Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Du Laurens (André). Discours des maladies mélancoliques (1594)

Paris, Klincksieck (Le génie de la mélancolie), 2012 [édition préparée, présentée et annotée par Radu Suciu], 45 €
Tony Gheeraert
Référence(s) :

Du Laurens (André). Discours des maladies mélancoliques (1594). Paris, Klincksieck (Le génie de la mélancolie), 2012 [édition préparée, présentée et annotée par Radu Suciu]

Texte intégral

1Le temps n’est plus où les médecins de Molière étaient seulement raillés pour leur stupidité, et où l’art d’Hippocrate, tel qu’on le pratiquait au Grand Siècle, ne suscitait que moqueries condescendantes de la part d’esprits « modernes » qui se jugeaient mieux éclairés. Certes, l’on ne réhabilite pas aujourd’hui la purge et la saignée érigées en panacée, mais du moins les études sur la médecine ancienne, qui se multiplient depuis les travaux féconds de Patrick Dandrey, permettent-elles de percevoir la logique propre d’une science fermement constituée depuis l’Antiquité ; loin d’être délirant, le discours médical offre, au littéraire comme à l’historien des représentations, un angle d’approche irremplaçable pour étudier la sensibilité, l’imaginaire et, d’une façon générale, l’anthropologie de l’homo classicus ; sans le recours à ces connaissances devenues pour nous obsolètes, bien des textes resteraient impénétrables.

2C’est pourquoi on ne saurait sous-estimer l’importance des rééditions de traités médicaux composés à l’époque moderne, dont l’enjeu excède de loin le champ restreint de la seule histoire de la médecine. Étant donné l’importance de la mélancolie dans le système humoral et son retentissement psychologique supposé, on ne s’étonnera pas que les spécialistes se soient d’abord arrêtés aux ouvrages traitant de la bile noire et des effets que sa surabondance entraîne tant sur l’âme que sur le corps. Après l’Anatomie de la mélancolie de Robert Burton, traduit par Bernard Hoepffner (2000), et le Traité de l’essence et guérison de l’amour ou de la mélancolie érotique (1610), édité par Gérard Jacquin et Éric Foulon, on se réjouit de trouver aujourd’hui, grâce aux bons soins de Radu Suciu, une édition du Discours des affections mélancoliques, rédigé en 1594 par André Du Laurens, médecin de Henri IV.

3On est d’abord séduit par la facture du livre, qui a fait l’objet d’une attention toute particulière de la part de l’éditeur : reliure cartonnée, papier glacé, gravures, font de cet ouvrage une réussite matérielle, à laquelle répondent la richesse et la qualité du contenu. L’édition proprement dite reproduit fidèlement le texte original, légèrement modernisé, pourvu de ses notes marginales ainsi que de nombreuses notes infrapaginales explicatives. L’introduction, passionnante autant qu’ambitieuse, contribue également à fournir au lecteur, même peu familiarisé avec la science de Galien, les outils nécessaires à une bonne compréhension de cette œuvre ardue. Il est frappant que cet essai liminaire soit organisé non selon une logique que nous appellerions scientifique, mais rhétorique : inventio, dispositio et elocutio. Radu Suciu nous rappelle par là que la médecine du xviie siècle relève de la République des lettres autant, et peut-être plus, que de celle des sciences, surtout dans le cas de Du Laurens, partisan de « l’éloquence familière » plutôt que de la rhétorique froide et académique pratiquée le plus souvent par la Faculté.

4Les trois principales parties de l’art oratoire constituent les trois moments d’un commentaire exhaustif du Discours, qui ne laisse dans l’ombre aucun aspect de l’ouvrage. Radu Suciu retrace d’abord la brillante carrière de Du Laurens, qui fut favori de la duchesse d’Uzès, destinataire du Discours, avant de devenir « archiatre » du roi Henri IV. L’éditeur s’arrête ensuite aux sources utilisées pour la rédaction du livre (inventio) : l’exercice est d’autant plus difficile que le médecin, soucieux de vulgariser à destination des mondains la question de la mélancolie, camoufle les ouvrages savants où il a largement puisé. Les chapitres suivants, consacrés à la dispositio et à l’elocutio, mettent encore davantage l’accent sur le parti pris de « divulgation » des secrets de la mélancolie à l’usage des mondains. Ainsi, tout en retraçant de la façon la plus précise possible l’étiologie, le diagnostic, les formes ou encore la thérapeutique de la mélancolie, le médecin s’emploie à fuir l’écueil du pédantisme : son objet est aussi de « donner du plaisir au lecteur », aussi n’hésite-t-il pas à narrer des fables pittoresques. De même, sa description de la mélancolie amoureuse, semée de références empruntées à Ronsard, est l’occasion pour lui de déployer une verve sans pareille, et non dépourvue d’intention satirique. Le choix du français, auquel Radu Suciu consacre un important chapitre de son introduction, participe de la même stratégie de « divulgation » à la fois sérieuse et plaisante.

5Radu Suciu conclut son essai en présentant le Discours comme caractéristique d’un « moment dans l’histoire de la subjectivité », au carrefour entre humanisme et rationalisme : adossé sur le savoir renaissant, Du Laurens n’en pose pas moins en effet les bases d’une approche pour ainsi dire cartésienne de la science médicale ; son souci de « divulguer » en français, et à l’usage des gens du monde, un savoir technique réservé jusque-là aux spécialistes, préfigure d’une certaine façon les cours d’histoire des sciences que Fontenelle délivrera, un siècle plus tard, à la marquise des Entretiens sur la pluralité des mondes. Du Laurens, à la charnière entre deux siècles, occupe ainsi une position de transition entre la conception aristotélicienne, astrale et alchimique d’une mélancolie prédisposant au génie, et la vision classique, héritée de Cicéron et du stoïcisme, peu complaisante à l’égard de l’humeur noire. Plutôt que de souligner, à la suite du Problème XXX, 1 du pseudo-Aristote, l’étroite liaison du génie et de la bile noire, le médecin du roi préfère en effet mettre en garde son lecteur contre cette « misérable passion », tout en annonçant en filigrane de son texte le discrédit où tombera peu à peu la théorie de l’atrabile.

6Davantage que les ouvrages de Ferrand ou de Burton, marginaux à bien des égards, celui de Du Laurens présente, en vue de satisfaire la curiosité du grand public cultivé, la conception officielle, cautionnée par la Faculté, de la mélancolie à l’automne de la Renaissance et au seuil de l’âge classique. Cette synthèse, parfaitement éclaircie et mise en contexte grâce au panorama complet offert par Radu Suciu, constitue une précieuse vulgate sur l’imaginaire médical au tournant du xviie siècle. On s’y reportera toujours avec plaisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Gheeraert, « Du Laurens (André). Discours des maladies mélancoliques (1594) », Astérion [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 03 juin 2015, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://asterion.revues.org/2676

Haut de page

Auteur

Tony Gheeraert

CÉRÉdI, Université de Rouen

Haut de page