Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Généalogie du concept d’assimilation. Une comparaison franco-britannique

Abdellali Hajjat

Résumé

Malgré la popularité du concept d’assimilation en sciences sociales, on connaît finalement peu de chose sur son origine intellectuelle. Cet article vise à faire la généalogie de ce concept dans une perspective franco-britannique. Sa traduction du latin vers le français et l’anglais conserve la signification de « similitude » mais le concept se sécularise, d’une part, à travers le langage des sciences naturelles dont l’influence favorise une réappropriation pour décrire les relations humaines et, d’autre part, le discours historique anglais et le discours politique colonial français. Dans le contexte britannique, l’assimilation devient une qualité collective attribuée à tout un peuple, puis utilisée en naturalisant les différences entre les peuples pour les rendre irréductibles et enfin s’enrichit d’une acception administrative. En France, la politisation du concept d’assimilation dans les discours et réglementations coloniaux provoque un bouleversement sémantique qui l’associe au concept d’égalité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  S. Beaud et G. Noiriel, « L’“assimilation”, un concept en panne », Revue internationale d’action c (...)
  • 2  G. Noiriel, Les origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette Littératures, 1999, p. 121.
  • 3  F. Lorcerie, « Les sciences sociales au service de l’identité nationale. Le débat sur l’intégratio (...)
  • 4  Voir M.-F. Piguet, « De la physique du xviiie siècle aux sciences de l’homme. L’exemple des mots “ (...)

1L’origine du concept d’assimilation est l’objet d’un débat entre plusieurs chercheurs en sciences sociales : notion sociologique détournée par les discours politiques1 ; concept dont le sens premier est « purement politique »2, hérité de la Révolution française, qui s’est transformé à la fin du xixe siècle ; catégorie du « paradigme politico-juridique » qui s’impose dans le discours des sciences sociales des années 19903 ; catégorie coloniale réutilisée dans le discours sur l’immigration en France ; concept des sciences naturelles4 (en particulier la médecine) repris dans le vocabulaire du discours sur la société à partir du début du xixe siècle (en particulier dans les écrits de Madame de Staël et de Destutt de Tracy). La diversité des points de vue est grande.

  • 5  M.-F. Piguet, « De la physique… », contrib. citée.
  • 6  S. Mam Lam Fouck, Histoire de l’assimilation. Des « vieilles colonies » françaises aux département (...)
  • 7  M.-F. Piguet, « De la physique… », contrib. citée.
  • 8  F. Leblond, Observations sur l’état politique des hommes de couleur de la Guyane française, Nantes (...)
  • 9  S. Mam Lam Fouck, Histoire de l’assimilation, ouvr. cité, p. 35.

2Or, la généalogie du concept d’assimilation amène à remettre en cause ces supposées « paternités ». En effet, il est utilisé bien avant que la sociologie ne s’en empare à la fin du xixe siècle et que le droit français en fasse une catégorie juridique. Certes, le discours colonial est à l’origine de la politisation de la question de l’assimilation, mais l’application de ce concept aux relations humaines doit beaucoup aux usages religieux et auxsciences naturelles. Et, comme le souligne Marie-France Piguet, « ce qui a pu être interprété rétrospectivement comme un emprunt aux sciences naturelles a probablement obéi à des processus plus complexes, plus lents aussi, dans lesquels la famille morphologique a eu son rôle et qui surtout ont engagé des valeurs étrangères aux sciences naturelles »5. Sans que l’auteure puisse complètement trancher sur ce sujet, elle conclut, en s’appuyant sur les travaux de Serge Mam Lam Fouck sur la culture politique de l’assimilation des colonies antillaises6,qu’« il est possible que ce soit la culture politique de la Guyane et des Antilles françaises au xixe siècle qui ait joué un rôle important dans l’installation du mot dans le discours sur la société »7. Or, Serge Mam Lam Fouck se réfère aux premiers écrits politiques du marchand guyanais Fabien Leblond8, né en 1802 d’un propriétaire blanc et d’une esclave, mais ils ne datent que du début des années 1830. Par ailleurs, la « lutte pour l’égalité se situe dans un registre établi depuis la fin du xviie siècle où elle puisait largement dans les idées répandues par l’abbé Raynal ou l’abbé Grégoire ainsi que dans les mesures révolutionnaires touchant les gens de couleur libres »9. En fait, bien avant le discours des partisans de l’abolition de l’esclavage, on retrouve des textes qui utilisent le mot « assimilation » pour décrire des phénomènes sociaux dès le milieu du xviie siècle.

3Pour démêler les fils de la généalogie de l’assimilation, on mettra en lumière différents moments d’appropriation et de redéfinition du terme dans l’histoire franco-britannique. Faire la généalogie du concept d’« assimilation » consiste à comprendre dans quelles conditions historiques, sociales et politiques il apparaît dans la langue française, et quelle fonction il peut remplir dans les discours cherchant à analyser le monde social. Il s’agit ainsi de répondre à plusieurs questions importantes : quand, qui, où et pourquoi l’a-t-on utilisé pour décrire les relations humaines, associé au concept d’égalité, utilisé comme concept politique ? Dans cette perspective, il s’agit de savoir quel champ discursif peut prétendre à la « paternité » du terme, de comprendre comment celui-ci circule d’un champ à un autre, et, surtout, d’analyser comment il est réapproprié et redéfini en fonction des préoccupations et des cadres d’analyse propres aux champs en question.

  • 10  M. Foucault, Il faut défendre la société. Cours au Collège de France, 1976, Paris, Hautes Études, (...)

4On se demandera de quelle manière le concept d’assimilation est utilisé pour décrire les relations humaines. On verra, en faisant l’étymologie de la catégorie d’assimilation, que celle-ci est associée aux notions de « feinte » et de « ressemblance ». Ensuite, les traductions du latin vers les langues européennes font disparaître la première notion pour privilégier la seconde, en s’appliquant d’abord au discours religieux. L’assimilation est alors synonyme de communion avec Dieu. On verra que ce n’est qu’après l’appropriation religieuse que l’on observe une sécularisation du concept à la fois dans le champ discursif des sciences naturelles et dans le discours sur la société coloniale et métropolitaine du xviiie siècle. C’est en effet dans les colonies antillaises, fondées sur le système esclavagiste, qu’on observe la première politisation de la question de l’assimilation en ce sens qu’elle est associée à la notion d’égalité. Pour comprendre les premiers usages politiques de l’assimilation, il faut donc avoir une focale impériale en raison de la circulation des idées entre métropole et colonies et des « effets de retour »10 coloniaux.

Sécularisation

  • 11  Rhétorique à Herennius, Paris, Les Belles Lettres, 1989, livre IV, 50, p. 194.
  • 12  Tacite, Annales. Livres XII-XVI, Paris, Les Belles Lettres, 2003 (1924), livre XV, 49, 1‑3, p. 175

5Les premières significations de adsimulatione, l’ancêtre sémantique d’« assimilation », relèvent de l’ordre des relations humaines : il est associé aux notions de « feinte »11 et de « vain désir d’égalité »12. À travers la traduction du latin vers les langues européennes (anglais, français et italien), la racine adsimulatione produit deux branches aux orthographes légèrement différentes : la première conserve le « u » (assimulatio) et disparaît peu à peu du vocabulaire ; la seconde substitue au « u » un « i » (assimilatio) et devient l’orthographe unique. Les traductions du latin cristallisent en général deux significations qui correspondent plus ou moins aux deux orthographes. La première, héritée de adsimulatione, transmet l’idée de feinte, de contrefaçon ou de dissimulation. Et, par le biais de la traduction du verbe de la variante en « i », « assimiler » prend une nouvelle signification avec l’idée d’imitation, de comparaison et de ressemblance, qui n’était jusque-là pas explicite dans les définitions antérieures. Par la suite, l’idée de feinte disparaît peu à peu des dictionnaires en même temps que la forme orthographique en « u », et l’on privilégie l’idée de comparaison et de ressemblance, qui est au cœur des usages de la catégorie d’assimilation. Ces usages vont d’ailleurs eux aussi provoquer une redéfinition sémantique en raison des intentions propres à chaque champ discursif, mais il est important de souligner que c’est le champ religieux qui l’utilise en premier. Par la suite, on observe un processus de sécularisation de la notion d’assimilation, lorsqu’elle entre dans le vocabulaire des sciences naturelles et des discours sur la société.

  • 13  R. A. Jackson, « The “Traité du Sacre” of Jean Golein », American Philosophical Society, vol. 113, (...)
  • 14  J. Goulain, Rational du devin office, 1374. Je souligne.

6Chose révélatrice, le mot « assimilation » apparaît dans la langue française dans le champ discursif religieux en 1374 sous la plume du moine carmélite Jean Goulain (1325-1403), catholique très proche du pouvoir royal (Charles V) et professeur à l’université de Paris13 : « Nous avons la signifiance de ces noms en nous par la grâce de Dieu, et par assimulacion d’yceulz ilz nous enseingnent a faire la volenté de Dieu. »14 Le terme est utilisé à de nombreuses reprises et semble avoir eu un certain succès dans le discours religieux au-delà du catholicisme puisqu’il est repris, en 1689, dans un traité de théologie protestante du révérend anglais John Flavel (1627-1691), comme synonyme de communion :

  • 15  J. Flavel (Révérend), « Communion between Christ and believers on earth », chap. 12 de Christ Knoc (...)

It [communion] is the assimilating instrument where-by the soul is moulded after the image of God. This is the excellency of communion with God, to make the soul like him. There is a twofold assimilation of conformity of the soul to God, the one perfect and complete, the other imperfect and in part. Perfect assimilation is the privilege of perfect state, resulting from the immediate vision and perfect communion the soul has with God in glory.15

  • 16  Deux sens identifiés par toutes les encyclopédies et dictionnaires français et anglais, dont le Di (...)

7Dans le discours théologique chrétien, l’assimilation signifie le moyen d’entrer en communion entre les croyants et le Christ, dans les deux sens du terme « communion »16. Premièrement, l’assimilation « parfaite » s’obtient par la conformité des croyants à l’esprit de Dieu. Cette définition spirituelle de l’assimilation se structure autour de deux pôles : l’esprit inférieur des croyants et l’esprit supérieur de Dieu, le premier devant s’élever pour atteindre le second. L’assimilation est à la fois la communion avec Dieu et l’ascension de l’esprit inférieur vers l’esprit supérieur. Deuxièmement, l’assimilation, comme synonyme de communion, signifie aussi l’entrée dans la communauté chrétienne, symbolisée par le rite de la réception du sacrement de l’eucharistie, et elle s’oppose aux notions d’excommunication ou d’exclusion de la communauté. Ainsi, l’appropriation chrétienne de l’assimilation lui donne une signification à la fois spirituelle (entrer en communion avec Dieu) et une signification sociale (entrer dans la communauté des croyants). Autrement dit, l’assimilation est à la fois une croyance religieuse (croire à l’élévation spirituelle pour atteindre l’esprit de Dieu), et une volonté d’appartenance à une communauté de croyants.

8Ce sens est même attesté dans l’Encyclopédie (1780). Dans l’article « Sarrasins » écrit par Denis Diderot (1713-1784), celui-ci commente la physique et la métaphysique du grand philosophe arabe du xiie siècle Ibn Tophaïl (1110-1185), et notamment la notion de « saint vertige », qui se rapproche de celle de communion. Ici, être assimilé à Dieu signifie la suspension de l’animalité de l’homme et la mise en lumière de son essence éternelle :

  • 17  D. Diderot, « De la physique & de la métaphysique de Tophail », dans « Sarrasins », Encyclopédie, (...)

Le ∫aint vertige ∫u∫pendra toutes les fonctions du corps & de l’e∫prit animal, vous réduira à votre e∫∫ence, vous fera toucher à l’être éternel, vous a∫∫imilera à lui. Dans l’a∫∫imilation à l’être divin, il faut con∫idérer les attributs. Il y en a de po∫itifs ; il y en a de négatifs.17

9À partir du xvie siècle, on observe une sécularisation de la notion d’assimilation. On entend par sécularisation le processus par lequel une catégorie jusque-là utilisée dans le vocabulaire religieux est réappropriée dans le lexique non religieux, profane ou séculier, en lui conférant une signification non religieuse. Ce processus s’opère dans deux champs discursifs relativement différents : les sciences naturelles, qui exercent une influence primordiale sur certains discours sur la société du xviiie siècle, et les discours coloniaux britanniques et français.

Définition physique et son influence sur la vision de la société

  • 18  G. de Chauliac, Le Guidon en françoys, 1534, 239b. Je souligne.
  • 19  F. Courtot, La science des mœurs, tirée du fond de la Nature. Où est compris le projet d’un nouvea (...)

10Le premier espace de sécularisation est le champ discursif des sciences naturelles en général et de la médecine en particulier. Une des premières occurrences séculières se produit en 1501 (« Aucunesfoys la vertu nutritive pèche en apposition et aucunesfoys en assimilation comme déclaire le docteur. »)18 et à partir de la fin du xviie siècle, le terme est communément utilisé dans ce domaine scientifique. Dans un premier temps, « assimilation » veut dire « comparaison ». François Courtot, religieux cordelier et docteur en théologie à la faculté de Paris, l’utilise comme synonyme de « ressemblance » dans un ouvrage de « philosophie naturelle et morale », La science des mœurs. Il postule que le cerveau, de la même manière qu’un miroir ou de l’eau, peut refléter l’image d’un homme : « Pour l’a∫∫imilation ou la re∫∫emblance de l’image creu∫e avec l’objet, je n’y vois pas plus de difficulté qu’à la re∫∫emblance que produit un cachet en bo∫∫e ∫ur une matiere molle. »19 En 1718, le même Courtot cite un rapport du marquis de Pastoret remis à la Chambre des Pairs le 15 janvier de la même année, qui reprend le même sens :

  • 20  F. Courtot, L’Ami de la religion et du roi. Journal ecclésiastique, politique et littéraire, Paris (...)

On a demandé que les dispositions du Code pénal, concernant les insultes faites aux bonnes mœurs, fussent appliquées aux insultes faites à la religion. La jurisprudence des tribunaux a déjà établi cette pieuse assimilation. De pareils délits sont réprimés dans tous les Codes des peuples civilisés.20

11À partir du début du xviiie siècle, on retrouve une définition dominante de l’assimilation très marquée par la physique, comme dans le Dictionnaire universel latin et français dit de Trévoux (1704) et le Dictionnaire de l’Académie française (1762). Selon ce dernier : « Assimilation. s.f. Terme de Physique. Action par laquelle les choses sont rendues semblables. L’assimilation se fait par le mouvement ». Dans l’Encyclopédie, on retrouve vingt-quatre occurrences exclusivement entendues dans l’acception physique du terme :

  • 21  Encyclopédie, 1751, t. I, p. 770.

Assimilation = substantif féminin, composé des mots latins ad. & similis, semblable ; se dit de l’action par laquelle des choses sont rendues semblables, ou ce qui fait qu’une chose devient semblable à une autre. Voyez Similitude.21

  • 22  J. Le Rond D’Alembert, « Physique », Encyclopédie, 1765, t. XII.

12L’Encyclopédie précise ensuite cinq dimensions spécifiques qui renvoient toutes à la physique : « Assimilation, en Physique, se dit proprement d’un mouvement par lequel des corps transforment d’autres corps, qui ont une disposition convenable, en une nature semblable ou homogène à leur propre nature. Voyez Mouvement, Corps, &c. » Selon la définition de d’Alembert, la physique est « cette science que l’on appelle aussi quelquefois Philosophie naturelle, […] la science des propriétés des corps naturels, de leurs phénomènes & de leurs effets, comme de leurs lentes affections, mouvemens, &c. »22

13En apparence, la définition physique de l’assimilation insiste beaucoup sur l’idée de similitude. En fait, dans la plupart des usages en sciences naturelles, il s’agit moins de similitude d’une matière par rapport à une autre que de la disparition de la substance d’une matière dans un organisme vivant. Un des premiers à utiliser le terme est le naturaliste genevois Charles Bonnet (1720-1793), puis d’autres lui emboîtent le pas à la fin du xviiie et au début du xixe siècle (Desault, Lamarck, Cuvier, Cabanis, Bichat, etc.). Ce qui intéresse particulièrement Bonnet, c’est le mystérieux processus par lequel des matières extérieures sont incorporées dans et par les corps organisés.

  • 23  C. Bonnet, Considérations sur les corps organisés, où l’on traite de leur origine, de leur dévelop (...)

Ainsi que différentes plantes croissent sur le même terrein, différentes greffes croissent sur le même sujet. Cela résulte de la propriété qu’ont les corps organisés de s’assimiler les matières alimentaires. Nous ignorons encore la méchanique de cette assimilation : mais, nous savons qu’elle ne dépend pas d’une imprégnation originelle. Elle dépendroit bien plutôt de la nature des éléments des fibres et des vaisseaux, et du diamètre de leur calibre.23

14Dans Essai sur les facultés humaines (1760), les Considérations sur les corps organisés (1762) et la Contemplation de la nature (1764), Bonnet cherche à comprendre la « mécanique de l’assimilation ». Plus tard dans le siècle, la théorisation organiciste de l’assimilation se complexifie en attribuant des maladies à l’incapacité d’un corps organisé, en l’occurrence le corps humain, à assimiler des matières extérieures. C’est par exemple le cas du chirurgien français Pierre-Joseph Desault (1744-1795), chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu à Paris et professeur de Xavier Bichat, lorsqu’il propose une analyse des causes du diabète :

  • 24  J. Desault, Journal de chirurgie, Paris, Paul Dupont, 1791, p. 27. Je souligne.

Nous comprenons dans le défaut d’assimilation, tous les vices des humeurs qui ont été considérés comme causes particulières du diabétès, tels que l’excès de la sérosité du sang, sa trop grande ténuité, sa dissolution.24

  • 25  J.-Y. Guiomar, La nation entre l’histoire et la raison, Paris, La Découverte, 1990, p. 76.
  • 26  H.-J. Dulaurens, Le Compère Mathieu ou les bigarrures de l’esprit humain, Londres, Aux Dépens de l (...)

15Les thèses de Bonnet ont une influence considérable25 dans le discours sur la société. Dans la littérature française, la notion d’assimilation s’emploie souvent dans son sens strictement physique. Par exemple, pour l’écrivain français Henri-Joseph Dulaurens (1719-1793), l’homme « ne vit, […] ne s’entretient qu’à la manière des autres animaux, c’est-à-dire par l’approbation, par l’assimilation de quelques particules de matière, qui avaient appartenu auparavant à quelques autres individus. »26 Jusqu’en 1840, les travaux de Charles Bonnet exercent une grande influence qui va au-delà des sciences naturelles en France : Diderot, Dupont de Nemours, Bonneville, Sieyès, les idéologues (Destutt de Tracy, Cabanis, Volney, Garat, Daunou, etc.), Sainte-Beuve, Balzac, Ballanche, Nodier ; mais aussi en Allemagne : Herder et Lavater. Cette influence n’est pas sans conséquence sur leur conception de la société et leur discours sur les relations humaines.

  • 27  D. Diderot, « Rêve de D’Alembert », Mémoires, correspondance et ouvrages inédits (1784), Paris, Pa (...)

16Au xviiie siècle, celle-ci s’exerce seulement dans les écrits Diderot et de Lavater (1741-1801). Premier exemple, Diderot. On retrouve chez lui trois usages différents de la notion d’assimilation. Comme on l’a vu, il utilise la définition religieuse pour qualifier le phénomène de « saint vertige » chez Ibn Tophaïl. Ensuite, il reprend à son compte la définition physique à plusieurs reprises dans l’Encyclopédie et dans le Rêve de d’Alembert : Comme une goutte de mercure se fond dans une goutte de mercure, une molécule sensible et vivante se fond dans une molécule sensible et vivante… D’abord il y avait deux gouttes, après le contact il n’y en a plus qu’une… Avant l’assimilation il y avait deux molécules, après l’assimilation il n’y en a plus qu’une… La sensibilité devient commune à la masse commune.27

  • 28  D. Diderot, Réfutation suivie de l’ouvrage d’Helvétius intitulé l’Homme (1774), Paris, Garnier, 18 (...)
  • 29  D. Diderot, Réfutation, ouvr. cité, p. 383-384.

17Enfin, Diderot applique l’acception physique, qui véhicule les idées d’unité, de fusion, d’homogénéité et de disparition d’un élément naturel dans un autre, au domaine des relations humaines. Dans un passage de sa Réfutation, il critique vigoureusement Helvétius qui aurait omis la principale raison des différences de « caractère » entre les individus. Selon lui, elles s’expliquent par des lieux d’éducation différents : « Au berceau, dans l’école, dans chaque état de la société, à la cour, au palais, à l’église, à la guerre, dans son atelier, dans sa boutique, chaque individu a son caractère. »28 Pour justifier cette proposition, il mobilise des métaphores physiques. Les transformations physiques de l’animal ou du minéral s’opèrent de manière analogue chez les êtres humains : « [I]l n’y a aucune qualité physique dans l’animal, dans le bronze même ou le fer, qu’on ne puisse détruire ; pas une qualité morale dont une longue contrainte ne vienne à bout dans l’homme. »29 La « malléabilité » de l’homme rend possible les différences de caractère et, en appliquant cette logique au niveau collectif, Diderot explique aussi les différences entre les peuples. En décrivant la spécificité du peuple français, la catégorie d’assimilation est utilisée pour décrire des relations humaines :

  • 30  Ibid., p. 382-383. Je souligne.

Point de nation [la France] qui ressemble plus à une seule et même famille ; un français foisonne plus dans sa ville que dix anglais, que cinquante hollandais, que cent musulmans dans la leur […]. Les autres capitales sont des amas de maisons dont chacune a son propriétaire. Paris semble n’être qu’une grande maison commune, où tout appartient à tous jusqu’aux femmes ; c’est ainsi qu’il n’y a aucune condition qui n’emprunte quelque chose de la condition au-dessus d’elle ; toutes se touchent par quelques points. La cour reflète sur les grands et les grands reflètent sur les petits. De là un luxe d’imitation, le plus funeste de tous : un luxe, ostentation de l’opulence dans un petit nombre, masque de la misère dans presque tous les autres. De là une assimilation qui brouille tous les rangs : assimilation qui s’accroît par une affluence continuelle d’étrangers à qui l’on s’habitue à faire politesse, ici par l’usage, là par l’intérêt.30

18Pour Diderot, l’assimilation est un processus particulier à Paris, cette « grande maison commune », qui « brouille tous les rangs », c’est-à-dire les distinctions sociales, grâce à l’imitation des uns et des autres. La hiérarchie est ternaire : la « cour », les « grands » et les « petits », et le mode de vie de la cour se diffuse du haut vers le bas. Mais il semble que l’assimilation concerne surtout les « grands » qui peuvent imiter le luxe et l’opulence de la cour, alors que les « petits » vivent dans la misère. Les étrangers dont Diderot parle sont probablement des bourgeois de province ou de pays étrangers.

  • 31  A.-M. Lecoq, « Physiognomonie », Encyclopædia Universalis, 2008.
  • 32  J. Heilbron, Naissance de la sociologie (1990), Marseille, Agone (Banc d’essais), 2006, p. 84.
  • 33  C. Baudelaire, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1993, t. I, p. 378.

19Second exemple, Johann Kaspar Lavater. Ce théologien suisse et écrivain de langue allemande s’est surtout fait connaître pour son ouvrage sur la physiognomonie, Physiognomische Fragmente (Leipzig, 1775-1778) ou Essai sur la Physiognomonie (La Haye, 1781-1803). Lavater est animé par une conviction religieuse selon laquelle « Dieu connaît le cœur et l’âme des hommes, leurs penchants, leurs capacités. En cela comme en tout, l’homme doit imiter le Créateur et donc s’efforcer de connaître les autres hommes, en utilisant le moyen suprême de toute connaissance : les sens. »31 L’objectif de la physiognomonie est d’observer l’apparence physique d’une personne, en particulier la forme du visage, pour comprendre le caractère ou la personnalité d’un individu. Son ouvrage est très critiqué en Allemagne et en France. Les thèses de Lavater « furent sévèrement condamnées par des milieux liés à l’Académie des sciences, sans que cela enlevât quoi que ce soit à la popularité des théories concernées »32. Elles connaissent en effet un succès indéniable : des dizaines de traductions et de versions sont publiées jusqu’en 1870. En France, l’ouvrage de Lavater est d’une grande importance dans l’histoire de la littérature du xixe siècle, parce qu’il exerce une influence certaine sur les œuvres de Madame de Staël, Senancour, Chateaubriand, George Sand, Stendhal, Balzac, Baudelaire, etc. Ainsi, Balzac mentionne Lavater plus d’une centaine de fois dans la Comédie humaine et Baudelaire qualifie le pasteur suisse d’« homme angélique »33.

20La question de l’assimilation est posée par Lavater dans le cadre d’une réflexion sur la « ressemblance » engendrée par les interactions entre les peuples :

  • 34  J. M. Plane, Physiologie, ou l’art de connaitre les hommes, sur leur physionomie. Ouvrage extrait (...)

Plus les hommes se rapprochent par les liens du sang et ceux de la société, plus aussi ils se ressemblent par le langage, la façon de vivre, les mœurs, enfin par la conformation des parties extérieures. C’est pourquoi on remarque une sorte de ressemblance entre les peuples qui sont en relation de commerce et d’affaires.
Leur forme s’assimile en quelque sorte par l’influence du climat, par la force de l’imitation et par celle de l’habitude ; ressort qui agissent si puissamment sur la nature du corps et sur celle de l’âme, c’est-à-dire sur nos facultés visibles et cachées. Cependant cette assimilation ne détruit point le caractère national, qui reste toujours le même, et qu’il est souvent plus aisé d’apercevoir que de décrire.
Il faut convenir que la forme du visage conserve plus que celle du systême osseux, l’impression du caractère particulier de chaque peuple, recevant mieux l’empreinte de l’âme, cependant la diversité de force, de fermeté et de structure, de proportion même entre les parties du squelette, manifeste une partie des différences caractéristiques des peuples.34

21S’ensuit la description détaillée des différents types de crâne humain (hollandais, éthiopien, etc.). Lavater postule que le langage, la façon de vivre, les mœurs et les « patries extérieures » peuvent se transformer par les interactions entre les peuples, le climat, l’imitation et l’habitude. Mais cette assimilation est factice, elle n’est pas suffisante pour transformer l’essence des êtres humains. Leur « caractère national » est inaltérable, il ne peut être modifié par ces transformations extérieures. Ainsi, tout en admettant la diversité de l’humanité, la physiognomonie croit déceler l’« âme » d’un peuple dans la forme des visages et, par conséquent, dans le « système osseux ». La phrénologie issue de la physiognomonie suppose l’immuabilité des formes du visage et la contingence de l’assimilation comportementale.

22Les écrits de Diderot et de Lavater illustrent l’influence des sciences naturelles, en particulier de l’œuvre de Bonnet, dans leur grille d’analyse respective des relations humaines. Mais, contrairement à la médecine où l’assimilation suppose la disparition de l’élément assimilé, Diderot et Lavater s’accordent pour souligner les limites de l’assimilation : pour l’un, l’assimilation des « grands » à la société de cour est le « masque de la misère » du reste de la population parisienne ; pour l’autre, l’assimilation des peuples ne modifie pas la physionomie fondamentale d’un peuple.

23Si ces usages de la notion d’assimilation appliquée aux relations humaines sont les premiers sur le territoire européen, l’antériorité, depuis une focale impériale, revient en fait au discours colonial britannique et français. En effet, à partir du milieu du xviie siècle, la sécularisation de l’assimilation s’opère dans un autre champ discursif : celui du discours historique britannique élaboré par des diplomates de l’Empire britannique et le vocabulaire colonial des colons français dans le contexte de l’évolution des relations de pouvoir dans les colonies antillaises (en particulier Saint-Domingue et la Martinique) entre les « blancs », les « mulâtres » (ou « gens de couleur ») et les « nègres » (ou « noirs »). Sans que ce discours colonial soit directement influencé par la définition physique, il développe sa propre définition en fonction des impératifs de conquête et de domination coloniale. Ainsi, la signification du concept d’assimilation va être bouleversée par ses usages coloniaux à la fois britanniques et français.

Rupture coloniale

  • 35  Instructions pour voyager dans l’étranger, Paris, p. 1648 et 1652.

24En anglais, une des premières occurrences se trouve dans le guide écrit par l’auteur britannique James Howell (1594 ?-1666) intitulé Instructions for forreine travell (1642) et traduit six ans plus tard en français sous le titre Instruction pour voyager dans l’étranger35. Chose étrange, Howell ne propose pas de définition dans son Lexicon tetraglottonen, un dictionnaire anglais-français-italien-espagnol paru à Londres en 1660, bien que Randle Cotgrave, avec qui il a travaillé, ait traduit la même année les déclinaisons du terme français, et que lui-même l’emploie dans ses Instructions en 1642…

  • 36  « James Howell », Encyclopædia Britannica, 1911 (11e édition).

25À partir de 1616, Howell36 parcourt la Hollande, la France, l’Espagne et l’Italie pour le compte d’une société verrière londonienne afin d’engager les meilleurs artisans verriers. Mais il se détourne de son activité commerciale pour embrasser une carrière de diplomate (en Espagne et au Danemark), puis de linguiste et d’historien (en 1660, le poste d’historiographe royal est créé pour lui). Son parcours le dispose particulièrement à l’observation des peuples étrangers. Ses Instructions sont un des premiers guides intercontinentaux destinés aux voyageurs européens et ne contiennent pas de jugement de valeur très appuyé sur les peuples d’Europe. Au contraire, Howell se montre plutôt compréhensif envers les peuples « exotiques » d’Europe. Ainsi, en s’intéressant au comportement du peuple des Rivers (rivières traversant le territoire des Pays-Bas actuels) qui est en contact avec les Hollandais, il évoque la notion de « force d’assimilation » :

  • 37  J. Howell, Instructions for forreine travell, Londres, Edward Arber, 1642, p. 62.

Here you hall ee the mot indutrious people upon earth, making a rare vertue of neceity, for the ame thing which makes a Parrot peake, makes them to labour. […] Yet in converation they are but heavy, of a homely outfide, and flow in action, which lowne∫∫e [sic] carieth with it a notable pereverance, and this may bee imputed to the quality of that mould of earth, whereon they dwell, which may be faid to bee a kind of tanding poole of Ayre : And which is known to have fuch [sic] a force of a∫∫imilation, that when people of a more vivacious temper come to mingle with them, at the econd generation, they eeme to participate to the oyle and Ayre, and degenerate into meere Hollanders ; the like is found dayly in Horfes [sic] and Dogs, and all other animals.37

26À travers le récit de James Howell, la notion d’assimilation est appliquée aux relations humaines. L’assimilation est pensée dans le cadre du contact entre des peuples supposés différents et fait partie des qualités attribuées collectivement. La « force d’assimilation » de ce peuple est sa capacité à « dégénérer » au contact d’un autre peuple au tempérament plus vivace, les Hollandais, à tel point que la seconde « génération » est complètement différente de la première et ne se distingue plus des Hollandais. Pour illustrer son propos, Howell utilise la comparaison avec les animaux, ce qui montre l’influence des sciences naturelles dans la construction de son analyse des relations humaines. Les conséquences de l’assimilation sont ainsi naturelles.

  • 38  Voir E. W. Saïd, Orientalism, New York, Vintage, 1979 et T. Todorov, Nous et les autres. La réflex (...)
  • 39  W. Eton, Tableau historique, politique et moderne de l’Empire ottoman, Paris, Tavernier, 1799.
  • 40  A. Thomson, « L’Europe des Lumières et le monde musulman. Une altérité ambiguë » [en ligne], Cromo (...)

27Si Howell oppose les deux peuples, il n’insiste pas sur la supériorité d’un peuple sur un autre et ne met pas en avant la dimension conflictuelle du processus. Au xviiie siècle, le contexte politique international transforme radicalement les usages de la catégorie d’assimilation dans les discours historiques britanniques, en particulier les premiers discours orientalistes38. Ainsi, un certain William Eton, consul de la couronne britannique en Russie et en Turquie dans les années 1790, est l’auteur d’un livre influent, Survey of the Turkish Empire, publié en 1799 et traduit la même année en français39. L’ouvrage a pour objectif de convaincre les Européens de chasser les Ottomans, alliés à la France à cette période, du territoire européen, en décrivant de manière très négative les « Mohamétans », ignorants, fatalistes et soumis au « despotisme oriental » (notion popularisée par Montesquieu dans De l’Esprit des lois [1748]). Sa parution correspond au basculement du siècle des Lumières, où l’on passe d’une « sympathie philosophique » à une hostilité véhémente contre les Ottomans et la religion musulmane40.

28En effectuant une comparaison comportementale entre les Grecs et les Turcs, il prend explicitement position en faveur des premiers, qui seraient supérieurs aux seconds en intelligence, en imagination, en caractère et en qualité oratoire.

  • 41  W. Eton, A Survey of the Turkish Empire, Londres, T. Cadell et W. Davies, 1799, p. 349-350.

When we view the Greeks in their more comprehenve character as a nation, their uperiority over the Turks in knowledge is urpringly great ; […] an European feels himself as it were at home with them, and amongt creatures of his own pecies, for with the Mahomedans [sic] there is a diance, a non-a∫∫imilation, a total difference of ideas, and the more he knows their language the more he perceives it ; on the contrary, the more intimately he knows the Greeks, the more imilar does he find them in habits and manners to other Europeans.41

29Non seulement cet usage attribue une qualité essentielle à toute une collectivité, mais il a la particularité de définir l’assimilation négativement. La « non-assimilation » signifie l’irréductibilité ou la « différence totale » des deux peuples qui, pour cette raison, ne peuvent plus vivre ensemble. Afin de contester la légitimité de la présence des Ottomans en Grèce, Eton insiste sur la distance absolue des Turcs au niveau des « habitudes et manières », de la « langue » et des « idées » (entendre « religion »), ainsi que sur la similitude des Grecs par rapport aux Européens. Les Grecs étant différents des Turcs et similaires aux Européens, il conclut qu’une guerre est nécessaire pour faire coïncider l’état de fait et l’état de droit.

30Un peu plus tôt, dans le courant du xviiie siècle, le contexte colonial britannique est le théâtre de l’invention d’une nouvelle signification de l’assimilation relative à l’administration des colonies. Une définition administrative de l’assimilation est proposée par Edward Long (1734-1813), planteur esclavagiste, juriste, haut administrateur colonial sur l’île de Jamaïque et auteur d’une célèbre History of Jamaïca (1774).

  • 42  E. Long, The History of Jamaica. Or General Survey of the Antient and Modern State of that Island, (...)

[T]he original foundation of government in this ifland [sic] was planned on the grounds of a∫∫imilation to that of the mother country, by introducing a legilature, and by forming courts of justice, and every other civil etablifhment [sic] in general, agreeable to the model of the mother tate ; leaving it to time, and the progres of ettlement, to render the ame more exact and perfect reemblances.42

  • 43  R. Wheeler, The Complexion of Race. Categories of Difference in Eighteenth-Century British Culture(...)

31De manière inédite, Long applique l’idée de ressemblance à des institutions politiques. « Assimiler » la Jamaïque à l’Angleterre serait le principe fondateur de la colonisation britannique et signifie la poursuite de la conquête par l’instauration d’un corps législatif et d’une justice identiques à ceux de l’État britannique. Mais le discours sur l’assimilation administrative ne signifie pas pour autant l’assimilation des peuples conquis ou des esclaves noirs. Long développe l’idée d’assimilation administrative tout en rejetant les Noirs en dehors de l’humanité et en justifiant l’inégalité et la hiérarchie des races.43

  • 44  H. Fluchère, « Samuel Johnson », Encyclopædia Universalis, 2008.

32L’influence des sciences naturelles qui véhiculent l’idée de ressemblance s’exerce aussi sur les discours historiques analysant l’histoire de Grande-Bretagne. Ainsi, le grand écrivain anglais Samuel Johnson (1709-1784), qui « domine son siècle de sa réputation et de son autorité »44, évoque le processus d’assimilation des royaumes de Grande-Bretagne à travers l’imposition d’une seule langue dans l’espace public.

  • 45  S. Johnson, A Journey to the Western Islands of Scotland (1775), Glasgow, Stanhope Press, 1817, p. (...)

Before the two kingdoms fell under the sway of on sovereign, there was little printed any where in vernacular tongues. After that period, a kind of policy was adopted, though since found to be a bad one, for refusing any public encouragement to the Gaelic language, that the lower sort of people in the Highlands might be under a necessity of learning the English. The intention was to abolish the chief national distinction between inhabitants of both kingdoms, and assimilate them more to each other, by uniformity of speech. This, for a long time, prevented any publication of consequence from appearing in our langage. But the error has been at length discovered and now the Gaelic, by degrees, has begun to find employment for the press.45

  • 46  Sur la question de la langue, voir A. Hajjat, « La barrière de la langue. Naissance de la conditio (...)

33Il s’agit peut-être d’une des premières fois où l’idée d’assimilation est envisagée dans le cadre d’une politique linguistique46, menée en vue d’affermir l’autorité royale sur les royaumes vaincus.

  • 47  N. Baudeau (Abbé), Première introduction à la philosophie économique ou Analyse des états policés, (...)
  • 48  L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, s. n., 1782, p. 19.

34Alors que Howell s’enthousiasme devant la « force d’assimilation » d’un peuple européen, que Eton vilipende la « non-assimilation » des Turcs, que Long théorise l’assimilation administrative de la Jamaïque et que Johnson, en étudiant l’histoire de l’Écosse, évoque l’idée d’une politique d’assimilation linguistique, la notion d’assimilation dans les discours français métropolitains sur la société des années 1770 et 1780 est moins polysémique, puisqu’elle est utilisée seulement dans le sens de « comparaison » : « être assimilé à » veut dire « être comparé à » ou « être pris pour ». Ainsi, l’abbé Baudeau dénonce le fait que « la plupart des systêmes de la fiscalité moderne assimilent […] les chefs mêmes de la culture et des autres exploitations productives aux simples manœuvres qu’ils emploient dans leurs atteliers »47. Dans son Tableau de Paris, Louis-Sébastien Mercier affirme que « les comédiens ordinaires du roi […] ne craignent rien tant que d’être assimilés aux acteurs forains »48.

  • 49  S. Belmessous, « Assimilation and racialism in seventeenth and eighteenth-century french colonial (...)
  • 50  Le résultat de cette politique est considéré comme un « échec », non pas en raison de l’inefficaci (...)

35Il en est tout autrement dans le discours colonial. Dans les colonies françaises des xviie et xviiie siècles, le concept d’assimilation prend une signification particulière qui s’inscrit dans le cadre des relations de domination coloniale. Bien plus tard, dans la seconde phase d’expansion de l’impérialisme français, les partisans de l’assimilation des colonies (au sens de « départementalisation »), désireux de convaincre les nombreux sceptiques, ont rétrospectivement construit une continuité entre l’Ancien Régime et la Révolution française dans leur politique à l’égard des colonies. En fait, l’homogénéité de cette politique coloniale française doit être nuancée. Alors que dans les Antilles françaises, l’assimilation des Noirs est, comme le verra, une véritable hantise des autorités, au Québec, la faiblesse numérique des colons vis-à-vis des indigènes a contraint les autorités à assumer une politique de francisation. Ainsi, « dès 1603, le fondateur du Québec, Samuel de Champlain, jugea que l’assimilation des Amérindiens était un moyen nécessaire pour augmenter la population coloniale »49. Mais le concept d’assimilation n’est pas utilisé. On préfère francisation et métissage, catégories plus appropriées pour désigner cette politique de suprématie démographique50.

  • 51  Compte rendu du Congrès colonial international de Paris de 1889, Paris, 1889, p. 139.

36En 1889, Alexandre Isaac (1845-1899), sénateur « de couleur » de Guadeloupe, intervient contre les sceptiques de la politique d’assimilation au Congrès colonial international51 en faisant référence à l’édit de Louis XIII sur les colonies françaises de mars 1642. Celui-ci stipule :

  • 52  Cité par A. Dessalles, Histoire générale des Antilles, Paris, Libraire-éditeur, 1847, p. 95. Je so (...)

Nous voulons et entendons que les descendants des Français habitués esdites [sic] îles, et même les sauvages qui sont convertis à la foi chrétienne, et en feront profession, seront censés et réputés naturels français, capables de toutes charges, honneurs, successions et donations, ainsi que les originaires et régnicoles, sans être tenus de prendre lettres de déclaration ou de naturalité.52

  • 53  A. Nicolas, Histoire de la Martinique. Des Arawaks à 1848, Paris, L’Harmattan, 1996, t. I, p. 205.

37En fait, cet édit est moins intéressant pour sa supposée orientation assimilationniste que pour l’identification de la communauté religieuse à la communauté française. Même si le mot n’est pas prononcé, cet édit est une illustration du processus de sécularisation de l’idée d’assimilation, synonyme de communion. Les « sauvages » peuvent devenir des « naturels français » à condition de se convertir au christianisme. Autrement dit, la conversion religieuse est synonyme de conversion sociale. L’objectif n’est pas l’esprit des croyants avec l’esprit de Dieu, comme dans la définition strictement religieuse de l’assimilation. La communauté des « naturels français » se substitue à Dieu : il faut être chrétien pour faire partie de la communauté des « naturels » et non plus seulement de la communauté des croyants. La croyance religieuse est à la fois élévation spirituelle vers Dieu et élévation dans la hiérarchie sociale et raciale (au mieux, ne plus être esclave et être libre ; au pire, « une manière d’améliorer leur sort »)53.

  • 54  C. L. R. James, Les Jacobins noirs. Toussaint Louverture et la révolution de Saint-Domingue (1938) (...)
  • 55  Sur le Code noir, voir A. Gisler, L’esclavage aux Antilles françaises, xviiexixe siècle, Fribourg (...)

38La conversion religieuse des esclaves est voulue mais elle ne leur assure pas l’égalité sociale et raciale. Pire, elle rend possible des assemblées dans des églises en dehors du contrôle des esclavagistes, ce qui conduit les autorités coloniales à interdire ces pratiques religieuses collectives. Par ailleurs, les édits royaux ne sont pas appliqués à la lettre dans les colonies : les colons sont tout-puissants54 et l’élaboration du Code noir en 1685 participe à la consolidation du système esclavagiste, même s’il accorde des droits aux esclaves affranchis55. Ainsi, contrairement à la thèse d’Isaac, la politique coloniale de l’Ancien Régime voulait éviter à tout prix l’assimilation aux Antilles.

  • 56  Cité par A. Nicolas, Histoire de la Martinique, ouvr. cité, p. 181.
  • 57  L. Dubois, « Citoyens et amis ! Esclavage, citoyenneté et République dans les Antilles françaises (...)
  • 58  À la Martinique, il y avait 251 mulâtres en 1685. Entre 1767 et 1789, on observe une croissance d’ (...)
  • 59  Contrairement aux îles Britanniques (C. L. R. James, Les Jacobins noirs, ouvr. cité, p. 68).

39En effet, on retrouve la notion d’assimilation dans le discours colonial antillais qui la redéfinit en fonction des catégorisations raciales propres au système esclavagiste. Elle apparaît particulièrement dans les décisions des autorités coloniales au moment où s’accroît le poids politique, économique et social des « mulâtres » ou « gens de couleur » libres. L’affranchissement est autorisé par l’article 59 du Code noir et garantit, formellement, « les mêmes droits, privilèges et immunités dont jouissent les personnes nées libres »56. Mais cette disposition égalitaire mine radicalement les structures de la hiérarchie raciale57 parce que leur nombre augmente rapidement58 en raison de la multiplication des rapports entre Blancs et Noires, et leur poids économique se renforce grâce la possibilité d’acquérir des terres sans limite59. Ainsi, cette montée en puissance des mulâtres libres bouleverse la hiérarchie raciale et inquiète les Blancs.

  • 60  Sur les gens de couleur et les restrictions légales à leur encontre, voir C. L. R. James, Les Jaco (...)
  • 61  Je m’appuie sur les textes réunis par M. Isambert, « Mémoire pour les déportés de la Martinique. A (...)

40Dès 1720, ces derniers font pression sur les autorités royales pour établir une série de restrictions légales60 à l’encontre des gens de couleur libres61 : il leur est défendu, sous peine de perdre la liberté, de porter des « soieries et dentelles » et même des chapeaux (règlement local de Saint-Domingue, 4 juin 1720) ; une décision du 7 décembre 1723 les déclare, contre le texte formel de l’édit de 1685, incapables d’exercer aucune charge dans la judicature ni dans les milices ; un arrêt du conseil supérieur du 18 février 1761 leur défend de s’assembler dans les églises et de catéchiser dans leurs maisons et habitations ; une ordonnance locale de Saint-Domingue du 9 février 1765 leur interdit de s’assembler sous prétexte de noces, festins ou danses, à peine de trois cents livres d’amende et de la perte de la liberté, même de plus graves peines ; une décision du 7 janvier 1767 leur défend l’acquisition de titres de noblesse ; une ordonnance des administrateurs du 14 juin 1773, plusieurs fois renouvelée, leur interdit de faire baptiser leurs enfants sous d’autres noms que ceux tirés de l’idiome africain, ou de leur métier et couleur, avec injonction de ne jamais prendre le nom de familles blanches ; un arrêt du conseil supérieur du 6 novembre 1781 leur défend de prendre la qualification de « monsieur » ou de « madame » ; une ordonnance du 11 mai 1785 leur interdit de danser la nuit, et même le jour, sans la permission des officiers de l’administration ; enfin une décision ministérielle du 20 juillet 1807, sous le Premier Empire, décrète l’interdiction de l’union des sexes et le séjour en France des hommes de couleur.

41Ainsi, la grande peur des Blancs des Antilles est nommée « assimilation ». Un règlement des administrateurs de Saint-Domingue du 9 février 1779, repris la même année par une ordonnance du gouverneur de Martinique, de Feuquières, précise :

C’est l’assimilation des gens de couleur avec les personnes blanches, dans la manière de se vêtir, le rapprochement des distances d’une espèce à l’autre, dans la forme des habillemens [sic], les parures éclatantes et dispendieuses, l’arrogance qui en est quelquefois la suite, le scandale qui l’accompagne toujours, contre lesquels il est important d’exciter la vigilance de la police.

42S’ensuit un arrêté en trois articles, dont le premier enjoint « à tous gens de couleur, ingénus ou affranchis, de l’un ou de l’autre sexe, de porter le plus grand respect, non-seulement à leurs anciens maîtres, mais à tous les blancs en général », et le troisième leur interdit de porter « tous objets de luxe dans leur extérieur, incompatibles avec la simplicité de leurs condition et origine ». Le second article précise :

[Nous l]eur défendons très expressément d’affecter dans leurs vêtemens, coiffures, habillemens ou parure, une assimilation répréhensible avec la manière de se mettre des hommes blancs ou femmes blanches. Leur ordonnons de conserver les marques qui ont servi jusqu’à présent de caractère distinctif dans la forme desdits habillemens et coiffures.

  • 62  J. Lagroye, « Les processus de politisation », La politisation, J. Lagroye éd., Paris, Belin, 2003 (...)

43À travers le codage de la grille d’analyse des colons antillais, on observe une forme de politisation de la question de l’assimilation dans le discours français. On entend par politisation un « processus de requalification des activités sociales les plus diverses, requalification qui résulte d’un accord pratique entre des agents sociaux enclins, pour de multiples raisons, à transgresser ou à remettre en cause la différenciation des espaces d’activité »62. Autrement dit, il s’agit du processus par lequel un fait social devient un enjeu politique par le truchement de la mobilisation d’agents sociaux qui s’accordent sur la pertinence de l’enjeu. Ainsi, dans les Antilles du xviiie siècle, tout une série d’activités sociales, a priori anodines, deviennent des enjeux politiques fondamentaux : le fait de porter des vêtements distingués, de la soie, des dentelles, des chapeaux, des parures, de se rassembler pour le catéchisme ou à l’occasion de noces et de fêtes, de danser la nuit et le jour, de porter un nom français ou une quelconque forme de distinction (titre de noblesse ou « monsieur » et « madame »), etc.

  • 63  Sur l’histoire et l’idéologie du « colorisme », voir P. Ndiaye, La condition noire, Paris, Calmann (...)

44Le règlement de 1779 propose une définition de l’assimilation qui s’appuie sur le sens métropolitain, mais en lui donnant une connotation raciale dans le sens où elle s’inscrit dans la vision du monde des esclavagistes fondée sur la hiérarchie des races, bien que celle-ci ne soit pas encore justifiée scientifiquement par la biologie. De ce point de vue, l’assimilation signifie la tendance chez les gens de couleur à adopter des signes extérieurs de distinction sociale et raciale spécifiques aux Blancs. Dans la société esclavagiste, la hiérarchie sociale s’articule avec la hiérarchie raciale63. S’habiller comme un riche, c’est passer pour un Blanc et, à l’inverse, s’habiller comme un pauvre, c’est passer pour un Noir.

  • 64  Tacite, Annales. Livres XII-XVI, Paris, Les Belles Lettres, livre XV, 49, 1-3, 2003 [1924], p. 175

45Lorsque les gens de couleur, hommes et femmes, comme le précisent bien les autorités coloniales, portent les mêmes vêtements, coiffures, bijoux, etc., que les Blancs, c’est un « scandale », de l’« arrogance ». Les gens de couleur montrent qu’ils veulent « le rapprochement des distances d’une espèce à l’autre », la confusion entre Blancs et mulâtres et, finalement, l’égalité avec les Blancs. De la même manière que, dans la Rome antique, Néron interdit au poète Lucain de lire ses poésies en public pour le remettre à sa place (inférieure à celle de l’empereur)64, les Blancs interdisent aux gens de couleur d’apparaître publiquement supérieurs à ce qu’ils sont supposés être : des personnes libres, certes, mais inférieures aux Blancs. Et pour qu’ils apparaissent inférieurs aux Blancs dans l’espace public, ils doivent « conserver les marques qui ont servi jusqu’à présent de caractère distinctif » dans leur manière de s’habiller.

  • 65  C. L. R. James, Les Jacobins noirs, ouvr. cité, p. 72-73.
  • 66  Sur la révolution de Saint-Domingue, voir C. L. R. James, Les Jacobins noirs, ouvr. cité, et C. E. (...)

46Ainsi, pour les Blancs des colonies antillaises, l’assimilation est un problème politique parce qu’elle relativise les hiérarchies sociales et raciales et, par conséquent, dénaturalise leur domination exercée sur les esclaves. Voilà la motivation fondamentale de toutes ces mesures : la peur du soulèvement des esclaves et de l’effondrement du système esclavagiste. Même si l’alliance entre les gens de couleur et les esclaves ne vont pas de soi en raison d’une forte hostilité réciproque65, l’assimilation des gens de couleur ouvrirait dans l’édifice esclavagiste une brèche dans laquelle les esclaves pourraient s’engouffrer. L’histoire de la Révolution de Saint-Domingue ne leur donne pas entièrement tort. La montée en puissance et le désir d’égalité des gens de couleur font partie des conditions de possibilité de la révolte des esclaves66.

  • 67  Biographie universelle ou Dictionnaire de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écr (...)
  • 68  A.-V. Arnault et al., Biographie nouvelle des contemporains, Paris, Librairie historique, 1822, p. (...)

47Après la Révolution de Saint-Domingue, l’assimilation reste un enjeu important dans les relations entre les Noirs libérés et les autorités françaises. En effet, dix ans après la proclamation de l’indépendance de l’île en 1804, Pierre-Victor Malouet (1740-1814), ministre de la Marine de Louis XVIII du 3 avril 1814 au 7 septembre 181467, soucieux de retrouver le contrôle politique de la plus prospère île des Caraïbes, envoie à Haïti une mission dont l’objectif est de « sonder les dispositions des différens chefs qui gouvernaient l’île, afin de s’assurer s’ils seraient disposés à reconnaître l’autorité du roi de France ». Elle est composée de Jean-François Dauxion-Lavaysse (ancien propriétaire terrien à Saint-Domigue qui est obligé d’abandonner sa propriété lors de la révolte des esclaves), Franco de Médina (colonel espagnol ayant servi à Saint-Domingue) et de Dravermann. Cette mission échoue, entre autres raisons parce que Dauxion-Lavaysse met « si peu de mesure dans ses rapports avec les Haïtiens »68 que Christophe, un des chefs de l’île, l’arrête et qu’il est désapprouvé par le gouvernement français.

  • 69  « Instructions [de Malouet] pour MM. Dauxion-Lavaysse, de Médina et Dravermann », s.d. (1814), cit (...)

48Les instructions de Malouet montrent bien que la notion d’assimilation est durablement entrée dans le vocabulaire politique colonial. Il conseille aux missionnaires de diviser les chefs de l’île (Christophe, Pétion et Borgella) en nourrissant les rivalités internes et en proposant à la « caste » des gens de couleur certains droits. Selon lui, « pour que cette classe nombreuse qui constitue le peuple dans la colonie, demeure soumise à un régime exact quoique modéré, il faut que l’intervalle qui la sépare de l’autorité suprême soit rempli par des intermédiaires, et que l’exemple d’une prééminence et d’une obéissance graduée, lui rende son infériorité moins frappante »69. En fait, il propose aux gens de couleur un statut d’intermédiaire entre les Blancs et les esclaves noirs, conformément à la « graduation » de l’échelle sociale et raciale, tout en leur promettant une éventuelle « assimilation totale » dans le futur :

  • 70  « Instructions [de Malouet] », texte cité, p. 178. Je souligne.

[I]l est raisonnable de supposer que Pétion et Borgella, satisfaits d’obtenir faveur entière, pour eux et pour un petit nombre des leurs, qui sont les instrumens nécessaires, consentiront, sans difficulté, à ce que leur caste, en acquérant la presque totalité des droits politiques, reste pourtant, à quelques égards, un peu au-dessous de la caste blanche : car, d’une autre part, l’assimilation totale à eux accordée, sera plus saillante et flatteuse ; et de l’autre, leur caste sera d’autant plus assurée de maintenir la caste noire libre, et par celle-ci, les noirs non libres à la distance où il lui importe de les maintenir […].70

49Mais pour que cette proposition soit acceptée, Malouet consent à accepter l’assimilation totale pour quelques individus. Dans le résumé de ses instructions, il rappelle les concessions qui peuvent être faites par les missionnaires :

1°. À Pétion, Borgella et quelques autres (toutefois si la couleur les rapproche de la caste blanche), assimilation entière aux Blancs, avantages honorifiques ainsi que de fortune.

  • 71  Ibid., p. 186-187.

2°. Au reste de leur caste actuellement existans, la jouissance des droits politiques des Blancs, à quelques exceptions près, qui les placent un peu au-dessous des Blancs.71

  • 72  S. Mam Lam Fouck, Histoire de l’assimilation, ouvr. cité, p. 27-51.
  • 73  C. Bissette, De la situation des gens de couleur libres aux Antilles françaises, Paris, MacCarthy, (...)
  • 74  G.-T.-F. Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Europée (...)
  • 75  T. Louverture et J. Saint-Rémy, Mémoires du général Toussaint L’Ouverture [sic], écrits par lui-mê (...)

50On voit que les autorités royales considèrent que l’« assimilation aux Blancs » est synonyme d’égalité juridique entre Noirs et Blancs. Ainsi, les discours coloniaux identifient, pour la condamner, « assimilation » et « égalité des droits ». Ce n’est donc pas un hasard si l’assimilation devient une revendication politique pour les gens de couleur et les esclaves des Antilles françaises. En ce sens, le discours égalitariste de l’assimilation est essentiellement un « contre-discours ». Mais il semble que l’usage politique de la catégorie d’assimilation n’apparaisse qu’à partir des années 1820 dans le discours des Noirs antillais72 (comme Fabien Leblond et Bissette)73. On ne retrouve aucune occurrence dans le célèbre livre de l’abbé Raynal (1713-1796) surnommé Histoire des deux Indes74, qui inspira des générations d’anticolonialistes, ni dans les Mémoires75 de Toussaint Louverture (1743-1803) publiées en 1853. L’autre source d’inspiration des anti-esclavagistes, l’abbé Grégoire (1750-1831), en fait mention dans un sens très général en 1808 :

  • 76  H. Grégoire, De la littérature des Nègres, Paris, Maradan, 1808, p. 33.

Ces mêmes auteurs [Buffon, Camper, Stanhope-Smith, Zimmerman, Somering] repoussent toute assimilation de l’homme à la race des singes […]. Les Nègres étant de même nature que les Blancs, ont donc avec eux les mêmes droits à exercer, les mêmes devoirs à remplir. Ces droits et ces devoirs sont antérieurs au développement moral.76

  • 77  N. Schmidt, Abolitionnistes de l’esclavage et réformateurs des colonies, 1820-1851. Analyse et doc (...)
  • 78  V. Schoelcher, Des colonies françaises. Abolition immédiate de l’esclavage, Paris, Pagnerre, 1842, (...)

51Victor Schoelcher (1804-1893), qui est d’une autre génération politique77, l’utilise bien plus tard dans les années 1840 selon l’acception administrative d’Edward Long mais en prônant, contrairement à ce dernier, l’abolition de l’esclavage et l’extension des droits politiques aux Noirs. C’est le cas dans Des colonies françaises78 (1842) ou dans une lettre adressée aux électeurs de la Guadeloupe et de la Martinique après la Révolution de 1848 :

  • 79  Lettre de Victor Schoelcher datée du 29 septembre 1848, reprise dans N. Schmidt, Victor Schoelcher (...)

Moi, de mon côté, à l’Assemblée nationale où vos suffrages me donnent une place, je vous aiderai de toutes mes forces […] en provoquant et en soutenant toutes les mesures propres à augmenter la prospérité des colonies, et leur complète assimilation à la France. Purifiées de la servitude, les colonies sont désormais une partie intégrante de la métropole.79

  • 80  M. Foucault, Il faut défendre la société, ouvr. cité. On utilise cette expression même si elle pos (...)
  • 81  Sur la question coloniale dans l’Assemblée constituante, voir M. B. Garrett, The French Colonial Q (...)
  • 82  Jean-Bernard, Les lundis révolutionnaires. Histoire anecdotique de la Révolution française, Paris, (...)

52En métropole, par ce que Foucault appelle un « effet de retour »80, les usages de la catégorie d’assimilation se transforment. Par le biais des tensions politiques dans les colonies françaises, le substantif et le verbe entrent dans le vocabulaire politique métropolitain81. En 1789, Jean-Bernard, qui participa aux États généraux, critique vigoureusement les mulâtres des colonies. Selon lui, « au lieu de réclamer la liberté pour tous les esclaves d’où ils venaient, et dont le sang coulait dans leurs veines, ils se contentèrent de demander pour eux-mêmes les droits de citoyens, regardant tout ce que leur convoitise leur montrait de dignité dans l’assimilation et oubliant les malheureux nègres »82. Ce sens politique est consacré, dans l’édition de 1798 du Dictionnaire de l’Académie française qui introduit la notion d’égalité dans la définition du verbe « assimiler » : « On l’emploie avec le pronom personnel. Cela ne s’assimile pas du tout. S’assimiler à quelqu’un, Se comparer à quelqu’un, s’estimer son égal. Je ne m’assimile point à ce grand homme » (je souligne).

  • 83  S. Johnson, A Dictionary of the English Language to which is Prefixed, a Grammar of the English La (...)

53Par ailleurs, il semble que l’articulation entre assimilation et égalité soit un phénomène spécifique au vocabulaire et à la pensée politique français. En effet, dans A Dictionary of the English Language de Samuel Johnson, qui est considéré comme le dictionnaire anglophone de référence avant la publication du Oxford English Dictionary en 1928, le verbe assimilate et le substantif assimilation n’évoquent jamais la notion d’égalité. Entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle, on n’observe pas de rupture sémantique comme en France. L’assimilation est avant tout définie dans son sens physique, en se référant aux travaux de Bacon et Newton, et religieux, en s’appuyant sur les ouvrages de Brown et Berkeley83.

  • 84  En février 1794, la Convention nationale abolit l’esclavage. Tous les hommes, sans préjuger de leu (...)

54Finalement, les voies de la sécularisation de la notion d’assimilation sont distinctes dans deux champs discursifs relativement différents. D’une part, les sciences naturelles ont forgé leur propre définition en excluant toute autre acceptation que celle liée à la physique. Mais Diderot et Lavater, grands lecteurs de Bonnet, se sont réapproprié la notion pour décrire les relations humaines. D’autre part, le discours historique anglais, élaboré par des hommes politiques érudits circulant dans les cercles du pouvoir impérial britannique, et le discours politique colonial français, la redéfinissent selon leurs propres grilles de lecture. Dans le contexte anglais, l’assimilation devient une qualité collective (« force d’assimilation ») attribuée à tout un peuple, puis utilisée en naturalisant les différences entre les peuples pour les rendre irréductibles (« non-assimilation »), et enfin s’enrichit d’une acception administrative. En France, le bouleversement sémantique s’opère dès les années 1760 par l’intermédiaire de la politisation de l’assimilation dans les discours et réglementations coloniaux cherchant à préserver les fondements du système esclavagiste, jusqu’à ce qu’en métropole, en pleine période révolutionnaire84, les dictionnaires commencent à introduire la question de l’égalité dans leur définition de l’assimilation. Ces transformations sémantiques sont liées aux bouleversements politiques provoqués par les expansions coloniales. Tout se passe comme si une nouvelle réalité produisait un nouveau vocabulaire utilisant les catégories existantes tout en les redéfinissant selon sa propre grille d’analyse du monde social. Le nouveau n’est pas totalement nouveau, il est produit à partir de l’ancien.

55La redéfinition coloniale de l’assimilation n’est pas sans conséquence dans les usages métropolitains. En effet, on retrouve la notion dans le discours sur la société à partir du début du xixe siècle, en particulier le discours historique (Guizot, Thierry, Michelet, Cousin, etc.) et les premiers écrits de la naissante « science sociale » (Comte, Tarde, Durkheim, etc.).

Haut de page

Notes

1  S. Beaud et G. Noiriel, « L’“assimilation”, un concept en panne », Revue internationale d’action communautaire, vol. XXI, no 61, 1989, p. 63-76.

2  G. Noiriel, Les origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette Littératures, 1999, p. 121.

3  F. Lorcerie, « Les sciences sociales au service de l’identité nationale. Le débat sur l’intégration en France au début des années 1990 », Cartes d’identité. Comment dit-on « nous » en politique ?, D.-C. Martin éd., Paris, Presses de la FNSP, 1994, p. 245-280.

4  Voir M.-F. Piguet, « De la physique du xviiie siècle aux sciences de l’homme. L’exemple des mots “production” et “assimilation” », communication à la Journée d’étude de la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme organisée par L. Loty et M.‑F. Piguet, « Histoire des mots et histoire des sciences de l’homme. Démarches et enjeux », EHESS, Paris, 25 novembre 2006, non paginé.

5  M.-F. Piguet, « De la physique… », contrib. citée.

6  S. Mam Lam Fouck, Histoire de l’assimilation. Des « vieilles colonies » françaises aux départements d’outre-mer. La culture politique de l’assimilation en Guyane et aux Antilles françaises, xixe et xxe siècles, Matoury, Ibis Rouge, 2006.

7  M.-F. Piguet, « De la physique… », contrib. citée.

8  F. Leblond, Observations sur l’état politique des hommes de couleur de la Guyane française, Nantes, 1832 ; Lettres aux habitants de la Guyane française, Paris, Imprimerie Geotschy, 1834.

9  S. Mam Lam Fouck, Histoire de l’assimilation, ouvr. cité, p. 35.

10  M. Foucault, Il faut défendre la société. Cours au Collège de France, 1976, Paris, Hautes Études, Gallimard, Seuil, 1997, p. 89.

11  Rhétorique à Herennius, Paris, Les Belles Lettres, 1989, livre IV, 50, p. 194.

12  Tacite, Annales. Livres XII-XVI, Paris, Les Belles Lettres, 2003 (1924), livre XV, 49, 1‑3, p. 175.

13  R. A. Jackson, « The “Traité du Sacre” of Jean Golein », American Philosophical Society, vol. 113, no 4, 1969, p. 305-324.

14  J. Goulain, Rational du devin office, 1374. Je souligne.

15  J. Flavel (Révérend), « Communion between Christ and believers on earth », chap. 12 de Christ Knocking at the Door of Sinners’ Hearts: Or, A Solemn Entreaty to Receive the Saviour and His Gospel in this Day of Mercy, New York, American Tract Society, 1689, p. 324.

16  Deux sens identifiés par toutes les encyclopédies et dictionnaires français et anglais, dont le Dictionnaire universel latin et français (1704) dit de Trévoux et le Dictionnaire de l’Académie française (1762).

17  D. Diderot, « De la physique & de la métaphysique de Tophail », dans « Sarrasins », Encyclopédie, 1780, p. 61.

18  G. de Chauliac, Le Guidon en françoys, 1534, 239b. Je souligne.

19  F. Courtot, La science des mœurs, tirée du fond de la Nature. Où est compris le projet d’un nouveau corps de Morale tirée de l’Écriture Sainte, Paris, Edme Couterot, 1694, p. 98.

20  F. Courtot, L’Ami de la religion et du roi. Journal ecclésiastique, politique et littéraire, Paris, A. LeClere, 1718, vol. XIV, p. 334.

21  Encyclopédie, 1751, t. I, p. 770.

22  J. Le Rond D’Alembert, « Physique », Encyclopédie, 1765, t. XII.

23  C. Bonnet, Considérations sur les corps organisés, où l’on traite de leur origine, de leur développement, de leur reproduction (1762), Amsterdam, M. M. Rey, 1768, vol. I, p. 233.

24  J. Desault, Journal de chirurgie, Paris, Paul Dupont, 1791, p. 27. Je souligne.

25  J.-Y. Guiomar, La nation entre l’histoire et la raison, Paris, La Découverte, 1990, p. 76.

26  H.-J. Dulaurens, Le Compère Mathieu ou les bigarrures de l’esprit humain, Londres, Aux Dépens de la Compagnie, 1766, p. 25.

27  D. Diderot, « Rêve de D’Alembert », Mémoires, correspondance et ouvrages inédits (1784), Paris, Paulin, 1831, t. IV, p. 134.

28  D. Diderot, Réfutation suivie de l’ouvrage d’Helvétius intitulé l’Homme (1774), Paris, Garnier, 1875, p. 384.

29  D. Diderot, Réfutation, ouvr. cité, p. 383-384.

30  Ibid., p. 382-383. Je souligne.

31  A.-M. Lecoq, « Physiognomonie », Encyclopædia Universalis, 2008.

32  J. Heilbron, Naissance de la sociologie (1990), Marseille, Agone (Banc d’essais), 2006, p. 84.

33  C. Baudelaire, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1993, t. I, p. 378.

34  J. M. Plane, Physiologie, ou l’art de connaitre les hommes, sur leur physionomie. Ouvrage extrait de Lavater et plusieurs autres excellents auteurs, avec des observations sur les traits de quelques personnages, qui ont figuré dans la révolution Française, Meudon, P. S. C. Demailly, 1797, p. 211-212.

35  Instructions pour voyager dans l’étranger, Paris, p. 1648 et 1652.

36  « James Howell », Encyclopædia Britannica, 1911 (11e édition).

37  J. Howell, Instructions for forreine travell, Londres, Edward Arber, 1642, p. 62.

38  Voir E. W. Saïd, Orientalism, New York, Vintage, 1979 et T. Todorov, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Seuil, 1989.

39  W. Eton, Tableau historique, politique et moderne de l’Empire ottoman, Paris, Tavernier, 1799.

40  A. Thomson, « L’Europe des Lumières et le monde musulman. Une altérité ambiguë » [en ligne], Cromohs, no 10, 2005, [http://www.cromohs.unifi.it/10_2005/thomson_islam.html]. Site consulté le 24 septembre 2010. En France, la vision d’Eton est partagée par le philosophe et orientaliste Volney (1757-1820).

41  W. Eton, A Survey of the Turkish Empire, Londres, T. Cadell et W. Davies, 1799, p. 349-350.

42  E. Long, The History of Jamaica. Or General Survey of the Antient and Modern State of that Island, Londres, T. Lowndes, 1774, vol. I, p. 18-19.

43  R. Wheeler, The Complexion of Race. Categories of Difference in Eighteenth-Century British Culture, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2000.

44  H. Fluchère, « Samuel Johnson », Encyclopædia Universalis, 2008.

45  S. Johnson, A Journey to the Western Islands of Scotland (1775), Glasgow, Stanhope Press, 1817, p. 481.

46  Sur la question de la langue, voir A. Hajjat, « La barrière de la langue. Naissance de la condition d’assimilation linguistique pour la naturalisation », Les nouvelles frontières de la société française, D. Fassin éd., Paris, La Découverte, 2010, p. 53-77.

47  N. Baudeau (Abbé), Première introduction à la philosophie économique ou Analyse des états policés, Paris, Didot, 1771, p. 165.

48  L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, s. n., 1782, p. 19.

49  S. Belmessous, « Assimilation and racialism in seventeenth and eighteenth-century french colonial policy » [en ligne], The American Historical Review, vol. 110, no 2, 2005 [http://www.historycooperative.org/journals/ahr/110.2/belmessous.html]. Site consulté le 24 septembre 2010. Traduction personnelle.

50  Le résultat de cette politique est considéré comme un « échec », non pas en raison de l’inefficacité des mesures, mais de la persistance du mode de vie des Amérindiens. C’est à partir du constat de cet échec qu’apparaissent, selon Belmessous, les considérations racialistes pour justifier et comprendre cette soi-disant irréductibilité raciale.

51  Compte rendu du Congrès colonial international de Paris de 1889, Paris, 1889, p. 139.

52  Cité par A. Dessalles, Histoire générale des Antilles, Paris, Libraire-éditeur, 1847, p. 95. Je souligne. Cet édit doit être rapproché du discours de Colbert sur le Québec : « Pour accroître la colonie […], il semble que, au lieu d’attendre le bénéfice de nouveaux colons qui seraient envoyés de France, la façon la plus utile de réussir serait d’essayer de civiliser les Algonquins, les Hurons, et les autres Sauvages qui ont embrassé la Chrétienté ; et de les persuader de venir d’installer dans une commune avec les Français, de vivre avec eux, et d’éduquer leur enfants selon nos mœurs et nos coutumes. » Colbert à Jean Talon, Rapport de l’archiviste de la province de Québec pour 1930-1931, 5 janvier 1666, p. 45, cité par S. Belmessous, « Assimilation and Racialism », art. cité. Traduction personnelle.

53  A. Nicolas, Histoire de la Martinique. Des Arawaks à 1848, Paris, L’Harmattan, 1996, t. I, p. 205.

54  C. L. R. James, Les Jacobins noirs. Toussaint Louverture et la révolution de Saint-Domingue (1938), Paris, Éditions Amsterdam, 2008 ; A. Nicolas, Histoire de la Martinique, ouvr. cité, p. 140 et suiv. Sur l’histoire de la révolution, voir aussi L. Dubois, Avengers of the New World: The Story of the Haitian Revolution, Cambridge, Harvard University Press, 2004.

55  Sur le Code noir, voir A. Gisler, L’esclavage aux Antilles françaises, xviiexixe siècle, Fribourg, Éditions universitaires, 1965, p. 25-26 ; L. Salah-Moulins, Le Code noir ou le calvaire de Canaan, Paris, PUF, 1988, p. 192-202 ; J.-F. Niort, Du code noir au code civil. Jalons pour l’histoire du droit en Guadeloupe. Perspectives comparées avec la Martinique, la Guyane et la République d’Haïti, Paris, L’Harmattan, 2007.

56  Cité par A. Nicolas, Histoire de la Martinique, ouvr. cité, p. 181.

57  L. Dubois, « Citoyens et amis ! Esclavage, citoyenneté et République dans les Antilles françaises à l’époque révolutionnaire », Annales. Histoire, Sciences sociales, no 2, 2003, p. 284.

58  À la Martinique, il y avait 251 mulâtres en 1685. Entre 1767 et 1789, on observe une croissance d’environ 190 % (de 1 814 à 5 235), alors que le nombre des Blancs diminuent (de 12 450 à 10 635). Plus de 90 % des affranchissements sont dus aux liaisons des maîtres avec leurs concubines esclaves, auxquelles ils l’accordaient ainsi qu’à leurs enfants.

59  Contrairement aux îles Britanniques (C. L. R. James, Les Jacobins noirs, ouvr. cité, p. 68).

60  Sur les gens de couleur et les restrictions légales à leur encontre, voir C. L. R. James, Les Jacobins noirs, ouvr. cité, p. 67-70 ; L. Elisabeth, « The French Antilles », Neither Slave Nor Free: The Freedman of African Descent in the Slave Societies of the New World, D. Cohen et J. Green éd., Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1972, p. 135-171 ; A. Nicolas, Histoire de la Martinique, ouvr. cité, p. 183-186.

61  Je m’appuie sur les textes réunis par M. Isambert, « Mémoire pour les déportés de la Martinique. Au roi [Charles X], en conseil des ministres », Barreau français. Annales de l’éloquence judiciaire en France : année 1825, MM. Aylies et Clair éd., Paris, C. L. F. Panckoucke, 1826, p. 308 et suiv.

62  J. Lagroye, « Les processus de politisation », La politisation, J. Lagroye éd., Paris, Belin, 2003, p. 360.

63  Sur l’histoire et l’idéologie du « colorisme », voir P. Ndiaye, La condition noire, Paris, Calmann Lévy, 2008, p. 71 et suiv.

64  Tacite, Annales. Livres XII-XVI, Paris, Les Belles Lettres, livre XV, 49, 1-3, 2003 [1924], p. 175.

65  C. L. R. James, Les Jacobins noirs, ouvr. cité, p. 72-73.

66  Sur la révolution de Saint-Domingue, voir C. L. R. James, Les Jacobins noirs, ouvr. cité, et C. E. Fick, The Making of Haïti: The Saint-Domingue Revolution from Below, Knoxville, University of Tenessee Press, 1990.

67  Biographie universelle ou Dictionnaire de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, depuis le commencement du monde jusqu’à ce jour, Bruxelles, Ode, 1845, p. 138.

68  A.-V. Arnault et al., Biographie nouvelle des contemporains, Paris, Librairie historique, 1822, p. 227.

69  « Instructions [de Malouet] pour MM. Dauxion-Lavaysse, de Médina et Dravermann », s.d. (1814), citées par J.-B. G. Wallez, Précis historique des négociations entre la France et Saint-Domingue, Paris, Ponthieu, Peytieux, Treuttel et Wurtz, 1826, p. 178.

70  « Instructions [de Malouet] », texte cité, p. 178. Je souligne.

71  Ibid., p. 186-187.

72  S. Mam Lam Fouck, Histoire de l’assimilation, ouvr. cité, p. 27-51.

73  C. Bissette, De la situation des gens de couleur libres aux Antilles françaises, Paris, MacCarthy, 1823.

74  G.-T.-F. Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes. Des établissements & du commerce des Européens dans les deux Indes, Amsterdam, J. E. Dufour, 1770.

75  T. Louverture et J. Saint-Rémy, Mémoires du général Toussaint L’Ouverture [sic], écrits par lui-même, précédés d’une étude historique et critique avec un appendice contenant les opinions de l’empereur Napoléon Ier sur les événements de Saint-Domingue, Paris, Pagnerre, 1853.

76  H. Grégoire, De la littérature des Nègres, Paris, Maradan, 1808, p. 33.

77  N. Schmidt, Abolitionnistes de l’esclavage et réformateurs des colonies, 1820-1851. Analyse et documents, Paris, Karthala, 2001.

78  V. Schoelcher, Des colonies françaises. Abolition immédiate de l’esclavage, Paris, Pagnerre, 1842, p. 412.

79  Lettre de Victor Schoelcher datée du 29 septembre 1848, reprise dans N. Schmidt, Victor Schoelcher et l’abolition de l’esclavage, Paris, Fayard, 1994, p. 386.

80  M. Foucault, Il faut défendre la société, ouvr. cité. On utilise cette expression même si elle pose problème en raison du supposé « sens », des colonies vers la métropole, alors que les circulations vont dans les deux sens.

81  Sur la question coloniale dans l’Assemblée constituante, voir M. B. Garrett, The French Colonial Question. 1789-1791: Dealings of the Constituent Assembly with Problems Arising from the Revolution in the West Indies, Ann Arbor, George Wehr, 1918, p. 35-58.

82  Jean-Bernard, Les lundis révolutionnaires. Histoire anecdotique de la Révolution française, Paris, Librairie française, 1789, p. 331-332.

83  S. Johnson, A Dictionary of the English Language to which is Prefixed, a Grammar of the English Language (1755), Londres, A. Millar, 1766, 3e édition. L’assimilation est définie de trois manières : « 1. The act of converting any thing to the nature or ʃubstance of another. Bacon. 2. The ʃtate of being aʃʃimilated. Brown. 3. The act of growing like ʃome other being. Decay of Piety ». Définition reprise dans les nombreuses éditions ultérieures et, au début du xixe siècle, par T. Curtis, The London Encyclopædia, Londres, T. Tegg, 1829.

84  En février 1794, la Convention nationale abolit l’esclavage. Tous les hommes, sans préjuger de leur couleur, devinrent des citoyens de la République française. La loi sur les colonies, votée au début de 1798, confirma l’assimilation juridique entre métropole et colonie, même si le terme n’est pas utilisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdellali Hajjat, « Généalogie du concept d’assimilation. Une comparaison franco-britannique », Astérion [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://asterion.revues.org/2079

Haut de page

Auteur

Abdellali Hajjat

L’auteur est maître de conférences en sciences politiques à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense, Groupe d’analyse politique.

Haut de page