Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Normes et rupture de sens dans l’espace urbain

Sujets (in)formels. Désignation dans les médias et subjectivation dans la différence

Mónica G. Zoppi-Fontana

Résumé

À partir d’une analyse de la matérialité linguistique, cet article explore les processus de subjectivation et d’identification qui constituent le(s) sujet(s) des différentes pratiques urbaines, par rapport à l’espace de la rue et dans le cadre de disputes visant à l’affirmation d’identités socialement légitimées. Le corpus constitué pour ma recherche est de nature hétérogène, aussi bien dans sa matérialité symbolique que du point de vue de son inscription institutionnelle et de sa circulation sociale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À partir d’une analyse de la matérialité linguistique, cet article explore les processus de subjectivation et d’identification qui constituent le(s) sujet(s) des différentes pratiques urbaines, par rapport à l’espace de la rue et dans le cadre des luttes visant à l’affirmation d’identités socialement légitimées. Ce que j’essaie de comprendre plus particulièrement est le fonctionnement des divers effets de ségrégation et de réduction au silence (silenciamento) que la superposition d’espaces et de mémoires multiples et conflictuels produit sur les processus de construction discursive de l’identité de sujets socialement discriminés dans la ville. Je me concentre plus spécifiquement sur les processus d’identification des camelots en analysant les contradictions, matériellement présentes dans les énoncés, établies à partir du croisement des différents discours qui interprètent la ville.

2Le corpus constitué pour ma recherche est de nature hétérogène, aussi bien dans sa matérialité symbolique (il inclut des documents écrits, vidéo, des panneaux électroniques, des photos) que du point de vue de son inscription institutionnelle et de sa circulation sociale (presse nationale et régionale ; médias audiovisuels : reportages, émissions et débats télévisés ; législation municipale des trente dernières années ; discours syndical et témoignages des camelots).

3J’ai une conception dynamique du corpus, le considérant en constante construction au fur et à mesure du développement de l’analyse : cela permet de décrire les régimes d’énonciabilité, que ce soit dans le cadre de leur fonctionnement régulier ou à l’occasion des ruptures provoquées par l’événement. Je suis la procédure proposée par Guilhaumou, Maldidier et Robin (1994), fondée sur la définition d’un trajetthématique comme dispositif de lecture de l’archive, qui permet de mettre en « état de dispersion » des énoncés de genres différents, produits dans des lieux, des époques et par des locuteurs différents. Il fonctionne comme un fil conducteur permettant de regrouper des documents textuels divers,sélectionnés car ils font surgir, dans leur matérialité spécifique, de nouvelles déterminations pour le thème étudié.

  • 1 Voir Orlandi (1996) pour une réflexion sur le fonctionnement du silence dans le discours.

4De cette manière, j’essaie de dresser une carte des principales instances de production et de circulation du discours social (Angenot, 1984), ce qui me permet d’observer les relations de prédominance, de sédimentation, de déstabilisation et/ou de réduction au silence (silenciamento)1 du sens, qui s’établissent entre les divers processus discursifs intervenant dans la construction symbolique des identités sociales et dans leur légitimation historique.

Processus de désignation de la différence

5Comme entrée dans le corpus, j’ai d’abord utilisé le trajet thématique signalépar une désignation – « le problème des camelots » – récurrente dans les documents analysés et reformulée de manière insistante dans les textes étudiés. Ainsi, en suivant les trajets de reformulation paraphrastique de cette désignation et le fonctionnement des prédications qui lui sont attribuées, il s’agit d’explorer le corpus à la recherche de régularités formelles dans la matérialité linguistique des énoncés, à partir desquelles proposer des découpages qui fonctionnent comme un dispositif heuristique pour l’analyse.

6Il faut souligner que je considère « la référencialité [comme] une opération linguistique qui implique des mécanismes de substitution, de construction de “synonymes” et de paraphrases déterminés par l’interdiscours » (Mariani, 1998, p. 138). Je pars également du principe que c’est par rapport aux autres désignations avec lesquelles elles sont en relation de reformulation paraphrastique ou d’opposition dans l’archive que les désignations fixent leur référence.

7Dans des travaux antérieurs (Zoppi-Fontana, 1997, 1999a, 1999b), j’ai exploré la production d’effets de sens de la ségrégation et de la discrimination en analysant minutieusement les processus de désignation présents dans les médias, dans la loi, dans des outils de communication visuelle et dans le discours du syndicat. J’ai proposé de décrire ces effets à partir du fonctionnement de trois processus de désignation caractérisés par la configuration de leurs relations de référence :

  • 2 Dans Zoppi-Fontana (1999a), j’appelle désignation divisée cet effet de clivage qui déstabilise la r (...)

8– L’indétermination de la référence produite par la présence de déterminants indéfinis, par la modalité verbale des formulations et/ou par la modalisation autonymique (Authier-Revuz, 1987) des termes qui définissent les camelots et les locaux où ils travaillent, par une analogie ou une comparaison désavantageuse avec d’autres catégories du monde urbain : nommer par analogie, ou comparativement à d’autres désignations déjà stabilisées et d’où dériveraient de manière déficiente les désignations en cause, provoque un effet d’indétermination, ce qui permet de méconnaître (en raison de la nomination « défectueuse ») la spécificité et la singularité historique des sujets ainsi désignés2 :

1. L’année dernière, Magalhães a promis de construire un camélodrome pour les vendeurs ambulants, qui fonctionnerait comme une sorte de centre commercial, dans un des bâtiments de la gare de la Fepasa. (Diário do Povo, 4 juin 1995 ; je souligne)

9– La dévalorisation de la référence au travers de processus métonymiques qui désignent les camelots à partir des espaces occupés, et ceux-ci à partir de métaphores guerrières (« place de guerre », « champ de bataille ») ou au travers d’allusions directes (« zone de banditisme ») ou indirectes (« nouveau Paraguay ») à la marginalité et même à la criminalité, produit des évidences de sens qui permettent d’esquiver l’élaboration d’une définition non marginalisée de leur être dans la ville et, par conséquent, d’éviter toute discussion sur la légitimité des critères d’organisation juridico-administrative de l’espace public urbain en vigueur:

2. Le centre se transforme en place de guerre. Des camelots envahissent des rues, ferment des magasins et affrontent la police après la confiscation de leurs marchandises. (Correio Popular, 3 juin 1995 ; je souligne)

10– La réification de la référence, à travers des processus métonymiques contribuant à définir les camelots comme des objets, soit par contiguïté syntaxique (énumération par juxtaposition), soit par des énoncés définitionnels. Par ce processus de réification, les camelots sont réduits à la catégorie d’« installations amovibles »… Ainsi, il est difficile de faire une référence quelconque à un sujet social, et par conséquent au droit à des pratiques différenciées d’usage et d’occupation de l’espace urbain :

3. Trous, sacs à poubelle, camelots, il est impossible de marcher dans les rues de São Paulo […] pleines d’obstacles. (TV Cultura, Journal télévisé, 31 mars 1997 ; je souligne)

11Ces trois processus de désignation opèrent dans l’équivoque entre criminalité et marginalisation, produisant des sens qui se sédimentent historiquement comme sens commun, surinterprétant de manière négative la présence des camelots dans l’espace urbain.

De l’universalisme formel à la ségrégation sociale

  • 3 Le fonctionnement de la négation, qui affirme la catégorisation universelle en même temps qu’il dis (...)

12Dans ce travail, je propose une analyse du fonctionnement d’un autre processus discursif qui intervient en produisant des évidences de sens sur l’espace urbain, surdéterminant ainsi les processus de subjectivation et d’identification à partir desquels se constitue discursivement l’identité des camelots. Il s’agit d’un processus d’universalisationdans la définition de l’espace public, qui naturalise le droit à la ville(Lefebvre, 1968) en en contournant la dimension politique au moyen du fonctionnement des catégories d’un discours libéral-formaliste. Pour cela, j’explore mon corpus au travers du trajet thématique qui suit les inflexions produites par la prédication dans l’énoncé « Espace public, à tous et à personne »,dont on trouve régulièrement de nombreuses résonances (Serrani, 1992) dans les médias. Dans cet énoncé, c’est la structure coordinative de la prédication qui m’intéresse, dans laquelle on observe que l’opposition des pronoms indéfinis « tous » et « personne » maintient la prédication de quantité (universel) et inverse celle de qualité (d’affirmative à négative), de telle manière que le connecteur argumentatif « et » articule un terme universellement quantifié à sa propre négation, ce qui, en termes logiques, constitue une contradiction. Néanmoins, du point de vue discursif, on observe que ce connecteur, au contraire de son fonctionnement logique, produit un effet de renforcement des affirmations, orientant argumentativement vers une lecture additive de la conjonction. Ceci permet d’interpréter les prédications comme étant toutes deux simultanément vraies. Ainsi les possibilités d’une interprétation partitive du prédicat sont-elles limitées, ce qui fait obstacle à tout geste d’interprétation (Orlandi, 2001) pour analyser l’espace public par rapport à des collectifs particuliers. Il n’y aurait donc pas d’espace – ni urbain ni discursif – pour l’affirmation de droits collectifs qui contestent l’organisation juridico-administrative imposée ; d’où les opérations de négation et d’opposition orientée3 présentes dans les formulations quand le sujet urbain en question est désigné de manière partitive au travers d’indéfinis non quantifiés universellement, comme « certains », « une classe », dans les séquences discursives ci-dessous (je souligne) :

4. Il s’agit d’un problème sérieux, mais le citoyena le droit de bénéficier d’une rue libre, a dit le conseiller municipal A. Tatto. (Estado de São Paulo, 26 septembre 1998)

5. C’est une dégénérescence urbanistique hors de contrôle. La rue ne peut pas être à une classe, elle doit être à tous. (Reportage sur EPTV, déclarations du président de la SETEC, 29 octobre 1999)

6. Il est plus que temps de changer d’attitude et de s’occuper du lieu où nous habitons. Même entourés de millions d’habitants pauvres pour la plupart, il est possible d’avoirune vie décente dans les métropoles brésiliennes. Il suffit d’évoluer de la conscience individuelle à la conscience de groupe,cosmopolite, universelle et de comprendre que la ville est notre maisonet qu’elle doit êtretraitée avec le même soin. Cela vaut pour les gouvernants et pour la population en général [...] Le prix d’une villehabitableest l’éternelle surveillance. (Luisa N. Eluf, Estado de São Paulo (Espaço aberto), 22 juillet 1997)

  • 4 Je présente ici une distinction élaborée dans Zoppi-Fontana (1999a), qui reprend la proposition d’O (...)

13D’un côté, il convient d’observer la modalité déontique des formulations ; les désignations de l’espace public urbain supportent des prédications qui définissent un devoir être : « la rue ne peut pas être / elle doit être » (ex. 5); « la ville… doit être traitée » (ex. 6). Les espaces de la ville sont interprétés par une discursivité projetant sur l’ordre réelde la ville une organisationimaginaire4 qui se pose comme idéal ou modèle d’organisation urbaine. D’un autre côté, il importe de mettre en relief le fonctionnement des désignations, qui tendent vers une interprétation générique des syntagmes nominaux définis : « le citoyen » (= les citoyens) ;« la rue libre » (= les rues libres) ; « la ville » (= les villes). Ainsi, les désignations se réfèrent à des classes d’individus dont la délimitation est fournie par le fonctionnement d’un discours juridico-administratif : le citoyen / droit de profiter / rue libre, ex. 4.

14Il convient encore d’analyser le fonctionnement de la séquence discursive 6, qui apporte la définition de ce que serait « une vie décente… dans les métropoles brésiliennes ». C’est à partir du processus d’universalisation que se définit ce que serait « une ville habitable », en naturalisant (« Il suffit d’évoluer… et de comprendre ») le geste d’interprétation d’une classe (« nous »), constituée à partir d’une opposition (« même entourés de »)qui exclut de l’univers ainsi construit ceux qui constitueraient un obstacle : les « millions d’habitants pauvres pour la plupart ».

15Pour mieux interpréter le fonctionnement de ce processus d’universalisation, je reprendrai ici l’effet de continuité individuelle/universelle que Pêcheux (1975), reprenant Fuchs, a dénommé mythecontinuiste empirico-subjectiviste, et qu’il a défini comme l’effet de sens « qui prétend que, à partir du sujet concret individuel “en situation” (lié à ses préceptes et à ses notions), s’effectue un effacement progressif de la situation par une voie conduisant directement au sujet universel, situé partout et nulle part, et qui pense au moyen de concepts ».

16Toujours dans son interprétation du mythe, Pêcheux (ibid.) affirme que « le continuisme subjacent à l’opposition situation/propriété s’appuie sur le processus d’identification(« si j’étais où tu (vous) / lui / x se trouve, je verrais et penserais ce que tu / lui / x voit et pense », et il ajoute que « l’imaginaire de l’identification masque radicalement toute discontinuité épistémologique ».

  • 5 Orlandi (2001) décrit «l’urbanistique » comme « le processus de migration généralisée de catégories (...)

17Dans mon travail, je veux mobiliser le mythe continuiste empirico-subjectiviste pour analyser les processus d’identification des sujets urbains, en me concentrant spécifiquement sur l’effet de masquage/dissimulation de la discontinuité épistémologique (relation des sujets urbains à ce qui leur est donné à connaître de/dans la ville) et principalement politique (relation des individus à la division inégale du « droit à la ville » et ses effets contradictoires dans les processus d’identification/interpellation qui les constituent en sujets urbains, par un travail symbolique d’inclusion/reconnaissance dans les espaces de la ville). Je cherche à décrire et à interpréter les effets de silence produits par cette dimension politique des régimes d’usage et d’occupation de l’espace urbain, surinterprétée par le juridisme (Lagazzi-Rodrigues, 1988) et l’« urbanistique »5, en tant qu’effets dans le sens commun du fonctionnement de la forme-sujet de droit et de la forme-sujet de la science.

18Discursivement, ces formes-sujet se caractérisent entre autres par des processus de désignation qui produisent des effets d’universalisation et d’indétermination sémantique dans la construction du sujet du discours, plus particulièrement dans la nomination des divers sujets urbains. Pêcheux (1975) analyse ce fonctionnement comme indice de la dissimulation du logique par le juridique et décrit les processus paraphrastiques qui mettent en relation des énoncés quantifiés universellement avec des énoncés débutant par des syntagmes nominaux indéfinis (qui, ce qui, celui qui), et ces deux derniers avec des énoncés hypothético-déductifs (si… alors). Il s’agit du processus d’individuation juridique du sujet qui, en même temps qu’il distingue l’individu comme unité déterminée, support de déterminations juridiques, le rend indistinct dans l’interchangeabilité imaginaire d’identités universellement indéterminées. Dans ce sens, j’attire l’attention sur le fonctionnement de l’ellipse en 6 : « Il est plus que temps de Øchanger d’attitude et de Øs’occuper du lieu où nous habitons », et en 3 : « il est impossible de Ømarcher dans les ruesde São Paulo », qui travaille en faveur de cette indétermination et de la (con)fusion de TOUS avec le NOUS qui surveille.

19Dans les diverses analyses que j’ai présentées jusqu’ici, j’ai pu observer comment est catégorisé le statut juridico-urbanistique de la présence et de l’activité des camelots dans l’espace public de la ville, en particulier dans ces lieux considérés comme étant à tous et à personne. J’ai démontré que ces catégorisations excluent les camelots en tant que collectif différencié ; ils ne font partie ni du tous ni du personne des bons citoyens/citadins ; ils restent exclus de l’ordre juridico-administratif qui distribue les droits de tous (universel) et de chacun à la ville.

Processus d’identification et de subjectivation dans la ville

20Je présuppose que l’identité, telle que la définit Orlandi (2001), est un mouvement du sujet du discours dans l’histoire, mouvement dont l’analyste peut tracer les trajets errants dans la matérialité du corpus étudié. Ainsi, je considère que l’identité se constitue à travers des processus d’identification de l’individu à des positions de sujet présentes dans l’interdiscours, processus qui sont de nature idéologique et ont lieu par l’inscription de l’individu dans la langue affectée par l’histoire. Ainsi, l’identité se présente à l’analyste comme un faisceauinstable de processus d’identificationpouvant être explorée aussi bien dans son fonctionnement imaginaire (à partir du fonctionnement de l’illusion subjective : moi un, stable, auto-évident) que dans son instabilité et son caractère provisoire constitutifs, en décrivant, à partir des effets de l’interdiscours sur les formulations, les contradictions qui la traversent, ses déplacements historiques, sa nécessaire incomplétude.

21C’est pourquoi je considère, à partir de la théorie, que l’identité est l’effet de la fixation provisoire des processus d’interpellation / d’identification idéologique, qui constituent le sujet du discours à partir de l’inscription de l’individu dans des positions de sujet délimitées par la relation contradictoire et changeante des formations discursives dans l’interdiscours. Ainsi j’affirme, d’un côté, le caractère provisoire des identités, puisqu’elles résultent d’une stabilisation/fixation temporaire des processus d’identification comme effet des relations de domination/subordination établies entre les formations discursives dans l’interdiscours en un état donné des conditions de production. D’un autre côté, je soutiens que l’hétérogénéité est constitutive des identités, lesquelles sont nécessairement affectées par la contradiction qui définit les relations entre les formations discursives dans l’interdiscours.

22Dans cette analyse, je fais l’hypothèse que les points de déstabilisation observés dans mon corpus signalent une contradiction, présente dans l’interdiscours spécifique des énoncés, entre des espaces d’identification socialement structurés et légitimés à partir de positions de sujet ayant une domination dans l’interdiscours, et l’émergence de nouveaux espaces d’identification délimités à partir de pratiques urbaines non encore légitimées.

23D’un autre côté, du point de vue de la production discursive de l’identité (en tant que stabilité provisoire) et spécifiquement de l’illusion subjective (en tant qu’unité imaginaire) ancrant les processus d’énonciation autoréférentielle, les processus de désignation permettent d’observer le fonctionnement des rituels énonciatifs qui produisent le sujet du discours par identification imaginaire.Dans ce sens, j’affirme que les processus de désignation travaillent dans le discours comme dispositifs de subjectivation, non seulement par le fonctionnement des noms propres, mais encore, et fondamentalement, par toutes les constructions (morpho)syntaxiques qui se réfèrent à / prédiquent à propos dusujet du discours et participent à la production des images (Pêcheux, 1990a [1969]) qui affectent les mécanismes énonciatifs d’autoréférence.

De la survie consentie

24Je me propose donc d’expliciter, à partir de la description des processus de désignation, les processus d’identification qui autorisent un dire autoréférentiel du sujet du discours, légitimé et valorisé par sa circulation dans le discours social. Autrement dit, je propose de décrire les processus de désignation qui fournissent, dans leur glissement, le support matériel de construction d’une identité pour les camelots, socialement validée dans l’espace public urbain.

25Pour cela, je vais reprendre les processus discursifs de ségrégation que j’ai analysés précédemment et observer leurs effets sur les formulations produites par les camelots. Je me rends compte qu’elles révèlent une fixation des mécanismes d’autoréférence en un discours de la survie, qui se développe à partir du thème des urgences dues à la crise économique. Dans ces formulations, être camelot est signifié essentiellement comme un état provisoire, comme une solution, face au chômage structurel, pour assurer la subsistance de sa famille, un état dans lequel le sujet se sait généralement illégitime. L’extrait ci-dessous montre ce fonctionnement (je souligne) :

7. J’aicinq enfants en bas âgeet je ne peux pas rester là où on veut me laisser, parce que je n’ai vendu que pour 8 reais en 15 jours. (Déclaration de camelot, Estado de São Paulo, 25 septembre 1998)

8. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et mourir de faim… J’espère que les autorités vont comprendre quenous avons besoin de travailler. (Déclaration de camelot, Estado de São Paulo, 25 septembre 1998)

26Ces extraits montrent qu’à la modalisation déontique – ce doit être ; il faut – des verbes des extraits analysés précédemment (ex. 4 à 6) s’oppose la modalisation de possibilité affectée par la négation (d’impossibilité – ne pas pouvoir) et l’affirmation de la modalisation de nécessité : « nous avons besoin de travailler » (ex. 8). Ainsi, les effets normatifs que produisent les formulations marquées par la modalisation déontique (devoir) se confrontent aux effets d’urgence produits par la modalisation de nécessité (« avoir besoin »), réaffirmée avec insistance. Bien que ces formulations se présentent comme une réponse au fonctionnement du discours sur la marginalité et aux effets d’exclusion des processus d’universalisation (juridico-administrative) qui le soutiennent, elles s’inscrivent en un discours de la surviequi échappe difficilement à la dissimulation logico-juridique fondant les processus imaginaires d’identification du sujet urbain de nos jours.

  • 6 Selon Pêcheux (1975), le fonctionnement de la contre-identification se caractérise par une lutte du (...)

27Il s’agit du fonctionnement de la contre-identification6, par laquelle un discours (et son sujet), en niant le discours autre auquel il s’oppose (son contraire), reste pris dans les catégories de ce dernier. Pour analyser le sens dominant, on observe, en 7, l’inversion de la modalisation (de la modalisationdéontique à la modalisation de possibilité) et, principalement, le fonctionnement de la négation, qui non seulement présuppose l’affirmation niée, mais est immédiatement suivie d’une subordonnée causale qui présente une justification explicitant les motifs de l’impossibilité : « je ne peux pas rester là où on veut me laisser, parce que je n’ai vendu que pour 8reais en 15 jours ». On observe également qu’à l’impossibilité formulée à la première personne par le locuteur, s’oppose le vouloir (volonté) et le faire (pouvoir faire) de l’adversaire représenté par la forme impersonnelle (« on veut me laisser »).

28L’inscription de ces formulations dans le discours de la survie enferme l’argumentation dans un piège discursif : quand elle nie les effets de ségrégation sociale par l’affirmation du besoin et de l’urgence, elle réaffirme les catégories définitoires qui produisent la ségrégation.

  • 7  En portugais, l’usage du pronom est facultatif dans ce cas. Je le rajoute entre crochets pour faci (...)

9. J’étaisouvrier au fourneau, je travaillais sur des chaudières. [Nous]7 sommes camelots, [nous] sommes ici parce que [nous] y sommes forcés. (Déclarations d’un vendeur ambulant au reporter, Télévision Cultura, août 1997 ; je souligne)

29On observe en 9 l’opposition entre la formulation explicite du locuteur grâce au pronom de première personne du singulier (« je ») quand la prédication se situe temporellement dans le passé et l’ellipse du pronom (« Ø sommes ») quand la prédication se situe dans le présent ; j’insiste sur le glissement (substitution) pronominal de je à nous qui coïncide avec le glissement du temps verbal du passé au présent. Ainsi, les formes d’autoréférence du locuteur apparaissent diluées en un collectif (« Ø sommes camelots »), dont la définition n’est produite que déictiquement par rapport à une localisation spatiale (« [nous] sommes ici ») et justifiée comme situation d’urgence, effet (subi) d’un pouvoir (force) extérieur (« parce que [nous] y sommes forcés »).

30Discours de la survie qui redéfinit les vendeurs ambulants comme des pères et mères de famille au chômage, ayant besoin de gagner leur subsistance et celle de leurs enfants. Contre-discours parallèle qui justifie exceptionnellement par la nécessité ce qui est exclu universellement par le droit, en plaçant le sujet face aux luttes d’une discursivité que lui adresse « solidairement » comme espace d’identification des positions marginalisées, provisoires, dépréciatives.

Discours social, médias et légitimation

31Pour terminer cette description du mouvement du sujet parles différents processus d’identification qui constituent les identités urbaines, je me propose maintenant de rendre visibles les effets des gestes (Orlandi, 2001), petits mais significatifs, qui, lorsqu’ils interviennent dans le réel de la ville, modifient les conditions d’énonciabilité et d’interprétation de l’urbain. Gestes d’intervention urbaine qui travaillent les opacités des discours dominants, rendant visible le régime du politique qui traverse le discours social et signifie tous ses espaces.

32J’observerai l’événement d’un geste d’intervention urbaine spécifique. Il s’agit de l’installation d’une structure métallique et d’un toit en PVC couvrant environ 200 m d’une rue du centre-ville de Campinas. Cette couverture a été installée à l’initiative du Syndicat des travailleurs de l’économie informelle, là où existaient déjà des étals de camelots officialisés et autorisés à titre précaire et incessible par la mairie. Je considère que l’ensemble des énoncés ayant interprété cet événement constitue un événement discursif (Pêcheux, 1990b [1983])], c’est-à-dire une restructuration de la mémoire discursive et des relations de sens qu’elle permet.

33Je considère cet événement discursif et, principalement, le geste matériel (l’installation de la couverture) qui l’a suscité, comme l’espace symbolique à partir duquel un dire légitime sur les/des camelots a pu être réalisé et circuler dans le discours social (Angenot, 1984)

  • 8  Correio Popular, 17 octobre 2000, Villes, p. 4, gros titre ; je souligne. Shopping, de l’anglais S (...)

10. Des vendeurs ambulants créent le « Camelot Shopping ». Des travailleurs informels installent une couverture dans la rue Álvarez Machado, qui abrite 84 étals ; polémique avec les propriétaires de magasins et la SETEC et confrontation avec la Garde municipale.8

34On observe en 10 (ci-dessus) et 11 (ci-dessous) le fonctionnement des processus de désignation qui nomment le local de travail des camelots. Si je les compare aux désignations divisées que j’ai analysées au début de ce texte, le glissement de sens qui se manifeste est frappant. La nouvelle désignation, Camelot Shopping, ne présente pas de restrictions ni de modalisations de son champ référentiel (comme on l’a vu en 1 : « un camélodrome pour les vendeurs ambulants, qui fonctionnerait comme une sorte de centre commercial »). D’un autre côté, l’ordre des éléments constitutifs du syntagme nominal « Camelot Shopping » inverse les relations internes entre les noyaux nominaux, de manière à présenter (en jouant sur l’équivoque de la superposition de la syntaxe du portugais et de l’anglais) le nom « camelot » comme axe du syntagme, déplaçant ainsi l’interprétation des sens de finalité/destination (Centre commercial pour camelots) vers une interprétation plus proche du fonctionnement des noms propres (« créent le Camelot Shopping »), c’est-à-dire comme procédure d’individuation d’un local spécifique et unique du tissu urbain :

11. Dans cette partie de la rue, on peut trouver un peu de tout. Des bricoles pour le foyer, comme des pieds pour frigidaire, jusqu’aux jouets électroniques en vogue parmi les jeunes. « C’est un vrai Camelot Shopping », définit Maria José Salles, présidente du Syndicat des travailleurs de l’économie informelle de Campinas. « Zézé », nom sous lequel elle est plus connue, ne dissimule pas son enthousiasme envers cet ouvrage. (Correio Popular, 18 octobre 2000, Villes, p. 3 ; je souligne)

35J’attire l’attention sur la modalité affirmative des formulations de la directrice du syndicat (« C’estun vraiCamelot Shopping »), qui travaille dans la direction de la stabilisation de ces sens déjà déplacés, sédimentant les effets de rupture de l’événement discursif à travers une énonciation ayant force de constatation, et projetant ainsi de nouveaux arrangements de sens pour signifier les identités dans des discursivités autres que celles de la marginalisation et de la survie.

36Me voilà donc arrivée à la fin de mon parcours à travers les réseaux de formulations dans lesquels les identités urbaines trouvent leur source et leur étai ; j’ai accompagné le mouvement oscillant et intermittent du sujet du discours à travers ces trajets de luttes et de divisions ; j’ai témoigné des silences et des cris de ces subjectivités prises aux mailles de la langue et de l’histoire, et enregistré dans mon écriture leurs gestes précis pour (se) signifier dans l’espace excessif des évidences idéologiques.

Haut de page

Bibliographie

Angenot M., 1984, « Le discours social : problématique d’ensemble », Cahiers de recherche sociologique, vol. II, no 1, avril, Le discours social et ses usages, p. 19-44.

Authier-Revuz J., 1987, « Modalité autonymique et pseudo-anaphore déictique », Cahiers de lexicologie, no 51, p. 19-37.

Guilhaumou J., Maldidier D. et Robin R., 1994, Discours et archive. Expérimentations en analyse du discours, Paris, Mardaga.

Lagazzi-Rodrigues S., 1988, O Desafio de Dizer Não, Campinas, Pontes.

Lefebvre H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos.

Mariani B. S. C., 1998, O PCB e a Imprensa. Os Comunistas no Imaginário dos Jornais 1922-1989, Rio de Janeiro, Revan / Campinas, Unicamp.

Orlandi E. P., 1996, Les formes du silence. Dans le mouvement du sens, trad. P. Léglise-Costan, Paris, Cendres.

— 2001, Discurso e Texto. Formulação e Circulação dos Sentidos, Campinas, Pontes.

Orlandi E. P. éd., 2001, Cidade Atravessada. Os Sentidos Públicos no Espaço Urbano, Campinas, Pontes.

Pêcheux M., 1975, Les vérités de La Palice. Linguistique, sémantique, philosophie, Paris, Maspero.

— 1990a [1983], « Le discours : structure ou événement », L’inquiétude du discours, D. Maldidier éd., Paris, Cendres, p. 303-323.

— 1990b [1969], « Analyse automatique du discours (AAD69) »,L’inquiétude du discours, D. Maldidier éd., Paris, Cendres (extrait de M. Pêcheux, Analyse automatique du discours, Paris, Dunod, 1969).

Serrani S., 1993, A Linguagem na Pesquisa Socio-Cultural. Um Estudo da Repetição na Discursividade, Campinas, Unicamp.

Zoppi-Fontana M., 1997, Cidadãos Modernos. Discurso e Representação Política, Campinas, Unicamp, 1997.

— 1999a, « Ordem jurídica, ordem política e a (des)ordem nas ruas »,Discurso y Sociedad, vol. I, no 1, p. 105-122.

— 1999b, « É o nome que faz fronteira », O Múltiplo Território da Análise do Discurso, F. Indursky éd., Porto Alegre, Sagra-Luzzatto, p. 202-215.

Haut de page

Notes

1 Voir Orlandi (1996) pour une réflexion sur le fonctionnement du silence dans le discours.

2 Dans Zoppi-Fontana (1999a), j’appelle désignation divisée cet effet de clivage qui déstabilise la référence, rompant l’effet d’évidence qui relie les noms et les choses. Je les définissais alors comme l’effet sur les syntagmes nominaux d’un clivage entre positions de sujet antagoniques dans l’interdiscours. Ceci se manifeste dans la matérialité linguistique au travers d’opérations de détermination sémantique et de modalisation autonymique du noyau des syntagmes nominaux ou de la modalité des prédications qui lui sont liées. Les désignations divisées signalisent les points de rupture/déstabilisation référentielle où se suspendent les effets d’évidence du sens.

3 Le fonctionnement de la négation, qui affirme la catégorisation universelle en même temps qu’il disqualifie la différentiation partitive, dirige argumentativement l’énoncé, orientant l’opposition en faveur de l’un de ses termes (« tous », c.-à-d., l’effet d’universalisation agissant dans l’identification du sujet et du droit à la ville).

4 Je présente ici une distinction élaborée dans Zoppi-Fontana (1999a), qui reprend la proposition d’Orlandi (1996) de différencier ordre et organisation dans les processus de production de sens en général, et plus spécifiquement dans le cadre de la ville (Orlandi éd., 2001).

5 Orlandi (2001) décrit «l’urbanistique » comme « le processus de migration généralisée de catégories de l’urbanisme vers le discours du sens commun [qui] provoque un effacement de l’expérience de la ville dans sa réalité, dans sa matérialité spécifique ».

6 Selon Pêcheux (1975), le fonctionnement de la contre-identification se caractérise par une lutte du sujet du discours contre l’évidence idéologique, sur le terrain de cette évidence, affectée par la négation, renversée sur son propre terrain.

7  En portugais, l’usage du pronom est facultatif dans ce cas. Je le rajoute entre crochets pour faciliter la lecture en français, mais l’original ne les comporte pas : « Somos camelôs, estamos aqui porque somos forçados » (NdT).

8  Correio Popular, 17 octobre 2000, Villes, p. 4, gros titre ; je souligne. Shopping, de l’anglais Shopping Center, est le terme commun, en portugais, pour désigner un centre commercial (NdT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mónica G. Zoppi-Fontana, « Sujets (in)formels. Désignation dans les médias et subjectivation dans la différence », Astérion [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/2058

Haut de page

Auteur

Mónica G. Zoppi-Fontana

L’auteur est maître de conférences (professora-doutora) au département de linguistique de l’Institut d’études du langage, Unicamp (Universidade Estadual de Campinas). Elle y enseigne la sémantique de l’énonciation et l’analyse du discours. Elle a publié récemment : en codirection avec E. R. J. Guimarães, Introdução às Ciências da Linguagem. A Palavra e a Frase, Campinas, Pontes, 2006 ; O Português do Brasil como Língua Transnacional, Campinas, RG Editora, 2009 ; avec E. R. J. Guimarães, Cadernos de Estudos Linguisticos, no 51 (1), 2009 ; avec M. T. Celada, « Sujetos desplazados, lenguas en movimiento: identificación y resistencia en procesos de integración regional », Signo & Seña, vol XX, 2009, p. 159-181 ; « Acontecimento, temporalidade e enunciação. Definições terminológicas e o fato novo na ciência », Cadernos de Estudos Lingüísticos, vol. LI, 2009, p. 69-94.

Haut de page