Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Présentation

Alexandre Dupeyrix, Stéphane Haber et Emmanuel Renault

Texte intégral

1Les articles réunis dans ce dossier de la revue Astérion portent sur la première génération de la Théorie critique (dont Max Horkheimer, Walter Benjamin, Theodor W. Adorno, Herbert Marcuse et Erich Fromm constituent sans doute les figures principales). Ils se concentrent plus précisément sur les contributions philosophiques qui marquèrent la période ouverte par l’accession de Horkheimer à la direction de l’Institut de recherches sociales (1931) et close par la publication en 1944 de Dialektik der Aufkläurung (La Dialectique de la raison)1, laquelle, à bien des égards, transforma les coordonnées de la discussion en même temps qu’émergeait une nouvelle configuration historique2.

2Les motivations auxquelles répond ce dossier s’enracinent dans une série de constats qui portent sur la manière dont on a fait référence à la Théorie critique dans l’espace francophone. La réception de cette tradition de pensée y fut tardive et difficile3. Alors que des auteurs comme Marcuse et Benjamin furent tout d’abord conçus indépendamment d’elle, c’est seulement dans les années 1970 qu’une politique éditoriale volontariste permit de la faire apparaître comme telle. Mais le fait qu’Adorno et Horkheimer aient été découverts en même temps que Jürgen Habermas (figure marquante de la deuxième génération de la Théorie critique) devait rendre d’autant plus incompréhensible le programme de recherche développé par ce dernier dans les années 1980 et conduire à un affrontement sans doute assez stérile entre les tenants de la « première génération » et ceux qui tentaient de renouveler par d’autres moyens son héritage. Ce clivage était certes présent dans l’espace germanophone et anglophone4, mais avec une moins grande virulence, et il était encore plus atténué en Italie. Il aura fallu les années 1990 pour que ce clivage commence à être surmonté, en raison notamment de renouvellements par lesquels on cherchait, à partir de Habermas mais aussi en partie contre lui, à renouer avec certains aspects de l’héritage de la Théorie critique (Axel Honneth, Seyla Benhabib, Nancy Fraser, figures marquantes d’une troisième génération, en furent les acteurs principaux)5. Il n’est pas étonnant qu’après l’effort pour faire apparaître l’actualité de cette tradition de pensée, les étapes de son développement historique aient fait l’objet d’un regain d’intérêt autonome, tout en étant désormais compris à partir d’hypothèses d’interprétation renouvelées.

3Ce regain d’intérêt s’est manifesté aussi bien en Allemagne et en Italie que dans les pays de langue anglaise6. Comme on le constatera à la lecture de ce dossier, il est clair maintenant que les chercheuses et les chercheurs appartenant à l’espace francophone ne sont pas restés à l’écart de cette dynamique. Après le moment de flottement des années 1980 et du début des années 1990, des auteurs tels que Benjamin ou Adorno (dont l’importance philosophique reste sous-estimée en France), mais aussi maintenant des outsiders remarquables tels que Siegfried Kracauer, font chez nous régulièrement l’objet de traductions, de travaux universitaires et de publications collectives de grande qualité. Comme ailleurs, les développements de l’œuvre de Habermas et de Honneth ont parfois servi d’indicateurs de la fécondité incontestable d’une tradition de pensée durable, et parfois aussi de points de repère négatifs, lorsque l’on estimait que leurs programmes de recherche respectifs n’autorisaient qu’une reprise trop sélective des thèmes constitutifs de ce que l’on a couramment appelé « l’École de Francfort ».

4Malgré une telle continuité relative, il semble cependant que de nouvelles façons de travailler sur ces auteurs, plus rigoureuses, soient en train d’apparaître et que des intérêts théoriques sans doute moins perceptibles dans les générations antérieures soient en voie de cristallisation dans les contributions les plus récentes. En particulier, toute la période des années 1930 et 1940 paraît faire aujourd’hui l’objet d’investissements originaux, peut-être à la lumière d’une actualité historique qui multiplie les occasions de s’interroger sur des analogies entre certains aspects sombres de notre expérience et ceux de cette époque révolue. Il nous a donc semblé intéressant d’essayer de faire le point sur les uns et sur les autres. Comment aborde-t-on aujourd’hui les auteurs de la Théorie critique indépendamment de toute vision trop unificatrice de la tradition qu’ils représentent ? Et que va-t-on chercher chez eux ?

5C’est, bien entendu, aux différents contributeurs de répondre, chacun à sa façon, à ces questions. Mais si l’on esquissait un cadre général permettant d’y répondre, voici ce que l’on pourrait dire très globalement. Depuis une quarantaine d’années, le projet d’une théorie sociale critique a donné lieu à une floraison de constructions intellectuelles souvent brillantes et sophistiquées qui en ont considérablement élargi les ressources et les objets. Le courant fondé par Horkheimer, Marcuse et Adorno ne saurait prétendre incarner à lui seul l’attitude critique et la volonté de prolonger sans dogmatisme l’impulsion marxienne au sein d’une culture uniformément acquise, suppose-t-on, à la cause de la fonctionnalité aveugle. Néanmoins, ce courant n’en garde pas moins un certain nombre de spécificités intéressantes et fécondes que l’analyse doit permettre d’éclairer pour les mettre en valeur, avant, peut-être, de tenter d’établir des ponts ou des synthèses. Il est facile de repérer au premier coup d’œil deux de ces spécificités : d’une part, le lien très fort qui se dessine entre esthétique et théorie sociale, d’autre part, la volonté de concevoir ensemble l’histoire et la nature. Ce dossier devrait au moins permettre de présenter et de commencer à tester cette hypothèse, tout en approfondissant notre sensibilité aux nuances propres à un courant d’idées que le terme d’« École », malgré sa commodité, risque toujours de masquer.

6La première des contributions est consacrée au thème de l’allégorie chez Walter Benjamin. Dans son étude, Jacques-Olivier Bégot montre que cette figure, développée notamment dans L’Origine du drame baroque allemand (1928), est une réelle source d’inspiration pour Adorno au moment où celui-ci, au début des années 1930, rédige ses textes programmatiques. Si ce motif littéraire et poétique retient son attention, c’est qu’il recèle un véritable potentiel critique : l’allégorie est en effet vue par Benjamin comme « un antidote contre le mythe », qui assume la matérialité et l’historicité du langage et procure par là même une expérience indirecte du monde contemporain. L’article de Lambert Dousson poursuit l’examen des rapports entre esthétique et politique, toujours chez Benjamin, en avançant légèrement dans le temps (il s’appuie sur la version de 1939 de L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique) et en quittant le domaine de la représentation symbolique pour celui de l’art cinématographique. Dousson analyse la comparaison tissée par Benjamin entre deux figures émergentes du milieu des années 1930, la vedette de cinéma et le dictateur ; il démonte le processus d’esthétisation de la politique et insiste en même temps sur l’actualité des réflexions benjaminiennes sur les médias de masse et les phénomènes de starisation.

7Cette intuition des liens possibles entre esthétique et critique sociale est certainement une des raisons qui expliquent la complicité paradoxale qui unit Horkheimer et Adorno à Nietzsche. Agnès Gayraud montre dans son article comment, alors que quelques décennies plus tard, Habermas rejettera hors du périmètre de la Théorie critique la pensée « irrationaliste » de Nietzsche, les membres de la première génération voient au contraire dans la philosophie nietzschéenne, au-delà des divergences de méthode, l’expression d’une critique authentique et radicale ainsi qu’une promesse d’émancipation.

8La contribution suivante met en lumière un des moments fondateurs du projet critique : la manière dont se nouent dès l’origine les liens entre théorie de la société et psychanalyse. Katia Genel s’attache à retracer cette genèse au travers des rapports qu’entretiennent Fromm et Horkheimer. Elle expose leurs points de convergence ainsi que leurs sujets de controverse, qui mènent progressivement à l’éviction de Fromm hors du premier cercle des collaborateurs. Elle trouve ainsi l’occasion d’examiner les discussions qui ont alors cours sur les interprétations concurrentes de Freud et de suivre les stratégies d’utilisation de la psychanalyse menées en vue d’un diagnostic critique de la société, sur fond d’échec de la révolution et de montée des fascismes.

9Lier ainsi psychanalyse et société est assurément l’une des originalités, l’une des marques de fabrique de la Théorie critique. C’est en fait une façon de penser conjointement nature et histoire, thème traditionnel puissamment réactivé par le contexte idéologique de l’époque. C’est à élucider cette imbrication que contribuent les deux dernières études de ce dossier. Florian Nicodème s’intéresse à la figure d’Adorno penseur de l’histoire, en prenant pour point de départ le concept de Deutung (interprétation) élaboré dès le début des années 1930. C’est dans l’articulation problématique entre méthode d’interprétation philosophique et expérience vécue de l’histoire qu’Adorno cherche une réponse à la question d’une « seconde nature » posée par Georg Lukács et qu’il tente de cerner la forme d’émancipation spécifique à l’histoire. Gilles Moutot se concentre quant à lui sur l’un des thèmes clés de La Dialectique de la raison, le « souvenir de la nature dans le sujet » : parce qu’elle est pensée sous la condition de la remémoration, et donc de son intrication avec l’histoire, l’expérience que le sujet peut faire de la nature en lui-même apparaît bel et bien nouée à une visée critique et normative. Moutot montre combien cette thématique trouve une résonance particulière dans les débats contemporains autour de la souffrance sociale et en quel sens les travaux de la dernière Théorie critique sont un prolongement de ces premières intuitions.

Haut de page

Notes

1 Trad. É. Kaufholz, Paris, Gallimard, 1974.
2 Ces articles proviennent d’une journée d’étude organisée par A. Dupeyrix, S. Haber et E. Renault à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense dans le cadre de l’équipe Sophiapol le 16 mars 2009.
3 Voir E. Renault, « Foucault et l’École de Francfort », Habermas et Foucault, parcours croisés, confrontations critiques, Y. Cusset et S. Haber éd., Paris, CNRS, 2006.
4 Voir notamment H. Dubiel, « Der Streit um die Erbschaft der kritischen Theorie », Ungewissheit und Politik, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1994.
5 Voir à ce propos E. Renault et Y. Sintomer éd., Où en est la théorie critique ?, Paris, La Découverte, 2003.
6 Voir par exemple A. Demirovic, Der nonkonformistiche Intellektuelle, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1999 ; D. Burke, J. Colin Campbell, K. Kiloh et M. Palamerek, Adorno and the Need in Thinking : New Critical Essays, Toronto, University of Toronto Press, 2007 ; S. Petruciani, Introduzione a Adorno, Rome, Bari, Laterza, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Dupeyrix, Stéphane Haber et Emmanuel Renault, « Présentation », Astérion [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://asterion.revues.org/1570

Haut de page

Auteurs

Alexandre Dupeyrix

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Stéphane Haber

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Emmanuel Renault

École normale supérieure de Lyon, Université de Lyon

Haut de page