Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

L’ennemi cartésien. Cartésianisme et anti-cartésianisme en philosophie de l’esprit et en sciences cognitives

L’ennemi cartésien. Cartesianism and anti-cartesianism in philosophy of mind and cognitive science
Sandrine Roux

Résumés

La référence au cartésianisme est constante dans les travaux contemporains de philosophie de l’esprit et de sciences cognitives. Sa fonction n’est pas de fournir une exégèse historique de Descartes ; elle est plutôt de dégager certains aspects de la conception cartésienne de l’esprit, ceux qui informeraient encore la recherche philosophique et scientifique actuelle, et qu’il resterait à dépasser. Ainsi l’adjectif cartésien n’est-il pas seulement utilisé pour faire directement référence à Descartes, mais aussi pour désigner les théories et les approches modernes de l’esprit qui, tout en rompant avec le cartésianisme sur plusieurs points, auraient néanmoins hérité d’importantes erreurs cartésiennes. On remarquera en outre que dans cette logique, l’adjectif cartésien revêt un sens essentiellement critique. Et pour la plupart des théoriciens contemporains en effet, le cartésianisme est bien l’ennemi à combattre. La présente contribution se propose de dresser un portrait de cet ennemi, à partir de quelques-uns des usages qui sont faits de la notion de cartésianisme en philosophie de l’esprit et en sciences cognitives. Cette analyse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, nous permettra de faire apparaître les raisons et les enjeux de la référence à la figure cartésienne dans les réflexions des deux champs mentionnés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. R. Searle, La redécouverte de l’esprit [The Rediscovery of the Mind, Cambridge, MIT Pre (...)

1Il n’est pas, dans la philosophie de l’esprit et dans les sciences cognitives, de figure aussi présente et aussi systématiquement rejetée que celle de Descartes. On s’y réfère couramment pour discuter, soit la position prétendument défendue par le philosophe lui-même sur la question de la nature du mental et de son rapport avec le domaine physique, soit certaines théories actuelles qui auraient, sans s’en apercevoir, hérité de tel ou tel aspect du cartésianisme. Dans les deux cas, l’enjeu est généralement de faire apparaître la fausseté ou les apories de la position qualifiée de « cartésienne », et ce faisant, de montrer la nécessité d’opter pour une conception de l’esprit post- ou anti-cartésienne – celle que l’on entend défendre. Ainsi l’adjectif « cartésien » est-il presque toujours utilisé dans un sens critique et pour désigner l’Autre : le dualiste du point de vue du matérialiste, le réductionniste pour l’antiréductionniste et inversement, ou encore le cognitiviste pour celui qui développe une approche incarnée et située de la cognition, en bref celui dont on ne partage pas les vues et avec lequel on entend bien rompre. Par certains côtés, la référence à Descartes paraît relever de ce que Searle appelle la « manœuvre [philosophique] du “donnons-lui un nom” »1 : un fait, une thèse ou une position seront d’autant plus faciles à nier ou à critiquer qu’on les aura préalablement conceptualisés en termes de cartésianisme (d’« intuition cartésienne », de « théâtre cartésien », de « dualisme cartésien », d’« internalisme cartésien », etc.).

  • 2  La référence à Descartes dans la philosophie de l’esprit contemporaine et les sciences cog (...)

2Nous n’entendons aucunement nous prononcer ici sur la valeur ou sur la pertinence d’une telle pratique. Aussi n’aborderons-nous pas la question de savoir s’il est fondé ou non de parler de cartésianisme à propos de telle thèse ou de telle position, eu égard à la philosophie même de Descartes. Nous nous proposons seulement de dégager certains traits caractéristiques de ce que l’on peut convenir d’appeler l’ennemi cartésien, fréquemment retenus dans les discussions actuelles autour du cartésianisme et de ses variantes modernes, et à partir desquels il sera possible de mieux comprendre les raisons et les enjeux de la référence à Descartes dans les travaux de philosophie de l’esprit et de sciences cognitives2.

Le dualisme

  • 3  J. Kim, Philosophie de l’esprit [Philosophy of Mind, seconde édition, Boulder, Westview (...)
  • 4  Voir notamment P. Smith-Churchland, Neurophilosophie. L’esprit-cerveau [Neurop (...)
  • 5  D. C. Dennett, La conscience expliquée [Consciousness Explained, Little, Brown (...)

3La notion de dualisme est sans aucun doute celle qui se trouve le plus couramment associée au cartésianisme dans les travaux contemporains sur l’esprit. La forme de dualisme traditionnellement attribuée à Descartes, le dualisme des substances, consiste à poser l’existence dans le monde de deux types de substances distincts et ne possédant aucune communauté de nature : d’une part les corps, matériels, étendus ; d’autre part les esprits, immatériels et non étendus. L’homme, fait de corps et d’esprit, serait ainsi une entité composée de deux réalités radicalement différentes3. Cette position a fait l’objet de nombreuses critiques de la part des théoriciens contemporains du mind-body problem, dont la principale concerne la possibilité d’une interaction causale entre les deux substances cartésiennes4. La « sagesse dominante » est aujourd’hui le matérialisme, soit la conception selon laquelle toutes les choses du monde, et donc l’esprit lui-même, sont faits d’une seule et même substance, à savoir la matière ou « la substance physique de la physique, de la chimie et de la physiologie »5.

  • 6  D. Chalmers, L’esprit conscient. À la recherche d’une théorie fondamentale [The Consciou (...)
  • 7  Nous reprenons ici les termes utilisés par Kim pour décrire le dualisme substantiel cart (...)

4Toutefois, l’abandon de la substance mentale cartésienne n’aurait pas suffi à évacuer définitivement toute forme de dualisme cartésien. Ainsi, certains défendent aujourd’hui un dualisme des propriétés6, position souvent considérée par ses adversaires matérialistes comme l’héritière directe du dualisme substantiel, dans la mesure où elle consiste également à admettre l’existence de deux types de réalités fondamentalement et irréductiblement distinctes7 dans le monde, l’une physique et l’autre non physique – la seule différence avec la position cartésienne, non significative aux yeux des matérialistes, étant que ces deux réalités ne renvoient pas à des substances, mais à des propriétés du domaine physique.

  • 8  Searle, ouvr. cité, p. 51. La tradition matérialiste visée par l’auteur comprend le béha (...)
  • 9  Searle, ouvr. cité, p. 51 et, pour le lien entre dualisme conceptuel et cartésianisme, p (...)
  • 10  Voir sur ce point les deux premiers chapitres de La redécouverte de l’esprit.

5À cette variante moderne du dualisme cartésien s’en ajoutent d’autres, qui peuvent avoir pour effet de changer radicalement la cartographie des positions cartésiennes et non cartésiennes. Pour Searle, par exemple, il convient de voir le matérialisme lui-même « comme une forme vraiment [sic] de dualisme »8 – et, pourrait-on ajouter, de cartésianisme –, non pas au sens où les défenseurs de cette position admettraient une forme ou une autre de dualisme ontologique (dualisme des substances ou des propriétés), mais au sens où ils seraient prisonniers, tout comme leurs adversaires dualistes, d’un « dualisme conceptuel » d’origine cartésienne. Celui-ci consiste à « prendre très au sérieux les concepts dualistes, en d’autres termes, à penser qu’en un sens important “physique” implique “non mental” et que “mental” implique “non physique” »9. C’est parce qu’ils souscrivent à cette version du dualisme cartésien que les matérialistes sont amenés, selon Searle, à nier la spécificité des phénomènes mentaux ordinaires et à laisser de côté la conscience et la subjectivité dans leur étude du mental10. De ce point de vue, il apparaît que même ceux qui s’opposent le plus vigoureusement au cartésianisme, interprété en termes de dualisme (ontologique), restent en fait cartésiens et dualistes (au sens du dualisme conceptuel), évidemment à leur insu.

  • 11  La formule est reprise de F. Varela, E. Thompson et E. Rosch, L’inscription corporelle d (...)
  • 12  A. R. Damasio, L’erreur de Descartes. La raison des émotions [Descartes’ Error. Emotion, (...)

6La notion de dualisme cartésien a enfin été utilisée dans les travaux autour de l’inscription corporelle de l’esprit11, pour dénoncer les conceptions matérialistes qui, pour ce qui est des rapports entre corps, cerveau et esprit, réintroduiraient la « coupure »12 que Descartes avait instaurée entre le corps et l’esprit. L’accent est mis ici sur le caractère désincarné de l’esprit cartésien, non pas seulement au sens où ce dernier est ontologiquement différent du corps, mais au sens où il n’est qu’incidemment incarné dans le corps ou l’organisme, et en aucune manière façonné par lui. On peut se reporter, pour cette interprétation de la conception cartésienne, à la description qu’en propose van Gelder :

  • 13  Dans le texte original : « disembodied ».
  • 14  Angl. : « […] is embodied in the people ».
  • 15  T. van Gelder, « The distinction between mind and cognition », dans Y.-H. Houng & J.‑C.  (...)

L’esprit cartésien est fondamentalement désincarné13. Dire cela ne revient pas seulement à répéter qu’il est d’un genre ontologiquement distinct du corps. Une constitution est d’un genre différent du peuple, mais elle s’incarne dans le peuple14 ; elle n’est pas autre chose que ce peuple même et ses pratiques considérés d’un certain point de vue. Mais il en va tout autrement pour l’esprit cartésien, qui n’est pas fait de corps. La conséquence est que l’esprit cartésien se caractérise comme entièrement in-corporel. L’esprit n’est dans sa nature aucunement façonné par quelque relation que ce soit avec le corps.15

  • 16  Damasio, ouvr. cité, p. 334.
  • 17  Damasio ajoute : « ainsi que l’environnement physique et social » (ouvr. cité, p. 338).
  • 18  Ouvr. cité, p. 309. Voir également sur ce point p. 301-317.

7C’est ainsi que Damasio, par exemple, peut déceler un dualisme cartésien dans les théories qui font de l’esprit « une sorte de programme informatique pouvant être mis en œuvre dans une sorte d’ordinateur appelé cerveau » ; outre le fait que l’enracinement cérébral n’est pas, dans ce type d’approche, déterminant pour comprendre le fonctionnement du mental, le lien entre cerveau et corps se ramène en effet à cela seul que « le premier ne peut pas survivre sans les fonctions vitales desservies par le second »16. De la même façon, il est possible, dit Damasio, de voir « un certain dualisme cartésien (posant une séparation entre le cerveau et le corps) dans l’attitude des spécialistes des neurosciences qui pensent que les processus mentaux peuvent être expliqués seulement en termes de phénomènes cérébraux, en laissant de côté le reste de l’organisme […] »17. Contre ces différentes approches, l’auteur fait valoir que « les processus mentaux émanent de l’organisme entier, et non pas seulement d’un cerveau séparé du corps »18.

L’internalisme

8Pour les philosophes contemporains et les chercheurs en sciences cognitives, Descartes n’est pas seulement le représentant par excellence du dualisme ontologique ; il est également celui qui a défendu la thèse, reprise sous différentes formes aujourd’hui, d’un esprit interne au sujet. Que faut-il entendre par là ?

  • 19  G. Ryle, La notion d’esprit. Pour une critique des concepts mentaux [The Concept of Mind(...)

9La notion d’esprit interne, telle qu’elle se trouve couramment rattachée à la conception cartésienne, est généralement prise en deux sens. Elle renvoie premièrement aux caractéristiques épistémiques de la connaissance directe ou immédiate (par introspection), du privilège ou de l’autorité de la première personne, de l’infaillibilité et de la transparence – celles-là mêmes qui se trouvaient mises en avant par Ryle dans sa critique de la « doctrine reçue », remontant à Descartes, des « deux mondes » et de la « double vie »19. C’est sur ce sens qu’insiste également van Gelder lorsqu’il affirme, à propos de la conception cartésienne de l’esprit :

  • 20  Van Gelder, ouvr. cité, p. 60 (nous traduisons).

Pour Descartes, l’esprit était essentiellement quelque chose d’interne. Que faut-il entendre par là ? […] La propriété qui permet de faire la différence entre interne et externe pour Descartes est celle de l’accessibilité par introspection. Une entité mentale est à l’intérieur de mon esprit si elle m’est accessible par introspection. Les frontières des esprits sont exclusives et hermétiques ; chaque entité mentale est accessible à un esprit et un seul. C’est cette caractéristique structurelle du domaine mental qui permet d’affirmer que les esprits sont essentiellement internes : leur contenu se situe toujours à l’intérieur d’une frontière d’accessibilité qui exclut tous les observateurs à l’exception d’un seul.20

  • 21  Vocabulaire des sciences cognitives, O. Houdé et al. éd., Paris, Quadrige/PUF, (...)
  • 22  Descartes, Méditations métaphysiques, dans Œuvres de Descartes, ouvr. cité, t. IX, p. 23

10Cette notion d’esprit interne renvoie deuxièmement à l’idée d’une indépendance de l’esprit vis-à-vis de l’environnement extérieur. On parle ainsi d’« internalisme cartésien » en référence à la thèse de Descartes selon laquelle l’esprit et le contenu des pensées seraient les mêmes si le monde extérieur était entièrement différent de ce qu’il est, et même si un tel monde n’existait pas du tout21 : que la lumière vue, le bruit entendu ou la chaleur ressentie soient ou non de fausses apparences, il n’en demeure pas moins « très certain », dit l’auteur de la Méditation seconde, « qu’il me semble que je vois, que j’ouïs, et que je m’échauffe ; et c’est proprement ce qui en moi s’appelle sentir, et cela, pris ainsi précisément, n’est rien autre chose que penser »22. Arrêtons-nous rapidement sur cet aspect du cartésianisme, dont on considère qu’il a également survécu à l’abandon du dualisme ontologique.

  • 23  Pour ce sens général de la notion d’externalisme et pour une présentation des différente (...)
  • 24  On pourra se référer à van Gelder, « Dynamique et cognition » [« What might cognition be (...)

11Les théoriciens contemporains qui défendent une position externaliste, soit l’idée que l’esprit et les phénomènes mentaux sont constitués par l’environnement extérieur23, mettent souvent en avant l’erreur commise par les philosophes et les chercheurs en sciences cognitives lorsqu’ils se sont concentrés, dans leur critique de Descartes, sur la thèse de l’immatérialité de l’âme ou sur le dualisme interactionniste24. Certes, il est nécessaire d’abandonner la substance mentale cartésienne et de matérialiser l’esprit ; mais considérer que c’est là le point crucial revient tout d’abord, comme l’affirme par exemple McCulloch, à se méprendre sur les bénéfices que l’on peut retirer du simple rejet du dualisme ontologique ou de l’adoption du matérialisme :

  • 25  G. McCulloch, The Mind and its World, New York, Routledge, 1995, p. xi-xii (nous traduis (...)

De nos jours, il est assez fréquent que les philosophes procèdent comme si la première étape, celle qui consiste à rejeter l’immatérialisme et à affirmer la matérialité de l’esprit, était l’étape cruciale […]. [C’]est une erreur. Beaucoup des questions soulevées par la position de Descartes survivent à la transition vers un cadre matérialiste, et laissent non résolus des problèmes métaphysiques au moins aussi profonds que ceux qui ont été réglés lorsqu’on a commencé à se détourner de l’immatérialisme. Et bien peu de choses sont réglées, si peu, quand on rejette l’immatérialisme.25

  • 26  Nous reprenons ici la traduction habituelle du terme anglais embedded ; voir van Gelder, (...)

12Cela conduit en outre à négliger, dans le sillage cette fois de Descartes, un problème central pour les défenseurs de l’externalisme : celui de la façon dont l’esprit est, et doit être, non pas seulement incorporé, mais enchâssé26 dans le monde.

  • 27  Voir Corazza et Dokic (ouvr. cité). Rappelons que pour le physicalisme des types, chaque (...)
  • 28  L’expression est utilisée par van Gelder (« Dynamique et cognition », ouvr. cité) pour d (...)

13C’est ce qui expliquerait que nombre de conceptions matérialistes (par exemple le physicalisme des types, le fonctionnalisme, le matérialisme éliminativiste)27 et les sciences cognitives orthodoxes28 aient été amenées, en rejetant la distinction entre esprit et cerveau, à épouser la distinction non moins cartésienne entre esprit et monde extérieur. Une nouvelle citation de McCulloch fera clairement apparaître ce dont il est question ici :

  • 29  McCulloch, ouvr. cité, p. xii (nous traduisons).

Bien qu’il soit aujourd’hui d’usage de rejeter l’immatérialisme de Descartes, il l’est presque tout autant d’adopter une forme de cartésianisme matérialiste, selon lequel l’esprit est, essentiellement dans tous les cas, une chose (matérielle) située dans le cerveau. Telle est la forme la plus courante de l’Internalisme contemporain, conception selon laquelle les caractéristiques mentales d’un individu sont totalement constituées par ce qui se passe à l’intérieur de cet individu, de sorte que tout ce qui concerne son environnement physique ou culturel n’a aucun rapport avec les critères d’identité des caractéristiques mentales en question.29

  • 30  Van Gelder, « Dynamique et cognition », ouvr. cité, p. 367.
  • 31  Ouvr. cité, p. 369. « L’agent post-cartésien », affirme van Gelder, « parvient à se débr (...)

14L’anti-cartésianisme, le post-cartésianisme ou encore la science cognitive non cartésienne auront au contraire pour tâche de « faire sortir »30 l’esprit, notamment du crâne, ou encore de supprimer la frontière entre intérieur et extérieur propre à l’internalisme cartésien. Ainsi sera-t-il possible de faire de l’environnement physique et social une composante essentielle de l’esprit humain, mais aussi, comme le préconise par exemple van Gelder, de substituer au « modèle de l’esprit comme constructeur atemporel de représentations » une approche dynamique de la cognition, mettant l’accent sur « l’interaction continuelle et en temps réel des agents situés avec un monde en changement », et faisant passer les représentations au second plan31.

  • 32  Searle, ouvr. cité, p. 22.
  • 33  Ouvr. cité, p. 34.
  • 34  Cette terreur permettrait notamment de comprendre que l’on se soit à ce point (...)

15Il est permis de mieux comprendre, au terme de ce bref aperçu, l’importance que revêt la critique du cartésianisme dans la philosophie et les sciences cognitives. La conception cartésienne de l’esprit n’apparaît pas ou plus seulement comme cette conception extravagante et « antiscientifique » allant de pair avec « la croyance en l’immortalité de l’âme, le spiritualisme et ainsi de suite »32. À cet égard, la thèse de Searle selon laquelle nous sommes « terrorisés » à l’idée de « retomber dans le dualisme cartésien »33, pour pertinente qu’elle soit34, est sans aucun doute insuffisante pour rendre compte de la façon dont Descartes se trouve convoqué et critiqué dans les travaux philosophiques et scientifiques sur l’esprit.

  • 35  Voir par exemple Wheeler, ouvr. cité, p. 16 et chap. 3 et 4.
  • 36  Van Gelder, « Dynamique et cognition », ouvr. cité, p. 367.

16Le cartésianisme a tout de l’ennemi sérieux, comme en témoignent sa résistance au matérialisme et sa capacité à pénétrer la science et le travail empirique35. L’erreur aura ainsi peut-être été de le sous-estimer en le réduisant au dualisme substantiel. L’insistance des théoriciens contemporains sur l’indépendance qui existe entre cette thèse et d’autres caractéristiques de la conception cartésienne moins présentes dans les critiques formulées à l’encontre de Descartes est de ce point de vue assez significative : à l’heure où le matérialisme s’est largement imposé, il conviendra de mettre l’accent sur d’autres erreurs du cartésianisme, plus « subtiles, omniprésentes et pernicieuses », qui « subsistent même lorsque le dualisme substantiel est rejeté »36. C’est par ailleurs à cette condition que la référence à Descartes pourra remplir les deux fonctions qui semblent devoir lui être assignées : premièrement, celle de révéler le caractère profondément cartésien d’un certain nombre d’approches contemporaines de la cognition – ce qui ne saurait évidemment se faire sur la base de l’adhésion au dualisme substantiel –, deuxièmement, celle d’orienter convenablement la recherche philosophique et scientifique sur l’esprit, en mettant au jour les défaillances du cartésianisme et, corrélativement, la marche à suivre pour y remédier.

  • 37  Cette position est défendue par Wheeler (ouvr. cité, en particulier p. 15-16 et note 10, (...)
  • 38  Nietzsche, Éléments pour la généalogie de la morale, trad. P. Wotling, Paris, Librairie (...)

17Il apparaît finalement que cette référence revêt des enjeux importants, qui vont bien au-delà de la « manœuvre du “donnons-lui un nom” ». Face à un tel constat, certains théoriciens contemporains mettent en avant la nécessité d’accorder davantage de soin au travail de convocation des textes cartésiens. La thèse qui se trouve avancée, suffisamment rare pour être relevée, est en substance la suivante : on ne pourra développer d’analyse pertinente de la façon dont le cartésianisme informe les recherches actuelles sur l’esprit, ni déterminer efficacement les conditions d’une approche non cartésienne, si l’on ne se débarrasse pas des idées reçues sur Descartes pour prendre en compte la réalité même et la complexité de sa position37. Le cartésianisme reste ici ce qui est à dépasser, mais à la posture de rejet se mêle une forme de respect à l’égard de Descartes et de sa philosophie, celle, peut-être, qu’il convient de porter à ce type d’ennemi « chez qui il n’y a rien à mépriser et énormément à honorer »38.

Haut de page

Notes

1  J. R. Searle, La redécouverte de l’esprit [The Rediscovery of the Mind, Cambridge, MIT Press, 1992], trad. C. Tiercelin, Paris, Gallimard, 1995, p. 24 : « […] il est très difficile, même à l’époque actuelle, de se mettre à dire tout de go qu’“aucun être humain n’a jamais été conscient”. Non, le philosophe sophistiqué va plutôt donner un nom à la thèse qui veut que les gens soient parfois conscients, l’“intuition cartésienne”, par exemple ; puis il va se mettre à contester, remettre en cause, nier quelque chose qui est décrit comme l’“intuition cartésienne”. De même, il est difficile de dire tout de go que personne n’a jamais, depuis la nuit des temps, bu parce qu’il avait soif ou mangé parce qu’il avait faim ; en revanche, il est facile de contester quelque chose si vous pouvez lui coller à l’avance l’étiquette de “psychologie populaire”. Et pour donner tout simplement un nom à cette manœuvre philosophique, je l’appellerai la manœuvre du “donnons-lui un nom” ».

2  La référence à Descartes dans la philosophie de l’esprit contemporaine et les sciences cognitives a fait l’objet d’une étude détaillée dans P. Gillot, L’esprit, figures classiques et contemporaines, Paris, CNRS, 2007, deuxième et troisième parties.

3  J. Kim, Philosophie de l’esprit [Philosophy of Mind, seconde édition, Boulder, Westview Press, 2006], trad. D. Michel-Pajus, M. Mulcey et C. Théret, M. Mulcey éd., Paris, Ithaque, 2008, p. 34-35. C’est le Descartes des Méditations métaphysiques qui se trouve mis ici au premier plan. On notera que Kim s’appuie sur les Méditations seconde et sixième ainsi que sur le Discours de la méthode pour reconstituer les différents arguments épistémologiques et métaphysiques qui « semblent plaider en faveur de la thèse dualiste affirmant que les esprits sont des substances distinctes des corps » (ouvr. cité, p. 38) ; ces arguments sont cartésiens, dit-il, en ce sens qu’ils « proviennent peu ou prou » des textes mêmes de Descartes et qu’ils sont « fidèles à l’esprit du cartésianisme ». Kim précise toutefois que cela ne veut pas dire « que Descartes les a effectivement soutenus ou qu’ils ont compté parmi ceux qui l’ont poussé à défendre le dualisme des substances » (ibid.). Cette affirmation nous paraît intéressante du point de vue de l’éclairage qu’elle est susceptible d’apporter sur l’usage qui est fait de la notion de cartésianisme en philosophie de l’esprit et en sciences cognitives : ce qui est pris en compte serait moins la position réellement défendue par Descartes sur telle ou telle question que les possibilités offertes par le texte cartésien en termes d’élaboration de telle thèse ou de telle position.

4  Voir notamment P. Smith-Churchland, Neurophilosophie. L’esprit-cerveau [Neurophilosophy. Toward a Unified Science of the Mind/Brain, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1986], trad. sous la direction de M. Siksou, Paris, PUF, 1999, p. 394-395 : « La substance spirituelle étant supposée ne posséder aucune des propriétés de la substance matérielle ni avoir d’extension spatiale, la question se pose par conséquent de savoir et comment les deux substances interagissent » (nous soulignons). Pour une critique de la thèse selon laquelle la position de Descartes sur l’homme pourrait être interprétée en termes de dualisme, voir par exemple D. M. Clarke, Descartes’s Theory of Mind, New York, Oxford University Press, 2003, en particulier p. 207-258.

5  D. C. Dennett, La conscience expliquée [Consciousness Explained, Little, Brown and Company, 1991], trad. P. Engel, Paris, Odile Jacob, 1993, p. 50.

6  D. Chalmers, L’esprit conscient. À la recherche d’une théorie fondamentale [The Conscious Mind. In Search of a Fundamental Theory, Oxford University Press, 1996], trad. S. Dunand, Paris, Ithaque, 2010.

7  Nous reprenons ici les termes utilisés par Kim pour décrire le dualisme substantiel cartésien (ouvr. cité, p. 34).

8  Searle, ouvr. cité, p. 51. La tradition matérialiste visée par l’auteur comprend le béhaviorisme, les théories de l’identité de type à type, de token à token, le fonctionnalisme, ou encore le matérialisme éliminativiste. Pour ce qui est commun à ces différentes positions et qui se trouve critiqué par Searle, voir La redécouverte de l’esprit, ouvr. cité, p. 30-32.

9  Searle, ouvr. cité, p. 51 et, pour le lien entre dualisme conceptuel et cartésianisme, p. 35-36 et 86.

10  Voir sur ce point les deux premiers chapitres de La redécouverte de l’esprit.

11  La formule est reprise de F. Varela, E. Thompson et E. Rosch, L’inscription corporelle de l’esprit. Sciences cognitives et expérience humaine [The Embodied Mind. Cognitive Science and Human Experience, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1991], trad. V. Havelange, Paris, Le Seuil, 1993.

12  A. R. Damasio, L’erreur de Descartes. La raison des émotions [Descartes’ Error. Emotion, Reason, and the Human Brain, A. Grosset / Putnam Books, 1994], trad. M. Blanc, Paris, Odile Jacob, 2001, p. 338. Pour une critique de l’interprétation que propose Damasio de la position cartésienne et de la rupture Descartes/Spinoza, voir D. Kambouchner, « L’erreur de Damasio : la transition Descartes-Spinoza en psychophysiologie », dans Ch. Jaquet, P. Severac et A. Suhamy éd., La théorie spinoziste des rapports corps/esprit et ses usages actuels, Paris, Hermann, 2009.

13  Dans le texte original : « disembodied ».

14  Angl. : « […] is embodied in the people ».

15  T. van Gelder, « The distinction between mind and cognition », dans Y.-H. Houng & J.‑C. Ho éd., Mind and cognition, Taipei, Academia Sinica, 1995, p. 61 (nous traduisons).

16  Damasio, ouvr. cité, p. 334.

17  Damasio ajoute : « ainsi que l’environnement physique et social » (ouvr. cité, p. 338).

18  Ouvr. cité, p. 309. Voir également sur ce point p. 301-317.

19  G. Ryle, La notion d’esprit. Pour une critique des concepts mentaux [The Concept of Mind, Londres, Hutchinson, 1949], trad. S. Stern-Gillet, Paris, Payot & Rivages, 2005 (voir notamment les pages 75-81). Les caractéristiques épistémiques auxquelles il est fait référence ont notamment leur ancrage dans la définition cartésienne de la pensée : « Par le mot de penser, j’entends tout ce qui se fait en nous de telle sorte que nous l’apercevons immédiatement par nous-mêmes. » (Principes de la philosophie, I, art. 9, Œuvres de Descartes, Adam et Tannery éd., Paris, Vrin, 1996, t. IX, p. 28)

20  Van Gelder, ouvr. cité, p. 60 (nous traduisons).

21  Vocabulaire des sciences cognitives, O. Houdé et al. éd., Paris, Quadrige/PUF, 1998, p. 191. Pour une étude détaillée de l’internalisme cartésien et de son actualité en philosophie de l’esprit, on se reportera à E. Corazza et J. Dokic, « Un aspect du cartésianisme en philosophie de l’esprit », Studia Philosophica, 55, 1996.

22  Descartes, Méditations métaphysiques, dans Œuvres de Descartes, ouvr. cité, t. IX, p. 23.

23  Pour ce sens général de la notion d’externalisme et pour une présentation des différentes versions de cette position, voir Dokic, « La philosophie de l’esprit », dans P. Engel éd., Précis de philosophie analytique, Paris, PUF (Thémis Philosophie), 2000.

24  On pourra se référer à van Gelder, « Dynamique et cognition » [« What might cognition be if not computation », The Journal of Philosophy, 91, 1995], trad. S. Lapointe, dans D. Fisette et P. Poirier éd., Philosophie de l’esprit, II. Problèmes et perspectives, Paris, Vrin, 2003, p. 366-367 ; J. Hornsby, « Physicalist thinking and conceptions of behaviour », Subject, Thought, and Context, P. Pettit et J. McDowell éd., New York, Oxford University Press, 1986, p. 114-115.

25  G. McCulloch, The Mind and its World, New York, Routledge, 1995, p. xi-xii (nous traduisons).

26  Nous reprenons ici la traduction habituelle du terme anglais embedded ; voir van Gelder, « Dynamique et cognition », ouvr. cité.

27  Voir Corazza et Dokic (ouvr. cité). Rappelons que pour le physicalisme des types, chaque type d’état mental est identique à un type d’état cérébral (par exemple, la douleur est identique à l’excitation des fibres C, ce qui signifie qu’elle ne renvoie à aucune réalité qui existerait en plus, ou au-delà, de l’excitation des fibres C). Dans le fonctionnalisme, les états mentaux se trouvent caractérisés, non à partir de leurs supports physiques-biologiques, mais à partir de leur rôle fonctionnel en tant qu’intermédiaires causaux entre les inputs sensoriels et les outputs comportementaux et/ou mentaux (par exemple, la douleur est ce qui est typiquement causé par l’endommagement des tissus et qui, typiquement, cause des tressaillements, des gémissements, ou encore le désir de se débarrasser de cette douleur). Enfin, le matérialisme éliminativiste défend l’idée que les états mentaux, dont l’existence se révélera un jour illusoire, doivent être éliminés de la vraie science de l’esprit.

28  L’expression est utilisée par van Gelder (« Dynamique et cognition », ouvr. cité) pour désigner les sciences cognitives computationnelles et par M. Wheeler (Reconstructing the Cognitive World. The Next Step, Cambridge, MIT Press, 2005, p. 11 et 15) pour désigner aussi bien la science cognitive classique (computationnelle) que le courant connexionniste – ces deux types de science cognitive, de nature cartésienne, s’opposant à ce que Wheeler appelle « the embodied-embedded cognitive science ».

29  McCulloch, ouvr. cité, p. xii (nous traduisons).

30  Van Gelder, « Dynamique et cognition », ouvr. cité, p. 367.

31  Ouvr. cité, p. 369. « L’agent post-cartésien », affirme van Gelder, « parvient à se débrouiller dans le monde sans nécessairement le représenter. Une approche dynamique suggère comment cela peut être possible en montrant comment les opérations internes d’un système interagissant avec un monde externe peuvent être si subtiles et complexes qu’elles défient toute description en termes représentationnels – comment, en d’autres termes, la cognition peut transcender la représentation. » (Ibid.)

32  Searle, ouvr. cité, p. 22.

33  Ouvr. cité, p. 34.

34  Cette terreur permettrait notamment de comprendre que l’on se soit à ce point focalisé, dans la critique du cartésianisme, sur l’immatérialité de l’âme ou sur le dualisme substantiel (voir la note 24).

35  Voir par exemple Wheeler, ouvr. cité, p. 16 et chap. 3 et 4.

36  Van Gelder, « Dynamique et cognition », ouvr. cité, p. 367.

37  Cette position est défendue par Wheeler (ouvr. cité, en particulier p. 15-16 et note 10, p. 289).

38  Nietzsche, Éléments pour la généalogie de la morale, trad. P. Wotling, Paris, Librairie générale française (Classiques de la philosophie), 2000, p. 86.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Roux, « L’ennemi cartésien. Cartésianisme et anti-cartésianisme en philosophie de l’esprit et en sciences cognitives », Astérion [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://asterion.revues.org/2419

Haut de page

Auteur

Sandrine Roux

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon et actuellement doctorante en philosophie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Centre de rattachement : CHSPM (Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne, équipe d’accueil 1451). Dernière publication : « Les paradoxes de l’héritage cartésien dans la philosophie et les sciences cognitives : John Searle, La redécouverte de l’esprit », Actes du colloque Qu’est-ce qu’être cartésien ?, D. Kolesnik éd., Lyon, ENS Éditions (La croisée des chemins), février 2013.

Haut de page