Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

La traduction latine du Commentario de le cose de’ Turchi de Paolo Giovio : desseins politiques et destin historiographique (1537-1577)

The Latin translation of Paolo Giovio’s Commentario delle cose de’ Turchi by Francesco Negri, from Reformation propaganda to Giovio’s Opera Omnia
Martine Furno

Résumés

Cet article examine les conditions d’élaboration et la fortune éditoriale de la traduction latine d’un texte italien, le Commentario de le cose de' Turchi de Paolo Giovio publié à Rome en 1532. Ce texte politique voulant donner des éléments à Charles Quint pour engager la croisade contre les Turcs est traduit en latin en 1537 à Strasbourg par un italien en exil pour motifs religieux, Francesco Negri. Publiée cinq fois à Strasbourg, Wittenberg et Paris entre 1537 et 1539, cette traduction détourne le texte de ses premiers objectifs pour servir à la propagande réformée du parti de la paix : cette lecture politique est construite par l’association des autres textes avec lesquels il est publié, qui en orientent le sens. Une fois sortie de l’actualité, cette traduction est publiée parmi les œuvres latines de Giovio, sans mention du traducteur, et se fige en un texte historiographique à simple valeur documentaire.

Haut de page

Texte intégral

1En 1578, Pietro Perna publie pour la troisième fois les œuvres latines de Paolo Giovio, en incluant à la fin des Vitae illustrium virorum le Turcicarum rerum commentarius du même auteur, en latin, comme un complément naturel au travail historiographique de Giovio sur son temps. Or ce texte latin n’est pas exactement de Giovio, puisqu’il est une traduction réalisée en 1537 par Francesco Negri d’un opuscule en italien paru sous le titre de Commentario de le cose de’ Turchi quelques années plus tôt. De ce texte sur un sujet qui occupe, voire passionne ce qu’on pourrait appeler l’opinion européenne entre 1530 et 1550, existent d’autres traductions, à peu près contemporaines, en français, allemand, espagnol, anglais. Mais ces traductions vernaculaires, qui couvrent forcément un lectorat plus large, ont été réalisées à partir de la traduction latine, et celle-ci, notamment entre 1537 et 1539 où paraissent six éditions différentes, a répondu à un besoin et à des desseins précis que je voudrais essayer de démêler.

L’original et la traduction

2Paolo Giovio entame vraisemblablement la rédaction du Commentario de le cose de’ Turchi en 1530, après la rencontre entre Charles Quint et le pape Clément VII à Bologne, où est au moins théoriquement décidée la guerre contre les Turcs et Soliman le Magnifique, qui a battu les Hongrois à Mohács en 1526, pris Buda puis assiégé Vienne en 1529. La croisade, qui aurait dû réunir l’ensemble des forces de la chrétienté, n’aura pas lieu, mais le texte de Giovio connaîtra une fortune considérable en Europe pendant une bonne partie du XVIe siècle.

  • 1 Commen =||TARIO DELLE COSE DE TVR-||CHI, DI PAVLO IOVIO, VE-||SCOVO DI NOCERA, A|| CARLO QVINTO || (...)

3Publié par Antonio Blado à Rome en 1532, repris une dizaine de fois ensuite entre Rome et Venise jusqu’en 1545, le Commentario circule aussi grâce à des traductions dans diverses langues, jusqu’à devenir une sorte de classique de la connaissance des Turcs en Occident1.

  • 2 P. Giovio, Commentario…, ouvr. cité, p. 71 : gli tediosi proemi e gli ornamenti del parlare toscan (...)
  • 3 P. Giovio, Commentario…, ouvr. cité, p. 172 : ogni cosa si risolse in fumo.

4Le choix de la langue italienne est lié aux circonstances de l’élaboration du texte : voulant faire œuvre de propagande en faveur de la croisade, Giovio vise un lectorat le plus large possible au-delà du seul public savant, lectorat en quelque sorte incarné dans le dédicataire, Charles Quint, dont la connaissance du latin est rudimentaire. Comme il le précise dans sa lettre dédicatoire, pour s’accommoder au mieux à son illustre lecteur, l’auteur laissera de côté « les préambules ennuyeux et les ornements de la langue toscane, choses superflues » et utilisera « la langue simple commune à toute l’Italie »2. Le but du texte est d’apporter sa pierre à l’édifice de la croisade, non en homme de guerre, mais en homme de savoir, qui veut donner à l’empereur les moyens de mieux connaître l’adversaire pour mieux le dominer. L’ensemble du Commentario comprend donc une partie historique, où sont relatées l’origine de l’empire turc et les biographies des onze empereurs d’Othman à Soliman le Magnifique, puis une partie plus contemporaine et synthétique, qui décrit les forces militaires du sultan et les éléments les plus remarquables de l’organisation de son armée. Cette partie se termine par un appel à la guerre : Giovio confie les espoirs de la chrétienté à Charles Quint, souhaitant que, désormais seul en position d’agir, il mène à bien l’entreprise pour sa propre plus grande gloire, sans que « tout ne se résolve en fumée »3, comme ce fut le cas une quinzaine d’années plus tôt quand l’expédition souhaitée par Leon X ne vit jamais le jour, faute d’entente entre les princes d’Occident.

  • 4 Sur Francesco Negri, voir L. Ragazzini, « Francesco Negri », Bibliotheca dissidentium, Répertoire (...)

5Ce texte a donc déjà quelques années lorsque Francesco Negri, italien de confession réformée, exilé à Strasbourg, le traduit en latin durant l’été 1537. Né en 1500 à Bassano del Grappa, Francesco Negri, formé aux études humanistes, a d’abord été moine bénédictin avant d’abandonner l’habit pour fuir à Augsbourg en 1525, puis à Strasbourg en 1529. Très proche des idées de Bucer et Zwingli, il y vit de petits travaux, dont la traduction du Commentario, qui le ramèneront comme professeur de langues anciennes à Chiavenna, en Valtellina, foyer réformé proche des zürichois, dont il sera un des animateurs dès 1538. Il y restera jusqu’en 1562, année où il part en Pologne dans une des communautés italiennes réformées pour lesquelles ce pays semble le lieu idéal de l’exercice de la liberté religieuse à ce moment. Il meurt à Cracovie en 15634.

  • 5 Voir sur cette traduction M. Furno, « Humanisme et propagande anti-catholique : la traduction lati (...)
  • 6 Mando a V. S. un libretto da me tradotto de vulgare in latino questa estate passata in Lamagna, tr (...)

6Son œuvre la mieux connue est une tragédie allégorique, intitulée Tragedia Intitolata Libero Arbitrio, parue à Bâle chez Oporin en 1546, mais sans lieu ni date et avec pour nom d’auteur les seules initiales F. N. B. Reprise et augmentée en 1551, la pièce sera traduite en français par un traducteur anonyme en 1558, et enfin traduite en latin par Negri lui même en 1559 au moment de son passage en Pologne5. La tragédie, qui narre comment la tyrannie de Libre Arbitre finit par être vaincue au cinquième acte par la seule Grâce, est précédée à partir de 1551 d’une préface-confession de foi qui ne laisse aucun doute, s’il pouvait y en avoir, sur les convictions de son auteur. Comme c’est le cas pour beaucoup des intellectuels réformés de ce temps, il semble difficile d’abstraire totalement de ce contexte militant certains travaux de Negri, y compris ses premiers essais qu’il traite lui-même avec légèreté, comme la traduction du Commentario. Dans une lettre adressée à Bartolomeo Testa depuis Chiavenna en janvier 1538, Negri désigne cette traduction, faite « l’été passé, en Allemagne », ce qui permet de la dater, comme une occupation « seulement pour ne pas rester oisif »6. Or, même s’il y a réellement dans ce travail la volonté de mettre en valeur les talents de latiniste de Negri, encore bien mal employés, il est peu vraisemblable que l’idée lui soit venue spontanément de les exercer sur ce texte, et cette traduction peut très plausiblement être considérée comme une commande, pour permettre la diffusion de certaines idées politiques et diplomatiques au-delà du cercle italianophone des premiers destinataires du livre.

Les éditions de 1537

  • 7 TVRCICA||RVM RERVM COMMEN ||TARIVS PAVLI IOVII EPISCOPI || Nucerini ad Carolum V Imperatorem Augu  (...)
  • 8 Voir J.-F. Gilmont, La Réforme et le livre, l’Europe de l’imprimé (1517-v. 1570), Paris, Éd. du Ce (...)

7Ce travail, élaboré donc pendant l’été 1537 quand Negri est encore à Strasbourg, bénéficie d’une impression quasi immédiate sur les presses de Wendelin Rihel, puisque le colophon porte la date du mois de septembre7. La presse de Rihel est à cette date une jeune officine, mais déjà engagée auprès des réformateurs de Strasbourg. À partir de 1538, Rihel imprime régulièrement non seulement Sturm lui-même et les manuels qui lui sont nécessaires au Gymnasium, mais aussi Bucer, Sleidan et Calvin8. Une telle conjonction de calendrier, c’est à dire une traduction faite l’été, et imprimée en septembre par un imprimeur construisant son implication politique ne relève pas du hasard : même si le traducteur a pu œuvrer aussi par curiosité intellectuelle ou culturelle envers un sujet qui intéresse l’Europe à cette période, il est probable que certains, dans l’aire de la réforme germanique, ont délibérément souhaité faire circuler le petit traité de Giovio.

  • 9 Negri parvient par exemple à transposer la remarque citée plus haut sur le choix de la langue comm (...)
  • 10 Cf. Rihel 1537, f° [A7 r°] pour Manescalchus, et B2 v° pour Bassa.

8Le texte est traduit fidèlement et avec brio par Negri : excellent latiniste, il en donne une version exacte selon les normes du temps, dans un latin classicisant et élégant, apte à être lu par des doctes exigeants que certains détails trop italiens de la version originale auraient laissé perplexes9. Tout est traduit, sans coupures, y compris l’épître à Charles Quint, et des marginalia, qui n’existaient pas dans les éditions de Blado, sont ajoutés : ils expliquent certains termes turcs, certes, comme le mot bassa en italien et repris tel en latin, transcription du turc pacha, glosé par Bassa dignitatis est nomen apud Turcas, mais aussi des termes français comme Manescalcus, forme d’ailleurs erronée pour marescalchus, et aussi glosée comme nomen dignitatis apud Gallos10. Beaucoup d’autres de ces notes éclairent les références à des lieux ou événements. Tout est donc fait pour rendre le texte accessible et compréhensible à un lectorat élargi hors des frontières d’Italie.

  • 11 Voir F. Higman, Lire et découvrir, la circulation des idées au temps de la Réforme, Genève, Droz, (...)

9Le passage au latin a donc ici un but d’ouverture, et sert de pont entre une langue vernaculaire et une aire géographique nationales, et une autre région européenne plus large où le lectorat cultivé pourra apprécier le texte. Ce procédé est bien identifié, et Francis Higman par exemple remarque que les traductions de textes religieux réformés, à but de propagande, se font rarement dans le pays d’origine du texte, mais plutôt dans le pays d’arrivée. Certaines traductions se font directement de vernaculaire à vernaculaire, mais d’autres passent par le sas du latin11, la traduction savante permettant de basculer, pour notre cas, un texte en italien de l’aire catholique vers l’aire germanique protestante. L’originalité ici réside moins dans le procédé que dans la nature même du texte : il ne s’agit pas de traduire un écrit protestant, mais de rendre protestant un texte qui ne l’est pas, en l’accompagnant d’autres éléments qui en orientent la lecture.

  • 12 TVRCICA||RVM RERVM COMMENTA||rius Pauli Iouii episcopi Nucerini || ad Carolum V. imperatorem || Au (...)

10En effet, dans les semaines qui suivent, avant la fin de l’année 1537, une nouvelle édition paraît, à Wittemberg, sur les presses de Joseph Clug. Le texte imprimé de la traduction de Negri est exactement le même que celui de l’édition Rihel, avec les mêmes marginalia, mais il est accompagné, avant l’épître de Giovio à Charles Quint, d’une autre épître dédicatoire, de Philippe Melanchthon, au jeune prince Jean Ernest de Saxe, datée d’octobre 153712.

  • 13 Cf. Clug 1537, f° Aii r° : Nec uero dubium est historias prodesse ad cognitionem religionis et ad (...)

11Le texte de Melanchthon, qui occupe les foAii ro à [A7 vo], est à la fois une réflexion rhétorique et topique sur l’histoire comme institutio principis, et un appel à la guerre sainte contre le Turc. La première partie du texte démontre au jeune homme combien l’histoire est utile « pour la connaissance de la religion et l’affermissement de la piété dans les âmes »13. Elle donne en effet des exemples pour trancher les controverses ecclésiales et juger sûrement de quelle est la vera Ecclesia, ou uetus et sincera, les exemples du passé pouvant être ramenés au présent. Mais la connaissance politique des états contemporains est également indispensable aux princes, et particulièrement celle de l’empire ottoman, dont l’opposition au nom chrétien est présentée comme quasi constitutive.

C’est pourquoi, comme j’avais trouvé cet Epitome de l’histoire turque écrit par le très prudent Paul Jove, j’ai décidé qu’il devait être publié ici aussi, pour que de plus nombreux lecteurs le lisent,

  • 14 Cf. Clug 1537, f° Aiiii r : Cum igitur uniuerso christiano nomini iustum et propemodum naturale di (...)
  • 15 Cette expression, ou d’autres reprenant la même idée, ont désigné l’alliance de François Ier et So (...)

12résume Melanchthon, expliquant la publication du Commentarius14. Après un éloge du prince Jean Frédéric, alors en charge de l’électorat de Saxe, l’humaniste revient sur le danger que représentent les Turcs, véritable fléau d’hérésie que les princes Chrétiens se doivent de repousser. Derrière le terme générique de principes Christiani nominis, sont sans doute visés les princes germaniques comme l’électeur de Saxe, mais aussi Charles Quint qui en septembre 1537 s’est retiré sans gloire de Provence où son armée s’est battue contre les soldats de François Ier, et contre sa flotte alliée à celle de Soliman. Cette « alliance impie »15 est présentée comme la collusion d’une Église viciée avec le démon : sans désigner explicitement le Roi de France et sa politique, Melanchthon présente clairement les victoires récentes des Turcs comme une punition des péchés de l’Église, celle qui n’est pas, évidemment, uera et sincera :

  • 16 Clug 1537, f° A5 v° : Ecclesia contaminata multis uiciis, impiis cultibus, et aliis peccatis toto (...)

l’Église contaminée de nombreux vices, de cultes impies, d’autres péchés, est punie sur toute la surface de la terre. Telle est la raison pour laquelle les succès des Turcs furent si nombreux16.

13Ce qui indigne particulièrement l’humaniste et théologien, c’est l’état de la Grèce, effectivement ravagée par Soliman, et accessoirement par quelques galères françaises, exactement à ce moment de l’année 1537 : les Grecs d’aujourd’hui, abandonnés de tous, sont, pour Melanchthon, dans la même situation tragique que les Grecs des Thermopyles. La défense de la uera religio et la protection des mœurs exigent donc une riposte, et une victoire, des regna Christiani nominis.

14Cette préface n’est pas que le brûlot d’une âme indignée qui appellerait à la révolte les armées du Christ contre le démon : elle est un texte militant, où l’identité protestante ne se voile pas du couvert de la diplomatie. Des expressions comme uera, uetus et sincera Ecclesia, uera religio, la récurrence de tournures christocentriques comme cognitio Christi, regna ou principes nominis Christi, Christus faciat, sont autant de marques qui signent la préface, mais rejaillissent aussi sur le texte de Negri qui suit.

  • 17 Giovanni Battista Egnazio, De Caesaribus libri tres, livre 2, f° Fg3r°-Fg4 v° dans l’édition Venez (...)
  • 18 F° [I7 r°]-[I8 v°] pour les deux poèmes. Je n’ai pas identifié autrement le Sabinus auteur du prem (...)

15La traduction latine n’est donc pas qu’un moyen de rendre la lecture du Commentario de Giovio aisée à ceux qui ne connaissent pas l’italien : elle est aussi une appropriation Réformée d’un ouvrage désigné comme catholique par sa langue, le lieu de son édition et son dédicataire. Cette appropriation germanique et protestante est enfin complétée par les éléments ajoutés dans le livre après le texte du Commentarius à proprement parler. On trouve en effet aux fo I4 vo-[I6 ro] un extrait du De Caesaribus libri tres de G. B. Egnazi intitulé De Byzantio, dont la fin est un appel indirect à la reprise de la ville17, puis un poème en distiques élégiaques intitulé Ad Germaniam, d’un certain Sabinus, et une Elegia de Johann Stigellius, disciple de Melanchthon. Le début du premier poème (« Où s’en est allée ta vertu guerrière, Germanie... ») et la fin du second (« Celui qui prend les armes avec courage contre les Gètes cruels / gagne désormais les joies méritées du ciel »)18 disent assez clairement la double ligne de lecture donnée à cette publication : ranimer le courage d’une Allemagne qui se donne pour mission de protéger la Chrétienté, régénérée par la Réforme, et unie sous un même étendard. Car la reprise d’une texte italien cherchant à prévenir les forces chrétiennes contre une menace commune prend aussi le sens, sous les plumes protestantes des pasteurs strasbourgeois et de Melanchthon, d’un appel non pas à la réconciliation impossible avec la papauté, mais au moins à la pacification entre eux des principes nominis Christi, qui pourraient ainsi réduire les déchirements des communautés chrétiennes notamment entre France et Allemagne. Le passage au latin, à ce moment, donne au texte de Giovio une forme d’universalité chrétienne qui ennoblit ou sublime ce qui, en italien, pouvait n’être que la réflexion d’un seul parti.

  • 19 Vrsprung der Tur||kischen Reichs / bis auff den || itzigen Solyman / durch D. || Paulum Jovium / B (...)

16Cette ligne de lecture protestante se clôt enfin, au tout début de l’année 1538, par la publication, toujours chez Clug à Wittenberg, de la traduction en allemand de la traduction latine de Negri, accompagnée de la préface de Melanchthon et de quelques autres textes, dont une épître de Luther contre les Turcs et une sorte de postface-confession de foi du traducteur Justus Jonas, lui-même ami de Luther19.

Les éditions de 1538 et 1539

17Les lectures de la traduction de Negri peuvent donc être construites par l’appareil de textes qui entoure le Commentarius à proprement parler. C’est encore le cas pour les éditions qui suivent, celles de 1538 à Anvers chez Steelsius et les trois impressions parisiennes, celle des frères Langelier en 1538, et celles de Robert Estienne en 1538 et 1539 : sans toucher au texte lui-même, ces imprimeurs influencent sa lecture par la manière dont ils construisent le livre dans lequel ils le diffusent.

1538, Anvers

  • 20 TVRCICA||RVM RERVM COM||mentarius Pauli Iouii Episcopi Nuceri =||ni ad Carolum .V. Imperatorem || (...)
  • 21 Steelsius 1538, f° [F4 v°] : Occurrens enim ei Caesar exquisitissimis Germanorum copiis, omnem fac (...)

18Joan Steelsius, ou Steels, qui reprend le texte de Negri après les éditions de Rihel et Clug, est un imprimeur anversois dont la maison publie des ouvrages religieux tout à fait catholiques, mais aussi des manuels scolaires et des classiques latins20. Sa façon de lire le Commentarius ne fait pas de doute : il prend la traduction de Negri comme un appel à la croisade et à la gloire de Charles Quint, et gomme évidemment tout ce qui marquait l’édition précédente du sceau de la Réforme. La préface de Mélanchton disparaît donc, ainsi que le texte d’Egnatius et les deux poèmes qui fermaient le livre chez Clug ; mais le Commentarius est cette fois complété par trois pages intitulées De Graecia, non signées, et peut-être de Steelsius lui-même. Le début reprend à son compte l’indignation de Melanchthon sur l’abandon de la Grèce et le fait que ce fléau est une punition divine, mais il n’est plus question ici que du péché de l’homme, et non des souillures de l’Église sur toute la surface de la terre. La suite condense, en en citant nommément l’auteur mais non exactement le texte, un autre passage du De Caesaribus libri tres d’Egnazio, dans le chapitre intitulé De origine Turcarum, jusqu’à la mort de Mehmet le conquérant. Ensuite sont évoqués par l’auteur inconnu la prise de Rhodes, celle de Buda et le siège inutile de Vienne, après lequel la fortune tourne et amène Charles Quint à « faire céder facilement toute la force turque » qui perd 50 000 hommes en tout. Le flou optimiste de cette présentation des faits débouche sur une adresse non moins confiante : « Si Dieu ne détourne pas de nous son regard, nous récupèrerons facilement l’Asie, et nous abattrons facilement les Turcs, car Dieu ne laissera pas sa descendance aller à sa fin, lui qui est béni pour les siècles. Amen »21. Les formules employées, le Deus et non Christus, ne laissent plus la parole à la uera religio de Melanchthon : la traduction de Negri a changé de bannière, et est devenue une célébration des supposées faciles victoires impériales, célébration qui cherche peut-être à faire oublier la désastreuse campagne de Provence de l’année précédente.

1538-1539, Paris

  • 22 Je n’en ai repéré que deux exemplaires, l’un à la Médiathèque Toussaint d’Angers, l’autre à la Bib (...)

191538 voit la parution de deux autres impressions du Commentarius, à Paris, dans deux formats différents. L’une est une impression rare, in-16, format le plus petit de toutes les éditions latines, sur les presses des frères Arnoul et Charles Langelier22, l’autre est celle faite par Robert Estienne, sur sa presse parisienne, en mars 1538 puis février 1539. Pour ces deux impressions, le lieu certes a changé, mais aussi le contexte diplomatique, et la situation de l’imprimeur par rapport au pouvoir ; l’association cependant du texte de Negri avec un autre continue d’en construire la lecture.

  • 23 Par exemple la note sur Marescalchus nomen dignitatis apud Gallos est, qu’on pourrait supposer inu (...)

20Estienne reprend le format portable in-8o des principales éditions latines précédentes, et n’apporte aucune modification de fond au texte de Negri. Il en rend simplement l’impression plus soignée en corrigeant les assez nombreuses coquilles qui se trouvaient dans l’édition de Wittemberg, et il en garde tous les éléments, préface de Giovio, texte et marginalia, les mêmes positionnés au même endroit du récit23. Le livre qui contient le Turcicarum rerum commentarius est néanmoins conçu comme un dyptique. En effet, une première page de titre annonce le texte de Giovio dans les mêmes termes que les éditions de Strasbourg et Wittemberg, mais sans la préface de Melanchthon :

Turcicarum re-||rvm commentarivs || Pauli Iouii episcopi Nucerini ad Ca||rolum V. Imperatorem Augustum : || ex Italico, Latine factus, Francisco || Nigro Bassianate interprete. || Origo Turcici imperii. || Vitae omnium Turcicorum Imperatorum. || Ordo ac disciplina Turcicæ militiæ exactissi-||me conscripta, eodem Paulo Iouio authore. || [marque Silvestre 318] || PARISIIS || Ex officina Roberti Stephani. || M. D. XXXVIII.

21Le texte traduit par Negri se termine page 100, au verso du folio [G2] ; le recto du folio [G3] porte une seconde page de titre :

Commentarius || captae vrbis, dvcto-||re Carolo Borbonio, ad exquisitum || modum confectus : vbi non modo or-||dine magis quàm hactenus ab aliis || exposita omnia, sed multa etiam aliter || cernere liceat, Authoris innominati. || Huic adiecta sunt poemata duo, || Carolus, siue Vienna Austriaca. || Carolus, siue Tunete. Anastasii. || [marque Silvestre 318] || PARISIIS || Ex officina Roberti Stephani. || M. D. XXXVIII.

  • 24 Voir E. Armstrong, Robert Estienne Royal printer, An historical Study of the Elder Stephanus, Camb (...)

22Le verso de cette page de titre est blanc, puis on trouve au fo Giiii ro une lettre de Ioachim Camerarius à Daniel Stilbar, qui sert de préface au texte sur le sac de Rome, et enfin le texte lui-même avec une nouvelle pagination. Comme l’a déjà dit Elisabeth Armstrong24, il s’agit donc bien d’un seul livre conçu en deux parties, puisque il n’y a pas de rupture de cahier entre les deux textes.

  • 25 COMMENTARIVS || CAPTAE VRBIS DUCTO-||re Carolo Borbonio, ad exquisitum || modum confectus : ubi no (...)
  • 26 Voir f° Giiiir° : scito illum ab A. Palaespyro missum. Andreas Althamer, qui, comme Melanchton, ut (...)
  • 27 Commentarius captae urbis 1538, p. 12 : Nam eo die quo videlicet hostibus vrgente rerum omnium ino (...)
  • 28 p. 28 : Te canimus, te dehinc rebus foeliciter actis / in terris penitus stabilita pace canemus. J (...)

23Cette seconde partie est la reprise d’un texte également politique, paru à Bâle chez Hervagius en 153625. L’auteur peut-être anonyme, mais peut-être superposable à Andreas Althamer qui aurait envoyé le document à Camerarius comme celui-ci le dit dans la préface26, propose donc un récit du sac de Rome de 1527 qui permet de « voir bien des choses autrement » selon la page de titre. Plutôt que cruels et sanguinaires, le connétable de Bourbon et Charles Quint y apparaissent certes comme des chefs de guerre, mais dont les actions sont pondérées, et qui savent respecter les lieux saints, lesquels ne sont malmenés que par la soldatesque ivre. Le texte tourne en dérision plutôt le pape et les cardinaux, versatiles et velléitaires, tandis que Charles Quint se conduit en parfait gentleman : sitôt reçue la reddition pontificale, il restitue au pape ses droits et privilèges27. Cette pondération est bien entendue implicitement opposée à la cruauté des Turcs lors du siège de Vienne, racontée dans le poème qui suit, et elle est également glorifiée dans le second poème relatant la prise de Tunis. Le livre conçu par Estienne présente donc une chaîne de textes discrètement, mais précisément, à la gloire de Charles Quint, depuis la lettre dédicace de Giovio puis le Turcicarum rerum Commentarius qui ouvrent le recueil et appellent l’empereur à égaler le Turc, jusqu’aux deux poèmes finals dont la tonalité est claire (« Nous te chantons, et nous te chanterons ensuite, quand tu auras heureusement mené à bien ces exploits, et que la paix sera établie sur toute la terre »)28, en passant par une version très policée, et assez critique envers la papauté, de la prise de Rome.

  • 29 Voir E. Armstrong, Robert Estienne…, ouvr. cité, p. 143, et F. Schreiber, The Estiennes, New York, (...)
  • 30 Voir le texte de Melanchton et sa référence en note 14. Le « grand texte » officiel sur les Turcs (...)

24On pourrait donc s’étonner de voir paraître sur les presses d’un imprimeur parisien assez bien en cour un livre tout à l’avantage de l’éternel rival du roi de France, et plein d’une ardeur belliqueuse envers son allié ottoman. Or les conditions sont exactement réunies pour une telle parution entre mars 1538 et février 1539 quand Estienne reprend son édition une seconde fois : François Ier va se rapprocher de Charles Quint jusqu’à signer la trêve de Nice en juin 1538, puis une véritable alliance après l’entrevue d’Aigues-Mortes en juillet, et en octobre les forts de Castelnovo sur l’Adriatique sont repris aux Turcs par l’armée impériale, sans opposition des galères françaises qui secondaient depuis plusieurs mois la flotte turque en Méditerranée. Contrairement à ce qu’écrit E. Armstrong, suivie confusément par Fred Schreiber29, je ne pense pas que ces deux impressions d’Estienne puissent déjà être mises au crédit de ses « impressions civiques » au service de la couronne : Estienne n’est imprimeur du roi qu’en juin 1539, et les deux éditions du texte de Giovio sont faites sans le précieux label. Ces deux impressions n’ont certainement pas pour but de donner des Turcs une image modérée venant au secours de l’accord voulu par le Roi en 1535. Estienne voit dans le Turc un ennemi, ce qui est encore explicité par le fait qu’il ajoute lui aussi à la publication de 1539, après les deux poèmes, un extrait du De Caesaribus libri tres d’Egnazio sur l’origine des Turcs (De origine Turcarum) qui retrace en quelques pages l’histoire de l’empire ottoman de ses débuts à la fin du règne de Bajazet : cet extrait est essentiellement une liste des dévastations turques contre les Chrétiens autant que des turpitudes internes aux Ottomans, et sa teneur rejoint l’idée exprimée par Melanchthon dans sa préface que « la discorde est juste et presque naturelle, et la guerre perpétuelle, entre l’ensemble du nom chrétien et la nation Turque »30.

  • 31 La lettre évoque une anecdote qui étaie, ou explicite, toutes les rumeurs et fables qui pouvaient (...)

25Estienne marche donc ici surtout dans les pas de Melanchthon : la diffusion de la traduction de Negri accompagnée de la préface de Wittemberg a d’abord été un élément de propagande réformée, on l’a vu, et le texte du Commentarius Captae Vrbis, tel qu’il est présenté chez Hervagius, va dans le même sens. En effet, la lettre de Camerarius à Stilbar qui sert de préface à ce texte ironise sur les sorts « honteux et ridicules » prédits à Leon X, et Charles Quint est implicitement celui qui a failli libérer la chrétienté de son Église pécheresse avant d’être appelé à libérer la chrétienté des Turcs31. La publication d’Estienne, qui associe les deux textes, me semble être autant une requête au Roi, (abandonner « l’alliance impie » avec Soliman, revenir à une alliance avec l’Empereur, assurer la paix entre Allemagne et France et dans les régions de la Réforme) dans sa première issue en 1538, qu’un soutien à sa politique en 1539 lors de sa seconde parution. La traduction de Negri, on le voit, a fait faire au texte de Giovio le tour des lieux de pouvoir européens.

  • 32 Voir F. Higman, Lire et découvrir, ouvr. cité, p. 41 notamment.

26L’édition du texte par les frères Langelier en 1538 est un autre élément qui soutient cette interprétation. Cette impression en petit format in-16 comporte en effet exactement les mêmes éléments que celle d’Estienne, c’est à dire les deux Commentarii suivis des deux poèmes. Seules les notes marginales, peut-être malaisées à composer dans un aussi petit volume, sont absentes. Or tant le petit format que la personnalité des imprimeurs rapprochent cette édition des textes réformés que l’on fait circuler en France, plus ou moins discrètement et par des cercles identifiés, autour de 1540 ; et les frères Langelier, liés au milieu évangélique parisien, impriment beaucoup de textes au parfum hétérodoxe dans les années 1535-154532. En l’absence de date autre que le millésime, il est impossible de situer relativement l’impression des Langelier et celle d’Estienne : on ne peut donc savoir si ce sont les Langelier qui introduisent en France en 1538 ce petit livre à deux textes, ou si Estienne prend l’initiative d’une édition plus grande et plus docte, avant que les Langelier n’en fassent une version plus discrète et plus diffusable. Une concertation entre les deux officines, à but de propagande, est d’ailleurs envisageable, mais quoi qu’il en soit, c’est bien l’appariement du Turcicarum rerum commentarius avec le Commentarius captae urbis qui donne au texte de Giovio une couleur politique et une saveur pacifiste qu’il n’avait pas dans sa version vernaculaire.

Traductions de curiosité et éditions érudites, 1540-1577

  • 33 [fleuron] COMMEN||TAIRE DE PAVLVS IOVI-||VS EVESQVE DE NVCERE, DES || gestes des tvrcz, a charles (...)

27La vie de cette traduction est ensuite plus tranquillement érudite : elle sert encore deux fois de pont vers le vernaculaire, quand Nicolas Volcyr de Sérouville, secrétaire du duc de Lorraine, retraduit le latin en français, en 1539 au vu de la préface datée de février de cette année. La traduction, dédiée au duc de Lorraine, est publiée en 1540 par Chrétien Wechel à Paris, et même si on ne peut supposer ni au traducteur ni au dédicataire des sympathies réformées, ce livre ne semble pas avoir d’implication très militante dans l’un ou l’autre camp. C’est un livre de cour, qui permet indirectement de rappeler la gloire des Ducs de Lorraine au service de Charles Quint notamment lors du siège de Vienne, et qui nourrit le « desduyct » de la lecture par la curiosité pour tout ce qui touche à l’Orient33.

  • 34 A shorte treatise upon the || Turkes chronicles, compyled || by Paulus Jouius byshop of Nu =||cern (...)

28De même, en 1546, un érudit britannique dont on sait peu de choses, Peter Ashton, traduit la traduction de Negri en anglais, en dédiant son travail à Sir Rafe Sadler, diplomate et secrétaire d’Henri VIII. Là encore, la curiosité, l’intérêt exotique du texte semblent avoir autant de part à la publication que le soutien à la chrétienté en danger. Ashton, curieusement, retrouve dans sa préface, pour expliquer son travail, les accents qui étaient ceux de Giovio dans la version originale pour justifier l’italien : il dit chercher à écrire dans un anglais simple et moderne, loin des archaïsmes de Chaucer, et de termes latins savants que le common people ne peut comprendre. Soucieux d’ailleurs de pédagogie, il reprend les marginalia qui étaient dans les éditions latines, mais les complète par d’autres de son crû, ajoutant parfois des digressions explicatives, signalées comme telles, et une table généalogique des empereurs ottomans à la fin du texte34.

  • 35 MACHUMETIS SA-||racenorum principis, eius’ que successorum || vitae, doctrina, ac ipse || ALCORAN, (...)

29Par la suite, et enfin, cette traduction latine permet au texte de Giovio de s’installer parmi les écrits d’érudition, ou encyclopédiques, sur les Turcs, textes tous en latin qui relèvent de l’historiographie et non plus de l’actualité. Le Commentarius, toujours avec le même titre et le nom de Negri, apparaît par exemple dans une série d’autres textes latins sur l’Orient, qui forment l’appareil de traités complémentaires entourant une traduction latine du Coran imprimée à Bâle par Oporin en 1550 : la lettre de Giovio à Charles Quint est placée dans cette édition avant le titre de l’œuvre, inadvertance peut-être, mais qui contribue à détacher le contenu du livre de son actualité, et à le faire devenir un pur texte historiographique35. Ce destin tardif rejoint d’ailleurs les ambitions que Giovio avait pour son texte en l’intitulant Commentario, fût-ce en italien, ce qui le classait dès l’abord dans le registre des ouvrages scientifiques.

  • 36 Pour l’édition des Historiae : PAVLI IO-||VII NOVOCOMEN-||SIS EPISCOPI NVCERI||ni historiarum sui (...)

30Ce projet est finalement accompli en 1560, quand Pietro Perna publie à Bâle les Historiae sui temporis de Giovio, écrites par lui en latin, auxquelles il ajoute le Commentarius, dans sa version latine, à la fin du dernier volume. Il en reprend le titre courant de toutes les éditions précédentes, mais le coupe avant le nom du traducteur : le texte s’intègre donc d’autant mieux dans les œuvres latines de Giovio qu’il n’est pas dit que ce latin là n’est pas tout à fait de lui. Cette édition est copiée par Gryphe à Lyon l’année suivante, de la même façon, en groupant les Historiae suivies du Commentarius, mais sans le nom du traducteur. Enfin Perna, en 1577, dans une nouvelle édition des œuvres complètes de Giovio, place le Commentarius, toujours sans le nom de Negri, après les Vitae hominum illustrium : le texte est repris en entier, avec son titre accoutumé, ainsi que la lettre de Giovio à Charles Quint, les vies et l’ordo et disciplina Turcicae militiae, mais l’impression elle-même met en avant essentiellement les vies des empereurs, grâce à de très belles gravures qui précèdent chaque biographie. De plus, sur le verso de la page de titre, la liste des contenus enchaine les noms de Leon X, Adrien VII, Pompeo Colonna et des empereurs ottomans sans solution de continuité ni différenciation particulière. À cette date, le texte sur les Turcs a perdu de sa brûlante actualité, et n’est plus un texte politique, ni même un texte d’historiographie contemporaine. Pour l’imprimeur, à ce moment, ce qui l’emporte est la forme littéraire du récit, qui est en grande partie un recueil de biographies, et qu’il convient donc de placer à la suite des Vitae. À ce stade, la traduction de Negri, parce qu’elle n’est presque plus de Negri, s’est totalement fondue dans les œuvres érudites et latines de Giovio36.

  • 37 Il existe également une traduction espagnole, parue en 1543 à Barcelone, et réalisée directement d (...)

31Pourquoi, donc, avoir traduit le Commentario de le cose de’ Turchi ? Le latin a pleinement joué son rôle de langue de communication de l’Europe savante : il permet, d’une manière tellement archétypale qu’elle en est un cliché, de diffuser le texte de Giovio au delà de l’aire italianophone, directement par la lecture du latin, mais aussi par la retraduction en allemand, en français ou en anglais37. Mais cette κοίνη savante, en dehors de ses vertus de communication, a aussi le pouvoir de gommer les nationalités, ou de créer d’autres solidarités, selon qui s’en empare. En confiant à un fuoruscito, en exil pour des raisons religieuses, la traduction de ce livre italien, imprimé à Rome et donc perçu comme catholique, les prédicateurs de Strasbourg ont forgé au texte un habitus Réformé qu’un rhéteur comme Melanchthon ne pouvait qu’appuyer ou approuver. Dans sa version latine, ce texte est donc d’abord un texte politique, par le jeu discret d’appels et d’encouragement qu’Estienne et les Langelier lui font jouer ; quand son actualité s’estompe, il devient un texte historiographique, élément un peu figé d’érudition parmi d’autres du même auteur. Francesco Negri meurt en 1562 peu après le moment où son nom a commencé de disparaître des titres imprimés du Commentarius : cette disparition libère sa traduction du poids de sa personnalité, et de la part d’implication dans le siècle qu’avait son travail, mais lui donne par là une pérennité scientifique que lui-même peut-être n’avait pas osé espérer.

Haut de page

Notes

1 Commen =||TARIO DELLE COSE DE TVR-||CHI, DI PAVLO IOVIO, VE-||SCOVO DI NOCERA, A|| CARLO QVINTO || IMPERADORE || AVGVSTO. La date se tire du colophon : Romae Apud Antonium Bladum Asulanum, 1532. Format : 4. Pour une présentation du texte et son édition moderne, voir P. Giovio, Commentario de le cose de’ Turchi, a cura di Lara Michelacci, Clueb, Bologna, 2005. Le site EDIT16 – Censimento nazionale delle edizioni italiani del XVI secolo, <http://edit16.iccu.sbn.it> (consulté le 18 mai 2017) – recense douze éditions de 1532 à 1545, mais toutes ne peuvent pas être certainement datées ou attribuées.

2 P. Giovio, Commentario…, ouvr. cité, p. 71 : gli tediosi proemi e gli ornamenti del parlare toscano come cose superflue... la semplice lingua commune a tutta Italia. L’auteur choisit donc une langue de cour plus souple, moins normée et plus facile à comprendre pour un étranger que le toscan perçu comme langue littéraire. Charles Quint en effet, de langue maternelle française, est mal à l’aise avec le latin, tandis qu’il parle bien l’italien, auquel il ajoute ensuite l’espagnol et l’allemand. Voir P. Chaunu, M. Escamilla, Charles Quint, Paris, Fayard, 2000, p. 30-31 notamment.

3 P. Giovio, Commentario…, ouvr. cité, p. 172 : ogni cosa si risolse in fumo.

4 Sur Francesco Negri, voir L. Ragazzini, « Francesco Negri », Bibliotheca dissidentium, Répertoire des non conformistes religieux des seizième et dix septième siècles, édité par Angré Séguenny, tome 25, Baden-Baden, Koerner, 2006, p. 71-135.

5 Voir sur cette traduction M. Furno, « Humanisme et propagande anti-catholique : la traduction latine Liberum arbitrium Tragoedia de Francesco Negri », Studi di letteratura francese, 2016, vol. XLI (« Tradurre lo spirito, Scritture eterodosse italiane nel Cinquecento francese ed europeo »), p. 81-100.

à paraître dans les actes du colloque Tradurre lo spirito, scritture eterodosse italiane nel Cinquecento francese ed europeo, Milano, 17-18 septembre 2014.

6 Mando a V. S. un libretto da me tradotto de vulgare in latino questa estate passata in Lamagna, tradutto, dico, solamente per non star li ocioso. Cité sans autre référence de source par L. Ragazzini, « Francesco Negri », art. cité, p. 117.

7 TVRCICA||RVM RERVM COMMEN ||TARIVS PAVLI IOVII EPISCOPI || Nucerini ad Carolum V Imperatorem Augu =||stum : Ex Italico Latinus factus, Fran =||cisco Nigro Baßianate || interprete. || Origo Turcici Imperii || Vitae omnium Turcicorum Imperatorum. || Ordo ac disciplina Turcicae militiae exactißi =||me conscripta, Eodem Paul [sic] Iouio || autore. || Argentorati excudebat Wendelinus Rihelius || Anno MDXXXVII. Colophon, f° [G7 r°] : Argentorati, per Wendelinum Rihelium, || Mense septembri, Anno Christi, || M. D. XXXVII. Format : 8.

8 Voir J.-F. Gilmont, La Réforme et le livre, l’Europe de l’imprimé (1517-v. 1570), Paris, Éd. du Cerf, 1990, p. 224.

9 Negri parvient par exemple à transposer la remarque citée plus haut sur le choix de la langue commune et le refus du toscan littéraire pour en faire, sans trahir le texte, une considération plus générale qui souligne l’universalité du latin : taediosa prooemia et Tusci sermonis ornamenta, tanquam res superfluas, praetermittam, atque ut verba ipsa commodius excipiantur, simpliciori atque uniuersae Italiae communiori lingua utar (Rihel 1537, f° A2 v°). La traduction est parfaite, Tuscus sermo (parlare toscano dans l’original) pouvant s’opposer à un vernaculaire italien plus commun (lingua comune a tutta Italia), ou à une uniuersae Italiae communior lingua qui peut tout aussi bien être le latin.

10 Cf. Rihel 1537, f° [A7 r°] pour Manescalchus, et B2 v° pour Bassa.

11 Voir F. Higman, Lire et découvrir, la circulation des idées au temps de la Réforme, Genève, Droz, 1998, p. 534-543.

12 TVRCICA||RVM RERVM COMMENTA||rius Pauli Iouii episcopi Nucerini || ad Carolum V. imperatorem || Augustum, ex Italico Lati||nus factus, Francisco || Nigro Bassianate in|terprete. || Origo Turcici imperii || Vitae omnium Turcicorum impe-||ratorum. || Ordo ac disciplina Turcicae militiae || exactißime conscripta, Eodem || Paulo Iouio autore. || Addita est praefatio Philippi Melan. Colophon, f° [I 8 r°] : VITEBERGAE EX OFFICINA || Iosephi Clug. Anno. || M. D. XXXVII. Format : 8. L’épître de Melanchton se termine par la date Mense octobri MDXXXVII. Jean Ernest de Saxe, né en 1521 et mort en 1553, est le demi-frère de Jean Frédéric Ier de Saxe, protecteur de Luther et chef de la ligue de Smalkalde.

13 Cf. Clug 1537, f° Aii r° : Nec uero dubium est historias prodesse ad cognitionem religionis et ad confirmandam in animis pietatem.

14 Cf. Clug 1537, f° Aiiii r : Cum igitur uniuerso christiano nomini iustum et propemodum naturale dissidium et perpetuum bellum sit cum Turcica natione, et hoc tempore bellum exarserit, in quo nobis non modo de libertate nostra, de legibus, deque ceteris ciuilibus ornamentis, sed etiam de religione planeque pro aris et focis cum Turcica natione dimicandum est, magnopere prodest nostris principibus res Turcicas diligentissime cognoscere. Itaque, cum nactus essem hanc Epi[tomen] historiae Turcicae ab homine prudentissimo Paulo Iouio conscriptam, hic quoque publicandam esse dixi, ut plures legerent... [Puisque donc la discorde est juste et presque naturelle, et la guerre perpétuelle, entre l’ensemble du nom chrétien et la nation Turque, et puisque une guerre est aujourd’hui allumée où nous devons combattre non seulement à propos de notre liberté, de nos lois, et des autres ornements de nos cités, mais aussi à propos de la religion et clairement pour nos autels et nos foyers, il est grandement utile que nos princes connaissent très bien les affaires des Turcs. C’est pourquoi, comme j’avais trouvé cet Épitomé de l’histoire turque écrit par le très prudent Paul Jove, j’ai décidé qu’il devait être publié ici aussi, pour que de plus nombreux lecteurs le lisent.]

15 Cette expression, ou d’autres reprenant la même idée, ont désigné l’alliance de François Ier et Soliman non seulement au XVIe siècle mais aussi chez les historiens catholiques du XIXe siècle. Voir E. Garnier, L’alliance impie, François Ier et Soliman le Magnifique contre Charles Quint, Paris, Le Félin, 2008, et A. Merle, Le miroir ottoman, une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française (XVIe-XVIIe siècles), Paris, PUPS, 2003.

16 Clug 1537, f° A5 v° : Ecclesia contaminata multis uiciis, impiis cultibus, et aliis peccatis toto orbe terrarum dat poenas. Haec causa est cur tanti fuerint successus Turcicae gentis.

17 Giovanni Battista Egnazio, De Caesaribus libri tres, livre 2, f° Fg3r°-Fg4 v° dans l’édition Venezia, Manuzio, 1516.

18 F° [I7 r°]-[I8 v°] pour les deux poèmes. Je n’ai pas identifié autrement le Sabinus auteur du premier poème qui s’ouvre donc sur le vers : Quo tua bellatrix abiit Germania uirtus ? L’élégie de Stigellius se ferme sur le distique : Iampridem meriti lucratur gaudia coeli / Fortiter in diros qui mouet arma Getas.

19 Vrsprung der Tur||kischen Reichs / bis auff den || itzigen Solyman / durch D. || Paulum Jovium / Bischoff Nucerin || an Keiserliche Maiestat / Carolum || V. inn Welscher sprach ge-||schrieben / er nach aus dem || latin / F. Bassiana-||tis Verdeutschet || durch || Iustum Ionam. Format : 4. La postface de Justus Jonas, juriste proche de Luther qu’il accompagne tout au long de sa vie, est datée du 1er janvier 1538.

20 TVRCICA||RVM RERVM COM||mentarius Pauli Iouii Episcopi Nuceri =||ni ad Carolum .V. Imperatorem || Augustum : ex Italico Lati =||nus factus, Francisco Ni||gro Bassianate || interprete. || Origo Turcici Imperii || Vitae omnium Turcicorum || imperatorum. || Ordo ac disciplina Turcicae militiae || exactissime conscripta, Eodem || Paul. Iouio autore. || ANTVERPIAE, || In scuto Burgundiae, apud || Ioannem Steelsium. || Anno. 1538. Format : 8. Voir C. J. Nuyt, Jean Steelsius, libraire d’Anvers, Relevé bibliographique de se productions, Bruxelles, 1859, pour un point sur la production de Steelsius.

21 Steelsius 1538, f° [F4 v°] : Occurrens enim ei Caesar exquisitissimis Germanorum copiis, omnem facile Turcicam vim repressit. Caesa sunt passim Turcarum quinquaginta milia. Si Deus nos respiciat, facile recuperabimus Asiam, facile Turcas profligabimus. Non enim in finem haereditatem suam relinquet Deus, qui est benedictus in saecula. Amen.

22 Je n’en ai repéré que deux exemplaires, l’un à la Médiathèque Toussaint d’Angers, l’autre à la Biblioteca Panizzi à Reggio nell’Emilia. Je remercie très vivement M. Marc-Édouard Gautier, directeur adjoint de la Médiathèque Toussaint d’Angers, d’avoir consulté pour moi cet exemplaire et de m’en avoir envoyé des clichés.

23 Par exemple la note sur Marescalchus nomen dignitatis apud Gallos est, qu’on pourrait supposer inutile dans une édition parisienne, est maintenue, p. 12.

24 Voir E. Armstrong, Robert Estienne Royal printer, An historical Study of the Elder Stephanus, Cambridge, Cambridge University Press, 1954, p. 144.

25 COMMENTARIVS || CAPTAE VRBIS DUCTO-||re Carolo Borbonio, ad exquisitum || modum confectus : ubi non modo || ordine magis quam hactenus ab aliis || exposita omnia, sed multa etiam || aliter cernere liceat, Auto-||ris innominati. || Huic adiecta sint poematia duo . ||Carolus siue Vienna Austriaca. || Carolus siue Tunete || Anastasii. Colophon : BASILEAE APVD IOAN. HER-||VAG. AN. M. D. XXXVI. Format : 8.

26 Voir f° Giiiir° : scito illum ab A. Palaespyro missum. Andreas Althamer, qui, comme Melanchton, utilise parfois une transposition grecque de son nom, est un humaniste et prédicateur ayant œuvré essentiellement dans la région d’Erfurt. En dehors d’un catéchisme et de nombreux textes théologiques, il est aussi l’auteur d’un commentaire à la Germanie de Tacite. Voir Neue Deutsche Biographie, Berlin, 1953, t. 1, p. 219.

27 Commentarius captae urbis 1538, p. 12 : Nam eo die quo videlicet hostibus vrgente rerum omnium inopia sese dedidit, rursum suae potestatis factus est, et in integrum, vt vocant, restitutus, vt sacerdotia conferret, privilegia donaret ac de rebus aliis ex more statueret. [Car le jour où, pressé par le manque de tout, il se rendit apparemment aux ennemis, il fut restitué en son pouvoir et en son intégrité, comme on dit, pour conférer les sacerdoces, distribuer les privilèges, et décider des autres choses selon la coutume.]

28 p. 28 : Te canimus, te dehinc rebus foeliciter actis / in terris penitus stabilita pace canemus. Je n’ai pas identifié le personnage d’Anastasius, auteur apparemment de ces deux poèmes.

29 Voir E. Armstrong, Robert Estienne…, ouvr. cité, p. 143, et F. Schreiber, The Estiennes, New York, E. K. Schreiber, 1982, n° 56 p. 62, qui charge les Turcs du sac de Rome (on ne prête qu’aux riches).

30 Voir le texte de Melanchton et sa référence en note 14. Le « grand texte » officiel sur les Turcs ne sortira des presses d’Estienne qu’en 1540, compilé par Richer de Thorigny, chancelier du roi, et dédié au roi lui même.

31 La lettre évoque une anecdote qui étaie, ou explicite, toutes les rumeurs et fables qui pouvaient circuler d’une cour à l’autre, f° Giii r°-v° : Lusere quondam in Italia viri eruditi sortibus Virgilianis, tum Carolus adolescens fuit, nec quisquam suspicari potuit eo progressurum potentiae atque opum, quo nos cum incredibili laetitia videmus. Tunc de Pontifice Leone et aliis quae sortes foedae atque ridiculae exiisse dicantur, non lubet nunc exponere, nam animus est cum Homericis quibusdam, quarum nobis nuper spes est facta : sed de Carolo Philippi filio dictum his versibus data tum fuit : Huius in aduentum iam nunc et Caspia regna / Responsis horrent diuum, et Moetica tellus, / et septem gemini turbant trepida ostia Nili. [Des hommes érudits jouaient jadis en Italie aux sorts virgiliens : alors, Charles était adolescent, et personne ne pouvait supposer qu’il en viendrait au point de puissance et de richesses où, avec une joie incroyable, nous le voyons. Les sorts honteux et ridicules qui, dit-on, échurent à Léon X, ce n’est pas le moment de les exposer : car notre avis est de les publier avec quelques sorts homériques, qu’on nous a récemment fait espérer. Mais pour Charles fils de Philippe, ce qui, dit-on, lui fut alors attribué par les vers est : [Virgile, Aen. 6, 798-800] « À son approche, déjà les royaumes Caspiens frémissent des réponses des dieux, ainsi que la terre de Méotie, et les bouches du septuple Nil tremblent et se troublent ».]

32 Voir F. Higman, Lire et découvrir, ouvr. cité, p. 41 notamment.

33 [fleuron] COMMEN||TAIRE DE PAVLVS IOVI-||VS EVESQVE DE NVCERE, DES || gestes des tvrcz, a charles cin-||quiesme, Empereur Auguste, transl-||te de Italien en Latin par Fran-||coys Noire Bacianat, & de || Latin en Francoys, par || le polygraphe N. V. || Origine de Lempire des Turcz || Les vies de tous les Empereurs des Turcz || Ordre & discipline de la milice & chevalerie || Turcique, conscriptz tres excellemment || par ledict auteur, Paulus Iouius. || On les vend a Paris en a maison de Chrestien || Wechel, demourant a lescu de Basle, en la || rue sainct Jacques : & a lenseigne du Che||ual uolant, en la rue sainct Iehan || de Beauuays. M. D. XL. || Il est permis auec lesdictes deffenses, pour le || temps de deux ans, fact le .xx. De-||cembre M. D. XXXIX. || Io. Morin. Le traducteur « N. V. » est Nicole ou Nicolas Volcyr ou Volkyr ou Wolcyr de Sérouville, secrétaire du duc de Lorraine à partir de 1520 ou 1521. Ses publications concernent les victoires du duc contre les Luthériens, mais il traduit aussi en français les auteurs militaires latins. Comme il le dit dans sa dédicace à François de Lorraine, il semble avoir préparé à la fin de sa vie une traduction française de Vitruve, qui apparemment n’a jamais vu le jour ou la presse. Il meurt probablement en 1542. Voir Michaud, Biographie universelle, tome 44. La dédicace comme le prologue en vers reviennent plusieurs fois sur l’idée du plaisir de lecture : « lequel quant plus ie lysoie, … tant plus ardemment me delectoit » (Epistre, f° Aii r°), « Gentil liseur, qui prens desduyct a lire / en ce traicte... » (Prologue, f° Aiii v°).

34 A shorte treatise upon the || Turkes chronicles, compyled || by Paulus Jouius byshop of Nu =||cerne, and dedicated to Charles || the .V. emperour. Drawen oute of || the italyen tong into latyne, || by Franciscus Niger Bassi =||anates. And translated || out of Latyne into || englysh by Pe =||ter Ashton. || The conten||tes of the ||boke. || The beginning of te turkische || empyre || The lyves of al the Turkishe || Emperours. || The araye ans discipline or he || Turkysh warfare described, and set || forth most exactly ; the said Pau||lus beying the authour. || Wake up now, Christiens out of your slumbre || Of the Turkes to recover your long lost glory || Feare not they strength, theyr power, ne numbre || Sith right, adn not myght, atchyueth the victory. Colophon : IMPRINTED AT LON =||don In Fletestrete at the signe of the || Sunne ouer agaynst the conduyte || by Edvvarde Vvhitchurche || The. xii. day of Auguste,|| the yere of our lorde : || M.D.XLVI. Format : 8. A la fin de l’épître dédicatoire f° [6v°], Ashton déclare : I studyed rather to use the most playn and famylier english speche, then ether Chaucers wordes (which by reasons of antiquitie be almost out of use) or els inkhorne termes (as the call them) whiche the common people, for lacke of latin, do not understand. [Je me suis efforcé d’utiliser l’anglais le plus simple et le plus familier, plutôt que les mots de Chaucer (qui, trop anciens, sont pour l’essentiel hors d’usage) ou aucun autre terme d’écrivailleurs (comme on dit) que les gens du commun, sans connaissance du latin, ne comprennent pas.]

35 MACHUMETIS SA-||racenorum principis, eius’ que successorum || vitae, doctrina, ac ipse || ALCORAN, ||... [Bâle, Oporinus] 1550 ; tome 3. Format : fol. La lettre à Charles Quint est p. 106, le texte du Commentarius p. 107-140.

36 Pour l’édition des Historiae : PAVLI IO-||VII NOVOCOMEN-||SIS EPISCOPI NVCERI||ni historiarum sui tem-||poris || TOMVS PRIMVS || Acceßit Turcicarum rerum commentarius || eiusdem Iouii ad finem operis, ex || Italico Latinus factus. || BASILEAE || M. D. LX. Format : 8. En fait, le texte est à la fin du second volume, p. 650-735. Pour l’édition des Vitae : PAVLI IOVII NO-||VOCOMENSIS EPISCO-||PI NVCERINI, || Vitarum || illustrium aliquot virorum, || TOMVS II || Quorum nomina sequens pagina ostendet. || Cum singulorum veris imaginibus, ac Indice || copiosissimo || [fleuron] || [marque] || BASILEAE || Ex || Officina Typographica Petri Pernae : suis & D. Henrici || Petri sumtibus. || M D LXXVII. Format : Fol. Les vies de Leon X, Hadrien VII et Pompeo Colonna occupent les pages numérotées 1 à 176 ; puis 26 pages d’index non numétotées ; puis la numérotation reprend à 177, avec le titre PAVLI IOVII EPISCOPI || NVCERINI RERVM TVRCICA-||RVM COMMENTARIVS AD INVICTIS-||simvm carolvm v. im||peratorem avgvstvm || Ex Italico Latinus factus. La dernière page, numérotée 225, comporte après le texte une petite table de noms de lieux dans leur forme antique avec leur équivalent moderne.

37 Il existe également une traduction espagnole, parue en 1543 à Barcelone, et réalisée directement de l’italien en castillan. Il semble, comme c’est le cas parfois dans la disposition même de certains dictionnaires plurilingues de cette époque, que le passage d’une langue romane à l’autre peut se faire directement, et plus facilement, que depuis l’italien vers une langue du Nord de l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Furno, « La traduction latine du Commentario de le cose de’ Turchi de Paolo Giovio : desseins politiques et destin historiographique (1537-1577) », Astérion [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 07 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://asterion.revues.org/2920

Haut de page

Auteur

Martine Furno

Martine Furno est professeur de latin à l’université Grenoble Alpes. Membre du CERPHI depuis 2006, elle est spécialiste de l’histoire de la pédagogie et de la lexicographie du latin à la Renaissance, et travaille en histoire du livre sur les imprimeurs savants du XVIe siècle, notamment les imprimeurs réformés et la famille des Estienne. Publications récentes : « Odi et amo : divergences et points de contacts entre manuels de prosodie latine et dictionnaires de rimes français à la fin du XVIe siècle », L’épithète, la rime et la raison : la lexicographie poétique en Europe, XVIe-XVIIe siècles, sous la direction de S. Hache et A.- P. Pouey-Mounou, Paris, Garnier, 2015, p. 297-315 ; « Humanisme et propagande anti-catholique : la traduction latine Liberum arbitrium Tragoedia de Francesco Negri », Studi di letteratura francese, vol. XLI, 2016 (« Tradurre lo spirito, Scritture eterodosse italiane nel Cinquecento francese ed europeo »), p. 81-100 ; « Technique d'imprimerie et édition des textes : lexique et jeu sur les mots dans quelques documents de Robert Estienne », Le français préclassique, 2016, no 18, p. 23-40.

Articles du même auteur

Haut de page