Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Vieillissement et prolongation de la vie, XVIe-XVIIIe siècles

Présentation

Claire Crignon-De Oliveira et Dominique Weber

Texte intégral

  • 1  À ce sujet, voir le dossier « La vie dans le grand âge » de la revue Esprit, juillet 2010.
  • 2 G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life. The Evolution of Prolongevity Hypo (...)
  • 3 P. A. Johnson et P. Thane éd., Old Age from Antiquity to Post Modernity, Londres, Routledge, 1998 ; (...)

1L’interrogation sur les âges de la vie et en particulier sur la vieillesse, relancée et reconfigurée par les avancées spectaculaires des sciences médicales des cinquante dernières années, fait partie de ces interrogations qui gagnent à être appréhendées sous le double point de vue de l’histoire de la philosophie et de la médecine, d’une part, et de la réflexion contemporaine sur le phénomène de la médicalisation de l’existence, d’autre part. Nul ne doutera qu’il est nécessaire désormais de réfléchir à toutes les implications théoriques et pratiques de ce qui est apparu d’abord sous la forme d’une utopie (prolonger la vie, n’est-ce pas une manière de rechercher l’immortalité ?) et qui est devenu un fait incontestable : l’allongement effectif de la durée de vie, avec tous les effets induits par ce phénomène (économiques, sociaux, politiques, etc.). Mais si la question de la prise en charge du phénomène du vieillissement et de la prolongation de la vie a mis du temps à s’imposer comme un enjeu social et politique de première importance (la France est sans doute dans ce domaine particulièrement « en retard » dans la mise en œuvre de solutions pouvant répondre aux demandes croissantes de prise en charge des personnes âgées à domicile)1, les problèmes posés par ce phénomène ont en revanche une histoire dont l’étude doit permettre d’éclairer les débats actuels à ce sujet. Or, l’histoire à ce jour la plus complète demeure celle qui fut réalisée par Gerald Joseph Gruman en 19662 : le temps est peut-être venu, dans le sillage des travaux de Pat Thane3, de la revisiter et de la réactualiser.

  • 4  G. Vigarello éd., De la sobriété. Conseils pour vivre longtemps(1984), Grenoble, Jérôme Millon, 19 (...)
  • 5  Voir en ce sens les analyses de M. Foucault sur le « biopouvoir », notamment Il faut défendre la s (...)
  • 6  « The anatomical examination of the body of Thomas Parr », dans The Works of William Harvey. Trans (...)

2Dans cette histoire, apparaît décisif ce moment charnière que constitue la période qui va de la fin de la Renaissance – avec la parution en 1558 du traité Discorsi della vita sobria de l’Italien Luigi Cornaro (1475 ?-1566), qui connaît une très large diffusion dans toute l’Europe de l’Âge classique4 – jusqu’au xviiie siècle –, moment où le pouvoir politique s’empare de cette question pour en faire quelque chose qui ne concerne plus seulement des individus, mais des populations tout entières5. Si les questions du vieillissement et de la prolongation de la vie sont bien sûr présentes dès l’Antiquité dans le discours philosophique et médical (chez Platon, Aristote, les stoïciens, mais aussi dans les traités de diététique issus de la collection hippocratique), le cadre théorique et pratique dans lequel elles sont désormais posées se transforme radicalement à partir du renouveau de l’anatomie à la fin de la Renaissance mais aussi de la découverte du principe de circulation sanguine par William Harvey (qui s’interroge du reste lui aussi sur les causes physiologiques de la longévité et en particulier, en 1635, de celle du paysan Thomas Parr, décédé à l’âge supposé de 152 ans et 9 mois !)6. C’est à la lumière de ces découvertes accomplies dans le domaine des sciences médicales (anatomie, circulation sanguine, recherches sur le cerveau) que l’on relit les textes issus des traditions médicales et philosophiques antiques et médiévales, et que prend forme le projet de réforme de la philosophie et aussi d’émancipation à l’égard de la tutelle de la théologie.

3Trois axes de la réflexion peuvent être délimités.

  • 7  Discours de la méthode (1637), VI, dans Œuvres de Descartes, C. Adam et P. Tannery éd., édition ré (...)
  • 8  Voir les réflexions de T. Todorov : Éloge du quotidien. Essai sur la peinture hollandaise du xviie(...)
  • 9 An Essay of Health and Long Life, Londres, printed for G. Strahan and J. Leake, 1724.
  • 10 The English Physician Enlarged. With Three Hundred Sixty and Nine Medicines, Made of English Herbs (...)
  • 11  Ch. E. Rosenberg éd., Right Living. An Anglo-American Tradition of Self-Help Medicine and Hygiene, (...)

4Le premier consiste à se demander comment la question de la prolongation de la vie a surgi dans le champ de la réflexion médicale et philosophique et comment il convient d’interpréter l’apparition de ce type de questionnement. Plus précisément, l’interrogation est ici double : a) À quel moment cette question commence-t-elle à échapper à l’emprise de la théologie ? Comment la réforme de la philosophie peut-elle apparaître, chez un Descartes par exemple, en particulier dans la sixième partie du Discours de la méthode de 1637, comme le moyen de s’« exempter d’une infinité de maladies, tant du corps que de l’esprit, et même aussi peut-être de l’affaiblissement de la vieillesse »7 ? b) Dans quelle mesure le projet de conservation et de prolongation de la vie est-il lié à l’émergence de la figure de l’individu moderne8, soucieux de s’émanciper non seulement de l’influence des astres (comme le suggère la critique de l’astrologie dans le traité de Luigi Cornaro) mais aussi de celle des prêtres et des médecins ? Quel type de médecine le projet de prolongation de la vie tend-il à promouvoir et comment comprendre en particulier le modèle d’une « médecine de soi-même » qui le fonde en partie, ainsi que le montrent par exemple les traités de George Cheyne (1671-1743)9 en Angleterre ou encore déjà ceux de Nicholas Culpeper (1616-1654)10 ? Dans cette perspective, les travaux de Charles E. Rosenberg sur la médecine populaire en Amérique peuvent se révéler utiles11.

  • 12  Voir en ce sens les travaux menés sous la direction d’A. Montandon dans le cadre du Centre de rech (...)
  • 13  N. Laneyrie-Dagen, L’invention du corps. La représentation de l’homme du Moyen Âge à la fin du xix(...)

5Un deuxième axe de la réflexion doit porter sur les types de concepts, de distinctions conceptuelles et de représentations qui accompagnent ou rendent possible le projet de prolongation de la vie humaine. Pour rendre ce projet légitime, il faut tout d’abord réfléchir non pas seulement en termes de durée de vie, mais aussi en termes de qualitéde vie prolongée. Comment concilier ces deux objectifs ? Et comment s’articule la réflexion sur ces deux notions (quantité et qualité) chez les médecins et les philosophes ? La pensée de Francis Bacon demande certainement à être interrogée dans cette perspective. Il apparaît par ailleurs nécessaire de proposer une conception du vieillissement et de la fin de vie comme un accomplissement de soi et non pas (ou plus) comme une déchéance ou une pure et simple dégradation, ainsi que le suggèrent les relectures stoïciennes de la fin de vie dans le traité de Luigi Cornaro. L’étude des modes de représentation (littéraires12, picturaux13, musicaux) du vieillissement et de la fin de vie constitue en ce sens une piste de réflexion à explorer. L’engouement pour le projet de conservation et de prolongation de la vie, depuis la fin de la Renaissance jusqu’au xviiie siècle, s’est-il traduit par une modification dans les modes de représentation de la durée de l’existence humaine, de la longévité de l’homme ? Une réponse positive à cette question paraît s’imposer avec évidence ; encore convient-il d’en déterminer avec précision le contenu.

  • 14  Th. More, L’Utopie ou Le Traité de la meilleure forme de gouvernement, L. II, trad. M. Delcourt, P (...)

6Enfin, face au phénomène du vieillissement et de la prolongation de la vie, la question se pose aussi très tôt de savoir quelle attitude morale il est possible d’adopter, quelles réponses économiques, politiques et sociales le phénomène de prolongation de la vie nécessite. Les personnes en fin de vie, usées physiquement, inaptes au travail, peuvent-elles encore avoir un rôle au sein de la société ou bien doivent-elles être considérées comme une charge inutile ? Voilà par exemple le type de question qui peut se dégager de la lecture de l’Utopie (1516) de Thomas More14. La question de la conservation et de la prolongation de la vie apparaît aussi de manière privilégiée dans la littérature des traités d’hygiène, qu’ils s’adressent à des individus (et parmi eux, prioritairement, aux hommes de lettres) ou à la société entière. Il est donc indispensable de s’interroger sur ses enjeux politiques et sociaux.

  • 15  Lesquelles, il vaut la peine de le noter, forment pour ainsi dire le prolongement (mais sans pourt (...)

7Les études réunies ici15 ont pour ambition de poser certaines de ces questions et d’y apporter un début de réponse. Elles sont issues d’une journée d’études organisée le 21 juin 2008 par le groupe PhiloMed, dans le cadre des activités du Centre d’études en rhétorique, philosophie et histoire des idées, de l’humanisme aux lumières (Cerphi, ENS Lyon, UMR 5037), avec le soutien du Centre de recherche Sens, éthique et société (Cerses, UMR 8137).

Haut de page

Notes

1  À ce sujet, voir le dossier « La vie dans le grand âge » de la revue Esprit, juillet 2010.

2 G. J. Gruman, A History of Ideas about the Prolongation of Life. The Evolution of Prolongevity Hypotheses to 1800, Philadelphie, Transactions of the American Philosophical Society (n.s., vol. 56, part. 9), 1966.

3 P. A. Johnson et P. Thane éd., Old Age from Antiquity to Post Modernity, Londres, Routledge, 1998 ; Pat Thane éd.,The Long History of Old Age, Londres, Thames & Hudson, 2005.

4  G. Vigarello éd., De la sobriété. Conseils pour vivre longtemps(1984), Grenoble, Jérôme Millon, 1993. Sur ce point, voir par exemple A. Wear, Knowledge and Practice in English Medicine, 1550-1680, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 175.

5  Voir en ce sens les analyses de M. Foucault sur le « biopouvoir », notamment Il faut défendre la société. Cours au Collège de France, 1976, Paris, Hautes Études, Gallimard, Seuil, Cours du 17 mars 1976, p. 218 et suiv.

6  « The anatomical examination of the body of Thomas Parr », dans The Works of William Harvey. Translated from the Latin with a Life of the Author, R. Willis éd., Londres, The Sydenham Society, 1847, p. 587-592. Le rapport de l’autopsie de Harvey pouvait encore se lire dans le traité de John Betts (médecin ordinaire du Roi, mort en 1695), De ortu et natura sanguinis, Londres, Ex officinâ E.T. væneúntque apud Gulielmum Grantham, ad Insigne Ursi nigri, in Aulâ Westmonasteriensi, 1669, p. [317]-325 : « Anatomia Thomæ Parri annum centesimum quinquagesimum secundum & novem menes agentis. Cum cl. viri Guliellmi Harvæi aliorumque adstantium medicorum regiorum observationibus ». Un résumé avait aussi été imprimé en 1668 dans les Philosophical Transactionsde la Royal Society (III, p. 886-888).

7  Discours de la méthode (1637), VI, dans Œuvres de Descartes, C. Adam et P. Tannery éd., édition révisée par B. Rochot et P. Costabel, Paris, Vrin/CNRS, rééd. 1996, t. VI, p. 62, l. 27-29.

8  Voir les réflexions de T. Todorov : Éloge du quotidien. Essai sur la peinture hollandaise du xviie siècle, Paris, Adam Biro, 1993 ; Éloge de l’individu. Essai sur la peinture flamande de la Renaissance, même éditeur, 2000. Voir également B. Foccroulle, R. Legros et T. Todorov, La naissance de l’individu dans l’art, Paris, Grasset, 2005.

9 An Essay of Health and Long Life, Londres, printed for G. Strahan and J. Leake, 1724.

10 The English Physician Enlarged. With Three Hundred Sixty and Nine Medicines, Made of English Herbs that Were not in an Impression until now (1652), Londres, Peter Cole, 1665.

11  Ch. E. Rosenberg éd., Right Living. An Anglo-American Tradition of Self-Help Medicine and Hygiene, Baltimore, Londres, Johns Hopkins University Press, 2003.

12  Voir en ce sens les travaux menés sous la direction d’A. Montandon dans le cadre du Centre de recherches sur les littératures modernes et contemporaines (université de Clermont-Ferrand 2) : Les mots du vieillir, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2004 ; même éditeur : Figures du vieillir, 2005 ; Écrire le vieillir, 2005 ; Eros, blessure et folie. Détresses du vieillir, 2006.

13  N. Laneyrie-Dagen, L’invention du corps. La représentation de l’homme du Moyen Âge à la fin du xixe siècle, Paris, Flammarion, 2006, chap. 5 (« La fascination de la laideur »), p. 161-171 (« Vieillards et vieillardes »).

14  Th. More, L’Utopie ou Le Traité de la meilleure forme de gouvernement, L. II, trad. M. Delcourt, Paris, GF-Flammarion, 1987, p. 230 : « Mais les ouvriers ! Ils peinent au jour le jour, accablés par un travail stérile et sans récompense, et la perspective d’une vieillesse sans pain les tue. Le salaire quotidien ne suffit même pas à leurs besoins ; tant s’en faut qu’il en reste de quoi mettre de côté en vue de l’avenir. »

15  Lesquelles, il vaut la peine de le noter, forment pour ainsi dire le prolongement (mais sans pourtant qu’il y ait eu la moindre concertation ni la moindre collaboration) du colloque organisé par L. Repici et P. B. Rossi : « Vita longa. Durata della vita, vecchiaia e prolongatio vite nella tradizione aristotelica e medica tra Antichità e Rinascimento », qui s’est tenu à l’université de Turin (faculté des lettres et philosophie) les 13 et 14 juin 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Crignon-De Oliveira et Dominique Weber, « Présentation », Astérion [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/1990

Haut de page

Auteurs

Claire Crignon-De Oliveira

Maître de conférences en philosophie
Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier (UMR 5605)

Articles du même auteur

Dominique Weber

Professeur de khâgne lettres et sciences sociales
(Lycée Lakanal, Sceaux)
et Cerphi (UMR 5037, ENS Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page