Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Production et diffusion des traductions latines de Lucien à la période de la fin du manuscrit et des débuts de l’imprimé (fin XVe siècle-fin XVIe siècle)

Tracing the production and diffusion of the manuscript and printed Latin translations of Lucian from the late 15th to the late 16th century
Ioannis Deligiannis
Traduction de Martine Furno

Résumés

L’introduction de Lucien en Europe occidentale à la fin du XIVe siècle est marquée par la traduction en latin de nombre de ses œuvres dans le courant du XVe siècle, notamment en Italie. Cet intérêt s’étend ensuite hors d’Italie, et à la fin du XVe siècle, presque tous les textes de Lucien ont fait l’objet d’une traduction latine, lesquelles commencent à être imprimées, mouvement qui est encore amplifié par l’édition du texte grec, en 1496. Le développement de l’imprimé dans la première moitié du XVIe siècle facilite la diffusion des ces traductions dans toute l’Europe, qui ne seront concurrencées qu’à la fin du siècle par des traductions en vernaculaire. La recension de ces traductions latines de Lucien de la fin du XVe siècle à la fin du XVIe siècle, tant manuscrites qu’imprimées, nous donne quelques indications sur l’intérêt des humanistes pour cet auteur, mais aussi sur les fluctuations spatiales et chronologiques de cet intérêt, visibles à partir de l’imprimé. Elles nous instruisent aussi sur la notoriété et l’influence relatives des traducteurs, et les probables raisons des écarts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la production et la diffusion de Lucien en Europe à partir du XVe siècle, on peut donner la bi (...)
  • 2 Pour les traductions latines imprimées durant la période étudiée, le matériel recensé dans cet art (...)

1L’introduction des études grecques en Occident par Manuel Chrysoloras à la fin du XIVe siècle (1397-1400) marque le point de départ de l’intérêt que les intellectuels occidentaux ont porté à Lucien. Cet intérêt prend la forme, au début, d’un nombre certain de traductions latines des textes de Lucien, et conduit graduellement à l’imitation de ses œuvres par d’éminents humanistes italiens, français, hollandais et allemands au cours des XVe et XVIe siècles1. Mon étude se propose de suivre la production de ces traductions latines de Lucien, tant manuscrites qu’imprimées, plus particulièrement entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle. Cependant, je présenterai rapidement aussi les traductions produites avant 14752, parce qu’elles ont leur importance dans l’établissement des traductions suivantes. Mon étude se concluera par quelques remarques sur les textes de Lucien qui ont le plus intéressé les humanistes de la période, et sur les fluctuations locales et temporelles de cet intérêt. La conclusion mentionnera également les traducteurs les plus influents, leurs travaux, et les raisons de cette influence.

  • 3 Voir, par exemple, E. Berti, « Alla scuola di Manuele Crisolora. Lettura e commento di Luciano », (...)
  • 4 Pour une description rapide du manuscrit, ses relations avec le Vat. gr. 87, ses gloses latines et (...)

2Quand Chrysoloras arrive à Florence au début de l’année 1397, il amène avec lui un manuscrit (aujourd’hui Vat. gr. 87) qui contient la quasi totalité des œuvres de Lucien3. Il est à peu près certain également qu’il a eu en sa possession un autre exemplaire, qu’il a vraisemblablement utilisé pour ses cours, et qui doit avoir eu un contenu identique à un autre manuscrit (aujourd’hui Vat. Urb. gr. 121), possédé par un de ses étudiants dont nous ignorons l’identité. Ce dernier contient aussi des œuvres de Lucien : Charon vel Contemplantes, De calumnia, Piscator, Icaromenippus, Timon et Jupiter Tragoedus ; tous les textes, à l’exception du dernier, sont glosés en latin par l’étudiant anonyme de Chrysoloras, peut-être non seulement dans le but d’apprendre le grec, mais aussi de produire une traduction intelligible, comme exercice scolaire. C’était aussi probablement le cas de la traduction latine du Charon vel Contemplantes de Lucien, le premier texte à avoir été étudié dans le Studio florentin4. Cette version anonyme, réalisée avant 1403, a exercé une énorme influence : autour de 1470, on trouve des traductions latines de vingt-six autres œuvres de Lucien, soit environ un tiers de son corpus total, et quelques-unes de ces œuvres ont été traduites en latin plus d’une fois.

  • 5 Dialogus 25, entre 1423 et 1425 : voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 111-147, D. Ma (...)
  • 6 Dialogus 25, certainement avant 1430 ; voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 213, et K (...)
  • 7 Dialogus 20, entre 1415 et 1423 ; voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 267-283, D. Ma (...)
  • 8 Dialogi 11, 13 et 16, autour de 1452 ; voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 151-160, (...)
  • 9 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 191-195, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité (...)
  • 10 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 214-216, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité (...)
  • 11 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 188-190, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », (...)
  • 12 Pour les dates de ces traductions, les conditions dans lesquelles elles ont été produites, leurs m (...)
  • 13 Pour une bibliographie et une rapide discussion, voir I. Deligiannis, Fifteenth-century Latin tran (...)
  • 14 I. Deligiannis, Fifteenth-century Latin translations…, ouvr. cité, p. 18 et n. 6.

3Un petit nombre des Dialogi mortuorum a été traduit plus que n’importe quel autre texte de Lucien. Des dialogues isolés ont été rendus en latin par Giovanni Aurispa (1376-1459)5, Bartolomeo Landi6, Rinuccio da Castiglione Aretino (1395-1456)7 et Pietro Balbi (1399-1479)8. Quelques-uns des textes de Lucien sont particulièrement populaires, et parmi eux le De calumnia, qui a été traduit en entier au moins trois fois entre 1405-1406 et 1460-1461, par Guarino da Verona (1374-1460) en 1405-14069, Lapo da Castiglionchio le Jeune (1406-1438) en 143610, et Francesco Griffolini d’Arezzo (1420-1465) en 1460-146111, pour ne mentionner que les traductions complètes et conservées12. Leon Battista Alberti en a donné sa version latine d’un passage vers 1435 pour son De pictura13, tandis que la traduction complète de Lorenzo Lippi da Colle est désormais perdue14.

  • 15 Entre 1434 et 1438 ; L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 218-220, et K. Sidwell, « Manosc (...)
  • 16 Autour de 1440 ; L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 246-247, et K. Sidwell, « Manoscritt (...)
  • 17 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.
  • 18 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 284-287, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », (...)
  • 19 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 251-252, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », (...)
  • 20 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.
  • 21 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 305, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. (...)
  • 22 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 253-267, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », (...)
  • 23 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 226-228, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », (...)
  • 24 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 247, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. (...)
  • 25 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 162-164, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité (...)
  • 26 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 196-199, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité (...)
  • 27 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 195-196, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité (...)
  • 28 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 246, et D. Marsh, Lucian and the Latins…, o (...)
  • 29 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 147-150, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », (...)
  • 30 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 216-218, 220-223, 223-226, 229-231, 231-233 respectiv (...)
  • 31 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 292-300, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité (...)
  • 32 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 166-173, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité (...)
  • 33 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 248, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. (...)
  • 34 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.
  • 35 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 249-250.

4Tout aussi populaire est le De sacrificiis, traduit aussi trois fois, par Lapo da Castiglionchio15, Antonio Pacino ou Pasini da Todi (mort en 1469)16 et Francesco Griffolini (ca. 1455)17. La Vitarum auctio est un cas particulier, car le texte a été traduit pour la première fois par Rinuccio da Castiglione autour de 1438-144018, et sûrement pour la seconde fois par Cristoforo Persona (1416-1485) avant 147019 ; toutefois, K. Sidwell mentionne une autre version élaborée enre 1415 et 1423, dont l’auteur n’est connu que par ses initiales D. M. X20. Les textes suivants dans l’ordre de préférence des traducteurs sont le Charon vel Contemplantes et le Patriae encomium, traduits l’un et l’autre au moins deux fois avant 1470 : la version latine de Charon vel Contemplantes donnée par l’étudiant anonyme de Chrysoloras21 a été rapidement surpassée par la traduction de Rinuccio da Castiglione, faite autour de 144022Patriae encomium a été d’abord traduit par Lapo da Castiglionchio (entre 1434 et 1438)23, puis autour de 1440 par Antonio Pacino da Todi24. Pour tous les autres textes de Lucien, parmi les vingt sept qui ont été traduits en latin avant 1470, nous n’avons conservé pour chacun qu’une seule version : Timon a été traduit avant 1403 par un certain Bertholdus, peut-être un étudiant de Chrysoloras25, et Muscae encomium est traduit par Guarino da Verona entre 1406 et 140826, ainsi que le De parasito avant 141927, et que le Quomodo Historia conscribenda sit, paraphrasé pour sa part dans une lettre de Guarino adressée à Tobia Borghi, datée de 144628Toxaris sive de amicitia a été traduit par Aurispa autour de 143029, entre 1434 et 1438 Lapo da Castiglionchio donne la version latine des dialogues De luctu, Demonax, Longaevi, Somnium sive Vita Luciani, et Tyrannicida30 ; Lilius Tifernas (1417-1486) traduit Verae Historiae I & II avant, ou en 144131, tandis que Poggio Bracciolini (1380-1459) écrit une version latine de Iupiter Confutatus avant 1444 et de l’Asinus autour de 145032. Le Piscator est traduit au même moment par Jacopo Perleoni da Rimini33, et, pour compléter cette liste de traductions, Francesco Griffolini traduit aussi, dans les années 1450-1460, Bacchus, Harmonides, Scytha, Herodotus et les Saturnalia34La traduction par Persona du Cataplus est la dernière composée avant 1470, mais aussi la première imprimée, peut-être cette même année 1470 : elle marque le point de départ de la diffusion par l’imprimé des versions latines de textes de Lucien35.

  • 36 Repertorio, p. 870.
  • 37 Repertorio, p. 939.
  • 38 Repertorio, p. 861-862.
  • 39 Repertorio, p. 1025-1026.
  • 40 Repertorio, p. 1034.

5La version de Persona du Cataplus a été imprimée deux fois en 1470 ou autour de 1470, à Rome, par l’imprimeur allemand Georg Lauer : la première édition, in folio, comprend uniquement les traductions par Persona du Cataplus et de la Vitarum auctio, tandis que la seconde, in quarto, inclut en plus quelques unes des traductions mentionnées ci-dessus, soit celle de Charon vel Contemplantes par Rinuccio, celle du Timon par Bertholdus, et celle du Dialogus mortuorum 25 par Aurispa36. Entre 1470 et 1480, on recense quatre autres impressions de traductions isolées : celle du Dialogus mortuorum 25 par Aurispa à Venise, peut-être par Vindelin de Spire en 147237, celle du De Calumnia par Griffolini imprimée à Nuremberg chez Friedrich Creussner en 147538, celle des Verae Historiae I & II par Tifernas à Naples chez Arnaud de Bruxelles en 147539, et la traduction de l’Asinus par Bracciolini imprimée à Augsburg chez Ludwig Hohenwang vers 147740. D’une manière générale, entre 1470 et 1494, date de la première édition collective de plusieurs traductions latines de textes de Lucien à Venise chez Bevilacqua, on dénombre vingt quatre éditions imprimées des traductions recensées plus haut.

Graphique 1

Graphique 1

Nombre des éditions des traductions latines de textes de Lucien imprimées entre 1470 et 1494

  • 41 Repertorio, p. 939-940.
  • 42 Repertorio, p. 874-875.
  • 43 Repertorio, p. 934.
  • 44 Repertorio, p. 870 et p. 1025-1026 respectivement.

6Le Dialogus mortuorum 25 dans la version d’Aurispa tient la première place, avec six éditions au total : trois en Italie (à Rome et Venise, et une à Padoue en 1482) et trois en Allemagne (deux à Leipzig en 1490 et 1492, et une à Cologne entre 1492 et 1493)41. La version du Charon vel Contemplantes de Rinuccio suit immédiatement, avec cinq éditions : en dehors de la première italienne de 1470 signalée supra, on en trouve trois aux Pays Bas, dont deux à Deventer entre 1480 et 1488, et une à Leipzig en 148842. Vient ensuite le Dialogus mortuorum 20 avec quatre éditions : deux à Leipzig en 1490 et 1492, une à Cologne en 1492-1493, et une à Rome en 149343. Les traductions de Persona (Cataplus et Vitarum auctio) et de Tifernas (Verae Historiae) sont imprimées deux fois chacune44, et celles de Bracciolini (Asinus), Bertholdus (Timon) et Griffolini (De calumnia) sont imprimées une seule fois comme signalé plus haut.

  • 45 M. Billanovich, « Bordon (Bordone), Benedetto », Dizionario Biografico degli Italiani 12, 1971.
  • 46 A. Cioni « Cabi, Simone, detto Bevilacqua », Dizionario Biografico degli Italiani 51, 1998.
  • 47 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 191 et 197, cite deux incipit et explicit pour le De (...)
  • 48 Repertorio, p. 862-1036 passim.

7L’année 1494 marque la production d’une autre édition groupant plusieurs traductions élaborées dans les décennies précédentes, de plusieurs textes de Lucien, après celle de Lauer en 1470. La sélection et l’édition des textes de traducteurs variés est faite par Benedetto Bordon45, et est imprimée à Venise par Simone Gabi, communément appelé Bevilacqua46. Le livre contient, sans aucune mention du nom des traducteurs, le Timon de Bertholdus, les deux textes de Persona (Cataplus et Vitarum auctio), celui d’Aurispa (Dialogus mortuorum 25), deux versions anonymes du De calumnia et du Muscae encomium attribuées de façon erronée par les chercheurs modernes à Guarino47, les Verae Historiae de Tifernas, les Dialogi mortuorum 11, 13 et 16 de Balbi, l’Asinus de Bracciolini, et les deux textes de Rinuccio (Charon vel Contemplantes et Dialogus mortuorum 20). Le volume comprend aussi le De felicitate et miseria de Maffeo Veggio et la Virtus de Leon Battista Alberti, attribués par erreur à Lucien. Une édition tout à fait semblable est reprise à Milan trois ans plus tard en 1497 par le bavarois Ulrich Scinzenzeler, actif à Milan entre 1477 et 1500, et le même ensemble de textes est réimprimé plusieurs fois au siècle suivant, enrichi encore d’autres traductions48.

  • 49 Repertorio, p. 875-876.
  • 50 Repertorio, p. 935-936.
  • 51 Repertorio, p. 940-941.
  • 52 Repertorio, p. 1031.

8Parallèlement aux éditions groupées de 1494 et 1497, on trouve aussi quelques versions de textes isolés imprimées en Italie et hors d’Italie après 1494. La traduction du Charon vel Contemplantes de Rinuccio est imprimée de nouveau trois fois (à Cologne en 1494 par Heinrich Quentell, à Deventer en 1497 par Jacobus de Breda et à Poitiers en 1498 par Jean Bouyer et Guillaume Bouchet)49, et le Dialogus mortuorum 20 est aussi imprimé à Rome en 1495 par Eucharius Silber et deux fois à Paris en 1498, une fois par Pierre Le Dru pour Geoffroy de Marnef et une fois par Guy Marchant)50. Enfin, le Dialogus mortuorum 25 dans la version d’Aurispa est imprimé en Avignon en 1497 par Pierre Rohault pour Nicolaus Tepe51, et la version de Persona de la Vitarum auctio l’est à Leipzig en 1499 par Jacob Thanner52.

9La description de la production imprimée des traductions latines de Lucien à la fin du XVe siècle fournit donc un premier aperçu de leur diffusion, bien qu’encore limitée, en Europe continentale. Les préférences des lecteurs européens pour les textes de Lucien (voir graphique 2) vont, semble-t-il, aux dialogues sur les enfers et l’au-delà (Charon vel Contemplantes, Dialogi mortuorum et Cataplus).

Graphique 2

Graphique 2

Nombre des éditions des traductions latines de textes de Lucien imprimées à la fin du XVe siècle

10Viennent ensuite les textes moraux (Vitarum auctio, De calumnia et Timon) ou humoristiques et satiriques (Verae Historiae, Asinus et Muscae encomium), et la popularité des traducteurs semble liée à celle des textes traduits.

Graphique 3

Graphique 3

Popularité des traducteurs, fondée sur le nombre des éditions imprimées de leurs traductions à la fin du XVe siècle

11D’une manière générale, il apparaît que l’Italie et les humanistes italiens ont une place prédominante dans les traductions tant manuscrites qu’imprimées.

Graphique 4

Graphique 4

Nombre des éditions imprimées des traductions latines de Lucien par lieu d’impression à la fin du XVe siècle (voir aussi carte 1)

Carte 1

Carte 1

Localisation des impressions des traductions latines de Lucien à la fin du XVe siècle (voir aussi graphique 4)

12Toutes les traductions mentionnées plus haut ont pour auteur des Italiens et sont imprimées essentiellement en Italie, majoritairement à Venise, Milan et Rome. Hors d’Italie, parmi les centres qui ont montré un premier intérêt pour ces traductions, seules Leipzig et Cologne en Allemagne, et Deventer aux Pays Bas, ont produit un nombre signifiant, bien que très limité, de ces éditions. La France, qui deviendra un centre important de production de ces traductions latines de Lucien au siècle suivant, est encore pauvrement représentée, et d’autres pays sont totalement absents de cette liste.

  • 53 J. Ijsewijn, « Agricola as a Greek Scholar », Rodolphus Agricola Phrisius (1444-1485). Proceedings (...)
  • 54 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 288-289, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », (...)
  • 55 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245 ; voir aussi M. Manoussacas, « Calceopu (...)
  • 56 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 181.
  • 57 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 182.
  • 58 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 184.
  • 59 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 165.
  • 60 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245, et L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. (...)
  • 61 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

13Cette absence n’est pas un hasard : les humanistes non italiens, et particulièrement d’Europe du Nord, ont commencé à voyager vers l’Italie pour étudier essentiellement à partir de la seconde moitié du quinzième siècle. Ce fut le cas de l’humaniste hollandais Rudolph Agricola, qui resta en Italie de 1468-1469 à 1474 : il traduisit le De Calumnia en 1479, mais, dix ans après son séjour en Italie, en 1484, il donna une version latine du Gallus et est considéré comme le premier savant à avoir introduit Lucien au nord des Alpes53. Même si ses traductions ont été imprimées tout au long du XVIe siècle, bien après sa mort en 1485, d’autres traductions produites avant la fin du XVe siècle sont restées manuscrites : par exemple celles du Phalaris I & II rédigée par Antonio Rossi après 147754, du De saltatione par Attanasio Calceopulo avant 1487 ou même avant 1472-147355, l’Electrum de Leonello Chiericati (1443-1506)56, l’Hercules de Lorenzo Ciati57, le De parasito de Andrea Corneo58, la traduction du De calumnia par Giovanni Battista Boerio rédigée avant 1505-150659, et, selon K. Sidwell, peut-être celles du Dialogus mortuorum 17 par Niccolò Scutelli de Trento (mort en 1542)60, et du De Astrologia composée autour de 1500 par Severus, un moine cistercien61.

  • 62 Repertorio, p. 851-1040 passim.

14Cette production des traductions latines de Lucien au XVe siècle, essentiellement faite par des doctes italiens et limitée à la péninsule italienne, ne peut pas se comparer avec les traductions et éditions nouvelles produites au siècle suivant. La première et principale raison en est sans doute la parution de l’editio princeps du texte grec de Lucien, édité par le Byzantin Janus Lascaris et publiée à Florence en 1496. Cette édition ouvre les vannes d’un flot continu, et entre cette date et 1550, le texte grec est imprimé plus de 60 fois, en même temps que paraît en 1538 à Francfort la première édition complète bilingue chez Jacob Mycilus, ou Moltzer, né à Strasbourg, laquelle est reprise à Leyde en 154962. Cette édition comprend exclusivement des versions latines de Lucien rédigées au XVIe siècle, comme celles d’Érasme, de Mélanchthon, de Pirkheimer, de Sinapius et d’autres.

  • 63 C. R. Thompson, « The Translations of Lucian… », art. cité ; Id., The Translations of Lucian by Er (...)
  • 64 Longaevi, Abdicatus, Alexander, Cronosolon, De astrologia, De luctu, De mercede conductis, De sacr (...)
  • 65 Pour une recension détaillée des éditions des traductions d’Érasme et de More, voir Repertorio, p. (...)

15Érasme exerce sans aucun doute l’influence la plus marquante sur la traduction et la diffusion de Lucien au XVIe siècle. Dès 1505, lui et son ami Thomas More, après s’être essayés à diverses traductions de Lucien (Érasme traduit le Podagra et More travaille sur une paire d’Epigrammata), décident de préparer une certain nombre de traductions de Lucien pour la publication63. Entre 1505 et 1514, Érasme mène à bien la traduction de trente-six pièces, dix-huit pièces isolées64 et une sélection de dix-huit des Dialogi mortuorum, marini et deorum, tandis que More traduit quatre œuvres (Cynicus, Menippus, Philopseudes et Tyrannicida). Le projet se concrétise en 1506 et 1514 sur la presse de Josse Bade à Paris65. À partir de là, leurs traductions sont imprimées comme un corpus établi, avec des différences mineures dans le nombre des pièces, au moins huit fois : à Venise en 1516 par Alde Manuce, à Bâle en 1517, 1521 et 1534 par Johann Froben, à Florence en 1519 par Filippo Giunti, à Lyon en 1528, 1535 et 1541 par Sébastien Gryphe. Elles sont aussi utilisées dans les volumes des Luciani opera imprimés à Francfort en 1538 et 1543 par Christian Egenolff, à Paris en 1546 par Michel de Vascosan, à Lyon en 1549 par Jean Frellon et à Bâle en 1563 par Heinrich Petri. Prises individuellement, les traductions d’Érasme, dans des éditions groupées ou isolées, ont été imprimées au moins cent fois, autant en Europe occidentale (Anvers, Louvain, Bâle, Cologne, Francfort, Leipzig, Lyon, Paris, Strasbourg) que plus loin comme à Londres ou Cracovie : et la circulation de ces textes s’étend, chronologiquement, de 1510 à 1589, soit longtemps après la mort de leur auteur en 1536. Les traductions de More n’ont certainement pas eu le succès de celles d’Érasme (à dire vrai, aucune traduction de Lucien n’a jamais eu le succès de celles d’Érasme) mais ont circulé presque aussi longtemps que celle de son ami (de 1520 à 1589) dans un nombre signifiant d’éditions (au moins vingt sept), même si elles ont été circonscrites à Bâle, Leipzig, Louvain, Paris et Strasbourg.

  • 66 Repertorio, p. 1004-1006.
  • 67 Repertorio, p. 871-873 et p. 1032-1033 respectivement.
  • 68 Repertorio, p. 941-948.
  • 69 Repertorio, p. 863-864.
  • 70 Repertorio, p. 979-982.

16Mais les traductions d’Érasme et de More n’ont pas été les seules à circuler dans l’Europe du XVIe siècle. Les noms d’au moins trente et un autres auteurs apparaissent dans des éditions latines de Lucien, quelques uns pour le XVe siècle, beaucoup plus pour le XVIe siècle. Pour le XVe siècle, on trouve jusqu’en 1520 des reprises du Timon de Bertholdus66, du Cataplus et de la Vitarum auctio de Persona67, de la traduction d’Aurispa du Dialogus mortuorum 25 reprise de manière ininterrompue jusqu’en 1598, et jusqu’à Séville68, et des deux traductions anonymes du De calumnia et du Muscae encomium qui étaient parues pour la première fois dans l’édition de 1494 de Bevilacqua, et cette traduction du De Calumnia résiste jusqu’en 1520 avant d’être remplacée par celle de Philippe Melanchton69, tandis que celle du Muscae encomium circule jusqu’en 156370.

  • 71 Repertorio, p. 1027-1030.
  • 72 Repertorio, p. 919-925, 926-928 et 929-934 respectivement.
  • 73 Repertorio, p. 1035-1038.
  • 74 Repertorio, p. 876-877 et 936-939 respectivement.
  • 75 Repertorio, p. 1033-1034.

17Les Verae Historiae de Tifernas ont aussi connu une période de succès, jusqu’au début des années 156071, tandis que les traductions des Dialogi mortuorum 11, 13 et 16 de Pietro Balbi sont restés totalement en l’état, la première réimprimée jusqu’en 1598 et les deux autres respectivement jusqu’en 1520 et 158972. Le succès est le même pour la version de l’Asinus de Bracciolini, dont la dernière édition paraît à Cracovie en 159273. Enfin les versions de Rinuccio da Castiglione du Charon vel Contemplantes et du Dialogus mortuorum 20 ont circulé jusqu’en 152174, même si sa Vitarum auctio n’a été imprimée qu’une fois en 1536 à Anvers75.

  • 76 Repertorio, p. 1039-1040 ; L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 185-186.
  • 77 Repertorio, p. 860-861.
  • 78 Repertorio, p. 957-958.

18Les traductions d’Agostino Dati (1420-1478) et de Rudolph Agricola datent aussi du XVe siècle, mais n’ont été imprimées qu’au XVIe siècle. La version de Dati du Halcyon du pseudo-Platon ou du pseudo-Lucien a été élaborée avant 1478, mais publiée seulement en 1503 dans sa patrie, Sienne, et est réimprimée dix fois, à Lyon, Venise, Paris, Francfort et Bâle, jusqu’en 156376. De même, le De Calumnia traduit par Agricola en 1479 paraît à Louvain en 1530, puis deux autres fois ensuite à Cologne (1539) et Wittenberg (1592)77, tandis que son Gallus traduit en 1484 est publié à Strasbourg en 1530 et à Cologne en 153978

  • 79 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 175-176.
  • 80 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 183 ; voir aussi R. Ricciardi, « Cancellieri (de Canc (...)
  • 81 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 161.
  • 82 Repertorio, p. 998 ; L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 177-178 ; voir aussi G. Balliste (...)
  • 83 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 301.
  • 84 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 303-304.

19Toutefois, la plupart des traductions imprimées au XVIe siècle ont également été élaborées au XVIe siècle, et trouvent une presse peu de temps après leur rédaction. Par exemple, la traduction du Lis consonantium par Celio Calcagnini (1479 -1541) est d’abord imprimée dans sa ville d’origine, Ferrare, en 1510, puis à Venise et deux fois à Bâle79, et a vraisemblablement été réalisée durant la période où son auteur était professeur de grec et de latin au Studio de Ferrare, après 1507 ou 1509. Le cas est le même pour le Bolognais Costantino Claretti dont la traduction du Philopseudes n’est imprimée qu’une fois à Bologne en 150580. Au même endroit et au même moment paraît la traduction du De parasito par Francesco Bellafini de Bergame (ca. 1480-1543), laquelle est reprise à Paris en 152081. Deux ans après, en 1507, la traduction du Quomodo historia conscribenda sit de Giovanni Maria Cattaneo (mort ca. 1529-1530) est imprimée à Bologne, puis deux fois à Venise. Cattaneo a aussi donné des versions latines de deux autres textes, les Amores (dont on ne sait rien d’autre) et le Symposium vel Lapithae, imprimé à Rome autour de 1510 par Johann Beplin82. En 1516 Giacomo Mazzocchi imprime la traduction du De mercede conductis de Pierio Valeriano Bolzani (1477-1558), qui circule sous le titre De aulicorum erumnis, et est reprise ensuite à Lyon (1519) et à Paris (1520)83. Lodovico da Ponte, ou de son nom latin Ponticus Virunius (1467-1520) ferme la liste des traducteurs italiens imprimés au XVIe siècle, avec deux traductions, du Dialogus deorum 2 et du Dialogus marinus 7, impimées à Bologne en 150284.

  • 85 Repertorio, p. 864-868.
  • 86 Il n’y a pas d’entrée dans le Repertorio pour une liste d’œuvres de Lucien ou du Ps.-Lucien, mais (...)
  • 87 Voir note 1 et annexe pour une bibliographe sélective.
  • 88 Repertorio, p. 992.
  • 89 Repertorio, p. 987-989.
  • 90 Repertorio, p. 956-957 et 992-993 respectivement.
  • 91 Repertorio, p. 982.
  • 92 Repertorio, p. 914-915, 917-918 et 915-916 respectivement.
  • 93 Repertorio, p. 982 et 998 respectivement.
  • 94 Repertorio, p. 989-991.
  • 95 Repertorio, p. 859-860 pour l’Apologia, 868-870 pour le Cataplus, et 873-874 pour Charon vel Conte (...)
  • 96 Voir J. L. Flood-D. J. Shaw, Johannes Sinapius (1505-1560). Hellenist and Physician in Germany and (...)
  • 97 Sans entrée propre dans le Repertorio, mais voir par exemple p. 957, s.v. Gallus, a.1 : Argentorat (...)
  • 98 Repertorio, p. 967.
  • 99 Repertorio, p. 1038.
  • 100 Repertorio, p. 868, no 22.
  • 101 Repertorio, p. 978.
  • 102 Repertorio, p. 853-855.

20La contribution des savants et traducteurs allemands à la réception de Lucien au cours du XVIe siècle est tout aussi importante. Le plus influent d’entre eux est sans conteste Philippe Mélanchthon (1497-1560), dont la traduction du De Calumnia est imprimée pour la première fois en 1518 à Leipzig puis est reprise plus de vingt fois entre 1519 et 1592 à Haguenau, Wittenberg, Paris, Venise, Lyon, Bâle, Francfot, Strasbourg et Zerbst85. Toutefois, sa traduction du Demosthenis encomium est considérée comme moins importante, et a été imprimée deux fois à Lyon par Sébastien Gryphe, en 1535 et 1541, dans un volume comprenant les traductions d’Érasme et de More86. L’influence comme traducteur de Willibald Pirckheimer (1470-1530), à peine plus âgé, est à peu près équivalente : il a traduit cinq des textes les moins populaires de Lucien87 : Quomodo historia conscribenda sit, imprimée une seule fois à Nuremberg en 151588, le Piscator, lui aussi imprimé pour la première fois à Nuremberg en 1517 et ensuite sept autres fois89, les Fugitivi et le Rhetorum praeceptor, imprimés ensemble à Haguenau en 1520 puis cinq autres fois jusqu’en 156390, et le Navigium à Nuremberg en 152291. Ottmar Nachtigall de Strasbourg (1487-1537) compose, pour sa part, une traduction intégrale des Dialogi deorum, mortuorum et marini, à l’opposé des dialogues isolés traduits jusqu’alors, qui est imprimée d’abord dans sa ville, Strasbourg, en 1515 puis reprise plusieurs fois92. Deux ans après, en 1517, il propose une autre traduction de trois textes de Lucien, Nigrinus, Somnium sive Vita Luciani (l’une et l’autre imprimée une seule fois)93, et Prometheus, imprimé onze fois, essentiellement à Strasbourg, mais aussi Francfort, Paris, Lyon et Bâle jusqu’en 157694. Petrus Mosellanus, ou Peter Schade (1493-1524), traduit pour sa part deux textes qui ont déjà été traduits plus d’une fois, Cataplus et Charon vel Contemplantes, et un autre, nouveau, l’Apologia. Toutes ces traductions paraissent en 1518, l’Apologia à Leipzig et les deux autres à Haguenau. Elles sont reprises ensemble à Francfort en 1538 et 1543, à Paris en 1546, à Lyon en 1549 et à Bâle en 156395. On peut ajouter aux savants allemands mentionnés plus haut Johannes Sinapius (ca. 1505-1561), qui traduit le Podagra pour la version bilingue imprimée chez Micyllus en 153896, Martin Boler de Bretten, dont les versions du Lis consonantium, du Dialogus mortuorum 10 et de la Vitarum auctio sont imprimées à Strasbourg en 153097, Konrad Goclenius (1455-1539) qui a publié sa version de l’Hermotimus à Louvain en 152298, Johann Alexander Brassicanus (ca. 1500-1539) et sa version du Longaevi imprimée à Tübingen en 152599, Dethard Horst (1548-1618) qui en 1592 édite et fait reparaître la traduction de Mélanchthon du De Calumnia100, et Christoph Hegendorff (1500-1540) dont la traduction du Muscae encomium paraît à Leipzig en 1522101. On peut ajouter encore un traducteur, mentionné comme Anastasius Q., que je crois être allemand dans la mesure où sa traduction de l’Adversus indoctum paraît d’abord à Cologne en 1523 avec le De arte dicendi de Mélanchthon. Elle est réimprimée deux fois à Haguenau en 1524 de nouveau avec le texte de Mélanchthon, sa traduction du De calumnia et l’Epistola de formandis studiis d’Agricola, le tout réimprimé ensuite neuf fois entre 1525 et 1563 (à Haguenau, Paris, Venise, Lyon, Francort et Bâle)102.

  • 103 Repertorio, p. 978 ; voir aussi M. Mann, Érasme et les débuts de la réforme française (1517-1536), (...)
  • 104 Repertorio, p. 1030.
  • 105 Repertorio, p. 997 ; voir aussi C. R. Thompson, « The Translations of Lucian… », art. cité, p. 874 (...)

21Il faut aussi mentionner la contribution des savants Anglais et Français à la diffusion du Lucianus Latinus au XVIe siècle. Nicolas Bérault d’Orléans (ca. 1470-1545) voit sa traduction de Muscae encomium publiée deux fois à Paris en 1515 et 1517-1518103 accompagnée à peu près au même moment par une traduction de la Vitarum auctio, reprise deux autres fois à Strasbourg et Louvain respectivement en 1519 et 1520104. Originaire également du Nord de la France, et plus précisément de Dreux, Gervasius Amoenus, documenté en 1506 comme secrétaire d’Érasme à Paris, fait paraître une traduction du Somnium sive Vita Luciani à Paris en 1513, en y ajoutant ses propres Lucubratiunculae et la traduction du Longaevi par Érasme. Le nom d’Érasme n’y est pas mentionné, ce qui a conduit celui-ci à se plaindre d’un notarius suffuratus, un secrétaire malhonnête105

  • 106 B. M. Hosington, « Compluria opuscula longe festivissima… », art. cité, p. 193-194.
  • 107 B. M. Hosington, « Compluria opuscula longe festivissima… », art. cité, p. 193, parle par erreur d (...)
  • 108 B. M. Hosington, « Compluria opuscula longe festivissima… », art. cité, p. 193, prétend que « the (...)
  • 109 Repertorio, p. 889.

22En traversant la Manche pour passer en Angleterre, derrière Thomas More, on trouve seulement deux Anglais qui ont produit des traductions latines de Lucien106. Le premier est Richard Pace (ca. 1482-1536), qui a vécu à Rome de 1509 à 1514, date à laquelle un volume contenant sa traduction du Demonax, parmi deux traductions de Plutarque et une du pseudo-Apollonius de Tyane, est imprimé chez Giacomo Mazzocchi107. Sa traduction est réimprimée à Venise en 1522 par Bernardino Vidali, avec quelques autres traductions de Plutarque108. Pace est suivi par Henry Bullock (ca. 1497-1526), un étudiant qui suit les classes de grec d’Érasme à Cambridge et peut-être le plus proche de ses amis dans cette ville : il demande à Johann Siberch, le premier des imprimeurs de Cambridge, de lui imprimer sa traduction des Dipsades109.

  • 110 En se fondant sur des similitudes entre les traductions latines attribuées à ces deux humanistes d (...)
  • 111 Voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 85-110. Ses traductions ont été conservées dans (...)
  • 112 Voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 237-245. Le manuscrit qui conserve ces traductio (...)
  • 113 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 302.
  • 114 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 174.
  • 115 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 187.
  • 116 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 200-212.
  • 117 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 290.
  • 118 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 235-236.

23Enfin, pour compléter la recension des traductions latines de Lucien au XVIe siècle, il faut considérer les traductions restées manuscrites, certes limitées, mais indicatives également de la manière dont fonctionne l’activité intellectuelle dans le siècle de l’imprimé. A en juger par leurs traductions, les Italiens Giacinto Arpino et Bartolomeo Marliano (1490-1560) ont probablement été les plus productifs de ces traducteurs110. Arpino traduit presque tous les Dialogi deorum, tous les Dialogi mortuorum et marini, et dix huit œuvres isolées111, et Marliano produit vingt trois traductions des œuvres de Lucien, dont la seule traduction latine du Zeuxis, et la traduction de cinq des Dialogi mortuorum. Toutes ces traductions sont conservées ensemble dans un manuscrit unique112. Moins importantes sont les versions de Longaevi par Fabio Vigili de Spoleto (mort en 1553)113, du De Parasito par Pierfrancesco Bulgaro114, du De luctu par Guglielmo Falcone115, du Dearum Iudicium, de neuf des Dialogi deorum et de tous les Dialogi marini par Livio Guidolatto, réalisées entre 1518 et 1521116, du Dialogus mortuorum 12 et Muscae encomium par Filippo Sassetti (1540-1588)117, et des Verae Historiae I & II par Francesco Manini (mort en 1619)118.

  • 119 Anacharsis, Bis accusatus sive Tribunalia, Charidemus, De Domo, De Morte Peregrini, De Syria Dea, (...)
  • 120 Apologia, Asinus sive Lucius, De Calumnia, Cataplus, Charon vel Contemplantes, Cynicus, De Astrolo (...)
  • 121 Abdicatus, Adversus Indoctum, Alexander, Demosthenis encomium, Dipsades, Eunuchus, Fugitivi, Gallu (...)
  • 122 Bacchus, De Saltatione, Dearum iudicium, Electrum, Harmonides, Herodotus, Jupiter confutatus, Patr (...)

24Si l’on traduit en chiffres la recension ci-dessus des traductions latines de Lucien entre XVe et XVIe siècles, on voit que sur les quatre vingt cinq œuvres attribuées à Lucien et conservées, soixante deux ont été traduites en latin, et deux autres ont fait l’objet d’un projet de traduction qu’on ne peut vérifier par aucune trace manuscrite ou imprimées. L’ensemble représente alors 75 % du corpus de Lucien, et vingt et un textes n’ont jamais été traduits119. Parmi ceux qui l’ont été, trente quatre ont circulé à la fois en imprimé et manuscrit (soit 54 %)120, quatorze uniquement en imprimé121, et quatorze autres uniquement en manuscrit122. Le plus grand nombre des éditions imprimées, soit cinquante six fois, revient à l’anthologie érasmienne de dix-huit Dialogi deorum, mortuorum et marini. En dehors de cet ensemble, que l’on peut exclure en tant que composition artificielle, la première place revient à la traduction du Dialogus mortuorum 25 avec quarante cinq éditions, suivi du Timon (quarante deux éditions), du De Calumnia et du Dialogus mortuorum 11 (trente cinq éditions), du Menippus (trente quatre éditions) et du Tyrannicida (trente éditions). Les textes les moins diffusés, et n’ayant été imprimés qu’une ou deux fois, sont Longaevi, Demosthenis encomium, De parasito, Demonax et Somnium sive Vita Luciani (deux éditions), et Dipsades, Dialogus deorum 2, Dialogus marinus 7, Dialogus mortuorum 10, Hermotimus, Navigium et Nigrinus (une seule édition).

Graphique 5

Graphique 5

Nombre des éditions des versions latines de Lucien imprimées entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle

25Si l’on croise cette liste avec celle des traducteurs les plus et les moins populaires, il est facile d’identifier les raisons de la popularité de certains textes

Graphique 6

Graphique 6

Popularité des traducteurs fondée sur le nombre des éditions imprimées de leurs traductions entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle

26Érasme est le plus populaire et le plus diffusé des traducteurs, suivi par More, Balbi, Aurispa, Rinuccio da Castiglione, Mélanchthon et Pirckheimer, tandis qu’on trouve parmi les moins populaires Goclenius, Brassicanus, Claretti, Horst, Griffolini, Amoenus, Bullock et beaucoup d’autres. Le nom du traducteur pèse sur le choix de lecture des œuvres de Lucien : l’anthologie érasmienne des Dialogi, son Timon et son Tyrannicida sont parmi les textes favoris de Lucien au XVIe siècle, ainsi que les textes traduits par Aurispa, Mélanchthon, More et Balbi. Cependant, pour d’autres textes, le nom du traducteur n’est pas un facteur de popularité : s’il est compréhensible que des noms comme ceux de Bullock, Virunius, Boler ou Goclenius soient mal connus, on trouve aussi en fin de liste, aussi peu diffusés, Pirckheimer et Nachtigall pour leurs versions respectives du Navigium et du Nigrinus. Le contenu des textes traduits a-t-il joué ? ou la qualité même des traductions ? ou le contexte chronologique ? ou d’autres raisons, comme le lieu ou les possibilités d’impression ? L’un de ces facteurs détermine-t-il à lui seul la préférence, ou est-elle due à une combinaison de plusieurs d’entre eux ? Il est impossible de donner ici une réponse définitive à ces questions, chacune d’elle appelant une recherche complète et approfondie.

27Quelques autres données statistiques extraites de la recension des traductions de Lucain montre que l’intérêt pour cet auteur a un lien avec les lieux où ces traductions ont été imprimées :

Graphique 7

Graphique 7

Nombre des éditions imprimées des versions latines de Lucien par lieux entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle (voir aussi carte 2)

28le premier centre est Bâle (160 éditions dont 102 des traductions d’Érasme), puis Paris et Lyon (155 et 111 éditions, majoritairement là encore des traductions d’Erasme, 76 à Paris et 73 à Lyon). Suivent, nettement moins productifs, Francfort, Venise, Leipzig, et Strasbourg, et, très ponctuellement, Cambridge, Ferrare, Genève, Londres, Seville, Sienne, Tübingen et Zerbst. Le centre de cette production imprimée se déplace définitivement entre la fin du XVe siècle et le XVIe siècle :

Carte 2

Carte 2

Localisation des impressions des traductions latines de Lucien à la fin du XVIe siècle (voir aussi graphique 7)

29l’Europe centrale devient le lieu principal de la production imprimée, devant d’autres zones périphériques ou régionales. Ce déplacement joue un rôle signifiant lorsqu’on examine les possibilités d’impression en divers lieux, mises en relation avec un intérêt général pour Lucien, lui-même dans des conditions intellectuelles, religieuses, et quelquefois politiques, particulières à chacun de ces lieux. Les données qui concernent le nombre de textes de Lucien paraissant par décades (voir graphique 8) sont cependant encore plus significatives de l’intérêt pour Lucien au XVIe siècle.

Graphique 8

Graphique 8

Nombre des œuvres de Lucien en latin imprimées par décades (1470-1600)

30Les années 1470-1480, qui sont le point de départ de la diffusion imprimée, voient la parution de huit traductions, tandis que les années 1590-1600 ne voient la parution que de quatre traductions. Le point culminant de la multiplication de ces impressions sont les années 1510-1520 et 1520-1530, avec respectivement quarante six et quarante huit éditions qui circulent à travers l’Europe. A partir des années 1530 et 1540, on remarque cependant un déclin progressif mais notable de ces impressions, probablement dû à un intérêt croissant pour des versions vernaculaires de Lucien, aussi bien que pour différentes imitations des textes de Lucien eux-mêmes, l’un et l’autre phénomènes ayant déjà commencé à apparaître à la fin du XVe siècle. Une autre raison de ce déclin est peut-être à chercher dans l’opposition systématique à Lucien manifestée aussi bien chez les catholiques les plus rigoureux que chez les protestants les plus rigoureux, et de la part des autorités religieuses, opposition qui ne fait que croître et devenir plus manifeste après 1550. Cependant, malgré ce déclin incontestable, de nouvelles traductions et de nouvelles éditions d’œuvres ayant déjà été traduites voient le jour au XVIIe siècle, même si leur nombre est très inférieur à celui des traductions et éditions des XVe et XVIe siècles. Ces éditions plus tardives débordent le cadre de notre étude, mais complètent la démonstration de l’immense popularité des œuvres de Lucien notamment au cours des XVe et XVIe siècles, manifeste par le très grand nombre de ces traductions latines durant cette période.

31Ces traductions, qui ont commencé au début du XVe siècle comme des exercices scolaires, par Bertholdus ou le traducteur anonyme du Charon vel Contemplantes dans la classe de Chrysoloras à Florence, ou même par les traductions de Guarino à Constantinople, se placent pour certaines parmi les écrits les plus influents des deux siècles suivants. Au moins quarante traducteurs donnent des versions latines de plus de soixante œuvres de Lucien, qui sont imprimées au total plus de huit cent fois : ce sont là des chiffres qui ne peuvent être ignorés. Certes, il ne fait pas de doute que Lucien n’est ni le plus populaire, ni le plus traduit, ni le plus lu des auteurs grecs pendant les siècles concernés, par comparaison, par exemple, avec Plutarque : d’un autre côté, la recension ci-dessus montre qu’humanistes, traducteurs, imprimeurs et lecteurs ont continué de trouver durablement, dans la richesse et la variété des textes de Lucien, les qualités qui les y ont d’abord attirés.

Haut de page

Bibliographie

M. Baumbach, Lukian in Deutschland. Eine forschungs- und rezeptionsgeschichtliche Analyse vom Humanismus bis zur Gegenwart, München, 2002.

P. Botley, Latin Translation in the Renaissance. The Theory and Practice of Leonardo Bruni, Giannozzo Manetti and Erasmus, Cambridge, 2004.

N. Caccia, Luciano nel Quattrocento in Italia : Le rappresentazioni e le figurazioni, Firenze, 1907.

N. Caccia, Note su la fortuna di Luciano nel Rinascimento. Le versioni e dialoghi satirici di Erasmo da Rotterdam e di Ulrico Hutten, Milano, 1914.

D. Cast, Lucianic and Pseudo-Lucianic Themes in the Renaissance: A Study in Renaissance Humanism, Dissertation, Ann Arbor, Columbia University, 1970.

R. Förster, « Lucian in der Renaissance », Archiv für Literaturgeschichte, 1886, 14, p. 337-363.

D. Harlfinger et al. (éd.), Graecogermania. Griechischstudien deutscher Humanisten. Die Editionstätigkeit der Griechen in der italienischen Renaissance (1469-1523), Weinheim, 1989.

P. Hemeryck, « Les traductions latines du Charon de Lucien au quinzième siècle », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Age-Temps Modernes, 1972, 84, p. 129-200.

N. Holzberg, « Lucian and the Germans », The Uses of Greek and Latin. Historical Essays, A. C. Dionisotti, A. Grafton, J. Kraye éd., London, 1988, p. 201-209.

N. Holzberg, Willibald Pirckheimer : Griechischer Humanismus in Deutschland, München, 1981.

N. Holzberg, « Willibald Pirckheimer als Wegbereiter der griechischen Studien in Deutschland. Zum 450. Todestag des Humanisten », Mitteilungen des Vereins für Geschichte der Stadt Nürnberg, 1980, 67, p. 60-78.

U. Jaitner-Hahner, « La traduzione latina delle Storie vere di Luciano e le sue vicende attraverso i secoli », Manuele Crisolora e il ritorno del greco in Occidente. Atti del Convegno internazionale (Napoli, 26-29 giugno 1997), R. Maisano, A. Rollo (éd.), Napoli, 2002, p. 283-312.

E. Mattioli, Luciano e l’umanesimo, Napoli, 1980.

E. Mattioli, « I traduttori umanistici di Luciano », Studi in onore di Raffaele Spongano, Bologna, 1980, p. 205-214.

C.-A. Mayer, Lucien de Samosate et la Renaissance française, Genève, 1984.

C. Robinson, Lucian and his influence in Europe, London, 1979.

P. Schulze, « Lucian in der Literatur und Kunst der Renaissance », Programm Herzogliches Friedrichsgymnasium Dessau, Dessau, 1906, p. 1-19.

K. Sidwell, Lucian of Samosata in the Italian Quattrocento, Dissertation, Cambridge Univ., 1974.

M. G. Strinati, « Traduzioni quattrocentesche della Storia Vera di Luciano », Atti e memorie dell’Accademia Patavina di Scienze, Lettere ed Arti, 1994-1995, 107, p. 5-18.

A. Vives Coll, Luciano de Samosata en España, Valladolid, 1959.

N. G. Wilson, From Byzantium to Italy: Greek Studies in the Italian Renaissance, London, 1992.

M. O. Zappala, Lucian of Samosata in the Two Hesperias: An Essay in Literary and Cultural Translation, Potomac, Md., 1990.

Haut de page

Notes

1 Sur la production et la diffusion de Lucien en Europe à partir du XVe siècle, on peut donner la bibliographie sélective suivante, qui sera citée au cours de cet article : L. De Faveri, Le traduzioni di Luciano in Italia nel XV e XVI secolo, Amsterdam, 2002 ; C. Lauvergnat-Gagnière, Lucien de Samosate et le lucianisme en France au XVIe siècle. Athéisme et polémique, Genève, 1988 ; B. M. Hosington, « Compluria opuscula longe festivissima : Translations of Lucian in Renaissance England », Syntagmatia : Essays on Neo-Latin Literature in Honour of Monique Mund-Dopchie and Gilbert Tournoy, D. Sacré et J. Papy (éd.), Leuven, 2009, p. 187-205 ; D. Marsh, Lucian and the Latins. Humor and Humanism in the Early Renaissance, Ann Arbor, 1998 ; K. Sidwell, « Manoscritti umanistici di Luciano, in Italia, nel Quattrocento », Res Publica Litterarum, 9, 1986, p. 241-253 ; C. R. Thompson, « The Translations of Lucian by Erasmus and S. Thomas More », Revue belge de philologie et d’histoire : 18, 1939, p. 855-881 et 19, 1940, p. 5-35. Pour des titres complémentaires à partir desquels d’autres éléments pourront être détaillés, voir en annexe.

2 Pour les traductions latines imprimées durant la période étudiée, le matériel recensé dans cet article est extrait du Repertorio delle traduzioni umanistiche a stampa : secoli XV-XVI, M. Cortesi et S. Fiaschi (éd.), vol. I-II, Firenze, 2008, particulièrement vol. II, p. 849-1034 (s. v. Lucianus) et p. 1034-1042 (s. v. Lucianus, Ps.) (désormais cité sous la forme Repertorio), parce que cet ouvrage inclut des éléments contenus dans des études plus anciennes, comme L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, et C. Lauvergnat-Gagnière, Lucien de Samosate…, ouvr. cité. Pour les traductions latines restées manuscrites, le matériel discuté ici est extrait de différentes sources, comme les bases de données électroniques de l’Iter Italicum : Accedunt Alia Itinera. On CD-ROM. A Database of Uncatalogued or Incompletely Catalogued Humanistic Manuscripts of the Renaissance in Italian and other Libraries, compiled by P. O. Kristeller, consultant éd. L. Floridi, Leiden, 1995 et de l’Edizione Nazionale delle Traduzioni dei testi Greci in età umanistica e rinascimentale » <http://www-3.unipv.it/entg/> (consulté le 5 mai 2017), elle-même partie d’un projet plus large, Ritorno dei classici nell’Umanesimo <http://www.ilritornodeiclassici.it/> (consulté le 5 mai 2017), mais aussi de L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, et d’autres études séparées citées au fil du texte.

3 Voir, par exemple, E. Berti, « Alla scuola di Manuele Crisolora. Lettura e commento di Luciano », Rinascimento, 2nd ser., 27, 1987, p. 3-73 ; Id., « Alle origini della fortuna di Luciano nell’Europa occidentale », Studi Classici e Orientali, 37, 1987, p. 303-351 ; Id., « Uno scriba greco-latino : il codice Vaticano Urbinate Gr. 121 e la prima versione del Caronte di Luciano », Rivista di Filologia e di Istruzione Classica, 113, 1985, p. 416-443 ; I. Deligiannis, Fifteenth-century Latin translations of Lucian’s essay on slander, Pisa-Roma, 2006, p. 32-42.

4 Pour une description rapide du manuscrit, ses relations avec le Vat. gr. 87, ses gloses latines et ses scholies, et une bibliographie détaillée, voir I. Deligiannis, Fifteenth-century Latin translations, ouvr. cité, p. 29-61.

5 Dialogus 25, entre 1423 et 1425 : voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 111-147, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 30-33, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244 : voir aussi D. Cast, « Aurispa, Petrarch and Lucian : An Aspect of Renaissance translation », Renaissance Quarterly 27, 1974, p. 157-173.

6 Dialogus 25, certainement avant 1430 ; voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 213, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

7 Dialogus 20, entre 1415 et 1423 ; voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 267-283, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 37, et K. Sidwell « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

8 Dialogi 11, 13 et 16, autour de 1452 ; voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 151-160, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245 ; voir aussi A. Pratesi, « Balbi, Pietro », Dizionario Biografico degli Italiani 5, 1963.

9 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 191-195, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 21-24, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244 : pour les traductions de Lucien par Guarino et d’autres auteurs, voir aussi R. Sabbadini, Epistolario di Guarino Veronese, vol. I-III (Miscellanea di Storia Veneta, 3rd ser., 8, 11, 14), Venezia, 1915-1919 ; Id., Guariniana. 1. Vita di Guarino Veronese. 2. La scuola e gli studi di Guarino Veronese, M. Sancipriano (ed.), Torino, 1964 ; Id., La scuola e gli studi di Guarino Guarini Veronese, Catania, 1896 ; Id., Vita di Guarino Veronese, Genova, 1891.

10 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 214-216, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 35-36, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244 ; pour les traductions de Lapo da Castiglionchio le Jeune, voir aussi C. S. Celenza, « Parallel Lives : Plutarch’s Lives, Lapo da Castiglionchio the Younger (1405-1438) and the Art of Italian Renaissance Translation », Illinois Classical Studies, 22, 1997, p. 121-155 ; Id., Renaissance Humanism and the Papal Curia. Lapo da Castiglionchio the Younger’s De curiae commodis, Ann Arbor, 1999 ; R. Fubini, « Castiglionchio, Lapo da, detto il Giovane », Dizionario Biografico degli Italiani 22, 1979 ; F. P. Luiso, « Studi su l’epistolario e le traduzioni di Lapo da Castiglionchio juniore », Studi Italiani di Filologia Classica, 7, 1899, p. 205-299.

11 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 188-190, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245 ; voir aussi G. Mancini, Francesco Griffolini cognominato Francesco Aretino, Firenze, 1890.

12 Pour les dates de ces traductions, les conditions dans lesquelles elles ont été produites, leurs manuscrits et leur diffusion ainsi qu’une édition critique, voir I. Deligiannis, Fifteenth-century Latin translations…, ouvr. cité, p. 63-137, 139-206 et 207-254 respectivement.

13 Pour une bibliographie et une rapide discussion, voir I. Deligiannis, Fifteenth-century Latin translations…, p. 18 et n. 5 ; voir aussi D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 23-24.

14 I. Deligiannis, Fifteenth-century Latin translations…, ouvr. cité, p. 18 et n. 6.

15 Entre 1434 et 1438 ; L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 218-220, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

16 Autour de 1440 ; L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 246-247, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

17 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

18 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 284-287, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

19 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 251-252, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

20 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

21 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 305, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 16, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

22 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 253-267, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

23 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 226-228, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

24 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 247, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

25 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 162-164, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 16-21, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

26 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 196-199, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 28, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244 ; voir aussi I. Fabii, « Calumnia e Musca : due versioni inedite di Guarino Veronese », Interpres, 20, 2001, p. 7-40.

27 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 195-196, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 24-28, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

28 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 246, et D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 21 et 29-30.

29 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 147-150, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

30 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 216-218, 220-223, 223-226, 229-231, 231-233 respectivement, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 244.

31 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 292-300, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 40-41, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245 ; voir aussi G. Dapelo-B. Zoppelli (éd..), Lilio Tifernate, Luciani de Veris narrationibus : introduzione, note e testo critico, Genova, 1998.

32 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 166-173, D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 37-40, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245-246.

33 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 248, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

34 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

35 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 249-250.

36 Repertorio, p. 870.

37 Repertorio, p. 939.

38 Repertorio, p. 861-862.

39 Repertorio, p. 1025-1026.

40 Repertorio, p. 1034.

41 Repertorio, p. 939-940.

42 Repertorio, p. 874-875.

43 Repertorio, p. 934.

44 Repertorio, p. 870 et p. 1025-1026 respectivement.

45 M. Billanovich, « Bordon (Bordone), Benedetto », Dizionario Biografico degli Italiani 12, 1971.

46 A. Cioni « Cabi, Simone, detto Bevilacqua », Dizionario Biografico degli Italiani 51, 1998.

47 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 191 et 197, cite deux incipit et explicit pour le De calumnia et le Muscae encomium sous le nom de Guarino da Verona, ajoutant, p. 191, n. 157, que les différences notées dans l’édition de 1494 chez Bevilacqua avec les manuscrits de certaines traductions sont probablement l’œuvre de Benedetto Bordon qui a retouché les textes. Suivant De Faveri, Cortesi et Fiaschi attribuent les mêmes traductions à Guarino dans le Repertorio, p. 862-863 et 978-980, mais la lecture de quelques lignes du paragraphe d’ouverture dans la version de Guarino du De Calumnia (texte A) et dans celle de l’édition Bevilacqua (texte B) révèle leurs différences :

Texte A : Gravis profecto res ignorantia est et multorum malorum hominibus causa utpote quae nonnullam rebus caliginem infundat ipsamque veritatem offuscet et cuiusque vitam involvat umbris. Omnes itaque nos iis qui oberrant in tenebris similes existimus, quin immo caecis aequiparanda perpetimur, aut rei cuipiam imprudenter illisi, aut quod nequaquam oporteat praetereuntes, et quod prope ac ante pedes situm est non intuentes …

Texte B : Gravis ac molesta res est ignorantia et multorum malorum hominibus causa tanquam caliginem quandam infundens rebus et veritatem obscurans et uniuscuiusque vitam obumbrans. In tenebris igitur errantibus omnes similes sumus, immo potius caecis similia patimur nunc oberramus quidem temere, nunc vero ulterius quam oporteat labimur, et quod prope est et ante pedes non cernimus…

En dépit des similitudes de vocabulaire et de tournures entre les deux textes, il est évident qu’il s’agit de deux versions différentes. Le cas est probablement le même pour la traduction par Guarino du Muscae Encomium ; voir I. Fabii, « Calumnia and Musca.. », art. cité. Sauf à fournir des indications certaines pour l’attribution des traductions à un auteur dans l’édition de Bevilacqua, je crois qu’elles doivent rester, et être citées, comme anonymes. Voir D. Marsh, Lucian and the Latins…, ouvr. cité, p. 22, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

48 Repertorio, p. 862-1036 passim.

49 Repertorio, p. 875-876.

50 Repertorio, p. 935-936.

51 Repertorio, p. 940-941.

52 Repertorio, p. 1031.

53 J. Ijsewijn, « Agricola as a Greek Scholar », Rodolphus Agricola Phrisius (1444-1485). Proceedings of the International Conference at the University of Groningen 28-30 October 1985, F. Akkerman-A. J. Vanderjagt (éd..), Leiden, 1988, p. 21-37 ; G. C. Huisman, Rudolph Agricola : A Bibliography of Printed Works and Translations, Nieuwkoop, 1985 ; A. Jolidon, « Rodolphe Agricola et Erasme traducteurs du Coq de Lucien (Essai de stylistique comparée) », Actes du Colloque International Erasme (Tours 1986), J. Chomarat-A. Godin-J.-C. Margolin (éd..), Genève, 1990, p. 35-55.

54 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 288-289, et K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

55 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245 ; voir aussi M. Manoussacas, « Calceopulo, Attanasio », Dizionario Biografico degli Italiani 16, 1973.

56 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 181.

57 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 182.

58 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 184.

59 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 165.

60 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245, et L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 291.

61 K. Sidwell, « Manoscritti umanistici… », art. cité, p. 245.

62 Repertorio, p. 851-1040 passim.

63 C. R. Thompson, « The Translations of Lucian… », art. cité ; Id., The Translations of Lucian by Erasmus and St. Thomas More, Ithaca, New York, 1940 ; M. Delcourt, « Érasme traducteur de Lucien », Hommages à Marcel Renard, J. Bibauw (ed.), vol. I, Bruxelles, 1969, p. 303-311 ; E. N. Chuilleanáin, « Motives of translation : More, Erasmus and Lucian », Hermathena 183, 2007, p. 49-62 ; E. Rummel, Erasmus as a translator of the classics, Toronto, 1985.

64 Longaevi, Abdicatus, Alexander, Cronosolon, De astrologia, De luctu, De mercede conductis, De sacrificiis, Epistulae saturnales, Eunuchus, Gallus, Hercules Gallicus, Icaromenippus, Saturnalia, Symposium, Timon, Toxaris, Tyrannicida.

65 Pour une recension détaillée des éditions des traductions d’Érasme et de More, voir Repertorio, p. 849-1039 passim.

66 Repertorio, p. 1004-1006.

67 Repertorio, p. 871-873 et p. 1032-1033 respectivement.

68 Repertorio, p. 941-948.

69 Repertorio, p. 863-864.

70 Repertorio, p. 979-982.

71 Repertorio, p. 1027-1030.

72 Repertorio, p. 919-925, 926-928 et 929-934 respectivement.

73 Repertorio, p. 1035-1038.

74 Repertorio, p. 876-877 et 936-939 respectivement.

75 Repertorio, p. 1033-1034.

76 Repertorio, p. 1039-1040 ; L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 185-186.

77 Repertorio, p. 860-861.

78 Repertorio, p. 957-958.

79 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 175-176.

80 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 183 ; voir aussi R. Ricciardi, « Cancellieri (de Cancellieri, de Cancellariis, Cancellarius) Chiaretto Costanzo », Dizionario Biografico degli Italiani, 17, 1974.

81 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 161.

82 Repertorio, p. 998 ; L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 177-178 ; voir aussi G. Ballisteri, « Cattaneo (Cataneo), Giovanni Maria (Mario) », Dizionario Biografico degli Italiani, 22, 1979.

83 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 301.

84 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 303-304.

85 Repertorio, p. 864-868.

86 Il n’y a pas d’entrée dans le Repertorio pour une liste d’œuvres de Lucien ou du Ps.-Lucien, mais on peut regarder, par exemple, les éditions d’Érasme et de More p. 851-852, n° 7 (Lugduni, apud Sebastianum Gryphium, 1535 … Ps. Lucianus, Demosthenis encomium, tr. Philippe Mélanchthon) et 10 (Lugduni, apud Sebastianum Gryphium, 1541).

87 Voir note 1 et annexe pour une bibliographe sélective.

88 Repertorio, p. 992.

89 Repertorio, p. 987-989.

90 Repertorio, p. 956-957 et 992-993 respectivement.

91 Repertorio, p. 982.

92 Repertorio, p. 914-915, 917-918 et 915-916 respectivement.

93 Repertorio, p. 982 et 998 respectivement.

94 Repertorio, p. 989-991.

95 Repertorio, p. 859-860 pour l’Apologia, 868-870 pour le Cataplus, et 873-874 pour Charon vel Contemplantes.

96 Voir J. L. Flood-D. J. Shaw, Johannes Sinapius (1505-1560). Hellenist and Physician in Germany and Italy, Genève, 1997, passim.

97 Sans entrée propre dans le Repertorio, mais voir par exemple p. 957, s.v. Gallus, a.1 : Argentorati, apud Christianum Egenolphum, 1530. In 8° ; lat. Contient : Lucianus, Vitarum auctio (tr. Martin Boler), Lis consonantium (tr. Martin Boler), Dialogi mortuorum, 10 (tr. Martin Boler).

98 Repertorio, p. 967.

99 Repertorio, p. 1038.

100 Repertorio, p. 868, no 22.

101 Repertorio, p. 978.

102 Repertorio, p. 853-855.

103 Repertorio, p. 978 ; voir aussi M. Mann, Érasme et les débuts de la réforme française (1517-1536), Genève, 1978, p. 114.

104 Repertorio, p. 1030.

105 Repertorio, p. 997 ; voir aussi C. R. Thompson, « The Translations of Lucian… », art. cité, p. 874-875.

106 B. M. Hosington, « Compluria opuscula longe festivissima… », art. cité, p. 193-194.

107 B. M. Hosington, « Compluria opuscula longe festivissima… », art. cité, p. 193, parle par erreur d’une traduction de Pace de trois œuvres de Plutarque, sous le titre de Opuscula Plutarchi … Richardo Paceo Anglico interprete (Rome, Mazzochi, 1515).

108 B. M. Hosington, « Compluria opuscula longe festivissima… », art. cité, p. 193, prétend que « the volume was reprinted in Rome in 1522 et in the same year published in Venice by Bernardus [sic] de Vitalibus … », mais le Repertorio, p. 904-905, mentionne seulement l’édition Mazzochi de 1514 et celle de Bernardino de 1522.

109 Repertorio, p. 889.

110 En se fondant sur des similitudes entre les traductions latines attribuées à ces deux humanistes dans deux manuscrits différents, (Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 14626 et Rome, Bibl. Angel. ms. 239), L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 85-86, suggère que ces deux humanistes sont peut-être une seule et même personne, sans pouvoir l’identifier cependant.

111 Voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 85-110. Ses traductions ont été conservées dans un unique manuscrit, aujourd’hui à Bruxelles, Bibliothèque Royale, ms. 14626 : Apologia, Cataplus, Charon vel Contemplantes, De mercede conductis, De sacrificiis, Dearum iudicium, Halcyon, Hermotimus, Lis consonantium, Menippus vel Necyomantia, Nigrinus, Piscator, Pro lapsu inter salutandum, Prometheus, Prometheus es in verbis, Somnium sive Vita Luciani, Timon et Vitarum auctio.

112 Voir L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 237-245. Le manuscrit qui conserve ces traductions est aujourd’hui à Rome, Bibl. Angelica ms. 239 : Apologia, Cataplus, Charon vel Contemplantes, De mercede conductis, De sacrificiis, Halcyon, Harmonides, Hermotimus, Herodotus, Lis consonantium, Menippus vel Necyomantia, Nigrinus, Piscator, Pro lapsu inter salutandum, Prometheus, Prometheus es in verbis, Quomodo historia scribenda sit, Scytha, Somnium sive Vita Luciani, Timon, Verae Historiae I & II, Vitarum auctio et Zeuxis.

113 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 302.

114 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 174.

115 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 187.

116 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 200-212.

117 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 290.

118 L. De Faveri, Le traduzioni…, ouvr. cité, p. 235-236.

119 Anacharsis, Bis accusatus sive Tribunalia, Charidemus, De Domo, De Morte Peregrini, De Syria Dea, Deorum Concilium, Dialogi Meretricii, Epistulae, Hesiodus, Hippias, Imagines, Jupiter Tragoedus, Lexiphanes, Nero, Ocypus, Philopatris, Pro Imaginibus, Pseudologista, Soloecista, Timarion.

120 Apologia, Asinus sive Lucius, De Calumnia, Cataplus, Charon vel Contemplantes, Cynicus, De Astrologia, De Luctu, De mercede conductis, De Parasito, De Sacrificiis, Demonax, Dialogi Deorum, Dialogi Marini, Dialogi Mortuorum, Halcyon, Hercules, Hermotimus, Lis consonantium, Longaevi, Menippus sive Necyomantia, Muscae encomium, Nigrinus, Piscator sive Revivescentes, Prometheus, Quomodo Historia conscribenda sit, Saturnalia, Epistulae Saturnales, Cronosolon, Somnium sive Vita Luciani, Timon, Toxaris sive Amicitia, Tyrannicida, Verae historiae I & II, Vitarum auctio.

121 Abdicatus, Adversus Indoctum, Alexander, Demosthenis encomium, Dipsades, Eunuchus, Fugitivi, Gallus, Icaromenippus, Navigium, Philopseudes, Podagra, Rhetorum Praeceptor, Symposium.

122 Bacchus, De Saltatione, Dearum iudicium, Electrum, Harmonides, Herodotus, Jupiter confutatus, Patriae encomium, Phalaris I & II, Pro Lapsu inter salutandum, Prometheus es in verbis, Scytha, Zeuxis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1
Légende Nombre des éditions des traductions latines de textes de Lucien imprimées entre 1470 et 1494
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-1.png
Fichier image/png, 44k
Titre Graphique 2
Légende Nombre des éditions des traductions latines de textes de Lucien imprimées à la fin du XVe siècle
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-2.png
Fichier image/png, 38k
Titre Graphique 3
Légende Popularité des traducteurs, fondée sur le nombre des éditions imprimées de leurs traductions à la fin du XVe siècle
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-3.png
Fichier image/png, 31k
Titre Graphique 4
Légende Nombre des éditions imprimées des traductions latines de Lucien par lieu d’impression à la fin du XVe siècle (voir aussi carte 1)
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-4.png
Fichier image/png, 29k
Titre Carte 1
Légende Localisation des impressions des traductions latines de Lucien à la fin du XVe siècle (voir aussi graphique 4)
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-5.png
Fichier image/png, 189k
Titre Graphique 5
Légende Nombre des éditions des versions latines de Lucien imprimées entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-6.png
Fichier image/png, 175k
Titre Graphique 6
Légende Popularité des traducteurs fondée sur le nombre des éditions imprimées de leurs traductions entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-7.png
Fichier image/png, 117k
Titre Graphique 7
Légende Nombre des éditions imprimées des versions latines de Lucien par lieux entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle (voir aussi carte 2)
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-8.png
Fichier image/png, 37k
Titre Carte 2
Légende Localisation des impressions des traductions latines de Lucien à la fin du XVIe siècle (voir aussi graphique 7)
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-9.png
Fichier image/png, 233k
Titre Graphique 8
Légende Nombre des œuvres de Lucien en latin imprimées par décades (1470-1600)
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2896/img-10.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ioannis Deligiannis, « Production et diffusion des traductions latines de Lucien à la période de la fin du manuscrit et des débuts de l’imprimé (fin XVe siècle-fin XVIe siècle) », Astérion [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 07 juin 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/2896

Haut de page

Auteur

Ioannis Deligiannis

Université Démocrite de Thrace (Komotini, Grèce) • Ioannis Deligiannis est Lecturer en littérature latine à l’université Démocrite de Thrace à Komotini. Ses recherches portent sur l’étude des textes politiques et philosophiques de Cicéron, l’histoire et la réception des classiques Grecs et Latins à la Renaissance, les traductions latines depuis le grec, et plus généralement la paléographie grecque et latine et l’édition critique de textes anciens. Principales publications : Fifteenth-Century Latin Translations of Lucian’s Essay on Slander, Pisa, Gruppo editoriale internazionale, 2006 ; « The study and reception of Plato at the school of Vittorino da Feltre as revealed from two epistles of Sassolo da Prato», Humanistica. An International Journal of Early Renaissance Studies, 2013, vol. 8, p. 105-129 ; « Praise and Self-Praise in Cicero’s Political Works», S. Tzounakas éd., Praises of Roman Leaders in Latin Literature. Proceedings of a Latin Symposium. Nicosia, 13-14 September 2013, Nicosia 2014, p. 13-52 ; « The Homeric song of the Sirens in the service of Cicero’s philosophy : The song’s first theoretical approach in the Latin literature and its influence on Dante», Mediterranean Chronicle, 2014, 4, p. 13-26 ; « Rhetoric in the service of Politics : the case of chiasmi in Cicero’s Republic and their role in conveying a political message », Hellenica, 2013-2014, 63, p. 29-38 ; M. Tullius Cicero, De re publica Books Six : Introduction-Text-Translation-Commentary. Athènes, 2015 (en grec moderne) ; M. Tullius Cicero, De legibus Books Three : Introduction-Text-Translation-Commentary (à paraître).

Haut de page