Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Chronique d’un figement annoncé : les traductions vers le latin au XVIe siècle

Chronicle of an announced freezing: translations into Latin in the sixteenth century
Martine Furno

Texte intégral

1Le XVIe siècle voit l’émergence des vernaculaires comme langues de pensée, et le maintien en parallèle du latin comme langue savante de communication et de réflexion. Ce double mouvement, l’un de conquête et l’autre de résistance, a souvent été étudié du point de vue du vernaculaire, pour en marquer la progression tant pour la structuration des langues que pour le terrain gagné sur le latin dans le domaine des textes de fiction autant que d’argumentation. Le petit dossier présenté ici, issu d’une journée d’études tenue à l’ENS de Lyon en novembre 2013, a cherché à interroger les faits avec le point de vue inverse, non dans une approche de supériorité ou de compétition qui envisagerait la place de la langue latine comme résistance à une regrettable déperdition, approche qui serait stérile et anhistorique, mais sous l’angle de l’impact progressif de cette montée des vernaculaires sur le latin, tout au long du siècle.

2Nous ne répondrons pas de manière exhaustive à cette question par les quatre études qui suivent. L’angle qui a été choisi pour interroger ces phénomènes de manière autant que possible précise et quantifiable est celui de la position particulière du latin comme langue cible dans la traduction, depuis une autre langue savante, notamment le grec, ou depuis un vernaculaire. Pourquoi certains savants recourent-ils de manière persistante à la prose latine dans des circonstances de traduction où le discrimen pourrait aussi bien se faire au profit du vernaculaire ? Peut-on mesurer les phénomènes induits par ce choix sur les textes eux-mêmes, aussi bien sur le texte d’arrivée, et son contenu, que sur le texte de départ, et sa diffusion ?

  • 1 Voir M. Furno, « Expérimentations littéraires, hybridation linguistique et conscience des langues (...)

3Le latin du XVIe siècle, dans sa forme, est relativement résistant à l’envahissement par le vernaculaire. Le retour à la lecture des textes antiques et l’exécration, parfois plus affichée que réelle, des auteurs médiévaux, les débats de la fin du siècle précédent sur la modélisation stylistique, cicéronienne ou pas, ont créé dans tous les esprits savants une référence et une norme qui, en débordant dans l’enseignement, pèse sur plusieurs générations. Il y a donc, certes, des porosités, parfois mal perçues par les auteurs eux-mêmes, entre les langues vernaculaire et savante, mais aussi une forme de résistance des structures de fond de la langue latine, où la syntaxe n’arrive jamais à être bousculée au point de perdre son identité savante. Si les principaux points de confusion syntaxique sont par exemple l’emploi du réfléchi, ou l’expression des temps à la voix passive, on peut remarquer que certaines autres structures repères, quasi identitaires de la langue latine, comme l’ablatif absolu, les emplois normés du subjonctif ou des marques de cas, ne sont pas défaites, dans une sorte de crainte indépassable de ce qui amènerait la destruction de la norme linguistique référentielle1.

4Cette attitude de conservation plus ou moins délibérée d’un latin de référence, ou comme référence, se retrouve aussi dans les usages plus largement culturels de la langue, et la persistance de traductions vers le latin, même si une évolution est clairement marquée entre le début et la fin du XVIe siècle, peut interroger l’historien de la période. Choisir de traduire du grec ou de l’hébreu en latin et non en vernaculaire est souvent un choix de lectorat pour une publication, et donc aussi un choix commercial d’éditeur ou de commanditaire, mais pour l’auteur de la traduction, il implique aussi un choix intellectuel et une démarche linguistique souvent liée à l’image qu’il se fait du rapport des langues entre elles.

5La première question à poser pour éclairer la trame culturelle de ces traductions est celle des livres eux-mêmes, et des choix éditoriaux qui président à leur élaboration. Qui décide de la publication d’une traduction latine, et cette décision amène-t-elle de nouvelles traductions ? À quoi, ou à qui, tient la forme elle-même de la publication ? Qui décide d’imprimer une traduction seule en latin, où le texte d’origine disparaît au profit de ce qui devient un simple texte latin, ou d’imprimer une traduction avec le texte d’origine en regard, où l’horizon d’attente de la lecture est bien ce texte dans une langue a priori encore mal maîtrisée par le lecteur ? La recension faite ci-après par Ioannis Deligiannis des traductions latines de Lucien montre assez clairement les visées de telles traductions et leur déploiement chronologique : pour un auteur comme Lucien, plaisant et agréable mais qui n’est pas dans les auteurs majeurs de la langue grecque au même titre qu’Homère, Platon ou Aristote, le nombre conséquent des traductions identifie d’abord le latin comme vecteur de la connaissance du texte grec, en l’absence d’une pratique suffisante de la langue source. Les premières traductions manuscrites de la fin du XVe siècle sont donc d’abord des traductions faites en classe, dans le cadre de l’apprentissage linguistique, puis l’imprimé et quelques traducteurs plus ou moins connus diffusent la connaissance du texte : pour Lucien, l’anthologie montée par un traducteur de renom comme Érasme restera longtemps une des formes de référence de l’œuvre. Il n’est pas indifférent non plus que le pic de production de ces traductions imprimées soit les années 1510-1540, qui sont aussi celles d’une diffusion plus large de l’apprentissage du grec et de sa littérature, avant aussi que ne paraissent les premières traductions en vernaculaire : le latin comble à ce moment un besoin qui n’est plus aussi pressant dans la seconde moitié du siècle et encore moins au début du siècle suivant.

6La seconde question porte sur les théories de la traduction du grec vers le latin. De la fin du XVe siècle à la fin du XVIe siècle, les traducteurs d’Aristote se sentent en quelque sorte tenus de justifier leur choix et leur style d’une traduction latine, et s’ils ne le font pas pour les mêmes raisons ni dans le même cadre, l’idée défendue est toujours celle que seul le latin peut satisfaire à l’exercice de traduction du texte philosophique. Laurence Pradelle montre comment, partant des idées fondatrices de Leonardo Bruni pour qui, à la fin du XVe siècle, ces questions de traduction ne portent pas sur le choix de la langue cible, mais sur la connaissance respective des langues concernées et sur le choix stylistique d’un auteur modèle dans la langue cible, deux traducteurs successifs d’Aristote posent la question à nouveaux frais, mais d’une façon qui remet quasiment en cause la validité même d’une traduction. En 1540, au moment où justement, on l’a vu plus haut, le besoin d’accéder largement au texte grec pour un lectorat encore essentiellement latiniste est pressant, Joachim Périon produit une traduction d’Aristote soucieuse de rendre les idées de celui-ci, dans le seul style latin possible parce que celui du seul auteur ayant déjà adapté la philosophie grecque en latin, c'est à dire Cicéron. Trente ans plus tard, en 1572, Denis Lambin reprend la même tâche, et après avoir souligné sa difficulté au point de montrer qu’une bonne traduction, qui prenne en compte le sens autant que la forme, est quasi impossible, il justifie lui aussi sa démarche et l’usage du latin parce qu’elle est la seule langue assez riche pour rendre la variété d’Aristote. On voit bien ici que vers la fin du siècle la nécessité du latin n’est plus la même et il faut toute l’habileté oratoire d’un Lambin pour parvenir à la justification, très personnelle, d’une nouvelle traduction latine du philosophe grec. Engoncé dans le style de Cicéron ou plus généralement cerné par de multiples tentatives antérieures, dans l’impossibilité de renouveler la langue cible comme on peut renouveler une traduction française du XIXe siècle par une traduction française du XXe siècle, le traducteur latin de la fin du XVIe siècle ne peut se persuader du bien fondé de sa tâche que par l’idée, incontestablement égocentrée, que personne avant lui ne l’a accomplie correctement.

7Un autre domaine que celui de la philosophie reste fidèle aux traductions latines, parallèlement à la multiplication des traductions vernaculaires : celui des Textes Sacrés. Que les traductions latines de la Bible restent la marque de l’aire catholique est parfaitement compréhensible, mais qu’elles persistent en milieu protestant, et continuent d’y être produites et réimprimées, en parallèle à des traductions vernaculaires parfois faites directement sur l’hébreu ou le grec, pourrait être interrogé, et, me semble-t-il, ne l’a jamais vraiment été au titre des usages culturels. L’existence de traductions françaises par exemple comme celle d’Olivétan, même si le latin lui a servi de « béquille », prouve qu’il n’y a pas d’impossibilité ou de violence intellectuelle insurmontable à passer directement des deux langues sacrées originelles du texte biblique à un vernaculaire contemporain, ce que Robert Estienne explique dans sa préface du Nouveau testament latin-français imprimé à Genève en 1552. Or, exemple parmi d’autres, le même Robert Estienne publie encore en 1557 à Genève une Bible latine fondée sur la « vieille » version de Sante Pagnini, alors qu’il a lui-même publié auparavant une Bible française en 1553 ; de même, après 1560, Henri Estienne continue d’imprimer des Nouveaux Testaments en latin, dans des tirages suffisamment significatifs pour qu’on ne puisse dire que les versions vernaculaires seraient réservées seules, vu leur volume important, à un public non lettré, et que des micro-tirages latins viseraient les lettrés ou les ministres du culte. Il est clair que toute une partie du lectorat protestant éduqué possède le Texte Sacré dans les deux langues, et la question pourrait être posée de savoir pour quels usages privés, ou publics, on choisit plutôt d’utiliser l’une ou l’autre des deux éditions. Peut-on méditer pareillement le texte français par exemple et le texte latin ? La version latine a-t-elle des qualités intrinsèques que n’a pas la version vernaculaire, et qui lui confèrent une capacité particulière à amener la réflexion, la méditation ou le travail exégétique ? Ou est-elle simplement perçue comme telle parce qu’elle est un texte depuis longtemps familier, alors qu’une version vernaculaire plus récente peut sembler plus déroutante ? La version latine, intrinsèquement liée dans l’aire catholique à l’idée d’un dogme remis en cause par une expression autre que celle qui a toujours été la sienne, porte peut-être en elle, pour toute la génération classique, un figement de la pratique religieuse que toute la violence de la Réforme ne parvient pas à supplanter.

8Enfin, dans ces usages culturels, il est nécessaire de prendre en compte la part marginale certes, mais non négligeable, que représentent les traductions du vernaculaire vers le latin.

9Il ne s’agit pas ici d’idéaliser une glorieuse latinité, pont entre les hommes et les cultures, et qui permettrait une irénique communication entre tous les coins de la République des lettres européenne, mais de mesurer comment l’usage de la langue a des implications sur le sens même des textes. Le latin permet de faire passer beaucoup de propagande protestante ou évangélique entre l’aire catholique du sud de l’Europe et l’aire protestante du nord de l’Europe, et sert des desseins politiques et religieux précis, qui ne relèvent pas que du partage intellectuel : ma contribution au dossier ci-dessous, par l’étude de la vie éditoriale de la traduction latine du Commentario de’ cose dei Turchi de Paolo Giovio montre que le passage au latin peut aussi être une forme d’appropriation idéologique (en l’occurrence, dans l’exemple choisi, appropriation protestante d’un texte politique, et non religieux, d’origine catholique), qui repose sur la manière dont le texte devenu latin est entouré d’autres textes latins à l’impression. Là encore, une fois passée l’actualité politique qui motive sa traduction en 1537, le latin permet à ce texte de survivre, mais dans une forme figée : il devient à la fin du siècle un élément parmi d’autres dans les opera omnia de Giovio, imprimé avec ses œuvres historiographiques latines officielles, dans une langue qui n’est pas celle de sa conception et qui gomme les aspects polémiques du texte pour n’en garder que les aspects documentaires.

10Enfin, la contribution de Susanna Gambino Longo souligne combien, dans le dernier quart du siècle, le latin confronté à des situations nouvelles, se révèle un outil sans doute utile, mais de plus en plus imparfait ou limité dans ses possibilités. Lorsque Celio Curione, à Bâle, sélectionne, entre 1560 et 1570, un certain nombre de textes marquants de son temps, écrits en italien, pour les faire traduire en latin et permettre ainsi leur diffusion au Nord de l’Europe, il met la langue latine dans une situation inédite : celle de se faire vecteur de textes philosophiques conçus dans un temps et une langue contemporains du traducteur, et non pas d’un texte et d’une langue sources contemporains de la langue cible. La traduction des Dialoghi della Historia de Francesco Patrizi confiée à Nicolas Stupan en 1570 montre clairement ce que peut et ne peut plus la langue ancienne, et cela indépendamment des capacités du traducteur : elle peut rendre l’essentiel de l’idée, mais non ce qui faisait la personnalité propre du texte de départ, c'est à dire la nouveauté et la vivacité de l’expression, et, parfois, la nuance même de la pensée. Que ces limites aient ou non été perçues par les traducteurs ou lecteurs sur le moment n’est pas certain : le propre de l’effet de figement opéré par le latin est à la fois de fixer une forme moderne dans une autre, imparfaite, qui gomme l’habitus du texte vernaculaire dans une universalité atemporelle et sans identité, mais aussi d’avoir créé des repères intellectuels si familiers qu’ils masquent d’eux-mêmes leurs propres manques.

  • 2 C’est le cas par exemple de l’Historia Canadensis du père François Ducreux, publiée en latin en 16 (...)

11Entre les premières traductions prises en compte, au tout début du XVIe siècle, où le latin est un vecteur dynamique de diffusion d’autres textes anciens, et les dernières, à la fin du siècle, ou encore plus au siècle suivant où la traduction vers le latin de textes vernaculaires est par exemple un moyen de composer des textes édifiants pour l’ensemble de la compagnie de Jésus2, on voit combien l’instrument linguistique s’est figé pour produire des objets en quelque sorte formatés. Beaucoup de textes latins sont encore à étudier en détail, et de ce point de vue, de 1500 à 1650 : les premières pistes d’investigation données ici pourraient en être corroborées, et permettraient ainsi de restituer, même de façon très partielle, un fragment d’histoire de la pensée classique.

Haut de page

Notes

1 Voir M. Furno, « Expérimentations littéraires, hybridation linguistique et conscience des langues au XVIe siècle », projet EUROLAB Langues Hybrides, expérimentations linguistiques et littéraires, Lille, atelier 7, à paraître aux éditions Droz.

2 C’est le cas par exemple de l’Historia Canadensis du père François Ducreux, publiée en latin en 1664 à partir notamment des Relations en vernaculaire envoyées par les pères en mission au Canada : le texte de Ducreux, à forte saveur de Salluste, est une façon de donner un objet académique qui puisse être lu dans toutes les Provinces de l’ordre en Europe. Une édition de ce texte est en cours d’élaboration à l’université de Montréal, coordonnée par D. Deslandres (voir par exemple le programme d’une journée d’études tenue sur Ducreux en 2014 : <http://fremir.uwaterloo.ca/news-12> (consulté le 2 mai 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Furno, « Chronique d’un figement annoncé : les traductions vers le latin au XVIe siècle », Astérion [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 24 mai 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://asterion.revues.org/2891

Haut de page

Auteur

Martine Furno

Martine Furno est professeur de latin à l’université Grenoble Alpes. Membre du CERPHI depuis 2006, elle est spécialiste de l’histoire de la pédagogie et de la lexicographie du latin à la Renaissance, et travaille en histoire du livre sur les imprimeurs savants du XVIe siècle, notamment les imprimeurs réformés et la famille des Estienne. Publications récentes : « Du cours volé au testament pédagogique : Mathurin Cordier et le choix de l’imprimé », Nouveaux aspects de la culture de l’imprimé, Questions et perspectives, XVe-XVIIe siècles, études réunies par G. Holtz, Genève, Droz, 2014, p. 344-361 ; « Juxtaposition des corpus de références latin et vernaculaire : l’exemple de deux éditions du dictionnaire de Calepin (1550-1552) », De l’autorité à la référence, études réunies par I. Diu et R. Mouren, Paris, École des Chartes, 2014, p. 87-98 ; « Création d’ateliers, affaire de famille ? L’Andrienne de Térence sur les presses des Estienne (1541-1548) », Créations d’atelier. L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance, sous la direction d’A. Réach-Ngô, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 99-118 ; « Un exemple de “toilette humaniste” d’un vieil outil : les Auctores octo morales de Jean Régnier et Thibaud Payen (1538). » Revue de l’ENSSIB, 2014, no 2 (« De peu assez, éditions lyonnaises du XVIe siècle »)

Articles du même auteur

Haut de page