Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Les États pontificaux face à Philippe II, marge ou centre alternatif de la Monarchie catholique ? Retour sur les fondements juridiques, politiques et pragmatiques d’un empire conjoncturel

The Papal States in front of Philip II, margin or alternative center of the Catholic Monarchy? Return on the legal, political and pragmatic foundations of a conjunctural empire
Boris Jeanne

Résumés

La Monarchie catholique est l’union dynastique éphémère (1580-1640) entre les royaumes d’Espagne et de Portugal. En revenant sur les fondements juridiques, politiques et pragmatiques de cet empire qui ne peut pas s’appeler Empire (car cette dénomination appartient au Saint Empire romain germanique des cousins de Vienne), l’article cherche à mieux saisir le fonctionnement interne de cet ensemble politique hétéroclite, en adoptant deux points de vue décentrés : celui de l’Amérique (comment la notion de Monarchie catholique s’incarne dans les reynos, loin de Madrid et Lisbonne) et celui de Rome (comment le Saint-Siège parvient – ou non – à exister au cœur de cet espace). Il en ressort que le pape et le Roi catholique sont des alliés naturels (autour du christianisme romain) mais pas objectifs (leurs buts ne concordent pas), et qu’autant Rome que Mexico se vivent comme des centres et non des marges de la Monarchie catholique.

Haut de page

Texte intégral

1Quand Philippe II d’Espagne ceint la couronne de Portugal en 1580 à la mort d’Henri le Cardinal, il se trouve alors à la tête d’un très vaste empire qui ne peut pas s’appeler l’Empire. En effet, son neveu Rodolphe II est à la tête du Saint Empire romain germanique, il est donc protocolairement le seul habilité à porter le titre d’empereur que lui confère l’élection par la Diète impériale et le sacre par le pape. Philippe II doit faire preuve d’inventivité onomastique pour mieux faire valoir la stature importante de sa titulature, et choisit de s’appuyer sur la seule chose que tous ses reynos ont en commun, de Lisbonne à Macao en passant par Maputo et Mexico : la religion. Cet ensemble politique gigantesque présent dans les quatre parties du monde s’appellera la Monarchie catholique. Dans le cadre d’une réflexion sur les pratiques et les espaces impériaux, deux questions se posent alors : d’abord, comment être un empire à côté de l’Empire ? Ensuite, puisque dans le monde chrétien Rome est l’arbitre des préséances, comment aussi être le Saint-Siège au cœur de la Monarchie catholique ? Bien sûr, Rome ne fait pas partie des territoires de Philippe II, mais c’est pourtant là que le monarque s’essaye à réunir des espaces aussi divers en y faisant exister plus que partout ailleurs cette notion nouvelle (et éphémère) de Monarchie catholique. Ces deux questions doivent cohabiter afin d’explorer les rapports très paradoxaux entre Rome et Madrid à l’époque moderne, et ainsi tenter de montrer une des façons concrètes dont fonctionne et s’inscrit territorialement cet empire très conjoncturel (1580-1640), cette « union des deux couronnes ». Comment le pouvoir politique s’approprie-t-il l’espace territorial – ici, le Portugal et les États pontificaux ? Une cartographie de la domination et de son intensité est-elle possible ? Quelles marques de domination un territoire porte-t-il ? L’analyse des rapports entre Rome et Madrid au second XVIe siècle nous semble propice à apporter des éléments pour répondre à ces questions.

  • 1  Patronage ecclésiastique : monastères et couvents sont fondés par la seule licence royale, q (...)

2Mais cette histoire a déjà été labourée par une école juridique et diplomatique espagnole, depuis Ricardo de Hinojosa et Luciano Serrano, continuée entre autres par le théologien basque José Ignacio Tellechea Idígoras et l’historien français Christian Hermann, jusqu’aux travaux récents de Thomas Dandelet qui déplace le point de vue dans Rome. Cependant, tous en restent à une analyse relativement classique en termes de relations internationales, avec des prérogatives délimitées selon un échiquier diplomatique réglé. Il faut donc essayer de renouveler cette approche quelque peu fixiste, car entre les prétentions royales et les moyens réels de les faire respecter, il existe toute une gradation de situations. Nous proposons donc d’aborder la masse documentaire pontificale et ibérique par un point de vue américaniste : en effet, Saint-Siège, péninsule Ibérique et Nouveau Monde sont en lien depuis la bulle Inter Caetera de 1493, voire depuis Romanus Pontifex en 1455, quand Alphonse de Portugal pose les bases du patronage ecclésiastique1 tant portugais que castillan en obtenant de Nicolas V l’autorité ecclésiastique sur les terres de reconquête – Afrique comprise. Ainsi, fort de ces décisions du XVe siècle, Philippe II n’admet pas que quelque étranger, fût-il le pape, vienne s’occuper des affaires de ses Églises du Nouveau Monde, pour lesquelles il dispose du patronage le plus abouti. C’est pourquoi l’étude de l’axe Mexico-Madrid-Rome met en évidence l’une des facettes du problème relationnel entre la Monarchie catholique et le Saint-Siège : ce sont des alliés naturels autour d’un ciment qu’est le christianisme romain, certes, mais pas des alliés objectifs, car les visées du roi ne concordent pas avec celles du pape. Afin de décentrer le regard sur la confrontation directe Rome versus Madrid, le point de vue de Mexico, un des centres de la Monarchie catholique parfois plus impérialiste que le roi, établit une nécessaire perspective d’histoire globale pour un problème d’histoires connectées. Il s’agira donc de montrer, sur différents plans d’analyse, comment s’installe la dimension de la Monarchie catholique dans les reynos, et comment le Saint-Siège parvient (ou ne parvient pas) à s’y intercaler, à y exister.

Les fondements juridiques de la Monarchie catholique

  • 2  G. Parker, The Grand Strategy of Philip II, New Haven-Londres, Yale University Pre (...)
  • 3  R. Valladares, La conquista de Lisboa. Violencia militar y comunidad política en P (...)
  • 4  Il n’y a pas de règle de succession automatique au Portugal, pas plus qu’en Espagne d’aill (...)
  • 5  Selon le songe de Daniel (Da 2, 19), qui avait annoncé à Nabuchodonosor que tout empire pé (...)

3Dans The Grand Strategy of Philip II, Geoffrey Parker fait de la Monarchie catholique un prélude à la monarchie universelle, dont on trouve des échos explicites dans la communication développée à l’issue de la bataille de Lépante et jusque dans la devise de Philippe II, Non sufficit orbis, frappée sur des monnaies à partir de 1583 d’après l’historien britannique2. L’inclinaison de Philippe II à l’expansionnisme apparaît ainsi évidente, certes, mais il faut pourtant lire également de la mesure chez le Roi Prudent, au moins dans le respect des formes juridiques de son pouvoir. La conquête de Lisbonne, pour reprendre le titre d’un ouvrage récent de Rafael Valladares3, en donne un bon exemple. En 1578, Sébastien Ier de Portugal, de la dynastie des Aviz, meurt à la bataille de Ksar el-Kebir, importante déroute portugaise dans le cadre d’une des dernières croisades. Le corps du roi Sébastien n’est jamais retrouvé, ce qui, d’une part, donne naissance au sébastianisme, un millénarisme propre au Portugal et au Brésil, et d’autre part, aboutit à la succession de son oncle le cardinal Henri de Portugal. Ce dernier doit se trouver un successeur, à défaut de pouvoir le procréer puisque le pape Grégoire XIII (élu grâce à l’appui de Philippe II dans un conclave étonnamment bref) refuse de le délier de ses vœux ecclésiastiques. Cette situation de succession conditionnée par la décision d’un vieux prélat (66 ans) excite les convoitises. Les principaux prétendants sont, d’un côté, Philippe II revendiquant l’héritage de sa mère Marie Manuelle de Portugal, fille de Jean III et tante du défunt roi – c’est un Habsbourg, soutenu par la bourgeoisie commerçante de Lisbonne qui s’imagine s’ouvrir les routes de l’Amérique espagnole –, et, de l’autre côté, dom Antoine, le prieur de Crato, appartenant à l’ordre militaire de Saint-Jean-de-Jérusalem, de réputation scandaleuse, gouverneur de Tanger et survivant de la bataille de Ksar el-Kebir, petit-fils de Manuel l’Épicier – c’est un Aviz, soutenu par le peuple. Le cardinal-roi de Portugal meurt en 1580 sans avoir pris sa décision : Antoine se proclame roi de Portugal et se fait écraser par l’armée de Philippe II à la bataille d’Alcantara. La dynastie Habsbourg s’installe officiellement sur le trône de Portugal à l’issue des cortes de Tomar en 15814, et Philippe II demeure à Lisbonne jusqu’en 1583, date à laquelle il regagne Madrid où il crée un conseil de Portugal dans son système polysynodique. Cette tranche 1578-1583 de la vie politique de la péninsule Ibérique présente déjà beaucoup d’éléments d’inscription de l’idéologie impériale et de sa traduction territoriale : la croisade, la dynastie Aviz (présente en Afrique, en Asie et au Brésil), les Habsbourg (c’est-à-dire la moitié de l’Europe, et l’Amérique jusqu’aux Philippines), leurs liens avec le Saint-Siège, une démonstration de force militaire prolongée par trois années de résidence sur place, puis une délégation de pouvoir avec un conseil à Madrid. L’idéologie impériale est donc bien présente dans les deux parties de la Monarchie catholique, en Espagne selon l’analyse de Geoffrey Parker, mais aussi au Portugal, comme l’illustrent autant l’ambition de Manuel l’Épicier (qui envoyait toujours autant de soldats que de marins dans les expéditions qu’il finançait vers l’Asie) que les prophéties du Quinto Imperio5 qui vont s’amalgamer avec le sébastianisme.

  • 6  Ainsi, Hernán Cortés, qui avait fait son droit à Salamanque, ne commence jamais une (...)
  • 7  P. Sloterdijk, Globes. Sphères II, Paris, Maren Sell, 2010, p. 708.
  • 8  Nous pensons notamment aux correspondances entre secrétaire d’État et nonce à Madrid autou (...)

4Sur le plan du droit, il n’y a aucun obstacle à cette union dynastique, qui rappelle celle des prestigieux Rois catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon : elle s’inscrit dans la continuité de la Reconquista et n’a rien d’aberrant. Cette épithète « catholique » est issue de la bulle pontificale Si convenit de 1496 qui la confère aux souverains de Castille et d’Aragon. Le pouvoir impérial de Charles Quint venait également d’une reconnaissance pontificale. Enfin, toutes les conquêtes ibériques en Afrique, en Amérique et en Asie nécessitent également une sorte d’authentification de la part du Saint-Siège, illustrant l’important souci de justification légale des territoires qui construisent cet empire6. Soulignant ce recours systématique des souverains chrétiens à la légalisation pontificale, le philosophe allemand Peter Sloterdijk parle alors du pape comme le notaire de la globalisation, car il est l’instance de référence et de légitimation de l’expansionnisme européen7. Est-ce à dire pour autant que c’est Rome qui donne le tempo de cette vaste construction territoriale qu’est la Monarchie catholique ? Il est vrai que le mot « catholique » vient du grec katholikos qui signifie universel, général, mais qui s’applique normalement au message du Christ, dans l’optique prosélyte de Paul de Tarse, et qui est très peu employé hors d’Espagne : en France au XVIe siècle, on parle plutôt de chrétiens – ou de papistes. Il s’agit donc bien d’une titulature dont l’octroi est exclusivement réservé au Saint-Siège, et non d’une coquetterie de Philippe II, jouant sur les dimensions religieuses et expansionnistes, pour caractériser le très vaste ensemble de territoires qu’il domine, mais qu’il n’a pas le droit d’appeler « empire » à cause de l’existence du Saint Empire romain germanique. D’ailleurs, le pape aimerait avoir le contrôle de ces opérations de remembrement ibérique – la documentation de la secrétairerie d’État en témoigne explicitement8 –, ainsi qu’un nombre important de mémoires ayant trait à cette union dynastique dans les armoires de miscellanées des Archives secrètes du Vatican. Pourtant, cette position surplombante de Rome sur les affaires ibériques et leur dimension impérialiste ne tient pas l’analyse si l’on passe au plan politique des choses, où tout est affaire d’intenses négociations dans lesquelles le Saint-Siège n’a pas la main, et où Philippe II étale toute son intelligence politique.

Les fondements politiques d’un espace de négociations

5Car si tout se tient parfaitement sur le plan juridique, il faut cependant que chacun des royaumes de la Monarchie catholique trouve sa place dans cet ensemble neuf, dont chaque élément revendique systématiquement les privilèges et les libertés historiquement acquis comme autant de lois fondamentales. Dans ce cadre de pensée politique et sociale qui est celui de toute l’époque moderne européenne, il est absolument évident que les richesses locales ne peuvent être utilisées que localement, et toute pensée de « synergie impériale » est aussi aberrante qu’anachronique. Est-il donc possible pour Philippe II de mener une gestion d’ensemble de ses reynos ? Il n’y a aucune difficulté à ce que le souverain d’un territoire soit également le souverain d’un autre territoire – c’est le principe même du pouvoir seigneurial –, mais il n’y a aucune raison pour que conséquemment, ces deux territoires du même seigneur se sentent proches, a fortiori complémentaires en matière politique.

  • 9  I. Fernandez Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure d (...)

6Avant de pouvoir ébaucher une « grande stratégie », il faut donc commencer par donner de l’unité à cet ensemble politique encore plus vaste que celui de Charles Quint, et résoudre le problème de terminologie en nommant cet empire qui n’a pas le droit de s’appeler l’Empire sans gêner son voisin. Avec le catholicisme pour seul point commun s’explique le choix d’insister sur cette expression de « Monarchie catholique ». C’est également le rappel des Rois catholiques, et donc de la Reconquista, mais aussi de la poursuite naturelle de cette reconquête par les découvertes au Nouveau Monde et les installations en Afrique et en Asie. Enfin, l’épithète « catholique » martèle aux yeux de tous la fidélité à Rome en pleine Contre-Réforme – et Philippe II voudrait se voir comme le grand roi de la Contre-Réforme9, particulièrement à cette époque où l’autre pilier du christianisme romain, le Roi Très Chrétien, l’ennemi français, est complètement accaparé par les guerres de religion.

  • 10  Précocement, Charles Quint a eu l’intuition que son empire ne pouvait pas tenir en l’état  (...)
  • 11  Les Portugais ne trouvent pas leur intérêt dans l’annexion hispanique, notamment parce que (...)

7Ensuite, comment s’équilibre politiquement ce très vaste « empire » ? L’intelligence politique de Charles Quint est au fondement de cette réflexion, car si l’Empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais était in fine moins vaste que la Monarchie catholique, en revanche cette dernière est beaucoup plus gouvernable, ainsi que le montre l’analyse du règlement de 1555-1556 et de la séparation entre les deux branches des Habsbourg à l’issue des abdications successives de Charles Quint10. Il s’agit d’une reconfiguration pragmatique des possessions des Habsbourg, et l’héritage laissé à Philippe II revient au fonctionnement des Rois catholiques, avec l’Aragon tourné vers la Méditerranée et la Castille ouverte sur l’océan Atlantique. À cela s’ajoutent les possessions personnelles de Philippe II comme le Milanais (conquis par Charles Quint en 1535 et donné à son fils en 1546) et enfin la couronne de Portugal en 1580. Mais finalement, l’ensemble est complètement recentré sur la péninsule et le bassin occidental de la Méditerranée : les problèmes de protestantisme sont laissés à la Maison d’Autriche. C’est du moins ce qu’espérait Charles Quint, car la révolte des Pays-Bas remet l’Espagne en face des troubles liés au protestantisme à partir de 1566. La sécession des sept provinces du Nord par l’Union d’Utrecht en 1579 s’enracine dans une résistance forte aux velléités intégratrices de l’empire de Philippe II, montrant bien que les possessions septentrionales ne sont pas moins attentives à leurs privilèges que les possessions ibériques. La motivation des Provinces-Unies est d’abord politique et anti-impérialiste, et seulement ensuite religieuse et anti-inquisitionnelle. Cependant, hormis les Pays-Bas, il faut reconnaître à la Monarchie catholique une indiscutable stabilité de 1580 à 1640, date à laquelle ce sont à nouveau des problèmes de détournement de l’effort local qui sont à l’origine de la grande crise de Philippe IV, quand la Catalogne et le Portugal se révoltent en même temps, et cela en pleine guerre de Trente Ans11.

  • 12  S. Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martin (...)
  • 13  A. B. Xavier, A invenção de Goa. Poder imperial e conversões culturais nos séculos XVI (...)

8Ces réactions éruptives de 1579 et 1640 définissent les limites de ce que peut être une gestion de l’« empire » qui se nomme la Monarchie catholique. Les grandes lignes de fonctionnement sont connues : d’un côté, le respect des privilèges locaux et fueros, que le Prince doit venir reconnaître en personne devant les parlements locaux, les cortes ; de l’autre côté, l’installation de vice-rois, d’audiences et de corrégidors localement, et de conseils spécifiques à Madrid. En ce qui concerne les possessions d’outre-mer, la Casa de Contratación de Séville continue de s’occuper du commerce exclusif avec l’Amérique, c’est-à-dire les Indes occidentales, alors que la bourgeoisie lisboète maintient ses positions dans le commerce avec l’Asie, c’est-à-dire les Indes orientales. Mais à partir de 1580, on observe de plus en plus de perméabilité entre les deux espaces qui ont toujours été opposés historiographiquement, ce qui invite à revoir cette trop forte séparation entre territoires espagnols et portugais à l’époque moderne. Serge Gruzinski l’a montré en analysant la circulation des administrateurs, ces « élites mondialisées », vice-rois des Indes occidentales (liés aux vice-rois de Naples) puis de l’Inde portugaise, les Antonio de Mendoza, Luis de Velasco, Francisco de Toledo, les présidents et les juges des audiences de l’empire espagnol, les gouverneurs de l’Angola, les capitaines du Brésil12. Angela Xavier a décrit la construction de la vice-royauté portugaise de Goa et démontré combien les administrateurs goanais se sont inspirés de la Nouvelle-Espagne, notamment dans son organisation religieuse13.

  • 14  Th. J. Dandelet, Spanish Rome, New Haven, Yale University Press, 2001, p. 112-119.

9Espagne et Portugal apprennent l’une de l’autre sur le plan administratif, et ces essais de fonctionnement ibérique et impérial sont bien enregistrés par le Saint-Siège. Rome observe attentivement l’union des deux couronnes, on le voit très nettement dans la circulation de certains documents pontificaux à partir de 1580. Des informations ayant trait à la Castille, voire à la Nouvelle-Espagne et au Pérou, sont conservées dans le fonds de la secrétairerie d’État consacré au Portugal. Les intérêts de la correspondance entre le secrétaire d’État et le nonce à Madrid s’ouvrent vers les Indes orientales longtemps demeurées presque exclusivement portugaises. Philippe II tente même de développer la notion de « nation ibérique » à Rome, comme l’analyse Thomas Dandelet à partir des statuts de la Confrérie de la Plus Sainte Résurrection, datés de 158014 : elle n’admet que des représentants de la « nation espagnole », c’est-à-dire sujets de la couronne de Castille, d’Aragon, de Portugal, des îles de Majorque, Minorque et de la Sardaigne, ou bien des îles et de la terre ferme des Indes. D’autre part, alors qu’avant 1580, chaque nation avait à Rome son église nationale – Santiago pour les Castillans, San Antonio pour les Portugais et Santa Maria de Montserrat pour les Catalans –, après 1580, les deux dernières tombent en désuétude : les « Ibériques » vont à Santiago, place Navone. De nombreux Espagnols passés par Rome connaissent donc ici une expérience de fraternité panibérique, qu’ils vont ensuite ramener en péninsule. C’est ce qui justifie l’originalité du point de vue romain, laboratoire de ce qu’on n’ose pas faire en péninsule, laboratoire du cosmopolitisme.

  • 15  La documentation pontificale utilise beaucoup l’expression « Espagnes » au pluriel en lati (...)
  • 16  Cette question fait partie des axes de recherche à développer autour de l’objet « Monarchi (...)
  • 17  Les prélats s’appliquent d’ailleurs également cet impératif eschatologique à eux-mêmes, da (...)
  • 18  Ch. Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834). Essai d’ecclé (...)

10Cependant, on ne voit jamais apparaître les termes de « Monarchie catholique » dans les archives pontificales15, et au contraire Philippe II signe des documents en portugais pour faire valoir auprès du Saint-Siège ses prérogatives de roi de Portugal. Il faut donc se poser la question : quand utilise-t-on cette expression, et quand ne l’utilise-t-on pas16 ? En retour, ce recours à l’épithète « catholique » accroît la pression apostolique sur Philippe II, qui plus que jamais doit se montrer roi de la Contre-Réforme pour que son empire mérite son titre. La secrétairerie d’État n’hésite jamais à le lui rappeler par l’intermédiaire du nonce, à lui demander des comptes avant de devoir en rendre lors du Jugement Dernier. Ainsi, quand le nonce a une négociation délicate à mener en audience auprès de Philippe II, le secrétaire d’État se met, au second XVIe siècle et pas avant, après le concile de Trente en fait, à lui indiquer d’utiliser cet argument de la responsabilité face à Dieu17. Cela est d’autant plus justifié, du point de vue du Saint-Siège, que Philippe II semble vouloir mener la Contre-Réforme, par exemple dans son association à Christophe Plantin, l’imprimeur anversois, afin d’éditer à grands frais une bible polyglotte renouvelant celle du cardinal Cisneros de la fin du XVe siècle. Cette bible est systématiquement refusée par Pie V, avec lequel les relations sont exécrables. Également, Philippe II choisit très soigneusement les prélats qu’il présente au consistoire pour les nominations épiscopales de ses reynos ; on le voit très bien par exemple à l’Archivo General de Indias en ce qui concerne les diocèses américains, et cette minutie dans l’exercice de son droit de présentation tue dans l’œuf toute possibilité de lui contester ce droit. D’ailleurs, s’il doit tenir compte des remontrances du Saint-Siège dans sa gestion des diocèses de la péninsule Ibérique, il n’y est en aucun cas obligé en ce qui concerne les Églises du Nouveau Monde, où son patronage est très abouti (Christian Hermann parle de « patronage parfait18 ») et où l’expression d’« empereur en son royaume » serait très justifiée : il réussit à mettre le pape, cet étranger, à la porte des Églises américaines.

Les fondements pragmatiques, une traduction territoriale des rapports de force entre les espaces de la Monarchie catholique

  • 19  Ainsi d’Urbain VII Castagna, nonce à Madrid sous Pie IV, Pie V et Grégoire XIII.
  • 20  J. Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du XVIe sièc (...)
  • 21  Sous Paul IV, l’opposition est franchement militaire (« the Caraffa War » de Königsberger) (...)
  • 22  Nous pensons par exemple, toujours au second XVIe siècle, à la surveillance constante de J (...)

11Ces divers niveaux de patronage selon les espaces de la Monarchie catholique induisent une large palette de rapports diplomatiques entre l’Espagne et les États pontificaux, dont l’analyse permet d’affiner l’approche de la réalité de la domination de Philippe II sur ses nombreux territoires – mais aussi sur la ville de Rome elle-même. La forte présence espagnole au sein du Sacré-Collège, par exemple, permet en 1572 de faire rapidement élire Grégoire XIII Boncompagni, ancien nonce apostolique à Madrid, qui n’est pas le seul pape passé par la nonciature de Madrid19. Les sujets de Philippe II sont très largement présents à la Curie, le roi veille particulièrement à ce que ses intérêts soient représentés à tous les étages de la complexe administration pontificale. Il peut même lui arriver de jouer la surenchère salariale afin de conserver un bon élément, tel Gabriel Robuster, Catalan installé à Rome comme auditeur de Rote. Quand l’ambassadeur Zúñiga apprend à son roi que le pape va essayer de débaucher Robuster en faveur du Saint-Siège, Philippe II lui ordonne d’augmenter ses émoluments afin de le conserver à son service – le juriste est notamment spécialiste des affaires aux Indes occidentales, ce qui explique que l’on trouve à l’Archivo General de Indias les documents sur cet agent espagnol au cœur de la Curie. Les Espagnols sont de toute façon la nation la plus représentée à Rome, devant les Français, comme l’expliquait Jean Delumeau dans sa Vie économique et sociale de Rome, et comme le montre à nouveau le Spanish Rome de Thomas Dandelet20, avec des figures incontournables comme l’ambassadeur Juan de Zúñiga. Enfin, immédiatement aux portes des États pontificaux s’affirme également la présence espagnole en péninsule italienne, avec le royaume de Naples et le duché de Milan, ainsi que la Sicile et la Sardaigne dans le bassin occidental de la Méditerranée où les Baléares font le trait d’union avec la Catalogne. On observe donc bien une concurrence permanente qui déborde nettement la Curie pour arriver dans la Ville et les États, et qui laisse des traces aussi bien dans les fonds d’archives romains que madrilènes. Comparant les archives romaines et hispaniques, pour saisir le fonctionnement concret de cet aspect de la Monarchie catholique, on est surpris de voir à quel point Madrid et Rome s’espionnent très scrupuleusement, avec des centres d’intérêt précis dont l’analyse décrit bien la nature des rapports d’intérêt entre Saint-Siège et Monarchie catholique. Il y a de grands thèmes21 et de plus anecdotiques22, mais la réalité est celle d’une guerre constante pour l’information, orchestrée par le Roi Prudent d’un côté et par le tandem secrétaire d’État / nonce à Madrid de l’autre, au cours des nombreux différends qui marquent le règne de Philippe II. Finalement, les États pontificaux se trouvent physiquement et politiquement englobés dans la Monarchie catholique : c’est un territoire de lecture des marques de l’incarnation territoriale du pouvoir impérial, alors qu’ils ne font pas partie juridiquement de ces territoires de la couronne de Philippe II.

  • 23  Voir notre thèse de doctorat d’histoire, « Mexico-Madrid-Rome. Sur les pas de Diego Valadé (...)

12Ainsi, de nombreux rapports de pouvoir d’essence impériale sont à l’œuvre à partir de cet observatoire romain, qui peut même être en avance sur la réflexion de Philippe II lui-même : Rome peut se montrer plus impérialiste que le roi, par exemple dans sa manière de mettre en connexion l’argent américain et la guerre des Flandres, avec une explicite justification apostolique et providentialiste. Dans le discours diplomatique romain, c’est pour payer cette guerre contre l’hérésie que Dieu a fait découvrir l’Amérique et ses nombreuses ressources aux Espagnols. C’est donc bien Rome qui invite le Nouveau Monde à prendre part aux conflits internes au Vieux Monde, ce qui donnerait pleinement sens à la notion de Monarchie catholique dont se prévaut Philippe II. Rome et Madrid entretiennent une relation particulièrement ambiguë qui se révèle très bien dans l’analyse des relations entre le Saint-Siège et la Nouvelle-Espagne23. En effet, Philippe II ne tolère aucune intervention romaine sur les Églises du Nouveau Monde en vertu des grâces de patronage qu’Alexandre VI a concédées aux Rois catholiques : entre Rome et Mexico se dresse le patronato eclesiástico. Mais on ne peut s’en tenir à une vision monolithique de cette barrière juridique, et l’on voit apparaître autant depuis Rome que Mexico des stratégies de contournement – Rome s’informe sur l’Amérique, les diocèses américains se tournent parfois vers Rome – qui montrent comment l’empire fonctionne dans la réalité, en dehors des discours sur ce qui est permis ou pas. La secrétairerie d’État s’appuie avant tout sur les réseaux missionnaires pour s’informer sur la santé des Églises d’outre-mer. Le général des jésuites reçoit des lettres annuelles de la part des provinciaux de Nouvelle-Espagne, du Pérou, du Brésil. Il s’agit cependant d’informations de seconde main, et le Saint-Siège ne souhaite pas s’en tenir là : quand Vincenzo Lenoci, un jésuite sicilien en rupture avec sa hiérarchie en Nouvelle-Espagne, parvient à revenir en Europe, il se fait aussitôt aborder par un envoyé du nonce à Madrid, au moment de s’embarquer sur une galère génoise pour Palerme, afin de lui demander directement ce qu’il pense du projet d’installation d’une nonciature des Indes à Mexico. Rome accueille de véritables agents informateurs revenus des terres de mission, au grand déplaisir de l’ambassadeur Zúñiga qui s’en plaint à Philippe II. C’est ainsi que Diego Valadés, métis né au Mexique, procurateur de curie de l’ordre franciscain en 1575, déjà évincé par Philippe II en 1577 pour avoir eu des menées en violation du patronato eclesiástico, devient un véritable agent de Rome, terminant sa carrière dans la controverse antiprotestante après avoir publié un livre en latin, la Rhetorica Christiana, regorgeant d’informations sur la société créole en gestation et les Indiens de Nouvelle-Espagne.

  • 24  Cette correspondance entre Philippe II et Juan de Zúñiga est conservée à l’Archivo (...)
  • 25  Il le relate dans son « Journal de l’ambassade à Rome », où il tente de justifier son acti (...)
  • 26  L’affaire ne tourne pas à l’avantage de Philippe II : Acosta monte une considérable campag (...)

13Face à ces atteintes discrètes mais manifestes contre le patronato eclesiástico, Philippe II rend coup pour coup. La considérable attention qu’il porte à la gestion intérieure des ordres missionnaires le montre bien, puisque ces organisations ecclésiastiques régulières dépendant directement de Rome sont présentes dans différentes parties de son empire, mais aussi ailleurs en dehors et donc en situation potentielle de déborder son pouvoir. Les sources sont éclairantes : c’est Philippe II lui-même qui explique à son ambassadeur à Rome le protocole de l’élection du ministre général franciscain de 1571, afin de lui faire imposer un candidat espagnol24 – et quand c’est un Français, Christophe de Cheffontaines, qui est finalement élu, sa colère ne retombe jamais pendant les huit années de mandat. L’importante crise traversée par la Compagnie de Jésus au début des années 1590 ressort également de ce souci constant de Philippe II d’éviter toute ingérence ou structure parallèle qui pourrait nuire à ses efforts de création d’un fonctionnement impérial de ses reynos à une échelle désormais mondiale. José de Acosta, le célèbre jésuite espagnol auteur d’un des premiers traités d’anthropologie moderne, la Historia Natural y Moral de las Indias, y joue un rôle primordial25. Ancien provincial du Pérou passé également par la Nouvelle-Espagne, il s’imaginait un avenir brillant au sein de la Compagnie lors de son retour dans le Vieux Monde, mais c’est plutôt Philippe II qui lui manifeste l’attention la plus personnelle, alors qu’à Rome le général Acquaviva se montre assez peu réceptif à la considérable expérience qu’Acosta ramène du Nouveau Monde. Le Roi Prudent perçoit immédiatement la frustration d’Acosta et le charge d’une mission bien singulière : envoyé à Rome pour convoquer une congrégation exceptionnelle de la Compagnie, il est chargé d’évincer Acquaviva afin de réorganiser les statuts de la Compagnie et de la détacher de son vœu pontifical (pourtant au fondement de la démarche initiale d’Ignace de Loyola). Ce que vise Philippe II à travers Acosta, c’est d’enrôler le très puissant réseau jésuite au seul profit du roi des Espagnes – et bien sûr Acosta se voyait déjà à la tête de tous les jésuites ibériques26. À nouveau, une partie de la gestion de la Monarchie catholique se joue à Rome : c’est un espace de définition du pouvoir impérial.

  • 27  En Nouvelle-Espagne au XVIe siècle, les Péninsulaires sont les Espagnols nés en péninsule (...)
  • 28  M. Ollé Rodríguez, La empresa de China. De la armada invencible al galeón de Manil (...)
  • 29  S. Subrahmanyam, L’empire portugais d’Asie, 1500-1700, Paris, Maisonneuve et Larose, (...)
  • 30  Acosta et Sánchez vont d’ailleurs ensemble jusqu’à Rome, où Sánchez s’occupe de la contre- (...)

14Ainsi, interroger la réalité de la dimension impériale de la Monarchie catholique depuis Rome aide à mieux définir l’inscription territoriale de ce pouvoir. Déplaçons à nouveau le regard, cette fois vers ce que pouvait être l’idée d’empire dans les reynos américains. Les pourvoyeurs de ce fonctionnement impérial y sont en premier lieu les administrateurs de la Couronne que nous avons décrits précédemment comme des élites mondialisées travaillant et circulant au sein de la Monarchie catholique. Mais ces hommes sont encore tous des Péninsulaires, à une époque où la Couronne se méfie encore beaucoup des Créoles, considérés comme trop liés aux intérêts locaux de leurs parents conquistadors27. Ces intérêts locaux peuvent-ils entrer en conjonction avec la manière dont fonctionne la Monarchie catholique ? Mexico comme le Saint-Siège se vit alors comme un des centres de ce vaste espace, ce que nous pouvons établir à l’analyse de différents exemples, en particulier celui d’un projet de conquête de la Chine élaboré à Mexico à la fin du XVIe siècle28. En effet, la Nouvelle-Espagne est tournée vers l’Asie dès sa fondation, Cortés souhaitant poursuivre son effort vers l’Ouest en construisant une flotte pacifique pour gagner la Chine : les Philippines font partie de la vice-royauté et servent de tête de pont vers Macao, point d’entrée de l’Empire du Milieu réservé aux Portugais depuis les premières expéditions du début du XVIe siècle29. Les jésuites de Manille acquièrent la conviction que la Chine ne peut être convertie que par la force : ils expliquent aux marchands locaux à quel point la rivalité entre les mandarins et les militaires peut être propice à une intervention militaire qui propagerait la Vraie Foi en Chine, et surtout ouvrirait une route commerciale directe entre Canton et Acapulco. Accompagné de nombreux documents, le jésuite Alonso Sánchez gagne donc Mexico pour y présenter son projet et trouver de nouveaux soutiens, ce qu’il obtient sans peine auprès de la bourgeoisie marchande de Nouvelle-Espagne, tandis que ses coreligionnaires restent dubitatifs – à tel point que lors de son retour à Madrid, José de Acosta est chargé de s’assurer que Sánchez, qui est du voyage de 1587, ne convaincra pas Philippe II de son projet chinois30. Philippins et Mexicains jouent pleinement la carte de la Monarchie catholique pour servir leurs intérêts commerciaux, s’appuyant sur la présence portugaise à Macao, et donc sur une complémentarité ibérique, pour donner du crédit à leur projet qui est discuté à Mexico, avant d’être présenté à Madrid. Voilà bien un des traits principaux de l’empire qui réapparaît : son expansionnisme – et les documents relatifs à ce projet se retrouvent aussi bien aux Archives secrètes du Vatican qu’à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid.

Conclusion

15L’analyse avec un regard américaniste des rapports conflictuels entre le Saint-Siège et la couronne d’Espagne montre donc bien à quel point la Monarchie catholique présente des signes de fonctionnement impérial originaux. En effet, c’est un empire qui doit gagner sa légitimité à côté du Saint Empire romain germanique, en fédérant des espaces juxtaposés (à commencer par le Portugal) dont la collaboration n’est pas naturelle, au moyen d’une justification religieuse dont l’autorité de tutelle, Rome, n’est pas immédiatement encline à servir les projets du Roi catholique. La dimension planétaire de la Monarchie catholique convient en revanche à d’autres projets pensés par d’autres centres que Madrid : Rome espère que l’argent américain servira à payer la guerre contre les Flandres, Mexico imagine une campagne militaire contre la Chine. En raison de cela et de l’importante présence espagnole à Rome, les États pontificaux font presque figure de reyno comme les autres au sein de la Monarchie catholique, objet d’étude aussi intéressant qu’éphémère.

Haut de page

Notes

1  Patronage ecclésiastique : monastères et couvents sont fondés par la seule licence royale, qui en assure également l’entretien, et toute fondation régulière ou tout mouvement de clerc sans l’aval de la Couronne est interdit. En somme, le roi est chef de son Église au temporel.

2  G. Parker, The Grand Strategy of Philip II, New Haven-Londres, Yale University Press, 1998.

3  R. Valladares, La conquista de Lisboa. Violencia militar y comunidad política en Portugal, 1578-1583, Madrid, Marcial Pons Historia, 2008.

4  Il n’y a pas de règle de succession automatique au Portugal, pas plus qu’en Espagne d’ailleurs : le monarque doit être reconnu par les cortes. On parle de pactisme, et la démarche ibérique est radicalement opposée à celle qu’illustre en France la loi salique.

5  Selon le songe de Daniel (Da 2, 19), qui avait annoncé à Nabuchodonosor que tout empire périra avant la parousie, le règne du Christ sur terre commencera à l’issue du cinquième empire, les quatre premiers ayant été instaurés successivement par les Assyriens, les Perses, les Grecs et les Romains. Pour les Portugais et à commencer par Sébastien lui-même, ce cinquième empire sera celui du Portugal.

6  Ainsi, Hernán Cortés, qui avait fait son droit à Salamanque, ne commence jamais une bataille au Mexique sans proposer à son adversaire indigène d’accepter la tutelle du Pape et de l’Empereur, afin de se placer dans les conditions juridiques de la guerre juste, et de ne pas risquer de se faire déposséder ensuite de territoires illégalement acquis : c’est la pratique du requerimiento.

7  P. Sloterdijk, Globes. Sphères II, Paris, Maren Sell, 2010, p. 708.

8  Nous pensons notamment aux correspondances entre secrétaire d’État et nonce à Madrid autour de la date charnière de 1580, consultées aux Archives secrètes du Vatican, mais aussi à la correspondance entre Philippe II et son ambassadeur à Rome pour ces mêmes années, conservée à Simancas.

9  I. Fernandez Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du Concile de Trente, Paris, Publisud, 2001.

10  Précocement, Charles Quint a eu l’intuition que son empire ne pouvait pas tenir en l’état : son frère Ferdinand est élu roi des Romains en 1531, et Philippe est écarté de toute prétention impériale par un accord trouvé en 1553. Ensuite, en 1555, Charles abdique de ses possessions non autrichiennes (Bourgogne, Franche-Comté, Pays-Bas) en faveur de son fils Philippe, qui s’était déplacé en personne en 1549 pour se faire reconnaître l’héritier d’un bloc insécable affranchi du Saint-Empire. Enfin, en 1556 ont lieu l’abdication des possessions espagnoles en faveur de Philippe (Castille et Amérique, Aragon et Méditerranée occidentale) et l’abdication des possessions autrichiennes (Autriche, Styrie, etc.) en faveur de Ferdinand, élu empereur en 1558.

11  Les Portugais ne trouvent pas leur intérêt dans l’annexion hispanique, notamment parce que la Carrera de Indias ne leur a pas été ouverte ; la Catalogne se sent violée dans ses fueros à la suite de la politique du comte-duc d’Olivares – la fameuse Union des Armes.

12  S. Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.

13  A. B. Xavier, A invenção de Goa. Poder imperial e conversões culturais nos séculos XVI e XVII, Lisbonne, Imprensa de Ciências Sociais, 2008.

14  Th. J. Dandelet, Spanish Rome, New Haven, Yale University Press, 2001, p. 112-119.

15  La documentation pontificale utilise beaucoup l’expression « Espagnes » au pluriel en latin, Rex Hispaniarum, pour résumer l’abondante titulature de Philippe II.

16  Cette question fait partie des axes de recherche à développer autour de l’objet « Monarchie catholique ». On peut le faire classiquement à partir des sources administratives (à Madrid comme à Rome) ou représentatives (monnaies, médailles, devises, etc.), mais il faudrait surtout parvenir à mesurer l’emploi de l’expression dans le langage courant des hommes et des femmes de l’époque : qui parle de Monarchie catholique ?

17  Les prélats s’appliquent d’ailleurs également cet impératif eschatologique à eux-mêmes, dans des correspondances privées. Ce n’est donc pas seulement un prétexte politique pour faire levier sur le Roi catholique.

18  Ch. Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834). Essai d’ecclésiologie politique, Madrid, Casa de Velázquez, 1988, p. 59.

19  Ainsi d’Urbain VII Castagna, nonce à Madrid sous Pie IV, Pie V et Grégoire XIII.

20  J. Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du XVIe siècle, 2 vol., Paris, De Boccard, 1957-1959, et Th. Dandelet, ouvr. cité.

21  Sous Paul IV, l’opposition est franchement militaire (« the Caraffa War » de Königsberger). Sous Pie V, elle est davantage religieuse et politique (refus de la Polyglotte, affaire des mariages indiens, affaire Caranza). De Grégoire III à Clément VIII, la Curie fait pression sur Madrid pour que l’argent des Indes paye la guerre contre les Flandres, et pour qu’une nonciature apostolique permanente soit installée à Mexico afin de pallier les divers problèmes de discipline que rencontrent les jeunes Églises d’outre-mer. Ces dernières, depuis Charles Quint, sont l’objet d’un long contentieux à propos des taxes sur les bénéfices que souhaite récupérer le Saint-Siège, se heurtant au refus systématique du patron de ces Églises qui les a construites et entretenues. En péninsule Ibérique, l’inlassable pierre d’achoppement des rapports Rome-Madrid au XVIe siècle concerne les réformes monastiques, que Philippe II refuse systématiquement d’ouvrir aux observateurs pontificaux alors qu’elles animent la plupart des couvents hispaniques.

22  Nous pensons par exemple, toujours au second XVIe siècle, à la surveillance constante de Jacopo Boncompagni, fils du pape entré au service militaire des Espagnols en Italie, ou à l’attribution du prestige de la victoire de Lépante, constamment mise en balance entre le patricien romain Marcantonio Colonna et le demi-frère de Philippe II Don Juan d’Autriche.

23  Voir notre thèse de doctorat d’histoire, « Mexico-Madrid-Rome. Sur les pas de Diego Valadés, une étude des milieux romains tournés vers le Nouveau Monde à l’époque de la Contre-Réforme (1568-1594) », sous la direction de Serge Gruzinski, soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales le 15 avril 2011.

24  Cette correspondance entre Philippe II et Juan de Zúñiga est conservée à l’Archivo General del Reyno de Simancas, fonds Estado, série Roma.

25  Il le relate dans son « Journal de l’ambassade à Rome », où il tente de justifier son action : J. de Acosta, « Diario de la Embajada a Roma », dans Id., Obras, Madrid, Atlas, 1954.

26  L’affaire ne tourne pas à l’avantage de Philippe II : Acosta monte une considérable campagne d’opinion contre Acquaviva, mais ne parvient pas à convaincre ses coreligionnaires de l’intérêt de la rupture. Le général n’est pas démis de ses fonctions, Acosta entame une longue période de mise à l’écart et Philippe II doit continuer de composer avec cette structure supranationale qui le gêne.

27  En Nouvelle-Espagne au XVIe siècle, les Péninsulaires sont les Espagnols nés en péninsule Ibérique, alors que les Créoles sont les Espagnols nés en Amérique. À une époque où la théorie des climats domine, la différence est fondamentale.

28  M. Ollé Rodríguez, La empresa de China. De la armada invencible al galeón de Manila, Barcelone, Acantilado, 2002.

29  S. Subrahmanyam, L’empire portugais d’Asie, 1500-1700, Paris, Maisonneuve et Larose, 1999.

30  Acosta et Sánchez vont d’ailleurs ensemble jusqu’à Rome, où Sánchez s’occupe de la contre-propagande tournée contre Acosta lors de la congrégation exceptionnelle de la Compagnie : c’est lui qui lance la rumeur selon laquelle Acosta serait issu d’une famille de nouveaux chrétiens !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Les États pontificaux face à Philippe II, marge ou centre alternatif de la Monarchie catholique ? Retour sur les fondements juridiques, politiques et pragmatiques d’un empire conjoncturel », Astérion [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://asterion.revues.org/2284

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, Boris Jeanne est agrégé d’histoire et enseigne au lycée Marcelin-Berthelot de Pantin. Chercheur associé au MASCIPO (UMR 8168), il vient de soutenir une thèse d’histoire à l’EHESS sous la direction de Serge Gruzinski : « Mexico-Madrid-Rome. Sur les pas de Diego Valadés, une étude des milieux romains tournés vers le Nouveau Monde à l’époque de la Contre-Réforme (1568-1594) ».

Haut de page