Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Marc Parmentier, Leibniz-Locke, une intrigue philosophique. Les Nouveaux essais sur l’entendement humain, Paris, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2008, 283 pages, 16 €

Raphaële Andrault

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Marc Parmentier entreprend une étude des Nouveaux essais dont l’originalité est à la fois de ne pas adopter le seul point de vue leibnizien et de tenir compte de la diversité des objets philosophiques abordés dans ce monumental ouvrage. La thèse centrale qui guide l’auteur dans cette entreprise est la suivante : les Nouveaux essais ne doivent pas être lus comme un simple dialogue philosophique, mais plutôt comme une « intrigue philosophique ». Elle permet de faire droit au caractère littéraire de l’œuvre, et ainsi d’appréhender l’ensemble des « dispositifs rhétoriques » par lesquels Leibniz parvient, d’une part, à traduire les concepts lockiens dans son propre lexique philosophique, et, de l’autre, à mettre en scène la conversion d’un personnage, Philalèthe, qui épouse la cause leibnizienne au terme de l’ouvrage. C’est à la lumière de l’étude de telles stratégies dramatiques que les deux personnages fictifs, Philalèthe et Théophile, peuvent ne plus être perçus comme de simples porte-parole dociles des deux philosophes réels, Locke et Leibniz. A fortiori, la succession de leurs points de vue faussement symétriques ne doit pas être résumée à une série binaire d’emprunts ou de désaccords. Car ce serait s’interdire de mesurer qu’il ne s’agit pas tant d’opposer deux manières de répondre aux mêmes questions que d’articuler différentes compréhensions des termes dans lesquels ces questions sont posées.

2Grâce à cette double perspective, philosophique et littéraire, Marc Parmentier étudie une modalité nouvelle de l’écriture philosophique : la réécriture. En effet, si les propos de Philalèthe correspondent aux thèses de Locke, ils n’en sont pas une simple citation (et ce même lorsqu’ils sont présentés comme tels). Ainsi, dans une première partie qui porte exclusivement sur les répliques de Philalèthe, sont envisagées différentes modalités de réécriture de l’Essay (comme la simplification, la généralisation, l’explicitation, le durcissement – quand il s’agit de supprimer le caractère hypothétique des thèses de Locke –, etc.). Parfois, la simple immersion des propos de Locke dans un contexte différent en fausse ou en oriente le sens (en faisant par exemple apparaître des contradictions « qui ne surgissent que du point de vue leibnizien », p. 78). L’auteur fait ainsi droit aux enjeux propres du texte de Locke tout en étudiant la signification des répliques de Philalèthe dans l’économie de l’ouvrage leibnizien. Sans cette restitution, demeureraient inaudibles les discussions du livre III sur l’essence réelle et l’essence nominale, ou encore la façon dont, pour Locke, les « objets » de la pensée demeurent inséparables des opérations de l’entendement, tandis que Leibniz les tient au contraire comme la marque de l’antériorité de l’idée par rapport à la pensée. Ainsi, bon nombre de concepts lockiens dont la pertinence est soulignée par Théophile sont-ils utilisés contre Locke, via leur réinscription dans un contexte déterminé par les exigences épistémologiques ou métaphysiques propres à Leibniz.

3Dans une seconde partie, sont analysés les répliques de Théophile et l’ensemble des procédés par lesquels Leibniz discrédite (notamment par un ton condescendant), traduit dans son propre langage conceptuel, ou au contraire force l’accord avec les thèses lockiennes (ce qui peut participer de sa stratégie globale : mettre en scène la conversion de Philalèthe au leibnizianisme). Bon nombre de ces réécritures sont trop significatives pour être toujours involontaires : ainsi de la traduction de « substance » en « être substantiel » quand il s’agit de l’essence réelle des corps (livre III), ou de la réflexion comme accès à la connaissance de la nature de l’esprit, et non à ses opérations (livre II). Au terme de ce chapitre, Marc Parmentier interroge brièvement la manière dont les Nouveaux essais offrent un accès au système leibnizien (et quelles modifications imposent la présentation pédagogique et l’introduction graduelle des concepts centraux du leibnizianisme), p. 117 et suivantes.

4Dans une troisième et dernière partie, plus importante, sont envisagés les différents « réseaux conceptuels et thématiques » des Nouveaux essais selon qu’ils se situent sur le terrain neutre de l’innéité, sur le terrain lockien (quand il s’agit notamment des idées ou du rôle du langage pour la connaissance), ou enfin sur le terrain des connaissances (anthropologiques, mathématiques, théologiques, etc.) où Théophile impose systématiquement à un Philalèthe de plus en plus convaincu par les thèses leibniziennes le poids de son érudition. L’auteur étudie aussi bien dans cette partie l’incorporation de l’uneasiness lockienne dans le lexique des petites perceptions (et ainsi l’occultation de la dimension négative et douloureuse de l’inquiétude) que les divergences Locke/Leibniz sur la question des probabilités. Ce souci d’exhaustivité est le corollaire d’une décision explicitement assumée : si on peut à bon droit y discerner une série de « points névralgiques » autour desquels se nouent principalement les confrontations, il ne faut pas chercher à lire l’ensemble des thèses philosophiques des Nouveaux essais comme les retombées d’une seule problématique centrale (par exemple, celle du socinianisme étudiée par Nicholas Jolley), sous peine de sous-estimer l’originalité de traitement d’objets irréductibles les uns aux autres (ainsi le traitement de la médecine ou des langues dans les livres III et IV, ou même la conceptualisation complexe de l’identité personnelle, qui ne peut se résumer à une simple intégration de la « conscience » lockienne dans le réseau conceptuel de la substance et des petites perceptions).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaële Andrault, « Marc Parmentier, Leibniz-Locke, une intrigue philosophique. Les Nouveaux essais sur l’entendement humain, Paris, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2008, 283 pages, 16 € », Astérion [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2010, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://asterion.revues.org/1675

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page