Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Vieillissement et prolongation de la vie, XVIe-XVIIIe siècles

Stahl et les âges de la vie

Sarah Carvallo

Résumé

La vieillesse constitue une pierre de touche pour toute théorie médicale : elle oblige à rendre raison de la temporalité à l’œuvre dans la vie. Aux yeux de Stahl, les iatromécaniciens méconnaissent la dimension temporelle de l’organisme ; en particulier, ils en ignorent la périodicité. Comprendre la vieillesse suppose donc la critique de la représentation linéaire du temps organique, que développe la mécanique et qui réduit le vivant au seul composé physique et chimique. Il reste alors à trouver la cause de la périodicité organique : sur ce point, Georg Ernst Stahl critique Thomas Sydenham, qui reconnaît certes la périodicité du vivant mais nie la possibilité d’une médecine étiologique. Pour sa part, le médecin de Halle cherche à rendre compte du vieillissement en lien avec les actions organiques fondamentales : le tonus, la circulation, l’excrétion, la sécrétion.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été publié avec le soutien de l’ANR Philomed JCJC 09-0145-01.

Texte intégral

  • 1  G. E. Stahl, Pathologie générale, dans Œuvres médico-philosophiques, trad. Th. Blondin, Paris, Bai (...)
  • 2  Tous ne s’accordent cependant pas sur ce point. Ainsi Leeuwenhoek estime-t-il que les poissons ne (...)
  • 3  Pour l’homme, Stahl cite l’hématurie chez les vieillards ; elle correspond aux hémorragies nasales (...)

1Aussi bien d’un point de vue thérapeutique que théorique, Georg Ernst Stahl (1659-1734) s’intéresse à la vieillesse. En effet, l’âge constitue « non seulement la raison évidente des différentes modifications qui surviennent dans le corps, mais encore la cause déterminante de certaines altérations morbides imminentes »1. Stahl cherche par conséquent à expliquer la nécessité spécifique pour le vivant de vieillir ; au sens propre, les machines, les choses inertes ne vieillissent pas, elles s’usent. Les plantes, les animaux et les hommes vieillissent, chacun selon son mode propre : ce devenir commun ne vaut pas pour métaphore, mais révèle un processus immanent à la vie2. La vieillesse fait partie des phénomènes intrinsèques du vivant, comme la naissance, la croissance, la nutrition, la maladie ou la mort. Par ailleurs, le médecin de Halle cherche à comprendre la disposition aux maladies suivant les âges, qui constituent alors « la cause occasionnelle et la raison morale » de certaines pathologies. En particulier, le grand âge s’accompagne souvent de maladies spécifiques3 : est-il possible de dissocier un vieillissement normal de la pathologie, ou bien la vieillesse est-elle pathologique ? Dégager la cause du vieillissement s’avère une étape nécessaire dans une conception étiologique de la médecine.

2Le projet de comprendre la dimension organique de l’âge se décline alors à deux niveaux, physiologique et pathologique : Qu’est-ce que vieillir ? Quel rapport entretiennent l’âge et la maladie ? Répondre à ces interrogations implique de critiquer « certaines écoles médicales » qui considèrent les maladies « comme étant le privilège de tous les hommes, sans aucun égard pour les âges », alors qu’en réalité, elles sont astreintes à « une raison particulière de temps invariablement basée sur les périodes de la vie humaine » (ibid., p. 112). Bref, il s’agit d’établir la périodicité caractéristique des phénomènes organiques, d’en dégager les causes qui permettront éventuellement de dissocier vieillesse normale et pathologique.

L’idée d’âge : périodicité ou linéarité ?

Contexte historique et social

  • 4  Pour un état des lieux concernant les études actuelles sur la vieillesse, de l’Antiquité au xxe si (...)
  • 5  P. Bourdelais, « The ageing of the population », Old Age from Antiquity to Post Modernity, P. A. J (...)
  • 6  Les textes législatifs médiévaux déterminent le seuil de la vieillesse entre 60 et 70 ans : S. Sha (...)
  • 7 L. Botelho, « Old age in Seventeenth-Century Europe », art. cité. Plus précisément, l’étude de la c (...)
  • 8  Dont le fameux Thomas Parr (1483 ?-1635). P. Laslett critique ce culte des centenaires qui encoura (...)
  • 9 Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 33 ou Pathologia generalis, I, sect. 1, memb. 3, 1737, p. 457  (...)

3Avant d’entrer dans les analyses stahliennes de la vieillesse, il convient de préciser les conditions réelles des personnes âgées à son époque. De nombreuses études corrigent une fausse représentation4, qui ferait débuter cet âge bien plus tôt au xviie ou au xviiie siècle qu’aujourd’hui ; l’on cite souvent à cet égard la reprise cartésienne de l’aphorisme stoïcien de devoir prendre en main sa santé dès l’âge de 30 ans, et sans doute la mort relativement précoce de Descartes renforce-t-il le sentiment d’une vie brève. Or, la situation historique s’avère largement différente : le calcul rétrospectif du taux d’espérance de vie à l’époque donne effectivement des résultats très faibles à cause de l’importante mortalité infantile, mais une fois dépassé l’âge critique de 16 ans – et, pour la femme, le premier accouchement –, il s’élève rapidement. À partir de 30 ans, hommes et femmes peuvent espérer vivre encore trente ans5, et, à 64 ans en 1750, il leur reste dix ans encore devant eux. En d’autres termes, il était assez commun de vivre jusqu’à 60 ans, voire au-delà6. Des études récentes estiment la proportion de personnes de plus de 60 ans à dix pour cent de la population anglaise à la fin du xviie siècle7. En outre, la littérature médicale ou les gazettes mentionnent des cas de longévité exceptionnelle8. En tant que médecin, Stahl se trouve donc confronté très concrètement à des patients âgés9.

  • 10  Le terme « ménopause » apparaît auxixe siècle, mais le phénomène est bien décrit : Women and Agein (...)

4Au-delà de cette mise au point historique, la définition de la vieillesse ne répond pas tant à des années calendaires qu’à des critères physiologiques. En tant que telles, les années ne suffisent pas à déterminer qui est vieux, parce que chaque individu évolue à un rythme différent. Même si l’âge de la ménopause semble relativement constant, ce ne sont pas les années mais le phénomène physiologique qui marque le début de la vieillesse chez la femme, censée vieillir plus tôt que l’homme bien qu’à l’époque, déjà, elle vive plus longtemps que lui10. La cécité, la boiterie, l’infirmité, la perte de mémoire offrent autant de signes communs aux deux sexes. Il revient donc en premier lieu aux médecins de définir les critères organiques du seuil de vieillesse et d’expliquer à la fois ses modes et ses raisons.

  • 11  P. Archambault, « The ages of man and the ages of the world. A study of two traditions », Revue de (...)
  • 12  T. Cole, The Journey of Life, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.
  • 13  Outre ses nombreuses références à Aristote, Harvey mentionne explicitement le traité sur les Météo (...)
  • 14  C. et P. Perrault, De la circulation de la sève des plantes, dans Œuvres diverses de Physique et d (...)
  • 15  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 107.
  • 16  Aristote, De la jeunesse et de la vieillesse, et de la vie et de la mort, et de la respiration, da (...)
  • 17  Sur la nomenclature et le système de numération au Moyen Âge, voir J. A. Burrow, The Ages of Man. (...)
  • 18  Les Œuvres d’Ambroise Paré, conseiller et premier chirurgien du Roy… Avec les portraicts et figure (...)

5Cette attention aux signes organiques plutôt qu’aux années chronologiques s’inscrit dans une représentation périodique de la vie. Depuis l’Antiquité en effet, les philosophes déterminent des âges de la vie (« aetates hominum») en trois, quatre, cinq, six, sept, voire douze périodes alternant les étapes du développement individuel11. Ces stades individuels correspondent à un ordre naturel à la fois immanent et transcendant : d’un côté, ils caractérisent une logique interne à l’individu, de l’autre ils rejoignent les cycles de la nature cosmique12. Ainsi, par exemple, William Harvey considère que la circulation des humeurs répond aux trajectoires météorologiques13, Claude Perrault qu’elle se retrouve dans les plantes14 ; Stahl la rapporte aux marées, et de façon générale selon lui, les âges résonnent avec les saisons, certaines maladies périodiques avec les phases lunaires ou les saisons15. Selon le système de référence, différents modèles des âges de la vie cohabitent : Aristote divise le cycle de la vie en trois périodes16, Galien et Hippocrate en quatre, Ptolémée en sept, d’autres encore en dix. Au xvie siècle, Ambroise Paré distingue quatre âges de la vie en se plaçant sous l’autorité de Pythagore : la puérilité, l’adolescence, la jeunesse et la vieillesse, qui correspondent aux quatre saisons17. Même si, par commodité, ils sont repérés grâce au comput chronologique, ces âges ne traduisent pas tant un nombre d’années qu’un tempérament caractéristique : « […] toutefois ne faut tant astraindre ces descriptions des aages, qu’il les faille tousjours definir par les ans veu qu’aucuns sont plus vieils en l’aage de quarante ans, que les autres à cinquante »18.

  • 19  Ainsi les os sont-ils d’un tempérament terreux qui leur confère leur solidité.
  • 20  Selon Ambroise Paré, de 15 h à 24 h domine le sang, de 9 h à 15 h la cholère, de 15 h à 21 h la mé (...)

6Au sein de ces quatre âges de la vie, la plupart se divisent en sous-périodes. Ainsi, la vieillesse se répartit d’abord en une première étape de 35 à 49 ans, puis en une seconde, de 50 à 80 ans, qui s’articule à nouveau en trois stades : le premier où la personne conserve ses vertus viriles et peut donc continuer à exercer ses charges civiles, le deuxième où elle les perd ; le troisième où elle retourne en enfance : bis pueri senes. Bien que les repères soient empruntés à la vie sociale, cette représentation périodique du développement se fonde essentiellement sur une théorie du tempérament. Celui-ci caractérise un certain état du mélange des humeurs composant le corps humain. Ce mélange s’équilibre en deux sens : au poids (c’est-à-dire selon l’égalité quantitative de proportion entre les éléments) ou à justice (c’est-à-dire selon l’adaptation finalisée du corps à ses fonctions)19. Chaque individu incarne un tempérament particulier ; au sein de cet individu, chaque âge s’identifie à un tempérament particulier ; à un niveau toujours plus fin, les heures de la journée avancent de pair avec la prédominance d’une humeur au sein du tempérament20. En outre, la manière de vivre influe directement sur le tempérament et peut aller jusqu’à perturber l’équilibre spécifique d’une personne.

La représentation linéaire et mécanique de l’âge

  • 21  La destitution de la primauté du tempérament ne signifie pas son élimination, et il intervient par (...)

7Stahl reprend à son compte cette conception périodique. À cet égard, il critique la vision linéaire de Descartes. En effet, Descartes s’inscrit en rupture avec la médecine antique et médiévale pour substituer au cycle une représentation linéaire de l’âge et destituer le tempérament comme premier élément d’explication de la vie au profit d’une description mécanique21. Pour Descartes, le tempérament se restreint au seul corps de l’homme, en particulier à ses passions, en modifiant la manière de sentir ; il joue un rôle physiologique. Ainsi, l’intensité d’une affection chez tel ou tel individu varie selon le tempérament de chacun, mais, en tant que telle, l’affection dépend uniquement du mouvement des particules, notamment des esprits animaux. À l’horizon, la dureté constitue la seule cause de l’âge, qui consiste en une perte progressive de la figure convenant à l’équilibre des humeurs :

  • 22  R. Descartes, Description (1648), dans Œuvres de Descartes, Ch. Adam et P. Tannery éd. et trad., r (...)

Pource qu’à mesure qu’on vieillit, les petits filets qui composent les parties solides, se serrent et s’attachent de plus en plus les uns aux autres, ils parviennent enfin à tel degré de dureté que le corps cesse entièrement de croître, & même aussi qu’il ne peut plus se nourrir ; en sorte qu’il arrive tant de disproportion entre les parties solides & les fluides que la vieillesse leur ôte la vie.22

8Descartes rapporte donc la temporalité de la vie à la disposition spatiale des composants physiques du corps humain. L’âge se rabat sur la matière et la mécanique. Au contraire, Stahl confère au temps une dignité organique primordiale :

  • 23  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 102. Ailleurs, Stahl précise : « En ce qui conce (...)

Le temps considéré au point de vue pathologique exige une étude aussi variée que sérieuse ; il ne s’agit point en effet, seulement de déterminer d’une manière spéciale et précise, à l’égard de la durée des maladies, l’époque de l’invasion, la marche et la terminaison de chacune d’elles, mais il convient aussi de considérer le temps d’une manière générale, par rapport à la vie elle-même et à l’étendue de sa durée entière.23

9Et Stahl critique particulièrement les iatromécanistes de vouloir réduire cette affaire aux structures et textures corporelles, c’est-à-dire aux propriétés physiques et chimiques du corps :

  • 24  G. E. Stahl, Paroenesis. Exhortation sur la nécessité d’éloigner de la doctrine médicale tout ce q (...)

C’est à peine si l’on accorde quelque attention à l’ordre, au temps, à la puissance, au degré, aux variations et à l’énergie des mouvements qui s’exercent d’une manière si absolue sur la matière, bien loin d’en apprécier le but final.24

  • 25  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 101-495.

10La lenteur ou la vitesse, la rareté ou la fréquence, la succession ou la simultanéité, la périodicité, l’instant, le moment ou la durée déterminent les objets premiers du médecin25 et se substituent aux qualités premières du physicien : le mouvement, la figure et la grandeur.

La représentation empirique de l’âge

  • 26  La constitution désigne le corollaire phénoménal du tempérament ; ainsi Paré établit-il une série (...)
  • 27  Hippocrate,Épidémies, 1861, t. I, p. 599 ; Nature de l’homme, chap. 8 ; Aphorismes, III, chap. 20- (...)
  • 28  T. Sydenham, Médecine pratique, Paris, Didot Le Jeune, 1774, p. 238. M. D. Grmek nomme la constitu (...)
  • 29  Le critère de l’âge opère dans Airs, eaux, lieux, chap. 3 ; Hippocrate décrit ainsi les symptômes (...)

11Sur ce point, Stahl reconnaît s’accorder avec l’un de ses contemporains représentant l’école empirique. En effet, Thomas Sydenham reprend la tradition des âges, même si, pour sa part, il ne la rapporte pas directement à une théorie du tempérament. Renonçant à rapporter les symptômes à des causes, il s’interdit en effet de relier directement âge et tempérament. Cependant, il conserve et développe la notion de constitution, qui décrit – sans prétendre les expliquer – les qualités dominantes d’une saison ou de toute entité se développant au sein d’une période donnée26. Fidèle à Hippocrate27, Sydenham observe, dans un premier temps, que tout phénomène organique suit des périodes : la maladie, les fièvres, l’homme, les plantes, les bêtes, etc. L’individualité d’un phénomène se définit même en relation avec la période qui circonscrit son évolution : l’identité d’une maladie correspond non seulement à des signes visibles à l’auscultation, mais à un devenir propre qui constitue un critère clinique majeur pour établir un diagnostic différentiel. Cependant, conformément à l’hypothèse empirique, nous ne pouvons pas dire pourquoi ce terme temporel correspond à tel phénomène. En d’autres mots, nous n’avons pas accès au tempérament en tant que tel, mais seulement aux signes indiquant soit une crise, soit un acmé, soit un développement ou un enveloppement. C’est pourquoi le diagnostic de la maladie ne peut s’établir avant qu’elle n’atteigne une certaine phase de développement, et, de façon corollaire, il faut que la constitution ait pu suffisamment stabiliser ses caractéristiques. Toute la difficulté revient alors à repérer le début et la fin d’une constitution, les transitions et les états stables : « […] ce qui me paroit surtout difficile c’est de connoitre le début d’une constitution »28. En effet, la constitution vaut comme critère général. En tant que telle, elle ne provoque pas la maladie, mais elle caractérise une disposition de l’air concomitante à certaines maladies épidémiques spécifiques, qui dépendent de causes plus particulières justifiant le passage de l’endémie à l’épidémie : toute maladie s’inscrit donc dans une constitution, dont le juste repérage, à rebours, permet d’identifier la maladie. L’évolution parallèle de la constitution et des maladies se développe selon des seuils critiques, puisque les constitutions varient selon le lieu, l’année, la saison et s’accompagnent de maladies spécifiques (types de fièvre, vérole, rougeole, toux, peste, etc.). À travers sa théorie des constitutions, Sydenham définit ainsi l’ensemble des états pathologiques dans une population donnée, en un moment déterminé. À ces circonstances extérieures s’ajoute le critère de l’âge. L’Hippocrate anglais constitue ainsi une grille de lecture de la maladie à deux entrées, l’une selon la constitution, l’autre selon l’âge ; il retrouve par conséquent les deux approches hippocratiques présentes dans les traités des Airs, eaux, lieuxet des Aphorismes29.

12La médecine empirique prétend alors articuler deux niveaux de la description diachronique de la maladie. Premièrement, en comparant le développement de telle pathologie avec telle autre selon les mémoires passés, elle rapporte les phases pathologiques aux circonstances externes telles que la saison, l’air ou la région :

  • 30  T. Sydenham, 1774, p. 238. Ce raisonnement vaut pour toutes les maladies épidémiques, la petite vé (...)

Pour moi si je connoissois parfaitement l’histoire des maladies, ce que je suis bien éloigné de m’attribuer, je pourrois, en voyant toute sorte de maladies épidémiques, prononcer hardiment sur le genre de la fievre qui régneroit alors, quand même je n’en aurois pas vu une seule : et de même en voyant une fievre quelle qu’elle fût, je saurois quelle maladie épidémique l’accompagneroit, si ce seroit la petite vérole, ou la rougeole, ou la dysenterie, etc. car chaque constitution particuliere est toujours accompagnée de quelqu’une de ces maladies et d’une fievre particulière.30

  • 31  Étudiant les fièvres épidémiques de l’année 1675, par exemple, Sydenham note, à l’automne, l’appar (...)

13Deuxièmement, il faut suivre l’histoire propre de la fièvre avec ses périodes et symptômes, tels que la sueur, en fonction de l’âge du patient31. En cas de maladie, le médecin cherche à rétablir le tempérament propre du patient notamment grâce aux purges, aux bains et aux régimes. Dans la vieillesse, le tempérament dominant devient la mélancolie et détermine un état pathologique de l’individu, en ce qu’il vicie l’équilibre naturel des éléments, et il ne peut plus être corrigé.

La doctrine stahlienne

  • 32  « § 2. Il faut savoir que les actions s’accomplissant dans le corps humain, et même dans chaque es (...)

14Stahl reprend, mais infléchit cette doctrine. La vie se caractérise par certains mouvements qui ne se réduisent certainement pas au déplacement mécanique des particules : en premier lieu, la vie s’exprime comme mouvement tonique, puis au travers des cycles de la circulation, de l’excrétion et de la sécrétion. L’ensemble de ces mouvements suit une période universelle, au sens où ils demeurent tant que le tempérament perdure32 ; mais d’autres phénomènes organiques connaissent des périodes définies particulières, qui sont comprises dans des limites internes à l’état du mélange – c’est notamment le cas des maladies. Cependant,

  • 33  G. E. Stahl, 1737, p. 242 (je traduis et précise les termes entre crochets).

[i]l est très difficile de définir cette période universelle [censée correspondre à la vie normale de l’homme] parce qu’elle n’est pas tant définie par une dimension temporelle générale que par l’énergie vitale [propre à chacun] soit qu’elle augmente, soit qu’elle demeure stable, soit qu’elle décroisse selon une certaine mesure temporelle. Ainsi, en effet, 50 ans (7 x 7) correspond manifestement à une limite de l’énergie vitale. C’est particulièrement visible chez la femme qui n’a plus alors l’énergie de procréer ; et même si c’est moins sensible chez l’homme, on constate que son énergie décroît.33

  • 34  La Bible propose deux représentations différentes de l’âge : la première décrit les prophètes et c (...)
  • 35  G. E. Stahl, 1737, § 6, p. 242 (je traduis).
  • 36  Sur l’origine de ce chiffre, voir P. Archambault, 1966, art. cité, p. 194.
  • 37  Stahl rejette l’astrologie, mais il remarque que seuls les astrologues ont à juste titre cherché à (...)
  • 38  « Ce fil conducteur n’est autre que le principe des maladies selon les âges, […] c’est plutôt le f (...)
  • 39  G. E. Stahl, 1737, § 17, p. 246, selon l’aphorisme antique « iners et luxuriosa juventus effoetum (...)

15Ainsi, l’homme voit son existence déterminée par des mesures : très peu atteignent l’âge de 100 ans, encore moins le dépassent, et la plupart meurent en-deçà34. Au sein de cette limite universelle, l’énergie vitale connaît d’évidentes mutations, qui correspondent aux dimensions particulières du temps, c’est-à-dire aux degrés de l’âge : l’état de nourrisson et jeune enfant (0-7 ans), l’enfance (7-12 ou 14 ans), l’adolescence (12-25 ans), l’âge viril (25-50 ans), la vieillesse (50-60 ans) et la sénilité (après 60 ans) (senescentem atque senilem)35. Ces étapes correspondent toutes à des multiples de sept, chiffre qui détermine le ratio ou la mesure fondamentale des périodes, lesquelles se découpent à leur tour en sous périodes de sept36. Ainsi, à partir de 7 mois, le bébé devient viable, même s’il n’est pas encore forcément durable ; il est visible et reconnaissable comme fœtus. À 7 ans, les dents tombent ; à 14 ans s’achève la puberté ; à 24 ans – milieu du quatrième septénaire (49 : 2) – se termine la croissance ; à 49 ans, l’énergie vitale commence à décroître ; de même, il existe des périodes pour les crises des fièvres (les quatrième, troisième ou septième jours, et plus précisément au milieu du jour). Or, cette raison n’est pas à chercher dans l’astrologie37, mais dans l’énergie vitale. En effet, « le fil conducteur » de la pathologie réside dans ses périodes, et en particulier dans ses relations avec l’âge38. Cependant, Stahl remarque par ailleurs que le luxe et l’oisiveté qui empêchent le tempérament de s’exprimer peuvent accélérer le vieillissement : le luxe fait vieillir avant l’âge39, et il faut par conséquent vivre avec tempérance – autre mot de la même famille que le temps – pour préserver le mélange (temperies) propre à son tempérament (temperamentum).

Les causes du vieillissement

Les signes cliniques

  • 40  « Je leur demanderois volontiers d’où vient qu’un cheval arrive à sept ans à son plus grand accroi (...)

16Stahl et Sydenham s’accordent donc sur une description périodique de l’âge, mais Sydenham conteste que le diagnostic puisse remonter des critères à leurs causes, ni expliquer pourquoi certaines fièvres se développent selon des crises répétitives tous les deux, trois ou quatre jours. Selon lui, personne ne peut expliquer pourquoi telle fièvre se situe dans ce foyer, pourquoi le cheval atteint son plus grand accroissement à 7 ans, l’homme à 21, ni pourquoi les plantes fleurissent à telle saison40. Par conséquent, la vieillesse est pathologique, et tout comme la maladie, la vieillesse s’inscrit dans le développement des sujets sans qu’on puisse dire pourquoi. Ainsi pour la peste :

  • 41  Ibid., 1774, p. 82-83. Hippocrate développe une intuition analogue dans Nature de l’homme, chap. 2 (...)

La maladie commence presque toujours par un frisson, de même que les accès de fièvres intermittentes ; ensuite des vomissement énormes, une douleur vers la région du cœur, comme si elle étoit serrée par un pressoir, une fievre ardente accompagnée de ses symptomes ordinaires, tourmentent sans cesse les malades, jusqu’à ce que la mort vienne terminer leurs souffrances, ou qu’un bubon ou une parotide, venant heureusement à paroître, les mettent hors de danger, en attirant au dehors la matiere morbifique […]. Au reste, je n’entreprends pas de déterminer précisément en quoi consiste essentiellement la peste […]. La nature produit toutes choses par des loix invariables, mais avec un art qui n’est connu que d’elle seule ; et elle couvre d’épaisses ténebres les essences de ses productions, & les formes qui constituent leurs différences. Aussi chaque espece de maladie, de même que chaque espece d’animal ou de plante, a des propriétés constantes qui ne conviennent qu’à elle-même seule, qui coulent de son essence, & qui en sont inséparables. Et qu’on ne me demande pas comment on pourra guérir les maladies, tandis qu’on ignore leurs causes : car ce n’est pas par la connoissance des causes qu’on guérit les maladies, mais par la connoissance d’une méthode convenable et confirmée par l’expérience.41

17Sydenham élabore donc une description clinique du vieillissement comme période s’inscrivant dans le développement normal de l’individu. Même s’il adopte une approche épidémiologique en comparant les seuils du vieillissement au sein d’une espèce et entre espèces, sa démarche populationnelle demeure essentiellement clinique. Il s’agit pour lui de caractériser les propriétés communes de la vieillesse sans les expliquer ; sa méthode suit la logique classificatoire de la botanique. En outre, il ne cherche pas à quantifier l’échantillon qu’il étudie, ni à dégager des relations constantes entre les groupes étudiés.

L’explication vitaliste

  • 42  Stahl développe cette analogie dans la thèse De aestu maris microcosmici, qu’il cite et commente d (...)
  • 43  G. E. Stahl, De organismo vitalis conservatio, 1737, p. 218. Le rythme et le nombre du pouls const (...)

18Comme ne l’a pas compris Sydenham en dépit de son attention aux périodes de la maladie ou de la vie humaine, la similitude entre ces différents phénomènes organiques montre, selon Stahl, qu’ils relèvent tous de la même cause. Comprendre la maladie, le vieillissement et l’âge en général ne se réduit pas à les décrire, à classer des signes, à identifier et différencier les entités, mais revient à les rapporter à leur origine. D’une façon générale, tout phénomène organique évolue au sein d’une période : une maladie est aiguë, chronique ou périodique ; la circulation sanguine détermine des périodes analogues à la marée42 ; l’âge correspond à la disposition des actes vitaux d’après un temps déterminé, comme le prouvent certains signes ou comportements caractéristiques, tels que la dentition, la puberté, la menstruation, le mariage, le veuvage, la fécondité, la stérilité, la ménopause. Et toutes ces différentes périodes correspondent à une intensité d’énergie vitale, qui se traduit dans le fonctionnement physiologique d’abord sous la forme du mouvement tonique, puis des trois mouvements circulatoire, excrétoire et sécrétoire, qui déterminent à leur tour le pouls et le tempérament d’un individu43. Chacun de ces mouvements étant caractérisé par sa périodicité, le développement des maladies ou de l’âge correspond encore à l’expression de cette même énergie vitale opérant dans l’organisme. La découverte de la périodicité des mouvements internes à l’organisme – notamment grâce à la circulation sanguine – permet enfin de rendre compte des observations empiriques des anciens sur l’âge ou les maladies en les rapportant à leur vraie cause.

  • 44  G. E. Stahl, 1737, sect. 1, memb. 4, art. 3, p. 232.
  • 45  La mixtion décrit l’état du mélange chimique des humeurs du corps. Avec la texture et la structure (...)

19Pour comprendre l’âge, Stahl part d’une analyse du tempérament qui désigne, depuis les médecins anciens et arabes, un certain mélange des humeurs. Si Stahl reconnaît sa dette, il considère néanmoins que leurs théories ont été déformées44 dans la reprise moderne, puisque ses contemporains refusent d’y reconnaître l’efficacité de l’âme comme principe de vie. Selon Descartes par exemple, les tempéraments désignent des qualités élémentaires des humeurs et des solides ; au mieux, ils sont rapportés à des habitudes de l’âme (animi habitum). Or, selon Stahl, cette théorie n’a pas encore reçu de fondement et demeure purement intellectuelle et fictive, tant que l’on ne reconnaît pas que l’âme se comporte différemment selon les diverses textures corporelles, et que le tempérament correspond effectivement à une mixtion45 particulière des humeurs rapportées à la présence du principe de vie.

  • 46  G. E. Stahl, 1737, p. 233-234.
  • 47  Ibid., p. 234 (je traduis ; la circulation transpose circuitus au sens de « passage physique »).

20Les humeurs peuvent déterminer quatre mélanges différents (temperies). Le premier, sulfureux, apte à s’échauffer et à se corrompre par des fermentations, constitue le tempérament colérique ou bilieux. Le deuxième, plus aqueux, plus enclin à la salinité, détermine le tempérament phlegmatique. Le troisième caractérise un mélange intermédiaire fluide, chaud et florissant de façon mitigée, qui correspond au tempérament sanguin. Le dernier, plus épais, moins dilué, terreux se réalise chez les mélancoliques46. Sous ces quatre conditions, l’activité vitale entretient des relations stables avec les tempéraments, dans la mesure où elle se rapporte à l’organisation particulière des organes et des matériaux qui constituent le mélange (temperies). Une interaction constante existe donc entre les vaisseaux (« les méats ») par lesquels transite le mélange des humeurs (§ 5), et le tempérament, qui caractérise l’individu et en détermine même la norme, c’est-à-dire l’état propre de santé, « de sorte qu’on constate dans ces corps, caractérisés par la proportion mutuelle la plus adéquate entre les humeurs et les parties, que non seulement la circulation, c’est-à-dire le mouvement progressif des humeurs s’effectue simplement de façon très adéquate et libre, mais aussi en même temps les secrétions et les excrétions, et par conséquent le commerce vital universel »47.

  • 48  Ibid., p. 236 (je traduis). Stahl critique les modernes, tels que Descartes, qui négligent l’étude (...)

21En effet, l’étude des différents tempéraments consiste à repérer le mode normal, quoique singulier, de la circulation propre à chaque tempérament. Ainsi dans les colériques, tout se passe de façon assez commode, par un acte végétatif familier – voire même très approprié – à ce tempérament, de sorte que ce mouvement suscite un pouls végétatif d’autant plus intense. Mais la plupart du temps, ces tempéraments ne sont pas purs et se mêlent entre eux ; en outre, ils évoluent avec l’âge et selon les habitudes de vie. Quoiqu’il en soit, diagnostiquer l’état de santé ou l’âge d’un individu revient à repérer la conspiration entre, d’une part, les proportions qui articulent les méats à un niveau physique et les humeurs, qui constituent le tempérament à un niveau chimique, et, d’autre part, les comportements de l’âme, qui répondent toujours aux divers états du corps et aux proportions des humeurs48 :

§ 15. Je pense que la cause de ces états se trouve dans la proportion organique qui existe entre les méats et les humeurs d’un côté, et, de l’autre, le mouvement convenant à cette proportion. Or, ce mouvement – surtout celui du pouls et de la circulation sanguine – agit de façon continue sans s’interrompre jamais, et il est premier en ordre et dignité ; en effet, il doit être premier, et le corps doit être vivant pour que l’âme puisse agir sur lui ou à travers lui à chaque fois. Par conséquent, selon son acte premier et primaire le tonus, l’âme forme l’idée de sa nécessaire proportion, son « type », auquel elle procure ce qu’il faut dans le reste du corps selon la proportion des actions. De sorte qu’elle exerce toutes ces actions selon le type qui caractérise cette proportion, et a coutume d’effectuer le mouvement primitif et perpétuel, vital ; ou, plus exactement, ce mouvement primitif s’agite lui-même indéfiniment, de sorte qu’il exerce et conserve le type de cette proportion par son acte et mouvement vital […].

  • 49  Ibid., 1737, p. 238-240 (je traduis).

§ 20. Ainsi, je pense avoir suffisamment montré quelle [qualis et quanta] identité de proportion existe entre les actes vitaux et animaux, et même moraux. Et cela ne tient à nulle autre raison, si ce n’est que l’esprit lui-même [animus] se procure ce type, qui participe à l’action première, fondamentale, primitive et perpétuelle, qui détermine indéfiniment le mouvement des humeurs à travers les méats selon une certaine proportion qui s’avère indispensable au maintien du corps dans son état. Au point que l’esprit exerce toutes ses autres actions selon ce mode, cette modulation et cette habitude, sans jamais s’interrompre et toujours selon cette intention, comme s’il fixait une idée immobile (purement intellectuelle, que ne peuvent représenter ni la mémoire ni l’imagination).49

22Ainsi le tempérament détermine-t-il l’identité d’un corps, son type, qui exprime encore l’équilibre propre d’une âme et du corps, défini par la proportion entre les humeurs, les méats, les mouvements. Par conséquent, toutes les actions organiques entretiennent un rapport particulier au temps, que la langue latine souligne en utilisant le même radical entre le mélange (temperies), le tempérament et le temps entendu comme état, à un moment donné, du tempérament, donc du mélange. Alors que Descartes ne traite que de l’espace et de ses différentes structures ou parties, alors qu’il rapporte le vieillissement au durcissement des parties du corps, Stahl étudie la temporalité du phénomène organique en le référant au principe de vie qu’est l’âme.

La vieillesse est-elle pathologique ou normale ?

La doctrine cartésienne d’une vieillesse pure

  • 50  A. Paré, 1633, ouvr. cité, p. 25.

23Stahl conçoit la vieillesse au sein d’un cycle de la vie ; il lui faut savoir cependant si elle constitue un phénomène pathologique ou normal. Un topos ancien considère la vieillesse comme une maladie incurable – insanibilis morbus – à laquelle seule peut remédier la mort. Ambroise Paré constate encore que « la vieillesse, quelque gaillarde qu’elle soit, est de sa nature comme une espece de maladie »50. Pour sa part, Descartes cherche à distinguer la vieillesse de la pathologie. Il y aurait une vieillesse « pure » et une vieillesse pathologique marquée surtout par l’affaiblissement. Si l’on ne peut éviter la première, il s’agit de retarder la seconde, comme le veut le médecin de soi :

  • 51 À Huygens, 5 octobre 1637, AT, I, p. 645. Repris dans la Description du corps humain, AT, XI, p. 22 (...)

Les poils blancs qui se hâtent de me venir m’avertissent que je ne dois plus étudier à autre chose qu’aux moyens de les retarder. C’est maintenant à quoi je m’occupe, & je tâche à suppléer par industrie le défaut des expériences qui me manquent, à quoi j’ai tant besoin de tout mon temps […]. Si nous nous gardions seulement de certaines fautes que nous avons coutume de commettre au régime de notre vie, nous pourrions sans autre intervention parvenir à une vieillesse beaucoup plus longue et plus heureuse que nous ne faisons.51

  • 52  Cette citation traditionnellement attribuée à Hippocrate est aujourd’hui attribuée à Démocrite : « (...)
  • 53 À Morin, 12 septembre 1638, AT, II, p. 367-368 : « […] je ne compare que des mouvements à d’autres (...)
  • 54 L’Homme, AT, XI, p. 126.

24Descartes distingue ainsi les pathologies associées accidentellement à l’âge, et une vieillesse normale qui s’intègre à l’unique processus matériel de la vie ; penser la vieillesse exige de comprendre d’abord ce phénomène normal et sain du vivant. À cet égard, la croissance, la nutrition et la vieillesse caractérisent trois aspects d’une même réalité. Certes, Descartes ne commet pas la naïveté de penser que le corps humain puisse éviter la maladie, a fortiorilorsqu’il vieillit. Il suppose néanmoins la distinction de droit entre une vieillesse saine – qu’il ne définit pas positivement – et les pathologies associées, au même titre qu’il faut distinguer un corps sain d’un corps malade. Ces discussions contredisent donc l’aphorisme hippocratique selon lequel « depuis sa naissance, l’homme n’est que maladie » (totus homo sit morbus)52. La maladie n’est pas consubstantielle à la vie, ni à la vieillesse : connaître la vie, penser la vieillesse ne doit pas se réduire à comprendre les pathologies. Et cette exigence s’avère d’autant plus urgente pour le thérapeute, qui cherche à préserver le corps, même vieillissant, en bonne santé. Reste alors à expliquer la vieillesse, ce que Descartes fait, toujours selon les seules causes matérielles qui régissent la vie53 : l’enfant croît54, l’adulte ne fait que nourrir son corps. L’arrêt de la croissance constitue la cause même du vieillissement, puisque les membres se durcissent progressivement :

  • 55 Ibid.

La matière de ses membres se durcira peu à peu, en sorte qu’après quelques années ses pores ne se pourront plus tant élargir ; & ainsi, cessant de croître, elle représentera le corps d’un homme plus âgé.55

25Face au vieillissement, le médecin ne prétend pas échapper au déterminisme causal à l’œuvre dans le durcissement des parties, mais il cherche à dissocier l’affaiblissement induit de la vieillesse elle-même :

  • 56 Discours de la méthode, AT, VI, p. 62.

On se pourrait exempter d’une infinité de maladies, tant du corps que de l’esprit, & même aussi peut-être de l’affaiblissement de la vieillesse, si on avait assez de connaissance de leurs causes, & de tous les remèdes dont la Nature nous a pourvus.56

  • 57  À Mesland, 1645-1646, AT, IV, p. 346.

26Le vieillissement apparaît comme un passage obligé, il constitue un phénomène normal du vivant. Mais il faut distinguer le déterminisme normal des causes physiologiques et les pathologies souvent associées à tel âge. Le corps humain se caractérise en effet par son ambiguïté : d’un côté, sa santé s’avère précaire parce que la configuration résultant du mouvement des parties se modifie sans cesse ; de l’autre, il résiste au changement grâce aux mécanismes de conservation qui expliquent aussi son vieillissement57. Cette tension explique l’apparition des maladies, mais elle ne signifie pas que la vieillesse soit pathologique.

La doctrine stahlienne d’une vieillesse pathologique

  • 58  À cet égard, cette conception de la vieillesse n’est pas propre à la médecine empirique mais const (...)
  • 59  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 14-15, 41 ; 1737, p. 445, 463.

27Au contraire, Stahl présente d’emblée la vieillesse comme viciée par un excès : il n’y a pas de vieillesse pure au sens de Descartes, mais elle s’épuise tout entière en pathologie, au sens où elle définit un défaut d’équilibre pour le corps58. Stahl adopte ainsi une position plus nuancée vis-à-vis de l’aphorisme hippocratique d’un corps toujours enclin à la pathologie59 : selon le médecin de Halle, le corps se caractérise par une perpétuelle disposition à la corruption qui tend à s’accroître avec l’âge, mais, par ailleurs, la maladie demeure un phénomène rare, aussi bien au niveau de la population qu’au cours d’une vie. Stahl met ainsi au jour l’ambivalence organique, qui lutte contre la désorganisation sans cesse menaçante de la matière inerte. Le moteur de la vie ne réside pas d’abord dans la corruptibilité de la structure et de la texture, mais dans la force vitale qui s’oppose au désordre. Par conséquent, la vieillesse ne résulte pas d’un effet physique ou chimique, mais correspond essentiellement à un seuil d’intensité de l’énergie vitale, et, par voie de conséquence, de tempérament : de façon traditionnelle, Stahl identifie ce tempérament spécifique à la mélancolie, qui tend à lutter moins vivement contre l’épaississement du sang, donc à laisser se produire la corruption et enfin la mort. Mais à l’encontre de la thèse cartésienne, la mélancolie caractérise un phénomène proprement organique qu’aucune description physique ou chimique ne suffit à expliquer.

Cause organique de la vieillesse selon Stahl

  • 60  G. E. Stahl, chapitre « De l’activité vitale », 1737, p. 241 (je traduis), et Pathologie générale, (...)

28Les âges de la vie correspondent à desvariations de l’énergie vitale (enfance, jeunesse, puberté, adolescence, âge viril, vieillesse, décrépitude), mais il reste encore à expliquer pourquoi l’homme meurt naturellement, pourquoi il vieillit, et comment les maladies se développent en raison de l’âge60. D’où la question de savoir pourquoi l’homme ne vit pas plus de 100 ans, pourquoi il meurt de vieillesse, pourquoi la maladie au bout d’une certaine période débouche soit sur la mort, soit sur la convalescence, pourquoi l’homme ne peut pas vivre toujours. Comme l’a bien perçu Sydenham, la mort fait partie de la maladie et de la vie en général, mais le médecin anglais renonce à l’expliquer. S’il se distingue à cet égard de la tradition vulgaire mécaniste qui confère toute prérogative à la matière qui se durcit et suscite la corruption du corps, il revient encore à Stahl d’ouvrir une troisième voie à la connaissance médicale du vieillissement. Tout d’abord, la vieillesse ne se résume pas à l’âge, mais dépend essentiellement de l’atonie du corps qui suscite l’altération de la texture corporelle qui transparaît dans les apparences. Les rides indiquent la vieillesse ; l’atonie l’explique :

  • 61  G. E. Stahl, 1737, p. 241 (je traduis).

La tradition vulgaire qui veut que la mort et la maladie arrivent a posteriori à cause de la perversion de la matière et des organes matériels n’explique rien ; en effet, selon cette même hypothèse, on peut restaurer entièrement n’importe quelle partie défectueuse en restaurant ses défauts les uns après les autres et en les guérissant. Ainsi, il s’avère certain que ces défauts dépendent plutôt de la limitation de l’énergie, qui caractérise un manque a priori. En effet, on ne peut alléguer aucune raison qui justifie la non-conservation de la vie au-delà de 70 ou 100 ans, ni aucune raison justifiant que la vie ne se conserve pas à perpétuité. Car la matière n’a jamais de prérogative : elle possède la même tendance à la corruption, aux premiers jours, aux premières années, comme à 100 ou 1 000 ans.61

29Présenté au sujet de la mort et de la maladie, ce même raisonnement s’applique à l’âge. La question du vieillissement pose en effet un beau problème à la médecine. Les explications mécanistes ne peuvent rendre compte du changement de régime qui caractérise le fonctionnement organique de l’enfance, la puberté, la maturité, la vieillesse. Il faut recourir à un autre type d’explication qui vise davantage à expliquer le pourquoi que le comment, apanage du modèle mécaniste. Dans cette perspective, la vieillesse n’apparaît plus comme un phénomène antagoniste à la vie, mais comme une tendance inscrite dans la vie elle-même sous la figure de la corruption toujours à l’œuvre dans la texture chimique de l’organisme qui lutte contre la désorganisation. Elle sert de révélateur à l’acte vital qui préserve la corruptibilité de la corruption actuelle :

Il faut même aller plus loin : cette disposition si encline à la corruption, qui est même la corruptibilité, demeure cachée et comme contenue durant tout ce temps, comme si elle n’existait pas.

  • 62  G. E. Stahl, « Qu’on ne peut rendre raison de la mort humaine », 1737, p. 244 (je traduis).

§ 5. Donc la question tout entière, et tous les arguments afférents, ne consiste pas tant à demander : pourquoi le corps se fatigue et subit des corruptions matérielles, mais plutôt : pourquoi l’acte vital – lui qui conserve cette corruptibilité – dépérit et cesse ? Il faut cependant tout de suite noter que la vie n’est pas simplement la préservation de la corruption, elle n’est pas que la conservation corruptible : plus l’acte vital agit sur le corps tant soit peu, plus le corps est sain, épanoui, et c’est alors qu’il doit être le plus sujet à la corruption.62

  • 63  « Si donc le virus pestilentiel se trouve au plus haut point de subtilité où il puisse être, comme (...)
  • 64  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 29.

30Ainsi la rapidité et la brutalité de la mort croissent-elles en proportion inverse avec la santé de l’individu. Sydenham faisait la même remarque et comparait cet effet à l’aiguille : si sa pointe est acérée, elle perce le coussin ; si sa pointe est émoussée, elle se contente d’y marquer une bosse63. Autant la peste emporte en quelques jours les individus en meilleure santé, autant la vieillesse s’apparente à la deuxième modalité. Rendre compte de la mort demande par conséquent de répondre au préalable au moins à deux questions : pourquoi l’homme meurt-il après un certain laps de temps ? Puisque l’homme peut ne pas mourir longtemps et jouir d’une longue vie, pourquoi ne peut-il pas vivre toujours64 ? À la lumière de ces deux questions, la vie apparaît comme la conservation de la disposition naturelle du corps à la corruption : autrement dit, il est naturel que la mixtion se corrompe, la vie consiste seulement à entretenir la mixtion dans un état de corruption purement virtuelle. Mais cette corruptibilité virtuelle s’actualise néanmoins au fur et à mesure, et constitue, au sens propre, le phénomène du vieillissement. Ainsi, le vieillissement ne dépend pas tant de la matière que de l’acte vital : le durcissement de la structure physique et le dérèglement de la mixtion chimique n’en sont que les conséquences. Il n’y a pas de raison physique ou chimique à la vieillesse ou à la mort, mais seulement une raison organique. C’est pourquoi, en réalité, on ne meurt pas de vieillesse mais de maladie. La vieillesse correspond encore à une élimination permanente des maladies en ce qu’elle conserve la structure et la texture propres à son tempérament. Mais elle s’avère si intimement liée à l’actualisation inéluctable de ces maladies, qu’il est légitime de la considérer elle-même comme pathologique.

Conclusion

  • 65  R. Rey, Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du xviiie siècle à (...)
  • 66  L’index Schwab-Rex, même complété par R. Rey, ne donne pas de nom d’auteur à « Régime », ni R. Rey (...)

31Stahl perçoit la nature proprement organique du vieillissement et cherche à rendre compte de son statut vital. En conformité avec les thèses défendues, assigner comme projet à la médecine de prolonger la vie s’avère un programme illégitime et illusoire, puisque la vie se définit justement par l’intensité de l’énergie vitale qui correspond simultanément à une durée et à un tempérament. Le thérapeute prétend essentiellement éviter de perturber ce tempérament en interdisant le luxe et l’oisiveté et en suivant la nature médecin (« natura medicatrix »). Par ailleurs, Stahl critique la réduction cartésienne qui oblitère la spécificité organique dans sa recherche causale et déplore que Sydenham renonce à une explication causale, au moment où il perçoit justement l’identité du vivant méconnue par Descartes. Entre ces deux pistes qui constituent à ses yeux des impasses pour le développement de la médecine, Stahl propose une théorie qui domine largement le champ médical du xviiie siècle65. Cependant, sa systématisation passe aussi par un réaménagement de l’animisme en vitalisme. Au sujet de la vieillesse, cette métamorphose s’observe tout particulièrement dans l’Encyclopédie, du moins dans certains articles tels que « Crise » rédigé par Bordeu, « Temps des Maladies », « Pouls » ou « Rhythme » attribués à Ménuret de Chambaud, « Régime » dont l’auteur est inconnu et qui mentionne Sydenham66, ou « Tempérament ». En revanche, les articles « Vieillesse » ou « Vie (Physiolog.) » rédigés par Jaucourt privilégient plutôt une approche iatromécaniste. Bref, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, les tensions entre différentes interprétations de l’âge demeurent vives.

  • 67  M. Morange, Les Secrets du vivant, Paris, La Découverte, 2005, p. 147-162.
  • 68  Si l’on ne connaît pas l’utilité directe de ces terminaisons, elles semblent néanmoins jouer un rô (...)
  • 69  Même s’il n’aborde pas la ménopause sous l’angle de la sélection naturelle, Stahl s’intéresse sing (...)
  • 70  L’activité métabolique entretient une relation avec la masse de l’organisme portée à la puissance  (...)

32En réalité, la suite de l’histoire du vieillissement prouve que ces différentes approches ne s’excluent pas l’une l’autre mais se complètent. À partir d’études récentes, Michel Morange67 montre que l’explication du vieillissement requiert au moins trois approches. Premièrement, une analyse physico-chimique révèle une corrélation entre les phénomènes macroscopiques du vieillissement et le raccourcissement des télomères au moment de la division cellulaire, puisque les terminaisons chromosomiques tendent progressivement à perdre certains éléments. Le taux de division cellulaire joue ainsi le rôle de compteur de l’âge68. Deuxièmement, le vieillissement s’explique aussi dans le cadre de la sélection naturelle : en effet, au niveau des cellules germinales s’observe une autopoïèse qui rend possible la capacité du vivant à reproduire des organismes jeunes. En revanche, la vieillesse semble nécessaire au niveau de l’espèce : sans vieillissement, les espèces ne se reproduiraient pas aussi vite ou pas du tout. En effet, chez l’individu jeune, les mutations qui affectent en permanence l’activité génétique tendent sans cesse à être éliminées ; au contraire, les individus ayant accompli cette fonction reproductive ne sont désormais plus aussi sensibles à ces déviances qui ne sont d’ailleurs pas supprimées mais ouvrent la voie aux maladies propres à cet âge. Les erreurs qui apparaissent chez les personnes âgées ne nuisent plus à la sélection naturelle. Il devient ainsi possible d’expliquer la ménopause comme un avantage sélectif qui libère la femme de l’occupation maternelle à partir d’un certain âge69. À cet égard, le vieillissement semble correspondre à une régulation interne de l’espèce ; cette fois-ci, l’explication ne répond plus à la question « comment ? » mais « pourquoi ? ». Troisièmement, les phénomènes de l’âge se rapportent, d’une part, à l’activité métabolique (en l’occurrence, l’intensité des réactions chimiques) qui dépend à son tour de la masse de l’organisme dans un rapport précis, et, d’autre part, au temps que prend le sang pour parcourir l‘organisme, qui entretient une relation stable avec le temps nécessaire pour former un adulte, et, plus généralement, avec la durée de vie70. Son application permet d’apporter une réponse partielle à l’interrogation de Sydenham ou de Stahl, bien que l’on ne puisse toujours pas en donner la cause : le chat, l’homme et l’éléphant vivent une durée proportionnelle à leur taille, et cette relation semble globalement stable à travers les espèces.

33Ainsi la controverse qu’entretient Stahl avec Descartes et Sydenham résonne-t-elle avec des questions médicales toujours actuelles, parce que fondamentales, à la fois dans la définition de l’objet, des buts et de la rationalité médicale. Il ne s’agit certes pas de faire de Stahl un précurseur des théories contemporaines, mais de montrer la pertinence de ses réflexions organiques.

Haut de page

Notes

1  G. E. Stahl, Pathologie générale, dans Œuvres médico-philosophiques, trad. Th. Blondin, Paris, Baillière, 1859-1864, ici 1863, t. IV, p. 107.

2  Tous ne s’accordent cependant pas sur ce point. Ainsi Leeuwenhoek estime-t-il que les poissons ne vieillissent pas. Lettres du 1er avril 1689, du 27 septembre 1696 et du 22 mai 1716 : A. van Leeuwenhoeck, Arcana Naturae,Lyon, Cornelius Boutestein, 1696 (ce recueil contient plusieurs traités, dont notamment : Anatomia et contemplatio, 1685 ; Continuatio epistolarum. Il mentionne deux raisons à cette affirmation surprenante : les poissons connaissent un mouvement continuel, l’absence d’air dans l’eau empêche les os de durcir, par conséquent, ils ne vieillissent ni ne connaissent la maladie. Hartsoeker critique cette théorie : N. Hartsoecker, Cours de physique, La Haye, Jean Swart, 1730, p. 28, 41, 62.

3  Pour l’homme, Stahl cite l’hématurie chez les vieillards ; elle correspond aux hémorragies nasales chez les enfants et adolescents ; aux hémorragies poitrinaires chez les jeunes gens ; aux hémorroïdes chez les hommes plus âgés. Pour la femme, Stahl décline les différents stades des évacuations sanguines. Il résume : le seul et véritable principe des maladies réside dans l’adaptation des évacuations du corps à l’âge. G. E. Stahl, Pathologie générale, ouvr. cité, t. IV, p. 112.

4  Pour un état des lieux concernant les études actuelles sur la vieillesse, de l’Antiquité au xxe siècle, voir P. Thane éd., The Long History of Old Age, Londres, Thames & Hudson, 2005, en particulier L. Botelho, « The Seventeenth-Century Europe », p. 113-173. En ce qui concerne les xviie et xviiie siècles, l’approche historique se fonde principalement sur les conditions sociales (notamment en Angleterre), les registres administratifs, les représentations artistique et littéraire, mais l’aspect proprement médical demeure largement sous-exploité. Sur les représentations populaires des vieilles personnes, voir A. Janssen, « The good, the bad and the elderly », Old Age in the Middle Ages and the Renaissance. Interdisciplinary Approaches to a Neglected Topic, A. Classen éd., Berlin, New York, Walter de Gruyter, 2007. Sur les représentations artistiques, voir E. Appelton Standen, « The twelve ages of man », The Metropolitan Museum of Art Bulletin, vol. XII, no 8, avril 1954, p. 241-248 et « “The twelve ages of man”. A further study of a set of early sixteenth-century flemish tapestries », Metropolitan Museum Journal,1969, vol. II, p. 127-168. Sur les conditions sociales et diverses méthodes d’enquête historique, voir P. Laslett, « The history of ageing and aged », Family Life and Illicit Love in Earlier Generations, Cambridge, Cambridge University Press, 1977, p. 174-213 ; plus récemment, S. R. Ottaway et S. Williams, « Reconstructing the life-cycle experience of poverty in the time of Old Poor Law », Archives, vol. XXIII, no98, 1998, p. 19-29, ou S. R. Ottaway, The Decline of Life. Old Age in Eighteenth-Century England, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

5  P. Bourdelais, « The ageing of the population », Old Age from Antiquity to Post Modernity, P. A. Johnson et P. Thane éd., Londres, Routledge, 1998, p. 110-131. Hippocrate remarque même que les hommes âgés sont moins malades que les jeunes mais se plaignent davantage : Aphorismes, II, § 39, p. 119, dans Œuvres complètes, trad. É. Littré, Paris, Baillière, 1861.

6  Les textes législatifs médiévaux déterminent le seuil de la vieillesse entre 60 et 70 ans : S. Shahar, « Old age in the high and late Middle Ages. Image, expectation and status », Old Age from Antiquity to Post Modernity, ouvr. cité, p. 43-63 ; E. Sears, The Ages of Man. Medieval Interpretations of the Life Cycle, Princeton, Princeton University Press, 1986.

7 L. Botelho, « Old age in Seventeenth-Century Europe », art. cité. Plus précisément, l’étude de la cohorte des naissances en 1681 en Angleterre montre que 18 % des hommes et 21 % des femmes vivaient encore à 53 ans. Une fois passé le premier accouchement, les femmes ont une chance raisonnable de vivre jusqu’à 60 ans : S. R. Ottaway, The Decline of Life, ouvr. cité, p. 22. Pour déterminer la longévité, les modernes ne raisonnent pas en termes statistiques, mais à partir de l’Écriture : l’histoire sacrée montre que la durée de vie de l’homme varie au cours de l’histoire ; depuis Adam jusqu’à Moïse, elle passe de 900 à 80 ans, durée qui se stabilise ensuite, comme le corrobore l’histoire profane. Article « Vie », Encyclopédie, 1778, t. XXXV, p. 393.

8  Dont le fameux Thomas Parr (1483 ?-1635). P. Laslett critique ce culte des centenaires qui encourage les charlatans : « The bewildering history of the history of longevity », Validation of Exceptional Longevity,Odense, Odense University Press, 1999, en ligne [http://www.demogr.mpg.de/books/odense/6/02.htm], consulté le 15 septembre 2010. L’Encyclopédie cite des cas allant jusqu’à 169 ans.

9 Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 33 ou Pathologia generalis, I, sect. 1, memb. 3, 1737, p. 457 ; sur les pathologies spécifiques telles que l’hématurie, « apanage des vieillards », ibid., p. 183, ou sur des cas particuliers, par exemple un homme de 60 ans atteint de calculs, ibid., p. 210. Cependant, dans son enquête sur deux paroisses anglaises, L. Botelho souligne la priorité donnée aux jeunes plutôt qu’aux vieilles personnes : « Aged and impotent. Parish relief of the aged poor in early modern suffolk », Charity, Self Interest and Welfare in the English Past, M. J. Daunton éd., Londres, UCL Press, 1996, p. 100.

10  Le terme « ménopause » apparaît auxixe siècle, mais le phénomène est bien décrit : Women and Ageing in British Society Since 1500, L. Botelho et P. Thane éd., Londres, Longman, 2001, p. 43-65.

11  P. Archambault, « The ages of man and the ages of the world. A study of two traditions », Revue des études augustiniennes, no12, 1966, p. 193-228.

12  T. Cole, The Journey of Life, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

13  Outre ses nombreuses références à Aristote, Harvey mentionne explicitement le traité sur les Météorologiques qui décrit le mouvement de l’atmosphère et des pluies, la naissance des saisons, et qu’il transpose au cœur du principe de vie et soleil du microcosme, dans le De motu cordis, Paris, Chritian Bourgois, 1990, chap. 8, p. 108-109. Sur la méthode de Harvey et les contresens mécanistes de l’historiographie, voir W. Pagel, « Harvey and the purpose of circulation », Isis, vol. XLII, no1, avril 1951 ; D. Fleming, « William Harvey and the pulmonary circulation », Isis, vol. XLVI, no4, décembre 1955, p. 319-327 ; G. K. Plochmann, « William Harvey and his methods », Studies in the Renaissance, 1963, vol. X, p. 192-210.

14  C. et P. Perrault, De la circulation de la sève des plantes, dans Œuvres diverses de Physique et de Méchanique, Leide, Pierre Vander Aa, 1721, 2 vol., ici t. I, p. 71-149.

15  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 107.

16  Aristote, De la jeunesse et de la vieillesse, et de la vie et de la mort, et de la respiration, dans Petits traités d’histoire naturelle, trad. R. Mugnier, Paris, Les Belles Lettres, 1965 ; Rhétorique, II, 14 ; Éthique à Nicomaque, 1121 b, 1156 a, 1157 b. Pour Hippocrate, la vieillesse constitue un critère de diagnostic important : Airs, eaux, lieux, chap. 3 et 4 ; Aphorismes, I, § 13, § 14 [1979] p. 105 ; III, chap. 24-31 ; elle suscite surtout des conseils diététiques de la part du médecin : Hippocrate, Du régime, R. Joly éd., I, X, 3, p. 12-13, Littré, IX, p. 486. Sur les enjeux sociaux et conceptuels, voir T. G. Parkin, « Ageing in Antiquity. Status and participation », Old Age from Antiquity to Post Modernity, ouvr. cité, p. 19-42 ; « The ancient Greek and Roman worlds », The Long History of Old Age, ouvr. cité.

17  Sur la nomenclature et le système de numération au Moyen Âge, voir J. A. Burrow, The Ages of Man. A Study in Medieval Writing and Thought, Oxford, Clarendon Press, 1986, p. 201.

18  Les Œuvres d’Ambroise Paré, conseiller et premier chirurgien du Roy… Avec les portraicts et figures, tant de l’anatomie que des instruments de chirurgie, et de plusieurs monstres. Neufiesme edition, Reveues et corrigées en plusieurs endroits, et augmentées…, Lyon, Chez la veuve de Claude Rigaud et Claude Obert, 1633, p. 11.

19  Ainsi les os sont-ils d’un tempérament terreux qui leur confère leur solidité.

20  Selon Ambroise Paré, de 15 h à 24 h domine le sang, de 9 h à 15 h la cholère, de 15 h à 21 h la mélancolie, de 21 h à 3 h le phlegme. Cette alternance obéit encore à un rythme quaternaire. A. Paré, ouvr. cité, 1633, p. 14.

21  La destitution de la primauté du tempérament ne signifie pas son élimination, et il intervient particulièrement dans le vieillissement. À cet égard, Descartes reprend des données classiques de Galien, Avicenne et Fernel. Ainsi sa thérapeutique exige-t-elle que les remèdes s’adaptent au tempérament ; ailleurs, Descartes souligne que les hommes sont en général dotés d’un tempérament chaud et humide. Et comme le remarque V. Aucante, « le tempérament du corps est non seulement inné mais aussi acquis, car il peut évoluer avec le temps, comme Descartes, dont l’âge a ôté cette chaleur du foie qui le faisait autrefois aimer les armes, l’a lui-même expérimenté ». V. Aucante, La Philosophie médicale de Descartes, Paris, PUF, 2006, p. 384. La citation vient d’une Lettre à Mersenne, 9 janvier 1639, AT, II, p. 480. Sur l’évolution du tempérament, voir À Regius, 24 mai 1640, AT, III, p. 65.

22  R. Descartes, Description (1648), dans Œuvres de Descartes, Ch. Adam et P. Tannery éd. et trad., révisée par B. Rochot et P. Costabel, Paris, Vrin/CNRS, rééd. 1996, 11 vol., ici, XI, p. 250 (désormais : AT, volume, page) ; À Boswell, AT, IV, p. 686.

23  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 102. Ailleurs, Stahl précise : « En ce qui concerne les affaires de sécrétion, la circonstance la plus importante de toutes est le temps. » (1737, p. 252)

24  G. E. Stahl, Paroenesis. Exhortation sur la nécessité d’éloigner de la doctrine médicale tout ce qui lui est étranger (Halle, 1706), 1863, t. II, p. 138.

25  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 101-495.

26  La constitution désigne le corollaire phénoménal du tempérament ; ainsi Paré établit-il une série d’équivalences entre le tempérament, l’âge, la saison par le biais de leur constitution commune : « Le phlegme est fait des alimens froids & cruds, mais principalement en hyver & en vieillesse, à raison de la constitution froide & humide, tant de l’aage que de telle partie de l’an » (Paré, 1633, ouvr. cité, p. 14).

27  Hippocrate,Épidémies, 1861, t. I, p. 599 ; Nature de l’homme, chap. 8 ; Aphorismes, III, chap. 20-23. La notion de constitution se retrouve dans l’histoire médico-topographique établie par Ménuret de Chambaud au xviiie siècle.

28  T. Sydenham, Médecine pratique, Paris, Didot Le Jeune, 1774, p. 238. M. D. Grmek nomme la constitution « pathocénose » dans « Préliminaire d’une étude historique des maladies », Annales ESC, 1969, vol. XXIV, p. 1437-1483. Voir aussi, du même auteur, Histoire du SIDA,Paris, Payot, 1995.

29  Le critère de l’âge opère dans Airs, eaux, lieux, chap. 3 ; Hippocrate décrit ainsi les symptômes propres à la vieillesse : « Chez les personnes âgées, des dyspnées, des catarrhes accompagnées de toux, des stranguries, des dysuries, des douleurs articulaires, des néphrites, des vertiges, des apoplexies, des cachexies, des démangeaisons de tout le corps, des insomnies, des liquides coulant du ventre, des yeux et du nez, des amblyopies, des glaucomes, des duretés de l’ouïe » : Aphorismes, III, chap. 31, 1979, p. 133 ; J. Jouanna,Hippocrate, Paris, Fayard, 1992, p. 212-213.

30  T. Sydenham, 1774, p. 238. Ce raisonnement vaut pour toutes les maladies épidémiques, la petite vérole, la peste, la rougeole, la pleurésie, les différentes fièvres.

31  Étudiant les fièvres épidémiques de l’année 1675, par exemple, Sydenham note, à l’automne, l’apparition d’un nouveau symptôme : la toux. La question revient à savoir s’il s’agit d’une pleurésie primitive ou d’un effet secondaire de la fièvre déjà en place en cet automne 1675. Après avoir décrit le syndrome de la fièvre (douleur à la tête, au dos, dans les membres, toux et atteinte des poumons et de la plèvre), Sydenham conclut que l’apparition de la toux demeure secondaire vis-à-vis de la fièvre, dont la constitution ne varie pas essentiellement ; l’efficacité des traitements déjà éprouvés pour la fièvre le confirme. Par conséquent, il ne faut pas traiter la toux en tant que telle, mais la fièvre. D’ailleurs, la pleurésie primitive se déclare au printemps ou à l’été : chap. « Des toux épidémiques 1675. Épidémies de toux, dans tous les tempéraments, tous les âges », Sydenham, Médecine pratique, trad. A. F. Jault, Montpellier, Veuve Picot, 1816, t. I, p. 305.

32  « § 2. Il faut savoir que les actions s’accomplissant dans le corps humain, et même dans chaque espèce animale, entretiennent un rapport et une relation particuliers avec une mesure temporelle particulière. Ainsi la plupart des actions prennent une certaine dimension restreinte dans le temps, et d’autres n’en ont qu’une et occupent presque toute la période globale. Cette période globale est la dimension particulière qui caractérise une vie ; chaque espèce en jouit à un degré particulier, de sorte que certains vivent plus longtemps que d’autres ». G. E. Stahl, 1737, p. 241 (je traduis).

33  G. E. Stahl, 1737, p. 242 (je traduis et précise les termes entre crochets).

34  La Bible propose deux représentations différentes de l’âge : la première décrit les prophètes et certains rois très vieux jusqu’à 120 ans (Abraham, Mathusalem, etc.) ; la seconde assigne une durée de vie de 33 ans à l’homme (Psaumes 90, 10). La Genèse (47, 8) suppose que l’âge de l’homme ne cesse de diminuer depuis la Création. Stahl remarque le problème herméneutique des Écritures saintes qui allèguent, selon une expression convenue, que les hommes ont vécu 120 ans en ces jours. Il rejoint Martin Luther qui interprète dilatione, « délai », en un sens particulier pour désigner la période que Dieu avait accordée aux hommes afin de se repentir avant le Déluge. Stahl estime en effet que, des milliers d’hommes qui ont vécu, à peine un a vécu 100 ans.

35  G. E. Stahl, 1737, § 6, p. 242 (je traduis).

36  Sur l’origine de ce chiffre, voir P. Archambault, 1966, art. cité, p. 194.

37  Stahl rejette l’astrologie, mais il remarque que seuls les astrologues ont à juste titre cherché à expliquer ces fréquences.

38  « Ce fil conducteur n’est autre que le principe des maladies selon les âges, […] c’est plutôt le fondement de toute la théorie médico-physiologique et pathologique » : G. E. Stahl, Du Mouvement tonique vital, 1864, t. VI, p. 548.

39  G. E. Stahl, 1737, § 17, p. 246, selon l’aphorisme antique « iners et luxuriosa juventus effoetum corpus tradit senectuti » [une jeunesse oisive et luxueuse livre un corps affaibli à la vieillesse].

40  « Je leur demanderois volontiers d’où vient qu’un cheval arrive à sept ans à son plus grand accroissement, & un homme à vingt ans ? d’où vient qu’entre les plantes certaines fleurissent au mois de Mai, les autres au mois de Juin » : T. Sydenham, 1774,p. 50. « Je ne vois pas qu’on doive me blamer si je n’entreprens pas d’expliquer une chose qui n’est pas moins difficile, & qui est peut-être entièrement inexplicable, étant très persuadé, comme je suis, que, dans la production des fièvres intermittentes, de même que par-tout ailleurs, la Nature suit une méthode & un ordre certain » : ibid., p. 51.

41  Ibid., 1774, p. 82-83. Hippocrate développe une intuition analogue dans Nature de l’homme, chap. 22 et Aphorismes, I, 3, 1979, vol. IV, p. 99. Un état de bonne santé peut être excessif, donc dangereux ; cette remarque concerne particulièrement les athlètes.

42  Stahl développe cette analogie dans la thèse De aestu maris microcosmici, qu’il cite et commente dans son traité du Mouvement tonique vital, 1864, t. VI, p. 532. Stahl relie les phénomènes de tension, de pulsation, contraction, sécrétion, excrétion et circulation sanguine dans le mouvement tonique, selon qu’il s’applique au sang, aux parties solides, fibreuses ou glanduleuses, au niveau de chaque partie ou globalement. Il applique donc le phénomène circulatoire à plus de phénomènes (notamment à la sécrétion des glandes) que l’ordinaire circulation sanguine.

43  G. E. Stahl, De organismo vitalis conservatio, 1737, p. 218. Le rythme et le nombre du pouls constituent un indicateur important pour le diagnostic. Stahl mentionne à cet égard la tradition chinoise rapportée par A. Cleyer (1645- ?), Clavis medica ad Chinae pulsi doctrinam, 1680. Bordeu reprend cette thématique dans ses Recherches sur le pouls par rapport aux crises, 1756, et Ménuret de Chambaud aux articles « Rhythme » et « Pouls » de l’Encyclopédie.

44  G. E. Stahl, 1737, sect. 1, memb. 4, art. 3, p. 232.

45  La mixtion décrit l’état du mélange chimique des humeurs du corps. Avec la texture et la structure, elle détermine un niveau du fonctionnement matériel de l’organisme.

46  G. E. Stahl, 1737, p. 233-234.

47  Ibid., p. 234 (je traduis ; la circulation transpose circuitus au sens de « passage physique »).

48  Ibid., p. 236 (je traduis). Stahl critique les modernes, tels que Descartes, qui négligent l’étude du tempérament.

49  Ibid., 1737, p. 238-240 (je traduis).

50  A. Paré, 1633, ouvr. cité, p. 25.

51 À Huygens, 5 octobre 1637, AT, I, p. 645. Repris dans la Description du corps humain, AT, XI, p. 224.

52  Cette citation traditionnellement attribuée à Hippocrate est aujourd’hui attribuée à Démocrite : « Lettre à Damagète », dans Hippocrate, Œuvres complètes, 1861, t. IX, p. 372. Au xviie siècle, Pitcairn considère que le tempérament équivaut à une maladie naturelle en germe : article « Tempérament », Encyclopédie, 1778, t. XXXII, p. 857.

53 À Morin, 12 septembre 1638, AT, II, p. 367-368 : « […] je ne compare que des mouvements à d’autres mouvements, ou des figures à d’autres figures, etc., c’est-à-dire, que des choses qui à cause de leur petitesse ne peuvent tomber sous nos sens à d’autres qui y tombent, et qui d’ailleurs ne diffèrent pas davantage d’elles qu’un grand cercle diffère d’un petit cercle, je prétends qu’elles sont le moyen le plus propre, pour expliquer la vérité des questions physiques, que l’esprit puisse avoir ».

54 L’Homme, AT, XI, p. 126.

55 Ibid.

56 Discours de la méthode, AT, VI, p. 62.

57  À Mesland, 1645-1646, AT, IV, p. 346.

58  À cet égard, cette conception de la vieillesse n’est pas propre à la médecine empirique mais constitue un topos qui se retrouve chez des médecins mécanistes tel que Jaucourt ; article « Vie », Encyclopédie, 1778, t. XXXV, p. 391 ; M. de Vandenesse commente à son tour la vieillesse comme « source d’un nombre de maladies fâcheuses » : ibid., p. 392.

59  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 14-15, 41 ; 1737, p. 445, 463.

60  G. E. Stahl, chapitre « De l’activité vitale », 1737, p. 241 (je traduis), et Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 113.

61  G. E. Stahl, 1737, p. 241 (je traduis).

62  G. E. Stahl, « Qu’on ne peut rendre raison de la mort humaine », 1737, p. 244 (je traduis).

63  « Si donc le virus pestilentiel se trouve au plus haut point de subtilité où il puisse être, comme on voit dans le commencement & dans la force d’une constitution épidémique, il dissipe tout à coup la chaleur naturelle, & enlève promptement les malades, laissant leurs cadavres tout couverts de taches pourpres, à raison de la fonte & de la dissolution entiere qu’a causé au sang la violence du combat intérieur. L’extrême subtilité du virus pestilentiel est cause qu’il produit tant de ravages […] tout au contraire de ce qui arrive ordinairement lorsque la cause morbifique est moins subtile, & qu’elle porte, pour ainsi dire, des coups plus foibles. Montrons cette différence par un exemple sensible. Si on met sous un coussin une aiguille, ou quelque autre chose pointue, & qu’on la pousse de force contre, elle ne soulevera pas le coussin comme feroit un instrument qui ne sera pas pointu, elle le percera. » T. Sydenham, 1774, p. 85.

64  G. E. Stahl, Pathologie générale, 1863, t. IV, p. 29.

65  R. Rey, Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du xviiie siècle à la fin du Premier Empire, Oxford, Voltaire Foundation, 2000 ; « L’âme, le corps et le vivant », Histoire de la pensée médicale en Occident, M. D. Grmek éd., Paris, Seuil, 1997, t. II, p. 117-155.

66  L’index Schwab-Rex, même complété par R. Rey, ne donne pas de nom d’auteur à « Régime », ni R. Rey ni les articles rédigés par P. Astruc et al. (P. Astruc, L. Binet et L. Dulieu, Annales de l’Université de Paris, 22e année, no 1 – numéro spécial –, octobre 1952 et L’Encyclopédie et le progrès des sciences et des techniques, Paris, PUF, 1952). L’article « Régime » est publié après l’interdiction. Je remercie Pierre Crépel pour ses recherches.

67  M. Morange, Les Secrets du vivant, Paris, La Découverte, 2005, p. 147-162.

68  Si l’on ne connaît pas l’utilité directe de ces terminaisons, elles semblent néanmoins jouer un rôle dans les déviances potentielles de la reproduction cellulaire qui accompagne la vieillesse. Ainsi, l’ADN polymérase tend à catalyser la réplication de l’ADN avec plus d’erreurs au fur et à mesure que l’âge des fibroplastes humains en culture augmente. À l’inverse, les cellules cancéreuses récupèrent l’activité télomérase – normalement présente chez l’enfant, mais absente chez l’adulte –, qui pallie le raccourcissement chromosomique. La présence de l’enzyme télomérase permet ainsi d’expliquer la seconde jeunesse des cellules cancéreuses qui prolifèrent.

69  Même s’il n’aborde pas la ménopause sous l’angle de la sélection naturelle, Stahl s’intéresse singulièrement à ce phénomène et le rapporte au fait que, le corps féminin relâchant son travail pour le développement et la conservation de sa propre structure, il cesse logiquement de pouvoir participer au développement d’un autre corps : § 13, 1737, p. 244-245.

70  L’activité métabolique entretient une relation avec la masse de l’organisme portée à la puissance ¾ ; le temps de la circulation sanguine entretient une relation avec la masse de l’organisme élevée à la puissance ¼ : M. Morange, ouvr. cité, p. 97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Carvallo, « Stahl et les âges de la vie », Astérion [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/2026

Haut de page

Auteur

Sarah Carvallo

Maître de conférences en philosophie
École Centrale de Lyon, Université de Lyon (ÉA 4148-LEPS)

Haut de page