réponse de Kant à la Preisfrage formule grâce à sa distinction entre méthode mathématique et philosophique sont moins dévastatrices qu’on ne le pense communément ; elles ne conduisent pas à un renversement du wolffianisme, mais apportent plutôt des précisions à un programme que Wolff lui-même avait pensé comme ouvert et qu’il faut d’abord restituer dans sa cohérence pour bien évaluer le projet de Kant ».

  • 14  Sur cette question, on pourra lire aussi l’article de T. Prunea-Bretonnet, « La question de l’anal (...)

16Il faudrait donc souligner le programme commun à Wolff et à Kant. Il consiste dans la recherche d’une certaine purification du langage métaphysique. Les concepts en jeu sont directeurs, ils nous engagent sur la voie d’une connaissance distincte et systématique. Dans les deux cas, nous les connaissons d’abord par une simple connaissance a posteriori14.

17Crusius n’a pas pris part au concours, mais Tinca Prunea-Bretonnet, dans son article intitulé « Crusius et la certitude métaphysique en 1762 », analyse l’influence qu’il a exercé sur la réponse kantienne. Elle rappelle en particulier le but du mémoire kantien : « faire voir le véritable degré de la certitude métaphysique » et déterminer le chemin qui y conduit. Or, c’est précisément à l’occasion d’une lecture explicite de Crusius que le mémoire va tenter de décider de ce degré. À l’époque, nous rappelle l’auteur, Crusius est considéré comme le plus grand adversaire du système wolffien. Son propre système est dirigé point par point contre lui, si bien qu’en un sens il est un post-wolffien. Pour lui, par contre, la philosophie doit être la science de l’effectif, non du simple possible, et elle doit prendre en compte le caractère borné de l’entendement humain.

18Dans son souci de marquer l’hétérogénéité entre méthode mathématique et méthode philosophique, Kant est profondément influencé par la Logique de Crusius (Weg zur Gewissheit und Zuverlässigkeit der menschlichen Erkenntniss, Leipzig, 1747). On peut penser notamment à la thèse selon laquelle les concepts mathématiques sont arbitraires et construits. L’influence cruséenne permettra à Kant de nier le caractère universel de la méthode démonstrative, mais elle l’engagera aussi dans des ambiguïtés. Crusius admet de manière limitée l’emploi de la méthode mathématique en philosophie et, malgré sa position, le mémoire kantien fera toujours des mathématiques un idéal et le modèle de la scientificité. Enfin, selon Tinca Prunea-Bretonnet, Kant tend dans ce texte à différencier la certitude d’une simple conviction psychologique, alors que Crusius les identifiait. Par la suite, le rejet de plus en plus marqué de cette forme de « psychologisme » l’éloignera fortement de Crusius et le rapprochera de Wolff.

19Jean-Marc Rohrbasser, dans « Les hasards de la variole », ne se réfère pas directement au concours de 1763. Il étudie un exemple précis, lui permettant d’analyser comment a pu se poser, à l’époque, la question de l’articulation de la décision et du calcul des probabilités dans un champ qui concerne la morale. Il s’agit de l’inoculation de la variole. Les plus grands noms sont engagés : Bernoulli, D’Alembert, Lambert et même Peirce. On discerne ainsi comment, au moment de la naissance des « mathématiques sociales », le lien entre certitude et morale a été problématisé.

20L’inoculation de la variole, nous dit-il, est médicalisée en Europe depuis 1721. Contrairement à la vaccine antivariolique, qui fera son apparition à la fin du siècle, il s’agit d’injecter quelques gouttes de pus variolique, afin de faire éclore une pathologie bénigne. Le patient est immunisé contre les formes graves, mais il est confronté à la probabilité de développer dangereusement la maladie et de mourir. Le problème est alors de déterminer s’il faut ou non pratiquer l’inoculation. Dès 1722, un médecin anglais, James Jurin, pose le problème en termes de probabilités. Rohrbasser étudie essentiellement comment Daniel Bernoulli, dans une conférence de 1760 publiée ultérieurement, propose de résoudre la difficulté d’un strict point de vue mathématique, et comment D’Alembert s’oppose à lui.

  • 15  Descartes, Principes de la philosophie, partie IV, § 205, AT IX, p. 323. Celle-ci, chez Descartes, (...)

21L’auteur expose très précisément la modélisation mathématique de Bernoulli, les choix et les interprétations que celle-ci comporte. Il s’intéresse ensuite aux deux aspects de la réponse de D’Alembert. En effet, celui-ci va d’abord démontrer que les avantages de l’inoculation « ne sont pas de nature à être appréciés mathématiquement », puis prouver que celle-ci doit pourtant être encouragée. Il va montrer en quoi les calculs sont insuffisants et prématurés pour emporter la décision d’inoculer, puis faire appel, comme le dit Rohrbasser, à « un principe de décision en situation d’incertitude ». Pour cela, D’Alembert souligne que souvent « sans savoir précisément l’avantage qu’on peut espérer en prenant quelque parti, on est déterminé par le seul motif que [l’] avantage peut être très grand ». Il s’agit d’une estimation subjective de la probabilité. Pour qu’elle soit favorable à l’inoculation, il est nécessaire que les partisans de l’inoculation prouvent qu’elle ne peut tuer, si elle est faite prudemment. Rohrbasser ajoute « qu’il n’est pas même besoin d’avoir la certitude absolue de l’innocuité de l’inoculation, une certitude morale suffit ». Nous remarquerons que cette interprétation conduit à retrouver dans la position de D’Alembert une mise en avant du rôle de la « certitude morale » dans la décision. Celle-ci engage bien une certitude ; cependant, le terme « morale » la qualifie comme suffisante mais non garantie. La certitude morale est selon Descartes « une certitude suffisante pour régler nos mœurs, ou aussi grande que celle des choses dont nous n’avons point coutume de douter touchant la conduite de la vie, bien que nous sachions qu’il se peut faire, absolument parlant, qu’elles soient fausses »15.

  • 16  Nous remercions le CIERA, la Maison Heine et l’ENS de Lyon pour leur soutien. Merci à Pierre-Franç (...)

22L’article se clôt tout d’abord par une présentation de la position de Lambert. Celui-ci n’entre pas dans la dispute ; cependant, en tentant de mieux apprécier les risques relatifs, il montre qu’il ne met pas en doute la validité de l’application du calcul. Enfin, Rohrbasser applique les analyses de Peirce concernant « l’inférence unique » pour distinguer les diverses positions en jeu, ce qui permet de souligner l’intérêt et l’importance du débat16.

Haut de page

Notes

1  G. Tonelli, « La disputa sul metodo matematico nella filosofia della prima metà del Settecento e la genesi dello scritto kantiano sull’“evidenza” », Da Leibniz a Kant, Naples, Prismi, 1987, p. 79-107.

2  De la différence entre les concepts métaphysiques et les concepts mathématiques, preuve de l’insuffisance des concepts mathématiques en philosophie.

3  Art. cité, p. 86. Ce texte se trouve dans Des weyland Reichs-Freiherrn von Wolff übrige theils noch gefundene kleine Schriften und Einzelne Betrachtungen zur Verbesserung der Wissenschaft, Halle, 1755, p. 286-348 ; réédition : Christian Wolff Gesammelte Werke (désormais : CWGW), I, vol. XXII, Hildesheim, Olms, 1983. C’est la traduction allemande d’un texte rédigé en latin par Wolff dans les Horae subsecivae Marburgenses, été 1731, p. 385-479, intitulé : « De differentia notionum metaphysicarum et mathematicarum », réédité dans CWGW, vol. III, 34.3.

4  Le texte a été réédité dans les Mélanges philosophiques de Formey, vol. I, Leyde, 1754.

5  P. L. Moreau de Maupertuis, Essai de Cosmologie, Leyde, 1751, p. 57-60. Voir à ce propos Tonelli, art. cité, p. 88-89.

6  Berlin, Haude et Spener, 1758.

7  A. Charrak, Empirisme et théorie de la connaissance, Paris, Vrin, 2009, p. 142-143.

8  Ch. Bartholmèss, Histoire philosophique de l’Académie de Prusse depuis Leibniz jusqu’à Schelling, particulièrement sous Frédéric-le-Grand, Paris, Ducloux, 1850, t. I, p. 347-348. Notons que Dominique Bourel souligne au contraire l’opposition de Moses Mendelssohn à Maupertuis : Moses Mendelssohn, Paris, Gallimard, 2004, p. 169.

9  Parue, à cette date, dans les Actes de l’Académie.

10  Formulation publiée dans les Berlinische Nachrichten von Staats- und Gelehrten Sachen, juin 1761.

11  P. Basso, Über die Deutlichkeit. Die Preisfrage der Preußischen Akademie für 1763, en préparation, Stuttgart / Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog.

12  Abhandlung über die Evidenz in metaphysischen Wissenschaften, welche den von der Königlichen Academie der Wissenschaften in Berlin aus der Jahr 1763 ausgestetzten Preis erhalten hat, Berlin, Haude und Spener, 1764, réédité dans Gesammelte Schriften Jubiläumausgabe, Stuttgart / Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1972, vol. II, p. 267-328.

13  C’est la traduction française à retenir, si du moins on s’en tient à la manière dont Wolff, dans la Deutsche Logik, définit la Deutlichkeit d’un concept : « § 13. Ce qu’est un concept distinct (deutlich) et un concept confus (undeutlich). [retour à la ligne] Si notre concept est clair, soit nous sommes capables de dire à un autre les caractères (Merckmahle) par lesquels nous reconnaissons une chose, ou au moins de nous représenter ceux-ci séparément l’un après l’autre, soit nous nous trouvons incapables de faire cela. Dans le premier cas le concept clair est distinct, dans le second cas, il est confus […] ». Ainsi, lorsqu’un homme « peut nous dire qu’une horloge est une machine, qui par le mouvement circulaire d’une aiguille montre les heures ou les indique par les coups d’un marteau sur une cloche », il a le concept distinct de cette horloge. Deutlich est bien ici l’équivalent allemand du terme français « distinct ». Vernünfftige Gedancken von den Kräfften des menschlichen Verstandes und ihrem richtigen Gebrauche in Erkänntnis der Wahrheit, première édition Halle, 1712, réédition CWGW, Hildesheim, Olms, 1965, d’après l’édition de 1754, I, 1, p. 128.

14  Sur cette question, on pourra lire aussi l’article de T. Prunea-Bretonnet, « La question de l’analyse et l’héritage wolffien dans la Preissschrift de 1762 (1764) », dans L. Langlois, Années 1747-1781. Kant avant la critique de la raison pure, Paris, Vrin, 2009, p. 137-144.

15  Descartes, Principes de la philosophie, partie IV, § 205, AT IX, p. 323. Celle-ci, chez Descartes, se distinguait de la certitude « plus que morale » qui, en ce qui concerne la physique, s’étend à tout ce qui est démontré dans la mathématique et qui est garantie par la souveraineté de la bonté divine (ibid., § 204, p. 324).

16  Nous remercions le CIERA, la Maison Heine et l’ENS de Lyon pour leur soutien. Merci à Pierre-François Moreau d’avoir soutenu cette initiative au sein du CERPHI, et à Brigitte Digon et Lydie Kowet pour tout le travail administratif et organisationnel qu’elles ont fourni. N’oublions pas enfin que toute l’impulsion de ces deux journées est venue de Jean-François Goubet, sans le travail duquel rien n’aurait été possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Paccioni, « Présentation », Astérion [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://asterion.revues.org/2090

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Paccioni

Professeur de chaire supérieure en philosophie (Première supérieure, Lettres supérieures, Lycée Joliot-Curie, Nanterre). Il appartient au Groupe de travail sur la philosophie allemande au xviiie siècle (CERPHI / CIERA). Principales publications récentes :« Christian Wolff et le mariage de la raison et de la foi », Philosophie et théologie à l’époque moderne, Anthologie, t. III, J.-Ch. Bardout éd., Paris, Cerf, 2010, p. 273-286 ; « Existibilis, science de simple intelligence et science de vision, Wolff face à Leibniz », L'idée de théodicée de Leibniz à Kant, P. Rateau éd., Studia Leibnitiana, vol. XXXVI, 2009, p. 113-126 ; « Condillac, Wolff et la notion de principe », Christian Wolff et la pensée encyclopédique européenne, J.-F. Goubet et al., Lumières, no 12, 2008, p. 53-63 ; direction de Leibniz, Wolff et les monades. Science et métaphysique, Revue de Synthèse, no 2, 2007 ; présentation : « Leibniz, Wolff et les monades, science et métaphysique » p. 275-278 ; article personnel: « Leibniz, Wolff et la métaphysique traitée selon la méthode scientifique », p. 295-310 ; Cet esprit de profondeur. Christian Wolff, l'ontologie et la métaphysique, Paris, Vrin, 2006.

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page