Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Vieillissement et prolongation de la vie, XVIe-XVIIIe siècles

La prolongation de la vie humaine selon Francis Bacon. Ou : quel Tithon voulons-nous être ?

Dominique Weber

Résumé

Afin de comprendre avec exactitude la manière dont Francis Bacon envisage la question de la prolongation de la vie humaine, il faut impérativement examiner l’assise théologique de la réflexion du philosophe à ce sujet. Il convient aussi de restituer l’intégration de cette réflexion dans les objectifs plus amples de la philosophie naturelle nouvelle. Enfin, il est nécessaire de comprendre les dimensions proprement morales de la question. Car la prolongation de la vie humaine n’est pas seulement, au sein de la philosophie naturelle nouvelle, un cas parmi d’autres des recherches qu’il faut désormais effectuer : en réalité, c’est elle qui lui donne et qui lui fixe son sens ; avec elle se joue l’effectivité de l’identité espérée entre science et puissance. Mais il faut encore préciser qu’il ne s’agit aucunement pour l’homme de vieillir pour vieillir : il s’agit pour lui de pouvoir vieillir bien. Les leçons que Bacon tire de la fable de Tithon sont ici véritablement décisives.

Haut de page

Texte intégral

Position du problème

  • 1  Ch. Webster, The Great Instauration. Science, Medicine and Reform, 1626-1660, Londres, Duckworth, (...)
  • 2 Ch. Webster, Ibid., chap. 5, p. 324-483.
  • 3  Historia vitæ et mortis. Sive Titulus secundus in historia naturali et experimentali ad condendam (...)
  • 4  HVM (Sp., II, p. 132 et suiv.).
  • 5 Ibid. (Sp., II, p. 106).

1Dans The Great Instauration, Charles Webster a étudié de façon très érudite et très convaincante l’importance du thème de la prolongation de la vie humaine pour les savants et les théologiens anglais du xviie siècle1, en montrant comment ce thème s’est inscrit de façon plus large dans un questionnement relatif à la « domination sur la nature »2. Il mit notamment en lumière l’influence du puritanisme dans l’idéologie des divers cercles baconiens qui, durant l’Interrègne, constituèrent des laboratoires afin d’établir une formule de sciences coopératives capables de réaliser le projet de prolongation de la vie humaine – formule qui triompha à la Restauration, comme on le sait, sous la forme de la Royal Society de Londres instituée en 1660. Webster mit aussi en lumière le rôle essentiel joué par la philosophie de Francis Bacon elle-même. Et on se rappelle en effet que, dans son Historia vitæ et mortis de 16233, Bacon a cherché à comprendre comment les hommes pourraient recouvrir une durée de vie semblable à celle dont ont pu jouir Adam ou, plus tard, les Patriarches4, allant même jusqu’à soutenir que « ce qui peut se restaurer graduellement sans détruire son intégrité première est, de ce fait, comme le feu des Vestales, potentiellement éternel »5.

  • 6  Voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life. The Evolution of Prolongevit (...)
  • 7  L. Joubert (1529-1583), Erreurs populaires au fait de la médecine et régime de santé, Avignon, 157 (...)
  • 8  Ibid., Ire partie, livre I (« De la médecine et des médecins »), chap. 2 (« S’il est possible par (...)

2Il est pourtant clair que Bacon ne peut en aucun cas être considéré comme le premier penseur ou le premier savant à avoir fait de la prolongation de la vie humaine une question décisive. Pour s’en convaincre, et en ne prenant qu’un seul exemple – sans même faire référence aux spéculations des alchimistes à ce sujet6 –, il suffit d’ouvrir l’ouvrage de Laurent Joubert, le médecin ordinaire du roi de Navarre à partir de 1579, intitulé Erreurs populaires au fait de la médecine et régime de santé7. Dans la première partie du livre, très précisément dans le deuxième chapitre du livre I, Joubert examine la question de savoir « s’il est possible par la médecine d’allonger la vie des hommes »8 : une telle question, ne manque pas de souligner Joubert en ouverture de son chapitre, « ha touiours samblé fort arduë, & ha fort traualhé les plus grans esprits, comme celle qui etant cachée & couuerte aus plus profondes cachettes de Nature, donnes tres grand peine a quiconque s’ingere de la recherche » (ibid., p. 17-18). Et, après avoir brièvement exposé les raisons de ceux qui soutiennent que la médecine ne peut allonger la durée de la vie (p. 18-21), puis celles de ceux qui sont d’un avis contraire (p. 21-27), Joubert conclut que :

Comme de tous ages (car on peut samblablemant, & mesmes plus facilemant, etandre les termes de l’anfance & adolescence) ainsi de toutte la vie, on peut allonger les termes par la medecine, plus auant que ne sont ordonnés de nature. Et ce sont les limites que Dieu, principal auteur de la medecine, ha voulu estre suiets à cet art : lesquels sont an nottre puissance, tant que Dieu le permet, & ne retranche le fil du cours de nottre vie, comm il luy plait. (p. 37-38)

  • 9  Magnalia naturae, praecipue quoad usus humanos (date incertaine), Sp., III, p. 167.

3Toutefois, il n’est pas illégitime de penser que l’œuvre de Bacon opère véritablement au sujet du projet visant à prolonger la vie humaine une rupture. Comme à Joubert, la prolongation de la vie humaine apparaît sans conteste à Bacon comme la partie la plus noble de l’art médical. Mais, surtout, et bien plus fondamentalement, elle constitue l’un des enjeux majeurs de la nouvelle philosophie naturelle que Bacon tente de fonder. De façon générale, on peut dire que, pour Bacon, la nouvelle philosophie naturelle doit essentiellement avoir pour finalité d’enseigner aux hommes un usage conscient de leur savoir : plus exactement encore, elle doit rendre les hommes conscients de l’identité entre développement des instruments de la connaissance théorique et développement des capacités opératoires de l’homme. Cette conscience de l’identité entre progrès dans les théories et progrès dans la condition humaine était sans nul doute aux yeux de Bacon un élément indispensable à la formulation même du projet de réforme du savoir. Toutefois, il est également vrai que l’identité de la science et de la puissance lui apparaissait à bien des égards davantage comme un dessein à réaliser que comme un résultat pouvant être acquis une fois pour toutes. Or, il est vraiment très remarquable qu’au sein de cette identité espérée entre science et puissance, Bacon percevait le recul des bornes de la vieillesse comme un projet suprêmement rationnel, d’une part, et comme un projet pouvant effectivement être réalisé, d’autre part. Dans une série de notes portant le titre Magnalia naturae, praecipue quoad usus humanos, dont la date de rédaction ne nous est pas connue et qui n’est ni vraiment un programme ni vraiment un bilan, Bacon donne une liste des premiers objectifs de la philosophie nouvelle. Et, en tout premier lieu, il note de façon significative : « Prolonger la vie. Rendre, à quelque degré, la jeunesse. Retarder le vieillissement. »9

  • 10  Valerius Terminus. Of the interpretation of Nature, with the annotations of Hermes Stella, 1603 (? (...)

4Déjà dans le fragment intitulé Valerius Terminus, donc peut-être en 1603, Bacon écrit que la fin véritable de la connaissance, qui est « le rétablissement et la restauration de l’homme (du moins en grande partie) dans la souveraineté et la puissance […] qui étaient les siennes dans le premier état où il fut créé », réside dans « la découverte de toutes les opérations, et de toutes les possibilités d’opérations, depuis l’immortalité (si cela était possible) jusqu’aux moindres et plus humbles procédés des arts mécaniques »10.

5Dès lors, afin de comprendre le traitement proprement baconien de la question de la prolongation de la vie humaine, nous pensons qu’il est nécessaire d’essayer d’en restituer toute l’amplitude : il faut examiner son assise théologique, mais aussi son intégration dans les objectifs de la philosophie naturelle nouvelle, ainsi que ses dimensions morales. Car la prolongation de la vie humaine n’est pas seulement, au sein de la philosophie naturelle nouvelle, un cas parmi d’autres des recherches qu’il faut désormais effectuer : elle lui donne et lui fixe son sens ; avec elle se joue son effectivité.

Assises théologiques

  • 11  HVM (Sp., II, p. 110-121).
  • 12  Sur les thèmes et les données bibliques, voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongat (...)
  • 13  Saint Augustin, De civitate Dei (413-427), XV, 9-14 (BA, t. XXXVI, p. 68-98).
  • 14  E. Maynwaringe (1628-1699 ?), Vita sana & longa. The Preservation of Health, and Prolongation of L (...)
  • 15  HVM (Sp., II, p. 135).
  • 16  Temps antiques et médiévaux : HVM (Sp., II, p. 139-140, p. 143-147). Temps ecclésiastiques : HVM ( (...)

6Dans l’Historia vitæ et mortis, après avoir étudié la longévité du monde minéral et du monde végétal11, puis la longévité du monde animal (ibid., p. 121-132), Bacon procède à un long examen de la longévité et de la brièveté de la vie chez l’homme (p. 132-155). Il commence par rappeler les données bibliques (p. 132-135)12. Avant le Déluge, les hommes vivaient plusieurs centaines d’années : Adam a vécu 930 ans (Gn 5, 5) et Mathusalem, 969 (Gn 5, 27) ; Noé, né avant le Déluge, vécut 950 ans (Gn 9, 29). Après le Déluge, la durée de la vie humaine se fixe progressivement autour de 80 ans (Ps 90 [89], 10). Au début de l’époque moderne, ces données sont considérées comme des faits et sont interprétées, comme déjà chez un saint Augustin13, dans une perspective herméneutique littérale. C’est ainsi qu’en 1670 encore, Everard Maynwaringe, au début de son livre Vita sana & longa14, explique que, « dans l’âge premier du monde, la vie humaine était estimée à environ 1 000 ans ; mais, après le Déluge, la vie de l’homme fut abrégée de moitié » (ibid., p. 1 ) ; elle continua ensuite de diminuer, de sorte qu’au temps de Moïse, « l’âge de l’homme était alors plus court, n’excédant pas habituellement 120 ans, ce qui était aussi son âge lorsqu’il mourut [= Dt 34, 7] […]. À présent, l’âge de l’homme est réduit de moitié par rapport à cela : nous comptons sur 60 ou 70 ans » (p. 2). Bacon complète, avec précaution15, les données bibliques par les témoignages légués par les sources païennes (ibid., p. 135-139). Il décide plutôt de prendre pour âge de référence l’âge postdiluvien de 80 ans (p. 139), recherchant les exemples d’hommes et de femmes, aussi bien dans les temps anciens16 que dans les temps actuels (p. 147-148), qui ont dépassé cet âge. Il note ainsi que vraiment rares sont les villages d’Angleterre un peu peuplés où ne se trouve quelque homme ou femme octogénaire (p. 147). Il mentionne également le cas d’un homme plus que centenaire qu’il a personnellement rencontré (p. 153-154). Il ne manque pas aussi de relater le fait qu’en Irlande, il y a peu, la comtesse de Desmond aurait vécu 140 ans (p. 177).

  • 17  J. Hart (fl. 1633), Kainikh or The Diet of the Diseased, Londres, Printed by John Beale for Robert (...)
  • 18  Voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life, ouvr. cité, p. 72.
  • 19  « The anatomical examination of the body of Thomas Parr », The Works of William Harvey. Translated (...)
  • 20  On peut noter que le rapport de l’autopsie de Harvey pouvait encore se lire dans le traité de J. B (...)
  • 21  En ce sens, voir déjà J. Evelyn (1620-1706), Fumifugium or The Inconvenience of the Aer, and Smoak (...)

7Il convient de ne pas se méprendre. Bacon, ici, ne propose rien de véritablement original. Au début du xviie siècle, les témoignages relatifs à de très grandes longévités abondent. En 1633, James Hart, un médecin qui fut probablement formé à Édimbourg puis à Bâle et qui exerça à Northampton, indique, dans son traité Kainikh : or, The Diet of the Diseased, qu’« atteindre 100 ans n’est pas exceptionnel, ayant moi-même connu certains centenaires des deux sexes »17. Le cas peut-être le plus célèbre en Angleterre est celui d’un certain Thomas Parr, du Shropshire, qui mourut à Westminster en novembre 1635, à l’âge supposé de 152 ans et 9 mois18. Le grand âge de l’homme avait tellement frappé les esprits que Charles Ier demanda à William Harvey en personne de pratiquer l’autopsie du corps du défunt. N’ayant trouvé aucun signe notable de vieillissement des organes, Harvey attribua la mort « prématurée » de Parr à l’atmosphère polluée de Londres, par comparaison avec le grand air du Shropshire, et à un changement trop brutal de régime alimentaire, devenu à Londres trop riche et trop varié19. Aucun contemporain ne semble avoir sérieusement douté de l’âge supposé de Parr20, et son nom devint pour deux siècles le symbole des bienfaits d’un régime équilibré et d’une vie simple de travail manuel21.

  • 22  Sur la longévité des Patriarches, voir F. N. Egerton, « The longevity of the Patriarchs. A topic i (...)

8Ces quelques exemples – plus ou moins avérés, plus ou moins fictifs – montrent à quel point les savant étaient soucieux, dans l’Angleterre du premier tiers du xviie siècle, de fonder sur des bases factuelles l’espoir de prolonger la vie humaine bien au-delà de 80 ans. Il leur restait cependant encore à expliquer la différence constatée, dans les temps postdiluviens, avec la longévité de plus de cent années attribuée aux Patriarches bibliques22 : comment rendre compte de la diminution ? Dans l’Historia vitæ et mortis, Bacon n’hésite pas à mentionner l’explication commune. Ce qui est nettement moins commun chez lui, c’est la façon dont il l’interprète.

  • 23 HVM (Sp., II, p. 148).

9L’explication commune fait valoir l’action cumulée du Déluge avec d’autres inondations de moindre ampleur, des périodes de longue sécheresse et des tremblements de terre, ce qui a eu pour effet de rendre les sols moins fertiles et l’air moins pur23. C’est, par exemple, la position adoptée par William Vaughan : la raison principale pour laquelle les hommes vécurent plus longtemps avant le Déluge tient à ce que la Terre était alors dans un meilleur état. Dans Directions for Health, Naturall and Artificiall, il écrit ainsi :

  • 24  W. Vaughan (1577-1641), Directions for Health, Naturall and Artificiall. Derived from the Best Phy (...)

En ce temps, la Terre était d’une efficacité plus grande pour produire les biens nécessaires à destination de l’usage de l’homme, qu’elle ne l’est en cette époque tortueuse et usée. Le sol était alors joyeux, soigné et fringant, alors qu’à présent, en raison de l’inondation […], il est stérile, saumâtre et nauséabond.24

  • 25  Henry Reynolds (fl. 1627-1632), Mythomystes. Wherein a Short Suruay is Taken of the Nature and Val (...)

10Cette description, à bien des égards, est le reflet d’une croyance commune, celle selon laquelle la Terre vieillit et se dégrade au cours du temps, pouvant même aller jusqu’à mourir. De même que les hommes, qui avaient été créés parfaits, se sont altérés en raison de la Chute adamique, la Terre s’est détériorée par rapport à son état de perfection lors du premier jour de la Création. En 1632, le poète Henry Reynolds note en ce sens : « J’ai réfléchi au temps que nous vivons, et je suis contraint d’affirmer que le monde est décrépit et qu’il est, en raison de son âge et de son état gâteux, soumis à toutes les imperfections qui sont inséparables de cette ruine et de cette mutilation de la nature. »25

  • 26 HVM (Sp., II, p. 148).
  • 27 Ibid., p. 160.
  • 28  Dn 12, 4, dans la version de la Vulgate. Sur l’importance de ce texte, voir C. Hill, Intellectual (...)
  • 29  Au frontispice de l’Instauratio magna, on lit : « Multi pertransibunt, et augebitur scientia ».
  • 30  R. Descartes, À***, 18 décembre 1648, dans Œuvres complètes, Ch. Adam et P. Tannery éd. (désormais (...)
  • 31  Novum organum, Londres, 1620 (désormais : NO), I, 93 (Sp., I, p. 200 / Novum organum, trad. M. Mal (...)

11Bacon – là est la rupture qu’il accomplit – rejette entièrement cette vision de l’histoire naturelle26, et l’enjeu de la question de la prolongation de la vie n’est pas seulement d’« empêcher la consomption » et de « perfectionner la réparation » mais bien de « produire la rénovation ou rajeunissement des corps vieillis »27. Bacon aime citer les paroles du Livre de Daniel sur « le temps de la Fin » : « Plurimi pertransibunt, et multiplex erit scientia » [Beaucoup iront de-ci de-là, et la science augmentera]28. C’est la formule inscrite au frontispice du Novum Organum29, formule si emblématique de la philosophie baconienne que Descartes la citera, semble-t-il, non comme un verset biblique, mais comme « la prophétie du Chancelier d’Angleterre »30. Aux yeux de Bacon, il s’agit en effet de la prophétie que Dieu a adressée tout spécialement aux hommes du temps présent, aux hommes de la réforme et de la restauration du savoir31. Dans cette perspective, loin d’être une œuvre impie, le projet visant à prolonger la longévité de la vie humaine, soutient Bacon, doit au contraire permettre à chaque homme de pouvoir prolonger toujours davantage les œuvres de la charité divine :

  • 32  HVM (Sp., II, p. 105).

Quoique la vie de l’homme ne soit autre chose qu’une masse et une accumulation de péchés et de misères, et que ceux qui aspirent à l’éternité ne donnent à la vie que peu de prix, elle ne doit cependant pas être méprisée ; de plus, nous, Chrétiens, devons y voir le moyen d’accomplir une suite d’œuvres de charité.32

12Dans l’Épître dédicatoire de l’Historia vitæ et mortis, Bacon appelle même de ses vœux des médecins capables, par leur œuvre de prolongation et de renouvellement de la vie humaine, de devenir des instruments de la toute-puissance et de la clémence divines (ibid., p. 103) :

Quoique nous autres Chrétiens tendions perpétuellement nos aspirations vers la terre promise et l’appelions de tous nos vœux, ce nous est cependant un signe de la faveur divine que nous usions moins nos vêtements et nos chaussures (c’est-à-dire notre corps fragile), au cours de ce voyage à travers le désert du monde. (Ibid.)

13La pensée de Bacon a ici des assises théologiques très précises, qu’il importe de restituer pleinement afin de pouvoir mesurer correctement la portée de la question de la prolongation de la vie de l’homme.

  • 33  R. Brague, La Sagesse du monde. Histoire de l’expérience humaine de l’univers, Paris, Fayard, 1999 (...)

14La première de ces assises concerne le statut de la dignité humaine. Comme le montre Rémi Brague33, on peut dire que, pour le christianisme et la pensée chrétienne, l’homme, comme tel, doit toujours être considéré comme jouissant d’une dignité plus grande que le monde, et même que le monde là où il est le plus souverainement cosmique, à savoir dans les corps célestes. Or, c’est précisément cette dimension du christianisme que Bacon entend valoriser et promouvoir :

  • 34 AL, II (OFB, IV, p. 78-79 / p. 115). Sur ce texte, voir K. Löwith, « Mensch und Menschwelt » (1960) (...)

En effet, de même que toute œuvre montre et manifeste la puissance et l’habileté de l’artisan, non son image, de même les œuvres de Dieu montrent et manifestent bien la toute-puissance et la sagesse du Créateur, non son image. En cela, donc, la doctrine païenne s’écarte de la vérité sacrée : les païens supposent que le monde est une image de Dieu, et l’homme un extrait ou une image en petit du monde ; l’Écriture, elle, n’a jamais condescendu à accorder un tel honneur au monde, et n’en a jamais fait l’image de Dieu, mais seulement « l’œuvre de ses mains » [= Gn 1 ; Ps 8, 4-7] ; et l’Écriture ne parle d’aucune image de Dieu autre que l’homme.34

15Bacon prend ici nettement ses distances avec l’idée de l’homme comme microcosme, idée qui remonte au moins à Démocrite. L’homme n’est pas un monde en petit car il n’est pas à l’image du monde physique, mais de Dieu seul, et rien ne peut dominer sur l’homme, si ce n’est Dieu. Cet accent mis sur la dignité de l’homme a assurément des conséquences dans tous les domaines de la culture. Il est clair en tout cas que le projet de prolonger la vie de l’homme répond à cette caractérisation de la dignité humaine.

  • 35  Voir notre étude « Le Jardin d’Éden, un jardin à l’anglaise ? Baconianisme, puritanisme et “gnosti (...)
  • 36  New Atlantis, 1626 – désormais : NA (Sp., III, p. 158 / La Nouvelle Atlantide,M. Le Doeuff et M. L (...)
  • 37  NA (Sp., III, p. 156 / p. 119).
  • 38  Ibid., p. 158 / p. 121.

16Il importe d’ajouter aussi que l’assise théologique ultime du projet de prolongation de la vie humaine est assurément fournie par l’interprétation du statut paradisiaque d’Adam, faisant de la nature l’objet incontestable d’une recherche qui veut et qui peut restituer à l’homme la domination perdue du Paradis35. Mais, ici plus que jamais, la restauration baconienne de la connaissance humaine de la nature ne saurait être considérée comme équivalente, en quelque manière que ce soit, à une sorte de retour à un état prélapsaire. Pour Bacon, une longue vie n’est pas seulement le but espéré du rétablissement dans ses droits de la connaissance humaine, elle indique aussi à quel point restaurer veut dire instaurer de nouveaux possibles. Est-ce un hasard si, dans La Nouvelle Atlantide, Bacon compte une « Eau de Paradis » (Water of Paradise)36 au nombre des « dispositifs de préparation » et des « instruments » dont disposent les membres de la Maison de Salomon pour favoriser la prolongation de la vie et ainsi, conformément à la finalité générale de la « Fondation », pour faire « reculer les bornes de l’Empire humain en vue de réaliser toutes les choses possibles »37 : « […] car le traitement que nous faisons subir [à cette Eau] la rend souverainement bénéfique pour la santé et la prolongation de la vie »38 ?

  • 39  P.-F. Moreau, Le Récit utopique. Droit naturel et roman de l’État, Paris, PUF, 1982, p. 43-55.
  • 40  Antonio de Guevara, Libro del Emperador Marco Aurelio con reloj de Principes, Anvers, 1550, trad. (...)
  • 41  Le Récit utopique, ouvr. cité, p. 53-54.

17Observons enfin que la pensée de Bacon, sur ce point, se démarque très nettement de la pensée utopique du xvie et du xviie siècle. Dans Le Récit utopique, Pierre-François Moreau a montré que l’utopie, à la différence de la plupart des discours moraux et politiques antérieurs, pense fondamentalement l’existence humaine en termes de techniques de gestion sociale39, notamment dans le domaine de la durée de la vie. C’est ainsi que, par exemple, Antonio de Guevara, dans l’Horloge des Princes, donne comme septième loi des Garamantes le fait, à première vue étrange, que tous les hommes doivent être sacrifiés aux dieux lorsqu’ils atteignent l’âge de 50 ans, et les femmes l’âge de 40 ans40. L’étrangeté s’estompe si l’on perçoit qu’il s’agit là d’une façon de « soumettre à la décision humaine ce qui semble le plus lui échapper – le temps imparti » : « le laps mesuré de la vie humaine échappe à la dangereuse spontanéité biologique : il se soumet de part en part à la nécessité sociale »41. D’une certaine manière, l’objectif baconien est le même : étendre l’empire humain à ce qui semble pourtant devoir lui échapper, la durée de la vie ; mais une telle extension ne suppose aucunement la fixation précise d’un terme de la vie ; il s’agit au contraire, en œuvrant à la prolongation de la vie, de rétablir la dignité de l’homme dans ses droits à être l’image de Dieu.

Vieillir et bien vieillir. La double leçon de la fable de Tithon

  • 42 The Essayes or Counsels, Civill and Morall, 15971, 16122, 16253 (désormais : ECCM), XLII, « Of Yout (...)
  • 43 HVM (Sp., II, p. 210-212).

18L’analyse ne serait pas complète si n’était pas examinée la dimension morale de la question de la prolongation de la vie humaine. Or, il est très remarquable que Bacon n’entend absolument pas faire un éloge de la vieillesse pour elle-même. Reprenant en partie seulement l’essai « Of Youth and Age », paru dans la deuxième édition des Essayes, or Counsels Civill and Morall (celle de 1612)42, l’infléchissant souvent, l’Historia vitæ et mortis s’achève par une brève présentation des « différences entre la jeunesse et la vieillesse »43. Après les différences du point de vue des qualités physiques (ibid., p. 210-211), Bacon dresse une liste des différences du point de vue des qualités morales (p. 211-212). De cette confrontation, la vieillesse ne sort pas vraiment grandie :

Mais pour être sérieux, nous dirons que les jeunes gens ont en partage la pudeur et la réserve [pudor et verecundia], les vieillards sont plus endurcis [obduruit] ; les jeunes gens ont de la bonté et de la miséricorde [benignitas et misericordia], les vieillards sont devenus insensibles [occalluit] ; les jeunes gens sont animés d’une louable émulation [æmulatio laudabilis], les vieillards pratiquent une envie maligne [invidia maligna] ; les jeunes gens sont enclins à la religiosité et à la dévotion [inclinatio ad religionem et devotionem] par ferveur [ob fervorem] et inexpérience du mal, les vieillards montrent une piété moins fervente [defervescentia in pietate] par tiédeur de charité [ob charitatis teporem] et une longue expérience des maux, ils acceptent plus difficilement la croyance […] ; les jeunes gens font montre de libéralité, de bienfaisance et de philanthropie [liberalitas, et beneficentia, et philanthropia], les vieillards d’avarice et d’égoïsme [avaritia, et sibi sapere et consulere] ; les jeunes gens sont confiants en eux-mêmes et pleins d’espoir en la vie [confidentia, et bene sperare], les vieillards ont de la défiance et de la suspicion envers toutes choses [diffidentia, et plurima habere pro suspectis] ; les jeunes gens sont de commerce facile et complaisants [facilitas et obsequium], les vieillards moroses et ennuyeux [morositas et fastidium] ; les jeunes gens sont sincères et ouverts [sinceritas et animus apertus], les vieillards précautionneux et dissimulés [cautio et animus tectus] ; les jeunes gens ont de grandes ambitions [magna appetere], les vieillards ne se soucient que du nécessaire [necessaria curare]. (p. 212)

  • 44 ECCM, IX, « Of Envy », 1625 (OFB, XV, p. 28 / p. 39).
  • 45 ECCM, LVII, « Of Anger », 1625 (OFB, XV, p. 170 / p. 289).
  • 46 HVM (Sp., II, p. 212).

19Manquer de charité et de philanthropie, c’est, aux yeux de Bacon, une faute majeure, aussi bien au regard de la connaissance scientifique qu’au regard de la connaissance morale. Et, dans l’essai « Of Envy » de 1625, Bacon ne manque pas de noter que « les gens laids, les eunuques, les vieillards et les bâtards sont envieux, car celui qui ne peut aucunement corriger son état fait ce qu’il peut pour gâter celui d’autrui »44. Dans l’essai « Of Anger », également de 1625, Bacon soutient que les vieillards sont particulièrement enclins à la colère : « La colère est sans contredit une forme de bassesse, comme il apparaît bien par la faiblesse de ceux qu’elle possède : les enfants, les femmes, les vieillards, les malades. »45 Faut-il dès lors voir une sorte de contradiction entre cette sombre peinture de la vieillesse et le projet de prolongation de la longévité humaine ? Pas nécessairement, car, pour Bacon, il s’agit moins de vieillir pour vieillir que de vieillir bien. Entre vieillir et vieillir bien, la distinction doit être maintenue, et c’est pourquoi Bacon indique que, « de même qu’ils peuvent progresser au point de vue corporel, les vieillards progressent aussi au point de vue spirituel, s’ils n’ont pas été tout à fait épuisés »46. Du reste, ce qui est attendu de la prolongation de la vie, c’est bien qu’elle puisse permettre de « corriger » l’« état » dans lequel se trouvent les vieilles personnes.

  • 47  Sur cette fable, voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life, ouvr. cité, (...)
  • 48  HVM (Sp., II, p. 212).

20En réalité, les gens âgés peuvent devenir comme Tithon47, le fils de Laomédon, roi légendaire de Troie, dans la mythologie grecque : l’ayant remarqué pour sa beauté, Éos, la déesse de l’Aurore, s’éprit de lui et l’enleva ; de Zeus, elle obtint pour lui l’immortalité, mais en oubliant de demander aussi la jeunesse éternelle ; en vieillissant, Tithon se dessécha sans fin, au point de n’être guère plus, le temps passant, qu’une voix ; selon certains textes, il fut alors transformé en cigale. Aux yeux de Bacon, les enseignements de cette fable sont doubles. Dans l’Historia vitæ et mortis, Bacon suggère que les personnes âgées peuvent compenser leur moindre capacité à accomplir des actes, en recherchant le succès oratoire, de sorte qu’ils peuvent gagner en prolixité et en ostentation : c’est pourquoi « les poètes n’ont pas eu une idée absurde en imaginant que Tithon avait été changé en cigale »48. Mais Tithon peut aussi être le symbole du désir qui se répète à vide. C’est là la lecture de la fable que Bacon propose dans le De Sapientia Veterum :

  • 49  SV, XV, « Tithon, ou la satiété » (Sp., VI, p. 653 / p. 103).

À la fin, lorsqu’ils renoncent aux actes de volupté, les hommes ne cessent pourtant d’en avoir le désir et la passion, et alors ils s’amusent à rappeler et raconter les plaisirs de leur jeunesse. Ceci nous le voyons chez les libidineux, avec leurs discours impudiques, et chez les militaires, qui rabâchent leurs exploits, à la façon des cigales, dont toute la vigueur est dans la voix.49

21Il appartient aux hommes de décider pour eux-mêmes quelle cigale ils entendent être dans leurs vieux jours.

Vieillir pour vieillir ? La question de l’« euthanasie »

  • 50  « Magnalia naturae, praecipue quoad usus humanos » (Sp., III, p. 167).

22Si la prolongation de la vie humaine est la finalité essentielle de la science nouvelle, Bacon ajoute également une autre finalité, non moins essentielle, la considération et l’amoindrissement de la douleur50. Une science sans fin, ainsi que Bacon la pense, n’a de sens que si elle devient véritablement une science pour les hommes, et d’abord pour leur vie, pour le service de leur vie, à « usage humain ». Or, une vie qui n’est plus qu’une vie de douleurs insupportables demande-t-elle à être prolongée ? Face à ce problème, Bacon, comme on le sait, envisage de façon explicite et thématique la question de l’euthanasie. Dans un passage fort célèbre de The Advancement of Learning, il écrit :

  • 51  AL, II (OFB, IV, p. 100-101 / p. 150-151).

De Euthanasia exteriore. Plus encore, j’estime que c’est la tâche [the office] du médecin non seulement de faire retrouver la santé, mais encore d’atténuer les souffrances et les douleurs. Et ce, non pas seulement quand un tel adoucissement est propice à la guérison, mais aussi quand il peut aider à trépasser paisiblement et facilement [but when it may serve to make a fair and easy passage]. Car ce n’était pas une petite grâce que l’empereur Auguste souhaitait toujours pour lui-même, quand il espérait cette Euthanasia, dont on vit d’ailleurs particulièrement un exemple dans la mort d’Antonin le Pieux, une mort qui ressembla beaucoup à un endormissement bénin et agréable. De la même manière, on lit qu’Épicure, quand sa maladie fut jugée désespérée, noya son estomac et ses sens en ingurgitant une grande quantité de vin. D’où vient qu’on écrivit cette épigramme : Hinc Stygias ebrius hausit aquas, c’est-à-dire qu’il était trop saoul pour sentir l’amertume du fleuve des enfers. Or les médecins, au rebours de cette idée, se font scrupule de rester auprès de leur patient après que la maladie a été jugée désespérée ; ils se l’interdisent de manière quasi religieuse. À mon sens, ils devraient au contraire à la fois perfectionner leur art et apporter du secours pour faciliter et adoucir l’agonie et les souffrances de la mort [in my judgment, they ought both to enquire the skill and to give the attendances for the facilitating and assuaging of the pains and agonies of death].51

  • 52  AL, II (OFB, IV, p. 100 / p. 150).

23Ce texte a une très grande importance historique. Bacon n’a pourtant pas inventé le mot « euthanasie ». En cette question, à quoi tient alors précisément l’originalité de Bacon ? Il constate chez les médecins du xviie siècle un total manque d’intérêt pour le traitement de la douleur. Il les invite donc à un effort de recherche en ce domaine. Il entrevoit le développement d’une médecine que nous appellerions de nos jours « palliative », d’une médecine capable d’adoucir les derniers moments de la vie. Bacon considère ainsi doublement la tâche du médecin : faire retrouver la santé et pour cela perfectionner son art (c’est dans ce cadre que Bacon demande notamment que l’on se penche davantage sur la question des maladies réputées incurables)52 ; quand la maladie a été jugée désespérée, aider son malade à trépasser paisiblement.

24Cette dernière tâche impose de penser un accompagnement spirituel du malade. Nous avons donné le texte de Bacon sous sa forme initiale, écrite en anglais, mais le philosophe en publiera une seconde rédaction, révisée et en latin, dans le De augmentis de 1623. Or, dans la version du De augmentis, le texte n’est pas exactement le même. Bacon distingue en effet alors l’euthanasia exteriore, comme intervention médicale, de la préparation spirituelle et intérieure à la mort :

  • 53 DA, IV, 2 (Sp., I, p. 595).

Ubi meo judicio, si officio suo atque adeo humanitati ipsi deesse nolint, et artem ediscere et diligentiam praestare deberent, qua animam agentes facilius et mitius e vita demigrent. Hanc autem partem, inquisitionem de Euthanasia Exteriori (ad differentiam ejus Euthanasiae quae animae praeparationem respicit) appellamus, eamque inter Desiderata reponimus.53

25Il s’agit donc certes d’échapper aux affres des derniers moments de la vie et de s’éteindre, l’heure venue, de manière douce. Mais il s’agit aussi de s’y préparer intérieurement de façon sereine. Cette exigence est corroborée par le rôle fondamental assigné par Bacon à l’amitié dans ce que le philosophe appelle « le soulagement de décharger le trop-plein et l’apostume du cœur, que causent et procurent les passions de toute espèce » :

  • 54 ECCM, XXVII, « Of Friendship », 1612, 1625 (OFB, XV, p. 81 / p. 137).

On sait que les malaises de suffocation et d’étouffement sont les plus dangereux pour le corps, et il n’en va guère autrement pour l’esprit [mind]. On prendra de la salsepareille pour dégager le foie, de l’acier pour dégager la rate, de la fleur de soufre pour les poumons, du castoreum pour le cerveau ; mais il n’y a point de remède pour dégager le cœur si ce n’est un ami véritable [true friend] à qui l’on peut, dans une sorte d’aveu ou confession civile [in a kind of civil shrift or confession], faire part des chagrins, des joies, des craintes, des espoirs, des soupçons, des secrets, de tout ce qui pèse pour l’accabler sur notre cœur.54

Conclusion

  • 55  B. Farrington, Francis Bacon. Philosopher of Industrial Science, New York, Henry Schuman, 1949.

26On a très souvent souligné que, depuis l’époque de Bacon et de Descartes, l’humanité a fait du vœu de survie et même d’immortalité un élément essentiel dans un programme général de « maîtrise et possession de la nature ». Mais, ce faisant, l’humanité a certainement aussi ravivé l’étrangeté absolue de la double énigme de la mortalité et de l’immortalité. Ce que les religions représentaient, elle l’a porté à la puissance d’une technique qui repousse la fin, en tous les sens de l’expression. En prolongeant le terme, elle étale une sorte d’absence de fin : quelle vie prolonger, dans quel but ? Différer la mort, c’est aussi l’exhiber, la souligner. Or, aux yeux de Bacon, et c’est ce que montrent en toute netteté aussi bien l’importance de la préparation spirituelle à la mort que l’importance donnée à l’amitié pour faire face aux douleurs de la vie, la technique ne saurait aucunement suffire, à elle seule et de façon exclusive, à caractériser le sens de cette épreuve qu’est l’existence. Il convient alors sans doute de compliquer quelque peu le portrait de Bacon comme « philosophe de la science industrielle ».55

Haut de page

Notes

1  Ch. Webster, The Great Instauration. Science, Medicine and Reform, 1626-1660, Londres, Duckworth, 1975, chap. 4, p. 246-323. Référence aux œuvres de F. Bacon : The Works of Francis Bacon, J. Spedding, R. L. Ellis, D. D. Heath éd., Londres, 1857-1874, 14 vol. (7 vol. d’œuvres et 7 de correspondance et pièces diverses), réimpr., Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1989 (désormais : Sp.) ; The Oxford Francis Bacon, G. Rees et L. Jardine éd., Oxford, Oxford University Press, 1996 (désormais : OFB). Merci à Stefanie Buchenau, Lucile Raynaud et Pierre-François Weber.

2 Ch. Webster, Ibid., chap. 5, p. 324-483.

3  Historia vitæ et mortis. Sive Titulus secundus in historia naturali et experimentali ad condendam philosophiam : quae est Instaurationis magnæ pars tertia, Londres, Printed by John Haviland for Matthew Lownes, 1623 (désormais : HVM), Sp., II, p. 101-226. L’ouvrage a été traduit en anglais en 1638 par le dernier secrétaire de Bacon, W. Rawley (1588 ?-1667) : History Naturall and Experimentall, of Life and Death, or, Of the Prolongation of Life, trad. angl. W[illiam] R[awley], Londres, Printed by John Haviland for William Lee and Humphrey Mosley, 1638. Il connut au xviie siècle de très nombreuses éditions.

4  HVM (Sp., II, p. 132 et suiv.).

5 Ibid. (Sp., II, p. 106).

6  Voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life. The Evolution of Prolongevity Hypotheses to 1800, Philadelphie, Transactions of the American Philosophical Society (nouvelle série, vol. LVI, part. 9), 1966, p. 62-68.

7  L. Joubert (1529-1583), Erreurs populaires au fait de la médecine et régime de santé, Avignon, 1578 ou Paris, V. de Mehubert, 1578, in-8°, 616 p. Édition citée : À Bourdeaus, par S. Millanges, 1584, 2 parties en 1 vol., in-8°, 603 p. Voir F. M. Gale, « Whether it is possible to prolong man’s life through the use of medicine », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, vol. XXVI, no 4, octobre 1971, p. 391-399.

8  Ibid., Ire partie, livre I (« De la médecine et des médecins »), chap. 2 (« S’il est possible par la médecine d’allonger la vie des hommes »), p. 17-38.

9  Magnalia naturae, praecipue quoad usus humanos (date incertaine), Sp., III, p. 167.

10  Valerius Terminus. Of the interpretation of Nature, with the annotations of Hermes Stella, 1603 (?), désormais : VT 1, Sp., III, p. 222 / Le « Valerius Terminus » (ou de l’interprétation de la nature), trad. F. Vert, Paris, Klincksieck, 1986, p. 30. Voir également De Sapientia Veterum, 1609 (désormais : SV), XXI, « Deucalion, ou le rétablissement », Sp., VI, p. 661-662 / La Sagesse des Anciens, trad. J.-P. Cavaillé, Paris, Vrin, 1997, p. 116.

11  HVM (Sp., II, p. 110-121).

12  Sur les thèmes et les données bibliques, voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life, ouvr. cité, p. 13, 17-19, 21-22.

13  Saint Augustin, De civitate Dei (413-427), XV, 9-14 (BA, t. XXXVI, p. 68-98).

14  E. Maynwaringe (1628-1699 ?), Vita sana & longa. The Preservation of Health, and Prolongation of Life Proposed and Proved: in the Due Observance of Remarkable Præcautions and Daily Practicable Rules, Relating to Body and Mind, Compendiously Abstracted from the Institutions and Law of Nature, Londres, Printed by J. D., sold by the booksellers, 1670, [8]-160-[2]-3-123-[4] p.

15  HVM (Sp., II, p. 135).

16  Temps antiques et médiévaux : HVM (Sp., II, p. 139-140, p. 143-147). Temps ecclésiastiques : HVM (Sp., II, p. 141-143).

17  J. Hart (fl. 1633), Kainikh or The Diet of the Diseased, Londres, Printed by John Beale for Robert Allot, 1633, p. 7-8.

18  Voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life, ouvr. cité, p. 72.

19  « The anatomical examination of the body of Thomas Parr », The Works of William Harvey. Translated from the Latin with a Life of the Author, R. Willis éd., Londres, The Sydenham Society, 1847, p. 587-592.

20  On peut noter que le rapport de l’autopsie de Harvey pouvait encore se lire dans le traité de J. Betts (médecin ordinaire du Roi, mort en 1695), De ortu et natura sanguinis, Londres, Ex officinâ E.T. væneúntque apud Gulielmum Grantham, ad Insigne Ursi nigri, in Aulâ Westmonasteriensi, 1669, in-8°, [40]-325-[3] p., ici p. [317]-325. Un résumé avait aussi été imprimé en 1668 dans les Philosophical Transactions de la Royal Society (III, p. 886-888).

21  En ce sens, voir déjà J. Evelyn (1620-1706), Fumifugium or The Inconvenience of the Aer, and Smoake of London dissipated. Together with some remedies humbly proposed by J. E. Esq ; to his sacred Majestie, Londres, Printed by W. Godbid for Gabriel Bedel and Thomas Collins ; and are to be sold at their shop, 1661, in-4°, VIII-49-[3] p., ici, p. 21. Sur le rôle du régime alimentaire pour la santé et la prolongation de la vie, voir S. Shapin, « How to eat like a gentleman. Dietetics and ethics in early modern England », Right Living. An Anglo-American Tradition of Self-Help Medicine and Hygiene, Ch. E. Rosenberg éd., Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2003, p. 21-58.

22  Sur la longévité des Patriarches, voir F. N. Egerton, « The longevity of the Patriarchs. A topic in the history of demography », Journal of the History of Ideas, vol. XXVII, no 4, octobre-décembre 1966, p. 575-584.

23 HVM (Sp., II, p. 148).

24  W. Vaughan (1577-1641), Directions for Health, Naturall and Artificiall. Derived from the Best Physicians, as well Moderne as Antient, Londres, Printed by Thomas Harper, for John Harison, and are to be sold at his shop in Pater noster Row, at the signe of the Vnicorne, 1633, [8]-80-79-169-[5]-38-[2] p., ici p. 121. Première édition du traité : Londres, Printed by Richard Bradocke, 1600, [14]-76-[2] p.

25  Henry Reynolds (fl. 1627-1632), Mythomystes. Wherein a Short Suruay is Taken of the Nature and Value of True Poesy and Depth of the Ancients above our Moderne Poets. To which is annexed the tale of Narcissus briefly mythologized, Londres, Printed [by George Purslowe] for Henry Seyle, at the Tigers-head in St. Pauls Church-yard, [1632], [8]-111-[1] p., texte cité par A. Guibbory, The Map of Time. Seventeenth-Century English Literature and Ideas of Pattern in History, Urbana, University of Illinois Press, 1986, p. 6. Sur le thème du déclin de la nature, voir aussi G. Goodman (1583-1656), The Fall of Man or the Corruption of Nature: Proued by the Light of our Naturall Reason. Which Being the First Ground and Occasion of our Christian Faith and Religion, May Likewise Serue for the First Step and Degree of the Naturall Mans Conuersion, Londres, Printed by Felix Kyngston for Ioseph Brovvne, 1616, in-4°, [30]-445-[1] p. Sur ce thème, voir R. W. Hepburn, « George Hakewill. The virility of nature », Journal of the History of Ideas, vol. XVI, no 2, avril 1955, p. 135-150 ; G. Williamson, Seventeenth Century Contexts (1961), Chicago, The University of Chicago Press, 1969, chap. 1, p. 9-41.

26 HVM (Sp., II, p. 148).

27 Ibid., p. 160.

28  Dn 12, 4, dans la version de la Vulgate. Sur l’importance de ce texte, voir C. Hill, Intellectual Origins of the English Revolution (1965), Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 85-130.

29  Au frontispice de l’Instauratio magna, on lit : « Multi pertransibunt, et augebitur scientia ».

30  R. Descartes, À***, 18 décembre 1648, dans Œuvres complètes, Ch. Adam et P. Tannery éd. (désormais : AT), révisée par B. Rochot et P. Costabel, Paris, Vrin/CNRS, 1996, V, p. 258.

31  Novum organum, Londres, 1620 (désormais : NO), I, 93 (Sp., I, p. 200 / Novum organum, trad. M. Malherbe et J.-M. Pousseur, Paris, PUF, 1986, p. 155). Voir aussi VT, 1 (Sp., III, p. 221 / p. 28) ; Of the Proficience and Advancement of Learning Divine and Human (1605) – désormais : AL –, II (OFB, IV, p. 71 / Du Progrès et de la promotion des savoirs, trad. M. Le Doeuff, Paris, Gallimard, 1991, p. 103) ; Redargutio philosophiarum (1608-1609 ?), Sp., III, p. 584 / Récusation des doctrines philosophiques, dans Récusation des doctrines philosophiques et autres opuscules, trad. G. Rombi et D. Deleule, Paris, PUF, 1987, p. 141 ; De dignitate et augmentis scientiarum, 1623 (désormais : DA), II, 10 (Sp., I, p. 514).

32  HVM (Sp., II, p. 105).

33  R. Brague, La Sagesse du monde. Histoire de l’expérience humaine de l’univers, Paris, Fayard, 1999, p. 189-191.

34 AL, II (OFB, IV, p. 78-79 / p. 115). Sur ce texte, voir K. Löwith, « Mensch und Menschwelt » (1960), t. I,Mensch und Menschwelt. Beiträge zur Anthropologie. Sämtliche Schriften, Stuttgart, Metzler, 1981, p. 295-328, ici p. 325-326.

35  Voir notre étude « Le Jardin d’Éden, un jardin à l’anglaise ? Baconianisme, puritanisme et “gnosticisme” », Graphè, no 17, printemps 2008, p. 189-215.

36  New Atlantis, 1626 – désormais : NA (Sp., III, p. 158 / La Nouvelle Atlantide,M. Le Doeuff et M. Llasera éd., Paris, GF-Flammarion, 1995, p. 121). Sur le thème des fontaines de jouvence, voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life, ouvr. cité, p. 24-27.

37  NA (Sp., III, p. 156 / p. 119).

38  Ibid., p. 158 / p. 121.

39  P.-F. Moreau, Le Récit utopique. Droit naturel et roman de l’État, Paris, PUF, 1982, p. 43-55.

40  Antonio de Guevara, Libro del Emperador Marco Aurelio con reloj de Principes, Anvers, 1550, trad. L’Horloge des Princes, Paris, 1576, p. 71r : voir Le Récit utopique, ouvr. cité, p. 52.

41  Le Récit utopique, ouvr. cité, p. 53-54.

42 The Essayes or Counsels, Civill and Morall, 15971, 16122, 16253 (désormais : ECCM), XLII, « Of Youth and Age », 1612, 1625 (OFB, XV, p. 130-132 / Essais,trad. M. Castelain, Paris, Aubier, 1979, p. 221-223).

43 HVM (Sp., II, p. 210-212).

44 ECCM, IX, « Of Envy », 1625 (OFB, XV, p. 28 / p. 39).

45 ECCM, LVII, « Of Anger », 1625 (OFB, XV, p. 170 / p. 289).

46 HVM (Sp., II, p. 212).

47  Sur cette fable, voir G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life, ouvr. cité, p. 12-13.

48  HVM (Sp., II, p. 212).

49  SV, XV, « Tithon, ou la satiété » (Sp., VI, p. 653 / p. 103).

50  « Magnalia naturae, praecipue quoad usus humanos » (Sp., III, p. 167).

51  AL, II (OFB, IV, p. 100-101 / p. 150-151).

52  AL, II (OFB, IV, p. 100 / p. 150).

53 DA, IV, 2 (Sp., I, p. 595).

54 ECCM, XXVII, « Of Friendship », 1612, 1625 (OFB, XV, p. 81 / p. 137).

55  B. Farrington, Francis Bacon. Philosopher of Industrial Science, New York, Henry Schuman, 1949.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Weber, « La prolongation de la vie humaine selon Francis Bacon. Ou : quel Tithon voulons-nous être ? », Astérion [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://asterion.revues.org/2001

Haut de page

Auteur

Dominique Weber

Professeur de Khâgne Lettres et Sciences Sociales
Lycée Lakanal (Sceaux) et Cerphi (ENS de Lyon, UMR 5037)

Articles du même auteur

Haut de page