Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Texte intégral

1Les cinq études qui sont ici réunies ont fait l'objet d'une communication lors d'une journée d'étude intitulée « Médecine et philosophie de l'Antiquité à l'âge classique », qui a eu lieu à l'Institut de Biologie Moléculaire et d'Ingénierie Génétique (IBMIG) de Poitiers, le 12 mai 2001. Cette journée, co-organisée par le CERPHI, la Société Chauvinoise de Philosophie (SCP) et l'IBMIG, est la première d'un cycle de quatre journées annuelles consacré aux rapports entre médecine et philosophie.

2Ce cycle de journées, qui fait l'objet d'un partenariat entre le CERPHI et la SCP, est issu d'une interrogation portant sur la persistance de la métaphore médico-philosophique : métaphore commune, qui traverse les siècles sous des formes rhétoriquement différentes, adaptées à de nombreuses démonstrations concurrentes. Au-delà de la simple valeur d'image du rapprochement, il nous a semblé important de mieux cerner ses motifs et ses usages. Nous avons donc voulu étudier, plutôt que le discours que la philosophie peut tenir sur la médecine, le discours que tient la philosophie lorsqu'elle parle la langue médicale. Autrement dit, il s'est agi dans cette première journée de mettre en évidence la capacité de la philosophie à utiliser le discours médical pour « mettre en scène » et problématiser certaines de ses difficultés conceptuelles propres.

3Ainsi Marie-Hélène Gauthier-Muzellec montre que la nature même de l'entreprise socratique se dit dans les termes de la médecine purificatoire archaïque, qu'elle vient remplacer sous le nouveau nom de philosophie ; ainsi Didier Ottaviani met en évidence la façon dont les problèmes de l'embryologie aristotélicienne ont pu, au Moyen Âge, informer de façon décisive les querelles ontologiques et métaphysiques posées par la « modernisation » de l'hylémorphisme ; ainsi Marie Gaille-Nikodimov analyse la façon dont Machiavel « emprunte » la notion galénique d'humeur pour ré-articuler la pensée des conflits civils. Ces déplacements peuvent toucher à la définition même de la science (ainsi chez Platon et Averroès la médecine est utilisée, quoique de façon divergente, pour déterminer le statut épistémologique de la science politique), mais ils peuvent aussi fournir à un auteur un schéma narratif et rhétorique dans lequel toute son expression se coule (ainsi Claire Crignon montre que l'usage délibéré d'un concept scientifiquement anachronique de la mélancolie permet à Burton de produire un vaste tableau clinique de son époque et de ses passions).

4Les autres journées du cycle s'inscrivent dans la même perspective : il ne s'y agit pas seulement d'étudier les discours croisés que médecine et philosophie peuvent tenir l'une sur l'autre, mais bien d'observer la frange discursive dans laquelle les deux disciplines se confondent, avec leurs objets propres, leurs méthodes, leurs statuts épistémologiques, leurs recueils d'exemples et de cas, leurs rhétoriques, leurs intentions.

5La seconde journée du cycle « Médecine et philosophie », consacrée aux « Usages idéologiques et politiques de la médecine (XIXe-XXe) », s'est déroulée samedi 26 janvier 2002 à l'ENS-LSH (Lyon). La troisième journée, consacrée aux « Usages philosophiques de la maladie et de la médecine de l'âge classique au XXe siècle », aura lieu en mars 2003 à Bordeaux-III. La quatrième journée, consacrée aux rapports entre médecine et philosophie à la Renaissance, aura lieu début 2004 (lieu à déterminer).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gerbier, « Présentation », Astérion [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 04 avril 2005, consulté le 25 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/10

Haut de page