Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

L’inventio de la Nouvelle Espagne. Rhétorique et domination territoriale du Nouveau Monde

Inventio of the New Spain. Rhetoric and territorial control of the New World
René Ceceña Alvarez

Résumés

Ce texte propose une analyse des mécanismes argumentatifs mis en œuvre dans les lettres que Hernán Cortés, conquistador du Mexique, a adressées à Charles V (Cartas de Relación) pour légitimer sa conquête du territoire qui deviendra la Nouvelle Espagne et, par ce biais, le Nouveau Monde. Il s’agit en particulier de montrer l’emploi du concept rhétorique d’inventio dans le passage d’une appropriation conceptuelle du « Nouveau Monde » (par l’élaboration de ce concept) à sa domination territoriale (la fondation de Veracruz et la création de la Nouvelle Espagne).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « […] y que lo mejor que a todos nos parecía era que en nombre de vuestras reales altezas se (...)

[…] ce qui dans ces circonstances était à notre avis le mieux à faire au nom de Vos Majestés c’était de peupler et fonder dans ces parages un village où rendre justice, pour posséder un domaine dans ces régions, comme ils ont dans leurs domaines et royaumes, puisque ces terres étant peuplées avec des Espagnols, pourriez faire de nous et des nouveaux venants vos sujets, et augmenter vos royaumes et domaines ainsi que vos revenus […] Et donc il [Hernán Cortés] a agi avec diligence afin de peupler et fonder une ville, laquelle a nommée la Rica Villa de la Vera Cruz et nous a nommé nous soussignant, en qualité de alcaldes et regidores de ladite ville, et au nom de Vos Majestés il a reçu de notre part le serment et la solennité du cas.1

  • 2  Les Cartas de Relación constituent un ensemble de cinq textes – comprenant la Relación et qu (...)
  • 3  Citons comme les textes les plus représentatifs dans ce sens les articles de V. Frankl (...)
  • 4  Nous avons travaillé sur le processus de construction conceptuelle du Nouveau Monde dans l’a (...)

1Cette justification du poblamiento (peuplement) en Terre Ferme faite dans la Relación de la justicia y regimiento de la Rica Villa de la Vera Cruz a la reina doña Juana y al emperador Carlos V, su hijo, texte qui remplace la première lettre de Hernán Cortés à Charles V sur la conquête du Mexique2, constitue la marque d’un changement de grande importance dans le processus d’appropriation occidentale du Nouveau Monde : le passage de son appropriation conceptuelle à son appropriation territoriale et, donc, le début de la domination territoriale de l’Amérique par différents royaumes de l’Europe occidentale, en commençant par l’Espagne, alors sous le règne de Charles V. En ce sens, différents auteurs reconnus dans ce domaine ont contribué à l’élaboration et à l’approfondissement de l’idée qu’une transformation décisive pour l’Occident et le monde a lieu dans ce processus3. Pour notre part, nous proposons de concevoir cette transformation comme le passage d’une assimilation conceptuelle (construction de l’idée de Nouveau Monde) à sa domination territoriale (fondation de Veracruz et invention de la Nouvelle Espagne)4. C’est pourquoi ce qui nous intéresse ici, ce sont les mécanismes argumentatifs qui, aux yeux des puissances européennes, rendaient légitime cette entreprise, et plus particulièrement l’analyse du rôle qu’y joue le concept rhétorique d’inventio (invention, découverte), ce qui à notre connaissance n’a pas encore été tenté. Il nous semble en effet que, dans le processus d’explication de la nouvelle expérience historique que le Nouveau Monde a signifié pour les Européens des XVe et XVIe siècles, l’inventio se constitue en élément de légitimation de l’appropriation territoriale, et ainsi juridique, des nouvelles terres, donnant suite à l’appropriation conceptuelle déjà acquise puisqu’il s’agit de l’élément conceptuel qui articule les deux moments de l’appropriation : l’appropriation conceptuelle (son assimilation) et l’appropriation territoriale (sa domination).

2Pour une première approche de la compréhension de ce phénomène – objectif de cet article –, nous voudrions proposer une lecture des Cartas de Relación d’Hernán Cortés depuis la perspective de l’emploi que l’on y constate du concept rhétorique de descubrimiento, version espagnole de l’inventio. Le texte des Cartas de Relación d’Hernán Cortes est à notre avis le document le plus important, par sa diffusion et sa répercussion depuis le XVIe siècle, parmi les textes qui donnent lieu au passage de l’inventio du Nouveau Monde au descubrimiento de la Nouvelle Espagne, c’est-à-dire au passage de l’assimilation conceptuelle des terres décrites, dans les voyages européens d’exploration vers l’Occident, comme indépendantes de l’orbis terrarum médiéval (inventio), à l’existence de terres continentales susceptibles d’être incorporées à la domination territoriale des puissances européennes (descubrimiento). Nous nous limiterons ici à l’analyse de la Relación de la justicia y regimiento de la Rica Villa de la Vera Cruz et de la deuxième lettre de Cortés, autrement dit aux deux premiers textes de la compilation que constituent les Cartas de Relación.

  • 5  « […] contaremos aquí desde el principio que fue descubierta esta tierra hasta el estado en (...)

3Afin de noter le rôle clé joué par le concept d’inventio-descubrimiento dans ce processus, il nous semble pertinent de signaler tout d’abord son emploi au commencement de la Relación et le contexte dans lequel cet emploi a lieu. Le texte de la Relación indique en effet au premier paragraphe du récit de l’entreprise proprement dit : « […] nous […] raconterons depuis la première découverte de cette terre et jusqu’à son état actuel, afin que Vos Majestés sachent quelle est cette contrée […] »5. Une dizaine d’années plus tôt, en 1507, Martin Waldseemüller avait justifié sa carte du monde, où les terres découvertes vers l’Occident restent indépendantes de l’Asie, en écrivant :

  • 6  « Nunc vero et hae partes sunt latius lustrate et alia quarta pars per Americu[m]Vesputiu[m] (...)

À présent, ces [trois] parties [du monde : l’Europe, l’Asie et l’Afrique] ont été plus largement parcourues et une quatrième partie a été découverte (comme on l’apprendra dans la suite) par Amerigo Vespucci. Cette quatrième partie, je ne vois pas pourquoi quelqu’un empêcherait à juste titre qu’on l’appelle du nom Amerigo de son découvreur, un homme à l’esprit très pénétrant, Amerige en tant que terre d’Amerigo, ou America, puisque l’Europe et l’Asie ont acquis leur nom de personnages féminins.6

  • 7  Par « aristotélicien », nous comprenons ici l’ensemble des courants qui, depuis leur p (...)
  • 8  Le concept qu’Aristote a d’ερίσκω ne se limite pas à son emploi rhétorique. Sa réduct (...)

4Découverte, inventio, est (sous la forme d’εὑρίσκω) – on le sait – un concept de la rhétorique ancienne dans sa systématisation aristotélicienne7. Déjà présent chez Homère, Hérodote et beaucoup d’autres dans le sens de trouver ou de repérer, εὑρίσκω, inventio, devient dans la tradition aristotélicienne, et particulièrement cicéronienne, la première étape dans la construction d’un discours argumentatif. Première étape pour défendre une cause, en tant que moment pour en trouver les arguments pertinents, inventer constitue le support de l’argumentation rhétorique à partir de laquelle peuvent se développer ses autres parties, la disposition, l’élocution, la mémoire et la prononciation, et sans laquelle, donc, l’argumentation devient impossible8.

5C’est justement le mouvement que l’on observe chez Waldseemüller et le texte de la Relación, de sorte que l’on peut y observer une continuité conceptuelle dans ce sens : inventio, descubrimiento, a la fonction de premier pas argumentatif dans la constitution de l’objet référé, d’abord parce qu’en trouvant (inventio) les éléments pertinents (pour Waldseemüller, la disposition des terres nouvellement recensées par les voyages d’exploration au-delà de la ligne équinoxiale), on peut affirmer l’existence d’un nouveau continent, ensuite parce que (cette fois dans la Relación, pour Hernán Cortés), en commençant par le récit de la première rencontre avec ces terres et leurs habitants (descubrimiento), on peut aboutir à la connaissance de leur nature et établir – comme on verra – leurs similitudes avec les contrées de l’orbis terrarum médiéval, de l’Europe en particulier, rendant possible son appropriation pratique. Nous affirmons ainsi que le mouvement mené par Hernán Cortés par rapport à la Nouvelle Espagne est parallèle à celui mené par Martin Waldseemüller vis-à-vis du Nouveau Monde, avec une différence fondamentale : le dernier constitue un mouvement d’assimilation conceptuelle, la construction d’un outil explicatif de la nouvelle réalité confrontée, tandis que l’appropriation que le descubrimiento de Cortés met en place signifie une justification rendant possible une domination territoriale. On assiste de la sorte au passage d’une assimilation conceptuelle à une domination territoriale, passage qui a lieu par le biais (et à l’intérieur) du concept de descubrimiento.

6Voyons à cet effet la structure des textes de la Relación et la deuxième lettre en s’arrêtant sur leurs points de ressemblance. La Relación est organisée en trois grandes parties :

  • 9  Ce fragment déjà cité indique en espagnol, à titre de contexte : « […] y porque las relacion (...)

7– rapport des découvertes en Terre Ferme depuis l’expédition de Juan de Grijalva, c’est-à-dire de la découverte de la Nouvelle Espagne, comme on l’atteste avec la citation déjà produite ci-dessus : « […] nous […] raconterons depuis la première découverte de cette terre et jusqu’à son état actuel, afin que Vos Majestés sachent quelle est cette contrée […] »9 ;

8– récit de la rencontre des premiers peuples indigènes et reconnaissance de la souveraineté de la Couronne espagnole et de sa direction spirituelle. Ainsi, par exemple, le récit explique :

  • 10  « El capitán le habló con el intérprete, y le dijo [al cacique] que él no quería ni ve (...)

[…] Le capitaine répondit [au cacique] qu’il ne venait pas dans l’intention de leur faire aucun mal, mais pour les engager à accepter les doctrines de notre sainte religion ; il ajouta que nous avions pour seigneurs les plus grands princes du monde, qui étaient eux-mêmes les sujets d’un prince plus grand encore et qu’il ne demandait et aux caciques et aux Indiens rien d’autre que d’obéir à Vos Altesses, ce qui leur attirerait toute espèce de biens et empêcherait que dorénavant personne leur fît aucun mal. Le cacique trouva que cela était bien […].10

9– description du cadre territorial :

  • 11  « En un capítulo de esta carta dijimos de suso que haríamos a vuestras reales altezas relaci (...)

Dans un chapitre précédant de cette lettre nous avons signalé notre intention de faire un rapport à Vos Majestés pour qu’elles puissent mieux s’informer des choses de ce pays et de la manière et richesses qui lui sont propres, ainsi que sur ses gens et ses lois ou les sectes, rites et cérémonies qu’ils pratiquent. Dans ce pays, mes très puissants sires, où nous sommes par ordre de Vos Majestés, [il y] a cinquante lieues de côte d’un côté et de l’autre du village […].11

10La deuxième lettre conserve, dans sa première partie, la même configuration :

11– rapport de la découverte et rencontre avec les peuples indigènes du hinterland (reconnaissance de la souveraineté de la Couronne espagnole et de sa direction spirituelle), par exemple :

  • 12  « Y como por mí tuvieron noticias de vuestra alteza y de su muy grande y real poder, dijeron (...)

Et, comme je leur ai parlé de Votre Altesse et de son grand et royal pouvoir, ils m’ont dit qu’ils désiraient être mes amis et les vassaux de Votre Majesté ; qu’ils me priaient de les défendre contre ce grand seigneur [sc. Moctezuma] qui les avait soumis au joug le plus dur, qui leur prenait leurs fils pour les tuer et les sacrifier à ses idoles, et me firent à son sujet mille autres plaintes.12

12– récit de la rencontre de Moctezuma et établissement de la souveraineté et de la direction spirituelle de la Couronne espagnole sur l’ensemble du territoire tributaire des mexicas. Ainsi, le texte suivant :

  • 13  « Estando, muy católico señor, en aquel real que tenía en el campo cuando en la guerra (...)

Mon très catholique Sire, me trouvant dans ce parage, pendant qu’une guerre y avait lieu, six vassaux de Mutezuma sont venus me voir, avec chacun deux cents serviteurs, m’indiquant qu’ils venait de la part dudit Mutezuma pour m’exprimer son désir de devenir un vassal et ami de Votre Majesté, et me demander de lui indiquer ce qu’il devait donner en tribut chaque année, tant en or qu’en argent ainsi que des pierres et des esclaves et des vêtements en coton, et des autres choses dont elle disposait […].13

13– description du cadre territorial, signifiant concrètement, dans ce cas, la description de Mexico :

  • 14  « Antes que comience a relatar las cosas de esta gran ciudad y las otras que en este capítul (...)

Avant de raconter les merveilles de cette grande ville et des autres dont je vous parlerai dans un prochain chapitre, je crois que, pour mieux me faire comprendre, je dois d’abord décrire la ville de Mexico, où se trouve située cette ville et celles que j’ai citées et comment est composé l’Empire de Mutezuma.14

14Puis elle ajoute deux éléments :

15– narration de l’arrivée et confrontation avec l’armée de Diego Velázquez (Pánfilo de Narvaez) ;

16– récit de la rébellion des mexicas.

17Avec cette structure, et sur la base de l’inventio dans sa version espagnole de descubrimiento, Cortés peut pour la première fois fonder de façon légitime – tel est son but – l’entreprise d’appropriation non purement conceptuelle, mais territoriale, du Nouveau Monde. Il s’agit en effet, premièrement, d’entreprendre, depuis un nouveau point de départ, de justifier l’entreprise de poblamiento : montrer tout d’abord, donc, la découverte de la Terre Ferme du Nouveau Monde (a et d, dans notre schématisation de la Relación et la deuxième lettre de Cortés) pour ensuite montrer – depuis le moment qui seul pourrait justifier l’appropriation du territoire (le descubrimiento) –, la possibilité et légitimité d’une appropriation de la Terre Ferme du Nouveau Monde (b et e). Dans ce sens, dans la Relación de la justicia y regimiento de la Rica Villa de la Vera Cruz, on trouve l’argument suivant :

  • 15  « Claramente parece, cuando en las historias falta el fundamento y principio del recontamien (...)

Quand il manque aux histoires le fondement et principe de ce qui est raconté des choses arrivées, il est clair que tout reste dans la confusion ; et puisque dans ce livre on a rassemblé tous ou la plupart des textes et rapports de ce qui est arrivé à Hernando Cortés, gouverneur et capitaine général de la Nouvelle Espagne pendant la conquête de ce pays, j’ai accordé d’y ajouter au début l’origine, comment, quand et de quelle manière ledit sieur gouverneur a commencé la conquête de ladite Nouvelle Espagne, comme par la suite se raconte […].15

18On établit ainsi les nouvelles bases qui permettent de reformuler le processus de descubrimiento et, de la sorte, le concept même de descubrimiento. « A principio de recontamiento », dit aussi ce texte : il faut établir qui ont été les premiers découvreurs et comment Cortés s’inscrit dans ce processus de découverte, pour raconter depuis la découverte et ainsi pour… montrer la légitimité de la conquête, afin (pour reprendre ses termes) d’« obéir à Vos Altesses ».

19Les moments a et d dans la structure des textes cortésiens ici analysés (les moments qui font le récit de la découverte) constituent donc le fondement et le principe de légitimation de b et e :

  • 16  « Es de creer que no sin causa Dios Nuestro Señor ha sido servido que se descubriesen (...)

Il faut croire que Notre Seigneur Dieu a permis la découverte de ces pays au nom de Vos Altesses Royales, afin que tout le mérite de la conversion de ces infidèles en revienne à vos Majestés. En effet, autant que nous pouvons en juger, il suffirait de quelques interprètes ou personnes parlant leur langue, qui leur fissent comprendre la vérité de notre foi et l’absurdité de la leur, pour que nombre d’entre eux et peut-être tous renonçassent à bref délai à leur hérésie et adopter nos croyances ; car ces Indiens sont plus policés et vivent plus raisonnablement que pas une des peuplades connues jusqu’à ce jour.16 (Nous soulignons)

20La découverte de ces nouvelles terres, le récit de leur découverte et, donc, la découverte comme principe argumentatif et comme fait historique, ont pour but la reconnaissance de leurs dissemblances vis-à-vis des souverainetés de l’Orient (« car ces Indiens sont plus policés et vivent plus raisonnablement que pas une des peuplades connues jusqu’à ce jour »), et donc la reconnaissance de leur proximité avec l’Europe chrétienne (« En effet, autant que nous pouvons en juger, il suffirait de quelques interprètes ou personnes parlant leur langue, qui leur fissent comprendre la vérité de notre foi et l’absurdité de la leur, pour que nombre d’entre eux et peut-être tous renonçassent à bref délai à leur hérésie et adoptassent nos croyances »), rendant alors possible, souhaitable et même légitime leur appropriation territoriale de la part de la Couronne espagnole (« Il faut croire que Notre Seigneur Dieu a permis la découverte de ces pays au nom de Vos Altesses Royales, afin que tout le mérite de la conversion de ces infidèles en revienne à vos Majestés »).

21Dans ce contexte, les moments c et f de notre schématisation de la Relación et de la deuxième lettre constituent le lieu rhétorique de consolidation de la découverte comme mode d’appropriation territoriale. En effet, c et f, chargés de faire la description des terres découvertes, apportent un élément qui justifie la découverte comme constatation de ressemblances entre le Nouveau et l’Ancien Monde, entre la Nouvelle Espagne et l’Espagne « ancienne », dont l’acte définitif d’appropriation est sa nomination comme telle (« Nouvelle Espagne ») sur la base de ressemblances établies :

  • 17  « Por lo que yo he visto y comprendido cerca de la similitud que toda esta tierra tiene a Es (...)

Ce que j’ai vu et trouvé de ressemblance entre cette contrée et l’Espagne, tant pour sa fertilité que sa grandeur et la température qu’il y fait et autres points qui les rapprochent, m’a décidé à la baptiser la Nouvelle Espagne de la mer Océan, et c’est au nom de Votre Majesté que je lui ai donné ce nom.17

22Cortés opère même un rapprochement entre l’Espagne, la Nouvelle Espagne et l’Allemagne où l’on observe à la fois les bases et la portée de son inventio-descubrimiento :

  • 18  « Porque he deseado que vuestra alteza supiese las cosas de esta tierra, que son tantas y ta (...)

Je désirais naturellement tenir Votre Altesse au courant des choses de ce pays ; et ces choses sont telles que, comme je l’écrivais dans mon premier rapport, Votre Majesté peut prendre le nom d’empereur de cette Nouvelle Espagne, au même titre que celui d’empereur d’Allemagne qu’elle possède déjà.18

23L’appropriation territoriale de la Nouvelle Espagne (portée) est possible par les ressemblances entre ces contrées (bases) constatées lors des expéditions menées par Cortés (inventio-descubrimiento).

24Le schéma argumentatif de la Relación et de la deuxième lettre, dérivé de leur schéma structural, est donc le suivant :
– récit de la découverte : « […] nous […] raconterons depuis la première découverte de cette terre et jusqu’à son état actuel » ;
– établissement des ressemblances et identification avec l’Ancien Monde : « [l’observation de] points qui les rapprochent, m’a décidé à la baptiser la Nouvelle Espagne de la mer Océan » ;
– légitimation de l’appropriation territoriale du Nouveau Monde : « […] ces choses sont telles que […] Votre Majesté peut prendre le nom d’empereur de cette Nouvelle Espagne, au même titre que celui d’empereur d’Allemagne qu’elle possède déjà ».

25Le descubrimiento est ainsi le point de départ (« […] nous […] raconterons depuis la première découverte de cette terre et jusqu’à son état actuel ») qui, rendant compte des ressemblances (« [l’observation de] points qui les rapprochent, m’a décidé à la baptiser la Nouvelle Espagne de la mer Océan »), donne lieu (« […] ces choses sont telles que […] ») à une appropriation conceptuelle-territoriale et ainsi à sa domination comme des territoires de l’Empire (« Votre Majesté peut prendre le nom d’empereur de cette Nouvelle-Espagne, au même titre que celui d’empereur d’Allemagne qu’elle possède déjà »).

26On le constate aussi avec le texte que nous avons cité en exergue. « [C]e qui dans ces circonstances était à notre avis le mieux à faire » fait référence au processus de découverte (d’inventio-descubrimiento), les conditions constatées (trouvées) par la rencontre des terres et des peuples indigènes ; conditions qui montrent la proximité avec le propre Empire et donc la légitimité de sa domination territoriale :

[…] le mieux à faire au nom de Vos Majestés c’était de peupler et fonder dans ces parages un village où rendre justice, pour posséder un domaine dans ces régions, comme ils ont dans leurs domaines et royaumes, puisque ces terres étant peuplées avec des Espagnols, pourriez faire de nous et des nouveaux venants vos sujets, et augmenter vos royaumes et domaines ainsi que vos revenus […].

27Cela rend légitime le peuplement du continent et son appropriation territoriale :

Et donc il [Hernán Cortés] a agi avec diligence afin de peupler et fonder une ville, laquelle a nommée la Rica Villa de la Vera Cruz et nous a nommé nous soussignant, en qualité de alcaldes et regidores de ladite ville, et au nom de Vos Majestés il a reçu de notre part le serment et la solennité du cas.

28L’inventio-descubrimiento de la Nouvelle Espagne signifie de la sorte le fait historique rendant possible la domination territoriale du Nouveau Monde.

29Nous espérons, avec cette première approche, avoir montré, dans ses traits les plus généraux, l’existence d’un rôle épistémologique de l’inventio-descubrimiento en tant que concept clé dans l’argumentation du processus d’appropriation conceptuelle et territoriale du Nouveau Monde, comme concept qui, faisant partie des deux processus, rend possible le passage de l’un à l’autre. L’analyse dans ce sens doit encore être approfondie afin de mieux comprendre et décrire les rapports entre l’inventio en tant que concept rhétorique et le descubrimiento, en tant que concept rhétorique intimement lié, voire identifié, à un fait historique. Il faudra, tout particulièrement, travailler sur le rapport (les modifications que ce processus signifie dans ce contexte) entre l’inventio-descubrimiento tel que nous venons de la décrire dans cet article et les Siete Partidas d’Alfonso X – la compilation juridique médiévale espagnole –, ainsi que sur les échos de cet emploi de l’inventio-descubrimiento dans la rhétorique et la dialectique de l’époque, autrement dit, des conséquences de l’emploi de l’inventio-descubrimiento dans le processus d’appropriation conceptuelle et territoriale du Nouveau Monde à l’horizon européen pour le développement des procédures argumentatives à la naissance de la Modernité. Tâche que nous nous assignons pour des textes à venir.

Haut de page

Notes

1  « […] y que lo mejor que a todos nos parecía era que en nombre de vuestras reales altezas se poblase y fundase allí un pueblo en que hubiese justicia, para que en esta tierra tuviesen señorío, como en sus reinos y señoríos lo tienen, porque siendo esta tierra poblada de españoles demás de acrecentar los reinos y señoríos de vuestras majestades y sus rentas, nos podrían hacer mercedes a nosotros y a los pobladores que de más allá viniesen adelante […] Y luego comenzó [Hernán Cortés] con gran diligencia a poblar y a fundar una villa, a la cual puso por nombre la Rica Villa de la Veracruz, y nombrónos [sic] a los que la presente suscribimos, por alcaldes y regidores de la dicha villa, y en nombre de vuestras reales altezas recibió de nosotros el juramento y solemnidad que en tal caso se acostumbra y suele hacer », H. Cortés, Cartas y documentos, Introduction de M. Hernández Sánchez-Barba, Mexico, Porrúa, 1963, Relación, 20-21. Nous allons noter Relación pour citer la Relación de la justicia y regimiento de la Rica Villa de la Vera Cruz a la reina doña Juana y al emperador Carlos V, su hijo, et II pour citer la « deuxième lettre » de Hernán Cortés (voir note 2), suivis du numéro de page de l’édition ici utilisée. La version française des textes est celle de M. Vallée (H. Cortés, La Conquête du Mexique, Paris, Maspero, 1979).

2  Les Cartas de Relación constituent un ensemble de cinq textes – comprenant la Relación et quatre lettres écrites par Hernán Cortés – qui racontent la conquête de la Nouvelle Espagne. Les textes originaux n’existent plus. Les bases pour l’élaboration des compilations contemporaines sont le manuscrit SN 1600 de la Österreichische National Bibliothek, à Vienne, Autriche, et le manuscrit 3020 de la Biblioteca Nacional à Madrid, Espagne (voir les notes de A. Pagden dans son édition des lettres d’Hernán Cortés, Letters from Mexico, traduites, éditées et accompagnées d’une nouvelle introduction de A. Pagden, New Heaven, Londres, Yale University Press, 2001, p. lxxii-lxxiii). La première lettre censée avoir été écrite par Cortés est citée par des auteurs de l’époque tels que Pierre Martyr d’Anghiera, Francisco López de Gómara, Bernal Díaz del Castillo et Hernán Cortés lui-même dans ce qui serait sa deuxième lettre (voir H. Cortés, Cartas de Relación, Nota preliminar de Manuel Alcalá, Mexico, Porrúa, 2010, p. XII-XIII). Cependant elle n’a jamais été retrouvée et a été remplacée, depuis les premières éditions des Cartas deRelación au XVIe siècle, par la Relación (suivant notre nomenclature) datée du 10 juillet 1519 et élaborée par la municipalité de Veracruz. Son existence a même été mise en doute, supposant que la Relación et la mention d’une première lettre dans la deuxième chercheraient à donner une légitimité a posteriori à l’entreprise déjà en marche de conquête de la Nouvelle Espagne (voir J. H. Elliot, « Cortés, Velázquez and Charles V », dans H. Cortés, Letters from Mexico, ouvr. cité, p. xx).

3  Citons comme les textes les plus représentatifs dans ce sens les articles de V. Frankl (« Hernán Cortés y la tradición de las Siete Partidas », Revista de Historia de América, no 53/54, 1962, p. 9-74 ; « Die Begriffe des Mexikanischen Kaisertums und der Weltmonarchie in den Cartas de Relación’ des Hernán Cortés », Saeculum, vol. XIII, 1, 1962, p. 1-34 ; « Imperio particular e imperio universal en las Cartas de Relación de Hernán Cortés », Cuadernos Hispanoamericanos, no 165, p. 443-482), les travaux d’E. Guzmán (notamment, Relaciones de Hernán Cortés a Carlos V sobre la invasión a América, Mexico, Libros Anahuac, 1958), l’article de G. Carman intitulé « The means and ends of empire in Hernán Cortés’ “Cartas de Relación” », Modern Language Studies, vol. XXVII, no 3-4, hiver 1997, p. 113-137 ; l’article de J. Checa, « Cortés y el espacio de la Conquista : la Segunda carta de relación », Modern Language Notes, no 111 (2), mars 1996, p. 187-217, ainsi que le texte déjà cité de J. H. Elliot et son « The mental world of Hernán Cortés », Transactions of the Royal Historical Society, fifth series, no 17, 1967, p. 41-58.

4  Nous avons travaillé sur le processus de construction conceptuelle du Nouveau Monde dans l’article « Penser le Nouveau Monde. Histoire et modernité », Cahiers des Amériques Latines, CNRS / Institut des hautes études de l’Amérique Latine – Université de Paris 3 Sorbonne nouvelle, no 56, 2007, p. 121-137.

5  « […] contaremos aquí desde el principio que fue descubierta esta tierra hasta el estado en que al presente está, porque vuestras majestades sepan la tierra que es […] », Relación, 6 (nous soulignons).

6  « Nunc vero et hae partes sunt latius lustrate et alia quarta pars per Americu[m]Vesputiu[m] (ut in sequentibus audietur) inventa est, qua[m] non video cur quis jure vetet ab Americo inventore sagacis ingenii viro Amerigen quasi Americi terra[m] sive Americam dicenda[m] cum et Europa et Asia a mulieribus sua sortita sint nomina » ; M. Waldseemüller, Cosmographiae introductio (1507), dans M. Waldseemüller, Universalis cosmographia secundum Ptholomaei traditionem et Americi Vespucii aliorumque lustrationes, 1507, Rudimenta, IX (nous soulignons).

7  Par « aristotélicien », nous comprenons ici l’ensemble des courants qui, depuis leur propre point de vue, se sont fondés, pour un ou plusieurs aspects de leurs doctrines, sur la pensée d’Aristote. L’ambiguïté du terme est donc en correspondance avec l’éventail de courants et de mouvements intellectuels que l’on peut y situer.

8  Le concept qu’Aristote a d’ερίσκω ne se limite pas à son emploi rhétorique. Sa réduction au seul art oratoire n’est pas sans conséquences épistémologiques que nous nous proposons d’explorer dans un article particulier sur le sujet.

9  Ce fragment déjà cité indique en espagnol, à titre de contexte : « […] y porque las relaciones que hasta ahora a vuestras majestades de esta tierra se han hecho, así de la manera y riquezas de ella como de la forma en que fue descubierta y otras cosas que de ella se han dicho, no son ni han podido ser ciertas porque nadie hasta ahora las ha sabido como será ésta que nosotros a vuestras reales altezas escribimos y contaremos aquí desde el principio que fue descubierta esta tierra hasta el estado en que al presente está, porque vuestras majestades sepan la tierra que es […] », Relación, 6.

10  « El capitán le habló con el intérprete, y le dijo [al cacique] que él no quería ni venía a les hacer mal alguno, sino a les decir que viniesen al conocimiento de nuestra santa fe, y que supieran que teníamos por señores a los mayores príncipes del mundo, y que éstos obedecían a un mayor príncipe de él, y que lo que el dicho capitán Fernando Cortés les dijo que quería de ellos, no era otra sino que los caciques e indios de aquella isla obedecieran también a vuestras altezas, y haciéndolo así sería muy favorecidos, y que haciendo esto no habría quien los enojase. Y el dicho cacique respondió que era contento de lo hacer así […] », I, 12.

11  « En un capítulo de esta carta dijimos de suso que haríamos a vuestras reales altezas relación para que mejor vuestras majestades fuesen informados de las cosas de esta tierra y de la manera y riquezas de ella y de la gente que la posee, y de la ley o secta, ritos y ceremonias en que viven. En esta tierra, muy poderosos señores, donde ahora en nombre de vuestras majestades estamos, tiene cincuenta leguas de costa de la una parte y de la otra de este pueblo », Relación, 22.

12  « Y como por mí tuvieron noticias de vuestra alteza y de su muy grande y real poder, dijeron que querían ser vasallos de vuestra majestad y mis amigos, y que me rogaban que los defendiese de aquel grande señor que los tenía por fuerza y tiranía, y que les tomaba sus hijos para los matar y sacrificar a sus ídolos. Y me dijeron otras muchas quejas de él […] », II, 34.

13  « Estando, muy católico señor, en aquel real que tenía en el campo cuando en la guerra de esta provincia estaba, vinieron a mi seis señores muy principales vasallos de Mutezuma, con hasta doscientos hombres para su servicio y me dijeron que venían de parte del dicho Mutezuma a me decir cómo él quería ser vasallo de vuestra alteza y mi amigo y, que dijese yo qué era lo que quería que él diese por vuestra alteza en cada año de tributo, así de oro como de plata y piedras y esclavos y ropa de algodón y otras cosas de las que él tenía […] », II, 46.

14  « Antes que comience a relatar las cosas de esta gran ciudad y las otras que en este capítulo dije, me parece, para que mejor se puedan entender, que débese decir la manera de México, que es donde esta ciudad y algunas de las otras que he hecho relación están fundadas, y donde está el principal señorío de este Mutezuma », II, 71.

15  « Claramente parece, cuando en las historias falta el fundamento y principio del recontamiento de las cosas acaecidas, que queda todo confuso y encandilado ; y porque en este libro están agregadas y juntas todas o la mayor parte de las escrituras y relaciones de lo que el señor don Hernando Cortés, Gobernados y Capitán General de la Nueva España, ha sucedido en la conquista de aquellas tierras, por tanto acordé de poner aquí en el principio de todas ellas el origen de cómo y cuándo y en qué manera el dicho gobernador comenzó a conquistar dicha Nueva España, que es en la manera siguiente […] », Relación, 3.

16  « Es de creer que no sin causa Dios Nuestro Señor ha sido servido que se descubriesen estas partes en nombre de vuestras reales altezas para que tan gran fruto y merecimiento de Dios alcanzasen vuestras majestades, mandando informar y siendo por su mano traídas a la fe estas gentes bárbaras, que según lo que de ellas hemos conocido, creemos que habiendo lenguas y personas que les hiciesen entender la verdad de la fe y el error en que están, muchos de ellos y aún todos, se apartarían muy brevemente de aquella errónea secta que tienen, y vendría al verdadero conocimiento, porque viven más política y razonablemente que ninguna de las gentes que hasta hoy en estas partes se ha visto », Relación, 25.

17  « Por lo que yo he visto y comprendido cerca de la similitud que toda esta tierra tiene a España, así en la fertilidad como en la grandeza y fríos que en ella hace, y en otras muchas cosas que la equiparan a ella, me pareció que el más conveniente nombre para esta dicha tierra era llamarse la Nueva España del mar Océano ; y así, en nombre de vuestra majestad se le puso aqueste nombre. Humildemente suplico a vuestra alteza lo tenga por bien y mande que se nombre así », II, 114.

18  « Porque he deseado que vuestra alteza supiese las cosas de esta tierra, que son tantas y tales que, como ya en la otra relación escribí, se puede intitular de nuevo emperador de ella, y con título y no menos mérito que el de Alemaña [sic], que por la gracia de Dios vuestra sacra majestad posee », II, 33.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1.
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/2263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Ceceña Alvarez, « L’inventio de la Nouvelle Espagne. Rhétorique et domination territoriale du Nouveau Monde », Astérion [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://asterion.revues.org/2263

Haut de page

Auteur

René Ceceña Alvarez

L’auteur est enseignant chercheur au département de philosophie de l’Universidad Iberoamericana de Mexico, chercheur associé au Centre Alexandre Koyré (UMR 8560) et docteur de l’École des hautes études en sciences sociales ; sa thèse, soutenue en 2003, va prochainement paraître sous le titre Espacio, lugar y mundo. El nacimiento de la modernidad y los orígenes de la mundialización (Espace, lieu et monde. Une étude topologique des origines de la mondialisation). Son travail porte principalement sur la philosophie et l’histoire de la modernité, et plus particulièrement sur l’épistémologie de l’idée de monde dans la modernité occidentale (XVIe-XVIIIe siècles) : concept de monde, concept d’espace, rationalité géométrique de modernité, représentation et connaissance de la terre, géopolitique et libre-échange dans le discours libéral moderne. Il a publié et traduit de nombreux articles sur l’archéologie des concepts d’espace et de lieu et sur l’épistémologie de la géographie et de l’histoire politique. Il a également traduit en espagnol Aristote. Une philosophie en quête de savoir de Richard Bodéüs (Paris, Vrin, 2002 ; Aristóteles: una filosofía en busca del saber, Mexico, Universidad Iberoamericana, 2010) ainsi que Le problème de l’espace chez Heidegger, de Didier Franck (Paris, Minuit, 1986 ; Heidegger y el problema del espacio, Mexico, Ibero, 2011).

Haut de page