Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Normes et rupture de sens dans l’espace urbain

La marque du nom

Eduardo Guimarães

Résumé

Partant de l’hypothèse que le sens des noms se constitue dans l’événement de leur énonciation, ce texte analyse la question des noms propres d’établissements commerciaux, en considérant l’énonciation des noms tels qu’ils apparaissent sur les façades des magasins. Il montre que leur sens est lié à la manière d’identifier ces établissements qui, une fois identifiés, constituent le lieu social de leurs destinataires en tant que consommateurs.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a quelques années, nous avons appris l’émergence d’une terrifiante nouveauté (une parmi tant d’autres) dans les technologies de la guerre : on avait inventé une bombe capable de détruire les corps dans tout son rayon d’action, sans pour autant détruire les édifices. Il serait désormais possible de tuer des populations entières et de s’approprier leur espace construit. Or, que serait une ville une fois attaquée par cette prodigieuse invention humaine ? Autrement dit, que serait une ville séparée si brutalement des agents de sa construction, de sa conservation et de sa transformation ? De quelles ruines si parfaites s’agirait-il ?

2Nous pourrions savoir quelque chose de cette ville détruite et absolument préservée en interprétant les sens construits en elle et dont les traces demeureraient pour attester la brutalité d’une occupation respectueuse du « patrimoine historique ». Et comme ces ruines seraient celles d’une ville contemporaine ou future, il est fort probable que nous y retrouverions un vaste matériel de langage : noms, arguments, descriptions, narrations, instructions… En d’autres termes, des plaques de circulation, des noms de rues, des panneaux publicitaires, des enseignes lumineuses (éteintes ?) de magasins, des tags, des graffitis…

3Une ville ne se réduit pas à ces ruines, même si elles sont en parfait état. Ce n’est qu’une triste fiction d’agents de guerre, soucieux d’occupation territoriales. Une ville est justement ce que cette bombe aurait exterminé, car seuls des sujets transforment une géographie en un espace social. L’élément fondamental de cette pratique de sujets est qu’elle se produit à partir de significations et, ainsi, produit des significations.

  • 1  Le thème de la spatialisation du langage dans la ville ou de la symbolisation de l’espace par le l (...)
  • 2 Sur ces analyses, voir Guimarães, 2001b, 2002.

4Dans ce processus historique de constitution de sens, je vais chercher à réfléchir sur la symbolisation de l’espace de la ville par l’observation des noms dans l’espace urbain. Pour cela, je vais analyser le fonctionnement de certains noms dans l’espace de la ville1. Dans mes analyses antérieures, je me suis penché sur d’autres types de noms dans la ville : noms de rue ou noms communs dans l’espace de la ville, par exemple2. Dans cette étude, je vais m’intéresser spécifiquement aux noms d’établissements commerciaux, en prenant comme corpus spécifique les noms de magasins d’un centre commercial de la ville de Campinas, au Brésil. Je vais considérer ces noms dans un cadre énonciatif particulier : le fonctionnement des noms de magasins inscrits sur leur façade.

Le sens et l’événement énonciatif

  • 3 Voir Guimarães, 2000a, 2000b, 2002.
  • 4  Je m’oppose ainsi à la position de Benveniste (1974) sur ces aspects ; voir « A linguagem e a expe (...)

5Comme je l’ai déjà fait3, je vais analyser le sens des noms tels qu’ils sont constitués dans l’événement. Je considère que l’événement d’énonciation constitue un sens car il installe une temporalité spécifique (passé, présent, futur). Ainsi, dans l’énonciation, le sujet est constitué par cette temporalité et il n’est l’origine ni de cette temporalité, ni de l’événement4.

6Pour caractériser la manière d’étudier le sens des noms dans l’énonciation, je reprends ci-dessous la distinction que j’ai faite (Guimarães, 2002) entre référence, dénomination et désignation. La référence est une procédure linguistique par laquelle quelque chose se particularise dans et par l’énonciation. Par exemple, si quelqu’un dit : « Le joueur est assis à la deuxième table à gauche », le syntagme nominal « le joueur » particularise et indique une personne.

  • 5  Notons que je considère des situations plus familières que celles où l’on baptise des bateaux offi (...)

7La dénomination est le fonctionnement sémantique par lequel quelque chose reçoit un nom. Par exemple, si, dans une situation donnée et adéquate, le propriétaire d’un bateau y écrit le nom « Brise », il lui donne ce nom, il nomme le bateau. Observons que l’acte d’écrire le nom comme façon de baptiser le bateau5 est différent du nom écrit sur le bateau à partir de ce moment-là jusqu’à ce que, pour une raison quelconque, il en soit retiré. Donner un nom à quelque chose, c’est lui donner une existence historique. Quelque chose qui flotte sur l’eau n’est qu’un objet. Un bateau est déjà autre chose. Il est déjà le monde affecté par l’événement de langage, distinct de la masse hétérogène des objets qui flottent sur l’eau. Nommer, c’est donc distinguer.

8La désignation d’un nom est sa signification en tant que relation de ce nom à d’autres noms et au monde découpé historiquement par le nom. La désignation n’est pas quelque chose d’abstrait, mais de linguistique et d’historique. C’est-à-dire que c’est une relation linguistique (symbolique) renvoyée au réel, exposée au réel. Voilà pourquoi un nom n’est pas un mot qui classe des objets en les incluant dans certains ensembles. Pour moi, comme le pense Rancière (1992), les noms identifient des objets. Par exemple, « joueur », dans l’énoncé ci-dessus, ne signifie pas simplement le rapport de ce mot à la personne à qui il se réfère, ni l’ensemble des personnes qui sont des joueurs. Ce que « joueur » désigne est constitué par les énonciations dont il a fait et fait encore partie et qui prédiquent ce qu’est un joueur. Dans ce sens, le fait que « joueur » se réfère spécifiquement à une certaine personne fait partie de ce que ce mot désigne. Mais ce que ce mot désigne met également en jeu le fait qu’il puisse se rencontrer dans des énoncés comme : « Le joueur, du fait de sa réceptivité, obtient une très grande projection sociale. »

9Lesnoms d’espaces dans la ville, et ce qui les accompagne, occupent un lieu dans ces espaces sociaux ou y circulent ; ils leur donnent également un sens et les identifient. Dans cette mesure, ils construisent d’une certaine manière une géographie urbaine. Ils l’identifient.

10Les désignations, en général, ont un rôle très important qui ne se réduit pas à indiquer l’existence de quelque chose quelque part, ni même à servir d’étiquette à quelque chose. Un nom, quand il désigne, fonctionne comme un élément des relations historico-sociales qu’il aide à construire et dont il commence alors à faire partie.

11Pour moi, considérer le langage par l’analyse de l’événement de l’énonciation place le rapport entre langue et locuteur au centre des attentions, car il n’y a de langues que parce qu’il y a des locuteurs et il n’y a des locuteurs que parce qu’il y a des langues. Et cette relation ne peut pas être considérée comme une relation empirique telle que, par exemple : au Brésil, on parle portugais, en France, on parle français, etc. Ou encore : au Paraguay, on parle espagnol et guarani. Cette relation entre locuteurs et langues m’intéresse en tant qu’elle désigne un espace régulé et un espace de lutte pour la parole et pour les langues et, donc, en tant qu’elle est un espace politique.

  • 6  Un développement plus ample de la question de l’espace d’énonciation et de son caractère politique (...)

12Les locuteurs ne sont pas les individus, les personnes qui parlent telle ou telle langue. Les locuteurs sont ces personnes en tant que déterminées par les langues qu’elles parlent. Dans ce sens, les locuteurs ne sont pas les personnes dans l’activité physico-physiologique ou psychique du parler. Ils sont sujets de la langue car ils sont constitués par cet espace de langues et de locuteurs que j’appelle l’espace d’énonciation6.

13Ainsi, je considère que le locuteur, tel que je le conçois, est une catégorie linguistique et énonciative. Sur ce point, ma position se distingue de celle de Ducrot (1984), mais en un sens très précis. Le locuteur, tel que Ducrot le conçoit (comme figure physico-physiologique et psychique), n’est pas un personnage de l’énonciation ; je suis parfaitement d’accord sur ce point mais, en revanche, je considère que le locuteur n’est pas une figure empirique. Pour moi, c’est une figure politique constituée par les espaces d’énonciation. Et dans cette mesure, il doit être inclus parmi les figures de l’énonciation.

  • 7  Je reprends ici cette notion à partir de la formulation qu’en a donné Ducrot (1972) dans Dire et n (...)

14Les espaces d’énonciation sont des espaces « habités » par des locuteurs, c’est-à-dire par des sujets divisés par leurs droits au dire et aux manières de dire. Ce sont des espaces constitués politiquement par l’ambiguïté propre à l’événement : ceux de la déontologie7 qui organise et distribue les rôles, et ceux du conflit, indissociable de cette déontologie, qui redivise le sensible, les rôles sociaux

15Nous pouvons aborder la question de l’espace d’énonciation par une question : qu’est-ce que parler portugais au Brésil, ou français en France ? Sans aucun doute, le premier aspect que nous devons prendre en compte est que le portugais (ou le français) est la langue officielle de l’État brésilien (ou de la France) et, dans cette mesure, il constitue la langue nationale de ce pays. C’est-à-dire qu’il est l’élément d’identification des sujets en tant que citoyens de l’État. Mais parler, par exemple, portugais au Brésil, c’est parler une langue qui a plusieurs variétés. Ainsi le rapport des locuteurs à la langue est-il réglé par une relation avec la langue de l’État, en tant qu’une langue, la langue (unique) de l’État. D’un autre côté, ce rapport est réglé par le fait que la langue portugaise, dans le cas du Brésil, n’est pas pratiquée sur toute l’extension du territoire brésilien en consonance avec cette langue unique de l’État.

Le rapport intégratif et l’unité d’analyse

16Afin de comprendre le social, il faut étudier comment se constitue le sens. Ne pas prendre le sens en compte revient à ne rien comprendre à l’humain. D’un autre côté, nous considérons que la compréhension de l’humain et du social a lieu dans les termes de la description que l’on peut faire de ces aspects, puisque l’introspection ne saurait faire partie des méthodes des sciences humaines.

  • 8 Dans« Os níveis da análise lingüística » [Les niveaux de l’analyse linguistique].

17Pour notre procédure de description, je prends les énoncés comme unité d’analyse. Afin d’analyser le sens des expressions linguistiques dans les énoncés, j’utilise ce que Benveniste (1966)8 a considéré comme le mouvement intégratif d’une unité linguistique. D’après lui, cette relation (intégrative) donne le sens de l’unité. C’est-à-dire que le sens d’un élément linguistique est en relation avec la manière dont cet élément fait partie d’une unité plus grande ou plus ample. En revanche, la division d’une unité en ses éléments constitutifs concerne sa forme.

18Selon moi, cette relation d’intégration d’une expression dans un énoncé ne peut être analysée que si l’on considère que cet énoncé est énoncé en un texte. Ainsi, quand j’ai recours à la relation intégrative, même si Benveniste a dit qu’elle ne permettait pas de dépasser la limite de l’énoncé, je dis qu’il y a passage de l’énoncé au texte, à l’événement, lequel n’est pas segmental. Et c’est là le rapport de sens.

Une scène urbaine : le nom de la marque

19Les noms des établissements commerciaux fonctionnent comme une manière de les nommer pour qu’ils puissent être référés aussi bien par leurs propriétaires que par leurs clients ou par le public en général.

20Nous prenons ces noms comme des noms dans la ville, comme des noms urbains, et nous allons analyser ce qu’ils sont quand on les considère à partir de leur emplacement sur des enseignes lumineuses ou sur la porte d’entrée de ces mêmes magasins. Il s’agit d’un dire en public, dans l’espace public ou privé. Et le dire en public est un dire dont l’énonciation a toujours lieu par un processus d’augmentation matérielle du dire. Observons quelques cas : la presse écrite passe par la reproduction massive de chacune des éditions périodiques qu’elle réalise ; la télévision a recours à la répétition de ses signaux sur toute une extension géographique ; une réunion ou un acte politique exige des instruments capables d’amplifier la voix pour qu’elle soit entendue par toutes les personnes présentes dans l’espace où il prend place ; une publicité sur la voie publique procède par l’agrandissement de l’image sur les panneaux publicitaires qui se répètent en différents points d’une ville ou d’une route. De même, le nom d’un magasin, placé sur sa façade, se présente au travers de son volume ainsi que d’une disposition et d’un éclairage permettant une lecture à distance. C’est-à-dire qu’un mode spécifique d’exposition matérielle du nom à la lecture fait partie de la scène énonciative que nous sommes en train d’analyser. De cette manière, ce mode d’exposition matérielle du nom à la lecture est constitutif, de façon spécifique, du sens de ce nom ; autrement dit, c’est un élément du processus de son interprétation dans un texte très spécifique : celui des noms de magasins réunis sur le mode de l’agglomération.

21Je considère donc les noms des magasins d’une des places du centre commercial Iguatemi à Campinas, Brésil. Pour analyser leur fonctionnement, je prendrai en compte un ensemble spécifique de noms :

– Ringo II Cabelos (Ringo II Cheveux [Salon de coiffure])
– Líder (Leader [Électroménager])
– Creazioni D’Ascenzi (Créations D’Ascenzi [Chaussures et sacs à main])
– Arapuã Shopping [Électroménager]
– Papel Magia / Papelaria & Informática [Papier Magie / Papeterie & Informatique]
– COMMCENTER [Appareils de télécommunication]
– TOK & STOK [Meubles en bois]
– Rovelon [Chaussures pour femmes]
– Telesp Celular [Services et vente de portables]
– Colombo [Services domestiques]
– Garbo [Mode masculine]
– Fashion Land [Mode féminine]
– Triton [Mode masculine et féminine]
– Brooksfield [Mode enfants et adultes]
– Praça do Café [Place du café]
– Montanhês / O Chocolate de Campos de Jordão [Montagnard / Le chocolat de Campos do Jordão]
– Sonnil Bijouterias [Bijoux fantaisie]
– Croûton / Sanduíches e Saladas [Sandwichs et salades]

22Commençons par une description des aspects morphosyntaxiques et morphophonologiques de cet ensemble de noms.

231. Ces noms sont formés par :
– des noms communs : Líder, Montanhês, Garbo, Arapuã, Triton ;
– des noms propres : Colombo ;
– des syntagmes nominaux : Praça do café, Creazioni d’Ascenzi, Fashion Land ;
– des appositions nom-nom : Ringo II Cabelos, Papel Magia ;
– des sigles avec un nom apposé : Telesp Celular ;
– des compositions : TOK & STOK, Brooksfield, COMMCENTER ;
– des noms suivis de déterminations : Arapuã Shopping ; Papel Magia Papelaria & Informática, Montanhês O Chocolate de Campos do Jordão, Sonnil Bijouterias, Croûton Sanduiches e Saladas ;
– d’unités lexicales de différentes langues : Creazioni D’Ascenzi (italien) ; Fashion Land, Brooksfield (anglais) ; Croûton (français) ; sans parler du portugais. Ces noms peuvent même mélanger deux langues : Croûton Sanduíches e Saladas;

242. Ils présentent les caractéristiques morphophonologiques suivantes :
– ils figurent en grande taille, sur des plaques lumineuses ;
– ils présentent un jeu de couleurs : COMMCENTER (COMM en bleu, CENTER, en rouge) ;
– ils se fondent sur des onomatopées : TOK & STOK ;
– ils utilisent des signes typographiques propres aux relations commerciales : & (TOK & STOK, Papelaria & Informática)

25Pour approfondir l’analyse et ainsi mieux comprendre le fonctionnement de ces désignations, analysons quelques-uns de ces noms sur la scène énonciative choisie.

26L’analyse de la forme du nom propre dans une énonciation spécifique est pour moi la reprise d’une autre énonciation, celle de la dénomination de quelque chose par ce nom. Autrement dit, c’est toujours une analyse de ce que la temporalité de l’événement analysé découpe comme passé (remémoré) qui signifie avec le présent et le futur de ce même événement.

27Prenons ici le cas de noms comme COMMCENTER et TOK & STOK de la liste considérée. Le fait qu’ils recherchent une lecture à distance, capable d’aider à trouver le magasin dans l’espace du centre commercial influe non seulement sur la taille (corps) des lettres, mais également sur une certaine manière d’inscrire et d’écrire – on pourrait dire dessiner – ces noms.

28Commençons par le cas de COMMCENTER. Ce nom est dans un énoncé formé seulement par lui-même mais qui se combine avec un second énoncé : une forme en rouge. Sur l’enseigne du magasin, COMM est en bleu et CENTER en rouge : COMMCENTER, avec à gauche un logotype sphérique (on peut voir ce dernier sur le site internet [http://www.commcenter.com.br/​commsolucao.php]).

29Ces deux énoncés se combinent, sur la place du centre commercial que j’analyse, avec d’autres noms de magasins pour former un texte, dans la mesure où tous sont sur les façades des magasins considérées dans leur contiguïté.

30Dans ce nom énoncé, COMMCENTER, nous voyons un jeu de couleurs et d’épaisseurs de lettres et de parties du mot qui représente son propre processus de composition (COMMest enbleu et CENTER en rouge, comme le logotype à gauche du nom). Il s’agit, dans ce cas, d’un processus d’agglutination clairement marqué. Ainsi, il est intéressant d’observer ce que chacun des éléments signifie dans ce nom. Cette agglutination intègre, dans le mot composé, un mot comme commercial, mais en même temps le mot communication, qui s’agglutinent à center (centre), lesquels s’intègrent également dans COMMCENTER. Ainsi, COMMCENTER invente son étymologie, prend un sens et signifie en tant qu’énoncé affecté par un mode spécifique d’augmentation, dans le texte disséminé sur la place du centre commercial, où se regroupent tous les noms analysés ici.

31Et le processus d’agglutination indiqué ci-dessus regroupe des mots de la langue anglaise, dont l’écriture est très proche des mots corrélatifs en portugais. Si nous considérons alors le fonctionnement de ce nom dans ce texte, nous voyons qu’il s’énonce dans un espace de langues et de locuteurs (espace d’énonciation) mondialisé. Cela est confirmé par la description initiale que nous avons réalisée et qui nous montre, dans le texte considéré, des noms de magasins en plusieurs langues, parmi lesquelles le portugais. C’est comme si les locuteurs étaient ici et à ce moment-là des locuteurs des langues en circulation internationale.

32Pour ce qui est de TOK & STOK, nous avons une séquence constituée par une coordination. Voilà pourquoi il est intéressant d’observer ce que chacun des éléments de la composition signifie quand ils s’intègrent dans cette séquence.

33Si l’on considère la manière dont chacun des éléments coordonnés s’intègre dans le nom, on retrouve une symétrie entre le premier segment TOK et le second STOK, tous deux se terminant par K. Et cette symétrie tend à suggérer la lecture à voix haute du mot et ainsi à signifier ce que l’effet onomatopéique y place : le sens du bois. D’un autre côté, l’articulateur des deux segments est l’esperluette (&) propre au langage commercial, ce qui inscrit dans le nom le sens du commerce. Cela, plus l’onomatopée, signifie « commerce de meubles », qui est également signifié par l’allusion de « stok » au mot anglais stock, typiquement commercial.

34Quand on examine le rapport de ce nom aux autres noms du texte (l’ensemble des énoncés-noms de la place étudiée), on voit une fois de plus que l’espace d’énonciation dans lequel l’événement d’énonciation a lieu est un espace de langues mondialisé. Mais dans ce dernier cas, il y a en même temps une internationalisation du nom par l’effet onomatopéique, comme s’il signifiait qu’il s’agit d’un nom dans une langue quelconque. Et cet effet d’internationalisation, néanmoins, se constitue par le croisement direct du portugais, avec son mode de construction des onomatopées (tok tok) et de l’anglais suggéré par stok (stock).

35Considérant la manière dont les éléments de ces noms s’intègrent et font sens, l’on peut dire que la forme du nom, y compris graphique, est un prédicat du nom, à côté d’autres prédicats que le nom placé à l’entrée du magasin réunit, en tant que découpages d’un texte. C’est ce que nous pouvons voir dans d’autres noms comme « Ringo II Cabelos », « Creazioni D’Ascenzi », « Papel Magia. Papelaria & Informática », « Croûton. Sanduíches e Saladas ». Dans les deux premiers, l’apposition de cabelos (cheveux) à Ringo II, ainsi que le syntagme prépositionnel D’Ascenzi à la suite de Creazioni, déterminent et ainsi prédiquent le nom. Dans les deux derniers cas, nous avons dans Papel Magia une apposition de « magie » qui, comme elle intègre Papel Magia, prédique le nom. Dans ce cas, nous pouvons encore voir que Papel Magia intègre le logotype sur la façade du magasin où il s’intègre à un second énoncé : « Papelaria & informática » qui, ainsi, ajoute une deuxième prédication au nom. C’est également le cas de « Croûton. Sanduíches e Saladas » avec, en outre, l’aspect du croisement d’éléments lexicaux de deux langues : le français dans le premier énoncé et le portugais dans le second. Ce qui, une fois de plus, montre la construction d’un texte dans un espace de langues mondialisé.

36La forme graphique, ainsi que tous ces modes de détermination, fait partie de ce qui fait que le nom signifie, désigne. Cela est en rapport avec la manière dont ces noms sont les énoncés d’un texte commercial qui contient les énonciations qui l’ont constitué. Dans ce sens, nous pourrions dire qu’il s’agit d’un texte qui est, de manière décisive, un combat de séductions constitué par le mode condensé de déterminations qui s’intègrent dans ces énoncés et donc dans ce texte. Combat de séductions installé pour tout l’après (futur) de l’énonciation de ces marques comme des noms sur les façades des magasins. Un futur projeté de manière à se présenter toujours comme le présent de l’événement qui a placé le nom sur les façades des magasins.

37Sur ce point, il serait intéressant d’analyser les noms (énoncés) du texte de notre corpus qui ne présentent aucune « construction » : Rovelon, Colombo, Garbo, Triton. Arrêtons-nous rapidement sur le cas de Colombo (Colomb). Si nous considérons que le nom sur la porte du magasin contient l’énonciation qui a nommé ce magasin (ce que nous avons déjà réalisé ci-dessus pour les autres noms à partir de l’analyse de leur forme), nous pouvons dire que le nom sur la façade du magasin remémore l’énonciation d’un locuteur-propriétaire qui, dans la dénomination du magasin, est pris dans une temporalité qui découpe comme passé (mémorable) le personnage de la découverte de l’Amérique. Et cette remémoration prédique le nom de ce magasin en tant qu’énoncé de ce texte dans lequel il se présente sur la place du centre commercial.

38Il est impossible de penser les noms analysés ici sans prendre leur forme en compte, y compris leur configuration graphique, et ce qu’elle signifie dans ce type de texte en tant que nom en public. Analyser cette forme graphique revient à considérer les énonciations de sa dénomination présentes dans les énoncés que nous analysons. Pour les deux cas sur lesquels nous nous sommes arrêtés le plus longuement, nous pouvons dire que, pour COMMCENTER, la forme graphique (mémoire chiffrée de sa dénomination) signifie une contemporanéité garante de modernité et de qualité ; que, pour TOK & STOK, elle signifie la noblesse du bois et la spontanéité de l’onomatopée affectée par l’internationalité de l’allusion à stock.

39Ces noms, en tant que marques, sont sur les magasins correspondants pour les identifier et non pas pour les référer : pour pousser les gens à y entrer. Dans ce sens, les noms d’établissements commerciaux, en tant qu’éléments de marketing, sont des modes d’identification de « lieux » commerciaux.

40Ce texte qui s’organise de manière dispersée dans l’espace de la ville nous conduit à un aspect important de la configuration de la ville contemporaine : le fait qu’elle est un espace configuré comme lieu de consommateurs. Cela signifie que, dans ces textes et pour ces noms, le lieu social du destinataire est celui du consommateur. Et à cette caractérisation, il faut ajouter qu’il s’agit d’un destinataire-consommateur pris dans un espace d’énonciation mondialisé, internationalisé. Et cela prédique également ce destinataire.

41Rappelant ici ce que j’ai déjà dit (Guimarães, 2002) à propos de l’identification sociale propre au fonctionnement des noms propres de personne, d’un côté, et des noms de rues de l’autre, on peut observer qu’être pris comme consommateur dans l’énonciation de ces marques (noms) est une identification sociale de plus affectant les personnes dans le mode social de relations typiquement urbaines du monde contemporain. Nous ne saurions oublier ici que le futur institué par l’événement de ce texte constitué d’énoncés sur des façades de magasins est en étroite relation avec le fait que ce sont des textes propres au monde de l’écriture. Je ne fais pas référence ici à l’aspect empirique qui vient de ce qu’un texte écrit peut être relu plus tard (d’ailleurs, de nos jours, un texte parlé le peut également, s’il est enregistré) ; il s’agit d’un futur constitué par une matérialité propre de l’écrit, du graphique, qui stabilise une temporalité significative spécifique.

42Une question importante se pose. Comment comprendre le mode de relation de ces identifications énonciatives produites par les noms propres ? Pour répondre à cette question ainsi qu’à toutes celles qui en découlent, il faut avancer dans l’étude du fonctionnement des désignations dans notre société, afin de pouvoir, alors, dans une vision d’ensemble, comprendre quels sens autres se construisent dans ces processus par les relations énonciatives qu’ils mettent en jeu. Et pour savoir quels conflits spécifiques y prennent forme.

Haut de page

Bibliographie

Benveniste E., 1966, Problèmes de linguistique générale, t. I, Paris, Gallimard (Problemas de Lingüística Geral I, Campinas, Pontes, 1988).

— 1974, Problèmes de linguistique générale, t. II, Paris, Gallimard (Problemas de Lingüística Geral II, Campinas, Pontes, 1989).

Ducrot O., 1972, Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann (Princípios de Semântica Lingüística. Dizer e Não Dizer, São Paulo, Cultrix, 1977).

— 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit (O Dizer e o Dito, Campinas, Pontes, 1988).

Guimarães E., 2000a, « O político e os espaços de enunciação », Conferência no « I Encontro Nacional Linguagem, História, Cultura », Cáceres, UNEMAT.

— 2000b, « Sentido e acontecimento », Gragoatá, no 8, Niterói, UFF.

— 2001a, « Política de línguas na América Latina », Relatos, no 7, Projeto História das idéias lingüísticas no Brasil, Unicamp, p. 5-11.

— 2001b [1997], « Um mapa e suas ruas », Cidade Atravessada. Os Sentidos Públicos no Espaço Urbano, E. P. Orlandi éd., Campinas, Pontes, p. 95-100.

— 2002, Semântica do Acontecimento, Campinas, Pontes.

Orlandi E P. éd., 2001, Cidade Atravessada. Os Sentidos Públicos no Espaço Urbano, Campinas, Pontes

Rancière J., 1992, Les noms de l’histoire, Paris, Seuil (Os Nomes da História, São Paulo, Educ/Pontes, 1994).

Haut de page

Notes

1  Le thème de la spatialisation du langage dans la ville ou de la symbolisation de l’espace par le langage est au cœur des préoccupations du projet dont je fais partie, « O sentido público no espaço urbano » [Le sens public dans l’espace urbain] du Laboratório de estudos urbanos da Unicamp [Laboratoire d’études urbaines de l’Unicamp]. On trouve certains résultats de ce projet dans Cidade Atravessada [Ville traversée], Orlandi, 2001.

2 Sur ces analyses, voir Guimarães, 2001b, 2002.

3 Voir Guimarães, 2000a, 2000b, 2002.

4  Je m’oppose ainsi à la position de Benveniste (1974) sur ces aspects ; voir « A linguagem e a experiência humana » [Le langage et l’expérience humaine] dans Problemas de Lingüística Geral II.

5  Notons que je considère des situations plus familières que celles où l’on baptise des bateaux officiels et de grandes compagnies.

6  Un développement plus ample de la question de l’espace d’énonciation et de son caractère politique peut être trouvé dans Guimarães, 2001a (1997), 2000a, 2002.

7  Je reprends ici cette notion à partir de la formulation qu’en a donné Ducrot (1972) dans Dire et ne pas dire.

8 Dans« Os níveis da análise lingüística » [Les niveaux de l’analyse linguistique].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eduardo Guimarães, « La marque du nom », Astérion [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/2074

Haut de page

Auteur

Eduardo Guimarães

L’auteur est professeur (professor titular) à l’Institut d’études du langage de l’Unicamp (Universidade Estadual de Campinas), où il enseigne la sémantique et l’histoire des idées linguistiques. Parmi ses publications récentes : Texto e Argumentação, Campinas, Pontes, 2007 ; en codirection avec M. Zoppi-Fontana, Introdução às Ciências da Linguagem. A Palavra e a Frase, Campinas, Pontes, 2006 ; avec E. P. Orlandi, Un dialogue atlantique, Lyon, ENS-Éditions, 2007 ; avec M. C. Mollica, A Palavra. Forma e Sentido, Campinas, Pontes/RG, 2007 ; avec D. L. P. de Barros, History of Linguistics 2002. Selected Papers from the Ninth International Conference on the History of the Language Sciences, Amsterdam, Benjamins, 2007 ; História e Sentido na Linguagem, Campinas, RG, 2008 ;Os Limites do Sentido, Campinas, Editora RG, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page