Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Denis Lambin versus Joachim Périon : quel style pour traduire Aristote ?

Denis Lambin vs Joachim Perion: which style for translating Aristotle?
Laurence Bernard-Pradelle

Résumés

Cet article examine les choix de traduction, exposés dans deux préfaces se répondant, de deux traducteurs vers le latin de l’Ethique à Nicomaque, Joachim Périon, dont la traduction paraît en 1540, et Denis Lambin, dont le texte paraît en 1572. L’un et l’autre de ces traducteurs, à travers leur polémique, semblent en fait continuer les thèses d’un autre traducteur d’Aristote, théoricien du style de la traduction, Leonardo Bruni, dont le De interpretatione recta date de 1424-1426. Si Périon pense que le seul style possible pour traduire Aristote en latin est celui des ouvrages philosophiques de Cicéron, qui a créé le seul latin philosophique, Lambin, après avoir remis en cause le principe même d’une traduction du grec vers le latin, finit par en accepter la validité, le latin restant la langue la plus riche stylistiquement, et la plus à même de rendre la richesse du grec.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La correspondance de Marc-Antoine Muret fut publiée à Paris, chez Clopeiau et Coulombel, en 1580. P (...)
  • 2 Voir L. Bernard-Pradelle, « Le latin de correspondance de Marc-Antoine Muret : simpliciter et diluc (...)

1Lorsque l’humaniste Marc-Antoine Muret publie sa correspondance en 1580, il écarte d’emblée du corpus toutes les lettres qu’il a écrites en français, et ne retient comme dignes de la postérité que les lettres latines1. À une époque où, en Italie, l’Arétin a déjà commencé à publier des lettres écrites en vernaculaire (1538) et où, en France, Pasquier est sur le point de publier ses propres lettres françaises (1586), Muret fait le choix de s’en tenir au latin, comme si, juste avant de laisser entièrement la place à la langue nouvelle, il y avait encore un dernier seuil à passer en retrouvant l’art parfait de Cicéron dans le genre de la correspondance2. À ses yeux, et même s’il est très au fait de la modernité littéraire, le latin reste encore, le temps de cette publication, la langue de la littérature épistolaire.

  • 3 Par exemple, en 1541, Jacques Peletier du Mans publie la première traduction française de l’Épître (...)
  • 4 J.-E. Girot, Des Isles fortunées au rivage romain, ouvr. cité, p. 183-188.

2La même question et le même problème semblent se poser à propos des traductions : dans la seconde moitié du XVIe siècle, tandis que l’on voit surgir de très nombreuses traductions de textes poétiques ou historiographiques en langue vernaculaire, parallèlement, on n’en continue pas moins à traduire en latin et l’on constate que la langue officielle, concernant les traductions philosophiques, en tous les cas, reste encore uniquement le latin3. Certes, le phénomène est moins paradoxal qu’il n’y paraît de prime abord, comme Muret l’explique lui-même dans l’un de ses discours : en effet, dans l’Oratio II 17, analysée avec précision par Jean-Eudes Girot, l’humaniste explique pourquoi le latin reste la langue de traduction incontournable pour la philosophie4. Pour résumer brièvement : aux yeux de Muret, la littérature néo-latine est certes vouée à l’éphémère, sauf dans le cas très précis où elle exalte la gloire de Dieu et de son Église ; toutefois, le latin a encore quelques beaux jours devant lui : d’une part, en effet, en tant que langue de communication internationale, il permet aux élites cultivées de s’entretenir sans truchement ; d’autre part, la philosophie n’étant pas accessible au vulgaire, elle n’exige pas d’être transmise en langue vernaculaire ; par ailleurs, le latin s’avère être un instrument de communication fiable à la différence des vernaculaires, qui sont encore en mouvement, au point qu’il arrive de ne pas comprendre des textes écrits seulement quelques années auparavant, ce qui n’est pas le cas avec la langue latine, qui a atteint un degré de perfection technique inchangé depuis Cicéron ; or, suivant les préceptes cicéroniens, il n’existe pas de pensée ferme sans un style élégant, contrairement à ce que peuvent penser les modernes qui s’attachent, disent-ils, avant tout au fond ; enfin, dernier argument, comme aucune œuvre moderne n’est encore parvenue à la hauteur des chefs-d’œuvre antiques, il est nécessaire de tirer profit de leur enseignement en continuant à apprendre le latin et le grec et à les diffuser, puisqu’ils ne nous ont pas encore livré toutes leurs richesses. Pour toutes ces raisons, même si le latin n’est pas la langue d’avenir, il reste sans doute encore le meilleur moyen dont disposent les hommes du XVIe siècle à la fois pour parvenir un jour à dépasser l’Antiquité et pour transmettre la tradition grecque.

  • 5 Reprise de sa première traduction publiée en 1553 et dont il ne reste rien.
  • 6 Aristote, Ethicorum ad Nicomachum liber quintus, Roma, Antonio Blado, 1565 ; J.-E. Girot, Des Isles (...)

3Dès lors, il semble que, à l’époque de Muret qui s’en fait un peu le porte-parole, la question ne soit pas tant de savoir en quelle langue traduire la philosophie grecque, puisque, pour les raisons évoquées à l’instant, il est encore trop tôt pour que les langues vernaculaires remplacent avec succès le latin comme langue d’arrivée : les interrogations portent plutôt sur la manière de rendre ce latin, en d’autres termes sur les diverses langues latines à disposition. Là encore, Muret nous apporte un éclairage intéressant en soulevant très directement le problème : en 1565, en effet, il publie une version latine du Livre V de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, destinée avant tout à ses étudiants, dans le cadre d’un cours sur cette œuvre qu’il donne, cette année-là, à la Sapienza : en vue de rendre plus accessible son commentaire, il traduit lui-même le livre V pour ceux de ses élèves qui ne connaissent pas le grec5. Cette nouvelle version latine est accompagnée d’une préface dans laquelle il précise sa méthode, sa nouvelle compréhension du texte, mais aussi quelles ont été ses intentions en matière stylistique6 :

j’ai fait en sorte, du moins dans la mesure où cela m’a été possible, de restituer non seulement la pensée d’Aristote, mais d’imiter son style même dans les limites de la correction. En effet, quoique chacun parle et écrive à sa manière et qu’aux uns plaise un discours resserré, bref et concis, aux autres un discours ample, large et redondant, je n’approuve pas beaucoup l’opinion de certains traducteurs : alors qu’Aristote aime la sécheresse et la brièveté dans l’expression, au rebours de Cicéron qui aime l’abondance et la fertilité, et que rien ne diffère autant que leurs styles respectifs, lorsqu’ils traduisent Aristote néanmoins, parce qu’ils veulent ressembler le plus possible à Cicéron, ce que celui-là a écrit d’une manière concise et presque obscure, ils le dilatent et le développent à la manière de celui-ci. Mais à chacun son dû, comme on dit.

  • 7 Voir M. Venier et J.-E. Girot (dir.), Homo in libris ac litterulis abditus, I libri di Marc-Antoine (...)

4Ce passage laisse assez percevoir la conception de Muret en matière de traduction, même quand il s’agit d’un texte philosophique : il ne faut surtout pas rendre le style d’Aristote par celui de Cicéron. Or, on peut se demander pourquoi l’humaniste décide pourtant de traduire le livre V, qu’il s’apprête à commenter, puisqu’il disposait, à cette époque, d’autres traductions, notamment de celle de Denis Lambin de 1558, à laquelle il avait donné lui-même une préface très laudative et dans laquelle il félicitait le traducteur pour avoir rendu le style d’Aristote, contrairement à ce qu’avait fait Joachim Périon, quelques années auparavant7. Deux raisons ont vraisemblablement présidé à ce choix : d’une part, il était profondément brouillé avec Lambin depuis 1561, et donc répugnait sans doute à utiliser comme instrument de travail la traduction de son ennemi juré ; d’autre part, il s’agissait justement d’un cours, et, pour des raisons pédagogiques, il lui paraissait utile de pratiquer une traduction assez littérale, sans gommer les éventuelles obscurités du texte source qui lui étaient apparues au cours des dernières années, comme il le dit lui-même.

  • 8 Voir G. Cardinali, « I manoscritti latini di Marc-Antoine de Muret alla Biblioteca Apostolica Vatic (...)

5Toujours est-il que, si l’on en revient à ses conceptions sur la traduction, cette préface à sa propre version de 1565 et celle qu’il avait écrite pour la traduction de Lambin en 1558 ont le mérite de poser clairement les données du problème, non seulement en opposant nettement deux traductions, celle de Joachim Périon et celle de Denis Lambin, ainsi que les conceptions qui furent à l’origine de chacune d’entre elles, mais aussi et peut-être surtout en posant directement la question du style, puisque la traduction de Lambin était présentée comme supérieure à celle de Périon, tout simplement parce que le premier avait cherché à rendre le style spécifique d’Aristote, contrairement au second. Muret prenait doublement position : contre le cicéronianisme ambiant qui traduit Aristote avec la langue technique et traductologique de Cicéron, et pour une conception qui défend radicalement la nécessité de préserver le style de l’auteur grec, quel qu’il soit, même si c’est un philosophe. Par cette démarche, il se situe d’emblée dans la lignée d’un grand théoricien de la traduction du siècle précédent à Florence, l’humaniste Leonardo Bruni, lui-même grand traducteur d’Aristote : or, on sait que Bruni était le seul humaniste florentin du Quattrocento que Muret possédât dans sa bibliothèque8.

6Il se trouve que Joachim Périon et Denis Lambin ont, eux aussi, laissé chacun une préface ou un discours pour justifier leurs traductions respectives de l’Éthique à Nicomaque. Ainsi, ce bref survol des conceptions de Muret et ses remarques concernant les deux traducteurs nous invitent, tout simplement, à examiner les raisons qui ont présidé à leurs choix de traduction. Or, comme c’est le cas avec Muret, il me semble que leurs réflexions, quoique très différentes, ne sont pas sans faire écho à celles de Bruni.

7C’est donc l’hypothèse qui sera développée ici : en France, dans le deuxième tiers du XVIe siècle, même s’ils ne nomment jamais l’humaniste florentin du début du Quattrocento, des traducteurs d’Aristote donnent l’impression de continuer à dérouler et à revisiter, non seulement en les adaptant au goût du jour et en les détournant parfois, mais aussi en les poussant dans leurs ultimes implications, les principes de la pensée brunienne en matière de traduction philosophique, dont l’apport le plus riche fut sans doute ses convictions concernant la préservation du style.

8On se propose donc de confronter les réflexions de Périon, puis celles de Lambin, à celles de Bruni, après un rappel de quelques uns des grands principes prônés par ce dernier.

Les principes du De interpretatione recta de Leonardo Bruni (ca. 1424-1426)

  • 9 Pour le De interpretatione recta, une édition du texte et sa vaste bibliographie, voir L. Bernard-P (...)

9Sans s’étendre sur la réflexion brunienne en matière de traduction, il faut en dire quelques mots pour mieux comprendre celle de ses successeurs. Dans le De interpretatione recta9, son traité théorique sur la traduction, datant de 1424-1426, l’humaniste divise sa démonstration en deux parties : dans la première, il présente sa méthode (ratio) en défendant les arguments suivants : 1) avant tout, comme nécessité préalable, il exige une connaissance approfondie des deux langues, sur le plan sémantique (§ 5) : celle de la langue d’origine (le grec, en l’occurrence) par une lecture minutieuse du plus grand nombre d’auteurs possible, afin de faire la différence entre le sens premier des mots et leur sens figuré (§ 6-10) ; celle de la langue cible (le latin) afin d’éviter les néologismes, des termes inadéquats, voire des termes laissés en grec (§ 11) ; 2) une attention rigoureuse à la musicalité du texte, c’est-à-dire, au style (§ 12). Ce n’est qu’à cette double condition que l’on évitera une mauvaise compréhension du grec, une mauvaise traduction en latin, et une défiguration du style original. Après une comparaison avec la peinture (§ 14), il rappelle l’existence de trois styles fondamentaux (§ 15) et la nécessité de porter toute son attention sur les figures de mots et de pensées (§ 16-19) ; c’est alors qu’il cite deux longs passages de Platon et d’Aristote, illustrant la notion de figures de mots et de pensées (§§ 20-30).

10Dans une seconde partie, il critique la traduction médiévale de l’Éthique à Nicomaque de Robert Grosseteste, en produisant deux extraits et de sa propre traduction et de celle du traducteur médiéval, l’un pour reprocher à ce dernier sa méconnaissance du grec, l’autre pour lui reprocher sa méconnaissance du latin et son goût pour les mots laissés en grec. Telles sont, à grands traits, quelques idées défendues par l’humaniste florentin.

Le De optimo genere interpretandi de Joachim Périon si possible

  • 10 Ce moine bénédictin (1498 ou 1499-1559), ennemi assez farouche de Pierre de la Ramée, laissa une œu (...)

11Ce très bref survol du De interpretatione recta de Bruni peut nous servir d’arrière-plan pour aborder la préface de J. Périon10 : celle-ci, partant du constat que les traductions trahissent toujours le texte originel, cherche à analyser les raisons de cette trahison et à apporter des solutions, voire une méthode.

  • 11 J. Périon, Praefatio De optimo genere interpretandi, Paris, Jean Louis Tiletan pour Simon de Coline (...)
  • 12 Bruni, De interpretatione, § 15, p. 640.

12Joachim Périon émet donc le constat suivant : « Autant de styles différents, autant de traductions différentes »11. C’est avec cette formule aux airs de maxime que s’ouvre la préface. Elle ne peut pas ne pas faire écho à une autre formule, tirée précisément du De interpretatione de Bruni12 :

Car, comme presque chaque traducteur particulier possède une certaine manière de dire qui lui est propre […], le traducteur, du moins s’il est bon, se modèlera de telle sorte, dans chaque traduction particulière, qu’il suive la manière de chacune.

  • 13 Périon, De optimo genere, f° Aii r : Plerique autem in hoc genere adeo vastos se et dispares praebe (...)

13Toutefois, si elle semble s’en inspirer, elle s’en détourne aussitôt. Aux yeux du Florentin, en effet, la multiplicité des styles d’auteurs signifie que tout traducteur devra justement prendre celle-ci en compte et rendre la spécificité de chacun : pour Bruni, il existe une dépendance de nature du genus interpretandi (du traducteur) par rapport au genus dicendi (de l’auteur). Périon, quant à lui, opère une dissociation en soulignant l’autonomie du traducteur par rapport à l’auteur. Certes, il se place bien d’emblée sur un plan stylistique, mais il en tire aussitôt une conséquence insolite, inexistante chez Bruni, à savoir que les auteurs anciens utilisaient leur propre style quand ils traduisaient : par exemple, Cicéron traduisait Platon tel qu’il écrivait lui-même, tout comme le faisaient Salluste et Tite-Live. Aussi, la même œuvre traduite par Cicéron et Salluste ne peut que sembler appartenir à deux œuvres originelles différentes13 :

Or la plupart [des traducteurs] se montrent si dépourvus de limites et si divergents en ce domaine que si l’on compare leur traduction à d’autres écrits, le tout semble avoir été écrit non par un seul auteur, mais par plusieurs.

14Périon en a fait l’expérience : il trouve de belles traductions mais qui n’ont rien à voir les unes avec les autres et l’on peut soupçonner, dès lors, qu’elles ne rendent pas le texte original. En cela, il montre une conscience aiguë du problème de l’hétérogénéité des traductions et donc de leur défectuosité consubstantielle puisque leur différence même est la preuve d’une nécessaire trahison de l’œuvre originelle. Par conséquent, sa tâche va consister à élaborer une théorie, une sorte de principe de traduction unificateur, qui permettrait de lutter contre cette hétérogénéité. Pour cela, il faut, au préalable, repérer les raisons d’une telle trahison. Il en dénombre deux principales, qu’il n’hésite pas à qualifier de vitia.

  • 14 Périon, De optimo genere, f° Aii r : Id praetermittunt et negligunt, aut videntur certe, quod huius (...)

15À ses yeux, le premier piège dans lequel tombent les traducteurs est qu’ils oublient que leur tâche doit se dérouler en deux temps : d’abord assimiler le sens de l’œuvre originelle qu’ils entreprennent de traduire, en se l’appropriant complètement comme si elle venait d’eux et seulement ensuite trouver le meilleur style possible, en réfléchissant à la manière dont ils rendraient eux-mêmes cette matière, s’ils l’avaient inventée. Le style relèverait donc du traducteur et non de l’auteur14 :

Ils omettent et négligent, ou du moins en donnent l’impression, que le principe et l’essentiel de cet art sont tout d’abord de se faire une idée claire jusque dans ses moindres détails du livre qu’ils entreprennent de traduire, puis de réfléchir, en leur for intérieur, à la manière dont ils rendraient personnellement dans sa plénitude et sa splendeur le sujet qu’ils ont clairement en tête, comme inventé par eux et non par autrui, s’ils voulaient l’exprimer.

  • 15 Voir G. Folena, « Volgarizzare e tradurre : idea e terminologia della traduzione dal Medio Evo ital (...)
  • 16 Voir L. Bernard-Pradelle, « Autour de la figure pionnière de Manuel Chrysoloras : existe-t-il une é (...)
  • 17 Périon, De optimo genere, f° Aii r : Nunc cum singula verba et superstitiosius expendunt, et perseq (...)

16De l’auteur originel, Périon ne retient donc que le fond, tandis qu’il laisse le style au traducteur : à aucun moment, il n’évoque le style d’Aristote, encore moins une éventuelle éloquence d’Aristote. Ainsi le premier principe sur lequel s’appuie la théorie de Périon est-il la séparation du fond et de la forme. Dès lors, malgré la formule de départ, on peut le situer aux antipodes de la pensée brunienne en matière de traduction puisque ce dernier, à l’inverse, réfutait farouchement cette séparation entre fond et forme et défendait ce que l’on a appelé l’immedesimazione, à savoir un oubli complet de soi de la part du traducteur, pour rendre au plus près le style de l’auteur originel, seul moyen d’en rendre le sens15. Or, c’est précisément au moment où il semble s’écarter au plus haut point de Bruni que Périon s’en rapproche paradoxalement. En effet, s’il prône la séparation entre fond et forme, c’est à cause de l’irréductibilité des langues qui ne sont pas superposables et n’utilisent pas les mêmes systèmes sémantiques de base, comme l’avait démontré Bruni avant lui, à la suite de son maître Chrysoloras16. Car toute la réflexion de Périon repose sur l’intuition de la nocivité profonde « du mot à mot », qui trahit la langue de départ autant que la langue d’arrivée17 :

Mais maintenant, quand chaque mot particulier est à la fois pesé de façon un peu trop dévote et traqué de façon un peu trop vétilleuse, ils se croient obligés de se soumettre à l’injonction quasi religieuse selon laquelle, à moins de rendre le mot à mot, ils pensent que jamais ils ne rendront la pensée de l’auteur. Comme si, vraiment, toutes les langues utilisaient d’emblée un même système linguistique.

  • 18 Voir Bruni, De interpretatione, § 6, p. 630-631. Sur la théorie du langage développée par le savant (...)
  • 19 Cette conception l’a évidemment mené à une impasse que lui reprochera vigoureusement Lambin : tout (...)

17En ce sens, il est en parfait accord avec Bruni18. Il s’éloigne en revanche de nouveau des conclusions du Florentin, quand il en vient au deuxième écueil qui guette le traducteur : ce dernier peut être excellent dans son domaine, parfaitement connaître la philosophie aristotélicienne, par exemple, mais n’avoir jamais cherché à la rendre copiose et splendide, car il s’est arrêté en chemin, en négligeant d’apprendre le beau langage de celui-là seul qui a été capable de transmettre la philosophie grecque en latin, à savoir Cicéron. Périon construit une sorte de syllogisme : de même qu’il existe autant de manières de traduire que de manières d’écrire, la meilleure manière de traduire reviendra à celui qui possède la meilleure manière d’écrire ; or, en latin, le meilleur écrivain fut Cicéron : il faut donc le considérer comme ayant été aussi le meilleur traducteur et l’imiter dans sa pratique. C’est cela, rendre copiose et splendide19. Dès lors, il en vient à se contredire lui-même, car le style recherché pour la traduction ne sera même pas celui du traducteur qui était évoqué plus haut, mais uniquement celui de Cicéron.

18Là encore, Périon est à la fois très éloigné et très proche de Bruni : très proche, parce que chez le Florentin, on trouve également une défense convaincue de la traduction ornata, à savoir une importance fondamentale accordée au style ; mais très éloigné, parce que l’ornatus si vivement recherché par Bruni est celui des philosophes grecs eux-mêmes qui ont écrit ornate – ce qu’il faut tenter de rendre en latin. Chez l’humaniste du tout premier Quattrocento, il est hors de question, du moins en théorie, de traduire comme écrivait Cicéron. La seule équation brunienne qui tienne est la suivante : à chaque œuvre, un style ; à chaque traduction, ce style.

  • 20 Périon, De optimo genere, f° Aii v – Aiii r : Nam qui et rem, quam animo penitus cognorit ac concep (...)

19Une fois mis à jour les deux écueils principaux (vitia) qui guettent tout traducteur, Joachim Périon aborde le second temps de sa démonstration, en livrant sa méthode : celle-ci réside dans un apprentissage parallèle et systématique des deux langues, dont nous trouvons les prémisses, une fois de plus, chez Bruni, comme il a été rappelé plus haut. Mais là encore, à partir d’une idée semblable, Périon bifurque dans une autre direction. Certes, comme le voulait son prédécesseur, il faut travailler le latin et le grec conjointement et non séparément, car c’est la seule façon de se rendre compte des équivalences véritables entre les deux langues ; mais Périon s’écarte de la voie tracée par Bruni dès lors qu’il conseille de fuir systématiquement le mot à mot20 :

celui qui non seulement aura vu comment il traiterait le sujet (qu’il doit s’approprier et connaître par cœur) et le développerait s’il l’avait inventé lui-même, mais qui aura aussi beaucoup travaillé l’œuvre de Cicéron, celui-ci évitera presque tous les écueils : si en effet il regarde le fond, il négligera les mots, à moins qu’ils ne servent l’intelligence de notre langage : du moins ne pensera-t-il point qu’il doit user du mot à mot dans l’expression. Et s’il est un fin connaisseur des écrits de Cicéron, il saura tout de suite comment chaque mot particulier doit être rendu par une multitude de mots.

  • 21 Leonardo Bruni Aretino, Lettres familières, éd., trad. et notes de L. Bernard-Pradelle, Montpellier (...)

20Leonardo Bruni préférait une voie médiane, explicitée dans l’une de ses lettres où il explique sa méthode pour traduire Platon21 :

D’abord donc, je conserve toutes ses idées de façon à ne pas m’écarter, même très peu, de celles-ci. Ensuite, si le mot à mot peut être rendu sans la moindre maladresse ni la moindre absurdité, je le fais le plus volontiers du monde ; mais si cela n’est pas possible, je ne suis pas timoré au point de penser que je commets un crime de lèse-majesté, si ayant préservé l’idée je m’écarte un peu des mots, afin d’éviter l’absurdité.

  • 22 Voir Bruni, De interpretatione, § 9, p. 634-635. Périon préfère détourner ce conseil en prescrivant (...)
  • 23 Cicéron, De fin. III, 4, 15 : Nec tamen exprimi verbum e verbo necesse erit, ut interpretes indiser (...)
  • 24 C. B. Schmitt, Aristote et la Renaissance, ouvr. cité, p. 85.

21Mais Périon s’écarte peut-être surtout de son prédécesseur florentin quand il exige de traduire Aristote avec le seul latin de Cicéron. Chez Bruni, il fallait lire tous les auteurs grecs et tous les auteurs latins, pour commencer à percevoir subtilement les nuances sémantiques et stylistiques des uns et des autres, seule manière de repérer les divers styles latins susceptibles de rendre les différents styles grecs22. Rien de tel chez Périon : comme il a été dit, pour traduire Aristote, il n’existe qu’une seule langue, celle de Cicéron, et une seule méthode, celle de Cicéron également, présentée dans le livre III du De finibus, où l’orateur affirme qu’un seul mot peut être rendu par plusieurs23. Ainsi, traduire copiose et diserte, c’est tout faire pour éviter la répétition, la similitudo, « mère de satiété » : par exemple, telos en grec est toujours rendu par finis chez les traducteurs ; or chez Cicéron, on trouve tantôt extremum, tantôt ultimum, et donc Périon a traduit par l’un ou l’autre selon les cas, pour introduire de la variatio, là où il n’y en pas en grec, car une traduction fidèle est ennuyeuse. Il ne faut jamais oublier, écrit Périon, que la traduction reste un discours, une oratio, qui doit bénéficier des qualités et des exigences de celle-ci. La rupture avec le maître est consommée. Force est de nuancer, pour le moins, le propos de Charles B. Schmitt inscrivant totalement Périon dans la lignée de Bruni24.

22Pour finir sur Joachim Périon, notons que, s’il ne remet absolument pas en question l’hégémonie du latin comme langue de traduction philosophique, il éprouve le besoin d’en donner lui aussi les raisons. Il termine en effet le De optimo genere interpretandi par une sorte de péroraison expliquant que la philosophie est née en latin au temps de Cicéron, qui lui a donné droit de cité alors qu’elle était étrangère ou presque à Rome. Il est donc légitime qu’elle renaisse aujourd’hui dans la même langue, qu’elle retrouve un droit de cité, dont elle avait été exclue (postliminium), même si Périon sait qu’il aura des détracteurs.

Le De utilitate linguae Graecae de Denis Lambin (1572)

  • 25 Sur cet humaniste français (1516-1572), ami puis ennemi de Marc-Antoine Muret, soupçonné de bienvei (...)
  • 26 Denis Lambin, De utilitate linguae graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione, orat (...)
  • 27 Le propos n’est pas original et on le voit déjà très bien engagé en Italie en la personne de Bartol (...)

23Trente deux ans plus tard, c’est une tout autre approche que propose un autre grand traducteur d’Aristote de l’époque, Denis Lambin25. Dans le petit discours d’introduction à son cours sur Démosthène26, rédigé et prononcé quelques mois seulement avant sa mort, il entreprend en effet de défendre la nécessité d’apprendre en profondeur le grec contre ceux qui décrient cette langue, et il nous livre à son tour ses conceptions en matière de traduction. Quelques années auparavant, en 1558, il avait lui-même fait paraître sa propre traduction d’Aristote, à Venise, avec une préface de Marc-Antoine Muret. Comme son titre l’indique, le dessein premier de cette oratio est avant tout une défense de l’apprentissage du grec, mais le propos va dériver insensiblement sur la traduction elle-même et ses insuffisances fondamentales, au point que, dans un premier temps, le texte puisse apparaître comme un traité contre la traduction27.

  • 28 Sur la situation du grec en cette seconde partie de XVIe siècle, voir J.-C. Saladin, La bataille du (...)
  • 29 Lambin, De utilitate, p. 6-7.
  • 30 Lambin, De utilitate, p. 7-9. En substance, l’argumentation est la suivante : comme tous les poètes (...)

24La lecture de ce petit discours est assez instructive quand on le compare à la préface de Périon. En premier lieu, le contexte est beaucoup plus polémique, puisqu’il ne s’agit pas tant de justifier une traduction (comme chez Périon) que de défendre une langue qui, visiblement, fait l’objet d’attaques relativement graves à l’époque, du moins aux yeux de l’auteur28. Or cette langue est le grec, et l’on perçoit que, si le latin ne fait l’objet d’aucun commentaire explicite, Lambin compare les deux langues, en affirmant d’emblée la supériorité indéniable du grec, avec l’argument de la translatio studii des Grecs aux Latins et l’importance des premiers par rapport aux seconds29. Tous, poètes, orateurs, philosophes romains, ne seraient rien s’il n’y avait eu les Grecs30. Donc, si toutes ces disciplines sont l’apanage des Grecs et que les Latins doivent reconnaître la dette qu’ils ont envers eux, il est impossible de connaître les seconds sans connaître les premiers. L’argument ne figurait ni chez Périon, ni chez Bruni.

  • 31 A. Quillien, « Les Orationes de Denis Lambin. La défense du grec dans l’Oratio de utilitate linguae (...)

25Son argumentation comporte trois parties : la réfutation des détracteurs du grec et des traductions en général ; la réfutation de Joachim Périon et de sa traduction particulière ; les conditions de possibilité de la traduction. Dans le cadre du présent propos, on s’en tiendra strictement à ce qu’il écrit concernant la traduction sous l’angle du parallèle avec Périon et avec Bruni, et l’on renverra à l’article d’Astrid Quillien pour d’autres pistes de lecture de cette oratio31.

La réfutation des arguments des détracteurs du grec

  • 32 Lambin, De utilitate, p. 10 : Cum tu mecum de re aliqua agere et mihi cogitationes tuas aliquas exp (...)

26Le premier argument mis en avant par ceux qui décrient la littérature grecque est qu’elle ne contient que des mots, pas de connaissance de fond. Il s’agit d’un topos éculé qui n’intéresse que par la réponse qu’y apporte Lambin : outre qu’il rappelle la profondeur d’Homère, de Démosthène, sans parler de l’universalité des connaissances transmises par Platon et Aristote, son premier argument est celui, omniprésent chez Bruni, de l’impossible dissociation du fond et de la forme, qu’il illustre par une comparaison avec le dialogue32 :

Quand toi tu veux discuter avec moi, et que tu veux m’éclairer sur tes pensées, est-ce que tu ne vas pas employer des mots aussi justes que possible et rendant aussi précisément que possible les pensées que tu agites en ton esprit ? Et de cette façon, c’est ta pensée, c’est ta volonté, c’est, je dirai presque, ton cœur que tu m’ouvres, à moins que tu ne fasses peut-être semblant.

27Ce qui vaut pour le langage quotidien vaut pour la littérature : pas de compréhension d’un auteur sans une connaissance de sa langue.

28Deux remarques s’imposent : d’une part, Lambin s’inscrit d’emblée radicalement contre le point de départ de Périon, qui affirmait la séparation entre fond et forme, même s’il ne partageait absolument pas l’optique des détracteurs du grec, puisqu’il affirmait précisément le contraire : à savoir que la littérature grecque ne contient que du fond, et pas de forme digne d’intérêt, ou du moins que celle-ci est sans importance lorsque l’on rend une œuvre en latin ; d’autre part, Lambin utilise, dès le début de son oratio, le procédé comparatif si cher à Bruni, dans le De interpretatione recta, en donnant un exemple tiré du Théétète, dont il offre la traduction latine puis l’original grec.

  • 33 Lambin, De utilitate, p. 11 : Quod si, cum litteras Graecas ne primoribus quidem digitis umquam att (...)

29Toujours dans la lignée de Bruni, Lambin va même plus loin en abordant un autre aspect que l’on trouve ailleurs que dans le De interpretatione, quant il écrit33 :

Or, si, ignorant le grec, je critiquais un érudit en grec et que, concernant les traductions latines des écrits grecs, comme un aveugle parlant des couleurs, les sourcils froncés, toute honte bue, et la bouche pincée, les joues gonflées et tirant la langue pour médire, j’émettais un jugement et une sentence, si de cette langue que je n’ai pas apprise, je me prônais le traducteur […], qui pourrait me supporter ?

  • 34 Pour une approche un peu semblable, voir Bruni, Lettres familières, 2014, t. 2, Ep. VII, 4, 9-16, p (...)

30Ces propos entrent en résonance avec une lettre de Bruni à Alfonso de Cartagena l’accusant de juger sa propre traduction d’Aristote alors qu’il ne connaît pas le grec34.

  • 35 Lambin, De utilitate, p. 12.
  • 36 Bruni, De studiis, 7-8.

31Suit un autre exemple de Platon, tiré du livre VII de la République : Lambin donne un aperçu de sa propre traduction, comme l’avait fait Bruni dans le De interpretatione recta, et affirme qu’elle se justifie du fait que son auteur s’appuie sur les meilleurs auteurs latins, et non sur les Calepins et autres dictionnaires, mendaces et mendosi35. En exigeant une connaissance du latin qui soit loin de se cantonner à la seule lecture de Cicéron, mais couvre le plus grand éventail d’auteurs latins, c’est un autre traité de Bruni qui est invoqué, le De studiis et litteris liber36. Et cela reste l’un des arguments majeurs du De interpretatione recta : il faut avoir beaucoup lu les Latins pour savoir comment traduire les Grecs, comme nous l’avons rappelé plus haut. Dès cette première phase du discours, il semble possible de déceler une influence brunienne : dans le De interpretatione, Bruni commence par penser la nécessité de connaître les deux langues avant d’aborder le problème de la traduction lui-même : c’est exactement la manière de procéder de Lambin.

32Toujours dans cette partie où il s’agit de répondre aux détracteurs du grec, notre orateur rappelle leur deuxième objection : il est inutile d’apprendre le grec, puisqu’il existe des traductions qui permettent justement à ceux qui ne connaîtraient pas leur langue de lire les auteurs grecs.

33La réponse de Lambin procède, d’une certaine manière, en deux temps, et s’avère à la fois anti-brunienne et fortement influencée par Bruni : il commence par une critique en règle du phénomène même de la traduction qui voue celle-ci à l’inanité, pour lui reconnaître ensuite, néanmoins, une possibilité d’exister. La traduction ne peut être reconnue, puisqu’elle fait l’objet de deux défauts rédhibitoires : d’une part, elle est nécessairement infidèle et imparfaite, par sa multiplicité même, puisque l’on voit tous les jours paraître une nouvelle traduction du même auteur et de la même œuvre. Si la traduction parfaite existait, elle découragerait toute nouvelle entreprise : or, les traductions se multiplient. D’autre part, elle est nécessairement une escroquerie, puisque les traductions se font à partir des traductions déjà existantes ; or, si tel est le cas, c’est que les premières sont mauvaises et donc comment peuvent-elles contribuer à quelque chose de bon ? Ces deux arguments l’éloignent du Florentin, initiateur des premières traductions du grec en latin, qui, s’il en reconnaissait toutes les difficultés et les frustrations, ne douta jamais, pour sa part, de la possibilité et de la légitimité de la traduction.

  • 37 Lambin, De utilitate, p. 14.
  • 38 En usant de l’argument qui critique ceux qui corrigent les traductions latines de leurs prédécesseu (...)

34Puis, Lambin opère un revirement qui va redonner un peu de légitimité à la traduction. Il avance deux arguments, là encore. Dans l’hypothèse où il existe des traducteurs latins louables et fidèles, il est logique et probable que ce soient ceux qui connaissent le grec et le latin, non pas ceux qui connaissent peu le latin et pas du tout le grec37 : et l’on en revient à l’argument brunien, toujours tiré du De interpretatione recta et déjà évoqué, de la connaissance nécessaire des deux langues pour traduire38, comme si Lambin ressassait ; or, il s’agit plutôt d’un procédé que l’on retrouve à chaque étape de sa réflexion : la connaissance nécessaire des deux langues qui, jusqu’à présent jouait contre la traduction, est maintenant mise en avant pour en approuver l’éventuelle possibilité. Inexorablement, l’orateur achemine son lecteur vers l’unique modèle de traduction possible, en éliminant au fur et à mesure toutes les autres.

  • 39 Lambin, De utilitate, p. 15-17.

35Vient alors l’argument brunien par excellence, qui amorce la seconde opposition frontale avec Périon : celui du style. Sans une connaissance approfondie du grec, le lecteur est dans l’incapacité de percevoir le style d’un auteur : il ne distinguera pas les qualités de Platon (à savoir l’amplitudo, la maiestas verborum, la grandiloquentia, l’ubertas et la copia), ni celles d’Aristote (la subtilitas, la brevitas, l’acumen), ni celle de Xénophon (la suavitas). Lambin se montre même plus brunien que le maître, en faisant fusionner ce qui était séparé chez Bruni : en effet, dans le De interpretatione recta, on trouve d’un côté une théorie des trois styles, mais elle ne concerne que les auteurs latins (l’amplitudo et la copia de Cicéron, l’exilitas et la brevitas de Salluste, et la granditas subaspera de Tite-Live), tandis que, de l’autre, l’auteur donne deux exemples de la prose ornée de Platon et d’Aristote, mais sans insister sur la différence de leurs styles respectifs, comme s’il fallait avant tout convaincre de leurs qualités oratoires, ici confondues dans une même cause. Les deux passages sont cités à la suite l’un de l’autre pour montrer qu’Aristote est au fond aussi éloquent que Platon, sans insister sur une spécificité stylistique – qui a pu tromper Périon, du reste, s’il a eu en main le traité de Bruni. Or, Lambin pousse jusque dans ses ultimes retranchements la démonstration de Bruni, puisqu’il affirme ouvertement que l’on doit être à l’égard des Grecs aussi attentif à la différence des styles qu’on l’est pour les Latins, et que l’on ne doit pas traduire Platon, Aristote et Xénophon de la même manière : ce qui était resté implicite chez Bruni, devient explicite chez Lambin. Très habilement, Lambin revient ainsi à son premier argument, de non séparation entre fond et forme, qui constitue l’énorme différence avec la conception de Périon : ce dernier, nous l’avons dit, les distinguait nettement39. C’est d’ailleurs par cet argument que Lambin peut commencer à justifier implicitement sa propre traduction de l’Éthique, commandée par le cardinal de Tournon, alors qu’il ne fait que vitupérer contre la multitude des traductions, et que quelques années auparavant Périon avait déjà publié une traduction de l’Éthique. Ainsi peut-il aborder le deuxième temps de son oratio.

La disputatio contre Joachim Périon

  • 40 Lambin, De utilitate, p. 21 : Tu igitur, Perioni, inquam, libros Aristotelis de morib. ad Nichomach (...)

36Après avoir rappelé le contexte, à savoir une conversation chez le cardinal de Tournon, où l’on avait reproché à la traduction de Périon d’être trop éloignée de la lettre d’Aristote, et donc souvent de son esprit et de sa pensée, Lambin évoque le reproche qu’il avait, pour sa part, adressé directement à Périon40 :

Toi donc, Périon, tu as traduit les livres d’Aristote sur l’Éthique à Nicomaque […] avec des expressions cicéroniennes, glanées de-ci de-là et laborieusement recueillies, qui n’ont rien à voir avec la langue d’Aristote : et de ce fait, toi qui as fait profession de ramener Aristote à la lumière, (cela soit dit sans te froisser) tu l’as plongé dans les ténèbres ; et, plus important que tout, tu t’es de temps en temps considérablement éloigné de la pensée d’Aristote, en transposant sur lui, sans le vouloir, ton propre Cicéron.

  • 41 Lambin, De utilitate, p. 21 : […] se, quidquid fecisset, sedulo fecisse, et existimasse, Ciceronem, (...)

37Malgré le silence gêné de l’assemblée, il n’y avait là rien de bien audacieux, puisque Périon l’avouait lui-même dans sa préface. Périon ajouta même, ce jour-là41 :

qu’il avait agi en toute conscience, persuadé que Cicéron, quand il écrivait les livres sur l’amitié et d’autres, avait tenu compte de l’Éthique à Nicomaque.

38La réponse cinglante de Lambin, confondant l’ignorance de Périon, nous intéresse moins pour la remise en cause de ce dernier que pour celle de Bruni : aux yeux de Lambin, Cicéron n’avait jamais lu l’Éthique à Nicomaque, puisqu’il ne connaissait que les livres exotériques et non les ésotériques ; or l’Éthique à Nicomaque fait partie des ésotériques, caractérisés justement par un style exilis, pressus, contractus, brevis, angustus, humilis et ad docendum quam ad movendum aptior qui n’a rien à voir avec celui de Platon. Cette affirmation sans appel remet certes en question l’opinion, voire la science de Périon, mais surtout elle se dresse contre le credo brunien qui fut de revendiquer sans désemparer, tout au long de sa vie, l’éloquence d’Aristote, également pour les ésotériques, comme l’Éthique.

  • 42 Lambin, De utilitate, p. 22 : Hoc igitur iterum, atque iterum dico, suo quemque scriptorem Graecum (...)

39Néanmoins, tout en réfutant l’une des idées maîtresses de Bruni (l’éloquence d’Aristote, qui fut sans doute le point de départ de l’erreur de Périon selon laquelle on pouvait traduire Aristote avec l’éloquence de Cicéron), il n’en défend pas moins l’une des autres idées maîtresses du Florentin : à chaque auteur un style propre qu’il faut rendre dans la traduction, suggérant que c’est uniquement par là que l’on peut à la rigueur reconnaître une éventuelle légitimité de la traduction42 :

Voici donc ce que je dis et redis : il faut traduire chaque écrivain grec avec son style propre, et non pas tous avec un seul et même style.

Du rejet de la traduction en général à l’instauration de la vraie traduction

  • 43 Lambin, De utilitate, p. 23-24 : Dixit igitur tunc Themistocles, hominis sermonem, telae eiusmodi, (...)

40S’ouvre alors le troisième temps de l’oratio. Après la refutatio des détracteurs de la langue grecque, après celle de Périon, au moment où l’on commence à percevoir que, aux yeux de Lambin, il n’existe pas de traduction satisfaisante, à moins qu’il n’en soit l’auteur, il semble repartir une nouvelle fois dans la direction opposée avec l’anecdote de Thémistocle qui, exilé, apprit la langue perse pour pouvoir parler directement avec le Grand Roi. Il évoque la métaphore de la tapisserie, pour donner sa définition de la traduction, par essence paradoxale43 :

Thémistocle dit donc que le langage humain est pareil à la sorte de tapisserie que je viens de décrire : « De même que, dit-il, aussi longtemps qu’une tapisserie, sur laquelle diverses figures d’animaux ont été peintes avec des fils de toutes les couleurs et une aiguille, reste repliée et enroulée, les animaux n’apparaissent pas ; ou bien s’ils apparaissent, ils apparaissent à demi, coupés en deux et tronqués ; mais quand on déplie la tapisserie, on peut voir tous les animaux entiers ; de même, si j’ai recours à un traducteur pour m’entretenir de ce que j’ai en tête, je serai obligé d’exprimer plus brièvement et plus succinctement qu’il ne faudrait et qu’il ne te convient, ce que je pense et ainsi il se produira que mes réflexions lumineuses et pleines d’utilité pour toi, si elles étaient déployées devant toi, je serai obligé de les contracter et de les réduire : si je le fais, tu n’auras pas la possibilité de voir leur beauté ni d’en tirer une utilité ».

  • 44 Lambin, De utilitate, p. 25.

41À l’orée de cette troisième partie de son discours, le traducteur Lambin semble définitivement camper sur l’affirmation de la vanité de la traduction en général et récapituler les arguments défendus jusqu’alors : suivre un traducteur, c’est comme ajouter foi à une rumeur ; à l’inverse, lire les auteurs grecs dans le texte, c’est comme voir une chose de ses propres yeux. De plus, le plaisir du texte n’est donné qu’à celui qui lit dans le texte originel, du fait du style. Il semble revenir – et donc se répéter une fois de plus – sur les arguments défendus jusqu’à présent contre les détracteurs du grec et contre Périon lui-même, pour des raisons différentes. Toutefois, une subtile différence se fait sentir : à l’argument des détracteurs du grec selon lequel il serait inutile de savoir comment chaque chose est dite (quo quidque modo dicatur), il oppose que la vie quotidienne nous donne la preuve qu’une même pensée exprimée de diverses manières touche et émeut différemment l’auditeur ; à l’argument, qui est d’une certaine manière celui de Périon, selon lequel le style de tous les auteurs est une seule et même chose44, il se contente de suggérer que son auditoire est déjà convaincu de la spécificité des styles sans que Lambin ait besoin de donner des exemples. On pourrait légitimement s’attendre à une phrase de conclusion réaffirmant comme seule injonction celle d’apprendre le grec et de renoncer par là à toute forme de traduction.

  • 45 Lambin, De utilitate, p. 26. En substance, Lambin écrit que tous ceux qui sont habitués à la lectur (...)
  • 46 Voir J. Lecointe, L’Idéal et la différence. La perception de la personnalité littéraire à la Renais (...)
  • 47 Lambin, De utilitate, p. 27-28.

42Or, c’est précisément ici que se produit le renversement radical de son discours, déjà amorcé progressivement à chaque étape, mais sans être jamais définitif jusqu’alors. Il introduit en effet un nouvel argument qui semble décalé : celui de la variété des styles non seulement chez des auteurs différents, mais aussi au sein de l’œuvre d’un même auteur, voire à l’intérieur d’un même genre traité par cet auteur. Par exemple, toutes les lettres de Cicéron ne sont pas écrites avec le même style, mais celui-ci dépend du destinataire45. Or, il s’agit-là de l’un des arguments majeurs de Bruni sur ce que Jean Lecointe a défini comme le concept d’auteur récapitulatif46. Ainsi donc, comme la spécificité stylistique que l’on pourrait repérer dans les traductions actuelles des différents auteurs grecs est ou bien nulle ou bien, si elle existe, due à une manière et à une capacité d’écrire des traducteurs eux-mêmes qui leur est personnelle, non pas à leur volonté ou à leur art, encore moins à la conscience ou à la reconnaissance qu’ils pourraient avoir des particularités de style de ceux qu’ils traduisent, qui peut, dès lors, d’après une traduction latine, différencier le style des auteurs grecs, voire, au sein de chaque auteur, différencier le style de ses œuvres, et même, au sein de chacune de ses œuvres, différencier le style propre à certains passages ?47 On pourrait croire que l’auteur va asséner le coup de grâce à la traduction en en dénonçant toute l’inanité puisqu’aucun traducteur ne sera en mesure de rendre cette diversité stylistique poussée jusqu’au vertige.

  • 48 Lambin, De utilitate, p. 29-30.
  • 49 Lambin, De utilitate, p. 33 : « concludo neque Platonem neque Aristotelem neque ullum omnino sripto (...)

43Ce serait faire abstraction de l’habileté oratoire de Denis Lambin et de sa capacité à retourner les choses. Pour illustrer son propos, il multiplie les exemples tirés indifféremment des Grecs et des Latins (Homère, Virgile, Platon, Cicéron, Démosthène) : ainsi réussit-il à insinuer dans l’esprit du lecteur un parallèle, voire une identité entre la varietas stylistique des Grecs et celle des Latins, et implicitement l’idée que les deux langues sont interchangeables sur ce point. Dès lors, la possibilité de traduire le grec en latin ne pose plus problème, puisque la langue latine offre bien, et en cela elle est seule à pouvoir le faire à l’époque de Lambin, une richesse stylistique capable de rendre celle des Grecs, dans toutes ses nuances, la passion pour la vis orationis et verborum ayant été égale chez les deux peuples48. Ainsi, à l’extrême fin de l’oratio, par un glissement opéré du point de vue stylistique, Lambin suggère une identification possible des deux langues, qui légitime enfin la traduction du grec, mais à une double condition : d’abord, elle ne peut se faire qu’en latin (et non en vernaculaire), puisque, à cette époque encore du moins, seule la langue des Romains est capable de rendre les subtilités et les nuances stylistiques du grec ; d’autre part, seul un érudit rompu à toutes les nuances stylistiques du grec et du latin pourra faire vraiment œuvre de traducteur digne de ce nom. Une conclusion lapidaire s’impose alors49 :

Ma conclusion est que ni Platon ni Aristote ni aucun auteur en général – nous sommes obligés de l’admettre – n’a pensé une chose sans la signifier par des mots. Or si cela est vrai, comme il est de fait, celui qui ignore les mots d’un auteur ne peut pas non plus connaître sa pensée.

44Le seul, à ce jour, qui en ait pris conscience, se nomme Denis Lambin.

45Par un habile discours, l’orateur réussit donc à mettre en résonance trois idées qu’il finit par rendre interdépendantes dans l’esprit du lecteur : justifier la nécessité d’apprendre le grec (point de départ), justifier la traduction en latin, justifier sa propre traduction par le fait qu’aucun traducteur n’a été en mesure de faire ce que lui-même a été capable de porter à sa perfection, à savoir reconnaître les innombrables styles des auteurs grecs et les rendre par une variété stylistique latine équivalente.

  • 50 Une dernière remarque pourrait être avancée pour illustrer l’hypothèse d’un Lambin lecteur de Bruni (...)

46De Périon, où l’on traduit en latin, et plus précisément dans la langue de Cicéron, parce que c’est la langue philosophique créée par Cicéron, à Lambin, où l’on traduit en latin, parce que c’est la langue la plus riche stylistiquement, et la plus à même de rendre celle du grec, on est passé de la volonté de rendre le seul fond grec (sans préoccupation de la forme grecque originelle) par une seule forme en latin, celle de Cicéron, à celle de rendre fond et forme, simultanément, qui n’est possible aux yeux de Lambin qu’en latin : c’était déjà la leçon martelée par Leonardo Bruni. Subtilement et imperceptiblement, Lambin est passé de l’interdiction à la justification de traduire (à l’unique condition de s’appeler Denis Lambin)50. Même si l’on peut apprécier moyennement ce que Muret aurait appelé « l’outrecuidance » de Lambin, il n’en reste pas moins vrai que le traducteur s’appuie sur une réflexion approfondie de l’art de traduire, qu’il emprunte sans aucun doute à une autorité qu’il connaît bien et dont il déploie toutes les implications.

  • 51 Il va sans dire qu’un théoricien comme Étienne Dolet qui, en 1540, publie La manière de bien tradui (...)

47Pour finir, on peut dire que, si Périon se montra brunien dans sa conception de la traduction, ce fut en défendant un Aristote éloquent auquel il donna une parure cicéronienne, sans distinguer son style de celui de Platon : à sa décharge, Bruni n’avait pas clairement explicité la différence de style entre les deux philosophes. Quant à Denis Lambin, il se montra un lecteur aiguisé de Bruni, en approfondissant encore davantage les idées du maître en matière de théorie stylistique inhérente à la traduction51.

Haut de page

Notes

1 La correspondance de Marc-Antoine Muret fut publiée à Paris, chez Clopeiau et Coulombel, en 1580. Près de vingt ans auparavant, en 1561, Denis Lambin avait publié une partie de sa correspondance avec Muret, à Lyon, chez Antoine Gryphe. Sur Muret, voir C. Dejob, Marc-Antoine Muret, un professeur français en Italie dans la seconde moitié du XVIe siècle, Paris, 1881 (rééd. Slatkine 1970) ; M.-A. Muret, Juvenilia (édition, traduction et annotations de V. Leroux), Genève, Droz, 2009 ; et J.-E. Girot, Des Isles fortunées au rivage romain, Genève, Droz, 2012.

2 Voir L. Bernard-Pradelle, « Le latin de correspondance de Marc-Antoine Muret : simpliciter et dilucide scribere », NeoLatina, 2015, no 19 (« Die neulateinische Dichtung in Frankreich zur Zeit der Pleiade/La Poésie néolatine en France au temps de la Pléiade »), p. 93-108.

3 Par exemple, en 1541, Jacques Peletier du Mans publie la première traduction française de l’Épître aux Pisons d’Horace (voir J. Vignes, « Théorie et pratique de la traduction chez Étienne Dolet et Jacques Peletier du Mans », Traduire les Anciens en Europe du Quattrocento à la fin du XVIIIe siècle, dir. L. Bernard-Pradelles et C. Lechevalier, Paris, PUPS, 2012, p. 123-135) ; de même, en 1556, Pierre Saliat publie la première traduction française d’Hérodote à Paris, qui sera réimprimée en 1575 et 1580 (voir M. Brix, « Autour de l’Hérodote de Paul-Louis Courier », Traduire les Anciens en Europe (XIXe-XXe siècles), dir. L. Bernard-Pradelles et C. Lechevalier, Caen, PUC, 2014, p. 17-18). En revanche, les éditions de Platon au XVIe siècle sont encore essentiellement publiées avec une traduction latine, depuis celle de Venise de 1513, et celle de Bâle de 1534, à la grande édition genevoise Platonis Opera quae extant omnia, ex nova Joan. Serrani interpretatione, perpetuis ejusdem notis illustrata, Genève, H. Estienne, 1578, 3 vol. De même, c’est la traduction latine de Marsile Ficin qui sert de support pour les quelques traductions françaises isolées qui paraissent courant XVIe siècle, comme celle du Banquet par Louis Le Roy (1558). Il en va de même pour les traductions d’Aristote, qu’il s’agisse des éditions d’Alde Manuce, à Venise, de 1498 ou 1508, de celle de Sylburg à Francfort, en 1586 ou de celles de Guillaume Duval à Paris en 1619 et 1654 : toutes sont en grec et en latin.

4 J.-E. Girot, Des Isles fortunées au rivage romain, ouvr. cité, p. 183-188.

5 Reprise de sa première traduction publiée en 1553 et dont il ne reste rien.

6 Aristote, Ethicorum ad Nicomachum liber quintus, Roma, Antonio Blado, 1565 ; J.-E. Girot, Des Isles fortunées au rivage romain, ouvr. cité, p. 665-666.

7 Voir M. Venier et J.-E. Girot (dir.), Homo in libris ac litterulis abditus, I libri di Marc-Antoine Muret alla Biblioteca nazionale Centrale di Roma, Roma, Biblioteca Nazionale Centrale, 2013, scheda 58, p. 148-149.

8 Voir G. Cardinali, « I manoscritti latini di Marc-Antoine de Muret alla Biblioteca Apostolica Vaticana », à paraître dans les actes du colloque Marc-Antoine Muret, Un humaniste français en Italie, Rome, 22-25 mai 2013 : « Il nome dell’Aretino Leonardo Bruni era attestato nella sua duplice qualità di traduttore e di autore. Muret, infatti, possedeva la traduzione degli Œconomicorum libri I-III attribuiti ad Aristotele, ma anche l’In hypocritas oratio, due copie delle compilazioni storiografiche De primo bello Punico libri I-III e De bello Gallico liber e l’epistolario ». Le De interpretatione recta de Bruni n’est pas mentionné ; en revanche, la présence de la correspondance est importante : maintes lettres abordent le problème de la traduction d’Aristote.

9 Pour le De interpretatione recta, une édition du texte et sa vaste bibliographie, voir L. Bernard-Pradelle, Leonardo Bruni Aretino, Histoire, éloquence et poésie à Florence au début du Quattrocento, Paris, Champion, 2008, p. 612-679. Dans la suite, les citations seront tirées de cette édition, mentionnée comme : Bruni, De interpretatione. Pour le De studiis et litteris liber, tiré du même ouvrage (p. 548-611) : Bruni, De studiis.

10 Ce moine bénédictin (1498 ou 1499-1559), ennemi assez farouche de Pierre de la Ramée, laissa une œuvre d’humaniste, de philologue et surtout de traducteur d’Aristote. À ce sujet, voir C. B. Schmitt, Aristote et la Renaissance, traduction par L. Giard, Paris, PUF, 1992, p. 85. Le texte désigné sous le nom de De optimo genere interpretandi est la praefatio à ses Annotationes de sa traduction de l’Éthique à Nicomaque (Parisiis, apud Ioannem Lodoicum Tiletanum, 1540), et fut écrit, selon les dires de son auteur, sur le modèle du De optimo genere oratorum de Cicéron. Cette édition comprend, après une première page de titre, une dédicace de Périon à François Bohier, évêque de Saint Malo, un index locorum, la traduction du texte d’Aristote, puis une seconde page de titre (induisant une nouvelle signature des cahiers et une nouvelle pagination), une nouvelle dédicace à Bohier, la Praefatio (f° Aii r – [A4v]), puis le texte des Annotationes.

11 J. Périon, Praefatio De optimo genere interpretandi, Paris, Jean Louis Tiletan pour Simon de Colines, 1540 : Multa sunt et varia ut dicendi, sic interpretandi genera, f° Aii r. (Par la suite, Périon, De optimo genere).

12 Bruni, De interpretatione, § 15, p. 640.

13 Périon, De optimo genere, f° Aii r : Plerique autem in hoc genere adeo vastos se et dispares praebent, ut si eorum interpretatio cum aliis scriptis conferatur, omnia non ab uno sed a multis scripta esse videantur.

14 Périon, De optimo genere, f° Aii r : Id praetermittunt et negligunt, aut videntur certe, quod huius artis principium est et caput, sententiam eius libri quem convertendum suscipiunt, primum per singulas clausulas animo concipere, deinde secum ipsi cogitare, quemadmodum si rem quam animo tenent, a se, non ab alio inventam, exprimere dicendo vellent, copiose id splendideque facerent.

15 Voir G. Folena, « Volgarizzare e tradurre : idea e terminologia della traduzione dal Medio Evo italiano e romanzo all’Umanesimo europeo », La traduzione. Saggi e studi, Trieste, 1973, p. 64.

16 Voir L. Bernard-Pradelle, « Autour de la figure pionnière de Manuel Chrysoloras : existe-t-il une école de traducteurs de la première génération à Florence ? », Traduire les Anciens en Europe du Quattrocento…, ouvr. cité, p. 51-55.

17 Périon, De optimo genere, f° Aii r : Nunc cum singula verba et superstitiosius expendunt, et persequuntur curiosius, eam quasi religionem suscipere coguntur, ut nisi verbum pro verbo reddant, nunquam se auctoris sententiam putent consecutos. Quasi vero linguae omnes formulis iisdem dicendi prorsus utantur.

18 Voir Bruni, De interpretatione, § 6, p. 630-631. Sur la théorie du langage développée par le savant byzantin Manuel Chrysoloras, qui fut assimilée et transmise à son tour par Bruni (qui avait appris le grec avec lui), et selon laquelle le sens d’une langue ne réside pas dans les mots, mais dans les unités de mots, au niveau de la proposition, voir J. Hankins, Plato in the Italian Renaissance, Leiden, E. J. Brill, 1990, t. 1, p. 44-45.

19 Cette conception l’a évidemment mené à une impasse que lui reprochera vigoureusement Lambin : tout en déplorant le fait qu’il ne reste que trop peu de traductions philosophiques de Cicéron (le Timée et le Protagoras de Platon, l’Économique de Xénophon) pour élaborer une règle très précise selon laquelle traduire, il ne renonce toutefois pas à traduire « selon Cicéron », et il traduit Aristote, en imitant Cicéron traduisant Platon.

20 Périon, De optimo genere, f° Aii v – Aiii r : Nam qui et rem, quam animo penitus cognorit ac conceperit, quemadmodum ipse a se inventam et excogitatam tractaret ac explicaret, viderit, et in Ciceronis scriptis multum operae studiique posuerit : is omnia fere vitia effugerit. Si enim res spectabit, verba autem nisi quatenus ad rationem sermonis nostri pertinebunt, negliget : certe verbum ex verbo sibi exprimendum non putabit. Et si in scriptis Ciceronis multum erit versatus, statim quae singula verba, quibus pluribus exponenda erunt, intelliget.

21 Leonardo Bruni Aretino, Lettres familières, éd., trad. et notes de L. Bernard-Pradelle, Montpellier, PULM, 2014, t. 1, p. 138-139, Ep. I, 10.

22 Voir Bruni, De interpretatione, § 9, p. 634-635. Périon préfère détourner ce conseil en prescrivant de comparer ce qui est comparable : il existe un vocabulaire spécifiquement philosophique, un vocabulaire spécifiquement rhétorique, etc. Si l’on se propose de traduire de la philosophie, il ne faut lire que les œuvres philosophiques de Cicéron, mais pas ses discours ou ses lettres.

23 Cicéron, De fin. III, 4, 15 : Nec tamen exprimi verbum e verbo necesse erit, ut interpretes indiserti solent, cum sit verbum, quod idem declaret, magis usitatum. Equidem soleo etiam quod uno Graeci, si aliter non possum, idem pluribus verbis exponere. (« Il ne sera cependant pas nécessaire de rendre le terme grec par un mot latin <calqué sur lui> comme ont coutume de le faire les traducteurs à court d’expression, alors qu’il existe un mot plus usuel disant la même chose. On peut même faire ce que j’ai coutume de faire : là où les Grecs ont un mot, j’emploie, si je ne peux pas faire autrement, plusieurs mots », [trad. J. Martha, Paris, Les Belles Lettres, 1992]. Notons que Périon détourne légèrement la pensée de Cicéron : il ne s’agit pas tant d’user arbitrairement de plusieurs mots latins pour un mot grec, dans un souci de variatio stylistique, que de rendre un mot grec par plusieurs mots latins, quand il n’existe pas d’équivalent exact, afin de cerner plus précisément le sens du mot grec.

24 C. B. Schmitt, Aristote et la Renaissance, ouvr. cité, p. 85.

25 Sur cet humaniste français (1516-1572), ami puis ennemi de Marc-Antoine Muret, soupçonné de bienveillance à l’égard de la Réforme, et mort probablement à la suite du choc émotionnel que lui causa le massacre de la Saint-Barthélemy, voir notamment, D. Lambin, Lettres Gallantes : 1552-1554, éd. par Henri Potez et François Préchac, Paris, Vrin, 1941.

26 Denis Lambin, De utilitate linguae graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione, oratio habita pridie quam Demosthenem orationem explicare inciperet, Lutetiae, apud J. Benenatum, 1572. [Par la suite, Lambin, De utilitate]

27 Le propos n’est pas original et on le voit déjà très bien engagé en Italie en la personne de Bartolomeo Ricci, par exemple. Sur la question de savoir s’il faut ou non traduire, voir L. Boulègue, « Traducere, convertere, transferre dans le livre II du De imitatione de Bartolomeo Ricci », Traduire les Anciens dans l’Europe du Quattrocento…, ouvr. cité, p. 81-90.

28 Sur la situation du grec en cette seconde partie de XVIe siècle, voir J.-C. Saladin, La bataille du grec, Paris, Les Belles Lettres, 2000.

29 Lambin, De utilitate, p. 6-7.

30 Lambin, De utilitate, p. 7-9. En substance, l’argumentation est la suivante : comme tous les poètes latins aujourd’hui renommés n’auraient rien été sans les poètes grecs, à commencer par Virgile et Horace, sans parler de Properce, de Tibulle et d’Ovide, ceux qui s’attellent à la lecture ou au commentaire de ces poètes sans une connaissance de la littérature grecque, qui est semblable à une lumière, non seulement se trompent eux-mêmes mais se vantent et entraînent aussi dans le même leurre ceux auxquels ils promettent la compréhension de ces poètes (p. 7). Il en va de même pour l’éloquence et la philosophie. Pour l’éloquence, il n’y a qu’un Cicéron pour tant d’orateurs grecs. Or la dette de Cicéron à l’égard de Démosthène est manifeste (p. 8). Enfin, pour ce qui est de la philosophie, aucun Latin n’a osé se lancer dans cette discipline, à part Cicéron et Sénèque, et aucun des deux n’a été à la hauteur de ses illustres prédécesseurs. Pour ce qui est de Sénèque, comme s’il s’était chargé d’un fardeau trop lourd pour lui, il argumenta avec finesse, subtilité et acuité (disputavit tenuiter, subtiliter et argute) mais sans rendre l’amplitudo, l’ubertas et la facundia grecques. Pour ce qui est de Cicéron, il a rendu en latin seulement certains commentaires des anciens et des nouveaux Académiciens, de quelques Péripatéticiens et des Stoïciens les plus récents ; mais peu de choses de Platon, et pour ainsi dire rien d’Aristote, à part peut-être les Topiques ; or si on les compare aux Topiques de Cicéron, c’est à peine si l’on verra apparaître de pâles figures des premiers dans les seconds (p. 8-9).

31 A. Quillien, « Les Orationes de Denis Lambin. La défense du grec dans l’Oratio de utilitate linguae Graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione (22 octobre 1571) », Camenae n° 1, janvier 2007 ; disponible sur internet <http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Astrid_Quillien.pdf> (consulté le 2 mai 2017).

32 Lambin, De utilitate, p. 10 : Cum tu mecum de re aliqua agere et mihi cogitationes tuas aliquas explicare vis, nonne verbis quam maxime propriis et quam maxime eas res, quas animo agitas, significantibus uteris ; atque hoc pacto tuam mihi sententiam, tuamque voluntatem ac tuum, paene dicam, pectus, nisi forte simulas, aperis ?

33 Lambin, De utilitate, p. 11 : Quod si, cum litteras Graecas ne primoribus quidem digitis umquam attigissem, aliquem Graecis litteris eruditum lacesserem, ac de interpretationibus Graecorum scriptorum Latinis, ut caecus de coloribus, sublatis ad frontem supercilius, exhausto rubore, atque ore perfricto, buccis inflatis, lingua ad maledicentiam expedita, iudicarem ac pronuntiarem ; si eius linguae, quam non didici, me interpretem profiterer ; […] quis me ferret ?

34 Pour une approche un peu semblable, voir Bruni, Lettres familières, 2014, t. 2, Ep. VII, 4, 9-16, p. 202-213 et Ep. VIII, 5, 21.

35 Lambin, De utilitate, p. 12.

36 Bruni, De studiis, 7-8.

37 Lambin, De utilitate, p. 14.

38 En usant de l’argument qui critique ceux qui corrigent les traductions latines de leurs prédécesseurs, jugées moins correctes, en en donnant une nouvelle forme après simple consultation d’un exemplaire grec, Lambin se fait-il le détracteur de Bruni lui-même ? On sait en effet que si ce dernier traduisit beaucoup de textes inédits, sans s’appuyer sur aucune traduction précédente, il ne niait pas que ses traductions d’Aristote s’appuyaient à la fois sur le texte grec et sur celles de ses prédécesseurs pour les corriger, elles qu’il jugeait si détestables, comme il le montre dans le De interpretatione recta.

39 Lambin, De utilitate, p. 15-17.

40 Lambin, De utilitate, p. 21 : Tu igitur, Perioni, inquam, libros Aristotelis de morib. ad Nichomachum […] Ciceronis locutionibus, hinc et illinc corrogatis et corrasis, quae ab Aristotelis sermone valde remotae sunt, interpretatus es : atque hoc pacto, qui Aristoteli lucem allaturum professus es (pace tua mihi dicere liceat) ei tenebras offudisti ; et, quod caput est, interdum ab Aristotelis sententia, dum Ciceronem tuum invitum ad illum transfers, longissime aberrasti.

41 Lambin, De utilitate, p. 21 : […] se, quidquid fecisset, sedulo fecisse, et existimasse, Ciceronem, cum libros de amicitia et nonnnullos alios scriberet, libros Aristotelis de morib. ad Nichomachum spectasse.

42 Lambin, De utilitate, p. 22 : Hoc igitur iterum, atque iterum dico, suo quemque scriptorem Graecum orationis filo esse interpretandum, non uno atque eodem omneis.

43 Lambin, De utilitate, p. 23-24 : Dixit igitur tunc Themistocles, hominis sermonem, telae eiusmodi, qualem paulo ante descripsi, similem esse. Quemadmodum enim, inquit ille, quamdiu tela, in qua variae animalium figurae, filis discoloribus, acuque depictae sunt, contracta et complicata est, animalia illa non apparent : aut si apparent, dimidiata, truncata, et mutilata apparent ; ubi vero tela explicata est, animalia tota atque integra cernere licet ; ita, si tecum iis de rebus, quas in animo habeo, per interpretem agam, cogar tibi brevius et angustius, quam par sit, et quam tibi ipsi expediat, ea, quae sentio, exponere : et ita fiet, ut praeclaras, ac vehementer, si modo tibi explicentur, utileis tibi futuras, cogitationes meas, contrahere, atque in angustum adducere necesse habeam. Quod si faciam, neque earum pulchritudinem animo cernere, neque ex eis utilitatem capere tibi licebit. Pour l’anecdote, voir Plutarque, Vie de Thémistocle, 29, 4.

44 Lambin, De utilitate, p. 25.

45 Lambin, De utilitate, p. 26. En substance, Lambin écrit que tous ceux qui sont habitués à la lecture des poètes, des orateurs, des philosophes peuvent dire : c’est un vers d’Homère. Cette capacité est très utile pour repérer les erreurs à l’intérieur des textes et est nécessaire à tout philologue.

46 Voir J. Lecointe, L’Idéal et la différence. La perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, 1993, p. 129.

47 Lambin, De utilitate, p. 27-28.

48 Lambin, De utilitate, p. 29-30.

49 Lambin, De utilitate, p. 33 : « concludo neque Platonem neque Aristotelem neque ullum omnino sriptorem, existimandum esse id sensisse quod verbis non significaverit. Quod si verum est, ut est, ergo cui scriptoris alicuius verba ignota sunt, ei ne sententia quidem eius nota esse potest. »

50 Une dernière remarque pourrait être avancée pour illustrer l’hypothèse d’un Lambin lecteur de Bruni : à la fin de son oratio, revenant une fois de plus sur l’un des arguments des détracteurs de la langue grecque, qui défendent une conception utilitariste du langage, en le réduisant à un simple moyen de communication, Lambin recourt à un exemple qui figurait dans l’une des lettres importantes de Bruni, adressée à Flavio Biondo, sur la querelle des deux langues latines. Selon Lambin, l’argument utilitariste se retourne contre ses promoteurs : même si les mots ne sont que le véhicule de la pensée, ils restent le seul moyen de la faire connaître. En d’autres termes : pas de mots, pas de pensées ; d’où la nécessité absolue de prêter une grande attention à ces mots. Or, pour illustrer son propos, il fait appel à une anecdote tirée du domaine juridique, à propos d’un testateur ayant légué ses supellectiles à untel, ce qui provoqua une querelle sur le sens de ce mot (p. 31-33). Il se trouve que, dans un tout autre contexte et sur un tout autre sujet, c’est exactement le même terme qu’emploie Bruni pour donner un exemple de difficulté que recèle la langue latine. Peut-être ne s’agit-il que d’une coïncidence sans signification, peut-être s’agit-il d’un discret clin d’œil au maître. Voir Bruni, 2014, Ep. VI, 15, t. 2, p. 156-59.

51 Il va sans dire qu’un théoricien comme Étienne Dolet qui, en 1540, publie La manière de bien traduire d’une langue en autre, à Lyon, connaissait sans aucun doute le De interpretatione de Bruni et fait partie des auteurs relais, ayant pu contribuer à faire mieux connaître l’humaniste florentin (voir J. Vignes, « Théorie et pratique… », art. cité, p. 123-135). Mais, pour que la démonstration du présent propos soit absolument rigoureuse, il faudrait évidemment faire une recherche systématique des traducteurs d’Aristote qui, entre la diffusion de la traduction de l’Éthique (vers 1418) et du De interpretatione recta de Leonardo Bruni en Italie (vers 1426), et la traduction d’Aristote de Joachim Périon parue plus d’un siècle plus tard, en France (en 1540), ont laissé des écrits théoriques ou des réflexions en matière de traduction philosophique pour vérifier si l’on trouve, tout au long de la période, des traces constantes d’une lecture de Bruni et donc une tradition constituée à partir de lui. D’autre part, il faudrait faire des sondages dans les bibliothèques de ces différents traducteurs pour vérifier s’ils possédaient le De interpretatione de Bruni : c’est la raison de l’importance indéniable de la découverte de M. Cardinali qui, après inventaire de la bibliothèque de Muret, a pu montrer que le seul humaniste italien du Quattrocento qui était présent dans cette bibliothèque était justement… Leonardo Bruni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Bernard-Pradelle, « Denis Lambin versus Joachim Périon : quel style pour traduire Aristote ? », Astérion [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 07 juin 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://asterion.revues.org/2909

Haut de page

Auteur

Laurence Bernard-Pradelle

Laurence Bernard-Pradelle est Maître de conférences, Habilitée à diriger des recherches de langue et littératures latines à l’université de Limoges. Ses thèmes de recherche sont la littérature italienne et néo-latine du Trecento (Dante, Pétrarque, Boccace) et du Quattrocento (premier humanisme) et l’histoire de la traduction. Principales publications : Leonardo Bruni Aretino, Histoire, éloquence, poésie à Florence au début du Quattrocento, Paris, H. Champion, 2008 ; Traduire les Anciens en Europe du Quattrocento à la fin du XVIIIe siècle : d'une renaissance à une révolution ? (dir. L. Bernard-Pradelle et Cl. Lechevalier), Paris, PUPS, 2012 ; Traduire les Anciens en Europe (XIXe-XXe siècles), (dir. L. Bernard-Pradelle et Cl. Lechevalier), Caen, PUC, 2014 ; Leonardo Bruni Aretino, Lettres familières, éd., trad. et notes de L. Bernard-Pradelle, Montpellier, PULM, 2014

Haut de page