Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Le « prophète des crises ». Économie politique et religion chez Clément Juglar

Muriel Dal-Pont Legrand et Ludovic Frobert

Résumé

Cet article étudie les évolutions significatives de la théorie des crises économiques « à retour périodique » chez Juglar entre ses premières formulations, peu avant 1860, et les toutes dernières versions quelque quarante ans plus tard. Les progrès analytiques et empiriques sont soulignés et l’article signale la montée en généralité de la vision du cycle chez Juglar qui, à la fin de sa vie, décelait dans ce phénomène régulier la « clé de tout le mouvement social ». Des raisons économiques, politique, morales, mais surtout religieuses permettent de rendre compte de cette évolution dans l’œuvre de Juglar. L’article pointe, en particulier, l’importance du jansénisme dans la vision économique du « prophète des crises ».

Haut de page

Texte intégral

1À la mort de Clément Juglar, le nouveau président de la Société d’économie politique de Paris, Frédéric Passy (Journal des économistes, mars 1905, p. 421)1 prononce quelques mots d’éloges. Il finit son intervention en évoquant « une réputation qui l’avait fait appeler, un peu ironiquement par les ignorants, plus sérieusement, quoiqu’avec quelques réserves par les savants, le “prophète des crises” ». Naturellement, l’appellation n’est pas neutre, surtout en 1905 en France, alors même qu’avec la séparation de l’Église catholique et de l’État républicain laïc, la crise religieuse atteint son paroxysme2. La remarque de Passy associe la découverte par Juglar des « crises commerciales » à « retour périodique » à des matériaux doctrinaux et livre, en outre, l’image d’un penseur singulier, en décalage, d’un penseur qui, grâce à ce qu’il pensait être un accès direct et privilégié à la Vérité, avait eu la prétention de déchiffrer le présent et d’anticiper l’avenir. Ces remarques, que confirment d’autres biographes contemporains de Juglar, Paul Beauregard (1908), Alfred de Foville (1905), Alexis Delaire (1905) ou encore Émile Levasseur (1905), invitent à se pencher sur certains chapitres de la biographie intellectuelle d’un auteur qui, pour suivre ici le jugement ultérieur de Joseph Schumpeter, avait proposé dès 1862 dans la première édition de Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis l’une des innovations analytiques majeures de la science économique moderne, découvrant l’un des principaux cycles rythmant le développement du capitalisme moderne3.

2La biographie intellectuelle d’un défricheur tel que Juglar invite alors, à la fois, à prendre au sérieux la remarque de Judith Schlanger (1983, p. 136) qui, mettant l’accent sur le contexte luxuriant de la découverte scientifique, soulignait « la riche impureté de la naissance du savoir, qui lie la science à la culture »4, et une approche plus attentive à l’intention d’un auteur et à la façon dont sa voix agit, travaille et fait évoluer, même à la marge, un contexte (Skinner, 2002). Et il est sans doute important de suivre ici les conseils de Giovanni Levi (1989) concernant les « usages » de la biographie. Pour éviter les apories traditionnelles de la biographie5, Levi estimait qu’il fallait approfondir l’étude des incohérences entre normes à l’intérieur d’un système (ici intellectuel, mais aussi social, politique, culturel, institutionnel) ; complexifier l’hypothèse de rationalité standard appliquée le plus souvent aux décisions d’un auteur (ici un scientifique, un économiste) ; être, enfin, attentif aux médiations entre les groupes (ici le plus souvent les écoles, réseaux, académies) et les individus qui les composent (Lévi, 1989, p. 1333).

3Dans une brochure publiée peu après la mort de Juglar, son épouse livre déjà une foule d’indices relatifs à l’auteur, aux divers contextes souvent conflictuels et, en outre, évolutifs, auxquels il était confronté et aux stratégies qu’il devait risquer pour faire entendre une analyse iconoclaste qui, dès le début des années 1850, avait utilisé le terme de « crises providentielles » (Juglar, 1854, p. 247)6. Elle évoque d’abord un économiste formé à l’école des sciences de la nature, un docteur en médecine qui, très vite, autour de 1850, transfère son souci du positif et de l’objectif au domaine social et économique, multipliant observations, enquêtes, voyages et dressant à l’infini des séries statistiques7. Et elle souligne simultanément ce que l’économie de Juglar devait à sa morale austère, à un « catholicisme qui touchait au jansénisme ». L’ensemble paraît bien constituer le creuset singulier duquel Juglar allait tirer sa vision du cycle, son épouse mentionnant ici « une conception philosophique des lois providentielles rythmant l’ordre du monde ». Une dernière remarque permet déjà de deviner comment cette théorie des « crises commerciales » à « retour périodique » s’inscrivait de biais dans un contexte intellectuel général, et nécessitait de véritables stratagèmes pour devenir audible :

Cette loi de flux et de reflux il la concevait assez souple, assez variable dans son amplitude, assez sujette aux accidents qui la brise sans l’interrompre pour ne pas supprimer, comme quelques philosophes le voudraient, la liberté humaine et d’autre part, cette conception des retours périodiques, des événements, bien que sous des formes différentes, faisaient de lui l’adversaire résolu des partisans des doctrines indéfinis ou des théories d’évolution qu’il trouvait aussi inacceptable comme économiste que comme médecin.8

4La théorie des « crises commerciales » à « retour périodique » croisait et recroisait donc les controverses cardinales en cette seconde moitié du xixe siècle sur les idées d’évolution, de liberté, de déterminisme, des controverses compliquées en France non seulement par la question sociale, mais aussi par ce qui s’affirmait comme la question religieuse.

5S’il est naturellement impossible de prétendre ici épuiser le sujet, on peut néanmoins, en suivant ici les orientations méthodologiques de Lévi, considérer que toute esquisse de la biographie intellectuelle de Juglar doit intégrer trois ingrédients : premièrement, son projet s’élabore dans la tension entre son positivisme et sa morale religieuse. Cette tension peut être créatrice et donner une impulsion, mais peut tout autant se révéler un facteur de paralysie ; deuxièmement, cette tension et son exploitation rationnelle par l’auteur furent constamment mises à l’épreuve d’événements – la révolution de 1848, la Commune puis l’instauration d’une République solidariste et laïque – qui le désorientèrent et qu’il considérait comme véritablement tragiques ; troisièmement, entre 1850 et 1900, Juglar participe aux activités de nombreux réseaux – notamment : Société d’économie politique de Paris, Académie des sciences morales et politiques, Société de statistiques de Paris, Société d’économie sociale –, mais pour y formuler, à partir de sa théorie des « crises commerciales », un message singulier plaçant donc en son cœur l’idée de « crises providentielles » et mixant un libéralisme économique intransigeant et un rejet grandissant du libéralisme politique et moral.

6Nous observerons ici le mélange de ces trois ingrédients sur un chapitre crucial de la biographie intellectuelle de Juglar : l’évolution de sa théorie des « crises commerciales » entre ses premières formulations (1850-1860) et ses versions tardives (1890-1900). Nous procéderons en deux étapes.

7Dans un premier temps, nous proposerons une comparaison entre ses premiers textes sur les cycles et ses travaux tardifs. Cette étape nous permettra, d’une part, de souligner les progrès théoriques indiscutables – tant sur le plan analytique que sur le plan empirique – de sa réflexion sur les cycles ; elle nous permettra, d’autre part, de remarquer que Juglar ne raconte pas9 exactement la même chose en 1890 et en 1860 et que l’état tardif de sa théorie du cycle se caractérise par un durcissement de son point de vue : le cycle devient alors chez lui un véritable phénomène ; il est, pour reprendre les termes de l’auteur, « la clé de tout le mouvement social » (Juglar, 1896, p. 244)

8Dans un second temps, nous relierons cette systématisation de ses vues sur le cycle à des éléments contextuels et, spécialement, politiques et religieux. Le libéralisme économique de l’École de Paris, à laquelle souscrit en partie Juglar, libéralisme de plus en plus conservateur à mesure qu’avance le siècle, n’explique pas entièrement le raidissement que l’on peut observer dans ses textes sur les « crises commerciales ». Nous montrerons que pour en comprendre l’origine principale, il faut surtout porter attention au contexte religieux de l’époque marqué par les violents affrontements, en France, entre l’Église catholique et l’État républicain. C’est dans le cadre du grand débat sur la laïcité au tournant du siècle que le jansénisme de Juglar le conduit à durcir le ton et à systématiser son point de vue sur le cycle économique.

Clément Juglar (1819-1905). Quelques jalons bio-bibliographiques

1819

Naissance à Paris

1840-1846

Études de médecine. De l’influence des maladies du cœur sur les poumons (1846).

Autour de 1848

Basculement vers l’économie politique. Rejoint l’École libérale française.

1851-1852

Premiers articles dans le Journal des économistes sur colonies (Algérie) et population.

1856

Premier article sur les « crises commerciales » dans Annuaire de l’économie politique et de la statistique.

1860

Membre fondateur de la Société de statistiques de Paris.

1862

Première édition chez Guillaumin de Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis.

1865

Traduction et publication (avec E. Coullet) en 8 volumes des Extraits des enquêtes parlementaires anglaises sur les questions de banque, de circulation monétaire et de crédit.

1868

Du change et de la liberté d’émission.

1872

Enseignement à l’École libre des sciences politiques.
Participe au lancement de L’économiste français, nombreux articles.

1888

Président de la Société d’économie sociale.

1889

Deuxième édition largement augmentée de Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis.

1892

Entrée à l’Académie des sciences morales et politiques.

1890-1903

Nombreux articles sur la population et sur les causes de la dénatalité française.

1903

Dernière contribution : intervention critique dans La solidarité sociale.

Les « crises commerciales » et leur « retour périodique » : les analyses de Juglar autour de 1860 et de 1890

9Le travail séminal de Juglar, Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis, a connu deux éditions, en 1862 et 1889. Naturellement, l’édition de 1889 marque de très nets progrès théoriques. L’analyse s’est précisée sur deux chapitres principaux, l’approfondissement de la morphologie du cycle et l’articulation réel-monétaire. Sur ce dernier point, Juglar a bénéficié de quelque vingt années de recherches sur banque et finance qu’est venu sanctionner son ouvrage, Du change et de la liberté d’émission (1868). Les matériaux empiriques ont eux-mêmes évolué et, de 1862 à 1889, les séries sur lesquelles Juglar a appuyé sa démonstration se sont allongées et diversifiées. Mais nous souhaitons souligner ici une évolution plus rhétorique, au cœur du propos de Juglar et, plus que les ouvrages de 1862 et 1889, d’autres textes, plus ramassés, doivent être sollicités. Accompagnant les deux premières éditions de son « grand œuvre », Juglar publie deux articles de synthèse dans des supports hautement symboliques au xixe siècle, les dictionnaires. En 1863, il signe l’entrée « Crises commerciales » dans le Dictionnaire général de la politique de Maurice Block. Une trentaine d’années plus tard, au début des années 1890, c’est également lui qui signe l’entrée sur le sujet dans le Nouveau dictionnaire de l’économie politique de Léon Say et Joseph Chailley. La lecture de ces deux textes permet de souligner un net glissement dans la vision du cycle que propose Juglar.

10Le texte de 1863 définit dès l’introduction la crise commerciale comme un « dérangement dans la marche des affaires », si important qu’il devient une « perturbation générale » (Juglar, 1863, p. 526-534). Ces caractères sont immédiatement associés à des phénomènes nouveaux liés à l’essor moderne de la grande industrie. Le texte se divise en quatre grandes sections.
– « Cause des crises ». La notion de causalité, explique Juglar, est ici complexe, proche de celle que l’on adopte dans l’analyse des phénomènes de la vie. Plus que de « cause », il faut ici parler, comme en médecine, de « prédisposition », d’un état général antérieur à la maladie. Il faut donc, dépassant les causes diverses, variées, se focaliser sur les « conditions indispensables » à l’existence des crises. Or, ces « tourmentes commerciales » périodiques sont la conséquence d’un état économique nouveau caractérisé par les efforts généralisés, rationalisés, « en vue de l’augmentation de la production poussée à l’excès ».

11– « L’étude des faits ». Quels signes permettent de mesurer au plus près les cas de crises ? Les statistiques, rangées en série, permettent de repérer les signes les plus évidents du phénomène. C’est sur les variations de l’escompte que s’observent le plus nettement les faits et que s’impose donc l’explication. La crise est due aux « écarts de la spéculation et à l’encombrement des fabriques ». L’origine est donc strictement économique et s’apparente à une « liquidation générale », qui permet de purger l’organisme économique et prépare la reprise. « Il y a donc, explique Juglar, une succession des périodes prospères, des crises et des liquidations. »

12– « Durée et liquidation de la crise ». La crise, conspuée par les socialistes et autres réformateurs, n’est qu’un instant bref et violent. Il faut donc nuancer les diagnostics funestes relatifs à l’avenir du système économique présent. À l’instant bref et douloureux de la crise succède une longue période de prospérité et le résultat du processus dans son ensemble est, au final, un progrès.

13– « Influence des causes politiques. Opinions des principaux économistes. Moyens de prévenir les crises, remèdes proposés ». Les crises constituent des phénomènes économiques généraux, s’expliquant par l’essor global de l’économie. On ne peut les expliquer par des tares politiques ponctuelles, non plus que par des causes strictement économiques et financières. On peut « les prévoir, les adoucir », mais non les supprimer, ce qui serait d’ailleurs une erreur tant elles semblent être la condition du progrès.

14L’article publié en 1891, limité lui aussi par Juglar aux « crises commerciales », comprend cinq parties et débute par la mise en évidence de la morphologie complète du phénomène (Juglar, 1891a, p. 641-651).

15– « Esquisse d’une crise : trois périodes ». Une crise commerciale est un ensemble de trois périodes enchaînées : il y a la crise, stricto sensu, une « explosion » à « durée très courte » ; c’est un « moment critique à passer » qui va opérer un « tri » au sein de l’économie ; cette crise est suivie d’une « période de liquidation », période longue de reconstitution. Et, insiste Juglar, l’analyse du phénomène ne peut s’arrêter là sans être incomplète : « Mais il y a une troisième période à envisager, c’est celle qui a précédé », période de prospérité et où il y a abondance de crédit.

16– « Définition d’une crise ; cause des crises ». La crise, l’explosion, résulte du « grand mouvement d’affaires » qui l’a précédée, ce mouvement n’ayant pu avoir lieu que par la « progression […] continue de la hausse des prix ». L’activité économique produit une tension croissante sur le crédit, conduisant rapidement à peser sur le taux d’escompte alors même que les réserves métalliques baissent. Le signe du déclenchement de la crise est donc « l’arrêt de la hausse des prix ». Mais c’est « la hausse qui a précédé » qui est bien « cause première » des crises.

17– « Mécanisme des crises ». La liquidation opère un drainage graduel des encaisses et restaure des conditions économiques acceptables pour la prochaine phase de prospérité. Mais Juglar répète que, « en un mot, la principale, on pourrait dire l’unique cause des crises, c’est l’arrêt de la hausse des prix ».

18– « Rapport des crises avec la richesse des pays ». Le surgissement des crises commerciales périodiques est lié à l’essor du crédit lui-même condition de la grande industrie moderne. Il y a bien périodicité, ce caractère étant donc la contrepartie de la croissance. On peut même assurer que la violence et l’amplitude des crises constituent les témoins du niveau de développement atteint par une économie.

19– « Influence des crises sur l’état des sociétés ; comment la constater et la mesurer ». On cherche désormais à déterminer « le signe caractéristique de l’état économique et social des sociétés humaines ». Or, les crises commerciales périodiques sont les principaux signes de la vitalité du système présent. « La vie, c’est le mouvement », explique Juglar, et « ce mouvement d’ensemble qui domine tout le mécanisme social » est le meilleur témoin de l’état des sociétés modernes.

20Il y a naturellement de nombreux points communs entre la version 1863 et la version 1891 de l’article « crises commerciales ». Une trame commune se repère : la crise est un ferment de développement ; elle doit être resituée dans le cadre d’un mouvement plus vaste ; les économistes sont dans l’erreur avec la recherche des causes ponctuelles et exogènes ; l’analyse doit passer par la détection des « prédispositions » qui sont ici l’essor de la grande industrie et celui du crédit.

21Toutefois, les deux articles ne « racontent » pas exactement la même histoire. Dans l’article de 1891, Juglar insiste beaucoup plus sur la période de prospérité : il l’identifie, la nomme et l’analyse longuement, répétant de nombreuses fois que la cause de la crise, c’est la fin de la hausse des prix. Il dresse la morphologie complète du cycle, en analyse dans le détail tous les enchaînements. D’ailleurs, il ne parle désormais plus de la « succession » des crises, mais de leur « enchaînement ». En fait, toutes ces précisions reviennent au final à valider plus fermement l’idée de l’existence d’un cycle naturel complet. Un phénomène objectif, exhibant des propriétés caractéristiques, la périodicité par exemple, est repéré, isolé, identifié au cœur de la dynamique du monde moderne. Et ce phénomène, en grande partie dissimulé à l’attention des principaux observateurs, est, en quelque sorte, l’âme du système nouveau, ce qui lui permet de vivre, de durer et de croître dans toutes ses dimensions.

22Alors qu’en 1857, dans l’introduction de l’un de ses tout premiers articles sur les crises, Juglar estimait que la prudence consistait à ne pas encore reconnaître dans la survenance régulière des crises une « loi économique » (1857, p. 36), en 1896, il reconnaîtra plus volontiers avoir découvert la « clé de tout le mouvement social » (1896, p. 244). La radicalisation extrême de son point de vue est alors visible dans deux controverses sévères qu’il est obligé de soutenir au début des années 1890. Ses collègues à l’Académie des sciences morales et politiques, à la Société d’économie politique, à la Société de statistiques de Paris critiquent d’abord l’usage strict qu’il propose de la notion de « période » en économie et qui lui permet de parler d’une « loi » des crises, semblable à une loi physique. Adolphe Coste, Arthur Raffalovich et Alfred Neymarck soulignent et rappellent le rôle des accidents et des diverses irrégularités de l’histoire, ce que concède Juglar qui s’emploie notamment à distinguer krach et crise mais maintient que la notion de crise renvoie à un phénomène plus général, plus régulier et plus structurant du développement économique moderne. Plus nettement, Alphonse Courtois résume ici les réticences de nombre de collègues de Juglar lorsqu’il écrit : « La période est de l’essence des sciences exactes. Ce qui dépend des actes humains ne peut en subir le joug… La sagesse humaine, économiquement parlant, a une action sensible sur les accidents, tout fréquents qu’ils soient. » (Journal des économistes, janvier 1893, p. 308-309) Une autre critique, corrélée à la précédente, porte sur l’extension de cette vision d’un progrès général par fluctuations à l’ensemble des phénomènes sociaux. Juglar en vient, en effet, à parler « d’oscillations synchroniques » (1903). Et ces oscillations vitales – Juglar répète alors souvent que « le mouvement c’est la vie » – conditionnent donc aussi les rythmes de la population. En 1896, il constate : « Nous serions alors en présence de la loi qui les [tous les mouvements économiques, sociaux, démographiques, politiques] dirige et qui les règle dans les sociétés civilisées, dans les grandes villes, surtout là où l’activité est portée à son plus haut degré. » (1896, p. 245) Et ici, la constatation de la reproduction de ces mouvements sur l’évolution de la population a valeur de test :

Ces mouvements qui se manifestent avec tant de régularité dans des choses matérielles, consommation, circulation, se rencontrent encore dans des actes où la volonté et la liberté de l’homme se manifestent avec le plus de clarté, n’étant pas sous l’influence directe de la nécessité du moment, nous voulons parler des mouvements de la population : des mariages, des naissances et des décès. (1896, p. 246)

23Là encore, les réticences de ses collègues sont alors nombreuses10.

Libéralisme et jansénisme

24Comment rendre compte de cette systématisation de l’idée de « crise commerciale » chez Juglar entre 1860 et 1890 ? Une première explication, évidente, relève de l’évolution de la culture économique de son temps. Une culture qui, en tout premier lieu, cherche alors à se rapprocher encore des canons méthodologiques en usage dans les sciences de la nature. Mais une culture économique qui a également progressé sur le chapitre spécial de l’analyse du cycle ; en effet, dans la seconde moitié du xixe siècle, les analyses du cycle se développent (Besomi, 2006) et une communauté de recherche commence à s’affirmer dans ce domaine avec les travaux d’Émile de Laveleye, James Mill ou William-Stanley Jevons. Cette évolution a indiscutablement influencé Juglar. Ce dernier a, par ailleurs, bénéficié de sa propre dynamique de recherche ; on l’a vu, ses analyses sur la monnaie, la banque et la finance ont nettement progressé depuis 1860 (Dal-Pont, 2006) alors que ses recherches statistiques se sont étendues et approfondies.

25Toutefois une autre piste, complémentaire, sera évoquée ici. Nous voudrions suggérer que la systématisation de la théorie du cycle, chez Juglar, entre 1860 et 1890 s’explique également, en partie, par des éléments culturels : s’il durcit sa théorie, insiste sur la phénoménalité du cycle, c’est pour des raisons analytiques, mais aussi pour des raisons morales et politiques. L’explicitation de ces raisons d’ordre non strictement analytique nous oblige d’abord à étudier le lien de Juglar à la pensée libérale de son temps ; ensuite, à mieux apprécier en quoi sa morale, trempée dans le jansénisme, donne une coloration unique à sa vision.

Participation aux croisades libérales de l’époque : les retraites, l’impôt, la population

26Le libéralisme économique de Juglar ne pose pas question. Il semble d’ailleurs suivre la pente de plus en plus conservatrice et intolérante de la fraction libérale vieillissante de l’École de Paris, le « quarteron des vétérans du laisser-faire » qu’évoque Joseph Schumpeter dans son Histoire de l’analyse économique. En mai 1888, à la Société d’économie sociale, il se plaît à souligner, au côté de Paul Leroy-Beaulieu, une « égale confiance dans l’exercice de la liberté, de l’initiative privée et une même répugnance pour l’intervention de l’État quand elle n’est pas indispensable » (La Réforme sociale, mai 1888, p. 56). On le voit ainsi prendre plusieurs fois position sur le problème émergent de la redistribution des revenus, de la fiscalité et de la genèse des premières grandes lois sociales françaises : le projet de redistribution des revenus, propre aujourd’hui aux « républiques démocratiques », en ignorant les régularités naturelles en matière de répartition renvoie, selon lui, aux espoirs désavoués par les faits des différentes « civilisations de décadence » (Journal des économistes, février 1891, p. 37). Une fiscalité peut se développer, mais centrée sur les impôts indirects (Journal des économistes, juillet 1892, p. 94-95). Les retraites ouvrières, explique-t-il, en diluant la responsabilité individuelle et en favorisant le gaspillage des ressources, constituent des aberrations (Journal des économistes, juillet 1901, p. 127-128)11.

27Mais un thème surnage dans les textes tardifs de Juglar : celui des causes de la dénatalité française12. Ses derniers travaux sont dominés par la volonté d’étudier la « situation morale des populations » : « Avec le suffrage universel et le rôle que joue la démocratie aujourd’hui, ce qui préoccupe surtout, c’est la situation matérielle et morale des populations dans les divers pays civilisés. » (Juglar, 1899, p. 3) Mariages et naissances constituent ici des indicateurs témoins. Or l’enseignement des chiffres est clair : alors que, les cycles économiques se répétant, on enregistre un progrès matériel largement suffisant pour nourrir une population croissante, ce qui disqualifie le credo malthusien, la population française stagne13. Cette stagnation dramatique n’est pas visible dans les autres grands pays industrialisés, en Angleterre par exemple. Mais, en Angleterre, comme l’explique Juglar, « nous sommes dans un pays où règne encore l’ancienne organisation sociale, avec ses classes, ses privilèges, son droit d’aînesse, état social que nous avons pris à cœur de renverser, de détruire et d’anéantir chez nous » (ibid., p. 14). Juglar rejoint ici la littérature populationniste dans la version qu’en proposent alors les épigones de Frédéric Le Play, réunis dans les Unions pour la paix sociale, et que dominent désormais les figures d’Émile Cheysson et de Pierre du Maroussem (Kalaora et Savoye, 1989)14. La dénatalité française relève d’un problème de volonté des populations, volonté déprimée par une organisation sociale artificielle privilégiant le mouvement plutôt que l’ordre et surtout ruinant la morale religieuse (Lenoir, 2003, Talmy, 1962). Matérialisme, individualisme et égalitarisme ont sapé depuis un siècle l’ordre antérieur : « Depuis que l’ancienne organisation sociale a été brisée, la famille a été fortement atteinte. Tous les liens se sont relâchés. » (Juglar, 1890, p. 41) Deux périodes sont jugées particulièrement funestes : la Révolution française et l’instauration de la République ; en effet, Juglar estime que c’est seulement depuis les années 1882-1885, ce que lui contestera significativement Émile Durkheim, que la tendance à la stagnation démographique s’est accentuée en France. C’est la disparition de « toutes les traditions non seulement de métier, mais d’honorabilité » (La Réforme sociale, avril 1891, p. 864), la volonté de parvenir et de s’enrichir individuellement qui expliquent que l’on fasse moins d’enfants. Cette tendance, supportée par le nouveau régime, est encore accentuée par la volonté d’intervention publique, par un « État possesseur d’une partie de la richesse publique par les recettes du budget et, mettant en pratique le socialisme, les répartissant d’une manière arbitraire par une distribution inégale des dépenses publiques » (Journal des économistes, mars 1890, p. 41).

28La critique générale de l’État chez Juglar se double d’une critique plus précise adressée au gouvernement français de son temps ; ce qu’il critique, plus encore que l’État, c’est la République. Dans son commentaire de l’ouvrage d’Émile Levasseur (La population française, 3 volumes, 1889-1892), au milieu des éloges, Juglar lui reproche d’avoir trop légèrement pesé les facteurs moraux. Significativement, il appuie sa démonstration sur le rôle de l’école, soulignant que l’instruction, au cœur du projet républicain, doit passer après la moralité. Il écrit : « Le rôle de l’école, réduit à ce qu’il est aujourd’hui, est bien faible, et quand la religion est mise au dernier rang, si on la tolère encore, on se prive d’un des plus puissants moyens que nous ayons à notre disposition pour atteindre le but que nous visons. » (Juglar, 1892, p. 296) C’est la critique de l’État républicain, de son idéal laïc et de son positivisme officiel, qui domine toute cette argumentation. On le constate sans peine à propos de ce qu’il écrit sur l’idée de solidarité, alors véritable « philosophie officielle »15 de la Troisième République en France. Là encore, c’est une vieille idée remise à l’ordre du jour, l’idée de « réparer l’injustice du Créateur » (Juglar, 1903, p. 113). Et le programme solidariste, appuyé désormais sur le levier du suffrage universel, prônant de façon démagogique l’égalité, n’est qu’une mouture nouvelle du collectivisme ou du communisme. Doctrine de l’impatience et de l’arrogance au mépris de tous les enseignements passés, de toutes les traditions et de toutes les croyances :

C’est l’abandon de la croyance en une vie future meilleure ; la justice après la mort n’est qu’un mirage, on veut l’obtenir dès cette vie. La résignation a fait place à l’impatience ; la raison libre est le seul criterium ; elle est en évolution perpétuelle vers un type plus élevé ; Excelsior, cherchant la réalisation du bien dans la réalisation du vrai. (ibid., p. 115)

29À mesure que s’avance le siècle et que s’impose la République laïque, les arguments de Juglar deviennent de plus en plus conservateurs : il est « vain d’attendre d’une démocratie » la formation de l’esprit public et le suffrage universel est un leurre, un danger même avec sa promotion de la masse qui « prend toujours ce qui lui ressemble le plus, et repousse les supériorités » (Journal des économistes, novembre 1897).

Le facteur religieux

30Le libéralisme économique de Juglar est donc apparemment indiscutable. Il serait toutefois excessif de relier l’évolution théorique qu’enregistre sa conception des crises commerciales au seul durcissement du credo libéral de l’École de Paris. Demeure, en effet, au centre de la polémique avec ses collègues libéraux ce qui distingue le point de vue de Juglar, sa conception, de plus en plus systématique, des « crises providentielles ». Les libéraux ne pouvaient accepter entièrement deux aspects saillants de la théorie des crises de Juglar : ils critiquaient d’abord l’idée d’un cycle, phénomène naturel, niant leur conviction de la liberté humaine ; ils critiquaient également le fait qu’en naturalisant le cycle, en en faisant un phénomène objectif, Juglar, à son corps défendant, ouvrait néanmoins la porte à l’intervention du législateur. Cette double critique permet d’entrevoir la zone où le jansénisme de Juglar peut conduire à un désaccord avec certains pans du libéralisme. Un épisode illustre parfaitement ce problème : le contentieux théorique et philosophique qui l’oppose à Jean-Gustave Courcelle-Seneuil.

31Courcelle-Seneuil est représentatif de la frange la plus subjectiviste et individualiste du libéralisme de l’École de Paris, caractéristiques qui expliquent les louanges qu’il recevra plus tard des économistes autrichiens, Friedrich Hayek ou Murray Rothbard. En 1889, c’est lui qui propose dans le Journal des économistes la recension de la seconde édition du classique de Juglar, Des crises commerciales et de leur retour périodique. Or, cette recension constitue un véritable réquisitoire qui commence par la critique d’une méthode empirique revendiquant chez Juglar l’objectivité, mais s’apparentant le plus souvent simplement à « un art de grouper les chiffres » dans le sens de l’opinion défendue. Juglar a choisi de traiter son sujet sous l’angle des ressemblances, partant à la recherche de « grandes lois ». Courcelle-Seneuil discute ce qu’il perçoit comme une option personnelle ; il trouve plus pertinent l’étude du détail précis de chaque situation : « il y aurait, ce nous semble, plus de profit pratique à étudier le détail de chaque crise ». D’ailleurs, Juglar propose la notion générique de « crise commerciale » mais, estime Courcelle-Seneuil, sans véritable précision. En réalité, explique le commentateur, une crise est simplement un état de fait, ensemble d’erreurs individuelles, une myriade de mauvais choix des agents économiques et financiers. C’est la responsabilité et la prudence de chaque « commerçant » qui est ici en question. Le concept n’existe pas et la notion de crise n’est que la manifestation d’un remords ; les agents maladroits et perdants « s’en prennent volontiers à un fantôme aux traits mobiles et indécis, la Crise ! » et demandent alors contre ce phénomène une intervention concertée. Courcelle-Seneuil estime que Juglar n’a pas « échappé à cette illusion » en avançant quelques propositions sur le rôle que pourraient jouer les banques pour contrecarrer ce processus. La conclusion du commentateur est sans appel :

Nous avons tenu à pousser un peu loin et à fond l’étude rationnelle des crises, afin de signaler les erreurs que pourrait suggérer la lecture du livre de M. Juglar, qui se borne à peu près à signaler les symptômes par lesquels on peut apercevoir l’approche des crises. Si en effet, la marche des crises peut être scientifiquement prévue, il semble naturel de constituer un service d’avertisseurs qu’on attribuerait facilement à des banques, soustraites d’ailleurs par le privilège à toute responsabilité. Les études de M. Juglar sont précieuses et ses conclusions personnelles n’ont rien d’excessif. Que les journaux et les commerçants surtout profitent de ces études pour prévoir les crises et se préserver de leurs effets, nous y applaudirons très volontiers ; mais qu’on se garde d’imposer au commerce des tuteurs, de quelque sorte et sous quelque nom que ce soit ! Les crises sont un produit de l’erreur des hommes : elles ne cesseront qu’avec l’erreur, lorsque les hommes cesseront de se tromper. En attendant, on peut combattre l’erreur qui les cause et c’est à cela qu’aboutit le travail de M. Juglar. Nous aurions désiré qu’il fût autre, mais tel qu’il est, il peut être utile et mérite d’être signalé à l’attention de toutes les personnes studieuses, qui s’intéressent à la vie du commerce, cette part si importante de la vie des hommes civilisés. (Courcelle-Seneuil, 1889, p. 450-451)

32Juglar répond indirectement à l’auteur de ces critiques quelques années plus tard. En effet, après plusieurs tentatives infructueuses, il est finalement élu en 1892 à l’Académie des sciences morales et politiques sur le fauteuil qu’occupait avant lui Courcelle-Seneuil. Comme il est de tradition, Juglar doit donc faire l’éloge de son prédécesseur. Cet éloge arrive, mais tardivement (en 1895), et elle frappe surtout par son acidité. Naturellement, Juglar ne s’attaque pas à la dimension strictement économique du libéralisme de Courcelle-Seneuil, mais il en dénonce le versant politique et moral. C’est l’individualisme optimiste et le sens de la contingence de l’académicien qui sont férocement dénoncés par Juglar. Il évoque d’abord la carrière politique de Courcelle-Seneuil, proche autour de 1830 des républicains et des premiers socialistes, Armand Carrel, Pierre Leroux ou encore Louis Blanc. Il a été et il est demeuré un républicain déclaré, convaincu de la supériorité de la République. Mais surtout, traducteur et commentateur des œuvres de Summer Maine et de Graham Summer, Courcelle-Seneuil est un évolutionniste et un défenseur de la raison qu’il veut placer au centre de la moralité, au détriment de l’enseignement religieux. Aux morales traditionnelles, il a voulu substituer une morale rationnelle confiante dans le pouvoir de la raison éclairée par l’instruction ; « Il rappelle, note Juglar, qu’à l’ancienne morale catholique, la République a voulu substituer une morale nationale et civique… Il s’agit pour lui de prendre, non plus la religion, mais la science pour base de l’organisation sociale et d’éviter que l’influence des traditions romaines et militaires, jointes aux efforts du clergé catholique ne fassent avorter les réformes de la Révolution » (1895, p. 22). Selon Juglar, cet esprit « présomptueux » a alors constamment reconduit les errements d’une pensée positiviste à la recherche d’une métaphysique pour tomber finalement dans un matérialisme plat plaçant tous ses espoirs dans le comportement intéressé de l’individu :

Si l’économie politique touche à presque toutes les sciences, ce qui montre assez son importance, elle n’est pas à la base de tout ; on lui nuit en voulant ainsi étendre son domaine. Juger l’histoire à son seul point de vue, y ramener tout le droit, fonder sur elle la morale, c’est lui infliger une tâche à laquelle elle ne saurait suffire. (ibid., p. 40)

33Pour expliquer la systématisation de la théorie des crises de Juglar, il est ainsi sans doute nécessaire de creuser ce qui distingue son point de vue du libéralisme économique à fondements subjectiviste, individualiste et évolutionniste d’un Courcelle-Seneuil16. Pour cela, il faut mieux évaluer l’importance de ses options religieuses. Tous les commentateurs ont souligné l’importance de cette dimension chez Juglar et, par exemple, Paul Beauregard évoque un « catholicisme empreint de quelque sévérité [qui] ne le portait ni au rêve, ni à l’utopie » (Beauregard, 1908, p. 32). D’autres commentateurs ont immédiatement rapproché cette dimension religieuse de ses thèses économiques. Lorsque Claudio Janet prononce en 1888 un court éloge de Juglar, célébrant chez lui le mariage de la morale et de l’économie, il remarque que chez l’auteur des Crises commerciales et de leur retour périodique, « les lois économiques naturelles forment comme le rivage fixe dans lequel Dieu a encadré les flots agités de l’activité humaine » (La Réforme sociale, 1888). De façon significative, le terme « Providence » apparaît dans le premier texte important de Juglar ; évoquant, déjà, le rythme alterné du mouvement de la population, il précise : « On dirait une soupape de sécurité employée par la Providence pour modérer la marche croissante des peuples » (Juglar, 1851, p. 379). Et en 1856, dans sa toute première étude sur les crises, parue dans L’Annuaire de l’économie politique et de la statistique, il mentionne, faisant déjà référence au caractère globalement positif du phénomène, « les moyens si simples employés par la Providence pour produire de si grands résultats » (1856, p. 25)17. Trente-cinq ans plus tard, il louera encore « l’harmonie providentielle » qui préside, à travers le déroulement des trois périodes de la crise commerciale, aux manifestations de la vie sociale, économique, démographique (Juglar, 1891b, p. 14).

34Pour préciser l’influence de la religion sur la systématisation de la théorie des crises de Juglar, il faut toutefois faire intervenir deux facteurs supplémentaires.

35Il faut d’abord tenir compte de la situation du catholicisme en France dans le dernier quart du xixe siècle. L’Église a alors le sentiment d’être littéralement persécutée et victime d’un mouvement de déchristianisation impulsé par le nouveau pouvoir républicain et son credo laïc (Latreille et Rémond, 1962). Les opinions de Juglar réfléchissent ce contexte de plus en plus défavorable à l’Église et nombre de ses objections vis-à-vis de l’État ont pour cible plus précise un gouvernement républicain qui a retiré les crucifix des écoles, qui a supprimé la prière publique à la rentrée des Chambres, qui a rétabli le divorce et chassé les congrégations. Ici encore, le témoignage de son épouse est précieux :

Il a beaucoup souffert de cette guerre religieuse qu’il a vu si tristement commencer, les écoles sans Dieu, les hôpitaux sans sœurs, les ordres religieux proscrits, tout cela lui paraissait des monstruosités et l’approche de la séparation de l’Église et de l’État le faisait trembler.

36Il faut ensuite tenir compte de la religiosité particulière de Juglar, descendant d’une vieille famille janséniste. Significativement, on ne trouve pas d’écho, dans son travail, de certaines évolutions en cours du catholicisme allant dans le sens de la modernité : il ne paraît pas suivre les développements importants du catholicisme social et n’exprime pas de véritable adhésion à une évolution marquée par la parution de l’importante Encyclique de Léon XIII, Rerum Novarum. Cette évolution peut s’expliquer par le durcissement de son jansénisme, prenant alors un tour de plus en plus tragique. Le jansénisme de Juglar mérite une étude. Le grand-oncle de Clément, l’abbé Jean Juglar (1731-1819), avait été pendant la période révolutionnaire un fervent partisan de l’Église constitutionnelle, et il avait racheté la bibliothèque de Mgr Saurine. On trouve alors sans surprise dans la bibliothèque des Juglar les principaux titres du mouvement janséniste18, notamment les ouvrages de Robert Arnaud d’Andilly, Pierre Nicole, Jean Hamon ou Jean Racine. Par ailleurs, plusieurs témoignages de ses proches nous apprennent que les célèbres Pensées de Blaise Pascal constituaient le livre de chevet de Clément Juglar, qui nourrissait aussi sa spiritualité dans la lecture des sermons de Bossuet. Son exemplaire personnel des Pensées porte la trace de très nombreuses annotations de sa main et il est évident qu’il l’utilisa comme source importante d’inspiration lorsqu’en 1899, la Ligue contre l’athéisme lui demanda une conférence sur « Le besoin de croire »19. Ce texte manifeste la présence de thèmes pascaliens : si le constat de l’incroyance présente ou la thèse que la « croyance est la condition de toute science et de toute action » (Juglar, 1899, p. 111) sont assez communs, les développements sur les élus sont déjà plus significatifs et rappellent le credo janséniste de la grâce nécessaire : « Les âmes d’élite seules, dès le principe, ont presque atteint la vérité sans partager les erreurs de la foule qui les entourait. »

37Mais ce sont surtout les remarques sur la genèse et la vie qui sont significatives : Juglar s’élève contre l’évolutionnisme présent, personnifié par Renan, aveugle au mystère de la Création, favorable à la « réforme scientifique de l’univers » : « Les siècles de l’évolution lui suffisent… Pas de création, mais des actions lentes, sans s’expliquer sur la première action, dont il ne parle même pas… La tendance à être de plus en plus suffit. » (ibid., p. 121) Or, souligne par opposition Juglar, qui mobilise ici, par l’intermédiaire de références à Aristote, la doctrine des causes finales, « comment, en présence du monde en mouvement et de son admirable harmonie, ne pas vouloir en rechercher la cause, ne pas vouloir l’attribuer à une intelligence supérieure ? » Cette intelligence c’est « le Dieu esprit, distinct du monde et tout puissant » (ibid., p. 114), un Dieu, comme l’explique encore Juglar, qui « n’a pas seulement donné à la matière l’impulsion primitive, il a tout prévu, tout arrangé pour des raisons d’utilité. Il continue à surveiller son œuvre, il est Providence » (ibid., p. 114-115). Mais c’est un Dieu en partie caché à la raison, la « connaissance intégrale des choses » étant impossible, mais accessible au cœur guidé par la foi.

38L’image de ce Dieu Providence, Dieu caché, a-t-elle pu influencer plus fortement encore Juglar et avoir une part, même souterraine, dans l’intuition l’ayant menée, dès le début des années 1850, à la notion de « crises providentielles » ou à multiplier par exemple, dans un texte de synthèse ultérieur, l’usage de la métaphore des flux et reflux économiques semblables à des marées20? La question mérite d’être posée dans la mesure où la lecture de Pascal et peut-être d’autres jansénistes pouvait lui enseigner que le progrès résultait souvent de mouvements contradictoires semblables à des marées, véritable « flux de la mer » (Pascal) : « La nature de l’homme, explique l’une des Pensées de Pascal, n’est pas d’aller toujours ; elle a ses allées et venues. La fièvre a ses frissons et ses ardeurs… Les inventions des hommes de siècle en siècle vont de même, la bonté et la malice du monde en général et de même. »

Itus et reditus

39Ramassant, comme à son habitude, en une formule nombre d’anticipations très justes, Schumpeter a remarqué que Juglar « possédait ce type de génie qui ne va sur les chemins qu’il a lui-même tracés, et n’en suit aucun autre » (1983, p. 483). Il est pourtant vrai, dans un sens, que les idées de Juglar sont représentatives d’un milieu et d’un ensemble d’économistes qui se côtoyaient et se croisaient dans nombre de cénacles, de l’Académie des sciences morales et politiques aux Unions pour la paix sociale, une fraction importante d’entre eux présentant un profil proche de celui de Juglar, grand bourgeois libéral et catholique, rapidement circonspects voire hostile aux réalisations sociales et politiques de la République. Mais, intégré à ce milieu, Juglar détonne pourtant avec sa conception singulière des « crises providentielles » que ses collègues libéraux n’accepteront jamais véritablement. Parmi les facteurs à l’origine de son intuition figure sans aucun doute sa morale religieuse, le jansénisme, morale austère contenant aussi, il faut le rappeler, un éloge du raisonnement (voir ici, par exemple, la Préface au traité du vide [1651] de Pascal). Le versant tragique du jansénisme explique sans doute aussi en partie que, sous la pression d’événements politiques et sociaux franchement contraires, notamment dans la France fin de siècle, sa théorie se soit systématisée, sur le plan analytique, et ait adopté, sur le plan politique et moral, un ton de plus en plus conservateur.

40Que nous apprend encore, au final, l’exploration de certaines influences souterraines du projet intellectuel de Clément Juglar ? Deux invitations peuvent en être retirées.

41On commence à mieux comprendre aujourd’hui par quels cheminements historiques le concept d’équilibre économique, dérivant plus ou moins directement lui-même de la notion de « main invisible », reposait à l’origine sur des soubassements au moins autant métaphysiques que positifs – analytiques et théoriques (Ingrao, 1998). Une même recherche mériterait d’être menée sur les transferts, emprunts sauvages, glissements puis stabilisations constituant souvent le véritable passé de l’étude des cycles économiques, notamment tout au long du xixe siècle.

42Si le programme de l’histoire intellectuelle d’une science se consacre en priorité « à toutes les activités cognitives qui précèdent le savoir constitué » (Perrot, 1998), il lui est nécessaire, s’appliquant à l’économie politique, de prévoir deux compléments : en premier lieu, l’application de la notion bachelardienne de « rupture épistémologique » étant ici d’un emploi particulièrement délicat, il est sans doute nécessaire de porter attention au fait que les activités cognitives luxuriantes ne font pas ici que précéder mais accompagnent aussi constamment l’évolution des savoirs constitués ; en second lieu, comme le soulignait très justement Heilbronner, dans le domaine de l’économie, ces activités cognitives intègrent, au premier chef, « l’adéquation ou l’inadéquation, l’inévitabilité ou la malléabilité, des agencements de pouvoir et de prestige que nous découvrons dans toutes les sociétés humaines », bref, des ingrédients qui font de l’économie une science morale et politique (Heilbronner et Milberg, 1995).

Bibliographie

Travaux de Clément Juglar

1851

« De la population en France de 1772 à nos jours », Journal des économistes, no 30, p. 367-380.

1854

« Mouvement de la population de la ville de Paris depuis 1789 », Annuaire de l’économie politique et de la statistique, vol. II, 1854.

1856

« Des crises commerciales de l’an VIII à 1855 », Annuaire de l’économie politique et de la statistique, no 13, p. 555-581.

1857

« Des crises commerciales et monétaires de 1800 à 1857 », Journal des économistes, avril et mai, p. 35-59 et p. 253-266.

1862

Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis, Paris, Guillaumin.

1863

« Crises commerciales », M. Block, Dictionnaire général de la politique, Paris, O. Lorentz.

1868

Du change et de la liberté d’émission, Paris, Guillaumin.

1886

« Des retours périodiques des crises commerciales et de leurs liquidations », Le 25e anniversaire de la Société de statistiques de Paris, Paris, Berger-Levrault, p. 74-84.

1889

Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis, 2e édition, Paris, Guillaumin.

1891a

« Crises commerciales », L. Say et J. Chailley, Nouveau dictionnaire d’économie politique, Paris, Guillaumin.

1891b

« Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis », Compte rendu du Congrès scientifique international des catholiques, Paris, Alphonse Picard.

1892

« Compte rendu de Émile Levasseur, La population française », Journal des économistes, p. 292-299.

1895

Notice sur la vie et les travaux de M. J.-G. Courcelle-Seneuil, Paris, Firmin Didot.

1896

« Influence des crises commerciales sur l’état économique », Journal de la société de statistiques de Paris, juillet et septembre.

1898

« Rapport sur le concours pour le prix Léon Faucher à décerner en 1898 », Académie des sciences morales et politiques. Séances et travaux, p. 164-173.

1899a

« Les mouvements de la population en France et en Angleterre pendant le dernier tiers du siècle », Paris, Alphonse Picard (repris de Académie des sciences morales et politiques. Séances et travaux, no 52, p. 167-175).

1899b

« Le besoin de croire », Bulletin de la Ligue nationale contre l’athéisme, no 12, p. 108-126.

1902

« Discussion sur les lois qui règlent les naissances », Journal de la société de statistiques de Paris, no 41, p. 71.

1903

« Quels sont les signes caractéristiques de l’état économique, social et moral des sociétés humaines dans les divers pays ? », Bulletin de l’Institut international de statistiques, no 13, p. 183-184.

1903

« La question de la solidarité sociale », La solidarité sociale, Paris, Alphonse Picard.

Références générales

43Azéma J.-P., Winock M., 1970, La IIIe République, Paris, Flammarion.

44Beauregard P., 1908, Notice sur la vie et les travaux de M. Clément Juglar, Paris, Firmin-Didot.

45Béjin A., 1988, « Néo-malthusianisme, populationnisme et eugénisme en France de 1870 à 1914 », Histoire de la population française, J. Dûpaquier éd., vol. III, Paris, PUF.

46Besomi D., 2006, « Tendency to equilibrium, the possibility of crisis, and the history of business cycle theories », History of Economic Ideas, no 14 (2), p. 53-104.

47Breton Y., Lutfalla M., 1991, L’économie politique en France au xixe siècle, Paris, Economica.

48Coquelin Ch., 1852, « Crises commerciales », Dictionnaire de l’économie politique, Coquelin Ch. et G. Guillaumin éd., Paris, Guillaumin.

49Courcelle-Seneuil J.-C., 1889, « Compte rendu de Cl. Juglar, Des crises commerciales et de leur retour en France, en Angleterre et aux États-Unis », Journal des économistes, octobre-décembre, p. 446-451.

50Dal-Pont M., 2006, « Nature et rôle du crédit dans la théorie des cycles de Juglar », Working Paper.

51Delaire A., 1905, « Clément Juglar », La réforme sociale, mars, p. 493-495.

52Dumont B., Pollet G., 2002, « La solidarité », Dictionnaire critique de la République, V. Duclert et C. Prochasson éd., Paris, Flammarion.

53Foville d’A., 1905, « Clément Juglar », The Economic Journal, juin, p. 293-298.

54Frobert L., Hamouda O., 2005, « L’influence de la médecine hospitalière sur la naissance de l’idée de cycle chez Clément Juglar, 1846-1862 », Working Paper.

55Heilbronner R., 1990, « Analysis and vision in the history of modern economic thought », Journal of Economic Literature, no 28, p. 1097-1114.

56Heilbronner R., Milberg W., 1995, The Crisis of Vision in Modern Economic Thought, Cambridge, Cambridge University Press.

57Ingrao B., 1998, « Invisible Hand », The Elgar Companion to Classical Economics, H. D. Kurz et N. Salvadori éd., Cheltenham, Edward Elgar, p. 436-442.

58Kalaora B., Savoye A., 1989, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Paris, Champ Vallon.

59Kaplan L., 1995, Forgotten Crisis : The Fin-de-Siècle Crisis of Democracy in France, Oxford-Washington, Berg Publishers.

60Latreille A., Rémond R., 1962, Histoire du catholicisme en France. La période contemporaine, Paris, SPES.

61Lenoir R., 2003, Généalogie de la morale familiale, Paris, Seuil.

62Levan-Lemesle L., 2004, Le riche et le juste. L’enseignement de l’économie politique en France, 1815-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

63Levasseur E., 1905, « Clément Juglar », Journal de la société de statistiques de Paris, mars, p. 161-164.

64Levi G., 1989, « Les usages de la biographie », Annales ESC, no 6, p. 1325-1335.

65McCloskey D. N., 1983, « The rhetoric of economics », Journal of Economic Literature, no 31, p. 482-517.

66Morgan M., 1990, The History of Econometric Ideas, Cambridge, Cambridge University Press.

67Perrot J.-C., 1992, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, Paris, EHESS.

68— 1998, « Histoire des sciences, histoire concrète de l’abstraction », Des sciences et des techniques : un débat, R. Guesnerie et F. Hartog éd., Paris, EHESS.

69Schlanger J., 1983, L’invention intellectuelle, Paris, Fayard.

70Schumpeter J. [1954], Histoire de l’analyse économique, Paris, Gallimard, 1983.

71Skinner Q., 2002, Visions of Politics. I. Regarding Method, Cambridge – New York, Cambridge University Press.

72Spengler J., 1979, France Faces Depopulation, Postlude Edition, Dunham, Duke University Press.

73Talmy R., 1962, Histoire du mouvement familial en France (1896-1939), thèse (Lettres, Université de Lille), Paris, Union nationale des caisses d'allocations familiales.

74Topalov C. éd., 1999, Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, EHESS.

Haut de page

Notes

1 Nous citerons ici les textes (y compris ceux de Juglar) renvoyant à des interventions orales en séances de l’Académie des sciences morales et politiques, de la Société d’économie politique, de la Société d’économie sociale, de la Société de statistiques de Paris en utilisant cette convention (nom du journal, mois, année, page).
2 Sur ce contexte français, voir le travail de synthèse d’Azéma et Winock (1970, première et deuxième parties). L’affrontement connaîtra deux périodes cruciales, 1879-1886 et, surtout, 1898-1905. Durant toutes ces années, notent Latreille et Rémond, le travail de la République contre l’Église aura « un caractère d’acharnement tel que les catholiques s’estimant littéralement persécutés, auront l’impression d’une tentative de déchristianisation inspirée de l’esprit de la Révolution » (Latreille et Rémond, 1962, p. 419).
3 Pour Schumpeter, Juglar innovait triplement : par l’utilisation systématique et ciblée des données agencées en série temporelle, par la découverte puis par la qualification morphologique complète – par « phases » – du phénomène endogène du cycle, par la tentative de lier l’observation du cycle à un canevas théorique original (Schumpeter [1954] 1983, p. 483-484).
4 Voir également les nombreuses indications concernant l’histoire de l’économie politique dans Perrot (1992).
5 « Dans certains cas, on y recourt afin de souligner l’irréductibilité des individus et de leur comportements à des systèmes normatifs généraux, au nom de l’expérience vécue ; dans d’autres, en revanche, elle est perçue comme un lieu idéal où éprouver la validité des hypothèses scientifiques concernant les pratiques et le fonctionnement effectif des lois et des règles sociales. » (Levi, 1989, p. 1325)
6 L’École libérale française autour de 1850 (mais encore bien après dans le siècle) demeure en effet attachée à la loi de Say et ne conçoit la crise que partielle, accidentelle et d’origine exogène (voir par exemple Coquelin, 1852). La crise est au contraire une véritable respiration naturelle de l’organisme économique moderne (les nations industrielles) pour Juglar. Dès ses toutes premières études, sur l’évolution de la population française entre 1789 et 1846, l’originalité de Juglar pointe. Voilà l’ensemble du passage où apparaît le terme « crises providentielles » : « La population marche ainsi par soubresauts ; l’imprévoyance générale force la Providence d’avoir recours à des moyens violents, pour permettre aux subsistances de se mettre en équilibre. C’est presque autant par la diminution des naissances que par la mort, que la nature s’oppose à l’accroissement désordonné de l’espèce, sauf les cas d’épidémie. – La population monte toujours avec l’abondance des moyens de subsistance, jusqu’à ce qu’un léger encombrement se fasse sentir ; aussitôt l’opinion publique, le mécontentement général accuse le gouvernement ; comme il veut se faire passer pour la source de tout le bien, naturellement on lui attribue tout le mal ; une révolution éclate, n’apporte aucun remède au malaise commun, l’accroît au contraire ; pendant quelques années la population reste à peu près stationnaire, puis de nouvelles découvertes, de nouveaux moyens de transport, ont produit de plus grandes ressources alimentaires ; elle recommence à croître jusqu’à un nouveau temps d’arrêt. Le sol, de mieux en mieux cultivé, ne refuse jamais ce qu’on lui demande mais il lui faut du temps : sans les crises providentielles, on ne lui en laisserait pas. La mortalité exagérée qui succède dans ces cas n’est pas de longue durée ; elle emporte une partie de ceux que le travail abandonne et qu’elle saisit sans avancer d’aucune sorte, puis c’est l’abaissement du chiffre des naissances qui fait le reste. » (1854, p. 217)
7 Sur cet autre pan de la biographie intellectuelle de Juglar et sur l’apport heuristique de certaines catégories majeures du paradigme de la médecine hospitalière parisienne lors de l’invention de l’idée de cycles économiques, nous renvoyons à Frobert et Hamouda (2006).
8 Les brouillons de cette brochure se trouvent dans les archives familiales. Le texte est paru initialement dans les Dictionnaires biographiques départementaux. Alpes-Maritimes, Paris, Flammarion, 1908.
9 Sur la rhétorique des textes économiques, voir l’article fondateur de McCloskey (1983). Nous suivons plutôt dans cet article la ligne tracée par la suite par Heilbronner (1990, 1995) conduisant à reformuler, grâce aux apports conjoints du pragmatisme et de l’herméneutique, les catégories schumpeteriennes de « vision », « situation classique », « analyse ».
10 L’évolution méthodologique de Juglar est également caractéristique. On le sait, son œuvre se caractérise par un emploi précoce et intensif des statistiques (Morgan, 1990, p. 41-44). S’il se révèle un défenseur acharné des statistiques descriptives, c’est également, note par exemple son collègue André Liesse, pour des raisons philosophiques, et parce que ces chiffres reflètent selon lui « l’ordre qui est dans le monde ». Juglar, entre 1890 et 1903, multiplie les mentions, expliquant que « lorsque l’on examine les diverses statistiques, on ne tarde pas à s’apercevoir qu’elles sont soumises à des sortes de marées qui déterminent les périodes naturelles » (Journal de la société de statistiques de Paris, avril 1902, p. 122). Il critique alors les découpages en périodes non naturelles (périodes quinquennales qui ne correspondent pas au rythme naturel des crises commerciales), l’usage des moyennes et des coefficients ; lors d’une controverse avec G. Cauderlier à propose du mouvement des naissances, il insiste : « Ce sont les chiffres qui parlent… Il ne faut pas toucher aux chiffres ; ils parlent seuls plus éloquemment, puisqu’ils se présentent à quelques exceptions près par séries annuelles ascendantes ou descendantes des chiffres maximum aux chiffres minimum. » (1902, p. 71)
11 Sur ce contexte social français fin de siècle, voir Kaplan (1995). Sur l’évolution de l’école libérale française, voir Breton et Lutfalla (1991) et Levan-Lemesle (2004).
12 Sur cette question cruciale à l’époque en France, voir le tableau dressé par Spengler (1979) ainsi que Béjin (1988).
13 Dès ses tout premiers travaux sur la population, peu après 1850, Juglar s’était opposé aux malthusiens français, notamment Claude-Marie Raudot (De la décadence de la France, Paris, Amyot, 1850). Pour Juglar, la population suivait le cycle des affaires et le résultat du mouvement de hausse et de baisse économiques était une lente progression de la population (Juglar, 1851-1852).
14 Juglar avait rejoint le mouvement leplaysien au début des années 1880. Il apparaît comme membre associé des Unions pour la paix sociale en 1884 et, en 1887, il rejoint la Société d’économie sociale qu’il présidera en 1888. Ses interventions dans les séances de la Société d’économie sociale réfléchissent en partie les idées de ce réseau très influent dans les académies et les grandes écoles et auprès du grand patronat libéral.
15 Sur solidarité et solidarisme en France à cette époque, voir Dumont et Pollet (2002), et pour l’étude des réseaux et réalisations, les articles réunis dans Topalov (1999).
16 Notons cependant que, si l’on exclut sa théorie des crises, nombre d’idées et d’opinions de Juglar reflétaient celles de la fraction libérale et catholique du groupe de Paris. Il est significatif que, hostile aux thèses de Courcelle-Seneuil, Juglar se montre plus favorable à celles de Charles Dunoyer (Juglar, 1898), libéral intransigeant sur le plan économique, mais également attentif au rôle de la morale, et notamment de la morale religieuse (voir ici le chapitre sur le sacerdoce dans Œuvres de Charles Dunoyer, Paris, Guillaumin, 1870, chapitre intégrant de nombreuses mentions aux jansénistes).
17 Cette formule est également reproduite dans les dernières lignes des éditions de 1862 et 1889 : « Arrivé au terme de cette étude, on ne peut s’empêcher de remarquer la succession régulière des périodes heureuses et malheureuses, traversées par la population française depuis le commencement de ce siècle ; tantôt s’élevant à un degré de prospérité inouï pour être précipitée dans les abîmes des révolutions, tantôt sortant de ces abîmes pour atteindre un développement industriel et un accroissement de richesse inespéré. / Les moyens si simples employés par la Providence pour produire de si grands résultats confondent l’imagination, quand on compare la grandeur des effets à la petitesse des causes. / Une insuffisance de la récolte, augmentant les embarras du commerce et de l’industrie, à la suite de l’exagération et de l’impulsion qui leur avaient été données, détermine une crise souvent suivie d’une révolution, et terminée par une guerre générale ou une grande épidémie. Tout s’arrête pour un temps, le corps social paraît paralysé ; mais ce n’est qu’une torpeur passagère, prélude de plus belles destinées. En un mot, c’est une liquidation générale. Il ne faut donc jamais désespérer ni trop espérer de son pays, se rappelant sans cesse que la plus grande prospérité et la plus grande misère sont sœurs, et se succèdent toujours. » (1862, p. 252-253. Les barres obliques indiquent ici un saut de paragraphe dans le texte original.)
18 Une collection entière de livres jansénistes, surtout bréviaires et bibles, avait été donnée par Juglar en 1893 à la bibliothèque de l’Université catholique de Paris (carnet contenant le catalogue déposé au fonds Juglar du Centre d'études interdisciplinaires Walras Pareto de l’Université de Lausanne).
19 Nous remercions ici M. Jean de Mathan qui, à partir de l’exemplaire personnel des Pensées de Pascal, a relevé les annotation de Clément Juglar.
20 Il évoque, parlant ici des mouvements économiques et financiers, « les grandes oscillations qui rappellent les mouvements de flux et de reflux de la mer » (1886, p. 77).
Haut de page

Table des illustrations

URL http://asterion.revues.org/docannexe/image/1642/img-1.png
Fichier image/png, 809 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Dal-Pont Legrand et Ludovic Frobert, « Le « prophète des crises ». Économie politique et religion chez Clément Juglar », Astérion [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 19 août 2017. URL : http://asterion.revues.org/1642

Haut de page

Auteurs

Muriel Dal-Pont Legrand

Université de Nice, GREDEG

Ludovic Frobert

ENS Lyon (CNRS, Triangle)

Articles du même auteur

Haut de page