Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Stratification, luttes sociales et démocratie chez Charles Wright Mills

Stratification, social conflict and democracy in Charles Wright Mills’ works
Alice Le Goff

Résumés

Dans cet article, nous développons une réflexion sur le conflit en démocratie en nous appuyant sur une étude du parcours et des travaux de Charles Wright Mills. Comme celle de Pierre Bourdieu qui lui fait écho sur de nombreux points et avec laquelle nous l’entrecroisons, la démarche de Mills fournit les bases d’une réflexion sur les conditions sociales d’une authentique conflictualité démocratique, orientée vers une déconstruction de certaines formes de domination. Tout d’abord, le travail de Mills intègre un questionnement sur l’impact des formes de stratification sociale sur le développement des luttes sociales. Mills contribue ainsi à mettre en relief, dans le contexte américain, une interaction permanente des luttes de classe et des luttes statutaires et une certaine neutralisation des premières par les secondes. La mise en relief par Bourdieu de la prégnance, au sein des divers champs sociaux, des luttes de classement va dans le même sens. Ensuite, un retour sur la notion de « société de masse » chez Mills permet de mettre en relief la façon dont ce dernier voit dans le déclin de l’autonomie des ordres institutionnels un facteur d’étouffement de la conflictualité démocratique. Enfin, nous comparons la façon dont Mills et Bourdieu défendent, chacun à sa manière, une « politique de vérité ». L’analyse de la portée et des limites d’une telle politique nous amène à souligner en quoi l’autonomie des ordres institutionnels ou des champs sociaux est une condition et un enjeu à la fois structurant et foncièrement ambivalent de la conflictualité démocratique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C. W. Mills, The New Men of Power, New York, A. M. Kelley, 1971.
  • 2 K. Mattson, Intellectuals in Action. The Origin of the New Left and Radical Liberalism, 1945-1970, (...)

1Il peut paraître paradoxal de revisiter les travaux de Charles Wright Mills pour réfléchir sur la question du conflit en démocratie. En effet, si d’un côté, Mills a développé une conception agonistique des rapports sociaux et de la politique et s’est illustré comme le défenseur d’une conception radicale de la démocratie, de l’autre, il s’est aussi, et peut-être surtout, illustré comme le penseur d’une « société de masse », atone et anesthésiée, en quête permanente d’une alternative progressiste qui ne se matérialise jamais. De fait, c’est comme une société de masse que Mills appréhende la société américaine au fil de ses divers travaux, comme une société dont la dimension démocratique relève désormais avant tout de la « rhétorique ». Et pourtant, malgré le caractère implacable d’un tel diagnostic, le parcours de Mills lui-même n’a cessé d’être traversé par la recherche de sources possibles de mobilisations collectives sans lesquelles il n’est pas à ses yeux de démocratie vivante, d’un agent possible d’une transformation sociale conditionnant l’émergence de toute démocratie réelle. C’est ainsi que ce parcours n’a cessé d’osciller entre espoir et désenchantement : après avoir notamment beaucoup espéré du mouvement syndical1, Mills a renoncé à voir en lui l’agent d’une transformation sociale pour finir par mettre en relief le rôle possible des intellectuels au service des mouvements étudiants et du mouvement pacifiste international. Il meurt en 1962, à l’orée d’une décennie marquée par une vague intense de mobilisations sociales et politiques dont il n’aura fait qu’entrevoir l’émergence. D’un côté, donc, Mills peut être vu comme le penseur d’un désenchantement radical vis-à-vis de la politique démocratique dont il semble douter qu’elle soit encore possible dans le contexte de sociétés de masse. De l’autre, il est l’un des parrains de la Nouvelle Gauche2, c’est-à-dire l’un des inspirateurs de mouvements qui vont remettre en question la notion même de société de masse telle qu’il l’a pensée. Ce paradoxe est lié au double héritage qui a marqué de son empreinte la réflexion politique de Mills, dont on peut estimer qu’elle articule non sans ambiguïté une inspiration deweyenne et une inspiration wébérienne.

  • 3 C. W. Mills, Sociology and Pragmatism: The Higher Learning in America, New York, Oxford University (...)
  • 4 Ibid., p. 82.
  • 5 C. W. Mills, L’élite au pouvoir, trad. A. Chassigneux, Paris, Agone, 2012.
  • 6 Voir The New Men of Power, ouvr. cité. Le socialisme de la guilde a mis l’accent sur l’autogestion (...)

2D’une part, en effet, la démarche de Mills est ancrée dans le pragmatisme avec lequel il n’a cependant cessé d’entretenir des rapports ambivalents. Sa thèse a notamment proposé une relecture sociologique des travaux de Charles Sanders Peirce, William James et John Dewey3. Dans ce cadre, Mills revient sur les divers aspects du travail de Dewey : sa conception de l’expérience comme transaction entre un organisme et son environnement, son souci d’appréhender la signification de toute proposition à l’aune de ses effets pratiques, sa mise en relief de la centralité de l’enquête comme vecteur de reconstruction de l’expérience face à des situations problématiques, mais aussi l’accent mis sur les enjeux sociaux et politiques – on pense ici à la défense d’une démocratie comme « mode de vie », à la mise en relief du lien entre éducation et démocratie et de la nécessité de réaliser un mode de vie démocratique au sein même de l’institution scolaire repensée comme communauté coopérative, à la défense d’une approche « expérimentale » des problèmes sociaux… Ces thèmes, Mills les analyse au prisme de la restitution du parcours intellectuel et social de Dewey, en soutenant que la philosophie de ce dernier doit être ressaisie comme une tentative de réponse, d’une part, aux problèmes rencontrés par les populations rurales et les petits entrepreneurs indépendants face à l’émergence des grandes entreprises typiques du « big business » et, d’autre part, aux questions que se posent des groupes en voie de professionnalisation croissante comme les enseignants. Cette démarche d’objectivation sociologique s’articule à une critique de la perspective sociale et politique de Dewey. Mills lui reproche d’avoir abordé l’action au prisme de modèles issus des sciences de la nature : il insiste sur l’importance du motif de l’ajustement, qu’il associe à l’influence darwinienne et plus largement à une conception de l’action trop exclusivement définie en termes de confrontation entre l’individu et son environnement. Si un tel modèle « biologique » de l’action est problématique, c’est qu’il induit, selon Mills, une concentration sur le rapport homme-nature au détriment d’une analyse fine des rapports entre les hommes. En découlerait une occultation deweyenne des clivages et des rapports de pouvoir au sein de la société4, mais aussi des conflits sociaux et politiques. La critique du pragmatisme deweyen vise ainsi sa défense d’une démocratie articulée à un idéal coopératif et participatif que Mills associe à la nostalgie jeffersonienne d’une démocratie en face à face propre à des communautés locales et rurales (conçue sur le modèle des « Town Meetings »). Cependant, si Mills prend ses distances avec une conception de la démocratie qu’il estime trop arrimée à une conception homogène de la communauté politique et à une vision trop unilatéralement optimiste du rôle de la méthode scientifique en matière de résolution des problèmes sociaux, sa conception des processus démocratiques reste indexée au legs deweyen. Ainsi, suivant Mills, la démocratie authentique qu’il oppose à la démocratie purement formelle repose sur une communauté de publics traversés par des débats continuels et parfois conflictuels sur lesquels sont censées être adossées les décisions politiques5. On retrouve ici l’insistance sur le motif participatif. Corrélativement, Mills partage avec Dewey un engagement en faveur d’un socialisme démocratique proche de ce que proposent les « socialistes de la guilde »6. En somme, Mills s’inspire de Dewey lorsqu’il dessine les contours d’un idéal démocratique, mais il s’en démarque en lui reprochant de n’avoir pas pris la mesure des transformations sociales qu’impliquait un tel idéal.

  • 7 Voir From Max Weber: Essays in Sociology, Londres, Routledge, 1998.

3D’un autre côté, cette critique de Dewey s’est nourrie de l’apport de la sociologie de Max Weber qui a également structuré la démarche de Mills. C’est à Hans Gerth que Mills doit de s’être familiarisé avec l’œuvre de Weber. C’est avec lui que Mills s’est engagé dans une démarche de traduction et diffusion des textes wébériens, en contestant l’interprétation consensualiste qui en avait jusqu’alors été proposée par Talcott Parsons7. Toute approche de la réflexion politique de Mills doit tenir compte de la façon dont elle se nourrit de la combinaison d’une conception radicale de la démocratie encore largement indexée sur le legs deweyen et d’une lecture wébérienne des structures et dynamiques sociales dont Mills retient notamment l’accent mis sur les formes de rationalisation bureaucratique, une conception du politique en termes de conflits et de rapports de pouvoir, un questionnement sceptique sur la possibilité de dynamiques démocratiques radicales dans le cadre des États « de masse ». Une telle combinaison n’est pas sans générer des tensions, voire des apories. Mais elle est également propre, comme on va le voir dans les trois sections qui suivent, à générer des effets d’intelligibilité dès lors que l’on s’interroge sur les conditions d’une conflictualité démocratique.

4Les tensions que nous venons d’évoquer nous indiquent que nous ne trouverons pas chez Mills une pensée toute prête et univoque du conflit en démocratie. D’ailleurs, il n’est peut-être pas tout à fait adéquat d’appréhender Mills comme un « penseur », si on entend par là le porteur d’une théorie politique. En effet, si Mills a été formé en philosophie, il s’est ensuite défini comme sociologue. Et c’est dans ce cadre qu’il a développé ensuite une critique impitoyable de toute démarche relevant de la « grande théorie » pour défendre une démarche articulant théorie et démarche empirique. C’est d’ailleurs pour cette raison que la réflexion politique de Mills n’est pas détachable d’un contexte qui n’est plus le nôtre : celui d’une Amérique post-seconde guerre mondiale, marquée par le contexte de la guerre froide, par une forme de consensus libéral qui s’impose alors et semble renforcé par l’épisode du maccarthysme, par un reflux du progressisme et de toute forme de radicalisme.

5Et pourtant Mills continue à exercer une fascination, à faire figure d’inspirateur dont on se réclame : c’est ainsi que récemment l’on a pu invoquer la figure de Mills en clamant qu’il aurait « adoré » un mouvement comme « Occupy Wall Street »8. Si tel est le cas, c’est peut-être que les travaux de Mills contribuent à poser quelques questions pertinentes quand on réfléchit sur le conflit en démocratie. Déjà, le parcours de Mills nous dit quelque chose de la façon dont on peut penser la conflictualité sociale et politique dans un contexte où les alternatives progressistes semblent en retrait. En outre, Mills s’insère dans une tradition, celle de la pensée radicale américaine, qui a l’avantage de contourner de fausses oppositions cristallisées dans les débats théoriques contemporains sur la démocratie et reconduites sempiternellement de façon fétichiste – pensons ici à l’opposition récurrente entre optiques délibératives et optiques agonistiques dont la pensée d’un Mills constitue une sorte de dépassement « avant l’heure ». La réflexion de Mills évite également l’écueil de certaines approches agonistiques contemporaines qui valorisent unilatéralement la conflictualité démocratique sans en penser les conditions concrètes. Enfin, l’apport d’un détour par Mills tient au bénéfice d’une sortie hors des débats théoriques contemporains sur la démocratie, à tournure toujours plus ou moins normative, et d’une plongée dans une approche qui permet d’intégrer l’impact de la stratification sociale sur la conflictualité démocratique.

  • 9 Sur ce point, voir L. Wacquant, « Pointers on Pierre Bourdieu and Democratic Politics », Constellat (...)

6De ce point de vue, loin de prétendre extraire une quelconque théorisation de la place du conflit en démocratie des travaux de Mills, nous proposons néanmoins au lecteur de cerner le type de questions qu’ils permettent de poser sur ce sujet. Si les travaux de Mills constituent, dans les trois sections qui suivent, notre objet central d’analyse, nous nous appuyons aussi sur une comparaison entre certains éléments clés de son parcours et les travaux de Pierre Bourdieu. Tous deux revendiquent l’héritage wébérien, tous deux s’inscrivent dans une démarche de sociologie réflexive et tous deux ont réfléchi sur la politique démocratique à un moment où les alternatives progressistes semblaient hors de portée. Il y a dès lors des points de rencontre entre le travail de Mills et celui de Bourdieu et tous deux ont en commun de nous aider à réfléchir sur les conditions sociales de la démocratie et sur les modalités de détection des luttes permettant son avancée9.

7Nous montrerons tout d’abord que le travail de Mills, croisé avec celui de Bourdieu, permet de développer une réflexion sur le conflit intégrant l’importance des formes de stratification sociale : il permet de saisir la distinction et l’intrication entre luttes statutaires et luttes de classe et, corrélativement, la façon dont les premières peuvent contribuer à neutraliser les secondes. Sur la base du travail de Mills et de Bourdieu, nous pointerons la nécessité de distinguer entre des luttes de classement et des luttes démocratiques plus « transformatrices ». Partant de luttes qui se déploient au sein des ordres ou champs sociaux, nous montrerons aussi la nécessité de thématiser la question des frontières entre champs ou ordres sociaux comme un enjeu central des luttes démocratiques. Pour ce faire, nous reviendrons, d’une part, sur ce qu’implique la notion de société de masse chez Mills et sur la façon dont elle s’articule à la critique d’un certain type de pluralisme. Et nous nous concentrerons, dans une section conclusive, sur la promotion par Mills d’une « politique de la vérité » censée participer de luttes susceptibles de revitaliser la vie démocratique. Nous comparerons cette notion à la défense conjointe par Bourdieu d’un « corporatisme de l’universel » et d’une « Realpolitik de la raison » afin de signaler la proximité et les écarts entre Bourdieu et Mills dès lors qu’il s’agit de problématiser le rôle de l’intellectuel et des sciences sociales dans la structuration et la dynamisation des luttes démocratiques. Mais surtout, il s’agira de mettre en relief le lien que ces notions nous invitent à établir entre luttes démocratiques et autonomie des ordres institutionnels ou champs sociaux (la seconde constituant à la fois un enjeu clé et une condition des premières).

Stratification, luttes de classes, luttes statutaires

8Tout d’abord, revenons sur l’approche agonistique que Mills propose des structures et dynamiques sociales. Celle-ci intègre l’importance des formes de stratification. Une fois rappelés les grands axes de l’analyse de la stratification que propose Mills, nous insisterons sur la façon dont elle articule classe et statut. Sur ce point, nous la comparerons avec celle de Bourdieu dans La distinction, dans la mesure où, comme cette dernière, Mills met bien en exergue l’intrication forte entre luttes des classes et luttes statutaires et la façon dont les premières peuvent être en quelque sorte à la fois à la fois renforcées et « neutralisées » par les secondes.

  • 10 C. W. Mills, Character and Social Structure. The Psychology of Social Institutions, Londres, Routle (...)

9C’est dans Character and Social Structure10 que Mills, en collaboration avec Gerth, a déployé le cadre dans lequel s’inscrit son approche de la stratification. Afin de clarifier la façon dont le « caractère » peut être façonné par les structures sociales, Gerth et Mills tentent d’abord de cerner la structure du caractère en insistant sur son ancrage dans un organisme et dans une structure psychique ainsi que sur l’importance de la confirmation par autrui de l’image que chacun se fait de soi-même : le soi se définit au travers des rôles qu’il est amené à incarner et dont les institutions sont un vecteur de distribution et de configuration. S’étant appuyés sur le double apport de la psychologie meadienne et de la psychanalyse freudienne pour élaborer un modèle du « caractère », Gerth et Mills entreprennent ensuite de cerner la structure sociale comme l’articulation entre divers ordres institutionnels, en se revendiquant à la fois de Marx et de Weber. Pour ce dernier, la structure des sociétés modernes se caractérise par une différenciation toujours plus marquée entre les diverses sphères sociales (religieuse, politique, économique…), l’autonomisation de ces dernières restant cependant partielle. Chaque sphère correspond à une tentative de monopolisation de certains biens (biens du salut, pouvoir, capital…) au principe de la hiérarchisation des groupes sociaux. On retrouve ces orientations générales chez Gerth et Mills qui, pour leur part, distinguent les ordres institutionnels et les sphères. Un ordre institutionnel correspond à des institutions ayant des conséquences et fins ainsi que des fonctions objectives similaires : la société moderne est ainsi composée d’un ordre politique (distribuant le pouvoir), d’un ordre économique (distribuant les ressources et services), d’un ordre militaire (régulant l’usage de la violence « légitime ») ainsi que d’un ordre domestique (organisant les rapports sexuels, la procréation et l’éducation des enfants) et d’un ordre religieux (réglementant le culte). Dans les sociétés industrielles, les deux derniers ordres ne jouent plus, selon Gerth et Mills, qu’un rôle secondaire alors qu’ils étaient auparavant plus centraux. Chacun des ordres se caractérise par des aspects similaires appréhendés au travers de quatre sphères : la sphère technologique, la sphère symbolique, la sphère statutaire et la sphère de l’éducation. En effet, chaque ordre produit ses technologies, ses symboles propres, ses logiques de prestige et d’honneur et ses pratiques de transmission de connaissances et de valeurs afin de rendre les individus conformes aux rôles qu’ils doivent jouer. C’est sur cette base que les sociétés industrielles peuvent être appréhendées comme résultant d’une hiérarchisation des individus et des groupes sur la base de quatre grands critères, les revenus, le prestige ou la déférence, le pouvoir (défini par la capacité à réaliser sa volonté éventuellement contre la résistance d’autrui) et l’activité professionnelle.

  • 11 M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen, Mohr, 1947 (réédition), 2 volumes ; Economy and So (...)

10Une telle approche constitue une reprise et un développement du cadre wébérien proposé dans Économie et société11. Weber y proposait une typologie des groupes sociaux, en distinguant la classe comme réalité relevant de l’ordre économique (distribution des biens et services), le groupe de statut relevant de l’ordre social (distribution de l’honneur social et du prestige) et le parti relevant de l’ordre politique (distribution du pouvoir et du contrôle sur l’État). La classe repose, selon Weber, sur l’intérêt économique lié à la possession de biens et aux occasions de revenus : des rapports de classe émergent quand les rapports de propriété ont une influence significative sur les opportunités et chances de vie des individus et ces divisions ont un impact d’autant plus grand qu’elles s’expriment sur un marché. Weber distingue la situation de classe qui recouvre les composantes causales déterminant les chances de vie (liées à la propriété ou à son absence), et la classe sociale qui renvoie au groupe effectivement formé sur la base de cette situation. Il n’est pas certain qu’une situation de classe commune donne naissance à une activité communautaire ou à une activité en « sociation » (une activité collective volontaire). Les groupes de statut correspondent, eux, à des formes de communautés de nature « amorphe ». Une situation de statut recouvre toute composante de la vie humaine qui est déterminée par une évaluation de l’honneur social. Et l’honneur va de pair avec le désir d’appartenir à une communauté, Max Weber identifiant ici honneur et style de vie. Les groupes de statut peuvent donc être définis comme des communautés liées à une distribution inégale du prestige, une grande variété d’attributs pouvant être considérés comme des marqueurs de statut (différences en termes de vêtements, de styles corporels, de modes d’alimentation, de division du travail entre les sexes…). On retrouve bien les principaux éléments de cette analyse chez Gerth et Mills qui, cependant, rajoutent une quatrième dimension à la tripartition wébérienne, en autonomisant l’« occupation » ou le métier comme facteur de hiérarchisation : cela se justifie selon eux par la prise en compte de l’importance croissante, dans les sociétés industrielles, de la classe moyenne dont les revenus dérivent autant, voire plus, d’une activité professionnelle salariée que de la propriété. De même, dans ce type de sociétés, les individus tirent une large part de leur prestige et de leur pouvoir de leurs professions.

  • 12 Character and Social Structures, ouvr. cité, p. 340.

11Mais cette modification constitue plus un développement qu’une critique de l’approche wébérienne. La reprise d’une telle approche implique, on l’a compris, un regard critique sur l’optique marxiste qui, en matière de stratification, s’est structurée principalement autour de la classe et de l’ancrage de cette dernière dans les rapports de production économiques (dans la propriété ou non des moyens de production). Comme Weber, Mills rejette toute forme d’économicisme dans son approche de la stratification et il a à cœur de mettre en relief la façon dont les catégories de classe et de statut peuvent être utilisées en tant que catégories analytiques dans toutes les sociétés : si l’on suit Weber en effet, il peut y avoir des sociétés de statut (comme la société féodale par exemple) et des sociétés de classe (la société capitaliste tend à l’être) mais, dans toutes les configurations sociales concrètes, statut et classe coexistent et s’articulent de façon variable. C’est ainsi que, contre Marx, Gerth et Mills reprennent à leur compte l’idée wébérienne d’une autonomie relative du prestige par rapport à la classe : le statut social peut avoir des bases économiques sans être déterminé exclusivement par elles ; ainsi la propriété peut elle-même être un marqueur statutaire mais le plus souvent, le prestige statutaire se différencie des titres de simple propriété. Gerth et Mills reprennent ainsi l’exemple du « nouveau riche » dont la situation se caractérise par un fossé entre son pouvoir économique et les formes d’estime dont il fait l’objet. Dans le même temps, ils admettent, comme Weber, que dans la société capitaliste où les rapports de classe sont prégnants, les formes de statut peuvent sur le long terme contribuer à refléter et renforcer ces rapports même si, sur le court terme, la « cristallisation » est moins claire. Si une part importante des travaux de Mills sur la stratification sociale s’est construite contre la lecture marxiste de la lutte des classes et notamment contre l’idée qu’elle se caractériserait par une simplification et polarisation croissante (bourgeoisie versus prolétariat), cela n’implique pas pour autant chez lui un rejet de la notion de classe, qu’il s’agisse de caractériser l’Amérique comme une société « sans classes » ou de développer un propos généralisant sur le déclin des clivages de classes au profit de la prédominance de luttes statutaires entre groupes porteurs de valeurs et de styles de vie concurrents. Certes le statut a le plus d’effets psychologiques manifestes sur les personnes (en ce qu’il conditionne l’estime de soi), certes, la conscience de classe peut s’avérer faible surtout dans un pays comme les États-Unis, mais Mills se refuse à « jeter le bébé économique avec l’eau du bain psychologique » : que les gens en aient conscience ou pas, la structure de classes a une influence sur la vie et les opportunités des individus12.

  • 13 J. Scott, Stratification and Power: Structures of Class, Status and Command, Londres, Polity Press, (...)
  • 14 Scott (ouvr. cité) critique l’idée que le parti constituerait une troisième dimension de l’analyse (...)
  • 15 P. Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1978.

12En ce sens, la démarche de Mills est soucieuse d’éviter le piège d’oppositions dans lesquelles ont parfois eu tendance à tomber les approches de la stratification : on pense ici à l’opposition Weber-Marx parfois appréhendée comme une opposition statut-classe, en particulier par une partie de la sociologie américaine qui s’est définie par le privilège accordé à la première catégorie sur la seconde. La démarche de Mills converge ainsi avec certaines approches contemporaines qui ont entrepris de dépasser ce type d’opposition, comme celle de John Scott13. Ce dernier a récemment défendu la nécessité de reprendre la matrice wébérienne : celle-ci pourrait intégrer certaines intuitions clés des approches marxistes sur les clivages de classe et leurs bases économiques aussi bien que l’accent mis sur l’importance des logiques de distinction statutaire par une large partie de la sociologie américaine. Quelque peu raffinée14, cette même matrice pourrait intégrer l’apport des théories de l’élite politique développées par Gaetano Mosca et Vilfredo Pareto. Il s’agit, dans ce type de cadre, de montrer la compatibilité, voire la complémentarité d’analyses qui se sont définies les unes contre les autres. Mais surtout, on peut aussi évoquer l’approche de la stratification défendue par Bourdieu15 qui a eu précisément pour but de dépasser toute opposition tranchée entre classe et statut : partant de l’idée d’une double structuration de l’espace social en fonction du volume des capitaux à disposition des individus mais aussi de la composition des capitaux (quelle part respective accorder au capital économique et au capital culturel), Bourdieu met l’accent sur les interactions étroites entre éléments matériels et éléments symboliques de la stratification. Mills n’est pas allé aussi loin dans cette voie : là où Bourdieu entreprend un vrai dépassement de l’opposition Weber-Marx, Mills reste un cran en dessous, se contentant d’éviter toute polarisation excessive entre classe et statut. Mais, sur le fond, Mills et Bourdieu aboutissent à des analyses singulièrement proches de la façon dont les luttes statutaires s’articulent aux luttes de classes en les perturbant, voire en les neutralisant.

  • 16 C. W. Mills, Les cols blancs. Essai sur les classes moyennes américaines, trad. A. Chassigneux, Par (...)
  • 17 Ibid., p. 11.
  • 18 Ibid., p. 86.

13En ce qui concerne Mills, cela est net dans Les cols blancs16. Mills y analyse la montée en puissance, aux États-Unis, d’une nouvelle classe moyenne caractérisée par son statut salarié : le travail, plus que la propriété, est devenu la base des revenus et du statut social. Mills met ainsi l’accent sur le déclin d’une société de travailleurs indépendants, qu’il s’agisse du fermier ou du petit entrepreneur. Les mouvements de concentration du capital ont mis fin à l’union du travail et de la propriété qui, pour Mills, constituait la base d’une possible liberté. Face aux monopoles anonymes qui se sont constitués dans tous les secteurs, s’est constituée une « Lumpenbourgeoisie », terme par lequel Mills désigne les petits capitalistes qui luttent pour rester indépendants mais sont peu à peu prolétarisés : si les mythes et discours idéologiques qui se sont structurés autour de cette figure du petit entrepreneur indépendant se maintiennent encore, selon Mills, dans les années cinquante, ils ne correspondent plus à une réalité sociale. La montée en puissance des « cols blancs » a accompagné un mouvement de rationalisation des divers secteurs de la société (économique autant que politique et social) et de croissance de la bureaucratisation, de sorte que la société américaine est appréhendée « comme une énorme boutique, un classeur gigantesque, un cerveau en société anonyme, un univers nouveau de gestion et de manipulation »17. Dans ce cadre, les cols blancs ne figurent que comme les maillons interchangeables des chaînes bureaucratiques qui maintiennent la cohésion sociale. Lorsque Mills appréhende leur activité professionnelle, il le fait au prisme d’un modèle de l’artisan qu’il estime pourtant révolu : les cols blancs manient du papier, des hommes, de l’argent mais ils ne créent pas des objets ; ils « aident à transformer ce qu’un autre a fabriqué en bénéfices qu’un troisième encaisse »18. Sur ce plan, ils sont encore plus aliénés que les ouvriers (qui, eux, sont séparés de leurs produits mais ont au moins produit quelque chose).

  • 19 A. R. Hoschschild, The Managed Heart: The Commercialization of Human Feeling, Berlekey, The Univers (...)
  • 20 Les cols blancs, ouvr. cité, p. 13.
  • 21 Ibid., p. 285.
  • 22 Voir Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1979.

14Analysant le développement des métiers de service, Mills préfigure certaines analyses sur le « travail émotionnel »19, en mettant en relief la façon dont certains cols blancs doivent aussi « vendre » leur personnalité, leur sourire : « Dans beaucoup de métiers, des qualités comme la courtoisie, la complaisance et l’amabilité, jadis traits de caractère individuel, sont maintenant des éléments impersonnels de la profession. Ainsi l’auto-aliénation accompagne l’aliénation du travail. »20 Corrélativement, Mills insiste sur la situation ambivalente de la classe moyenne : d’une part, celle-ci est profondément hétérogène en termes notamment de disparités de revenu ; d’autre part, si ,du point de vue de la propriété, la position des ouvriers et des cols blancs est proche, elle ne l’est pas du point de vue des revenus et du prestige. Sans disposer d’un contrôle des moyens de production, les cols blancs ont pu se sentir différents des ouvriers et tirer leur prestige des lieux et conditions d’exercice de leurs activités professionnelles (activités urbaines impliquant un certain niveau d’instruction et d’études, s’accompagnant le plus souvent du port d’un vêtement de ville…). Cependant, Mills diagnostique aussi un effritement des bases des revendications statutaires des cols blancs en raison de la rationalisation des fonctions professionnelles, du nivellement des revenus des cols blancs alors que ceux des ouvriers augmentent, de l’élargissement du marché du travail à mesure que l’instruction s’étend dans les classes pauvres, du reflux de l’immigration entraînant un nivellement des différences d’origine entre cols blancs et ouvriers21… Sur cette base, il décrit la course au prestige qui certes ne caractérise pas que les cols blancs – elle traverse l’ensemble des groupes sociaux – mais prend chez eux une tournure particulièrement aiguë du fait de leur situation intermédiaire. Les classes moyennes sont ainsi plus vulnérables à l’angoisse ou aux paniques statutaires, ce d’autant plus qu’aux États-Unis, la stratification est ouverte, permet une certaine mobilité mais obéit aussi à des critères ambivalents et instables (en particulier en ce qui concerne l’estime sociale). C’est cet état de panique qui alimente la course au prestige des cols blancs qui essaient d’« emprunter » le prestige des classes supérieures par leur proximité avec les dirigeants (des entreprises, des administrations), l’identification à la firme ou l’institution ou par leurs pratiques de consommation. D’une part, au travail, la quête de prestige est fondamentalement insuffisante (compte tenu de la standardisation et de la bureaucratisation des activités) mais elle est aussi un facteur d’aliénation dans la mesure où elle est facilement instrumentalisée par la hiérarchie. D’autre part, elle envahit la vie personnelle, Mills reprenant, en ce qui concerne la sphère des loisirs, la notion de consommation ostentatoire élaborée par Thorstein Veblen22. Cette mise en exergue de la dynamique des luttes statutaires nourrit le portrait de cette nouvelle classe moyenne comme « apathique » sur le plan politique. Alors que cette classe pourrait avoir des motifs de se mobiliser, du fait du déclin de ses ressources, de son exposition croissante au chômage, elle semble ne pouvoir le faire. D’une part, elle a toujours le sentiment d’avoir quelque chose à perdre. D’autre part, Mills la décrit comme dépourvue d’une conscience propre de classe du fait de son hétérogénéité. Et, ajoute Mills, si les cols blancs voulaient agir, leur action ne serait que l’enchevêtrement de conflits isolés tant les luttes statutaires perturbent la structuration des luttes de classe.

15Si les analyses de Bourdieu dans La distinction font écho à celle de Mills, c’est précisément qu’elles s’attachent à cerner l’importance des « luttes de classement », structurées autour de l’articulation étroite d’enjeux matériels et d’enjeux symboliques. Ces luttes traversent l’ensemble des champs sociaux et sont décrites par Bourdieu comme des luttes de classe « en ordre dispersé ». De même que Mills, Bourdieu s’inscrit dans la lignée de Weber et insiste sur la différenciation de la société en champs qui constituent des microcosmes obéissant à des lois propres, relativement autonomes et caractérisés par une distribution inégale de capitaux spécifiques. Chaque champ est donc traversé par des luttes, articulées autour de la tentative de monopolisation du capital qui lui correspond, entre des groupes dominants et des groupes dominés. C’est sur cette base que Bourdieu a entrepris de proposer une critique sociale du jugement de goût dont il a montré qu’il était indexé sur le capital scolaire et sur un capital culturel largement transmis par le milieu social d’origine. À rebours de l’analyse marxiste, Bourdieu montre que les logiques de distinction entre classes sociales ne s’articulent pas seulement autour de la maîtrise du capital économique mais se structurent également autour d’enjeux symboliques liés à la maîtrise du capital culturel. Et l’un des enjeux centraux de La distinction est de montrer que plus la démocratisation de l’accès à certaines formes de consommation et pratiques culturelles progresse, plus s’intensifient les luttes symboliques de distinction, le champ de production des biens culturels ne cessant d’offrir de nouveaux biens et de nouvelles manières de se les approprier. Bourdieu décrit la logique de fonctionnement des champs de production de biens culturels, les stratégies de distinction qui sont au principe de leurs dynamiques : il s’agit de montrer en quoi les produits de leur fonctionnement sont « prédisposés » à fonctionner comme des opérateurs de distinction entre les classes. À cela se surajoutent les stratégies plus intentionnelles portant chaque groupe à se distinguer du groupe immédiatement inférieur ou supposé tel et à s’identifier au groupe de rang immédiatement supérieur, reconnu comme détenteur du style de vie « légitime ». Les luttes ainsi décrites sont des luttes symboliques pour l’appropriation des biens ou pratiques « classés » et « classants » ou des luttes autour des principes de classement eux-mêmes (qu’il s’agisse de les conserver ou les subvertir).

  • 23 Les classes populaires sont ainsi associées au « goût de nécessité » qu’elles développent, au trave (...)
  • 24 D’où le lien établi entre ses pratiques culturelles et un phénomène d’« hypercorrection », un souci (...)

16L’espace des styles de vie que décrit Bourdieu au travers d’une analyse comparée des pratiques culturelles des diverses classes n’est lui-même qu’un bilan de ces luttes qui ont pour enjeu l’imposition d’un style de vie légitime et dont Bourdieu soutient qu’elles concernent avant tout les classes dominantes – les classes dominées n’intervenant dans ces luttes qu’à titre de repère passif et négatif23. Le « petit-bourgeois » lui-même participe à ces luttes mais de façon contradictoire, en tant qu’il est partagé entre une condition dominée et une participation aux valeurs dominantes24. Le lieu par excellence des luttes symboliques est donc la classe dominante elle-même au sein de laquelle s’opposent, en vue de l’obtention d’un statut le plus prestigieux possible, des fractions dominantes à fort capital économique et des fractions dominées à fort capital culturel (les intellectuels, les artistes, les professeurs). De telles luttes visant la définition du principe de domination légitime ne peuvent avoir de fin, dans le schéma qui est celui de Bourdieu qui décrit de façon très concrète la façon dont s’opposent, dans tous les domaines de la vie sociale et culturelle, le goût « bourgeois » et le goût « artiste » ou « intellectuel ».

  • 25 La distinction, ouvr. cité, p. 280.

17Ce que décrit ainsi Bourdieu, c’est la façon dont les luttes d’ordre statutaire, qui se jouent autour des systèmes de classement, à la fois reflètent et renforcent les rapports de classes existants (l’aversion pour des styles de vie différents étant l’une des plus puissantes barrières de classes qui soient). De ce point de vue, le travail de Bourdieu a une dimension paradoxale puisqu’il met l’accent sur la façon dont le maintien de l’ordre établi se fait sur la base de luttes sociales constantes et « sourdes », de luttes qui se dissimulent en tant que luttes. En découle, entre autres, la thèse suivant laquelle ces luttes symboliques sont vouées à prendre la forme « de luttes de concurrence contribuant à la reproduction des écarts qui sont au principe même de la course »25. Elles ne peuvent apparaître et s’organiser comme telles que dans des circonstances « exceptionnelles » – correspondant chez Bourdieu à des situations de décrochage structurel. Bourdieu nous semble expliciter théoriquement un élément que Mills touche du doigt, à savoir la prégnance des luttes de classement dans la vie sociale et la rareté et l’exceptionnalité des luttes démocratiques, c’est-à-dire associées à une authentique transformation des structures sociales et à une contestation efficace de certaines formes de domination.

Société de masse versus pluralisme

18Les analyses de Bourdieu et de Mills convergent donc fortement en une mise en exergue de l’entrelacement des luttes statutaires et des luttes de classe, les premières pouvant contribuer à disperser et neutraliser les secondes dans certains contextes. De telles analyses contribuent à une réflexion sur la conflictualité sociale et politique en éclairant certaines dynamiques sociales qui peuvent y faire obstacle. Mais, chez Mills, cet éclatement des luttes n’est traité que comme un symptôme de plus de l’évolution de la société américaine vers une société de masse. Que recouvre cette notion ? Et qu’implique la critique, qui lui est corrélée, du pluralisme ?

19Des Cols blancs à L’élite au pouvoir, Mills précise les ressorts de l’émergence d’une société de masse. En première approche, la notion pourrait être rabattue sur celle de société bureaucratisée au sens où elle renvoie à l’idée d’une société dominée par des forces impersonnelles. Mais la problématique de la société de masse déborde celle de la bureaucratisation pour embrasser d’autres aspects comme l’émergence de formes de communication de masse. La masse est d’ailleurs définie par opposition au public en termes de communication : elle recouvre l’involution de la communauté des publics en un assemblage abstrait d’individus qui reçoivent leurs impressions des médias de masse et qui perdent leur autonomie face aux institutions. Plus fondamentalement, la société de masse désigne avant tout une société où s’est creusé le fossé entre le public et les « décideurs ». Mills associe le développement de la société de masse au développement d’une concentration des pouvoirs favorisant l’émergence de centres puissants de décision et en même temps de manipulation de l’opinion.

  • 26 Character and Social Structures, ouvr. cité.

20Pour comprendre les analyses que Mills propose ainsi dans L’élite au pouvoir, il faut revenir à l’analyse des modes d’intégration des ordres institutionnels qu’il avait élaborée avec Gerth26. En effet, si les ordres institutionnels ont connu une autonomisation croissante à l’époque moderne – le politique s’émancipant du religieux, le symbolique du religieux, l’économique du domestique et du politique… –, ils sont restés articulés par des principes divers. Gerth et Mills distinguent ainsi la correspondance comme unification par un principe structural commun opérant en parallèle dans chaque ordre, la coïncidence suivant laquelle des principes structuraux opérant dans divers ordres ont des effets combinés qui aboutissent à un résultat imprévu et la coordination qui désigne une intégration sociale opérant par le biais d’un ou plusieurs ordres devenus ascendants et dirigeant les autres. En ce qui concerne la coïncidence, elle est illustrée par une reprise des thèses wébériennes sur les affinités électives entre développement du puritanisme protestant et affirmation de l’esprit du capitalisme et de pratiques qui y correspondent dans la sphère économique. La correspondance correspond au mode d’intégration propre à la société libérale du xixe : dans chaque ordre social, on retrouve alors la valorisation de la libre initiative d’un individu autonome. La coordination, elle, est illustrée au travers, d’une part, de l’exemple de la société totalitaire dominée par les nazis (qui ont cherché, sur la base d’un État confondu avec un parti unique, à coordonner les ordres économique et militaire) et, d’autre part, avec la société américaine telle qu’elle a évolué de la première guerre mondiale à la guerre froide. La thèse est provocatrice mais elle ne conduit pas pour autant à un amalgame entre la société américaine et la société allemande sous domination nazie. Elle vise néanmoins à alerter le public américain sur une évolution dangereuse de la société américaine.

  • 27 F. Denord et B. Réau, La sociologie de Charles W. Mills, Paris, La Découverte, 2014, p. 72.

21Mills précise ce point de vue dans L’élite au pouvoir. Il y aborde la dimension proprement politique de la stratification, celle qui renvoie aux situations d’autorité et de prise de décision. Et il développe la thèse suivant laquelle la société américaine du xxe siècle se caractériserait par une imbrication croissante des ordres politique, économique et militaire. Une telle imbrication va de pair avec la concentration du pouvoir de décision entre les mains d’une minorité d’individus qui circulent en permanence d’un ordre à l’autre. Mills commence par décrire les diverses figures et composantes de cette élite afin de montrer que les élites locales gravitent désormais autour d’une élite nationale (« les riches de l’entreprise », « les seigneurs de la guerre » et le « directoire politique »). Mills évoque ainsi l’émergence d’un « triangle du pouvoir » adossé à la pérennisation d’une économie de guerre, chacun des trois ordres centraux s’élargissant et se centralisant : ce triangle recouvre le fait que les décisions importantes dans chaque ordre sont contrôlées par les deux autres, mais aussi le constat du fait qu’à mesure que se coordonnent les ordres, les décisions ont tendance à devenir « totales » dans leurs conséquences. Une telle analyse pourrait sembler rapprocher Mills des thèses élitistes de Pareto ou Mosca, mais Mills s’écarte du premier auquel il reproche son approche statistique de l’élite (consistant à choisir une valeur et à appeler élite le groupe qui la maximise) et au second, il reproche de construire une philosophie de l’histoire posant dogmatiquement les élites comme des acteurs de l’histoire. Mills rejette également, de Mosca, la notion de « classe dirigeante » car à ses yeux, l’élite correspond à un groupe de statut plus qu’à une classe27. L’élite au pouvoir désigne cette clique d’individus qui passent d’un ordre à un autre, ces militaires qui se reconvertissent dans les entreprises ou en politique, ces hommes d’affaires qui financent les partis politiques et sont ainsi liés aux hommes politiques. La cohésion de cette « clique » repose sur des intérêts communs mais surtout, sur une socialisation commune qui explique le caractère interchangeable des membres de l’élite.

  • 28 D. Riesman, La foule solitaire : anatomie de la société moderne, Paris, Arthaud, 1964.
  • 29 L’élite au pouvoir, ouvr.cité, p. 385.
  • 30 Ibid., p. 386.

22L’un des enjeux centraux est bien sûr de montrer qu’à la faveur de la guerre, les dirigeants d’entreprise ont réussi à prendre un certain contrôle du directoire politique et que s’est développée une forme de capitalisme militaire. C’est ainsi le militaire qui a pris le plus d’importance et le politicien qui en a perdu le plus. Il s’agit donc à la fois de dévoiler une certaine inféodation de l’ordre politique aux ordres économique et militaire et, ce faisant, d’invalider les lectures pluralistes de la vie démocratique américaine. De telles lectures mettent l’accent sur la façon dont la vie démocratique repose sur la compétition et sur un système de négociations permanentes entre groupes d’intérêt : à titre d’exemple, Mills vise ici des travaux comme ceux de David Riesman28 qui soutiennent que la vie d’une démocratie libérale est structurée par la confrontation entre une multitude de groupes de pression cherchant à se partager le pouvoir. Mills voit derrière cette « thèse de l’équilibre » le postulat d’une harmonie naturelle des intérêts constitutif de l’idéologie des groupes dominants. En réalité, selon Mills, le système de l’équilibre n’a jamais été automatique. C’est donc toujours le politicien professionnel qui, en « spécialiste du contrepoids et courtier de pressions rivales », « réglait la balance, cherchait des compromis et préservait l’équilibre suprême », et le politicien qui réussissait le mieux à concilier les intérêts était le mieux placé pour obtenir le pouvoir et le conserver. Mais désormais, « le politicien professionnel de l’ancienne société d’équilibre en est réduit à faire de la figuration intelligente »29. Mills associe la thèse pluraliste de l’équilibre à l’idée d’un équilibre de classe, à une société où dominait une classe moyenne composée de petits producteurs indépendants. Une telle société se caractérisait par une autonomie relative de l’économique et du politique. Or « la société nouvelle est de toute évidence une économie politique dans laquelle les affaires politiques et économiques sont unies de façon profonde et complexe »30.

  • 31 R. Dahl, Who Governs ? Democracy and Power in an American City, New Haven, Yale University Press, 2 (...)

23L’approche pluraliste ne vaut plus désormais, c’est la thèse de Mills, que pour les échelons moyens du pouvoir (notamment le législatif) qui sont de plus en plus relégués par la dynamique de concentration du pouvoir qu’il a soulignée. Ces analyses ont valu à Mills de nombreuses critiques, notamment de la part de Robert Dahl qui, dans une recherche des modalités de gouvernement de la ville de New Haven31, a validé l’idée que ce dernier est le fait d’une élite, mais tout en opposant à la conception qu’a Mills de cette dernière, et qu’il juge trop monolithique, la notion de polyarchie : en développant une approche des décisions au cas par cas, Dahl soutient qu’aucun groupe de l’élite n’a un pouvoir sur l’ensemble des problèmes, d’où la nécessité de construire des alliances toujours mouvantes. Il s’agit donc d’opposer à Mills l’idée que l’élite elle-même est plurielle. Mais d’une part, l’analyse de Dahl se situe à une échelle différente (locale) de celle de Mills (échelle nationale). En outre, méconnaissant la dimension structurale de la démarche de Mills, elle méconnaît une de ses intuitions profondes, celle du déclin de l’autonomie des ordres institutionnels – qu’il appréhende au travers de la notion de « ramifications » d’un ordre dans les autres.

Politique de la vérité et conflictualité démocratique

24Si Mills ne le formule certes pas explicitement, il semble néanmoins que, en faisant de l’imbrication entre les ordres politique, économique et militaire (et de la relative subordination du premier aux deux autres) un des facteurs de l’émergence d’une société de masse et de l’étouffement corrélatif de la vie démocratique aux États-Unis, il contribue à mettre en lumière, en creux, l’autonomie des ordres institutionnels comme une condition et un enjeu structurant de la conflictualité démocratique. C’est également ce qui ressort de la notion de « politique de vérité » qu’il mobilise et à laquelle nous verrons que certaines propositions de Bourdieu font là encore écho.

  • 32 C. W. Mills, « The powerless people », The Politics of Truth, Oxford, Oxford University Press, 2008 (...)
  • 33 Idem, « On knowledge and power », The Politics of Truth, ouvr. cité, p. 125-136.
  • 34 Id., L’imagination sociologique, trad. P. Clinquart, Paris, La Découverte, 2006.
  • 35 D. Geary, Radical Ambition. Charles Wright Mills, the Left, and American Social Thought, Berkeley, (...)

25Cette notion a été notamment mise en avant, de « The powerless people »32 et « On knowledge and power »33 à L’imagination sociologique34 où Mills aborde le rôle des intellectuels et des sciences sociales dans la redynamisation et la structuration des luttes politiques. Dans les premiers textes, Mills revient sur une certaine défaite des intellectuels, dans le contexte de la fin de la seconde guerre mondiale puis du début de la guerre froide. Il part du paradoxe lié au fait que plus la connaissance des mécanismes sociaux progresse, moins est clair son impact et plus les centres de décision semblent inaccessibles : la connaissance semble mener à l’impuissance nourrie par le fait de n’être pas capable de contrôler ce que l’on peut prévoir. Mills oppose, d’un côté, une élite qui ne subit pas les conséquences de ses propres décisions et, de l’autre, des intellectuels de plus en plus dépendants soit d’un marché, soit de structures bureaucratiques comme l’Université. Entre l’intellectuel et son public, s’intercalent de façon croissante des structures techniques, sociales, économiques contrôlées par d’autres. En découlent à la fois un déclin de la liberté intellectuelle et un sentiment d’impuissance lié au fait d’en savoir plus qu’on n’en dit. C’est sur cette base que Mills propose un plaidoyer pour une politique de la vérité mettant en relief le rôle de l’artiste et de l’intellectuel indépendants, seuls à même de résister aux stéréotypes véhiculés par la consommation de masse. Cependant, ce plaidoyer reste dilemmatique car soit on essaie d’accéder au pouvoir et on perd conjointement l’indépendance et l’accès à la vérité, soit on reste fidèle à la quête de vérité, en préservant son indépendance, mais on perd alors toute capacité à transformer ses idées en une réalité concrète35. Dans « Knowledge and power », Mills approfondit sa défense d’une politique de la vérité en opposant la figure de l’intellectuel indépendant au « philosophe roi » et surtout à la figure plus réaliste de l’intellectuel « consultant » ou expert. Il définit ainsi la politique de vérité comme visant le maintien d’une définition adéquate de la réalité et comme recouvrant le fait de trouver autant de vérité que possible, de la dire aux bonnes personnes, au bon endroit, au bon moment. Ou a contrario, de nier ce qui est faux – en déconstruisant par exemple les formes arbitraires d’autorité.

  • 36 L’imagination sociologique, ouvr. cité.

26Un tel plaidoyer s’articule à la défense d’une sociologie réflexive susceptible d’intégrer le théâtre de l’histoire afin d’articuler trajectoires biographiques et histoire des structures sociales. Il est donc lié à la critique par Mills des dérives des sciences sociales : celle de la « Grande Théorie » à la Parsons qui, en restant à un haut niveau de formalisme et en fétichisant l’équilibre et le consensus normatif, propose une image statique de la société au risque de légitimer des formes stables de domination ; celle de l’empiricité « illibérale » d’un Paul Lazarsfeld qui procède d’une fétichisation des méthodes quantitatives et de la focalisation sur l’échelle microsociale au détriment de toute analyse structurale36. Mills distingue une empiricité libérale consistant en une « sociologie des milieux parcellaires » (ibid., p. 90) à tendance moralisatrice, associée à une valorisation des valeurs de la classe moyenne et dominante à l’époque où les sociologues participaient massivement au mouvement progressiste, et l’empiricité « illibérale » liée au fait que les sociologues se mettent désormais au service des administrations et des entreprises. À l’empiricité « illibérale » est associée la figure de l’intellectuel administrateur et conseiller technique. C’est contre une telle bureaucratisation des sciences sociales que Mills défend une politique de vérité par laquelle la sociologie pourrait devenir un « appareil de renseignement collectif, par où passent les enjeux collectifs et les épreuves personnelles, ainsi que les lignes de force structurelles qui les sous-tendent toutes deux » (ibid., p. 85). En découle la défense du sociologue indépendant qui contribue à traduire les épreuves individuelles en enjeux sociaux et peut s’adresser à la fois aux élites et aux collectivités pour les rappeler à leurs responsabilités.

  • 37 D. Bell, The End of Ideology: On the Exhaustion of Political Ideas in the Fifties, Glencoe, Free Pr (...)
  • 38 S. Aronowitz, Taking it big. C. Wright Mills and the Making of Political Intellectuals, New York, C (...)
  • 39 D. Geary, ouvr. cité.
  • 40 Voir The Politics of Truth, ouvr. cité, p. 225-265.

27La défense de la politique de vérité vise également à contrer la thèse de la fin des idéologies, portée à l’époque par Daniel Bell37 et populaire parmi ceux qu’on a coutume d’appeler les « intellectuels de New York »38. Ces intellectuels avaient souvent en commun d’être passés du socialisme, voire du trotskisme, à un ralliement à la célébration des valeurs libérales au cours de la guerre froide. La thèse de la fin des idéologies s’appuie sur l’idée que les problèmes centraux de la révolution industrielle sont résolus via l’accès à la citoyenneté politique, une stabilisation du « Welfare State » permettant la redistribution des fruits de la croissance et la reconnaissance par la gauche démocratique du péril étatiste. Elle part du constat d’un déclin des luttes idéologiques et d’un consensus autour des valeurs libérales. Mills converge avec les intellectuels libéraux lorsqu’il souligne les capacités de l’économie de guerre à produire l’affluence de sorte que déclineraient dans les sociétés industrielles développées les problèmes de privation et d’exploitation matérielles. Comme eux, il a tendance à minimiser les problèmes de pauvreté, les problèmes environnementaux, les problèmes d’oppression raciale. Il reconnaît ces derniers sans leur accorder la place qu’ils méritent et semble être passé à côté de l’importance du mouvement des droits civiques comme s’il ne reconnaissait pas son potentiel de transformation sociale39. Néanmoins, Mills se démarque tout de même des intellectuels libéraux en soulignant que le consensus des années cinquante n’est qu’un faux consensus lié à un étouffement des luttes idéologiques. Et dans « Letter to the New Left »40, il attaque frontalement la thèse de la fin des idéologies élaborée par des intellectuels qui, étant revenus du socialisme, posent l’équation renoncement au socialisme égale fin de toute idéologie, sans porter un regard critique sur la rhétorique libérale à laquelle ils adhèrent désormais. Une telle équation procède d’une vision « provinciale » des élites intellectuelles des pays riches et d’une rationalisation de leur propre abdication. Bref, la fin des idéologies est elle-même une idéologie liée au renoncement à toute réflexion politique. Et cette idéologie n’est pas sans lien avec les tendances sociologiques rejetées par Mills.

  • 41 G. Oakes, « The politics of truth reconsidered. C. W. Mills as a radical social theorist », Journal (...)
  • 42 C. W. Mills, « The cultural apparatus », The Politics of the Truth, ouvr. cité, p. 203-211.
  • 43 G. Oakes, ouvr. cité.

28Critique de la thèse de la fin des idéologies et défense de la politique de vérité sont liées. La première attire notre attention sur le fait que la conflictualité idéologique est une condition indispensable de toute conflictualité démocratique, laquelle ne se réduit donc pas à l’opposition des intérêts et des styles de vie mais touche, dès lors qu’elle prend une dimension authentiquement transformatrice, à la valeur de vérité. La seconde en appelle à une politique dénonçant la concentration des pouvoirs et à une défense de l’autonomie de l’art et de la science. Elle met ainsi en exergue le fait que la conflictualité idéologique repose elle-même sur une base plus matérielle, sur une autonomie relative de la pratique intellectuelle, elle-même dépendante d’une autonomie des ordres institutionnels. Néanmoins la version que propose Mills de la politique de vérité est circulaire, voire contradictoire. Circulaire car la politique de vérité est censée contribuer à la structuration et à la dynamisation de publics actifs dont elle-même dépend. Contradictoire car elle est en contradiction avec la défense par Mills d’une sociologie de la connaissance inscrite dans le sillage du pragmatisme et de Karl Mannheim. En effet, Mills ne cesse de valoriser la vision héroïque d’intellectuels indépendants et condamnés dès lors à une certaine solitude. Mais d’une part, un tel solipsisme va à l’encontre de la façon dont il a soutenu par ailleurs que les problèmes et les thèses scientifiques ne pouvaient se construire et se comprendre que dans un espace institutionnel donné, de sorte que théories et critères de vérité s’appréhendent au prisme de leurs conditions sociales de production41. En outre, à la fin de sa vie, Mills souligne l’importance d’une analyse de l’appareil culturel42 qui constitue un vecteur de construction de nos catégories épistémologiques. Or Mills n’a jamais explicité l’articulation entre une telle approche épistémologique et une politique de vérité qui semble présupposer la référence univoque à une vérité extérieure, objectivement constatable ainsi que l’éviction de tout perspectivisme43. Sa position semble donc problématique car potentiellement incohérente et caractérisée par un certain vague quant à la façon dont la politique de vérité pourrait aboutir à des transformations institutionnelles.

  • 44 P. Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998, p. 5 (...)
  • 45 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 2003, p. 176-184 et Propos sur le champ politi (...)
  • 46 P. Bourdieu, Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, (...)
  • 47 Pour Bourdieu, l’intellectuel est censé intervenir dans le champ politique sur la base d’une autori (...)

29Les propositions de Bourdieu font écho à celles de Mills et approfondissent la réflexion dans un sens plus cohérent et satisfaisant. En effet, Bourdieu a lui aussi défendu la nécessité d’une politique de la vérité recouvrant deux aspects : la défense d’un « corporatisme de l’universel »44 et celle d’une « Realpolitik de la raison »45. Le « corporatisme de l’universel » correspond à un thème structurant du discours de Bourdieu : il recouvre la défense de l’autonomie du champ scientifique. Bourdieu estime que ce dernier s’est affirmé, à mesure qu’il a conquis son autonomie, comme un microcosme largement autorégulé et marqué par une forte sublimation des rapports de pouvoir. C’est ainsi qu’un scientifique ne peut s’écarter des normes et procédures du débat argumenté sans risquer de perdre une partie de son capital scientifique au sens « pur » (c’est-à-dire non institutionnel). Corrélativement, les scientifiques ont un intérêt au désintéressement au sens où ils doivent se mettre au service de buts et valeurs universels pour l’emporter46. Le propos politique de Bourdieu s’est largement structuré autour de la nécessité de défendre et renforcer l’autonomie de ces univers sociaux où se produit la vérité. Le « corporatisme de l’universel » procède ainsi d’un regard critique sur l’emprise croissante, aux yeux de Bourdieu, depuis les années soixante-dix, du champ économique sur le champ scientifique et plus largement sur les autres champs sociaux. Les sciences sociales sont au cœur du propos de Bourdieu sur ce point car il en défend une politisation possible qui n’aurait rien à voir avec une importation de la politique dans les débats proprement scientifiques. Il ne s’agit pas seulement de revendiquer leur indépendance, seule garantie de leur rôle critique, mais aussi de soutenir que les intellectuels doivent, une fois qu’ils ont accumulé du capital spécifique47 dans leurs propres domaines, réinvestir les valeurs universelles, notamment celle de vérité, dans les débats politiques. C’est le sens d’une « Realpolitik de la raison » comme lutte pour un accès effectif et maximal de chacun aux valeurs universelles. Bourdieu estime compatibles la défense de l’autonomie et l’intervention publique. Cette dernière est toujours seconde par rapport à l’activité scientifique spécifique. Une telle politique vise à éviter que l’autonomie ne soit synonyme de clôture et à contribuer à une dynamisation des mobilisations collectives via la collaboration étroite entre chercheurs et militants.

  • 48 Nous nous appuyons dans ces lignes sur l’article d’Y. Sintomer qui envisage systématiquement les li (...)

30Elle dépasse certains des problèmes posés par Mills. En particulier, Bourdieu évite le solipsisme lié à l’idéalisation de la figure d’un chercheur solitaire. Il défend plutôt une figure de l’intellectuel « collectif ». Néanmoins, sa position reste ambivalente au sens où on peut la soupçonner de nourrir une conception homogène et idéalisée des champs de production culturelle et scientifique. Elle ne précise pas suffisamment comment peut s’opérer le passage de l’analyse scientifique à des propositions politiques. Et elle court également le risque de verser dans l’écueil d’une « scientisation » du politique en conférant aux intellectuels une position de surplomb associée à une certaine monopolisation de l’universel48. Cependant, tout comme Mills et de façon parfois plus élaborée, Bourdieu contribue à mettre en lumière, d’une part, la centralité des enjeux épistémologiques des luttes démocratiques et, d’autre part, le lien entre ces enjeux et celui, tout aussi central, de l’autonomie des champs sociaux.

  • 49 L. Wacquant, art. cité, p. 15.

31Chez Mills et chez Bourdieu, dont le travail fait écho sur bien des points à celui de Mills, nous avons ainsi retrouvé des intuitions proches sans doute en partie liées à l’héritage wébérien et à une même approche de la politique démocratique non pas comme un état mais comme une dynamique de réduction des obstacles à l’accès à l’universel et au politique49 ou de lutte contre certaines formes de domination – même si la domination reste chez eux impossible à évacuer de la vie sociale et politique. Mills et Bourdieu contribuent à éclairer les conditions sociales d’une véritable conflictualité démocratique, si l’on entend par là une conflictualité susceptible à la fois d’avoir un effet réel en termes de transformation des structures sociales et de contribuer à déconstruire certaines formes de domination. Ainsi, d’une part, Mills et Bourdieu mettent en exergue la prégnance au sein même des ordres ou des champs de luttes dites de classement, i.e. de luttes statutaires venant à la fois renforcer les clivages de classe et perturber la structuration de conflits plus transformateurs et relevant du schéma de la lutte des classes. La transformation de telles luttes de classement en une conflictualité moins dispersée, plus structurée et plus susceptible de proposer une subversion des rapports dominants-dominés n’intervient que dans le contexte, historiquement rare, de transformation structurelle de certains champs (de nature à susciter un brusque décrochage des chances objectives par rapport aux espérances et par là une rupture d’adhésion des dominés eux-mêmes).

  • 50 M. Walzer, Sphères de justice, trad. P. Engel, Paris, Seuil, 1997.

32D’autre part, Mills et Bourdieu se retrouvent aussi dans une intuition commune, plus explicitée chez Bourdieu, suivant laquelle les luttes non plus seulement internes aux champs mais relatives aux rapports entre les champs eux-mêmes sont au cœur de la conflictualité démocratique. Ainsi Mills suggère que l’étouffement de la conflictualité démocratique, dans le contexte de la société américaine des années quarante-cinquante, découle en large partie d’une imbrication problématique entre les ordres politique, économique et militaire et d’une subordination du premier aux deux autres et c’est cette imbrication – mettant en péril l’autonomie de certaines activités, comme les activités relatives à la production artistique et culturelle – qu’il s’agit, entre autres, de mettre en lumière au travers d’une « politique de vérité ». Bourdieu, de son côté, défend également une autonomie du champ scientifique et plus largement des divers champs sociaux, menacée selon lui de colonisation par les logiques propres au champ économique. Il n’est d’ailleurs pas si loin sur ce point de Michael Walzer qui associe les luttes démocratiques à la défense de frontières entre sphères sociales et à la réduction des formes de conversion de biens relatifs à une sphère (comme le capital économique) en biens propres à une autre sphère (le pouvoir politique par exemple)50.

  • 51 P. Bourdieu, « Note brève sur l’antinomie de l’action collective », Propos sur le champ politique, (...)

33Mais ne faut-il pas conclure dès lors en insistant à nouveau sur la rareté mais aussi sur l’ambivalence irréductible de telles luttes ? En ce qui concerne la rareté en effet, on comprend bien que si, au sein des champs, prédomine une conflictualité dispersée relevant de luttes de classement, une défense réelle de l’autonomie des champs procédera de logiques de mobilisation complexes et rarement efficaces. En ce sens, les contributions de Mills et de Bourdieu mettent en lumière certaines antinomies des luttes démocratiques, au même titre que Bourdieu a mis en exergue par ailleurs les antinomies de l’action collective liées à l’inévitabilité des logiques de délégation et au péril de dépossession qui leur est associé51. En ce qui concerne l’ambivalence, elle ressort, chez Bourdieu, du rôle particulier accordé à l’autonomie du champ politique : là encore Bourdieu et Walzer convergent dans l’idée que cette autonomie serait stratégique dans la mesure où la sphère politique jouerait un rôle clé dans la régulation des rapports entre les autres sphères ou champs et le maintien de leur autonomie respective. Mais si Bourdieu a eu de plus en plus tendance à alerter sur le péril d’une hégémonie du champ économique, il n’était pas non plus dupe des problèmes liés à l’autonomie du champ politique étatique : Walzer n’en est à nouveau pas si éloigné quand il attribue à la sphère politique le soin de contribuer à garantir l’autonomie des autres sphères tout en signalant les risques consécutifs d’une hégémonie de cette sphère et la nécessité d’une permanente vigilance anti-institutionnelle des citoyens. Il n’est pas non plus si éloigné de Mills quand ce dernier dénonce une certaine inféodation du politique au militaire et à l’économique et, dans le même temps, associe la démocratie réelle à une confrontation permanente entre les décideurs et des publics actifs. Enfin, plus largement, l’ambivalence des luttes démocratiques est liée à celle de la défense de l’autonomie des ordres ou des champs en général : Mills associe l’autonomisation des ordres à des logiques de rationalisation et de professionnalisation ; il en est de même pour Bourdieu qui insiste plus explicitement sur la coupure professionnels-profanes à la fois inévitable et toujours à combattre et, corrélativement, sur le danger d’une clôture des champs, en particulier du champ politique. Ainsi, une des ambivalences fondamentales des luttes démocratiques tient à la façon dont elles ont pour condition et pour enjeu central une autonomie des ordres ou des champs qui ne peut être que fluctuante et qu’elles doivent aussi travailler constamment à tempérer.

Haut de page

Notes

1 C. W. Mills, The New Men of Power, New York, A. M. Kelley, 1971.

2 K. Mattson, Intellectuals in Action. The Origin of the New Left and Radical Liberalism, 1945-1970, The Pennsylvania State University Press, 2002, chap. 1.

3 C. W. Mills, Sociology and Pragmatism: The Higher Learning in America, New York, Oxford University Press, 1966.

4 Ibid., p. 82.

5 C. W. Mills, L’élite au pouvoir, trad. A. Chassigneux, Paris, Agone, 2012.

6 Voir The New Men of Power, ouvr. cité. Le socialisme de la guilde a mis l’accent sur l’autogestion et la démocratie industrielle, en une veine parfois anti-étatiste.

7 Voir From Max Weber: Essays in Sociology, Londres, Routledge, 1998.

8 Voir le billet de blog de Peter Dreier :< http://www.huffingtonpost.com/peter-dreier/c-wright-mills-would-have_b_1311345.html> (consulté le 11 décembre 2014).

9 Sur ce point, voir L. Wacquant, « Pointers on Pierre Bourdieu and Democratic Politics », Constellations, vol. XI, no 1, mars 2004, p. 3-15.

10 C. W. Mills, Character and Social Structure. The Psychology of Social Institutions, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1954.

11 M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen, Mohr, 1947 (réédition), 2 volumes ; Economy and Society: an Outline of Interpretative Sociology, Berkeley, University of California Press, 1978, 2 volumes.

12 Character and Social Structures, ouvr. cité, p. 340.

13 J. Scott, Stratification and Power: Structures of Class, Status and Command, Londres, Polity Press, 1996.

14 Scott (ouvr. cité) critique l’idée que le parti constituerait une troisième dimension de l’analyse wébérienne de la stratification et substitue à cette notion celle, plus juste selon lui, de situation de commandement ou d’autorité en s’appuyant sur les analyses wébériennes du développement de l’État et de la bureaucratie.

15 P. Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1978.

16 C. W. Mills, Les cols blancs. Essai sur les classes moyennes américaines, trad. A. Chassigneux, Paris, Maspero, 1966.

17 Ibid., p. 11.

18 Ibid., p. 86.

19 A. R. Hoschschild, The Managed Heart: The Commercialization of Human Feeling, Berlekey, The University of California Press, 1983.

20 Les cols blancs, ouvr. cité, p. 13.

21 Ibid., p. 285.

22 Voir Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1979.

23 Les classes populaires sont ainsi associées au « goût de nécessité » qu’elles développent, au travers d’un regard esthétique qui reste fonctionnel. Les classes supérieures s’en démarquent de par la culture d’un « goût de liberté » recouvrant la mise à distance de la nécessité pratique.

24 D’où le lien établi entre ses pratiques culturelles et un phénomène d’« hypercorrection », un souci de se conformer à tous les critères du goût légitime qui trahit précisément une insécurité statutaire.

25 La distinction, ouvr. cité, p. 280.

26 Character and Social Structures, ouvr. cité.

27 F. Denord et B. Réau, La sociologie de Charles W. Mills, Paris, La Découverte, 2014, p. 72.

28 D. Riesman, La foule solitaire : anatomie de la société moderne, Paris, Arthaud, 1964.

29 L’élite au pouvoir, ouvr.cité, p. 385.

30 Ibid., p. 386.

31 R. Dahl, Who Governs ? Democracy and Power in an American City, New Haven, Yale University Press, 2005.

32 C. W. Mills, « The powerless people », The Politics of Truth, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 13-24.

33 Idem, « On knowledge and power », The Politics of Truth, ouvr. cité, p. 125-136.

34 Id., L’imagination sociologique, trad. P. Clinquart, Paris, La Découverte, 2006.

35 D. Geary, Radical Ambition. Charles Wright Mills, the Left, and American Social Thought, Berkeley, University of California Press, 2009, p. 70.

36 L’imagination sociologique, ouvr. cité.

37 D. Bell, The End of Ideology: On the Exhaustion of Political Ideas in the Fifties, Glencoe, Free Press, 1960.

38 S. Aronowitz, Taking it big. C. Wright Mills and the Making of Political Intellectuals, New York, Columbia University Press, 2012.

39 D. Geary, ouvr. cité.

40 Voir The Politics of Truth, ouvr. cité, p. 225-265.

41 G. Oakes, « The politics of truth reconsidered. C. W. Mills as a radical social theorist », Journal of Classical Sociology, août 2013, p. 1-13.

42 C. W. Mills, « The cultural apparatus », The Politics of the Truth, ouvr. cité, p. 203-211.

43 G. Oakes, ouvr. cité.

44 P. Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998, p. 543-558.

45 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 2003, p. 176-184 et Propos sur le champ politique, Presses universitaires de Lyon, 2000, p. 107.

46 P. Bourdieu, Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Versailles, INRA, 1997.

47 Pour Bourdieu, l’intellectuel est censé intervenir dans le champ politique sur la base d’une autorité adossée à l’accumulation d’un capital « spécifique » afin de proposer un appui cognitif aux mobilisations. Il oppose ainsi la figure de l’intellectuel « spécifique », qu’il défend, à celle de l’intellectuel « total » ou « universel ». Il prolonge ainsi les analyses de M. Foucault dans Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, t. II et III.

48 Nous nous appuyons dans ces lignes sur l’article d’Y. Sintomer qui envisage systématiquement les limites possibles des propositions de Bourdieu : voir « La critique intellectuelle entre corporatisme de l’universel et espace public », H. P. Müller et Y. Sintomer, Pierre Bourdieu, théorie et pratique. Perspectives franco-allemandes, Paris, La Découverte, 2006, p. 207-223.

49 L. Wacquant, art. cité, p. 15.

50 M. Walzer, Sphères de justice, trad. P. Engel, Paris, Seuil, 1997.

51 P. Bourdieu, « Note brève sur l’antinomie de l’action collective », Propos sur le champ politique, ouvr. cité, p. 90 et suiv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Le Goff, « Stratification, luttes sociales et démocratie chez Charles Wright Mills », Astérion [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 02 juin 2015, consulté le 27 juin 2016. URL : http://asterion.revues.org/2640

Haut de page

Auteur

Alice Le Goff

Alice Le Goff est maître de conférences en philosophie sociale à l’Université Paris Descartes (Cerlis, UMR 8070). Ses recherches articulent philosophie sociale et politique et épistémologie des sciences sociales. Elles portent sur l’analyse des formes contemporaines de démocratie et sur l’apport du pragmatisme à cette analyse ainsi que sur la question des luttes pour la reconnaissance, avec une focalisation particulière sur la question du sens de l’honneur. Parmi ses publications récentes figurent l’essai Care et démocratie radicale, Paris, PUF, 2013 et un ouvrage coédité avec Miriam Bankovsky, Penser la reconnaissance entre philosophie française et théorie de la reconnaissance, Paris, CNRS-Alpha, 2013.

Haut de page