Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Denis de Casabianca, Montesquieu. De l’étude des sciences à l’esprit des lois, Paris, Honoré Champion, 2008, 976 pages, 145 €

Capucine Lebreton

Texte intégral

1Montesquieu, « Newton du monde humain », fondateur d’une physique sociale, qui aurait le premier appliqué la méthode scientifique aux phénomènes humains et mis en évidence leur rationalité : ce jugement a été largement utilisé pour revendiquer l’auteur de L’Esprit des lois comme fondateur des sciences sociales. Son intérêt constant pour les sciences, ses lectures, ses activités académiques et ses propres expérimentations n’auraient pu qu’inspirer un modèle scientifique à ses écrits philosophiques. C’est ce jugement que Denis de Casabianca se propose de mettre à l’épreuve dans son ouvrage en étudiant de façon systématique les rapports réels de Montesquieu avec les sciences.

2La première partie de l’ouvrage, consacrée aux activités et aux écrits scientifiques de Montesquieu, révèle de fait un expérimentateur brouillon, fort imprécis dans ses protocoles et ses comptes rendus ; intéressant, en revanche, par le regard qu’il porte sur les sciences et la place accordée au scientifique, témoignant du goût pour les sciences et d’une nouvelle conception de la recherche de la vérité qui naissent dans la première moitié du xviiie siècle. L’examen de son rapport à Descartes et à Newton est révélateur de cette nouvelle attitude par rapport aux sciences, où Montesquieu cherche à tirer le meilleur des deux auteurs, celui qui ouvre la voie et celui qui, en le critiquant, poursuit son œuvre.

3L’étude de la formation scientifique de Montesquieu introduit dans un second temps au propos le plus important de l’ouvrage, la mise à l’épreuve du modèle scientifique et la pertinence de l’appellation de « physique sociale » à travers l’examen des textes de L’Esprit des lois censés la fonder. Ainsi le livre I, loin d’établir une continuité entre lois du monde physique et lois positives, définit au contraire le statut de rationalité autonome des lois positives et la nécessité de les étudier pour elles-mêmes. Mais l’apport le plus conséquent de cette relecture réside sans doute dans l’examen extrêmement minutieux des images physiques dans L’Esprit des lois et du système qu’elles forment. Il s’agit là de rendre aux références à la physique leur caractère métaphorique, tout en attirant l’attention sur la variété des gammes d’images utilisées selon les cas : le rapport entre système monarchique, décrit en termes d’équilibre des forces, et despotisme, décrit en termes de mécanique des chocs, est ainsi comparable au passage d’une mécanique complexe et délicate à un règne de la force aveugle des chocs. L’imagerie mécanique des corps permet à Montesquieu de décrire la gamme des régimes en faisant ressortir nettement la différence entre les régimes modérés, caractérisés par le jeu des ressorts qui marque la fluidité du vivant, et le régime despotique qui, avec sa mécanique implacable, possède la rigidité des corps morts. Au terme de cet examen, l’auteur a établi de manière convaincante qu’on ne pouvait pas véritablement définir le projet de Montesquieu comme une « physique sociale » : le terme est impropre, et masque de surcroît la fécondité propre à l’usage des images scientifiques chez Montesquieu. Prendre les métaphores scientifiques à la lettre, c’est en manquer l’esprit.

4Non seulement Montesquieu n’applique pas une méthode scientifique au monde des lois, mais la figure du mathématicien ou du géomètre sert même de repoussoir : à leur approche calculatrice rigide, leur désastreux esprit de système, Montesquieu oppose le regard du naturaliste, qui prend en compte comme tel le domaine du vivant. La théorie de la fibre, qui fournit le principal modèle explicatif du corps humain mais également une métaphore des systèmes politiques, est ainsi approfondie à la fois dans son rapport au contexte scientifique du xviiie siècle et pour ce qu’elle permet chez Montesquieu : une conception du corps comme un tissu où tout est lié, portant l’attention à la fois sur le détail, le rapport et la cohésion de l’ensemble. L’essence de la fibre est dans le rapport, et c’est sur cette notion de rapport, issue de la médecine hippocratique, que se constituent simultanément la compréhension de l’homme et celle des sociétés.

5Le projet de L’Esprit des lois doit dès lors être compris à partir de cette pensée fibrillaire du corps vivant fondée sur une relecture de la théorie des climats au livre XIV. La démarche de Montesquieu viserait une prise en compte des conditions physiques d’exercice des lois, mais également dans la mesure où celles-ci sont sujettes à aménagement. Il ne s’agirait donc ni d’une science politique fondée sur des causalités rigides, ni d’un projet moral, mais d’une politique de la situation dont le moment essentiel est celui du diagnostic, où le regard du législateur-médecin prête attention au détail et au tout simultanément.

6Ce qui caractérise chaque forme de régime est la manière dont il constitue son unité à partir de puissances diverses – hors le despotisme, qui impose une uniformité morbide. La notion centrale du travail législatif est dès lors la convenance, puisqu’il s’agit de prendre en compte la diversité des situations tout en évaluant l’état de santé d’un régime : la raison législatrice ne saurait s’appliquer de manière uniforme, mais dans la convenance des situations. À travers la notion de convenance, Denis de Casabianca présente le projet de L’Esprit des lois comme celui d’une thérapeutique universelle, visant à instruire la capacité de légiférer de manière adéquate aux situations.

7La dernière partie de l’ouvrage vise enfin à tenter un rapprochement entre le regard du médecin et le regard de l’artiste dans l’approche des lois par Montesquieu, à partir de la citation liminaire du Corrège : « et moi aussi je suis peintre ». Alors que le médecin doit prêter attention au détail du corps mais également s’élever à comprendre le tout de l’organisme d’un seul tenant, le peintre pour faire œuvre doit donner à voir le tout ensemble. La métaphore de l’artiste et de la composition vient alors compléter celle du médecin pour figurer le geste à l’œuvre dans L’Esprit des lois : apprendre à voir, mais aussi à faire voir, inciter le lecteur à adopter le point de vue de l’« artiste » et ainsi éclairer sa liberté. La structure globale de L’Esprit des lois, en multipliant vues d’ensemble et analyses de détail, et à travers les rapports des concepts qui composent un ordre propre, appellerait à une conversion du regard par la lecture : mettre en rapport et tenir ensemble les rapports, le savoir des lois, repose sur la nécessité pour chacun d’y exercer son esprit.

8L’ouvrage de Denis de Casabianca ouvre à une relecture extrêmement stimulante de Montesquieu : en effet, il ne se limite pas à nier le projet d’une « science sociale » dans L’Esprit des lois, mais propose une nouvelle perspective d’interprétation d’autant plus convaincante qu’elle se fonde sur une prise en compte minutieuse du détail de l’œuvre, tout en permettant de rendre raison de sa structure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Capucine Lebreton, « Denis de Casabianca, Montesquieu. De l’étude des sciences à l’esprit des lois, Paris, Honoré Champion, 2008, 976 pages, 145 € », Astérion [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://asterion.revues.org/1673

Haut de page